Skip to main content

Full text of "Sceaux armoríes des Pays-Bas et des pays avoisinants (Belgique--Royaume des Pays-Bas--Luxembourg--Allemagne--France) recueil historique et héraldique"

See other formats


Gc 

929.809492 

Rlls 

V.2 

1780898 



REYNOLDS H!STORICAL 
GENEALOGY COLLECTION 



3 1833 00729 2607 



H'^.ù 



SCEAUX AIIMOllIÉS 



JAYS-IÎAS liT IIIÎS PAYS AVfllSfNANIS 

( lîELdlQUE - HÔYAUMI'] DES PAVS-IiAS - LUXEMnoiillG 
ALLEMAliXE — FHANCE) 

RECUEIL HISTORIQUE ET HÉRALDIQUE 







BRUXELLES 
SOCIÉTÉ BELGE DE LIBRAIRIE 

OscAi! SCIlKl'ENSel C", K iiiTi:i lis 
]i;, rue Treurenberjj;, 10 

1899 






17808S8 




PI. I.IV. 

Fif,^ 1. l'ierre de Har, écuyei', jadis chef de rotte, dans l'armée brabançonne, 

à la bataille de Bâsweiler (1374). 

Fig. 2. Hughes de Gone, jadis combattant à la même bataille. 

Fig. 3. Sceau de d"" Elisabeth d'IJssche, emploj'é par Marie Ctutinps, veuve de 

("lérard Leckarts, jadis combattant à la même bataille (1374). 

Fig. 4. Guillaume van Surpele (1374). 

Fig. 5. Gierlax, sire de Montjardin, chevalier, châtelain de Waremme (1374, 1375). 



ïï 



t-raii von Ilaejflen (et llaiflen), drnssard de | 
1, lii:!, C : trois pals de vair; au (•liof chargé '! 
Iaiiil)ul. Mêmes C. et S. (S.-T., c. 8, el GM.). 

m van Uaeflen (Hls d'Alard), éclievin de Deijl \ 
, I ili : même écu, chacun des trois pendants 

I de chien bra(|ue, cour. (GeldJ. 

lert van Haeften, éche^in de. Dell, I-lil, ," : 
■ écn (|ue Waleran (l-i4:i). le i>""' pendant du 
;•! cliarsé d'une letlir fl. .\ la s. de l'éeu, une 
le front ceint de feuillage et tenant de la main 
le un casque, cime de deux pattes d'ours (GeliL l. 

onid van Ifnefflen, parent de Oisberldie Koek, 

re dans leur ilillei'end au sujet de biens ii Deijll, 
: uu-uie ecu cpu? Waleran (Ulll). Cq. cour, 
feux jambes de cheval (Gehl.). 



Haaften. Otiioii van Hae/flen 



Renesse). 



Haamstede. Goede, dame de Haemslede et de 
' Ikrgheti, décl. ipie Jeanne de Brabant, comtesse de 
llaiuaul , lui a prèle (yeleent) Itoer huijs . . . dat inen 
liift Alehrechisbenjhe, uinine in te woncn endc le 
verwnrcn. tôt hure behoef, dat ic 't hocr ireder <>]> 
Icrnrn :<al. et i|u'el!e (Gncdc) sera reiuhoursce des 



\ol. T. d. : un ange. L. : S' 
U'de militis (A. G. B., Chartes 



Haar. Johan van der Haer, bourgeois d'Utreclit, 
promet a l'évèiiiic U'LItreclit de lui infénder de la 
terre allodiale, a mesure des dommages à occasionner 
a la hoeve lanls die gheleyhen is te Vredelant 
bider Veeiibruyyhe, que sa femme Aleijd tient en 
lier diidit ijrélat et oii l'on va placer un Imn- à 
briques, i;!89 : trois losanges fWrec/iy. 

Her WilUm oan Haer porte, d'api-tis Gelke : de gueules 

Haardt. Henri van der HaiH, bourgmestre de 
.N< ll^s, M IG : une croix, les bras supérieur et dextre 

cluts, reie\é,^, celui du bras inférieur ;i s. (Uuss., 
Jul.-llery, .N" -J.l(i:i) (l'I. 8, lig. 183). 

Haarlem. A., miles de Harlem, diclus Persin, 
quod nos quadam gravi eyrilitdine laboranles 
et de salute corpuris quodammodo desperanles, 
donne une rente a l'abbaye d'Esmont, avec le con- 
sentement de son (ils aine, Jean, cliev., I2oo, apud 
Velse (Velsen) : type équestre; le bouclier k deux 
fasces, accompagnées de sept (3, 3, 1) llanchis ; la 
liou^se lascée de , . . (très truste et cassé) {Egmond). 



Vdicm 



Uni 



I Harlem, écuycr, 11, du comte 



tec-, en orle. L. : ►f. S' Wiltelim de Harlem (Kl,). 

— Nijcholaus de Harlem, coiiventus Huyensis, 
leodensis dyocesis, ac, tolius ordinis fralrum .Saiicle 
Criicis prior yeneralis, 1479 ; type ogival ; fort 



(-l'oi 



rs) (v« 



Arnhem, Haam- 



sgr, (le >rasnuy-Saint-Pierre, ter Donckt, len hoerne, 
la Schelden, iy.it ; un chien braiiue passant, acconi- 
pagiié en pointe d'une feuille de lilkul, sans tige, 
renversée (lils.) (voir Wolf). 

Hadekink, voir Haidekinck. 

HAEFSDONCH (Wallerus de), éclievin de Vil- 
e, 1.1:29 : trois losanges et un semé de billettes. 
• van donc (Brux.). 

Haeghefn], voir Hag[h]e[nJ. 

Haec, voir Hac[kl. 

Haecht (Les éclievins de), 1330, G7, liKl, -il, ",i, 
1M8 : trois Heurs de lis, p. c. L'écu accompagné de 
trois dragons, 1 au-dessus, passant ii s., 2 rampants, 
affrontés. L., M4I, 54 : ►!< S' scabinorvm de Hayht 
(Mal.etS.-C). 

— (îodcfroid van //«ej/if, jadis prisonnier a liasweiler, 
sous la bannière de Vorsselaer ; i. I. : 1-2'j mmit., 
1374 : une cotice et une fasce bri'lesséi' et inntre- 
bretessée broch. L. : S Godefridi de llaech . . ill.). 

— (Arnould van), feudataire de Jean, >-r. de Miiode, 
etc., 1493 (n, st.), 1310 : une branche dr lu^ier 
sèche, tleurie de trois pièces, surmontée de deux 
pointes de llèelic renversées, 1 à d., posée en bande, 
1 a s., posée en barre (A/flig.). 

Haeck, voir Hac[k]. 

Haelen (Les éclievins de), 1202. IG:i(J : une aigle 
éployée (Léau, N» 8, et S,-T,, c. l-i ,l IG). 

HAELT(Othon van), h. du duc de Cleves, 1418 : 
une croix. Cq, cour, C, : un coq. L. ; Sey' (H van 
Haelt (Duss., Clèves-Mark, N» 730). 

HAEMBROICK fJorijs van) il!:iiiiiiirrhi urir.'), 
un lion. L. : S' loris luhi-uc illml., 



Haasdaal, voir HASKENDALE. 

Haastrecht. Willelmus de Haestrecht, échevin de 
liois-le-I)uc, 1482 : deux fasces bretessées cl c<mtre- 
brelessées, accompagnées d'une Heur de lis au point 

du chef, L, : lli de Haeslr scabini in Diiso 

(Duss,, Cummanderie de liicsen, N» -io) (voir Rij- 



HABBEKE fJokannes de) (Abbeke), échevii 
Itruxilli's, 1410, 24, 3 : un parti-émaiiché; au li 
charge en cu'ur d'une llenr de lis, p, c, ; au i lu 
q'iarlier échiqueté. L. : S lohannis de Habbekc 

(liMIX.). 

HABOSCH (Louis van) tient un bois de la sg.' 



Haen (Arnould de), se. le conliat de maiia^r de 
Ohr. van Uo.ssnm, 1303 : un chevron, a.T(,iii|i;igiié 
de trois trèlles. T. s. : une femme nue. L. : .S Arnt 
die Haen (S. -G.). 

— (Lothaire de), sgr. de Houryesch et de SiiiirerdûrH', 

de Bibingen-lez-Kemich, démoli d ihvmiiic ininh- 
ment en ruines, etc., 1081 : ini (.h] r.-ni;,ni. Cq. 
conr, C, : un coq essorant (cachn m ,11, imh.,) 
(C. C. li., N» 43713c). 

.\liiri,uerite de Haen, veuve du sieur llriui lierge- 
rulte, remet au roi de France le dénombrement d'un 
quart de la sg'i^ de Uertrange, 1081 : même écu et 
<;. Cq. cour, (cachet en cire rouge)(lhid., K" 43713^) 
(viiir Hane). 



Haenewijk. Jf;iii \;iii llacninjch, se., ii l,nii\;iin 

— Geranius df Ilacniiijc (llniicwijck). «lifviii di 
I..iii\ain, 1-4^27, 8 : (■caïU-lé ; aux l"' cl -is ilcin 
|Kil>; aux -2' et :!«, une fasce, surmoiUée à d. il'm 
(iii|. L. : ^ S' Gcrardi de llaenwiic i^ccdii' luvaii 
1 \M : iiiniip éni. I,. : ►!- .S Gerardi de llacninirl 

Haenkenshooft, \"ii Serarnts. 



Haergier (Jacques), ablié ili 
/.ncrai'allnines, 1-Ui!l : ér; 



Haes, Miir Flandre. 

Haesbaert il'uTir) di 



de Marliu), h. srnaiil de 
L;lie,veu\eUoJeauIiuusler- 
u] et Vicux-Uoui'!,' de Gand, 
ailin, 1580; dit sceller- de 



1. iL'ii) (\(iii' Halsberg). 
HAESBROECK (Cuillainiie s: 
de liiahaul, dans sa cour a 11; 
(llulz^chliisscl), accoiu|]agnée ai 

— (Uinlior van Ilnesbroec (lia/. 

:):i;! l :! Uioul., i:i7.i: une fascc 
. . .difcrdc llascbrere {H.). 



Haesdonck. Johannes de llaesdoiiih, écliesiu de 
Vilvorde, i;i79 : ùcaitelé ; aux !«■■ et i'', une lasce 
el uu lion broeh., iss. du bord inlerieur de la fa^ee ; 

C. : une tète et col d'oL-rau a Inu^ hrr iliiTon'.'). 
!.. : Siyillvm loh de lliws,lnu- (lini\.) (nuiip. les 
armis de Serariis) (voir HAEFSDONCH). 

Haesenbergen. Johannes de llazenbenjhe, éclievln 
lie l..io\aiii, liili : trois Heurs de lis, p. c. ; au 
Fr.-i|. lundi. eharj;é d'un liou iss. d'une cliainpaguc. 
\.. : >i<S h)h e llasenberge scab lov(ii.-G.). 

!.. rra„c-4uarli^r reprciseiite les armes de Iledlnghci. 
Ha;e]g[hte|nl, H-iye. Jehans de le lUuje, cliev., 



— Uaras de le Haie, sires de Sai 
llainaut, ITM), a Valenciennes : nu. 
de trois lions léo(iardés, |iosés dai 
liandr. L. : . . Willai'ine Uaral il 

lit., .\" ;;:',:; M \oir Sart). 



►■p s Ikirdn de le Haye (I!., i\» l-iSo). 

- .\ilaiii \aii ilrr llaghen, jadis prisonnier a liasnei- 
lir, ^uu^ lÏToiilcle de Macstriclit; i. t. : ^Omoul., 
i:i7t : liiiis [ers de lance de tournoi (à double 

]).iinlc), on nirs irreliiiiuier. L. ; S' Adaein van der 



Ha[elg[h]e|n1, Haye. Jean van dcv Umjcn, édifvin 
de l!.H..-k-l.uc, 1-iiO : un avbio (Mal.). 

— Josse van der llatjhe, dit Rubbijns. tiont, du clu\- 
leau do Tennonde, un ticC à Lobbcke, MJiO : dans 
le ihainp du sceau, une Heur de lis (Klets, N" :!0;(1). 

— Guillaume v:ui der Haye, llls de Jean, ticMil, duilil 
eliàtea.i, un liel a UeHaerc, I-iSO : une luaiirlir 



\an dei- llaeylie, abbé de Zoelendar I, 



</e dala callc [C. (', 



L. : i>' loliiin fl'iel^). 

— Ihnrion del Ilai/e, dit DonyeHicrl (= ber^), lient, 
du lirabant, le lief dil Bernnrt, a Ollisnics, 1532 
(n. st.) : un lion et un lilet brocli. (.Vv. et dén., 



Ha;e|gfhle|n], Haye, .\iiln ,lr Ir lla.ic h. de 

liet du llaniaulblde la c.ur dr Mmis, l.'iiil ; ii„ 

pninle d'un croissant. S. s. : ini ^;i illnu (Mni^-,, il. 
de lief) (voirLaho). 

— Hciu'i van der Ilaeijen, lie. en di'oits, éclie\in de 
Bruxelles, lOIti : ïironné de . . . el de (conlre-)lifr- 
niine de huit pièces. G. : une tète et col d'aii^le (?) 
entre nii \ol (ISrux.). 



s-lly; 



r llncyhen, dit d'Ees 



Ruissprft, Eesbeke, 



liMil. L. : >i> .S" UoUindi llaijhcu 
..J„l.-llcnj,\«-M)). 



- HoilU'H Hmjcdarn, 
Snoec, Vossem). 



/-.J--: 



Fig. 1. 








Fig. 6. 
PI. LV. 

Fig 1 Kl y un «4 du fus Misjielken, échevin de Saint-Tronc! (1261). 

Fig. 2 Rogier f!e LeeliLiel, châtelain do Bruxelles, chevalier (1326, 'W). 

1 1^ 3 Cliai les d Iinuierseel, sgr. de ter Hameijden (1391). 

Kig 4 lean Bout, chancelier du Brabant (1128). 

Fig. 5. Lanilieit do totk, petit chanoine de l'église Saiiite-Gudule, à Bruxelles (1451). 

Fig. li. Duiiel van Sur |)ele, ochcvin et bourgmestre de Hiesl, mort en 15S3. 



HaJjbeijken (Laiir 



laumc vam Ilaen, cl Hayn, chev., jaili 
rossard du comte de Ucrg, 13li3; se. ii 
cnmlc, 1308 : plain; au cliet charité a s 
mit contourné. L. : ^ S' Wilhehni mil. 
(Duss., JuL-Ilery, N"" 781, 2, 820). 

1- (le I.er, 



iiiu-ri, no-j : un fascé ; au fr.-q. chargé d'u 
df ccif. L. : «.s Ilaibcikcns (B.). 



Haidekinck (Sweder) se décl. iiidcnniisé, par le 
lonitc de Cleves, etc., du chef de raiH'on, perles de 
rlievaux, etc., l.iI-2 : un chien saulillaut. L. : ^ S' 
Siceder lladehinc (!) (Duss., Clh-es-Marl:, N" 708). 

Haye (Guillaume), cchevin de Saftingen, l-i70. 2 : un 



Haye(dr|:,,, Non-Haglhleln] 
Hailloy. r„, 



.S lultans de . lenia . . (It.). (Corap. les armes des 
Champs et Clievere). 

Haijmanne (Henri van der), h. du comte de IIol- 

l.'iiiile, se. un acte des époux Nicolas van Borssele, 
iliex., s;4r. de lirigdamme, et Marie van A[e]rnc- 
nuiiden, 1 101 : plain; au chef chargé de trois étoiles 
(niolelles?), a ciiKi rais (C. G. B., N" H3). 



Hainaut. Fernandus, eûmes Flandr et hain, 121 1 : 
type équestre, fort endommagé ; le bouclier à un 

cornes llainoie (Mous, Chartes des comtes de llai- 

— PhcUppe, confesse de Haynnmi, 128 .-129 . (la date 

est déchirée : mil deus cens quairevin ) : 

dans le champ du sceau, ogival, dame debout, au 
manteau doublé de vair, tenant de la main gauche, 
une rose et accostée de deux écus ; A, un lion ; B, un 
burelé et un lion cour, (a la queue simple), broch. 
(Luxembourg). L. : ►{< Sigillvm Philippe comi- 
lisse llaynonie. C.-sc. : écu, parti des deux blasons 
de la face. L. : ►!< Clavis sigilli comitisse Itaynonie 
(Mons, Abb. de Bonne-Espérance). 

— (Guillaume, comte de), de Hollande et de Zélande, 
sgr. de Frise, 1323 : type équestre; le bouclier, 
l'ailette et la housse, à quatre lions. C. et ornement 
du chanfrein : une aigle (entière) contournée. L. : 

S' Gvilii dei gra comtlis Ha l' Z . . andie 

acdni l-rizie (Duss., Jul.-Berg., N" 288). 

— (Jean de), sire de Beaumont, 1332 : dans le champ 
du sceau, un casque cime d'un panache de plumes 
de coq, iss. d'une cuve d'hermine. Le volet garni au 
bas de six glands de passementerie. Sans V,.(Nam., 

N° 535). 



Hainaut. Ilaldmmi 



i, Ghartes des comtes de Hainaut). 



( hninoensis, marchio 



— (Jean de), sire de Beaumont, 1344 : type équestre ; 
le bouclier, l'ailelte et la housse, a quatre lions et 
au lambcl broch. C. et ornement du ehanfn in : un 
lion assis (Tournai, Chartrier). 

— (Jeanne de) se. un acte de Guillaume, duc de 
Julil■r^, 1301 : parti; au 1", un lion; au 2'', deux 
hnii.. iMii-és en pal (Duss., Col., K» 840). 

— Itrnuarl de llatjnnaiilt, lieutenant du bailli de 
Vei'niandois, 1304, o, G, 7 : quatre lions (Tournai, 
Chartrier) (voir Bavière, Henau, Jauche, 
Juliers. Mark, Namur, Poêle). 



HAININ. Ihmrs de Ilenin, 1 
►p .S' llvarl de Hennin (R.). 



HAININ. .1, an ilo lien 



— .Iran i\f llenin. > licv.. sgi'. de Duiissiil (Uoiissii) 
(le lui' du llaiiiaiil, Ilii-t : une liandp cl un laiiili 

cniiir, ilr lid'iil. I,. : S' Socroli met (M.). 

— Jraii, s;;r. de llaynin et de Louvignies, cli 
1 nu; : mil' croix ciigrôlco. Cq. tour. 0. : deux |iicds 
(le (Cl r adossés. S. : deux griffons (I!.) (viiir Bro- 
gnart, Museur). 

— Tiiomas-l'hilippc d'Alsace, archcvr,|iir ilr Malims, 
17-28 : une liande. L'ccu, dan^ un caildiiclic, pusc suc 
une croix archiépiscopale, soulenanL le clia[ieau de 
cardinal. I.. : TUornas titiiU S Caesarei S R E prcab 
cnTdlia de Alsalia orc/iic/JKs mechUn primas Belgii 
(A. C. li.. r.liart. (liv., I'^' Section). 

Hairwi.jck (Sarach) (lils de Jean), cchevin de Uot- 



HAISTEDE (Chrétien van) prend en amodiation, 

ilii chapihc d'Essen, son hof lo Kidzede; son père, 
l'ii I iT, sr |)orte caution pour lui, liOO; tous deux : 
Uni- CHiinlIcs, rangées en lasce (l)uss., Esuen, 
\' I.i8). 

Hac|k|, Haicjke, Haeck, etc. Jean llnel;e, hnuv- 

i^cMi. iir Mailing, iljrjG : trois losanges couchés, 
airnir- r|i |i;ii ii I (incliant tous Ics Itords dc l'ocu, le 



Hac|k|, Ha[c]ke, Haeck, etc. Gérard Itakc, sgr. 
de /ii(m;)ic«e (Rumuien), 1389: une croix ancrée, 
accompagnée au 1"' canton d'un croc arrondi. L. : 
►î< Siyil Gerar ck (Abb. d'Orienté, A. G. D ). 

— l'ierrc llaec, cchevin du métier de llulst (Flandre 
zélaiul.), l-ldo : un crampon contourné, accompagné 
en chef a d. d'une étoile. L. : . . . . (er llaec Wov- 

(probablement = (ils de Gauthier) (G. G. 

It., Aeipiils de Lille, 1. 161). 

— ChhdbeTlus llac, cchevin de Zalt-liommel, 1408. 
i:i : un sautoir bretcssé(!), accompagné en chef 
d'un iioisson, posé en bande, recourbé a d. (Gcld.). 

— Gauthier llackc, échcvin de Tiiel (Tuil), 1417 : 
trois pals de vair ; au chef chargé de trois marteaux 
penchés; un lilct broch. sur l'écu iCetd.). 



(Uuss., Coi, N" Oil) (vo 



Hl) : même écu que Jean, 137;i. L. ; Skiitlu 
i dd Uacke (Duss., Clèves-Mark, N" o"io). 



- Rodolphe llad;e, é 



Il de Tijla (Tiel), H36 : 
' chargé de deux coquilles 



— CkijscUicrUis, dicttis llnck de Randwiid;, cchevin 
de Tijcta (Tiel), 11.13 : un lion. T. : un ange (Celd.). 

— Gisliert Ilac (fils de Jean), échcvin de Deijl (I)cil), 
1 i 1 i : trois pals ; au chef chargé d'un lambel (Celd.). 

— l'aiil llaec, échcvin du métier de IluIst, lio-i ; 
mriiie éru que Pierre, en 140S. L. : S' Paviccls 

llncc es (= fJoes, fils de Jossc?) (G. G. lî., 

Acquits de Lille, 1. 233). 

— Gliiselbcrliis Haeck, échcvin de Bois-le-Duc, 1-474 : 
trois tètes de bélier (Mal.). 

— Daniel llaec se. pour son fils Jean, tuteur de da- 
moiseau Hughes van Maerke (fils de sire Louis), qui, 
connne héritier de son frère, damoiseau Jacques, 
lient, du château de Gand, un lie! ii Waerschoot, 
1541 : un oiseau, perché sur une branche (Fiefs, 
K" 3400). 

— Jean llaec se, pour un autre, le dénombrement 
d'un lief a Waerschoot, tenu dudit château, 1562 : 
un meuble formé d'un triangle et d'une tige verticale, 
terminée en chevron abaissé (lutrin '0, accosté en 
pointe de deux Heurs de lis. L. : Siijilhm .... Haec 
(Ibid., N" 340,'';) (I>1. 8, fig. 188) (Gomp. le blason de 
Jean Ghefijllinck; voir Bellinkhoven, Brou- 
wer[el, Fllngern, Fuschi). 

Hakeren, voir Limminghen. 

Haccart (Piniv'). |,<iiii-£f,,i- ,!,-■ Tournai, rerr.it ries 



Haccart (Picrri'), liourgcois de Tournai, re(.'oit los- 

caiitoiiiiir (le i|u;Ure bagues chaloiiiiécs. I,. ; 

ard Uakarl (Ibid., 1. 391) (voir Hacquart, 

Pipelarde). 
Hackfort. Ileiiricus de llacvo\c]rl,armifjer, rornil, 
liu Urabanl, une l'cnte, a Maestriclil, i;i7!1 : une 
fasco. Cq. cour. C. : une lèU- et col île dragon. L, : 
.S' Iknrici d'Ilacvorl ([!.) (voir Beinum, Eijl, 
Meeckeren, Ruijter, Tille). 



— Jacques van Ilacforden, écuycr, se. le traité des 
nobles et des villes de (iueidre, 1-H8 : une laser. 
Cq. cour. C. : une tète et col d'aigl.'. h. : S lacnh 
van llacvnerdcn (Arnheui, Rckciik.). 

— (Jerard van Ilacforden, ccujer, lils dudit Jacques, 
se. ledit traité, If 18 : même ccu. Sans timbre. L : 
lihcHvan II rde(Ibid.). 

— liernard llacvoerl se. un acte de Henri de Rittcr, 
lliiS : une fasce, accompagnée de trois (2, I) lli'urs 
(le lis (Geld.). 

— Jean et Henri llacfoirl, frères, se. un acte de Jean 
van Beijnhein et de sa femme, Jult (llacfûirt), I n:i ; 
Henri : même écu (Geld.). 



Doue, 


pour sa sieur (lit 
tué illec, sous 1 


mi-'iue ba 


e de Guillaume 
nniére; i. t. : 


O-J 111. 


rs. 1.. : Si Renl.il 


dr llnrir 


nné de (|iiatre 
li.). 



uin 



Il (C. 



Hacquart, 
Hacquegn 
Halanzy. 



I Haccart, Prévôt. 
, voir Jauche. 



a lias 



(lî.). 



)an llallenr/i/, jadis | 
1er, sous le drossard de Liixemboi 
II., 1371 : trois roses. L. : y^ S 



Haledet, voir HALLANDAS. 
HALDENVELT, voir Schônberg. 
Halen (Jean de), sgr. de Lillo, cliev., li 



l-iOi; 



Lil 



■ liai- 



11 liai 



L. : .S lelian de Mirabelle sire de Lillo (C. C. li., 
.V i|iiiL. .le Lille, 1. ;i9, Ca, 06). 

— (Jean van), écheviii d'Anvers, loOu : écu cassé. 
C. : une tète et col de lion, entre un vol, iss. d'une 
cuve (Hùp. S.-Elis., Buileng., c. 11) (voir Ghis- 
telles). 



iiard van Weldereii, juge ;i Ninu 
ml envers Josse van licmmel ( 
■ Vaecks, 13:i8; le mari : même 



HALENDAS, voir HALLANDAS. 

Halewijndl.liii:... |. //„/.„-..,. 



'Il -■ - I""' ,,.r, Guillaume van y:/;//, liioo 

111. me e. Il, la la^te eliai-gée de trois (deux?) besaiil 
ou tourteaux. L. : î' Margricl van . . . fort (Geld., 

— lirani llackfoirl, juge en Overbctuwe, ISSO : m.™ 
écu ipic liernard (1.128). Même C. qu'Olivier (l'rJI) 
le lévrier en aiTét. L. : S' Demi llarjorl (Gcld.i. 

Haccourt (Uenicr de), jadis prisonnier ii Itasweil. r 
sous Jacques di' liuiirbiiii ; i. t. : ;;."iO mont,, KiTl 



irn(/cr.s' de llalewin, c 



Halewijn (Danit'l viiii), iirisoiuiiiT illec. son 



— (Moreal van), jadis iirisonnier ;i liàswcik'r, parmi 
les gens (beedc) du duc de Bi'abant ; i. t. : 200 nioiil., 
1378 : trois lions cour. L. : S U'aller van llalewin 
(B.). 

— Daniel van Halewijne donne iiiiilliincr ;i la ■.illc de 
(jand, 1378 : trois lions et un lanibcl lirnch. C. : 
deux tètes barbues, adossées. L. : .S Ikinecl roii 
Alewine ruddre (Ville de Cand). 

— Gérard van llaehdne, sgr. de LicliliMM-hlc, h. du 
chiUeau et Vieux-Iioin-g de Caml, 1387 : niruips ecu 
et C. ([ue Gérard, 137.i. T. : dru\ h. s:ni\., sans 
massues (Fiefs, ^''> 2lJ72). 

— Guillaume de llaehoin, sj^r. i'VulUcrkc (L'ijtkerko) 
et de Bueghenliout (Buggenhout), chev., décl. avoir 
été dispensé, par le duo, de Bom'gogne, des droits 



lleclor V 


m llaloioine, bourgeois de Brug 


a Irait ii i 


n lief, acheté par lui, naguère. 


Laniperni 


se et relevant du bourg de Furn 


1.1 sept. : 


mêmes ccu et C. S. : deux lénp: 



;. L. : S EctoT va llalewl {Wnd.. 1. M}. 



selles (Hi'ii-'rrW 
(Ibid., 1. -23'JJ. 



ilf le Haye, bailli de Xies- 



Irn.rn llalc.:..., 


|;/»»|(AtrAc(lbid.,l. \-l) 


- .lo-se van llalnnn. 


oan de la veuve de .Von(/-r 


JiMiris reroit • n 


iitr MU' la recette des bnc 


van (ter Camere van 


Vlaendren, li09 : écu ca 


Cq. cour. C. : une té 


e et col d'âne d'bermine. I 


S lo Ilaleiii 


p(Ibid., 1. 13-i). 


- Jean van Ualcnn 


ont, ,lr Jran s:n\ dru W : 


du cher de sa cour di 


Wall. ■.1,11 llrf a ltrl|r^;l,rll, 


femme, Isabelle Deni, 


-. llrllUllllHf l//rr (icol 



■S. ; diiix linii>(llii(l., NO 1288) (voir Adin, Bam- 
houdere. Eechoute, Jaghere, Carette, Co- 
ninc, Cruijce, Luxembourg, Marschalk, 
Peijs, Quaetjonc, 'Wittem). 

Halfhuijs. Guillaume Ilalfhuus re(;oit, du Brabanl, 
20 livres de grotc lakcn çihells (1 écu d'Anvers, aux 
ipiatre lions = 22 cjrole laken ghells), il valoir sur 
'.18 liwfs et .j csialius de grote lakcn ylwlls, 18 mi- 



1 par 



■n barn 



iicbé; a 



— (.leau), éclievin de Bruxelles, U04, 71, 81 : un 
paiti-émanclié, chargé en cœur d'une étoile ii cini| 
rais ; au fr.-(|. chargé d'une fasce et d'un lion brocli., 
i-s. du hni-d inf. de la fasce. C. : un cvgne, posé dan^ 
nue (ii\c, \r i.fti entoure d'une cour. T. d. : un li. 
sau\.,apiHivint sa massue il terre. L , l-iC.i:S' lan 
llalfhirijs (Hiiiv., Ch. et doc. div., c. 1, et E. (;., 








Fig. 1. Nicohis de Maore, iiiaieur de Saiiit-iNicolas (i;ji;0). 

Fig. 2. Jean de Maere, échevin de Saint-Nicolas (13Sij). 

Fig. 3. Pierre de Maere, échevin de Saint-Nicolas (1551). 

Fig. 4. Simon van Schooth, maieiir de Saint-Nicolas (1551). 

Fig. .5. .lan Vercoiiteren, éclievin de Saint-Nicolnb (1551). 



(:t, 2. 1) lloiiis (le lis. I,. : S Ihinni {Dde Unlknda. 
mitili (I!., N» 2S7:i). 



Halle (.Irai 



Halle (Jua 



s de lliiltc srah Irn 



di-n urber (1er :ielver beiint 
►p S' devardi die de lliillr i 



Lew. . (Léaiii (li.). 
- Aiiseelvanllatlcer. 



eeliiisse iinil ijeheis 



1(1' vaii dfr UiiUeit, clicv., jadis pi'isnniiiiT ; 
i'ilr[' ilans l'armée lifabaii(;niiiic; i. l : iOi,'- 
., l.'iTt : plain; an chef rliai'-oili' trois |iaU 
S //,T (sir' ]m„r Urr) Itnnrr m ilrr Unir (|J.) 



le Léaii, ViTl : trois piles, 
le (Lcau, S" iiO). 



- (Johanncs de), r.iie^in dr I.oau, i:i80 : trois piles. 
L. : >i< S' Johis de llcille seah leie (Ihid.). 

— (llarpcr van), Kiicitenineisler de l'arclie\é(pu' de 
Cûlosne, i;i89 : un lion (l)nss., Cot., .\" 11-24 1/-2). 



: ►!. .S lohix ,!,■ Halle scahim then . . (Il.hl.). 

■ii^cs, 11117 irari,' ,1c H07 rappelle : de lleijie), 
!, i. (! ; Jehan /,• jKifl fermer, dit leO.) Ifales, 1 il"i ; 



S lehan ,1e Halle 



. in. 



l'iiMv \;iiii, .MviV-hiiie du duc Antoine de liralKiii 
s. : un :ii;;lr. !.. : S l'elridc Halle (\l). 

'lleiii yraiirunis ,1e Halle (S.-(,.). 

(TliirnA saii), Mi.siil de Cautliiee Roese. de W 

rinnie, ir>iilaiit ;i Saiiit-Tl'ond, dans sa eonr fédda 



de Lille, 1. .i:i). 
- (lohaiines de}, éelievin de Léaii, iUl : Irols piles, 
la 1"' eliarsée d'une étoile (a six rais,. L. : S lohan- 
nis de Halle scabi Icwcii (\\\\). d'Orienté, c. :!, 

A. (;. 15.). 



de Halle scabt le {S. -(;.). 
- (Pierre del). de Hrainc-rAlieud, tient, de d"' Ca- 
lliehne. veuve de Jehan de Xehiiie. nn lief a llraiiir- 
l'Allend, 1.(70 : une él(jile (A\. ri dm., nv. .■ITOi. 



- (Jean van), éelievin dr 



e<n. L. ; en,i de Halle scabi Icvwe/t . 

— (Anionld van), éelievin de Tirlemont, 1322, 4, 5 : 
un lion, il la queue fourcliée, surmonté d'un lainbel. 
L. : + SArl va Halle .tcabi Ihe (Cr. seali., Lou- 



].. ; S Daniel van Halle (Aldi. (niiieute, c. ;t, 
A. C. I!.. et neijlj. 
— ((iuillaunie \an), éelievin i7/pc, ItiHi: trois piles 
((^ril.) (\oii' Berghe | li:i:2|, Broeck, Galoppe, 
Colijns, Taillerie, 'Verken). 

Hallet. Culars de Haley, .liàlil-iin de llannul. décl. 
avoir re(;u, du comte de N'amur, diez livreen de 
terre, . . . saur trois bunniers daines, . . . que je 
tieiig entre Tiesiies ('lliisnes) et Hanut. .asavoir 
est deus bonniers qui gisait au bas et diez et tcit 
verges qui gisent derrière losiiital de Hanut, i;tOO. 
le jour de la Saiiit-Jean-liaptiste : trois l'orces ren- 
versées. L. : Colarl de Uallexj 

(Nam., N» 305). 



lambel brocliaiil. h. : if. S' Weri Morea de llaley 

(lt.,N°Aio). 



— Wallerus, dictus de llalleij, se. pour Johannes de 
Mcijlem (Melen), armiger, (|ui s'en^a^e ii servir le- 
dit due, à cheval, dans la même guerre, i4 avr il 
1339 (!) : trois lorces renversées; au Ir.-ci. hroi li. a 

trois inerleltes. L. : >î< S' Vatier de liai- 

/.. (li, N»317). 

— Cauthier van Ilallccr, jadis prisonnier ii liasweiler, 
sous Robert de Namur; 1, t. : 0C8 inuut., l;!7i, 8 : 
trois forces renversées. L. : >i< S Walelet de 
//r(/e/(!)(B.). 

— Cuillauuie van Hatlcer, prisonnier illcc, sous le 



KiT.t : rame écii. L. : .S 1 1 ',7, . m . //.s- Wntie 
IlcrkTi (Ucrli'ép) (It.). 
Hallet. Jean saii der Abdien et del Al/ie (Abbaye) 



lolt fis Bavdovm de llale ^li.). 
— I.ibei'l van Hatleu, dit van Cortijs (Conliijs), 



Anvers, Cliapeli, capsae l-'i). 

— (Henri van;, chev., nuMue (|iialilé, 10(i-2 
ccii, surbrisé d'une bordure enLiiélée, M 
(Ui leltres scabin.). 



- (Marlin), li. de lief (hi Ilaii 



Hais. Ilmjhe Jan Uni 



r Middelbour- 
C. li., e. 8(1). 



(\buis, Cmii' IV'nd. !■(-. vin ; 11. dr lirl)(M.lilBerg, 
Bertrée, Durant. Gonderstorff.Jammaert, 
Marbais, MARCHIN). 



, Ani 



1/ Haeahiil (C. 



Halslach, \iiir Cronenburg. 
Halstveich, \(iii Galen. 

Ham, Hamm, Hamme. Wahertix dirtus de 
Hani, éclievii 



ispals 



. ail . . 



i;.). 



s Cornehs Ifallmc f Ilovdin (C. C. H., 



un 



. m-j). 



Halmale (Georges van), bonrijeoi 
lidélilé au comle de Flandre, i:i,' 
souié de billcttes et une bande bi 
rjorii de Ifatmale (FI.). 

— (Ceorties van), éelievln d'Anvei's, 



■y de llaiH, clicv., se. un acte de Ferry de 
nibenj, éruyer, lii33 : de ... à l'écuss. |ilain, 
inté d'un lambel a cin(i pendants. C. : deux 



- l'hilippus de llnlmair (!), discreius vir, oppidam 



— (.lean van), éclie\in d'Anvers, i.40-i. 9, tiH, 71; 
cliev., en 1471 (2 personnages) : un lion et un semé 
de billettes. C. : un lion iss. (Ibid.. capsae, 0-10, 
ll-l"), et Ilnp. S.-Klis Ihiilcnr/.. c. I. et 11). 



:iitil"-l ,i iiiKili.' |.-i,.I;hi| -, i. I. : .T. .S" Mberti 

de llamine. Ak-f : t.-pe bcutiloiiiii- ; nue barre (!), 
chargée de trois besants, ou tourteaux, et un lauibel 
(à :! pendants) brocli. L. : ►!< S Alcf van den 
llaiiime (lluss., Jul.-Dn-(j, y -1-J8). 



Hamm, Hamme. 



VilU;,, van drr llan,,,,.- i /,n 






nn.mT 


liée, sniis Indilc 


l-:>i< 


Ir 1- (!) qiKll'IkT 
S lan van 



I. KEILDONCK). 



Ham, Hamm, Hamme. Johannes de Uainme, 
(■■clieviii de Bruxelles, 1434, : écartelé ; aux l»"- et» 
4', une fasce et un sautoir brocli. ; aux 2« et 3% 
uiie baude de ciu(| Insauges. C. : une tète d'Sne, 
eugoulant le cq. T. d. : une d''^ L. : S luhannis de 
llammc (lirux.). 

— Ilubcrtus de Hamme, braxator, commorans in 
■/Ài-h-ms (Sicliem, Siclieu?), 1450 : une fonvclie, a 
deux fuuiclions, accostée de deux trùtles. L. : . . 
. . . i:rli de Hamme (Ileijlissem). 

— Jiihannesde llam. ix\\e\m de I)ûis-le-Uuc, 1409 : 

coquille (M;d.). 

— Jean \an Hamme, échevin de la prieure de Millen, 
en sa sg'"; de ce lieu, 1499 : les lettres i et o en 
chef et 6 en pointe (S.-T., c. 9). 

— Liliert van llammc, conseiller du Hoi et receveur 
du quartier de Itruxrllc-, i;;:i!t : uirme écu que 
Jean, chev. (i;i74), Ir I" (•) qniiilirr luise en chef 

— Jérùme van Hamme, tenancier juré de la chambre 
des tonlieux, ii Bruxelles, 1010, 8, 9 : écartelé; au 
!'■' et -i'^, une fasce et un sautoir broch. ; aux 2« et 
3", une bande de cinq losanges. Une étoile broch. 
en coeur sur l'écartelure. C. i une tête de cheval, 
eugoulant le cq. L. : S leronimi deUamme (G. C. H., 
c. 47 et 48). 

— naiiiiii^i ,111 CiiilUuniie van Hamme, éclicvin de 
liiiixrll,., inci) ; même écu, mais sans l'étoile. C. 

Hamme (Cr. scab., .Mélanges, A. li. 11.) (voir 

Grimberghe, Lose, Mersch, Veen). 



Hamaide (Mesire Ernous, sire de le), se. des actes 
de Jean, dit sire d'Audeuarde, etc., 1280. et d'un 
Avesnes, 1281 : trois hamaides et un lauibel, il 

cinq pendants, broch. L. : de le Hameide 

(Mous, llaiiiaut). 



Ilamaide (Messirc Ernoul de te), signcur de 
Hetjnù, clK'v., |i;iir du Iliiiiiant, i;i07 (il. st.) : ti 

liMiitcaii?!. I. : :J^: S Arnovt dele Hamnide (Xni 
V |-J(i;i). 

— (Siihie homme mcssire Jelian, seiijneur de la), de 
Omdct et de lleimix{\), se. un acte du lombard U 
Oibli', I ll.'i, -i luai : même écu. Cq. coui-. C. : d 
.ii^uli'Tes alTroEitces. S. : deux léopards lioiii 

.S" lehan siyiî de le II (B.). 

— Jrau de le llamedde. écujer, sgr. de Cherens 
iCliiTcni;) et de Trcsquiéres, à Baisieux, 1505 : trois 
haiiiaidcs, la l''" cliarijée ii d. de ... . C. eassé 
(loiiniai, Cliai'treux, c. II). 

— (lehan de le), sgr. de Lussegnies (Lussignies) et 
demourant a Villemeau sur Tournezies (Wille- 
mi'au), lirnt. comme héritier de sa femme, d"'' Jlar- 
i;u.Tile des l'res, du château de Floliecq, le fief do 
(lartmeraujcs, 13-23 : ccartelé; aux 1" et •!«, trois 

a la liandc broch. C. : deux aiguières accostées 
(Kiefi. N" in2()3). 

— Jehan del llameudc, échevin de l'église S'-Jeau- 
l'KvangélisIe, de Liège, dans sa cour de Merdorp. 

t.'j:i:i : trois b.imaides. L. . . leh Ilamaide 

(llfijiisscm). 

— ^lexsire CItarles de le llnmayde, chev., sgr. de 
Chéreiig, llriiripont, Ecaussiiines, 1031 : même écu. 

I,. : .... arle ama . . . (M. Ilauon de 

l.niivfl) (mjîi Hameijde, Hurtefale, Trazeg- 



Hamal. Ennlachis, miles de lïamele, et Eustacius 
de llamclen. miles, 1281, 2 : une fascc île riiiq 
tubées el une escarboucle broch. L. : vji S Eustarii 
de Ilamcle militis (S.-T., c. 2). 



Jonijhe, écoutéte d'Oppenlieim, la lré\e conclue 
entre ledit duc et le comte de Naraur, laquelle durera 
jusqu'au i;!" jour après la Noël; 20 novbr. 1330; 
Jhan, heerevon(\) llnnielc, veqnil, du Braliant, liîi 
vieux écus, pour les pertes laites, par lui et les siens', 

y'i'i'...: . I,. ! 11,1;;. :,i ;i .\ssche et au siège de Bru- 
^'i ' --' .Jan.hcrevanHamele,ù\ts., 

I I' II, iiour Ghijsbrecht van den 

" V '■■ ■ : I - ' i-i (lu-ve), 130 vieux écus, a titre 
d\icuin[)li', puiir Us services rendu.s, par lui et ses 
compagnons, dans la guerre de Flandre, 1338 
(n. st.), 3 janvier; reçoit du Brabaiit, une rente 
féodale, par le receveur de Jfaeslricht, 1302, 3 : 
une fasce de cinq fusées. C. : une tète et col de 
bélier. \j.:<^S loh . is dni de Ilamale milH (Nam., 
N° 813, et B., N»^ 1331, 1307, 1779, 1831). 
Hamal Johanncs, domimis de Ilamalia, reçoit, du 
lirabant, une rente féodale, par le receveur de Maes- 
tricht, 1308 (n. st.), 3 mars : même écu. Volet 
diapré. C. : une tète de bélier. L. : ^ S loliis dni 
de Ilamalia (B., N» 2173). 

— (Eustache de), jadis'prisonnier à Bàsvveiler, dans 
l'armée brabani.onue ; i. t. : 1230 moût., 137-i ; 
même écu, brisé en clief à d. d'une étoile. C. : une 
tête et col de bélier. L. : ►J* S Evstacii de llamalr 
(U.). 

— Daniel van Hamele, écoutète de l'abbé de S'-Trond, 
I-M3, 7, 30, 3, 01 : même écu, mais, au lieu de 
l'étoile, un croissant. Même C. (S.-T., c. 7 et 9, et 
Ord.). 

— Jean van Hamel, écnutète de S'-Trond, 1378 : 
même écu, sans brisure. Même C. (Ord.). 

— (Jean de), sgr. de Petite-Somme, décl. tenir, du roi 
de France, ladite sg"« et une maison au village de 
Venam (Wenin) (prévùtc de Durbuy), 1082 : méuie 
écu (plein) (ovale). C. : une tète et col de bouc 
(cachet en sire rouge) (C. C. B., 43713c). 

— (D»' Al. do), cachet sur une lettre à la comtesse 
de Dion-le-Mont, à Nivelles, 1719 : écu en losange, 
à la fasce de cinq fusées. Manteau, doublé d'hermine, 
sommé d'une cour. (Coll. de l'auteur) (voir Alfter, 
Brusthem, IJseren, Païen, Proost, Ro- 
bijns, Trazegnies). 



- Willem van lïamele, hère van Eldercn. 1337 
une f.isce de cinq fusées. L : ►{< S' Wilhi d lïamele 
dni de OdoT milit (=Odeur) (B., N° 380). 

— (Jean, sire de). (Jérard Uoidstocke el Jean, sire 
de Sclikidin (1° loco), tous cliev., remettent do la 
part (le Wenceslas, duc de Luxembourg, etc., à 

;, chev., et à Henri, dit ram 



Hambach. voir Menden. 

Hambroec, dit van der Beversliiijs (Pierre 
van), échevin d'Anvers 1-130, 1, 6, 8 : trois pals 
retraits. C. : un vol (N.-D., Anvers, Chapell.. 
Capsae6-10). 



HA.MBROICH iHAMBROYCH), voir Har- 
scheidt, Spee. 

Hameijde (Josse), li. du duc de Bourgogne, dans la 
«liùtellciiie de Com-trai, 1400 : dix (-1, 3, 2, Il bil- 
lettes. L. : Sigil . lues . . . eide (C. 0. B., Acquits de 
Lille, I. 280). 

— Rogier llamaide, même qualité, Hil : même écii, 
mais bi'isé d'un croissant, entre la 2« et la 3= rangée 
de billettes. T. : liu ange. L'écu accosté de deux 

léopards lionnes, assis, adossés, h. : S er 

flameide (Ibid., I. 57-S8). 

— IJsoije Hameijds, veuve de Josse Eppe fgéi.itit = 
Eps), reçoit une rente sur le domaine de Courlrai, 
IU5, 8 : même écu, sans brisure. L. : S Isoie 
.4me;de (Ibid., 1. 391). 

Hamelberghe (Gliiselberi) se. pour Jean Scilder, 
bourgeois d'Oldenzaal, qui donne un acte avec le 
curé d'Ootmarssum et d'autres, 1384 : un bélier 
sautillant. L. : S Gliisebrecht v 

(('(rfc/i(j. 

Hamer (Georges de), prêtre, reçoit un paiement pour 
Ir prévùl dr N.-D.. a Itruges, 1417 : ini hérisson. 

!.. : Ilainer (C. C. B, .Vcquits de Lille, 

I. 412). 

Hamere (Jacques de), amman du métier de Belle 
(liailleul), 1474 : un sauloir. cantonné de quatre 
tiélles. L. : Ilain . . . (Ibid., I. 391). 

— lA'Irini-'i il'K (vninnncnde bij provisie bedienende 
'I'' '■ '■'': '■: ' 7i lande van Nevele, 1632: 
h -. accompagnés en cœur d'un 
ciii- iiii, I <iii. ^itiis un cartouche, accompagné 
:iii liiint (lr~ iciiiv, A U (M. Hulin, il Loo-ten-Hulle). 

Hamers (AiiidiiUI), jadis prisonnier ii Basneiler, 
M, Ils Ir ïiic dcSrljn.mvorst; i. t. : 126 moût., 1374, 
:;. (1 ; drux lleur^ de lis, p. c, 1 en chef à d., 1 en 
poinle et un marteau en chef il s. L. : ►!< S' Arnoldi 
.Ikli llamers (fi.) (PI. 8, lig. 191). 

Hamert (Gisbcrt van)(lils de Guillaume), échevin de 
Kotterdam, 1419 : une fasce, chargée d'une étoile et 
accompagnée de trois (2, 1) marteaux. .S. s. : un 
aigle. L. : S Ghiisbrt Wils (U.). 

HAMESINGHEN, voir Colpach. 

Hamme, \nii Ham. 

Hammerstein. Arnuldus, burgrarius de llnmer- 
x(cii,. s,-. UM acte de Williehims de Elze, 1268 : 
lr"i> Uiarli'Muv iirncliés. L. : ►!< S' Arnoldi bvrgravii 
de lhii„ust- (l)ll^^,, Jul.-llerg, N» 53). 



)'après Gelre, dye ht 



Hammiin (Coliin) reçoit, du receveur de Bruxelles, 
le prix de rachat d'un cens de 4 11., à lui dii, par 
le duc de Brabant, du chef d'une maison sise près 
de l'enceinte (neven de veste) (maison expropriée 
pour cause de l'agrandissement du parc ducal), 1432 : 
une croix engrélée, accompagnée de deux croissants, 

1 au canton d., 1 au canton s. L. : e 

1'.^ (B.). 

Hamptia. Colart, filx Pirar de Hameteal, échevin 
de la haute cour et franchise de KIorifToux, 1417 : 
un fer de pelle. L. : S' Colar de Hamlia (Nam.. 
N° 1342). 

— Colar de Hamptiaux, échevin de Floreffe, 1516 : 
un équerre, côtoyant le chef et le bord s. L. : . 
Colart de (Nam., N» 1383). 

Han (Jean, sire de), chev., h. du comte de Namur, 
1294 : trois lions et un lambel broch. L. : >î< S lohaii 
de Uan chevalier (Nam., N" 262, 266). 

— (Bauduin de), écuyer, pers (pair) del chastial de 
Namur, 1330 : trois lions et un lambel à cinq 

pendants broch. L. : sire de . . . (Nam.. 

N» 514). 

— (Henri, sgr. de), en Champagne, reçoit, du Brabant, 
une rente sur Jodoigne, 1391 : un burelé, au lambel 
à cimi pendants. C. : un vol. L. : S Henry de Unis 
(B.). 

Hanaerts, voir Hannaerds. 

Hanart. Jean llannarl, bourgeois de Binche, reçoit 
une rente viagère, sur le domaine de Binche, poui' 
lui et sa tille Ilanelte, 1474, 5, 7 ; reçoit une rente 
viagère pour lui et sa tille Hanette, procréée avec sa 
première femme, Jeanne Narret, 1482 ; reçoit une 
rente viagère pour sa femme. .Alarie de Tliiennes, 
fille de feu Evrard, rente léguée par sa belle-mère. 
Sainte Hideux, veuve dudit Evrard, 1484 : un che- 
vron, accompagné en chef de deux étoiles et en 
pointe d'une rose. L. : S lehan Hanart (C. C. B., 
Acquits de Lille, 1. 1685, 1687, 1688). 

— Ursmer Hannarl, h. de fief du Ilainaut et de la 
cour de Mons, 1470, 83, à Binche; receveur de 
di'f Ysabeau Rousseau, sa belle mère, veuve de 
Jean Bourgois, demeurant à Binche, reçoit une rente 
viagère, sur le domaine de Binche, pour ladite d"'-. 
la fille de celle-ci, .Annelele Bourgois, femme dudit 
Ursmer, et la sœur de celle-ci, .imalberge Bourgois, 
femme de Jean Colissart, le fils, 1484 ; un chevron, 
accompagné en chef d'un croissant et d'une rose et 
en pointe d'une étoile. L. : Seel l rsmer Hanart 
(Ibid., I. 1685, 1087, 1688). 



Hanceil (Jean), jadis priso 



Hl:uv!'',r!m'! 


ô^'s!; 


riisto. L. : S 


Ivkan llan . cita 


Handzaeme 


J.-an 


an Ansamen 


, suppôt (Imape) 




lis do 


eus, tliefs-h 


mmes el bonnes 


i;eiis du iiii-li 


1- des c 




avec d'autri'a 


chefs- 


lomiues, des 


Uolelicrs el des 


sii|.|.61s du .• 


e mclii 


■, i:!"2-i (il. s 


) : un cliévion 


aci-oiiipa^riL- 


lé troih 


boules. L. : 


S- lolus de A„ 


sinne (FI.. .N 


' U09 


cl 1410). 





Hane (Lndeiricus diclus), cl Régula, sa femme, de 
ra\rii d'I'.veiai'd, Godcfrold, .\lbcrl, Jean. AlheydU 
Il Jiilla, Iniis enfants, anVanchisscnl des serfs, 
i:ill : un cni|. L. : SLod..ici liane de Wil;ede 
(Itiiss., Uen/e/i, N" 97 1/2). 

— (Jean van dcn), dit Vijicin (et Vilain), échevin de 
Miiixelies, liioti, G2, 3 : une bande ondée, chargée 
lie trois cliàleaux, ou portes, munis, chacun de trois 
liiinelles. posés dans le sens de la bande, el accom- 
pagnée au canton s. d'un maillel penché. L. : S 
U,lianm>! de dallo des (!) Vilein (li. el lirnx.). 



— (Kntjlebert van dcn), échevin illec. 13.j8 
même écu, sans maillet. L. : >i> S tmjelb'i 
(i:. G., 1. i:!2, cl Urux.). 



0:1, i 



'■'•''•• : • ■ . ■ , I ' . 1 !■ I lii^i'c, accompagnée 
11. ■ ■' .I.|-I,G(3,2, l)en 

I ■ . 1. liii \'M. 1 11,11 ^r iiiiiir |i;iiuie eld'nn semé 

— (Jean) fianen, vriscepen du duc de Itrabant, dans 
sa cour de Dormael, 1428 : un chevron, accompagné 
lie trois liesants, ou tourteaux. L. : S loliis Hane 
scbi dorin (S. G.). 

— (Gérard), éclievin du duc de Brahant, dans sa cour 
lie Donnnle. IfGS : même écu.L. : + [.SJ Cherardi 
liane scabi de Durnde (\) (Ilcijli.ssem) (von- Lim- 
minglien). 

Haneffe. Jean de llanne/f, échevin de Sainl-Trond, 

liiurnées. C. cassé (Ord.) (voir Neufchâteau, 
Rochefort, Seraing). 



lalnt-Troi 



Haï 



ir Hanneron. 



Hanet{ouHavetï)(-PieraW;, échevin d'OJomonl, 
I KiO : une liach,' penchée, accostée de deux roses, 
iigees et feuilles, 1 en chef à s., 1 en pointe ii d. 
'■■ : .S t'irart (C. C. B., c. 30). 

Han^est (iVillaiimes de), bailli d'Amiens, 12!)i : 
une rose. L'écn accosté de deux Heurs de lis. L. : >^ 
S WdUaviH .... angest lainiie (FI.). 



Hangest ((iuillaume de), le jeune, 1310 : une croix 
eugrélée, cantonnée de quatre lions cour. L. : ^ S 
OvUl de llangesl ne (FI.). 



Hanin, voir Dansaert. 

Hanckaert (Codefrklus), éclievin de Louvain, 1478: 
un arbre sec, arraché, dans lequel perchent deux 
inerlelles; bordure engiélée. L. : S Codefridi llanc- 
karl scabini lu . . . t.S.-G.). 

— Arnoldtis Hanckarl. échevin i7/pc, l.'ii:; ; le ménu' 
écu, sans bordure, mais brisé au liane d. d'une 
étoile. L. : i' Arnoldi H Iman (Saint- 
Pierre, A. G. D.) (voir Hannequart). 

Hannaerds (Jean), échevin delervuereii, 1300, 77 : 
un ha'uf passant. L. : >J< S' lan Hannaeris (S.-ti.). 

— Gosen Anmerds, même qualité, 1402, 5 (n. st.) : 
un lion. L. : S' ^ (loesen llanaersl (!) (S.-G.). 

— Goe.-ien Annaerds, même (|ua!ité, 1413 (n. si.) : 
un lion. L. ; ^ Gue . . n llanaers (S.-G.). 



Hannart, voir Hanart. 

Hannarts (Jean), échevin de Landen, 1450 : écar- 
lelé ; chaque quartier cliargé d'un lion ; un croissant 
briicli. sur l'écartclure (S. -T., c. 9). 

Han[n]ebiert (Pierre), aileutier du Hainaul, se. un 
acte relatif à une terre il Beclers, 1398; se. en 1400 : 
une rose à six feuilles el une cotice broch. L. ; S 
l'ierarl llanebiert (Tournai, Ghartrier). 

— Louis llanneberl, h. de lief du Hainaul el de la 
cour de Mons. 1511; aileutier, 1d12 : écarlelc; aux 
1" et ¥, une rose; aux 2' et 3e, une bande. G. : un 
vol. S. : deux griffons (Tournai, Croisiers). 

îlannekart, voir Hannequart. 

Han[n]ecot, voir Heneko. 

Han[n]eman (Jean), le jeune, bourgeois de Louvain, 
se. un acte avec Everard van Grimde. 1358 : un 
sautoir engrélc, accompagné en chef d'un écuss. a 
trois tierces. L. : i^ Slanllaneman(\i., N" 1690). 

— (Jean), jadis prisonnier à Bàsweiler, sous sire Jean 
Godenarts; i. l. : 148 uioul; 1374 : un sautoir 
en;;rilé. accompagné en chef d'un écuss. ii quatre 
bunlle^. L. : ij< 6" /o/iannes (!) Ilanncman (B.). 



Hannequart (et Hennekart) (Jean), bourgeois de 
liinche, reçoit une rente viagiVe sur le domaine de 
Binche, pour lui et sa femme, Yzabeau de lescaille, 
1473, 4, 7, 81 ; h. de lief du Itainaut, 1481 : écartelé ; 
aux I" et i', un Agnits Dei, regardant, passant; 
2e et 3=, un lion et un chevron abaissé, broch. 
(Gillard?). T. s. : une femme nue, iss. du cadre 
du champ du sceau. L. : Seel lehan Uannekarl (C. 
C. B., Acquits de Lille, 1. ICSo, 1G87, 1088) (voir 
Hanckaert). 

Hanneron. Colarl Haneroen, receveur du prévôt 
de Saint-Donat, ii Bruges, 1439, 40 : trois têtes de 

chien braque. T. : un ange. L. : ert llaenroen 

(C. C. B., Acquits de Lille, 1. 42 et 378). 

— Colarl llaneron, même qualité, |.tS2, 3 : même 
écu. C. : une tête de chien braque. L. : S Colar . 
llancTon (Ihid., I. 378). 

— Jean //nneron, et /yenneron,!bourgeois de Tournai, 
reçoit des rentes viagtVes sur le domaine de Cour- 
trai, 1443,8,61, 2 : un chevron, accompagné de 
trois trîines, les tiges fendues en chevron. C. : une 
étoile entre un vol. S. : un lion et un griflon. L. : S 
hha Ilanero fil Andricv (Ibid., 1. 301). 

Les quittances ce U15 et HJ8 citent sa femme Agnès le 

— (Nicaise), conseiller du roi et son receveur général 
pour Ypres, Courtrai, etc., 1504; pour Bruges et le 
Franc, 1S03, 6; receveur général de Flandre, 1519, 
21, 2 : trois roses, tigccs et teuillées. S. s. : un 
aigle, sur lequel chevauche un homme, nu-téte, 
tenant de la main gauche une badine. L, 1504 : 
SA'iVasc Hanneron 1504 (Ibid., I. 35-37, 132, 197) 
(voir Christiaens). 



Hannosin, \ 



r Laurent. 



Hannesche. Baudes de Haneck, homme de loi 
manant en le baillerie de Waseiye (\\'asseiges), 
1331 (n. st.) : trois étriers et un bâton broch.Y. ': 
►î< S' Dadel de Haneche (Nam., N» 524). 

— Jehans de llanech, h. du comte de Namur, 1334, 
5, 9 ; inaieur de Namur, 1358, G : trois mouchetures 
d'hermine (d'hermine plain?i ; au chef denché, chargé 
au point d'une étoile, h. : if. Sg Johannis de lia- 
nech (Nam., N»s 784, 9, 859, 830, 847) (PI. 8, 
Gg. 192). 

Hanneton (Renaud), h. de fief du llainaut et de la 
cour de Mons, 1511; fraiic-alleutier, 1512 (n. st.) : 
une croix, chargée de cinq . . . (roses, coquilles?). 
S. s. : un griffon (Tournai, Croisiers). 

Hannière. ileslre Jehan llaniere reçoit, du comte 
de Flandre. 20 livres [tar., pour ma pcncion de cest 
présent parlement, 1314 (n. st.) : un chevron; au 
fr.-q. d'hermine plain. L. : S' Magr . . oh'is dict. 
Uanniere cl' ici (FI., N» 1277). ' 



Hannosset (Christophe), chev., conseiller et rece- 
veur général du roi au quartier de Bruxelles, lOCO, 
7, 8 : d'hermine à la fasce entre deux burelles. C. : 
une étoile ii cinq rais. L. : Sigil Chrmo Po Pon 
Annotes (sic) (C. C. B., c. 48). 



a léisen. 



>t PON . 



Hannut. Henriais de Hanuto, armiger (voir Ra- 
court), 1339 : trois forces renversées. L. : ^ 
S Helman de Uanvt (B., N» 510). 

— Robertus de Hanuto, armiger (voir Racoiirt), 
1339 : même écu, brisé de trois billeltes. 1 au point 
du chef, les 2 autres en pointe, accostant la 3'- force 
renversée. L. : S Robier de Chierwe (Ibid.). 

— Gauthier van Hanuijt, échevin deTirlemont, 1304 : 
de menu vair, au fr.-q. chargé d'un lion (Gr. scali 
Louvain, c. .'i043). 

— W'autelel van Uannuijl, le bâtard, jadis prisonnier 
à Basweiler, sous le bailli du Brabant wallon, Clu- 
tinc; i. t. : 32 raout., 1374 : même écu, brisé d'un 
biton. L. : .f, S Wolre va llanvt (B.). 

— Eustache van Hannuijt, prisonnier illec, sous Ro- 
bert de Namur; i. t. : 250 moût., 1374 : écartelé; 
aux l"et4e, de vair; au fT.-q. chargé d'un lion; 
aux 2'= et 3<', un sautoir. L. : ^ S Slas de Hanvvl 
(B.). 

— Gérard van Hannuijt, prisonnier illec; i. t. ; 
110 moût., 1374, 8 : trois forces renversées, ac- 
compagnées au point du chef d'une étoile à cinq 
rais. L. : ^ S Gerars de Cheslias (B.). 

M est : château de Hannut, voir Hemhicourt, passlm, 
e. a., p. 215 (édit. Salduay). 

— Godefrold van Han[n]uiH, chev., prisonnier illec; 
i. t. : 1192 moût., 1374. 5 : de vair à trois fiuces 
renversées. L., 1374 : S Mes Godefrois de Gim- 
[mi?l ; 1375 : >^ S' Godefroit Germea (B.). 



— Wautelet van Hannuijt, prisonnier illec; i. t 
178 moût., 1374, G : de vair à une iseiilc) force re 
versée. L. : S Wavllir de Hannov Germv (B.). 

— Jean Malechar (tout court), et Melechar vi 
Hannuijt, prisonnier illec; 1. t. : 32 moût , 137( 
trois forces renversées; au fr.-q. broch., char 
d'un sautoir. L. : ►{« lohans Malchar (B.) (\t 
Malsart, Torre). 



Hanoyse (Jean), maire et échevin délie vilhe e 
hacoir de Sève (Salves), 1340 : un croissant (B.). 







Fig 3 

Fiff 1 lo«<:e van Havere, échevin de Saint-Nicolas (1551). 
tig 2 Adrien lan Seghers, éclievin de Waesmunster (1632). 
Fis 3 Jean de Cauwere, maieur de Saint-Nicolas (1048). 
Fig 4 Adrien Baeit, oclievin de Saint-Nicolas (1G48). 

(Ce dernier sceau sera décrit dans le "Supplément».) 



Hanon (Pierre), h. de fief du Hainaut, 1524, G, ii 
Iiraiiic-le-Couilc : une clef en cœur, acconipa(;iice 
en cliet de deux étoiles a cinq rais et au flanc d. 
d'une rose; le flanc s. et la pointe cassés. T. : ii s. 
dorricM'e l'écu : un Saint-Pierre, coiflë de la tiare, 
tenant de la droite la croix pastorale et de la gauche 
une clef. L. : Seel Piere Ilanon (Arcli. de l'égl. de 
Kraine-le-Comte). 

— (tiéry), lS-27, à Brainc-le-Comte : une clef en cœur, 
acniuipa-nce de trois (2, 1) étoiles ii cimi rais. S. 
s. : un aigle essorant. L. : Seel (Ibid.). 



— Charles-Adrien Hanon, ollicier au service d'Au- 
triche, appose sur une lettre adressée, en ITÎiO, à 
sa sœur M.-G. llannn, à Braine-le-Comte, un cachet 
a ces armes : de gueules au chevron d'or, accom- 
pagné de deux étoiles en chef et d'une clef, surmon- 
Ice d'une étoile, en pointe. Ci|. cour. C. : un lion 
iss., brandissant un cimeterre (M. Ilanon de Louvet) 
(\nir Buterne, Douillet, Haeghen, Hove, 
Hulin, Colins, Maleingreau, Neufvilles, 
Pattey, Saquin, Ville, Waitte). 



,. : S' Walleri de Anzebelie (FI.) 



— (Johannes de), i 
60: trois (2, l)an 



Hanswijk. Jûka 



is billettes (Unss., Jul.-Derg, 



— Henri van Haiiswijcli, éches'm illec, IGOi, H, 12 : 
trois biUettes vidées ; au fr.-q. chargé d'une fasce, 
sommée d'un lion iss. C. : un lion iss. (Mal.). 

HANSTADEN, ou HAUSTADEN (Hau- 

stadt?) (Willelmus de), mile.s. a reçu en lief, du 
duc de Luxemliourg, qiiinque vini plaustra. que 
apud villnm dictam Meijlen iiixta Remua habid, 
i:m : trois pals; au clief plain. L. : . AVilhelmi 
d aden milit . . (Lux., c. III, 1. X, N» 7). 

Hantes (Les cchevins do la ville de), 1502 ; dix 
(i, 3, 3) losanges. T. : ini h., portant de la droite 
un biHon. L. : S eschevinal de la france vil de 
Hantes (U"" de Rover de Dour). 

Hanxleden ^Godcfroid de), conseiller du comte de 
la .Mark, 1393 : une ancre de maçonnerie, posée en 
bande. C. : un vol (Duss., Col, N» llCa). 

— Gaderl(\) van Hanxlede, drossard de Bilslein 
(Mark), 1417 : même écu. h. : i^ S' Goderl van 
Hanxlede (Duss., Clèves-Mark; N» 746). 



- Ifunoldl et Joli, 
loe der Vrcdehii{\ 



lit van Hanxlede, drossard[s?| 
■redeburg), 1117; tous deux : une 
lie, posée eu barre (!). L. L. : S' 
■Icd : S' lolian van Hanixlede 



Hapart, voir Happa[e]rt. 

Happar 



Mimes, ti'ii; Jolmn Happar, dit Ros- 
iioiera Avenues, li'61 : une fasce entre 
Mes (C. C. l!., c. 108) ( voir Happa[e]rt). 



Hanot (Jeannel), h. de fief du Hainaut et de la cour 
de Mous, lo38 : une hure de sanglier, surmontée ii 
d. d'une molette. C. : mie aigle iss. (Mons, Sainte- 
Wnudru, c. 1). 

— (Mathieu), le fils, même qualité, 1541 : même êcii. 



Happa[ejrt (Léon) reçoit, 
84 vieux écus, des échc 
eartelé ; au l"' et 4«, troi 



•s llappart, ayant assisté à la campagne du 
loine de Brabant contre les seigneurs luxem- 
lis, se. un acte de Goedart van Warwelle, 



Happa[elrt (dcrelmus dicliis), éclicvin dp Rruxellcs, 
illa, 9 : ccarlclé; au 1" cl .4^, trois fleurs de lis, 
p. c. ; aux 2« et 3', un lion. Un maillet penché, 
lirocli. en cœur sur ocartelurc. Cq. cour. C : un 
bonnet arrondi, garni d'une plume d'autruche, iss. 
de la cour. S. : deux aigles. L. : S Gerctmi (Ici 
Happarl (lîrux. et U). 

— Jean IIaj)[ar]t, maieur et échevin de la cour de 
Saint-Paul, i Avenncs, 1480 : une cotice, accom- 
pai;iiée au canton s. d'un étrier. L. : . . . ohan . . ._ 
pa . . (C.V. scab., Mélanges, A. (1. C). 

— (Louis), échevin d'Anvers, 1491, 1502 : même écu 
que Gcrelmus, mais les Heurs de lis complètes, et 
sans maillet. T. s. : une à''" (M. Schuermans et Hop. 
S.-Elis., Buiteng., 1). 

— (Jérôme), échevin Ulec, 1523, i : même écu, brisé 
d'une étoile broch. sur l'écartelure. Cq. cour. C. : 
bonnet arrondi. T. s. : unediii:(114 lettres scab. 
et IIÔp. S.-Elis., Buileng., c. III). 

— (Corneille), échevin Ulec, vers 1545 : même écu, 
les Heurs de lis, p. c. (avec étoile). G. : un chapeau, 
retroussé d'hermine, garni d'une plume d'autruche 
(sans cour.). L. : S Cornelii Ilappaerl (N.-D., An- 
\ers, Chap.). 

— (Jean), même qualité, 1G51 : ccartclé; au 1", trois 
fleurs de lis, p. c. ; au 2«, un lion. Le bas est cassé 

rs, Arch. Comni., Desch. v. eirjend. buiten 



Ant 



'., I). 



— (Damoiseau Robert-Ilyacintlie-Joseph), liceneié-és- 
lois, échevin de Bruxelles, 17;i2 : écartelé; aux l" 
et i', de sinople au lion ; aux 2« et 'M. de gueules il 
trois fleurs de lis, p. c. C. : un chapeau de tournoi, 
orné d'une plume d'autruche (51. van der EIst) (voir 
Bienne, Happar). 

HARACOURT. Manjriet van llarracotirt (elle 
si^iie : Martjrit van llaracoiirl), joii/fraune zii 
lùilckcnsteiii umt ICuvrlimje (Evcrlange), i'e(.'oit une 
renie ii Bastogne, lo33 : une croix; écuss. en cœur 

a la fasce. L. : . Margr ..(.... Ilar (C. G. 

(lî.. Acquits de Luxembourg, c. 2050 Ws). 



HARBEKE (Jean) (sans partie), écuyer, se. un 
acte de Lewe van llnhe, 1389 : un fascé. L. : S' 
lohannis de Ilorhec (Uuss., Col., N'» 1I2C). 

Harbonnières. Mestre Manessier de llerbonicres 
reçoit, du comte de Flandre, ma pcncion de cesl 
présent parlement, 1314 (n. st.) : de . . . au chef 
de . . .; au sautoir broch. sur le tout. L. : ►}< S' 
.Manassc . . de llarbon cl' i (= clerici) (FI. , N» 1278). 



ii-nenis 



le Uarbnnicre{\\ signe : de llarbonicr), 
de la Salle du roi ii Bastogne, sgr. en 



parlie de Cobrevillc (comté de Chiny), décl. tenir. 
du roi de France : « ladilte iiualité de noble et 
exempte de touttes charges et impositions pu- 
bliques » et une partie de la sg''*: de Cobre\ille, 
IG82 : neuf (lî, 3, 3) besants, ou tourteaux, placés 
dans la partie inf. du champ, accostés de deux lions 
affrontés, tenant, ensemble, une couronne, posée en 
chef. Cq. sans C. (cachet en cire rouge) (C. C. B., 
45713a). 



HARCHE (Jean de), niaieur en [éauté de Liège, 
1420-5 : un gironné de seize pièces ; écuss. en ca-ur 
à la croix, accompagnée aux 1", 3" et 4= cantons 
d'une merlette et au 2<= d'une rose. T. : un ange. 
L. : . lohan de llarc . . (C. de B.). 

Harchies (Jean, sgr. de), chev., h. de lief du 
Ilainaut, 1314 : de ... à cinq trangics; au fr.-q. 
plain. Un lambel broch. sur l'écu. h. : <i> S' lehan 
de llarechies (B.) (PI. 8, lig. 193). 

Hardenberg (Henri) et Robert Stàel (voir Staël) 
(ils semblent posséder en commun le hofl'toe Uoe- 
densvelde) font un échange de serves, avec l'abbé 
de Werden, 1430 : deux chevrons. L. : Sigillum 
llinrich lia rg (Duss., Werden, N" 97''). 



Harderxvijk (Les échevins de), 1418 : un lion cour. 
(a la queue simple) et un semé de billettes. L. : 
Secrctvm civitalis de Ilerderwiic (Arnliem, ReUenk.). 

Hardevust (Godefridus, fdius quondam Uildegeri, 
dictus) tuteur des enfants de Gertrude, veuve de 
Ilerman, écoutète de Deutz, chev., 1202 (n. st.) : 
deux bras ims, passés en sautoir, iss. des bords de 
l'écu. L. : 4* S' Godefndi Ilardewst (Ville de 
Cologne, N» 507 (voir Vijgh). 

Hardinck, voir Herdinck. 

Hardit fCo(nr/j. maieur d'Ath, 1344 : trois sangliers 
passants. L. : Seel Cota... Hardi.. (B.) (voir 
Canivette). 

— (Jaquemin) reçoit, de la ville de Tournai, une 
rente viagère pour lui et sa femme, Marie Canivette, 
1403 : dans le champ du sceau, deux léopards lion- 
nés, adossés, accompagnés, dans la partie sup., 
d'un ca'in-, surmonté d'une couronne. L. : S . . que- 
min (Tournai, Chartricr). 



Harduemont (Gndcfroid, sgr. de), 1355, 76 : 
n(u( CI, i. ~i, 1) floiii-s de lis et un larabcl broch. 
('.. : un vul. L., U7G : S Godefridi dni de IhiT- 
dniyemonl (S.-T., c. 8, et lleijlissem). 

— Joan va» llardmcemont, chev., jadis prisonnier a 
lldSwciliT, SOUS Uobert de Namur ; i. t. : 4452 moût., 
1374 : six (3, 2, 1) fleurs de lis et un lambel broch. 
% S luhun de llardoemon (B.). 

— .\rnould, bi'ilard de Herdewemont, prisonnier illec, 
sous sire J. Codenarts; i. t. : 100 moût., 1374; dit 
vcilItT (le sou propre sceau : même écu, brisé d'i 
liàtoM. L. : S' knrin de Hardevemon (B.) (vo 
Oreye, Oupeye, Rocour, THILIESSE). 



Horduin (llubin), échevin de Liège, 1352 : deux 
tances; au fr.-q. chargé d'une croix (G. de B.). 

Horeche, voir Pontillas. 

Haren (Adam, dominus de), miles, vassal du sire de 
KuiiiiiieuiiMit, 1276 : un fascé de huit pièces. L. : 
►}< S Ade mititis de Haren (Duss., Bailliage d'Alten- 

— Gossuimis, frère dudit Adam, même qualité, 1! 
nii'uic éiu, une étoile (à six rais) broch. a s. su 
di'ux premières pièces. L. : ►!< S Gos . xcini de Haren 
mititis (Ibid.). 

— (Gossuinus de), h. de Waleran, sire de Fauquemont 
et de Montjoie, 1283 : même écu, mais l'étoile i 
cin(| rais. h.:>^S Goss de Haren militis 

(Ville de Cologne, N» 469b). 

— Mgr. Gossuin de Hare, même qualité, 1283 (n. st.) : 
Miênie ccu, mais l'étoile ii six rais. L. : ►pS' Gosvini 
de Ilare militis (Nam., N» 161). 

— Monseigneur Ogier de Hare, frère dudit, même 
qualité, 1283 (n. st.) : un burelé (de 15 pièces) et 
trois (2, 1) faucons broch., posés en pal. L. : ^ S' 
Oijeri ml'is et advocnti liednis (avoué de Maestricht) 
(Ibid.) (\oir Borneken). 

VolrHEMIUCOURT, Oi). «(. 

— (Uogler van), sgr. de Diecke, reçoit du Brabant, 
par la ville de Lierre, du chef de la guerre de Flan- 
dre, 30 vieux écus et 30 gros de Flandre, à valoir 
sur les frais t'an drie ghelavien, 17 mai 1357; il 
reçoit, du Brabant. 405 3/4 vieux écus, pour ses 
services, trais et pertes dans la guerre de Flandre, 
i:i.')7, 21 novembre ; un burelé (de 16 pièces) à 
trois (2, 1) faucons brochants. L. : <i> Si' Rogier 
ua Hare {li., N»^ 1086 et 1538). 



Haren (Gérard van), h. de fief de Henri van Oijen- 
brugghe, sgr. d'un bien, non cité nommément, 1367 : 
trois anillcs; au fr.-q. broch., chargé d'un lion iss. 
de la pointe. Seul, l'écu subsiste (Gr. scab., Mé- 
langes, A. G. B.). 
Comp. Olietibrugglie. Dana racte de 1367, Il 

(HeffJn) in Zennebroec. 

— (Adam van), jadis prisonnier à Basweiler, sous 
Robert de Namur; i. t. : 312 moût., 1374 : un fascé 
(8 p.); au fr.-q. chargé de quatre pals (Merode). 
L. : 4" S' Adaem de Haren (B.). 

— (Gérard van), prisonnier illec, sous la bannièie de 
Linter; i. t. : 50 moût., 1374 : une cotice, accom- 
pagnée de six fleurs de lis, p. c, 3 (2, 1) à s., 3 à d., 
celles-ci côtoyant le bord de l'écu. L. : * S Gherarl 
van Haren (B.) (PI. 8, lig. 194). 

— (Jean van), clerc herilable du sanc(dou sancg) en 
la ville de Gand, 1453, 4 : trois fermaux ronds. 
C. : quatre plumes. L. : S loliannis de Haren (C. 
C. B., Acquits de Lille, 1. 109). 

— (Nicolas van), échevin de Borg-Ileers, 1522 : les 
lettres Cl)r, accompagnées de deux étoiles à cinq 
rais, 1 en chef à d., 1 en pointe (S.-T., c. 13). 

— Everhart van Hairen, écheVîn d'Aix-la-Chapelle, 
1526 : de ... à quatre burelles ; au fr.-q. chargé de 
trois cotices. C. : un chapeau de tournoi, garni de 
deux oreilles d'une (Duss., Commanderie de Biesen, 
N» 72). 

— (Mathieu van), échevin de Malines, 1535 : une 
marque de marchand (Ibid.) (Fig. XXIV). 

— (Thomas de), h. de fief du sgr. d'Ohain, 1618, 23 ; 
un h. sauvage, s'appuyant sur sa massue, de la main 
droite, accosté de deux roses, tigées et leuillées, 
1 en chef a d., 1 en pointe â s. (Els.) (voir Broek- 
huizen, Poucques, Stevens). 

Harent (Jean van), receveur de messire Jean de 
Baenst, sgr. de Bernem (Beernem), reçoit une rente 
sur l'cspier de Bruges, 1462 : une poule, accom- 
pagnée au point du chef d'une étoile. L. : S lan 
van (C. C. B., Acquits de Lille, 1. 379). 

Harff. Dominus Henricus de Harve, miles, officialus 
et vassal du comte de Looz ii llarve, se. un acte de 
Cornélius Bucke de Harve et di' Jacobus de Elroyde 
et de leurs femmes, Elsbe et Greta, qui prennent, 
dudit comte, un moulin, à Harve, 1341 ; se. un acte 
des frères l'rinzele van Caster, 1341; se. en 1343 : 
plain ; au chef chargé d'un lambel à cinq pendants. 
L. : ►!< S' Henrici de Harve (Duss., Jul.-Berg, 
N-s 441, 442, 462). 



Harff. Roveius de Ilarve, miles, vassal du cnnilc de 
l.ooz, fi'éiT du clicv. Ilenricus de Harve, liiil; 
Reuver van Ilarve, 1343 : coupé ; au l"\ un larabcl, 
cliacuii des trois pendants chargé de deux billettcs; 
au «J, plain (Duss., Jul.-Ilerg, N»s 441, 402). 

— Jean van Harve, chev., ami et conseiller de Guill., 
duc de Juliers, et de sa femme, Marie de (Jueldre, 
1367; se. un acte avec Werner de Breiteiibcnd, 
1309, une charte de son parent (maig>, Renier vaii 
Alderode, 1370, etc., etc., 1371, : même écu que 
Henri (1341). L. : S' lolianms de Harve mitW (Ibid., 
N"' 794, 83S, 843, 864, 921). 

— Roufer van Harve, chev., ami et parent (maig) 
dudit Alderode, 1370 : même écu, mais le lambel a 
trois pendants, chacun de ceux-ci chargé de trois be- 
s;ints, ou tourteaux. L. : . . . ermanni miliV Rov . . . 
(Ibid., N» 843) (PI. 8, lig. 19d). 

— Jean van Harve, chev., reçoit un acompte du 
drossard de Fauquemont, 1378: même écu que Jean 
(1307). L. : lohannis de Hervé (!) mihlis (B). 

— Marie-Catherine de Harft, veuve de Baexen, dame 
de N'oville, se. un acte de Jean-Werner a Baexen, 
1081 : plain; au chef chargé d'un lambel. L'écu 
sommé d'une cour, à 7 perles et accosté de deux 
palmes (cachet en cire rouge) (C. C. B., 437 



au ««i, un lion; au 3', un lion cour, et ur 


e bordure. 


chargée de besants. Cq. cour. C. : un 


queue de 


paon. S. du cq. : deux aigles, dont le col 


est entouré 






a>il...a (S.-G.). 





Hargnies. Gillion de lo Harigny, h. de lief du roi 
dr Bohème, se, un acte du prévôt d'Aymeries (voir 
Auiry), 1320 : de ... à l'écuss. plain, accompa- 
gné de huit coquilles, rangées en orle ; au bâton 
broch. sur le tout. L. : ►!< S' Gillion de Harigni 
(Mons, Abb. de Bonne-Espérance) (voir Bolns). 



Harcourt (Louis de), vicomte de ChastelleraiU, sgr. 
d'.47'sco( et de la Faubeche (Vaelbeek?), donne a 
l'abbaye de Sainte-Gertrude, a Louvain, 20 hon- 
niers, moitié eau. moitié bruyère, à Veldonck, 
20 juin 1373 : même écu. Cq. cour. Mêmes C. et 
S. du c(|. L. : S' Lois de Hanovrt visct de Chas- 
l... aul (S.-G.). 

— (Jean, comte de), se. deux actes de son oncle Louis, 
ci-dessus, 1373 : deux fasces. Cq. cour. C. : un pa- 
nache de plumes de coq, iss. d'une cuve. T. : deux 
h. sauv., iss. de l'encadrement du champ. L. : . . 
lehco (S.-G.). 

— Jean, comte de Harecourt et A'Aubmalle (Aumale). 
vicomte de Chastelleraut, sgr. d'Aerschot, rappelle 
â ses odiciers d'Aerschot et de la Faubesche sa 
récente lettre, leur annonçant qu'il a cédé à son 
frère, Louis de Harecourt, l'usufruit de ces deux 
terres, et leur ordonne de lui servir les revenus de 
celles-ci, 13 juin 1403 : même écu. Cq. cour. C. : 
une queue de paon. S. : deux aigles (sans les cour.), 
munis, chacun, d'une couverture fascée, (lottante. 
L. : ed Ha ,fovr Cliastel- 

(s.-r..). 

— Johannes de Haricuria, évêque de Tournai, 1434 : 
dans le champ du sceau, ogival, la Vierge, entre un 
ange et le Christ, chacun sous un dais ; au bas, un 
évêque, agenouillé, accosté de deux écus : A, une 
lour,''surmontée de deux . . . , et un semé de fleurs de 
lis; B, écartelé; aux 1" et 4^, deux fasces; au 21^, 
cinq (2, 3) croisettes, surmontées d'un lambel ; au 
i', trois bandes (Tournai, Ghartrier. c. 10) (voir 
Stalle). 



fier Lodei 






Ss Gelue : 



Harcourt. Jehan de Harecourt, le jeinie, chev., 
1281, C (n. st.) : type équestre; le bouclier ( 
housse a deux fasces, surmontées d'un lambel a cinq 
pendants. L. : ►{< S' lohannis de Harecovrl militis. 
G. -se. : écu aux mêmes armes. L. : ►Ji Secret lohis 
de Harecovrl (FI.). 

— Jehan, sgr. de Harecourt, chev., 1290 : type 
équestre ; le bouclier cassé ; la housse à deux fasces. 

L. : . . . . hannis C.-sc. : un écu 

à deux fasces. L. : ohis de Har 

(Kl.). 



— (Mgr. Louis de), vicomte 
lerault), 1375 : écartelé; a 



; ChaMelleraut (Chàtel- 
c 1" et 4<^, deux fasces; 



Harlebeke (Jean van), chev., sgr. de Lembeke et 
de lVacA-i;ie (Waoken), reçoit, du receveur de Bia- 
hant, par Jean, bâtard van Harlebeke, 10 livres de 
Louvain, pour une rente féodale, pendant une 
année, 2 juillet 1363; il reçoit, par le même, vingt 
Livres de Louvain, arrérarges de ladite rente, peu- 



1780898 











FiR. 1. Fig. 8. 

PI. LVIII. 

Fig. 1. Uenricus de Eger (1342). 

Fig. 2. Henri van den Eger, chevalier (1350). 

Fig. 3. Uenricus de Egher\ échevin de Wesel (Prusse rliénane) (1355). 

Fig. 4. Henvicus de Egher, même qualité (13i)4). 

Fig. 5. FAbevtvan den Egher (i:i9ô). 

Fig. e. Jutta, femme dudit Elbert (1395). 

Fig. 7. VAXenne van den Egher {U<ib). 

Fig. 8. .Sonder van den Egher (1421). 



dant deux années, 21 juin 13G7 : un chevron et une 
bordure cngrèlée. Volet d'hermine. C. : deux meni- 
lires d'aifile, en chevron renversé, tenant, chacun, 

une boule. L., 1303 : S Uarlebeke 

Wakine; 1367 : S' khan de II aTlebheke(\) chevalier 
(li., N»' 1987, 2138). 
Harlebeke. Jean van Arlebeke, chev., sgr. deLem- 
bcke, W'ackeiie et Derleke (Deerlijii), autorise l'am- 
man de Bruxelles k faire un paiement à Janne den 
Jonghen van Lembeke bi Halle (\\i\), etc., au profit 
de l'église et des pauvres de Lembeke, 1377 : 
mêmes écu et C. (B.). 



— Gilles de Harlebecque reçoit, de la ville de Tournai, 
une rente inscrite sur sa vie et celles de sa femme, 
Jehaiie Berengiere, et de son fils Hanequin, 1-104 : 
une tasce, surmontée d'une croisette, et une bor- 
dure engrèlée. L. : lebeke (Tournai, 

Qui».). 

— (Les prévôt et échevins de la ville d'), 143G, 1342, 
3 : une croix, cantonnée de vingt besants, chargés, 
chacun, d'une croisette (C. C. I)., Acquits de Lille. 
I. 1 et 412) (comp. Biervliet). 



Haerlebequel Haerlebegue I 

Harman. Dyrick llerman{\), bourgeois de Hamm 
(Mark), 1410 : trois belettes sautillantes. L. : S 
Teodcrid Harman (Duss., Clèves-Mark, No 77o). 

HARNELLY, ou HARNILHY (Robert van), 
chev., jadis prisonnier à lîasweiler. sous le comte 
de Saiut^Pol; i. t. : 1100 moût., 1374; se. pour 
Jean de Tréveray (i. t. : 33 1/3 moût.) et Warnion 
de Seigneulles (i. t. : 346 2/3 moût.), tous deux 
prisonniers, sous ledit comte, 1374 : dans le champ 
du sceau, un lion couché, coiiïé d'un cq., au volet 
flottant, semé de fleurs de lis et au lambel, chacun 
des trois pendants chargé de deux besants, ou tour- 
teaux ; ledit cq. cime d'une tête et col de cygne. 
L. : S Roberl de Har . elly segr d G'(tii7/er(Gertwil- 
ler?)(B.). 

Peut-être faudrait-il lire : Hariyelly et Haroithy f 

Harnes. Michaeldc Uarnis, mai 1223; miles, 1227 : 
type équestre ; le bouclier et la housse : de ... a 
l'écuss. de ... et au lambel à six pendants broch. 

L. : ^ Sigillv s. C.-sc. : un 

écu aux mêmes armes. L. : >î< SigiW Michaelis de 
liâmes (Kl. et Tournai, Cliartrier). 

— Jehans, sires de Harnes, chlrs., mari de noble 
dame Marie de Mortagne, mère al hoir de Mor- 



tagne, castelaine de Tournay, 1288 : type équestre ; 
le bouclier et la housse a un lion, ii la queue four- 
chée (sans lambel). C. : un éventail. L. : S' loh' is 
dni de Harnes mililis. C.-sc. : écu aux mêmes 
armes, brisé d'un lambel. L. : «J. S' Mikiel de Har- 
nes chlr (Ibid.) (voir Gavre). 

Le contre-scel provient donc d'un de ses proches pa- 
rents (peut-être de son Mis). 

Harots zone, voir MEER. 

Harre de NOIREMONT (Henri-Philippe de) 
(voir Thiribut), 1683 : écartelé; aux 1"' et 4^, 
une croix pattée (!) ; aux 2= et 3=, trois losanges. 
L'écu sommé d'une cour, et accosté de deux palmes 
(cachet en cire rouge) (C. C. B., 40713") (voir 
Thiribut). 

Harzée. Jaquemin de Herzeyes, jadis prisonnier à 
Basweiler, sous Montjardin; i. t. : 200 moul., 
1374 : une aigle. L. : S' Jakemin de Harsee (B.). 

— Louis de Herzeyes, chev., prisonnier i7/ec, même 
bannière; i. t. : 879 moût., 1374 : une aigle et un 
lambel broch., chacun des trois pendants chargé de 
trois besants, ou tourteaux, h. : Hf. S' Lvdovia de 
Harsees (B.) (voir Blehen). 

Harscheidt. Arnoldits de Arscheyi, vir nobilis, 
de l'aveu de Georges, doyen de Saint-Géréon. à 
Cologne, de Jean, prévôt du monastère de Werden, 
de Thierry, chanoine de Saint-Çéréon, de Henri de 
Arscheyt, laie, ses frères, àeJtHla, damed'^reni;e/s 
(Arentels), et de Béatrice, chanoiuesse séculière de 
Sainte-Cécile, à Cologne, ses sœurs, a vendu, à 
Thierry, comte de Moers : curlem meam Houkels- 
hoven in Doydberg (Budberg), avec le patronat de 
l'église de Boydl/erg. 1334 : une fasce, sui'montée a 
d. d'une étoile. C. cassé. L. : S' Arnotdi de Hayr- 
(Duss., Orange-Moers, N» 12). 

— Georgius de Arscheyt, doyen de Saint-Géréon 
(ci-dessus), 1334, 3 : une croix potencée. T. d. : un 
saint, portant un long vêtement, orné d'une croix 
(simple), une lance dans la main droite, ledit saint 
iss. de l'encadrement du champ du sceau. L. : t^ 
S' decani ecce se. e Geonis coin ad cavsa (!) (Ibid., 
N°» 12 et 14). 

— Theodericus de Arscheyt, chanoine (ci-dessus), 
1334, S : écartelé; au 1", un fascé (de 8 p.); au 
2^ une fasce; au 3», deux chevrons; au 4«, un 
fascé (de 8 p.), au bâton broch. (sur le 41^ seul). L. : 
. S Theoderici de Hayrschyel (Ibid., N<" 12 et 14). 

— Henricus de Arscheyt, lakus (ci-dessus), 1334, 3 : 
une fasce. C. : un chapeau pyramidal, soutenant 
une boule, sommée d'un panache de plumes de coq. 
L. : ►!. S' llenrici de Hayrscliiel (Ibid. N» 12). 

— Arnoldiis de Arscheyt écrit dilecto fideli suo Wer- 
nero de Lyntorp (Lintfort, Lintort?) qu'il a veudu 



les biens que celui-ci tient de lui, au comte Thierry 
de Moei'S, avunculo noslro dilecto, 1333; Arnoldus 
de Aerscheyt, vir nobilis, de l'aveu de ses frùres et 
sd'urs, a vendu audit comte pdeles meos seu feuda- 
rios, vulgart notnine « man » appcllatas, h savoir : 
Coswinum de llambroych, Henricum de I}arle, 
sciiiorem (Baerl), Johannem de Lare, Reinholdum 
de CuTia, Dartotdum Appetman, Ysebrandiim 
l'roijl, Wilhelmum de Cassel, Dartoldum de 
Stuyha, Theodricum de ITou/tu/en (Wolfskulilen), 
Godefridum de Vlayc (Flccken?), \Vernerum de 
Lintorp, Henrkum Ueart, Copphardum Beart, 
Lainherluiii, jUmm Elberti de Orsoijçjhe (Oi'so 
Johannem de Eger et Bartoldum de Rubergh, ci 
bonis SUIS feudalibus, ipsis coniunctim vel divh 
adieclis, omni eo lure quo hactenus ad me din 
cebantur, VdSo : une fasce, surmontée à d. d'i 
étoile. C. : un écureuil (entier), h. : -i^ S' Arnvldi 
de Ayrscijt (Ibid., ÎS'» 13 et 14). 
Harscheidt. Sire Arnould van ^uirsc/ietf, chanoine 
a la cathédrale de Cologne, se. un acte de son parent, 
Jean d'Iseuburg, sgr. d'.\renfels, 1353 : une fasce, 
surmontée il d. d'une étoile. C. : un plumail, le 
manche chargé d'une étoile broch. L. : »{< S' Arnoldi 
de Ha . rscheit (Duss., Jul.-Berg, N° .{5o). 
Hartel Pasquier, voir Anthoine. 
HARSTLO (Henri van), juge du comte de Clèves, 
il;iii> la llelter, 1361 : une fasce bretessée (!), ac- 
(■nui|>a-née de trois (2, 1) étoiles. L. ; ►Ji .S lleyni- 
rec van llarsteh (Duss., Emmerich, N° 96). 
Hartigsvelt (Guillaume), échevin de Rotterdam, 
1633 : écartelé ; aux 1" et i', trois anguilles, posées 
en fasce et rangées en pal, celles du i" contournées ; 
aux 2' et 3«, un cerf saillant, celui du 3^ con- 
tourné. C. : un cerf iss. L. : S Willem . . . (icMsvell 
(U.). 
Hartius (Antoine), licencié-lois, échevin de Bruxelles, 

1613 : deux aigles. C. : une aigle iss. (E. G., 1. 36; 
— (Nicolas), lic.-és-lois, échevin i//ec, 1641 : mén 
écu et C. (Ibid.). 

Hartman (Adrien), échevin de Kotterdam 1642 : u 
Irangle ondée, sommée d'un cerf iss. et accompagi 
en pointe de trois (2, 1) losanges. C. : un cerf i 
L. : • SAdriaen Hartman (U.). 

HARVELLY, voir HARNELLY. 

Harven (Laurent de), h. de lief du Ilainaut et de la 
cour de Mons, 1619 : un chevron, accompagn 



Harvengt. Jehans de Harvaing, escuyer, échanson 
du duc de Urabant, donne quittance il celui-ci, 1423 : 
écartelé; aux 1" et 4'', un lion; au 2» et 3i=. une 

vol. T. : deux d"''>, L. : .S" lehan de Marchie/incs 

(I!.). 
HARVILHY. M.ir HARNELLY. 
Has, voir Zxvaef. 
Hasart van PRUYME (-= l> 



Cane 



= Con- 



i; de l'riim, 1368 : un 
lion (?, ; écuss. eu cœur a la croix ancrée. L. : S' 
Coradi(\)dci llaszarl (Duss , Jul-Berg. S" 801)) 
(\oir Bienaimé. Bruyère, Michaut). 

— Clais Asaert, échevin du duc de Bourgogne, dans 
sa sg''« d'Ilarlebeke, 1409 : trois coquilles et un 
bâton broch. (C. C. B., Acquits de Lille, I. 417). 

— Jacques Hasart, homme du duc de Bourgogne, 
dans sa sg"» d'Ilarlebeke, 1438 : une bande, chaigée 
en chef d'une Heur de lis (étoile?) et accompagnée au 
canton s. de ... S. s. : im grillon accroupi. L. : 
S lacop (Ibid., I. 412). 

Haze (Henri de), échevin du bijmng de Lierre et 
tenancier de la coin' de I.echene, 1481 : trois trélles 
(ordinaires) (.Mal.). 

— (Henri de), tenancier de ladite cour, 1489 : trois 
trédes, aux feuilles vidées Çilal.) (PI. 8. lig. 196). 

— (Hubert) (sans de), h. de lief de la salle de Lille 
(Nord), 1584 : un lièvre élancé, regardant. Le reste 
du sceau est truste (V'» Desmaisières). 



télé; a et d, une tour; b et c, trois (2, 1) arbres 
(Hop S.-Elis., Buiteng., c. U) (voir Flandre, 
Zeghaert). 



rHAKSBROEC. 



Hasebrouck, vi 

Haseldonck (Jean van der), dit van Elsele (-= 
d'ixelles), reçoit, du receveur de liruxelles, pour 
Mathilde Smecheleren (de Jlechelere), le prix de 
rachat d'un cens, ii elle dû, par le duc de Brabant, 
du chef d'un jardin récemment englobé dans le parc 
ducal, 1432 : une fourche, broch. sur une anille. 
I,. : S lan vander Haseldoenc (B.). 

Hasendonck (Arnould) (hls de Jacques), échevin de 
Uolterdam, 1.382 : parti; au 1^', un lièvre saillaiil; 
au 2J, neuf (3, 3, 3) losanges. C. cassé (U.). 



Ilasenkamp (Jfan), drossard de Wetter, 1417 : 
Irois iraiiizlrs haussées (Duss., C/ères-.Vnrt, N» TKi) 
(voir Bruggeneyen). 

Hasenrugh (lleiiii), éclievin de Derck iDerke = 
Hlieiiibei''^), liîiS : une bande, cliai';;ée de trois roses 
(Duss., Oramje-Moers, N» 77) (voir EGER[EN]). 

HA.SKENDALE (Haasdal).' Johannes de Wn/- 
kisddle, iliev., li'lj; Johannes Lie Haakedale, 
1-283; Jehnns de llaskendale, clicv., 1283 (il. st.), 
h. de lief de Waleiau, sire de Fauqucraont : trois 
: ^ S' lohanis de Haken- 



dal... 
Ville d 



..(miss.,l!nilliaïedeVie 
Colo-ne, N" -iG!)'' ; Nam., N" 161) (Conip.). 

Hasnon (La seigneurie de), a Neutvilles, en Ilainaul. 
1010, 77 : dans le cliainp du sceau, deux écus; .\, 
quatre clefs ; B, un chevron, accompagné de trois 
besants, ou tourteaux. Les deux écus sommés d'une 
mitre et posés sur une crosse (Hospices deSoignies, 
a Soignies) (voir Hanon). 

Hazoy. Ilenris de Ilasoit, h. de fief du duc de Bra- 
baiil, assiste a une formalité a Tournai, 1337; 
Ilenris dou Ilnsoir, escuwirs, h. de lief dudil duc 
(au liomnn Pays). 130-t : de \air a trois pals et à 
la fasce brochante. L., 1357 .• ►Jr S' Henri d. Hasoit; 

l:iOi : . ..nridovll (.\Ions, Abb. de Itonne- 

Kspérance, et B., N» 1892). 

HASSEL, voir Drake. 

Hasselholz. M'Ulelmus de Hasselhouze, écheviu 
d'.\i\-la-Chapellc, 13iy : uu chevron, accouipagné 
de dix billettes, six en chef, 1, 2, 1 en pointe (S.-T., 
c. S^is) (PI. 8, lig. 197). 



Hasselt (Gérard van), h. de Basse de Liedekerke. 
sgr. de Buulaeie, 1297 (n. st ) : un lion (Els.). 

— (Thierry van) (lils de Simon), jadis prisonnier â 
liasweiler, sous sire Godenarts; i. t. : 42 raout., 
1374 :-cinq losanges, aboulés et accolés en croix, 
accompagnés au 2« canton de deux croisettes au 
pied llché et aux 3= et 4«, d'une croisette au pied 
liché ; au fr.-q. broch. chargé d'un lion. L. : y^ 
SSymondellassele{\){R.). 

— (Les érhevins de), 14G8 : parti ; au l^^'', un arbuste 
(noisetier = haselaar); au i"*, un burelé (Looz). 
I,. : ... . abinorvin de Hasselt (1!.). 

— (Arnould van), éclievin des hogerichts ende des 
eijgenshoeffs der banck vnn Halte (Limbourg), 1474 : 
une rose, surmontée de trois piles (S.-T., c. 9) 
(l'I. 8, fig. 198). 

— (Les échevins de), 162o, 8 : parti; au l^'', un bu- 
relé (Looz), au 2'', un arbuste (Ibid., c. lU). 



Ile Il/on Hasselt (luid.) ! 

Hatkes (Collin), échevin de la haute cour et franche 
ville de Jauclie (non cité nommément dans l'acte), 
1341 : un couteau contourné. L. : -)t Cutlin Hatkes 
(M. J. Vanncrus). 

Hatzfeld. Craft van Haitzfett, écuyer. lils de feu sire 
Guntraym, cliev., Craft et Gudarl, ses lils aiués, ont 
été faits, par l'archcsèque Frédéric de Cologne, 
burehmanne zoine Uattenbergc, eux-méincs et leuis 
hoirs qui auront leur part du château et de la ville 
(stat) de HailzfeU, 139G : tous les trois : une aricie 
de maçonnerie, posée en fasce. Cq. cour. C. : 



glaivf 






erlette, 



vol 



(Uuss., Col., N° 1197) (voir Reven). 
— Christine, femme et racre respective des trois pré- 
cédents : dans le champ du sceau, rond, petit 
module, une dame debout, tenant deux écus : A, 
Hutzfeld; B, un demi-vol renversé (Ibid.). 

Hattem (Les échevins de), 1418 : sous un édicule, 
placé dans le champ du sceau, un éou au lion cour, 
a la queue fourehée. L. : . secretvm civitalis de 
Hatte . (Arnhem, Rekenk.). 

HATTESTEYN (Adam van), écoutéte de Barle 
(Baerl), 1311 : un bandé, au bàtSn en barre. C. : 
deux plumes (palmes?) adossées. L. ; .Adam van 
Hatzsf (Uuss., Oranije-ihers. N» 1 10) (voir' Hatt- 

Hattoy, voir Revigny. 
HA.TTORP, voir Friemersheim. 

Hattstein(Aniu-.\lar 
de Boni, veuve de FI 
le dénombrement de la sg"' de Born (prévùté d'Ech- 
ternach, comté de Chiny), dont elle tient la moitié 
à titre d'alleu et, par engagement, un quart, relevant 
de l'archevêché de Trêves, 1681 : trois bandes (écu 
ovale, sans timbre) (cachet en cire noire) (C. C. B., 
c. 45713a) (voir HATTESTEYN). 



te de Manderscheidt. dî 
)i de Fra 



.renl), n 



HAUCHERY (Jacques van) (Hauthery ? = Han- 
tera?), jadis prisonnier à Basweilcr, sous sire Gode- 
narts; i. t. : 533 moût.. 1374 : six (leurs de lis, 
2 au canton s., rangées en pals, les 4 autres : 3 et 
1 ; au fr.-q. à la fasce, chargée d'un écuss. à la 
bande, ladite fasce entre deux burelles. L. : ^Ji S 
Jakemar voe de Crehen (voué, (B.) (PI. 8, lig. 201) 
(voir Hauteroel). 

HAUCHIN, voir Haulchin. 



Haudion (Mgr. Jehans de), chev., se. un acte de 
Marie, dame de Morlagne, mère al hoir de Morlaync, 
ehiUlaiiie dr TiuHiiai, 1289 (n. st.); cliev., fraiic- 

,rli. Mh >:.,:,:iM,\rii lournaisis, 1201 : dix losim;,'es 
.; .. ,' .1 . '1 p;il (non accolés), et un laïubel 

;i i , , ' '1. Ij. : ^ .S' lehan de Havdion 

,:/i. ,,a':,7 ,1 i!:iai. ( lliarlrier) (PI. 8, «g. 19'J). 

— Mahius de Haiidijon se. un acte de Baudouin de 
Maquincourl, sergent du roi de France, 1300, il 
Tournai : dix Ijilletles (3, -4, 1), surmontées d'un 

laniliel à cinq pendants. L. : . . Mnhiv de Hnv 

(lliid.)(PI.8, lig. 200). 

Haugwitz, voir Nicholas. 

Haulchin. Marlinot de Itauchin, h. de tief du liai- 
liant et de la cour de Mons, 1-193 : un cygne. T. s. : 
uji ange (Mons, Salnle-Waudru, c. Q., 1. Quévy). 

— Philippe de Haucliin, même qualité, 1333, : de 
... a six burellis ; écuss. en cœur chargé d'un che- 
vron, accompagné de trois roses (panelles ou . . . ?) 
(Mons, Sainte-Waudru). 

— (David de) (et llaucldn), même qualité; maître, 
1379; sgr. de Rcsmes, conseiller et pensionnaire 
de la ville de Mons, 1383; se. encore en 138-t, 5, 8. 
90, 1 : un burelé; écuss. en cœur, chargé d'une 
gerbe, ledit écuss. au chef plain. C. : un cygne iss. 
(Mons, H. de fief). 

— Jean, archevêque de Malines, 1383 : ccartelé ; aux 
1" et .{', un lion, enclos d'un double trescheur 
lleui-onné et contre-fleuronné ; aux 2« et 3», de . . . â 
cinq Iranglcs. L'écu posé sur la croix archiépiscopale 
et surmonté du chapeau cardinalice. Devise : Praesis 
et Prosis. L. : S loannis Havchini d g archiepiscopi 
mecliliniensis 1583. ("..-se. : mêmes écu, croix 
chapeau et devise. L. : ^ Contra sujillvm Joan 
Havcliiiii arch niechl (S.-G.). 

— Les échevins de la ville de Haulchin, 1392 : écuss. 
en losange; parti; au \<^', écartelé; aux 1" et 4=, de 
... à l'écuss. â la croix; au chef de quartier échi- 
queté; aux 2'^' et 3«, à la bande de vair; au II'', plain, 

an chef plain. L. : S . . . csclie Havt- 

cliiii (U"" de Rover de Dour) (PI. 8, tig. 202). 

Hault (Jac(iues de), écuyer, demeurant ii Saucy, se. 
un acte d'Ktienne de Blauville, écuyer, à Mussot-lez- 
Briey, mari de Jenon de Hault, 1351 : écu fruste. 
C. : un vol (Lorr., Briei/, B., 393, N» 96) (voir 
BLAUVILLE). 

Haiiltepenne (Lambert, bâtard de), jadis prison- 
nier a liaswciler, sous Robert de Naraur; i. t. : 
30-1 nioul., 1374 : six (3, 2, 1) fleurs de lis et un 
bâton broeli.; un écuss. a la bande broch. en chef 
à d. L. : ^ S' Lambier de Ualepen (li.) (PI. 8, 
fig. 203) (voir Guijgoven, Warfusée). 



Hausen. Gerlach van Huscn, écuyer, h. du margrave 
de Juliers, se. un acte de Thierry van Antweil 
13-13 : un lion (léopard lionne?) (cour.?). Le h 
de l'écu est fruste, h. : -J^ S Gerl . . de Ilvsen 
(Duss., Jul.-Derg, N» 48-1). 

— Hère Druke van Husen, riddcr, se. un acte de Jean 
de liàsweiler, lils de Jean, 13G9 : ui 
tée d'un lambcl. h : i^ S lier Brvicli van Ilvsen 
(Duss , Coramanderie de Biesen, N" 69). 

— Adaem ende Brtiken van Ilusen, wopenture, se. 
ledit acte, 1369; Adam : ung fasee, surmontée d'un 
lambel. L. : ►{< S Daim van Ilwsen. Druken se sert 
du sceau, décrit ci-dessus, du chevalier Bruke (Ibid.). 

— Adam de Ilusen, armiger, coloniensis diocesis, 
rei,'oit, du chapitre de Cologne, pour lui, sa femme, 
Catherine, et ses enfants, in pcnsione, pour si 
ciirtem in Loen, 1374 : une fasce, s 
lambel (Duss., Col., N» 9-iO). 

— Brueghen de Husen se. ledit acte, 1374 : même 
écu (Ibid.). 

— Frédéric van llwjsen, bon ami du comte de Moers, 
1418; bon ami de Guillainue (de Juliers), sgr 
Wachtendonck, et du comte de la Mark, 1-127 : 

llcur de lis. L., 1418 : . Friderih sen (bu 

Orange-Muers, N» 53, et Clèves-Mark, N" 549) 
(voir HUESEN, HUSENU 



Hausmann, v 
HAUSSI (Jea 



■ Vietinghof. 



)il, de I; 



ville 



bdurgen 
; Tourn 



; de 1 



viagère pour lui, Marguerite de l'ontenielles, s 
femme, et son lils, Sandrin de H., 1402 : un chai 
don de cardeur, accompagné en cliif de deux éloili 
a six rais. L. : S lehan de liai .-., (Iwini:,!, iiiiill. 



— (Jean de), le jeune, reçoit, de la ville de Tournai, 
une rente à lui appartenant du chef de son père 
Sandrarl, 1404, 7, et une autre pour sa sieur 
Maigne, veuve de Thomas Petit, bourgeois de Valen- 
cienncs, 1407 : même écu, mais les étoiles a cinq 
rais. L. : S lehan de Havsi lejovene (Ibid.). 



r HANSTADEN. 

HAUTART (Thierry et Rodophc van der), frér 
et Olhon van Bliltersvvijk se décl. solidairemi 
reS|H)nsables, du chef d'une rente," envers Tliiei 



.'Il — 

Hautem. .Ii ;i 



' Groesbeek, La- 



Hautem. licmcni': de lloiil, 

— Arnnhlnsdc lloulhem. nir 
f;i..,T(Mili. irii|iliiil(.T, A. 0, 

— Jahaimcs de Uoulhcem. ii 



'. L. : . . Rciacr 
qualiti', \:V.\G : 



'. de Hovth- s )ien(:)(proli:i 



— Jehans de lloulem. chevaliers, basiart de feu 
sire Henri/ de Flandres, scitjtieur de Nicneve 
iitise), rei;nil une i-onte viagère sur Teruimulc, 1 
]iI;hii ; :in (r.q. chargé d'un lion cour, et d'une 1j 

luocli., cliaigée de .... L. : S lan 

(C. f;. li., Aci|uils de Lille, I. 70, 71). 



— Uwain van Houthe[e]m, elicv., caulion de Nicolas 
llopu van den Brouke, \MS'; allcuticr dn (|uarlier 
de Tirleinont, l.i21, 4 : de vair; au Ir.-q. chargé 
de trois maillots pcncliés. C. : un vol de chauve- 
soui'is, on de dragon. L. : Seijcl her Weijn van 
lloviem (It. et S.-U.l. 

— IJtveijn van lloiUheem, chev., éelievin de Tirle- 
mont. l-tlO, .i : même écu. L. : ►{< S lœn Wcen de 
(sic) riovllieem scab . . . (Ahb. Oplinter, A. G. li.). 

— IJirein van Ifoulheem, même qualité, 1 i27 : même 
écu. L. : ►Ji S ni de II es _ 

>,en (llml.). 



(Ileijl.). 
— h»ic\mi IIonthcm,e 



Haute-Clocque, \nii Outeclocke. 
Hauteu, \iui Houtc. 
Hautera(V), voir HAUCHERY. 
Hauterive (/(iy»«r((, \:.v. dr), i lie\ , h 



I8«) {uni Ha|e|g|hje 



HauteroelfiriZ/emcy. jadis prisonnier a Bàsweilei-, 

six (:!, -2, 1) (leurs de lis; au Ir.-q. hroch., chargé 
d'un élrier. L. : * S' Wilhcame lUiriis ([i.) iMni- 
UAT! CHEHY < . 





' 




Hautrage 


Libert 


an Uoulheem, receveur du duc a 


métier de 


l.'WlJM'ear 


rirh-umi 


t. 1113 : de vair; au fr.-q. char 


^é de trois 


ace<ilés et 



ville de llfiidlraigc, 



2<' et 3", un soleil. L. : hevinat de la ville de 

llauUraiije (l!"" de Iloyer de Dour) (voir Lalaing). 



Hauwaert. Les cclieviiis de Ilouderl, |.i:ii), 01 : un 
lion et nu laniliel ii ciiKi pendiints liroch. L. : «f. .S" 
scabinurum de Hovderl (S.-G). 

— Jacques vaii IIouw[a\en, écheviu de Bruxelles, 
liSI. 7. 0, i)-i, 5 (11. st.), ItiOl : une fasce et un 
linn ludcli., iss. du Ijord iiif. de la fasee, la l'ascc 
I li;ii-.r (l'un écuss. pai-tl-éiuanclié, lirocli. sur le 
li'iii.C. : une tète barbue, coiffée d'un bonnet pointu, 
I" ii'laiil un arriére. L. : S lacobi de Iliivwert 
(I!mi\. ni;. G., 1. 3oG, 2ii0). 



— Jean-baptiste IIouwaert{\), tenancier juré de la 
cliaiubre des loiilieux a Bruxelles et lieutenant du 
receveur général des domaines du roi au quartier 
de Bruxelles, ItilS, U, 7, !), 2G, 8, U : même écu, 
mais le liuii, non broch., iss. du bord sup. de la 
fasce. C. : un buste barbu, coiffé d'un bonnet pointu, 
liinille. L. : S Haplisla lloviracrt IGo:! (C. C. B., 

HAU WAEGEN, \c)ir HOUWANGHEN. 

Hauwe. \ictor van deii llaeuue, li. du comte de 
llaniln'. dans sa &-<•" de Guiiies, U19, 20 (n. st.) : 
(111 air de chasse en cbef et une étûile»en pointe. 
L. : .S r. . lor mil dai llawe (C. G. B., Acquits de 

— (Jraii uleii), 11. d'.Vntoine, kUard de Bourgogne, 
sgr. de Beveren, lienvry (en France), elc. 
une pioche, accostée de deux étoiles. L. : .S 
llavwe (Ibid., I. 2;!5j (voir Clerc). 



Havaiue (Eslimene). bailli à Aix-en-Pevéle, pour 
luiiil cl noble sgr. Mijr. Lijun du Chnsiiel, cliev., sgr. 
de llûvardnjc, d'Aix-en-1'evéle, de Jlontgobert et de 
Villeis-/6'-//ero)i, en Valois, li82 : une étoile et un 
croissant, rangés en pal. L. : S Esievene llavaine 
(Tournai, Cliartrien. 

Hâve (Jean van den), garant du duc de GueUlrp, 
envers le comte de Clèves, I39;> : diapré à la f 
vivrée. suriuonléc à d. d'un bucliet. L. : . . c 
van den llave {Diiss., Clcres-Mark, N" ,'i8()) ( 
Hoeve). 

Havel, voir Hauwel. 

Haveloes (Jean), éclicvin d'Herentlials, lol8, 
un lévrier passant, accompagné de trois (2, 1) i 
(Mons, Sainte-Waiidru, c. 2). 

Havelose (Ector le), li. de liet de la cour de Ter- 
monde, U27 : une bande, chargée de trois l'eu 
de chêne (C. C. B., Ac<|uils de Lille, 1. 70-71). 

Haven (Wisse van der), éclievin de Bréda. II! 
une fasce, chargée d'une coquille. L. ; U'i.v.ve 
d' llavene (B.) (voir Hoeve). 



poil. 



fois en sautoir, en lioinle, mouvant de 
;. L. : ri Ilaver (Uuss., Bcdbur, N» 2l 



— Nicolas Haever, bailli d'Orsoy, pour Jean, ci 
de Clêvcs, et cljargé de garder sijn stat, hiiijs 
kelnje cddacr, jure de les livrer, après la moi 
comte, il sa l'cranie, Mathilde de Gueldre, du doi 
de laquelle ils font partie, 13GG : une fasce, clia 
d'une étoile (ii G rais) et surmontée de deux merle 
L. : <^ S' Clais Haver (Duss., Jul-Berg, K» 7 



.S" lù'^taat lUnel (A'am., ^"^ 17;i, 22-4 cl 2o8). 

— U'atlcrus dictus Hauwel de Sladis, de l'aveu de sa 
femme, SibUia, donne à l'abbaye Sainte-tlertrude, a 
Loiuain, un doinisladiuin. sis prés de l'héritage des 
])iieri de Quatliam, ... in wantina, bien qu'il avait 
[■eçii de (lodefroid de Brabant, sgr. d'Aerschot et de 
Vier/on, 128G (n. st.): une aigle. 1,. : S" ]Vallicr 
Itavwet de llarscot (S.-G.). 



Havere (Josse van), éclievin de Saint-Nicolas (Pays 
e Waes), l.'iul : dans le champ du sceau, une 
ripiille de Saint-Antoine, soutenant une petite 
eini-eroix pattée, défaillante ii scnestre. L. : S loes 
an llaeiiere f lans (Baron de Maere d'Aertrijcke). 



- (Jea 






, dans la vierschare de 

de Nieulcercke (Nieukerken-Waes), 
lamp du sceau, une béquille ordi- 
le deux petites cloches. L. : S lun 



— W'dllerun Ifawel, domims fitndi (il s'agit d'ur 
ainid Roiidcde), Vi-l') (n. st.) : trois Heurs do lis 
(compleles), au lambel broch., chacun des trois 
dants chargé de trois be,ants, ou liuiileaiix. 
+: S W'dlleri lltiivecl (S.-G.). 

Hau-wiaus, voir Hauwel. 



Haverlant (-land). Jean llavreland, h. de lii'f du 
llaiii;iiit cl (II- la cour de Mons, se. h beauinniit, 
l.'iSH : un iluAion. Le sceau porte : Haverlant 
(M.iiis. II. (le lief (le Iteauniiiiit) (voii- Beaumont). 



Haveron (llnl 



h. (le lietdii llainaiil, se. un 
■ a UnUy, M78 : nue liande. 
rhai'i;!'!' rn chef d'une étoile il cinq l'ais et accoiiipa- 
t;inr (k- trois uicrlettes, 2 en chef à s., l en pointe 
a il. C. : iiiir iiieilette (?) (Tournai, Croislers). 

— (Jean du), licencié en lois, conseiller dn roi de 
l'rance et lieutenant du bailli de Tournai, etc., 148:; : 
iiirnie écii, sans l'étoile. G. : une tète et col d'oiseau 
de proie (ai^le?). L. : Seel khan du Ilatieion (Tour- 

Haverskerque. Jehan, singneur de Havefikerke, 

1-278 : une l:i.Me. L. : ^ S' iov h de Hawkerke 

rhlr sire desUiire.'i (= d'Kstaires) (Kl.). 

— Jehnns, .sire.s- de llaveskerke, chevaliers, caution 
de Min eiiii.->in, Guillaume, sgr. de Fienles, eliev., 
rUMiN linlirii. comte de Nevers, 1287 : tjpc éques- 
tre; le lioiidier, l'ailette et la housse ii une fasee 
(tort enilniiniia^é). L. : S' lo Ilaves- 

Voii- InLtnt. anidyt.. N" 229 ut 455. 

— Pliilippe de Ilavesquerqiie, cliev., donne un vidiiinis 
d'une charte de Louis, comte de Flandre, i;i:i-i (ii. 
st.) : une fasce, surmontée d'un lamliel, chacun des 
tniis pendants chargé de trois liillettcs couchées 
(;;rasée3eucreux)(Fl.). 

— Pierre de llaveskerque, chev., ehaiulicllan du roi 
et cliàtelain il'Orchies. pour Robert de Witte. son 



le liasse, d'Ere et de Cherc 



— Jean van llaveskercke tient, du château de Fui'iies. 
un liet à Sluvinskerke (Stuijvekenslierke), Li21 : une 
fasce, siu'iuontée il d. de . . . 0. : deux pieds de ceif 

— Philippe de llaveskerke, écuyer. h. du duc de 
lloui-o-ne, dans son liourf! de Kurnes, 1 i-i8 : une 
fasce, chargée d'un croissant. C. : deux tètes d'ai- 
gle, aux cols recourbés, adossées. S. : deux lions. 
L. : S Philips va . Ilaueskerke (C. C. H., Acqints 
de Lille, 1. 393). 



ique ados.sés (N.-D., Anvers, CImpell., 



Havert (Thierry van), chanoine de .s'-.Servais. a 
Jlacstricht, 1378 : une croix grini;olée, accom- 
pagnée au 11-''' quartier d'une rose. L. : S' Thcoii' de 
de llavert can' S' Servacii (U.). 

— (Gérard van) a été indemnisé, par le duc de Guel- 
dre, du cliet d'avoir été fait prisonnier et rançonné 
a son service, 1387 : une croix ancrée. L. : S derart 
van llavert (Arnliem, liekenk., N" 700). 

Havet, \oii' Hanet. 

Havielfl|e voir Parcq. 

Havinnes (Jean de), 1500, 1, 3. 0, 8, 70, 2, 5, G : 
un chev ion, accompagné en chef de deux trèlles et 
en pointe d'une coquille. T. s. : un h. sauv., tenant 
sa massue sur l'épaule gauche (Mons, II. de llef). 

— (Jean de), (ils dudit Jean, i:>70 ;un chevron, ac- 
( coiupa^iiié en chef des parties supérieures de deux 

lleiii .1 de lis (les trois pétales seulement) el en pointe 
d'une ciiquille ; l'écu muni d'une bordure engrélée. 
T. : un ange (Ibid.). 



— (Guillaume de), frère et 
dents, 1570 : même écu qu 

S. s. : mi grinbn (Ibid.). 



respectif des précé- 
1 père Jean (15G0-7G). 



Havre (l'ierre), houdinan du comte de Flandre, in 
de H-ateringhe van der Ouder JJevenc in Oostburch 
(iinbocht, 1.130 : une nue, mouvant du chef, une 
étoile en cœur et trois (2, 1) trèlles en pointe. T. : 
un ange. L. : S Piel . . f l'wlers lia . . . (C. G. It., 
Acquits de Lille, 1. 152) (voir Enghien, Havere, 
Zaman). 

HAVREC (.Vrtisd'e ye/ifwi (/e) (Havre'?), masuwicr 
de le court maislre Colart de Mchanyne, lailhures 
de dras cl borgois de Namur. 1383 : uu étrier en 



Haweal, voir Clockier. 
Hazebroiick, voir Haesbroeck. 



Hebbel. Livin Ehbel, moisnes, boiirsiei- de f/ihliane 
de Ihiiidvlo (HaiiiliMoo), iM^oit ui.c iciiU; sur lu 
rctetU' (les briefs du Pays de Wacs, l-il8, 23, -i, C. 
3(1, i : une fasce, chargée de trois hures de san- 
glier. L. : Sitjilu Lievin Hebbel (C. C. H., Acquits 
de Lille, 1. 238, 239). 



Hebberecht (dil 



HEDDENHOVEN (Ueddinghofen = vcn?) (Wil- 
lu'Iinua de), dapifer in Ilitkeroyde (Hulchratli), 
lrans[)orle au sgr. de Heinsbeig 2G journaux de 
ti'i're iuxta Arnheym (Alirera), ayant appartenu a 
Jean l'iu'lin, et 9 journaux iuxta Roggendorp 
(= dort), 1330 : un léopard. La pointe de l'écu est 
l'ruile, il est vrai, mais il ne semble pas qu'il y 
ait rien eu en pointe. L. : >î< S' Witkelmi de lleijt- 
dinehoven (Duss., Jul.-Bcrg, iN" 3o8). 



Heddesdorf, voir RudeL 

Hedel. Johannes, fîlius Godefridi de Iledell, échcvin 
de liois-le-l)uc, 152-4 : trois cœurs, sonnnés, chacun, 
d'une croisctte pommée, iss. (Helmund). 

Hedlkhuijzen. Héijnman van Hedeckusen, échcvin 
ilr Ibiisden (Brab.), 1380 : une roue, accompagnée 
d'une étoile en chef a d. et de deux billcttes, t en 
cIk r a s., 1 en pointe (Mal.). 

— (Uiillainue van Hedeclmsen,. échevin illec, 1392 ; 
inénic écn,niais un cuq('.') a la place de l'étoile (Ibid.). 

Heeda (Wilhelinus), prcpositus collégiale ecclesie 
siniele Walburgis ArnUemensis, archidiaconus et 
eniinninis in ecclesin Iraiectensi (lllrecht), index 



branches (Geld.). 

Heede (Cossnin van den), li. de lief de la terre de 
Vive, appartenant à Isabelle, dame d'Ingelmunster, 
et il noble sgr. Jean van Ghistele, son époux, 13-12 : 
une baiulc, chargée de trois coquilles (Lis.). 

— (Jean de h}, échevin du comte de Flandre, ii 
Iluglielede, 1398 : un cerf passant sur une terrasse. 
L. : S' lan van eede (C. C. II., Acquits de 



an den), h. de lict du duc de ttour- 
e (Flandre zéland.), 1-13-1 : trois 
1 l'asco et rangés en pal. S. s. : un 
ede (Ibid., 1. 82-83). 



- (Lambsin van den), même qualité, illec, l-i04 : 

3'^^, un chevron, accompagné de trois molettes. S. 
s. : un griiroii (aigle'O (Ibid., 1. 82-83). 

- (Jai(iues van den), lils de Jacques, et mari de d"'' 
.Marguerite \an dcr Moten, qui tient, de d"* Marie 
\an der Donct, lille de Jean, un arriére-lief, relevant 
de la sg'"^ de ter lluwen (appartenant a Adrien van 
Hokeghem) et sis a Iterchem-lez-Audenarde, lu02 : 
écartelé(?); au l":'', un clievron; au 2", deux lions 
en chef ... et une bordure dentée (Lannoy) ; le 
bas de l'écuet cassé. Cq. cour. C. : une tète et col 
de licorne (Els.). 



Andnes(\i, sgr. de Wacken, lu02 : une rainure 
de cerf, accompagnée en cœur d'une étoile (Fiefs, 
N"» 1U.J79, 80, 9). 

— (Jean van den), lils de Jacques, tient, du château I 
de l'eteghem, un lief illec, 1522 : parti ; au 1"', trois 
chevrons; au 2'', trois lions et une bordure déniée 
(Lannoy). Cq. cour. C. : une tête et col de licorne 
(Fiefs, N» 10719). 

— (Godefroid van den) tient en lief, du château et 
Vieux-Bourg, de IJand, de brieven van der rekeninye 
van den apijckere van Gliendl, valant environ 
500 livres, l'an, avec neuf hommages, 1550 : une 
ramure de cerf. G. ; une tète et col d'oiseau entre un 
vol (Ibid., K» 2774). 

— (Liévin van den), tuteur de Liefldn van den Heede 
(lils de Godefroid), feudataire du même lief. 1558 : 
mêmes écu et C. (Ibld., N° 2797). 

— (Adol|ilie van den), lils de Jean, tient un lief a 
llete^hem, 13G3 : écartelé; aux 1<--'' et -l'', trois 
chesrons; aux 2« et S"-, trois lions (sans bordure). 
Un croissant brochant sur l'écartelure. C. : une 
tête et col de licorne (Ibid., N» 10723). 

— (Adrien van den), escuier, seigneur de Lespiere, 
bailly de noble dame Gertntde de Terreinunde, 
dame de Merignies et du lief du Gars, l'oHi : une 
ramure de cerf. C. : une tête et col d'éléphant entre 
un vol (Vi« Desmaisiôres) (voir Stalins, Veen). 

Heedere (Jean le), échcvin de la chàtellenie d'Ypres, 
1109; dit se servir de son propre scel : un rencon- 








Fig. 7. 




Fig. 1. Sander van den Efjer (1-1-2S). 

Fig. 2. Satider van de» Eijer (1441). 

Fig. 3. Ghiso van Egher, éclievin de Biidericli (1450). 

Fig. 4. Sander van deji Eger, avoué et .juge en (lueldre (1452). 

Fig. 5. Clais van den Ei/her (1-172). 

Fig. 6. Elbertt'rtJ! den E[/heriUv3}. 

Fig. 7. Lueff'van Egeren (1553). 

Fig. 8. Reinardvon Egeren zu Magerhorst, colonel espagnol, 

gouverneur de Straelen (1657). 



Ire de cerf, acconipaiiiié au point du cl 
'" ..taeis (C. C. If 



un 



I. 190). 



Heeght {Peter de), jadis prisonnier ii Diisweilcr, 
parmi les gens (bede) du duc de lîrabant ; j. l. ; 
(ilO 2/3 moût., 137'f : diapré, au poisson (brochet? 
= allem. Hechl), posé en bande. C. ; une tétc 
barliue, coilTéc d'un béret. S. : deux léopards lion- 
'"•s. h.: .. Peler l (B.) (voir Heect). 

Heecke, Noir Polen. 

Heeckeren. Vrederkus de llekere et d'autres Guel- 
drdis f(int une obligation il des juifs, 1317 : une 
cnii.v; écusson en cœur, au lion, ii la queue four- 
chéc (GcUl.). 



- RoUjer. 



: de rieker 



trmî^er, et sa femme, Odilin. 
!iir.!ni. Iloi/le aiij)etata. iii 



Heelt (Johannes dictiis) (et Ileeld), cchcvii 
Malincs, 13i2, 3, u, 6, 53, 4, 7, 8 : d'Iicrmi 
trois pals et ii la bordure (simple) (Jlal.). 



— (Godefridtis dictus), éclievin illec, 1125, G, 7, 9 : 
même écu, mais la boidure en^rélée. C. : une tète 
barbue entre un vol. S. : deux grinons. L. : SUjillvm 
Godcvaerl de IlecU (Mal.) (voir Hooft). 

Heembeek. Johannes de Ileembeeke, éclievin do 
Vilvorde, 1307 : trois annelets rangés en chef; le bas 
de l'écu est cassé (A/Jlig.). 

Heemskerk. (irranl van Ifemeskerkc, chev. (veuf 

ili' (luuie Adcl, f.iil une donation au couvent d'Eg- 
uiiiu.l, laiii (u. st.) : un lion. h. : <i> S Gerardi de . 



., se. un acte du comte 
". C(|. cour. C. : un 
. L. : S Ghcr . . rdi d' 



1 dcr Ecse reçoit, du duc de lirabant, par 
■ di' lini.s-le-lJiic, her Bruij[n] van Craije- 



II eh, 



■ (I!., .V ; 



léopards. L. : S' loham, 



Inco. ! 

nepel, Meerwijk). 



/Mer, écuyer, se 
> de Gueldre, Ml 

(Arnhcm, Rekenk.J (> 



des nobles 
L. :S 
HOn- 



Heect (Daniel de) (et Ileicl), bourgeois de Bruge: 
ie(.'oit une rente sur le tonlieu d'Oudenbourg 1.102, 
7 : un piiisson, posé en bande, accompagne au < 
ton >. d'un aunelet. L'écu suspendu au col d'un j 

f"" ;i"ioMpi. h. : de Ile . . . {G. C. B., 

Aciuil-, de Lille, 1. Uil) (voir Heeght). 

Heelen (.lean vaii), juge de la cour ccnsale de raes- 
siigrieuis de S'-l)enis, de Liège, ii Velm, 1.473 : 
dix (i, 3, 2, I) besanis, ou tourteaux (S. -T., c. 9). 

— (Jean van), échevin de S'-Trond, 1 f'.)7, 9 : luif 
fasce de cinq fusées, surmontée d'un huulnl a ipiaire 
liendauts (Ibid., c. 9 et 10). 



à la comtesse de Hollande, 1301 : un 

. . Wovlerts van llemske dde . . 

r BEMSKERCK, Haaften). 



q plum. 



Heer. Nicholaiis de lleere (voir de Rosis), 1339 : 
d'hermine ii la bande. L. : ►!< S' Nijcole de lie... abi 
iiccten (scabi/ii traiectensis = de .Maeslriclit) (B., 
N" 189) (voir Bonier, Gelinden, Heers, Kes- 
sel. Copis). 



- Gossuin van llcir (et llere), écuyer, reçoit, du 
Brabant, une riMito, par le recevem- de Limbourg, 
1377. 9, 80 : même écu. mais au lambel broch. L. : 
S' Goesivini de Heer (B.). 

- Jean van Hère, jadis prisonnier h Bàsweiler, sons 
le sire de Schoonvorst ; i. t. : 100 raout., 1374 ; se. 
un acte de Nicolas van deii RodenScilde, prisonnier 
illee, sous l'écouléte de .Macstricht, 1381 : de ... U 
l'écnss., chargé en chef ii d. d'une merlctte et accom- 
pagné do huit cofinilles, rangées en orle. L. : S' lan 
van Binçjel . . . (liingclrade ?) (B.) (PI. 8, lig. 205). 









fnTci'ciiuT (voir Kessel), 
iKiiide. L. : Siijillvm . o . t d 



n llere, éclievin du banc di 
l'>-2i : une (leur de lis, sout 
^0 dont le bas supùi'ieiir e 
■im' (Ml clipf a d. d'une rnsi 



Heerde C.rnnl \aii llerdr. hrpinr 
ïiiiMr. .Cclil.) (Miir Gestelen). 



: Siyillv /an de llcerc 



le Maere d'Aertcijeke). 



— (Jacques de) (et d'tleere), fils d'Antoine, 
iiw riiilr sur j'espier de llruges, M(i8, 9, 71, 



Ihrir.C. i;. 


li., Aiaii 


\::: 


e d"^ ),. : S Imobd 

Muw ;t7!i, :i,so, iii 


Heerman (.li 
1. : // 


e/'wausi 


in.l'A 
) f/it- 


|iels, |.4n;i:iin|ialrau 


Heers. Alijl 


an ll,rrt 


, du 


de t'ictcrshcin, tutrice 
ralianl, une rente su 

de billctlcs (Peters 



Heers. Ileuii van llccr, tenancier de la cour uan (ter 
tal/i'lc (mensc du S'-Esprit) (ii S'-Trond ?), 1590; 
ccheviii du haut tribunal de Vcrdt (il S'-Trond), 



HEERTTE (Ilcnnck Noiits vc 
ll."i:; : (le \air ii la fasce, cli 



Hees, Hese, c 



1 Ilese, revoit, du Ura- 



de l''landr(^), 1357 : de vair en pal ; au Ir.-q. cliarg(j 
d'un cliapcan de fer, avec mentonnière. L. : ►!< S 
Gcradii'.) d //CSC (li.) (PI. 8, lig. 200) (Comp. Eijs, 



— Gilis Dite (sic!), écuycr, reisineur du tiudieu de 
Macslrichl, i;i7l : troi^ clievruus el. un lauilicl a 

(luatre pcii.lanl.. lu'n.li. L. : idn de Ile 

(I!., iV2(0ij. 

— Wijnand van Ilesc, jadi^ prisonnier ii liasweiler, 
sous l'i^'cnnlète de Maestricllt; i. t. : 720 mnul., 
1374, 8 (n. st.) : trois fers à cheval. L. : :(c S' llï- 
(ifi;i((i'S(!) de Ilese (B.). 

— Gode/roid Otteiul), jadis prisonnier illec, sous la 
inc^nie baiinii're ; i. t. : 2:ii uioul., 1374 : même écn 
Mue Cilles (|;!7I). L. : .S' (;o,;e/n<(i dd Ottois de 
llvsc (H.). 



snn pcce, Wijnand, 1393 : trois fers à cheval iD.). 

l(lc \au Heese. veuve de Jean van Geslelcn, et ses 
lils, Arnould et Everai'd van (1., vendent au comte 
de CIcvo lcln^ (liiiil> sci^iicui-iaux sur dal rjhiiet 
Gérard 



., lieu 



1 A., SI 






il tel 



li.f. 



Wesemael). 



■ de trois llanchis, charg(:'s, 
p. L'écn accosté, an haut, des 



lellres «5 C. L. : Sigillu llenrkk va lices (I)iiss., 
Clèves-Marl:, Nos g'j9, 713, 711). 

Hees, Hese, etc. Ariiniild van Hcse, écheviii de la 
c.iur du duc de lirakiiit, a Ilalen, [iU : un soc de 
cliaiTue (Ch. et doc. div., c. 1) (voir Gestelen). 

Heest (Ceorgcs do), h. de lief du liainaiit, 1018 : un 
clievi'on, accompagné en cliet do deux trèlles et en 
jininle de . . . (tèle de licorne?). C. cassé. L. : S 
('C (M. Ilulin, à Gand). 

Heetvelde (ïliieiTv van don) reçoit, du Brabant, 
7;i.3 vieux écus pour ses frais et dommages (guerre 
deKlaiidre),I3j8, Ojuiii;é,lir\iii,lrl(iii\,||,'s, 13j0, 
CO : une Lande, cliargrc ,!, iimi> iii:iii;.t, ,i d'un 
lilet brocli., acconipagiirr :iii ( ;iiit„;i -. ,iiiii écuss. 

sur des cols allongés. L. : .S" Thcodcvkiik lla-tveUte 
(H., 'S" 1038, et lirux.) (Comp. les armes de Helle- 
beek, Pede). 

— ((;érard van den), cchcvin illec, 1300, 1, 71, 7 : 
luéuie écii, le lion non cour, et sans lilel. L. : <i, Sig 
Gcrardi ,1c de Ifeetvelde (B., Brux. et Ablt. de 
W.-li., chartes). 

— (Sctjer van den), échcvin de Bruxelles 1.158, 03 : 
cliov., jadis prisonnier ii Basweilor, sous le sire de 
Gaesbeek; i. t. : -23,19 moût., 1371; se. pour Jean 
van Alsimjhen, Jean de Sol, et d'autres, qui avaient 
combattu illec, sous la même bannière, 137-i • 
mémo écu. Même C. (pie Thierry (1358). L : ^ 
S' Segher . de Iletvel (B. et Brux.). 

— (Arnould van den), jadis prisonnier illec, sous le 
sire de Gaesbeek ; i. t. : 280 mnut., 1374 : une 
hande, chargée de trois maillets, accmnpagnée au 
canton s. d'un écuss. au lion cour. C. : un bonnet, 
garni do deux tètes de chèvre adossées, aux cols 
allongés, recourbes. L. : S' Arnoldi de llcetvelde 
(B.). 

— (Zeger van den), chev., bailli de la tei'rc do Gaes- 
beek, 1378 (n. st.) : oclievin de Bruxelles, 1385: 
une bande, chargée d'ini lion et de deux maillets. 
C. : une léle liarbue. L., 1385 : S Sigeri de llcet- 
velde mil- (B. et Brux.) (PI. 8, fig. 207). 

— ((iuillaume van den), chev., écheviu de Bruxelles, 
1381. 2, 0, 00 : mémo ccu que Thierry (13.j8), mais 
sans le lilel ._C. : une télé barbue, ceinte d'un cercle. 
L. : S' W'illi van den lleelvelde (Brux. et .Mal.). 

— (Jiiniihs \aM (UmO, échovin de la vierscarc Sinlcr 
Clan,, ,,|, .S:iii,|.\,r„|iis.\Vacs), l.'iSO : trois et.iil,> 

'I "I' l'''l"ii, l'i»'li. Mir la l". h. : 

..W.'/..,|i;,n„Ml, M.'iered'Aertrijcke). 



Heetvelde (Jacques van den), éclicvin i7/cc, 1305 : 
mi'Uies écu et C. L. : S lacobi dirti van ilcii Heet- 
velde (Brux.). 

— (Jean van den), cliev., écheviu .//ce, \:,'.n; : mie 

(le lion prend plus de la nuiilié de la liandc). G. : 
une tète barbue, ceinte d'un crrclc. L. : .S" lohânis 
de lleetveld' (Brux.). 

— (Gauthier van den) ((ils de teu Jean), cclievin illec, , 
1-iOO : une bande, chargée de trois maillets, accom- 
pagnée au canton s. d'un écuss. au lion. C : une 
tête barbue, cerclée. L. : S Walteri de ikcln-tdi: 
(Ibid.). 



- (Gi 



den), c 



V. (hls 



•S" ll(//ie;/j,i(/e//ee/iWrfe(lbid.). 

- (Guillaume van don), chev., écheviu illec, 1-100 : 
une bande, chargée de trois maillets, accompagnée 
au canton s. d'un écuss. au lion. G. : une tôle bar- 
bue, cerclée. L. : S WiUe van den lleelvelde {Ih'vl.). 

- (Jean van den), cliov., échevin illec, 1107 : mémo 
écu que Giiillainne, 1400-11. C. : une tête barbue, 
cerclée. L. : S loh e Heetvelde (Ibid.). 

- (Gauthier van den), chev., eclievin illec, 1408 : 
bannéc. L. : S Walteri de lleelvelde (Ibid.). 

- (Jean van den), chev., lichevin illec, 1422 : une 
bande, chargée d'un écuss. au lion en chef et de 
deux maillets. C. : une tète barbue cerclée. T. : 
deux dii's. L. : S lohanis de Heetvelde mil' (G.). 

- (Oerelmus \an den), échevin illec, 1434 : même 
écu que Guillaume, 1400. G. : une tête barbue cour. 



- (Alijt van den), veuve de Guill.-unue van AsmIic, 
amman de Bruxelles, ayant, jadis, succédé, en ces 
fonctions, k Gisbert Pipenpoij, reçoit une rente sur 
le domaine de Bruxelles, 1437, 8, 40 : une bande, 
chargée de trois maillets, accomjjagnée au canton s. 
d'un écuss. au lion. L. : S Aliil van den lleelvelde. 
(1!.). 



Heetvelde (Jacques \aii) (!), échcvin de la vierscar 
Je Sninl-Nicolas (Waes), l.io4 : trois étoiles a ciii 
[iiis, accompagnées au liane d. de ... ; au lilel brocli 
sur !a 1'" étoile. !.. : S lacop va . . . e(ue/rfc(l!aroi 
de Maerc d'.Vcrlrijcke). 

— (Pierre van den), éclievin de Bruxelles, 14G3 ; un 
bande, chargée do trois maillets, accompagnée a 
canton s. d'un écuss. au lion. C. : un buste barbu 
turbauné. L. : S Peeter va den Heelvdd (Briix.). 



(Cil. 



:doc. di^, 



— (lluglies van den), éclievin de liniMlIc-;, 1183 : 
écartelé ; aux l'-''' et -!«, une bande, eliar;;rc de trois 
maillets, accompagnée au canton s. d'un écuss. au 
lion ; aux iî» et 3>', une bande, accompagnée de onze 
billettes, 6 ii s. (.S, 2, 1), 5 a d., rangées en bande, 
i l'I ;i. Même C. L. : S Ih-yonis de Calido Campo 
(Brux.). 

— (l'hilippe van den), éclievin illec, I i8(j, 96 : une 

deux maillets. C. ; une tète barbue. L. : S /'/iv rade' 
Iteetvclde (Ibid. et Afflig.). 

— (Guillaume van den), éclievin de Bruxelles, liOo : 
une bande, chargée d'un lion et de deux maillets. 
C. : une télé barbue. L. : II'iHc va de Heelvelde 
(Brux.). 

— (Jean van den), époux de d»'^ .Marie Kijps, tient, 
(lu Brabaiit, une rente, constituée, par feu Charles 
de Bubeinpré, chev., sgr. de Biévre et de Itéves, 
sur le château et paysdeLutléal, 1530 : une bande, 
chariice de trois maillets, accompagnée au cantnn 
s. d'un écuss. au lion. C. : une tétc barbue. (.\v. et 
déii., :N'o i-lid). 

— (Adolphe van den), échevin de Malines, IGOi, 7, 
10, 20, 3 : même ccu que Philippe (IIKU). C. : un 
bras, brandissant un . . . (Mal.). 

— Her Diric van den Eetvelde, religieux à AITlighem. 
se. pour un autre religieux li'illec : une bande, char- 
gée de trois maillets, accompagnée au canton s. d'un 
écuss. frusle. T. : deux d"«. L. : . hë Dinic ra . 
de lleluelde (C. C. B., .\cquils de Lille, I. 371) 
(voir Brabant, Selck, "WATERLOESl. 



Heffen (Franco de), 1381, 2, G, 7, 
oiseaux ; au i'r.-q. broch. chargé d 
(.Mal.). 

— (Jacques van), Ulu, 7, 9, 20, 22, ! 
oiseaux ; écuss. en cœur à trois té 
imberbes. C. : une tète barbue, coill 
de turban. S. : deux grilTons (.Mal.). 

— (Franco de), 1.136 : trois oiseaux ; f 
a trois pals. .Même C. et S. (Mal.). 



Heffingen. .] m \,iii ///;,;;.//»•« et lle/feiniighcn) 
(tils d'A'l.iiii!. ;, ,1 ■ I ;i Basweiler, sous le 
diossinl -I. I ,:. , . I. : «2 mont., 137.1: 
plaiii (liiiciniir , ,h .li.i u-iii-ge a d. . d'un lion 
léopardé. L. : . . lohan ny . n . . (B.). 

— Jufroi de Hef'k, chev., se. un acte de Ferry, sire 
de Bourscheid, 1317 : plain; au chef chargé à d. 

d'un lion léopardé. L. : . . lofroi ., ou 

(Lux., c. II, I. VU, N" 20). 

Heghe (Gaspard, Sergis et Adrien van der), frères, 
font un troc de serfs avec l'abbé de Werden, i;i30 ; 
tous trois : une tête et col de loup. L., 1» S laspar 

V der Ueije : H" : . . Ser ; 3» : S Adri . . 

. ..der llege (Duss., Werden, N" 97<i). 

Hegenscheid. Engelberlus, diclus de llegenschede, 
donne quittance au comte de Bcrg, l'Mo : type 
sciitiforme; trois panclles. L. : t^t S' Engelberli de 
AUena (Duss., Jul.-Berg, N" l6o). 

Heggen, voir Blankenstein. 

Heij (Jean) se. un acte du chapitre de Notre-Dame, a 
Bréda, 1472 : trois moutons à piloter. L. : S lan 
Woute (Gr. scab.. Mélanges, A. G. B.). 

— (Willem Cornclis&en), échcvin de S'-Geertruiden- 
berg, loo2 : mèmeécu (N.-D., Anvers, Chap., capsa 
rer. exlraord.}. 



eijden. M'allerus de Thimo. 
1301 : trois llaiichis. L. : 
se r/i/(Mal.). 


échevin de Malines 
en de Uimo 


- (J.'aii sm der), :iv»iié (voeghl 
1328 : six (3. 2, 1) lliiiielii, el 
L. : +: S' /o/u.s- de o (l'I. 


(lu s^r. de Malines 
.\" 1 i30). 


Johannes de Thimo, miles, 
18 lisres de vieux gros, a scrv 


s'engage, moyennan 
• le duc de Brabant 








PI. I.X. 
Fig. 1. Jean Anthoine, dit des Loges (1512) 
FijT. 2. Jean Anthoine (1541i 
Fig. 3. Michel Anthoiiie (15-15) 
Fig. 4. Michel Anthoine 0554) 
Fig. 5. .lean Antlioine (IGOS) 



s hommes de liefdii comté 



i'i Rraiiie-le-Comte). 



cum quinque viris, probis et honeslis . . ., bene et 
honeste aiin galcis aniiatis et sccundum hoc deccn- 
ter equilatis, dans la guerre entre l'Aii^leteiTc et la 
France, Li se|il. 1:^38 : une liande de cinq los:;in;es. 
L. : >i< S' IJommi lohannk de T . . . o (U., Nû .468). 

Heijden. Reijnere van lier Uciden reçoit, du Bra- 



deux lasces, aeeoinpai;iiées de liuit (3, 2, 2, I) . 
(inerlettes?). h. ; ^ S' Reinnerc van dn- lieu 
(I!., N» 151.1). 



— Willam van de Ifeidcn, borgreve te Stocheijm 
(Sluckliein), Franck (sans nom de famille;, écuutète 
de Stocheijm, se. avec Jacques van Heerse ((lualilié 
mijn (jeselle, par Iledinglien), un acte d'Arnout bas- 
tart yhehcilen van Reieingcn (Ucdiiitilien) van 
l.ovene. iiiii décl. que Gérard Doase van Nitet a 
encaissé pour lui 200 vieux écus, pour lesquels il 
a\ait une obligation du duc et de la ducliesse de 
Urabaut, 13u7, 29 septembre : trois pals; au chef 
Pl^iii-1- : mcon{l)de (U., N» l.i22). 

— (Aruuuld van der), a Anvers, jure lidélité au comte 
de Flandre, 1358 ; dans le champ du sceau, un 
lièvre assis. L. : . . . 7wvd van der Heiden (FI.). 

— (Géraid van der), sgr. de Bautersem; Gheerl, hère 
van Hoiilersem, reçoit, du duc et de la duchesse 
de Urabant. 4275 1/2 vieux écus, solde à lui dii, 
sur 4075 1/2, van coste, scade cnde verlieze die ici/ 
ende onse ghesellen hadden, daer si ons in haren 
orboer ende haer lants gUeseindl hadden in Inghe- 
lant, 13.58, 13 juin; Gheraert van der Heijden, 
hère can lioutersem, reçoit, dn Urabant, 3G.i vieux 
écus et 3 gros, a lui dus, du chef du feu sgr. de 
Ocalerhuul (Oosterliout), als van coste dien hi ten 
llosache ijhedaen hadde in teijstinghen vocr niincn 
hère den herlughe Janne van Drabant, et 000 mou- 
lons, dus a lui-même, pour des ehe\anx perdus, dans 
la i;uerre de Flandi'e, de wetke o/ts Arnt van Wese- 
mate doen ter lijt nain, ducn u-i yheseijndt waren 
in Enghelant, 130-4, 5 septembre; Gherart, hère 
van lluiitersheem, leçoil, de sire Dieric van lloe- 
(Icnpile, receveur de la duchesse de lirabanl, en 
Hollande, 385 moutons, a lui assignés par le duc de 
Luxembourg, etc., en deux obligations. 1 371 , 24 juin ; 
il reçoit, du Brabant, un autre paiement, 1379 : 
trois Heurs de lis. p. c. ; au fr.-q. broch. chargé 
d'une fasce abaissée et d'un lion broch.. iss. du bord 
infér. de la fasce. L. : t^i Sigillvm Gerardi dommi 
de Bovtersem (B., Nos io42, 1913, 239-1). 



Heijden (Goidart, hère zer) (zo der, ou vai. 
(IleidenJ, se. un acte des frères de Sehoon 
1309; reçoit une pension du Urabant, 13U;l, 7 
un acte de Jean van Gronsveld, ehev., 137J; il 
au duc de Julicrs myn h 
Heiden, mil sinen vurbuni 



ipt z 



aile 



71 i/rine zinyel, 

|':i;,ii.T de trois 
:-l<dclley... 
o et 81-1). 



I van der), jadis p 



- (Jean van der), jadis prisonnie 
grave de Linibourg ; i. t. : 80 mô 
et un lion broch. L. : S Juhan . 

- (Uenier {[) van der), jadis pris( 



e den hère van Gror, 
lise yheduchtiye hère 
n Aubelen (Aubel) 



illec, sous le bur- 
t., 1374:unburelé 
. . hijmo (B.). 

inier itlec, sous le 
I moût., 1374 : trois 
en ca'ur a deux fasces, 
) merlettes, rangées en 
il «an de n(U.). 

nier illec. sous le sire 

is pals, le 2^ chargé au 
■ilaiivs de Merica (U.). 

Gronselt (Gi'onsveld), 

>'«/(, deme Got gene- 
L'a/i Urabant in der 
yhcgeven . . . hael, 
leaux (Gronsveld) 



i, 1390: une croix 
J'un autre segment 
'une étoile à cinq 



1 ,M1 pniMt,.(ll" 


. S.-Klis , 


naitenij.. c. 1) (PI. 8, 


soutenant, chacune, u 


1 croissant. S. : deux lions. 


lin. i(>:>). 






!.. : S lan Dierix ean 


lier IleidvniC. C. 1!., Acquits 


Heijden (Jran \a 


11 (In-), éc 


levin iHfc, llIflO : une 


de Lille, 1.51,52). 




aoil.' a niui r. 


^ ni chef 


d. cl deux roses, 1 en 




dcr), éclieviii d'Anvers, |.i.'i.i. 


,-lKf a .., 1 LMi |. 


iiilc (IliUl. 


c. 111). 


0,81,8 : trois étoiles 


U cinq rais; au fr.-q. cliart;c 


^ (Jeiui saii (1er) 


munie qiia 


ilé, l.idC : trois étoiles 


d'un lion el d'un sen 


é de billcltes. C. : une rose a 


a ciiiii rais (Ibid 


e. 11). 




ipialIT U■l<^[,-. rntiv 
M.s, liiirriDan^cl jlui. 


un vol (114 lettres scab., 
S.-P:iis.,C»i(e/i(/.,c. letlll). 


- (\Vrn,.,n;,r v,n 


) el iro/f( 


r('1, sa remiiic, Meuse 


— l.Mailiii \an drr). lie 


itenant des tiefs de Jean, sgr. 


"'''''■" ■'' " ' ' ■■ 




de Merode, de l'elersl 


eiin, etc., U7-i, 8 : écartelé; 


Im'i'.. I. 




. .1 ■ . -. L. : 


aux l" el .t% trois 


oses, accompai^iiées en cœur 



nuit \aii iliTl, (lit Hynsche, li. du duc de Cleves, 
e dr la .Mark, 1 118 : un aiuielet. L. : S Dern, 
der Ileide (Uuss., Ctèves-Mark, N" TM). 

lion van der). 11. du duc de Bourgogne, dans s: 
de Cruijbeke, l-ilS : trois roses, accompagnée; 
eiir de (C. C. li , .Vequits de Lille, I. (J5. 



— (.lean van der), même i|iialit6, illec, 1-121, 30 : trois 
roses, accompagnées en cœur d'une étoile à cini| rais. 
L. : S lan van der Heiden (lbid.,1. 13-14 et 05-00). 



— France van der Heide, euro de Ueningliclst, li21 : 
2'i, une étoile. L. : ^ S' m F van (Iliid., 

— (Jean van der), li. du duc de Bourgogne, dans sa 
sg'"= de Cruijbeke, UU, 'AO, Ai, 2, : une plantt 
de bruyère, lleiirie, sur une terrasse. L. : .S lan vnr, 
der IIeiden{l\)iii., 1. G5-G0). 



— (Gisbert van der), éclievin de Malines, 1427, 8, n : 
trois moutons ii piloter, accompagnés au poii 
clief d'un annelet. T. : un ange (Mal.). 



. . (une étoile?) (Ibid.). 

■ lleijen, éclievin de ïirlemont, 
<■', une aigle éployée; an 2'', trois 

■ va der . ..en scabi (/ipn(S.-G.). 



au clief chargé d'un chien élancé. S. ; 
assis (Mal.). 

— (Jacques van der), éclicviii d'Anvers 
rose en chef a d. et deux étoiles, I 
1 en pointe. C. : on ne voit plus que 
vol (N.-D., Anvers, Cliap., capsae 1-5 



.Nicolas van der), éclievin de Lonvain, 1.^33, 11, 
7, oT. un lion. L. : Ctaes va d'Ilcyde mi lo 
..-G. et M. Max. de Trooslembergli d'dplinter). 

— (Jean van der), échevin d'Anvers, 1532 : une rose 
en chef U d., deux molettes, 1 en chef il s., 1 en 
pointe, et un lambel. C. cassé (1 1-i lettres scab.). 

— (Guillaume van der), (ils de Guillaume, lient 
d'Adrien de Gavere, chev., sgr. de Laerne, de ter 
Doncl. ten Doorne, ter Uuvven, du chef de ter Uuwen, 
un liet il Quarcmont, 1501 : trois inerleltes rangées 
en chef; la pointe est cassée; écuss. en ca'ur ii 
la bande. C. : une léle el col d'aigle (lîls.). 

— SIeven Heiden, prêtre, clianolne et écolùlre de 
.Nimégue, témoin de sa cousine Chr. van Uossuin, 
1503, 11 décembre: deux croissants, adossés. M. 
s. ; un grillon accroupi (■.'). L. : S Stei)haiii[abio .]!) 
(S.-G ). 



liuchets, le 3' sommé de trois roses tigécs, attachées 
a une seule liijc. L'écu posé sur une crosse et un 



■ ncée de Flandre.'» 



Heile. Baudouin van Heile, cliev., Ii. du comte de 
Klandrc (acte du bailli du métier de Urusjes), 1285 : 
un lilet eu croix, cantonné de douze nierlettes, 2, I 
dans chaque canton, et un lauibel a ciiu| pendants 
lirocli. (Naiii., iN" 170). 



- (lianduu 



:vin de Sluijs (L'Ecluse), [-^n : 



lauibel il cinq pendants broc 
vaii Ifei/k (Si>-'-l>liarailde). 



HEIJENBEKE 



— (Jahannes dicliis) (et de Ikijenbeke), éclievin iUec, 
i:i83. 0, iiO : uiéine écu; au fr.-q. brocli. chargé 
(l'une Tascc abaissée et d'un lion brocli., iss. du 
bord inf. de la fasce (Mal.). 

— Schepenen ons heren, her Jaii Ileienhcchts in 
Zt7H/j.se (Seinpst), Tidderc, \V\-2 : uirnir écu, la lasce 



X I-' et l-, huit {;i, 2. :i) 1. 
lion. C: une tête et col de 
n Ileiieiibelie (Brux.). 



Heict, voir Heeght, Heect. 

HeyIardeC/'irars), juré ,1c NLiuuir, i:;il; Pierard 
llctarde, li. de iief du cnuilc dr .Naiiiiir, l:i.-ii, 8, !l, 
GO, G-2 : trois chevrons; au fr.-(i. (liMrt;é de tiois 
losanges. L. : * S Pétri Ileil ...rd (llcijllsxem et 
Nam., Nos 734, 8:10, 859, 897, 920). 

— Pirechons lleilharde, 11. de Iief dudit couile, KiHI) : 
cinq (!) clievi'ous ; au fr.-q. chargé de trois losan;;rs. 
Le sceau porle : IMIiird . . . (Ibid., N» 1211). 

— Mickar Ilcilharde, même qualité, ItIO : écartelé; 
aux !"• et .t<-', trois losanges; aux 2'' et :i', (roi: 
étoiles à cinq rais (Ibid., N» i:i29). 

— Pierlo: lleillarde, même qualité, I i;m : écartelé; 
aux i" et -i', trois losanges ; aux 2' l'I ;!'■, trois pile- 
(Ibid., N» 1S7I). 



HEIJLEGHENBORRE (Ailam rnn(\), jadis 
prisoiniiei' a liasufilcr, sous le drossard de Kau(|ue- 

compagnée en chef ii d. d'une étoile a cinq rais et 
une bordure dentée. L. : .S" llocin van den IleijUien- 
boonuli.). 



a llilyliek (buss.. 



- (.lean), éclie 
L. : S lohi^ 


in de l!ois-le-Uuc, l-i82 : une étoile. 
Ilci/in scaO . ■ . buscodiicis (Duss., 


'^. i":ii"l''ne 


de Itiesen, N" 4.-i). 


— (.Icaii), lUc 
sup. d. de l'éc 


ne qualité, 1502 : une étoile. Le coin 
u est cassé (S.-T., c. 12). 


- (J.'an), luém 


qualité, l.-iOii. Il : une ét.iile (Ibid.). 


[eijman (Jac( 
\Vessei;hem, 


urs), liisde(;illr<, tirnl.delass'-i^'de 
n Nef a Wundil-nu, i;,l)2 : un che- 


vron, cliargé 


d'une étoile a ciiui rais et accompagné 
. S. s. : un griffon (l-iels, N" 10848) 



(voir Bosch, Coene). 



Heijman (IJévin), docteur en médecine, lient, de 
liiilitr s^f'", un lit't il WondolKcm, l'6K\ : nirnio écu, 
l'oloile à six rais. Mi-m.' S., mais ii d. (Ibid., 
iN" inSG!)). 

— (.k'iin) (lils do Jacques), tuteur de Hniineldn (lils de 
niaitre Liévin), lient ledit liet, 151^ : même écu. 
Mrnir S. m.iisa s. (Il)id., N» 10879). 

HEIMBERG (Pawyn van), et Hcmbcrg, a été 
nouiiui' liailll de lllieinbacli, 139S; se. un acte de 
liuillaume, bùlard de Juliers, l-ilO : trois C0(|nilles. 

C. : une télé et col de cliien (d'une?). L. : 

m llcbe . . . (Duss., Col., N" 1180, et Clrvcs-JIark. 
N" 088). 

— Ariioiild, Henri et Gérard van Ileiiibern, éciiyers, 
iKiv,, lils dudit sire Pdwyii, l-tlO; tous ti'ois : 
iiiri,i,> r, Il et C. (Ibid., N" «88). 

— Aniull rail Hcmbcrch. erfl<emmencr des gesticht: 
V(ui Cl, lien, iIlcI., pour lui et ses alliés f/ie/per;, (|ue, 
a>aiil l'ie l'riiuiiiii du duc de lirabant, (1er vnlen 
bijii ich ijuilluit inil u-ail rjcsocnt hud tip ilcscn dach 

slcdcit, 1 iii, dvs iralcn di/ii.idaijcs na ileni heijlijcii 
Heijme iJain, iMHii'i^eois de Louvain, reeoit, du lira- 



.3(?)(I!.,N" 13u9). 



lolKUinis dci Ik-iine (U.). 
Heijmeric (Godefroid), écolàtre ii Clèvcs, receveur 
de Mathikle de Gueldre, comtesse de Glèves, ism : 
plain ; au chef chargé de trois roses. L. : »î< S' Gode- 
fridi Hcimeric (Duss., M.-Berij, N" 779). 

Heinier^heiiii. Ilcnrk-us de Hemerzheim, miles, 
! , \ . ''ii\\[i' àe lierai, quim/ue ijunrlalia 

, 'ijiud Budindnrp (Uodeudorf) et 

-J.; I .i.iiii \ .;- Mir arable a Kitrlervelde, 13l:i; 
II. de llr,jiiirr-r:iiii, miles, se. un acte de Johiinnes, 
doininiis de Snfjciiiberg, 131i : type scutifornie; 
lilain; au chef cliarj^'é d'une lleur de lis. L. : >î< S' 
Henri,; de . . . merh . . . (Ibiil., N" 217 et 2-21). 



— lier Jan Nudel r( 



■ Ilei/t 






, du Uia 



pour ses services dans la fiuerre de Flandre, 13,^7, 
13 août; Jan Nudel van lleijmerclwin, ridder, 
rp(,'Oit, du même clief, un acompte de 00 vieux écus, 
13.^i8 (il. si.), 21 mars : plaiu ; au rliet chargé ii s. 
d'une étiiile, Ij. : î^c i^ S' lahanni d'IIeijmersem 
(U., .N"* 13 iO, l;;8i). 

Heymgin, sclie/feite zo Bunne (éelievin de Bonn ; 
sans autre nom), 1307 . une bande, acc(uupa^née au 

canton s. d'une anille. L. : . . S' Wcnis lleim 

(\^u>i.,Jul.-Berg, N"801). 

HEIJMOMEEZ (llerman van), cclicvin du banc de 
Ldu/., Il Graescii, luoo : éeartelé; aux l" et 4s une 
ïasce ; aux 2= et 3^ un sautoir de douze losanges. 
C(|. sansC. (Ord.). 

HEIJMSLAKEN (.Mathieu van), jadis prisonnier 
(3, 2, 1) lleiirs 



. Mdttiis 



H Le 



.(li). 



prai 

Heijndael. ( 

Uasweiler, s 

Heijn. 



erre) (lils de l'ierre), éelievin de Ilolterdam, 

le tout posé en tasce, mouvant des lianes, et 

vol. L. : .S l'ieter Pielerseii lleijn (t.). 

van Heindale, jadis combatla 
e burgrave de Limbourj;, 13 



(■■') 



r Hene, BOUCOURT. 






Heins (Nicolas), jadis prisonnier à Bàswciler, sous 
le sire de Wittliein; i. t. : i5i moût., 1374, 9 : trois 

h.:^S Clais fleins sone (U.). 

— Pierre Heijns, conlenoUeur des comptes des offi- 
ciers lie Flandre, 1389, 93, 94; se. pour un tiers, 
1391 : cinq (2, 2, 1) alérions, accompagnés an point 
du chef d'une étoile. L. : S Pétri Heins de Ar . c- 
gh... (?) (G. G. U., Acquits de Lille. I. 38). 

— (Guillaume), h. du duc de Uourgogne, dans son 
bourg de liruges, 1408 : un poisson en fasce, accom- 
pagné en pointe d'une étoile. L. : S W'ille . . . . 
Heins (Ibid.. 1. 40). 



- (Jan Piclerl, échevii 


d'Eecloo. 1427 


: un chevro 


accompagné en chef 


de deux pois a 


uses, pcnch 


à d.. et en pointe d 


un marteau, si 


rmonté d'u 


croisette. L. : 


. . Heins (Ibid 


. 82-83). 



Heins. Jean Ifeijns, itppercoster do Sainlc-Plinraildo, 
;i (iaiid, ïUy.i : un cliuvi'on, accon)|iaïné eu chef di- 
deux roses a six feuilles et en pointe d'nn ei-oissaiit 
(lliid., 1. .102). 

— Jean Ikiins, éclievin de Tervuercn, Hli : une scie 
(le boulani;er et une pelle de boulanger, passées en 
sautoir. L. : Se(jel lan Heiiis (S. -G.). 

— Oeort'es llcijns, éclievin de Tirlemont, loSl : une 
niari|ue de marchand, formée de deux étais alésés, 
l'un renversé, entrelaces. L. : Iki/nsscabi 



. (\hh. 



:. 2). 



Heinsberg. ThniiU-iiciis de Hemsberg se. un acte 
des trcre= Henri et l-railcon de Iliickeswagen, 1200 : 
type scutitomie; un éctliqucté et un lauiliel, a cinq 

pendants, brocli. L. : . . Th . . . cr llcnis- 

bc (Duss., Jul.-Berg, N° 42). 

— (Tliicrry, siro de), fait un accord avec Adolphe, 
comte de Uerg, 12G8; se. en 1273, 77, 8S, 1302 : 
type équestre; le bouclier et l'écu du c.-sc. au lion, 
a la queue tourclice. C. : un éventail (Ibid., N'^s 52. 
07, 7S, 79, H7). 

— Julmniifs, frnlvr nnstcr, se. un acte dudit Thierry, 
1208 : type scutiforme ; un échiqueté et un lambel 
il cinq pendants, brocli. L. : >J< Sigillrm Itihnnnis 
lie Lcicenbm- (Lowenburb') (Ibid., N" f;2). 

— Juliii/iiies, iloini/ius dcLewenberij, frère de Thierry, 
sire de Ileiiisberj;, 1285 : type équestre; le bouclier 
et l'écu du c.-sc, à un échiqueté et au lambel il 
quatre (?) pendants, broch. L. : S' lohannis de 
Hrmsherg iliii de Lewenbc (mi., N" 79). 

— Ciodejndiis ilc Ilcnsbcrg se. un accord enli'C Arnol- 
iliis Midarl do Iluelhoven (lliillioven). mUes, et ses 
iiKiiisiDruirii de la cour de Uaellmwn. 1298 ; un 
lion cour., ii la queue fourchée, et un lambel i\ ciiK] 
pendants, broch. L. : ►!< S' Codef jdti dni Th de 
lleneseb . (c, ou g) (Ibid., K» 128). 

— r.udelndns. domhius de Ilcijnsbergh et de lilane- 
kinlin-gh, et Mechlddis de Lus (I.ooz), eiiis luor 
legiliiiia. |;!07 : type équestre ; le bouclier, la housse 
el l'écu du c.-sc. aux mêmes armes. C. : un pa- 
nache de sept plumes (Ibid , N"» 175, 181). 

— Le mémo, 1310. 26 : type équestre, comme ci-des- 
sus, mais pour C. et ornement du chanfrein : un 
dragon (Ibid., N»^ 198 et Sl-ij. 

— (Tlieoderieus de), niilc.i, fils aine de Godcfroid, sgr. 
de Heinsberg et de Ulankenberg, et ses frères, Ji 

et Godcfroid, se. un acte de leur père, qui donn 
sa lille légitime, Marguerite, ciiriam îwstram dici 
Creylsroijdc, ciim tribus mniisibiis et diiiiidio mai 
terre auibilis, sa dime de Gangelt, etc., 13: 
Thierry : écu aux mêmes armes. Jean : même é 
le lambel ii quatre pendants. Godcfroid : même é 
sans lambel; au fr.-q. burelé (Looz) (Ibid., 314). 

DE Raadt, t. II 



Heinsberg. Lambert van Ifegnsberg, rliev., re. un 
acle de Henri, sgr. de Luvsenburg, et de sa femme 
Agnès, 1330; h. de Thierry, comte de Looz, etc., 
1338, 42 ; Lambreeh caii Heinsborch, chev., donne 
un acle a\ec Gérard van deme Sleiiie, chev., tous 
deux qualiliés amis du comte de Looz, 1358 : un lion 
cour., à la queue fourchée, et une cotice brocli. L. : 
>i> S' Laiitberli de lleijitsberg mUdis (U., N» 1083, 
et Duss , Jid.-Berg, N"s 384 et 449; B., N" 474). 

— Henri van Dalenbrueh (Dahlenbroek), disant 
Thierry, comte de Looz tt de Chiny, sgr. de Heins- 
berg, son oncle, décl. avoir rei.'u en lief de Gérard 
de Juliers, comte de lierg, etc., le cliàleau de 
LcifcHkTy (Lowenburg), 1350 : un lion cour., ii la 
(|ueue fourchée, et un lambel brocli., chacun des ti'Ois 
pendants chai'gé de trois besants ou tourteaux. L. : 
. . . p«;-ici de Heijiisberg (Duss., Jul.-Berg, N" 530). 

— (Jean van), évêque de Liège, duc de Bouillon, comte 
de Looz oncle de Jean de Looz, sgr. de Uiest, etc., 
fds (du seigneur) de Heinsberg, 1437; se. en 1445 : 
écartelé ; aux 1" et 4^, parti ; a, un burelé (Looz) ; 
b, deux poi.ssons adossés (Chiny); aux 2" et 3'-, un 
lion cour., il la queue fourchée. Sur le tout, un écuss. 
au lion. T. s^: une d""-'. L. : S' lohis de Ucnsbg' epi 
leodien et coTlis losseii seclu (B.). 

— Le même, 1447 : dans le champ du sceau, un oq. 
cour. C. : deux oreilles d'àiie. .L. : S lohanis de 
llein.'ibg epileodiennis iH.) (\o\v Boxtel, Diest, 
Cannart, Looz, Lôwenburg, Nassau, 
Sayn, Swalmen). 



Ileinzenberg (ou -burg?), Georgius de Heijnseii- 

Georgius de Keynsenlierglie (I) se. un acte de Gher- 
laeiis Leselie, miles de Meulhem, 1338 : diapré, 
au fermail en losange. L. : ►!< Geor . . i dm de 
Hei/nzenberch (II., N»* 395 et 3'JG). 

Heintzen (Jean-Dapt.), curé de la seigneurie de h'ayl 
(Kail), près de Bilburg (Trêves), 1788 : un senestro- 
clière armé, mouvant du bord s., la main tenant un 
trident, les dénis terminées, chacune, en boule, le 
manche terminé aussi en boule et muni d'une tra- 
verse près de l'extrémité postérieure, ledit trident 
accosté en chef de deux étoiles (écu ovale*. C. : un 
vol (cachet en cire l'ouge) (C. C. II., reg. 4G"i8,"i). 

HEUR, voir Bonier. 

Heys, voirHeijden. 

Heisgen (Bernard-Albert de), écnyer, sgr. de Derg, 
en partie, de Bettendorff et de La Rocliette (comté 



de Chiny), remet an roi de France le dcnombremenl 
de ses liets, 1081 : cinq trùlles. L'ccu sommé d'une 
cour, il trois lleurons et ii deux perles, alternant, et 
accDslé de deux palmes (cachet en cire rouge) (C. C. 
H., 137i:i). 

Heijsselt (Chrétien van), échevin de Saint-Trond, 
li'i'i. 7, 8, 1) : une tasce de cinq fusées, surmontée 
d'un lainbel ii quatre pendants. En it33 sans T. V.n 

■ 1437-9, T. : un enfant (S.-T., c. 9). 

— (Jean van), échevin du banc de Duras, 1413 : 
nirinos éni et T. (Ibid.). 

HEIJSSEN (Tliierry van), chcv., se. un acte du 
coiiile de Clè\es, 1348 : de . . . a l'écuss. plain, 
aceonii)ai;né de trois (2, 1) grelots (l)uss., Jiil.-Iienj, 
N" -m) (voir Hessen). 



Heyvaert (Gilles) se. pour son fils Corneille, qui 
tient, dudit château, un fief ii Denderbelle, um : 
trois annelets (Ibid., N» 3GS2). 

Hecht, voir Heeght. 

Hecke (Antoine van den), échevin du métier d'Asse- 

nede, 1-453 : trois étoiles (C. C. [!., Acquits de 

Lille, I. 43) (voir Heckene). 



Heijst (Arnould 



'chevin de Malines, 1012 : 

line il trois pals. C. : un chien braque, 
; un vol (.Mal.). 

ins du pays et franchise de Heijst (-op-den- 
tO : un cygne, pose sur une terrasse. L'écu 
artouche (Arch. de l'église de Ileijst-op- 



Heisterbach (?), voir Eijnde. 

Heijstken (Henri), échevin de Tervueren, 1381 : 
Il 015 roses; au fr.-q. brocli., chargé d'une paire de 
.•im:iii\, ouverte. L. : S' //ei«rie Ileisthm (S.-*!.). 

Heijvaert (.leau), se. pour Gilles Moens (lils d'Ar- 
lujuld), i|ui tient, du château de Termonde, une part 
d'un lief i//ec, dont Josse Moens, Adrien Moens et 
Jean Sniet tiennent les autres parts. 1"J40 : 
annelets. Le sceau porte : //eiuotTi (Fiefs, N" 4010) 
(l'I. 8, lig. 210). 



— (Martin van den), échevin du duc de Bourgogne 
dans la Salle de Deijnze, 1455 : une tête et col di 
cerf, accompagnée en chef il s., d'une étoile. T. : ui 
ange. L. : Marti va den Ilecice (Ibid., I. 235). 

— (Martin van den), échevin de Bruxelles, 1472, 87, 
8 : écartelé; aux 1" et 4",, trois tours, ou portes 
crénelés ; aux 2^ et 3«, de . . . aux points équipollés 
de . . . . C. : une tour, ou porte de l'écu. L. : S 
Merlen va den Hecke (Brux.). 

— (Gilles van), reçoit pour sa femme Lijaerdc (Lie- 
gaerde), lille de Jacques Dreidel, héritière de son 
frère Bernard, une rente sur l'cspier de Bruges, 
1483, 5 : trois coquilles. L. ; S ]Vovlcr m . . . r 
Hecke (sic) (C. G. B., Acquits de Lille, 1. 380). 

— (Jean van den), échevin du métier de Soraergem, 
1510 : une barrière de prairie. L. : S Inii van den 
i/ecAe (Ibid., 117). 

— (Pierre van), échevin de sire Jean van Zacmstaclit, 
dans le banc de Lokeren, 1518 : trois roses a six 
feuilles. L. : S' Pieté (ZmjvekcJ. 

— (Melchior van), échevin de Philippe de Clèves, sgr. 
de Ravestein, etc., dans sa sgr'» et vierschaer du 
métier de Roulers, 1523 : une hache contournée, 
posée à s., accompagnée d'une étoile en chef, a d. 
(Dcijnsc, c. L.). 

— (Louis van den), fîTs de Gauthier, tient de la sg'"' 
de Wesseghem, un llef ù Eijne, 15.15 : une barrière 
de prairie (Fiefs, N" 10885, 0). 



- Paul Ihijm 






c. pour un autre, feudatairc dudit 
Dis annelets (Ibid., N» 4478). 



ierre van!), échevin de Lokeren, l."i03 : 
(Ibid., c. 915, 1. 0738-83). 



— .Martin Heijmerts se. pour Gilles Saren (lils 

Ji an), qui tient, dudit château, un lief ii Baesrode, 
1510 : lui contre, la pointe en bas. posé en barre, 
accompagné de deux roses (Ibid., N" 3851). 

— Paul Heijvaerts lient, dudit château, un lief il 
Lebbeke, 15-19 ; se. pour d'autres feudataires, 1549 : 
une plume, posée en pal, en chef, et trois annelets, 
2 aux flancs, 1 en pointe (Ibid.. N° -1023, 7, 39). 

— (Gilles), fils de Jean, tient, dudit chi'iteau, un fief 
il Merchtem, 1553 : trois annelets. C. : un ani 
Le casque accosté de chaque côté de trois (2, 1) 
mouchetures d'hermine (Ibid., N» 4119). 



— (Arnould van), échevin du comte de Flandre an 
métier de Zomerghcm (Somergem), 1,5.50 : une 
étoile. L. : -4ren( van Hecke (C. C. B., Acquits de 
Lille, I. 118). 

— (Emmanuel van den), tenancier juré de la chambre 
des tonlienx; ii Bruxelles, 1013, 0, 7 : même écu 
que Martin, 1472. G. : une tour, on porte de l'écu 
entre un vol. L. : S Emanvelis van den Hecke (C. 
C. B., c. 47). 









lité, 1020; lientenanl 
al du roi, au quartier de Bruxelles 
:u et C. L. : S' lohannes van dei 



r.9 



n ll\eedc] (M. Uiilin, ii Loo-tni-HulU). 



1 iss. (?) (M. (le Lali'o du It.is.iu 

HELFENSTEYN, voir Brenner. 

Hellftrde, \m- Heylarde. 

Helle (Cliomiiiiis-, (rlicviu ilr TicI, l:!li, :'. 
(M^tcs. L. ; ►f. S' Goesinni llrtto d,' AV,/, 
{- Ni'ciijiU'ii) (Geld.). 

— (Ii;ai(lniiin van (1er), cclicvin de ,\l:^r., a Mai 
{va/i bi(lc)i), lîiOi : un saiiloii', accoiiiiianiir ( 



(II' Lille, I. .iUt). 

— ilSaïulniiiii van dcr), éclievin du roi dans l'cspier de 
llariclieke, trili" : un sautoir, accompagné en chef 
(l'un croissant, a d. d'une (itoilc, il s. et en pointe 
(le . . . (fruste) (Ihid., 1. -11,-!) (voir Hellen). 

Hellebeek. Arnould van Udlieko, clicv., cl Glieerlac 
\au dcn Dos^clie, clicv., drossard de lirabant (son 
sii'iiu est tiMuli('), aplanissent un dillércnd entre le 
chapitic de Saiut-Gonnnaire, ii Lierre, d'une pari, et 
l'alihis-i' lie l.iuler et ses tenanciers de Mcerliout, 
.laiilrc part, au sujet de cens, KMO (n. st.). en 



Helleek. Jehan il,' //n7/„/,c, ^.r. ,1c I iilioul el 

,/■• l.ucnliiivl d'Oplicin iSain., N" ii.Mi, cl I!., N» ;iii). 
— Aniniil.Uaii//c|r|//,r/,r,rl.e,.,li.iludncdcnrabant. 

prohis d Iwiiedis, cun, ijiilcis (irnial,^ cl lyndiiti^ 



dm llnkc (liniv. ri Ce, scab., Mèlaïuics) {snW 


''"■'■"'"■• '■■'"^ 1^ ^'"■'■"- '-■'""■ ^■-^"■Mmv et la 


Crampe). 


I . ',:iiii|i. C. : un cba- 


Heckene^Mulirl v.m den), éclievin de Drndiabcllc- 


,..:!',■ • '. l.:illillc. L. :.Sl7,7C 


/«ijMke, llliiii (11, st.) : une fasce, accouipa^née en 
clirt a d. d'une roue, ii s. de . . . (cassé) et en pointe 
d'un corbeau. L. : an dcn Uec 


(/irijieke). 


.ui.illetscl-arge.it. 


— (JH^^r van .Irnl, lient, du chfiteau de Ternmndr, un 
lirf a llaniuic, 11:10 : Irnis eluilrs (lliid., N- iiViO) 
(vnuHecke'. 

Hecq. Jehan de llecqxtes, éciiyer, s-r. de h Glisoel, 
b.'iilli de la baronnie de Berlaimont, l.'i:i« : écarlelé ; 


— Jean van Ileelbeke, jadis prisonnier ii liàsweilcr, 
sous le sire de Gaesbeek; i. t. : G'JO moût., liiT-i : 


plain; au fr.-([. aux armes précédentes. L : -^ S' 
lan va lldbeke (B.) (PI. 9, 11-. 211). 

— Thomacs Helbeck (sic), ami de Henri lînijdens, dit 


■M\ U-- et .is un lion; aux 2« et 3'', un lascé (de 
MX pir, ,>i. .Sur le tout : nn éeuss. a li.n. fascis. 


:1:).'. .!■, ,■.',•. • 1 i • |. 1rs des 



e barbue. 



canton s. d'un écuss. au lion. G. : u 
T. d. : un li. sauv , tenant sa massue de la main 
droite. L. : -S Thocman^ va Iledhc . . (B.) (Cnmp. 
1rs arnirs de Heetvelde, Pede; voir Stalle). 

Hellemans, voir Helman.*- 

;:ellemmes. Jaqucinurl de UeUemines, (ils de teu 
Henri, rei;o't. de la ville de Tournai, une l'ente ins- 
ciito sur la vie de sa femme, Callierine Ituridain, el 
celle de son beau-frère, Jakemart Jiuridain, 1102, 
■i, 5, 8 : de vair an lilet. G : une tète et col de cyi^ne 
enlrc un vol. T. : deux il'^'^^. L. : S Jaqvcmarl de 
lldlemes jil lle'nj (Tournai, Quitt.). 

— Jaque: de Hdlemiiiez, lils de feu Jaquemon. bour- 
geois de Tournai, rc(;oit une renie de cette ville, 
l-iOS : de vair a la bande, cliargée en clief d'une 

vol. h. -.S la 1 s(lbid.). 

- Le même, 1-108 : de vair, au bâton. Même C. (Ibid.) 
(voir Martre). 



(.\bb, d'Oplinter, A. 0. li.). 



n der Iktlcn {n.) (\M nelle). 



Hellenberg. Wolter van Hellenshcrrh Reijnc 
.■clicvhi de Ziiijlicliem, 15',)2 : deux liais et un laiii 
C. ; iMir tète el col d'aigle. L. : S Woller . . . ne. 
iAïuliriii, livkenk., iN» 1207). 



Hellenfort (Pie 



il l!ll\ 






a lioiioi 



luaniiie de iiiareliand {S.-r, c. 11) (!■%'. ' 
HELLESAINT, voir Armoises. 
Helleville, voir Paris. 
Hellicht (l/mis iilrr), jadis iirisunnier ii I 



h 


.: ,! ^ ., rt une coticebrocli., chargée 
^ Mirais h. : q* S' Lodeiciic nie 


— .( 


an xilrr Ilclirhl. ji. do fief de .Jean Loblic, sgr. 
u lief a Ilaini, suiis l'vire (Ilever?), UM : tniis 
1 ^ de lis, p. e., el nu bàlon lirodi. (E. (J., 1. 3 18). 


li 


mis vler llelchl, marchand (cooptnan) du dm- de 
baiil, dans sa cliainlirc des tonlieux, a l.mnaiii, 
j:> : Iruis Heurs de lis, p. c, el un lilrl br(i( li. 
: .S /.loïc nier Hieltichl in de lieu . (It ). 


~l 


mis i//er Ilelicht, le jeune, lient, .lu Urahanl, iiii 
a Cauipcnhoul, l-Hn : uiêiiie (■m qur Jraii (A\ . 



Hellin (Ungier), roccveui' des bricfa de la rhamiirc 
lies tjmna briefs de Bruges, l-WH : trois coiinille 
T. : une d^o (G. G. U., Ac(|nits de Lille, 1. ill). 



col de léopard lionne ci 
lionnes. L. : S Roeijie 



le), rentier de la sénécliale de Ilainaiit 
de Klaudre, dame deGysoing et dcTeiu 
IH : trois coquilles (Tournai, Chartreux 



— (Jean) (sans de), allniliei' 
roses il six feuilles (T: 
Broeck, Buisseret). 



le), échevin de Wer' 
t i^', une jumelle, si 



eillcr de Leurs Altesses et 
au quartier de liruxelles. 



Hellincx (.\icolas), coi: 
lOLi : trois besanls, i 



llelhncx KO D (G. G. U., c. 48). 

Hellspiegel (Gilles), échevin du c( 
Lurijcndaele, dans s 
(Wildcren), 15GC : trois coqs contournés, accoiiii 
Kiics en cieur d'un bcsant, ou tourteau (Ordaiif 

— L.'iiiilHrl llellspiegels, tenancier de la cour van e 
Cruijce, ii Sainl-Trond, lu71 : trois co(|s (non « 
tournés). G. : un coq (Ordange). 

Helman (Jean), bourgcu 



; .S" loh . 

.n,c?).C(|. 



Helmont. mhi Lijscap, Paii^ven. 

Helpenstein, \oir ELPENSTEIN. 

Helschevier (Everard), échevin de Tcrvucren, i;! 
trois feiullcs de tilleul, renversées, sans tiges 
rr.-(|. luoch., chargé d'une Heur de lis, ii. c. 
i-p S' Kreraert IlehcTwcier (S.-G.). 

HELUWE, voir Erp, Rover. 

HEMBERCH r^eric/i dietiis de) (lliniliergï), 
miner, re(.-oit, du Brahant, une soiinne imiir 
fh'uriciis de Leicenherch, duiuiinis iiusler dilee 
13;)8; dit sceller de son propre sceau : une f: 
frellée, surmontée d'un lambel ;i ciii(| peiidanls. 
rslorp mililis (»., N" ilO) (' 



.S' I 

Heimberg, Humbeek). 



Hembise. Segher van Embisc. bailli de ÎSevele e 



r. de K 



t de 



a feiii 



s bande 



dame de Nevele, 1373 : un lioi 
broch. (!); ii la bordure (simple), chargée de quatorze 
besants, ou (oiirteaux. L. : S" Segher de llenhise 
(Ville de Gand) (conip. Trazegnies). 







Kl?. 



Fig : 



Fig. 1. Pierre Hanon (1520) ) Hommes de fief du comté de 

Kiff. 2. Gùry Hanon (1527) [ Hainaut et de la cour de Mons 

Fig. 3. Christophe Hulin (15t>l) ) (à Braine-le-Comte). 

Fig. 4. Adrien Hulin, cambier, à Braine-le-Comte (1565). 
Fig. 5. Adrien Hulin, homme de liet'du comté de Hainaut et de la 
de Mon.s (à liraine-le-Comte) (1569). 



Hemelrijc, v 



r Berchem. 



Hemelverdegem. Me sires Oliviers de Emelver- 
diijhien, ehiraUer>i, h. du sire de ScewieWekc (Sclien- 
dtilieke), 1279 : un lion et une cotice engrélée broch. 
iy,nuvej. 

Hemert (Staes van), témoin de Herbere dije Cock, 
u son contrat de mariage, 1533 : écartelé; aux l'^'' 



HEMONIEZ (Henri de), cchevin de Jodoigne. 
non : une fasce, chargée d'une tour. L. : S Henri 
de Hemonier (C. C. B., c. 3(5). 

Hemptinne. Eustachius, mites, baillivus terre nor 

un autre étrier en pointe. L. : ►!< S Ecstacii mititis 
[l,nt]ivi [namvr]c (Namur, Salzinnes). 

— Stnssins de Hemetines, homme du comte de Namur, 
liOl : une rose et un étrier en chef et un autre 
étrier en pointe. L. : S' Slasini de Hemetines (Nam., 
•-HM et 266) (voir Bounant, Dave, Jupleux, 
Louvignies). 

— Ueinemans de lleymetines, t homme de loi manant 
en le baillerie de Wasege » (Wasseiges), 1331 
(n. st.) : une rose et un étrier en chef et un autre 
étrier en pointe; à la bordure componce. L. : ►!< S' 
Ih fine . (Nam., 524). 

— l.ihiers de Hemetines, et Himelines, chev., homme 
du comte de Namur, 1346, 55 (n. st.) : d'hermine à 
une rose et à un étrier en chef et à un autre étrier 
en pointe; au lambel brochant, chacun des trois 
pendants chargé de trois besants, ou tourteaux. L. : 
►fi S ms Libier de Himiline (Nam., 725 et 78!)). 

— Jehan de Himelines, homme dudit comte, 1335 
(n. st.) : même écu que Stnssins, 1204. L. : :(c S' 
luhan de Hemetines (Nam., 789). 

— Snndrars de Himelines, il. dudit comte. 1353 
(n. st.) : trois étriers ; au fr.-q. broch., chargé d'une 
rose. Cq. cour. C. : un panache de plumes de coq. 
L. : Sandrai de Himetin (Nam., 789). 

— Sandrars de Heijmelincs, h. dudit comte, 1359 : 
même écu que Slassins. 1294. C. (sans cour.) : le 
même que .Snndrars, 1355. L. : S' Snndra' de 
H,-iiietï (Nam.. 845). 

— Sandrars de Hemlines, écuyer, bailli du comté de 
Namur, 1307 : même écu. C. : cassé. L. : . . Son-' 
dra de Hemeli .... (Namur, Salzinnes). 



Hemptinne. Henri de Hemptines, échevin de Liège, 
vers 1308 : une rose en chef à d. et deux étriers, 
1 en chef à s., 1 en pointe, accompagnés en cœur 
d'une merlette. L. : . . Henri de Heme . ines (C. de 
B.). 

— Mrssires .Arnouls de Hei/mlines, chev., h. du 
comte de Namur, 1384 : même écu, mais d'hermine 
et sans la merlette. Volet d'iiermine. Cq. cour. C. : 
un vol. h. -.S .. .ou. de Hijmelines Mrs (Nam., 
1160 et 1168). 

— (Robert de), écuyer, 1393 : même écu que Stnssins, 
1294. L. : S Roberli de Ilimtines (.\rch. de la fa- 
mille de Hemptinne). 

— Loijs de Hijmetinez, dit du Verbos (Vert-Bois), h. 
dudit comte, 142(1 : même écu, le champ d'hermine. 
L. : * S' Loy Ilimti (Ibid., N» 1349). 

— Jean de Hemctine, maïeur du chapitre de Saint- 
Pierre, au chùteau de Namur, jugeant en la ville do 
St-Denis, 1490 : le mémo écu que Sandrars, 1355 

(n. st.). L. : . . lehnn de (Namur, Snl- 

%innes, c. 517). 

— Arnould van Emplinez, chev., jadis prisonnier a 
Baswciler,sousnobcrtdeNamur; i.t. : 1504mout., 
1374 : même écu que Libiers, 1346, 55 (n. st.), 
mais sans lambel. Cq. cour. C. : un vol. Le volet 
semé de mouchetures d'hermiTie. L. : Sigillvm Ar- 
noldi de Himeline (B.). 

— Jacques de Hemptines, écuyer, sgr. de Wagnee 
(Wagenies), conseiller de l'empereur, etc., et son 
maieur de Namur, 1524 : trois étriers ; au fr.-q. 
broch., chargé d'une rose. C. : une femme nue 
(sirène), issante, tenant de la main droite une rose 
et de la main gauche un peigne. L. : Jnq . de 

H (Archives communales de 

Namur). 

— Jacques de Hemptines, écuyer, sgr. de Wnignies 
(Wangcnies), conseiller de l'empereur et son maieur 
de Namur, 1549 : écartelé; aux l'"- et 4'. comme 
Sandrars (1355, n. st.); .aux 2= et 3«, une aigle, 
chargée d'un écuss. au lion (Rochefort). C. cassé 
(Mél., c. 150) (voir Héripont, Motta, Pontil- 



Hemricourt. Jehans de Ilenricourt, rccevcui' de la 
tcnc dmjemonl, reçoit, du Brahant, iiiie rente 
frndalc de 70 moutons, pour le seigneur daigcmoni 
(d'Agiiuont), 1307 : une bande (plaine), accompagnée 
au canton s. d'un croissant, chargé d'une petite 
merlette (U.. N" 2IC2). 

— (l'"rançois de), écoutéte de l'abbé de Saint-Trond, 
lo.")(5 : une bande, chargée de trois mouchetures 
d'hermine. C. fruste et cassé (Ord.) (voir Blehen, 
Boileau, Dave, Laminne). 



t (lils 



Hemsrode. Jossc van Eemsrode, député du comte 



HEMSTK, voi 
HENAU. Jeai 



BONVELRE. 

San Knau (et de Ilcnau), h. de la 
res, l.{-il,"2 : trois croissants et un 
,. : S' Ihan van llca.v{G. G. lî., 






L. : Siijillu' Iiiii van Jlciiav (Ibid.. 



Hende (Michel van den). lils de Gilles, tient, de la 
cour comlale teii Sieenc, il Alost, par achat de Pierre 
Mueleman, un lief k Popperode, jip 't Iloovett, iip 
den tvech van Deiiremondc (Ternionde), 1537 : trois 
étoiles, surmontées d'un lambel ii quatre pendants 
(Kiefs, N» 4728) (PI. 9, tig. 213). 

Hene (Ghelemans) , échevin de Jodoigne, 1308 : une 
tour, chaigée eu cu'ur d'une étoile. L. : . . . hehnan 
Hein . . (Ucijlissem). 

Heneko. Jean Hnn[n]ecot, Uan&iuesi, bouteiller du 
duc de Luxembourg, de Urabant, etc., reçoit des 
paiements du fisc, 1307, 8, 81 ; reçoit, pour Gérard 
de Florenville, entre autres, GO moût, que le duc et 
la duchesse lui allouent, in hoesckeijden ende van 
yracten, en sus la rente de 100 vieux écus (|ue lui 
sert Thierry van Ghorinkem, leur clerc, 1308 ; 
un coupé-émanché. L. : S' lehan Heneko (I!., 
iN"* 2151. 2107, 2200). 



HENGELBRECHTE, voir Randwijk. 

HENIN, \ûirHAININ. 

Hennenberg (Suvderus de), chanoine de Rces, est 
nommé exécuteur testamentaire par Gerlacus de 
Diiernic, 1359 : de ... a l'écuss. plain et ii la bor- 
dure dentée. L. : ►!» .S' Sved'i d' Ileneb'g cnn reyas, 
(l)uss., Bnmcricit, N» 92) (PI. 9. lig. 2H). 



Heiineron, vnir Hann« 
Henotins (Jraiii, n lir\ii 



3 (2, l) en chef, 3 (2, t) en pointe. L. : ►{< S' lolds 
Hennol (Nam., N° 022). 



Henoumont (Krani.ois), cui'é d'I/.ior (terre de Diii' 
huy), 1788 : ccartclé ; au 1", un lion; au 2», troi; 
losaniics, mal ordonnés; au 3', trois (2, 1) losanges 
au i', une étoile ii cimi rais (écu ovale). G. : un lioi 
iss. (cachet en cire rouge) (G. G. li., reg. 40585). 

Henra (Jchnn), écticvin de la tranche ville de Jnche 
(Jauclie), IJU : un cygne; au chef chargé de trois 
cloches (coniques) (M. Donnet). 

Henry. Baudouin UinTij, échevin deTirlemont, 1505 : 
[larli ; au li^'', un fascé de quatre pièces et un lion 
contourné hroch. ; au 2'', une tasce, surmontée d'une 
utrtile et d'une rose. L. : S llaldeivimllenri scabi 
then . (S.-G.) (voir Henrix). 

Henricus, ctericus opidi bruxclloiisis, h. de Rohcrt 
de (ii'iniberglie, sgr. d'Assche, 12% : cinq c 
L. : ►Jc.S' Ihnrki crici(n., N» 131) (voir ANSE . E, 
Crokegem). 

Henrix, Hendrix, etc. Jan Ilenrix socii. éclicvin 
de Schoonhoven (Hollande), 138G : parti; au 1", une 
coupe (sans couvercle) ; au 2'', trois fasces (IIoll.J. 

— Jcliati Henri/, touricr du ch;Ucau de Gand, 
9, 02, 3, 4 : un pentalpha, surmonté d'un laii 
quatre pendants. L. : Sifjillum lohannh filii llerici 
(C. G. R., Acquits de Lille, 1. 111, 110). 

— CIni/s Ileiirij, tourier dudit château, 1401-9 ; h. de 
lief de la chûtcllenie de Gand, 1407 : un pentalpha, 
accompagné en chef de deux étoiles à cinq rais. L. ; 
►p S Ctais Ilecton (ou Hector'!) Heinrix (Ibid., 

I. 111 et 113). 

— Joi's liliuH Hciiric, échevin du métier de llulst 
(Flandre zéland.), 1400 : un ours rampant, accom- 
pagné au canton s. de . . . (étoile?) (Ibid., I. 222). 

— Clans Ucnrij, tourier du château de Gand, 1409, 

II, 2; tourier hcrilable et garde des prisons dudit 
château, 1417, 8 : un pentalpha en chef à d. et deux 
tours, ou chi'iteaux, 1 en chef a s., 1 en pointe. L. ; 
S Claijs Ikimics (Ibid., 1. 89-90, 111-112). 

— Clais Henri, touricr dudit château, 1410 : deux 
barres. T. : une d"'. L. : S Clays Hein (Ibid., 



- Hcinric Heinries soen , bourgeois d'IJsselsIei 
1410 : une force, posée en bande, les pointer 
haut, accompagnée au canton s. d'inii' niiilriie .j 
rais. L. : S Heinric Heinriis soen (llnll.) (Conip. 
armes Muelen). 



Henrix, Hendrix. Jeafl Henricx, tourier krrilnhlc 
dudit château, 1423, 5, (n. st.), 7, 9 : un pental- 
pha en chef a d. et deux ch^Heaux, 1 en chef a s., 
1 en pointe. S. s. : un grilTon. h. : S lam llcinricx 
(Ibid.,\. 110, 112). 

— Jelidii Hcijnricc (et le Hcnrij), même qualité, 
1435, G, 8, 53, 4 : deux pentalphas, 1 en chef ii d., 
1 en pointe, et un cluUeau en chef à s. L'écu pendu 

au col d'un griffon. L. : s Henricx (Ibid., 

1. 112, 109, 113). 

— Pieter Heindricx:onc, échevin de llulst (Flandre 
/éland.), 14-54 ; un sautoir, chargé de iiuatre coquilles 
et en ccenr d'un trelle et cantonné de quatre roses. 
T. : un an-c. !.. : S l'icU'v f Ilcindricx (Ibid., 

— .irinen Ileinrics:, échevin de I\(itterdam, 1454 : 
trois marmites, les anses dressées. L. : . . . . iacn 
Henric socn . (U.). 

— Antoine Hcmricx, h. du duc de Bourgogne, dans 
son bourg de Furnes. 1458 : un renard passant, 
accompagné d'une étoile en chef et d'une rose en 

pointe. L. : 7ns He l'c . . . (C. G. B., 

Acquits de Lille, I. 95-90). 

— Jehan Henry, tourier heritablc (erfaclilich cepier, 
ou chippier) du château de Oond, 1458, 01, 3, 5, 
70, 1, 3, 5, 8, 9, 81 : écartelé; aux 1" et i\ une 
bande de vair, de deux tires; aux 2= et 3«, une fasce 
vivrée, surmontée de trois merlettes. G. : une tête 
et col de héron (ou cvgnc), entre lui vol. L. : Sigil- 
lum la Hcuideric md., 1. 109, IIC). 



— .4!r( IlanricI: Rijckouts zooii, échevin de Heusden 
(Urab.), 1508, 9 : trois écureuils. C. : un écureuil 
entre un vol (Mal.). 



échevin illec, 1509 : 



Il fih. lien 



-•du 



— Gcril Hanricx zoo 
l'oscs (Mal.). 

— Liévin Ileipidcricx tient, du château de Termondc, 
pour lui et sa femme, Gathcrinc* van dcr Dict, un 
lief h Ilamme, 1514 : deux létes de cerf en chef. Le 
bas de l'écu cassé. T. : un h. sauv., appuyant sa 
massue sur l'épaule droite (Fiefs, N» 3805). " 

— .Martin llendric.r se. pmir un teudatairc dudit 
(li.ilraii, M McK iileiii, l'il i : ou chevron, accompa- 
■^tu' il'iiiir ilniic iM ( hcf a (i. et de deux croisettes 
patici s, I cil liirt ;i s., 1 en pointe (Fiefs, N» 4115). 

— Jn.^M' lli'ijiiilrn i . (ils de .Jacques, tient, dudit châ- 
teau, un licf II llaïuuu: se. pour (luillauine Gherolfs, 
uiai I i\r sa sii'ur Elisabeth, laquelle tient un lief k 
Ihunnir, 1549 : coupé; au l^'', parti; a, trois tètes 
(i'.inr ; /-, trois nierletlcs; au 2'', trois (2, 1) coquilles. 
C. : un lion iss. (Fiels, m 3842, 3847). 



Henrix, Hendrix. Jean Ilenricx, lils de Daniel, 
(ii'iil, diidit chAtcau, des liofs à Lcbbcke, 1519 : une 
grande mouciiolnro d'hermine, accostée de deux 
priils ti-Mlrs (l'iefs, N"^ .4029, 31,2) (PI. 9, «g. 215) 
(N"ir Damman, Henry, Loo, Vremde, 
W^INCKELE). 



Henripont voir HERIPONT. 

Heppignies ((Jautliicr de), chcv., li."il : une Tasce, 
siuiiioiilée de trois oiseaux. L. : ►{< S' ll'ri . . .ri de 
lIciHyics (Mons, .U)b. de Soleilmont). 

— (Sebastien de), cliev., 1251 : même ccu, la fasce 
char'gée de trois molettes. L. : ►J* S' mosicjnor 
Bastien de Heppignies (Ibid.) (voir "Wayaux). 



Herbais (Symon de), nnles, s'engage, moyennant 
21 livres de vieux gros, il servir le duc de Brabant, 
ciim sex viris, ma nobiscum, probis et honesii.s, 
dans la guerre entre l'Angleterre et la France, 
18 août 1338 : un lion, accosté de six coquilles, 
rangées en pals, 3, 3, et un lambel brocli. L. : y^ 
S' Sijmon de lia... as (B., JN" 456). 

— Simon van llerbaijs, chev., jadis prisonnier ii Bàs- 
wiiler, sous sire Jean Godcnarts ; i. t. : 1031 mont., 
1371; se. avec Jean Boilaiwe (Boileau), fils de feu 
bire Jean, chev., qui avait combattu illec, 137-1; 
re(.nit, du Brabant, une indemnité de son chef et 
du chef de feu son frère, sire Jean de H., pour 
Iriiib [leitcs et donunages (oii?), 137S; reçoit une 



, 1380, 






del Contcit (B.). 



e douze coquilles. L. : ^ Simon 



— Simon il'Herbaijs (llarbays), h. de fief et conseiller 
du duc de Bourgogne, l-i-lG; sgr. de Morkhoven, 
conseiller du duc et nnynires son bailli de Gand, 
1455 : un lion, accompagné de on/e coquilles, ran- 
gées en orlc. C. : un vase entre deux têtes de dragon, 
adossées, aux cols allongés, recourbés, buvant dans 
le vase. S. d. : un léopard lionne. L. : S Si/moii de 
Herbais sa de Atorcove z de Millege' (B. et C. C. 
It., Ac(|uits de Lille, 1. 113) (Cnmp. Laggart). 






baix.censler au Petit -Quévy (Greffe de la sr"- d'Hav 
au Petit-Quévy). 



déccdée le 15 janvier 1771, Agée de 35 ans. 

Herbars, voir "Wesepeel. " 

Herbers zoon (Reijn), échcvin de S'-Geertruiden- 
berg, 1525 : deux ailes de moulin à vent, passées 
en sautoir, touchant les bords de l'êcu, accompagnées 
en chef d'une étoile (?) (N.-D., Anvers, Chap., caps. 
Ter. cxlraord.). 

Herde (Nicolas de), échcvin d'Anvers, 1440, 50, 1 
(n. st.), 4 : trois roses; au fr.-q. broch., chargé de 
trois chevrons. T. : un ange. L. : .S Clans de Herde 
(S.-G. et N.-D., Anvers, Chnp., tapsae l-IO). 



— (Nicolas de), échevin illec. 1610 : 
fruste (114 lettres scab.). 



1. C. 







I. Nicolas de Catthem, à Hal (11.'' 
;. Jérôme Flandroy (1505) \ 
i. Daneau Jocqiiet (15'M) i ,. p 
l Nicolas Laurens (1554) > ', 
i. Collinet Laurens, lils \ 
du précédent (1554) / 




Herdinck. Gérard Ik.rdinc, liailli et s 
la chàtellenie du Vieux-lioiirg, il Gand, l-iû(i : Iro 
lùlcs de lion; au clicf chargé de trois pommes, les 
tiges, en haut, posées en bande. L. : .... racr 
(C. G. U. Acquits de Lille, I. 391). 

— Gossuin, abbé d'AITlighem, li70 : dans le champ 
ilii sceau, nind, saint Pierre, sous un dais; dans le 
lias, cil ccu : trois tètes de lion ; au chef chargé de 
trois . . . (besants, ou tourteaux?). L. : S Oossui 
(ihhalis h<i/]U/jhcmcnsis (Ihitt., 1. 13.{). 

L'act.. ne donne pas le nom de cet abbé. Comp. Dom 
Beknahd, O. s. B.. Cesch. der Uned. abdij vanAOli- 

— Ingelhcrlus (Imbrechl) llcrdinck (UartUnck), éche- 
vin de Bruxelles, 149-2, 1502 : trois têtes d'animal 
(lion?); au chef chargé de trois feuilles de tilleul, 
les tiges en haut. G. : un vol (E. G., 1. 357). 

Voir HemricourT. édit. Saldray, p. 47. 

Heregheer (Henri), échevindu métier de Maldeghem, 
Mii.'i : uiie force renversée, accostée en chef il'une 
éloile et d'une merletle. L. : llecnric .... en/here 
(G. G. B., Acquits de Lille, I. 2S-ij. 



Ion ; i. t. 327 moût., 137.t : quatre pals de vair ; au 
fr.-q. chargé de trois lions. L. : S' lohis Gilka'di 
de llerlmol' (B.) (l»l. 9, lig. SIC). 

Héricourt. Jean van lleriacouTt, jadis prisonnier 
illec, sous le comte de St-Pol; i. t. : 202 moul., 
137i; propre scel : une croix, accompagnée au 
i"- canton d'un lion léopardé, et un bàtun en barre 
. L. : SGerars{'.} de lleravcovrt 



HEREGORSART, voir Limai. 
Heren Maes, voir Maes. 
Herenmeijs, voir Hermeis. 

Herent (Ariwldus de), échevin de Louvain, 1; 
: Irois pals; au chef chargé de trois Heurs de Ils 
(com|)leleb). L. : «î* S' Ar de lièrent scabini lova- 

niencisil) (S.-G.). 

— (Johuiines dictiis de), échevin de Louvain, 1307, 
i7, 8, 3o, G, -il (n. st.) : un sautoir engrélé. L. : 
►Ji S' lohis de lièrent scabini lov (S.-G., Saint- 
Pierre, AjlHij.) (voir Minninc). 

sire Jean Godenarta; son sceau est tombé (acte ,1e 

Herenthals (Les échevins d'), 1202 : dans le champ 
du sceau, uii arbre; 13.")Î5 : dans le champ du sceau 
un arbre dans lequel perchent quatre oiseaux (Léait, 

— (Gilles van) donne quittance à la duchesse de Bra- 
baut, 1380 : ime lettre ©, sommée d'une cour. (B.) 
(voir Wilre). 

HERETHEM (Harcelle van), (ils de Pierre, tient, 
du Bi-abanl, un lief a Blaarthem, 1490 (n. st.) : trois 
fers de moulin (Av. el dén., N" 2.'i39). 

— (Pierre van', fds de Guillaume, tient, du Brabant, 
un lief à Son, 1490 (n. st.) : méuie écu (Ibid.. 
N'>208l). 

Hériamont. Jean van llcrialmont, jadis prisonnier 
u Busweiler, sous Glulinck, bailli du Brabanl «al- 



(B.). 

Herincx (Henri), échevin de llelmond, 1 ... : 
coupé; au l'r^ un poisson cour., posé en fasce, et 
sommé d'une feuille de nénuphar ; au S"", une roue. 
C. : une feuille de nénuphar (llelmond). 

HERIPONT. Godefrois, chemliers, sires de Ileric- 
ponl, se. un acte de Godefroid, sgr. de Keluy, 1273 : 
trois lions. L. : >i> S' Godefridi d ....... . rie- 
pont, (Jlons, Abb. de Boinie-Espérance). 

— (Rase de) reçoit, du Brabant, un acompte de 
70 vieux écus. sur 137, qui lui sont dus, 1357, 
7 novembre; Raei de lleriponl reçoit le solde de 
07 vieux écus, de toutes coses, /rais, cas et damaye 
el perduus, IS.'iO (n. st.), 1»'' janvier : un semé de 
(leurs de lis, au lambel broch. L. : «Ji S' Rases (ou : 
Rase s[eigneur\ '!) de lleriponl (B., N<"' 1491, etc.). 

— Les majeur et échevins de la tenante et seigneurie 
de llerieponl (llenripont), i). Escaussines (Ecaus- 
sinnes-d'Enghien), 1549 : dans le champ du sceau, 
deux écus accolés; A, une rose a six feuilles en chef 






rs, 1 e 



chef à 



1 pointe 

(Hemptinne) ; B, une bande (Moreau de HE- 
RIPONT?). L. : ennput a Es ..... 

(.M. Hulin, à Gand) (voir Warfusée). 

Herissem (Etienne de), bailli de mgr. Englebert 
d'Eugliien, sgr. de Rameru, la Kolie, Tiibize, 1453, 
4; chevalier, bailli de mgr. Louis d'Enghien, sgr. de 
Uameru, Morialmé, Briiïa'uil, Tubize, etc., 1404; 
tient des llefs, à Tubize, de sire Louis d'Enghien, 
sgr. de Rameru, d'Englebert d'Enghien, du sgr. de 
Trazegnies, d'Englebert d'ittre, chev., el du sgr. de 
Glabecque (Clabecq), 1470 : une fasce, chargée de 
trois cœurs et sommée d'un lion iss. C. : un vol. 
L., 1453-4 : S Esleven de llev/sem ; 1404 : S Sle- 
pham de lleriscm milil (Abb. de W.-B., c. 4007, et 
Av. et dén., N» 1890). 

— (Jean de), h. de lief de mgr. Louis d'Enghien, sgr. 
de Rameru, Morialmé, Briffœuil, Tubize, du chef de 
Tubize, 1404 : une fasce, chargée de deux cœurs, et 
un lion broch., iss. du bord inf. de la fasce. C. : un 

vol. L. : de lleriscm (Abb. de W.-B., 

c. 4007). 



1 Ikrkenrode, éclicvin do 
:roix de \aii', accomp;i[;iuV 
■ ol au 2« d'un I) (lliid., 



Herlaer (Nicliolaus de), miles, 



■i'), éclii'viii do la ville de Loo (Klaudi'c) 

,'iié de trois auti'es étoiles. S. s. : ui 
oiipl. h. : S l'ietcr llcrke (G. G. U., Ac- 
le, 1. i:i2). 

clicvins de la \illc de), 1450 : de . 



- Iteiii 



(li.). 



11 Erkcn 



t. jadis pris( 






a nobisciti», pvo, 
n tjcik'ia nrmntis 



Herck (les éclic 
( iih| trau-les. l 
IV-cii (S.-T., c. 

— (Cliarlcs van), 
dans sa coiu' ( 

— ((;. A. van), maieui- de Saint-Trond, 1761 : coupé; 
au 1", parti ; a, unoaiiille; 6, trois (2, 1} rc 
i'', un faseé. C. : une anille (cachet sur une lettre) 
(Cunseil Privé, c. 285). 



Herckenrode. Jean van Ilerkenrotle, knape vt 
irnpcuni, reeoit, du receveur du Liuibnur^, u 

(lue, .l:ni< r(\]Miliii(in il Glialigny, près de Nani 
diii:nil I' sic4' i\r ('.h;ili-iiy et à Juncrode (Juiil 
lalli), ri piiiir lin elirval perdu par feu Scliecfard 
van lien [irijsscUo. clirv., KiGo : trois pals; au 



(Ammerzoden), 


autres, 


un traité 


nul: 


ecartelé ; 



Aminersoije, banncret, se 



- (;ibhert van Ilcrkcnrode, échevia de Saint-Trnnd, 
117.") : une croix de vair, accompagnée au 1" canton 
d'une lleur de lis, p. c. (lliid., c. 12). 

— lliiiri van Hcrkenraide, ccouléte de l'évéqiii 
Liéi^e, ù Sl-Trond, 1-181 : iiiéiue écn. I.e sceau poi 
îY(« lleTkmrudc (Ihid., c. !)). 



ClUlltO 


de Hollande, 1352 : ecartelé ; aux 1" et i'. 


trois 


êtes de lion cour. ; aux 2'-- et 3', une fasce 


bretes 


ée et conlrc-bretcssée. L. : S' G . . rdi de 


lier . 


. r mililis (IIull.). 


'An, 


hll \.;in. .-Im \., sgr. ii'A\m]mersoijei!, reçoit, 


<l'i I: 


. 1 ' - iMi-ir de .'iOD vieux écus, sur 1831 


(ni. 


1 , , . -J8 juillet 1357; décl. avoir 




: / ■■ ,.,./,/,,.H.v van Bomel (de Zall- 


|;,,|,,. 


1 ,, \ii,u^ nir sire Gerlach den 


l; : ■: 


' 1 l(-l)iic, son parent 


f.'l ' 


,, . : ,: . , , i,,i 1 .lu par le duc et la 


•1. 


,^ l:: ::.,-., in,-n. si 4, 17 mars; Ar- 


noiiM 


Miii Ikiilui, s^r. d'Aincrzoijen, reçoit, du 


liralia 


l, une rnite féodale, par GuillaumeGastmolcn, 




e de li,.is-k-lliie, 130-1 : ecartelé; aux {"■ et 


A'-, tri 


is télcs de linii cour. : aux 2'^^ et 3», une fasce 


liretcs 


ée et contre-hrelcssée. L. : ^ .S' .lr«( van 


llecrle 


..(li.,IS"> 1113, 1701, 181)1). 


- Arnn 


ild van lleerhicr, sgr. û'Aincrzoijcn, reçoit, 


du Itr 


l.aul, une rente sur liois-le-Uiie, 1379 : méiue 


éni (|i 


e Nicolas (1338). Cq. cour. G. : un vol. Deux 



timbre. L. : S h An 



Herlaer (Jean van) (voir Roue), 1398 : même écu. 

sommé d'une panache de plumes de paon. L. : S Jan 
van Ilerl . . . hère van [Me .w.?] (U.) (voir Baar, 
Gent, Hoemen, Millinck). 



. . . Mel etnen hepere van lasuere (II, v. <171-1). 

Herlenval (Jean) (sans particule), prêtre, curé 
d'Orllio, remet au roi de France le dénombrement 
de sa cour et sg''^ foncière de Douaire, au Lan 
d'Ortho (comté de Laroche), 1081 : trois (2, 1) 
éludes CM chef ii d., une merlette en chef à s. et un 
lion léopardc en pointe. C. : un lion iss. (cachet en 
cire ronge) (C. C. B., 45713^). 

Herlenvaux. Aymond à'Herlenval (il signe : Ai- 
mond de llei-lenmux), écuyer, décl. tenir, du roi 
de l'Yance. un quart de la sg'-i'-' de Vervoz (comté de 
Cliiny), 1083 : une bande ondée (?), accompagnée en 
chef à s. d'une croix alésée, cantonnés de quatre 
croisettes (la moitié inf. de l'écu est cassée). C. : 
une croix pattée (cachet en cire rouge) (Ibid.). 

HERMAIRES. Vilain de Hemëres se. pour Henri 
de Hune i|ui reçoit, du Brabant, un acompte de 
l'O éciii d'Anvers sur 90 (guerre de Flandre), 1357, 
\'2 octobre; Vilain de Uemeires reçoit, du lirabant, 
un tiei's de 30 écus d'Anvers (même guerre), 1357, 
\-2 octobre; Jehan le Vylaiii de Hcrmari.i {'.) reçoit, 
du Brabant, le restant des 30 vieux écus, de toutes 
clwses, coiist, frais, perdues et damages, 1338 
(n. st.), l" janvier : un glaive, la pointe en haut, 
posé en bande, et une fasce broch., chargée d'un 
losange couché et accompagnée de trois merlettes, 
rangées en chef. L. : Vdain de Ik'nneri[o?\ (M., 
N'- l-loO, Mol, ItiCS). 

Hermalle, voir Brant. 

Herman (Pierre) se, a la place de Louis van der 
liurch, HC3, et de maître Jean de Knuts, 1-168, des 
quittances relatives ii des rentes viagères sur l'espier 
d'Alost : un sautoir, cantonné de quatre merlettes. 
T. : un ange agenouillé. L. : Picter Herman (C. C. 
B., Acquits de Lille, I. 371). 

— (Gérard), h. de lief de ragr. Louis d'KnghIen, sgr. 
de llameru, Morialmé, la Folie, Tubize, 1180 : une 
colombe. L. : S' Gérard lfeircmen{.\Mi. i\r W.-B., 
c. 4007). 



Hermans (Jean), jadis prisonnier a Biisweiler, sous 
le sire de Berg-op-Zoom ; i. t. : 100 moul., 137-i : 
trois llanchis, accompagnés en cœur d'une étoile a 
cinq rais. L. : S lan Hermans (B.). 

— (Albert), échevin de L'Ecluse (Flandre zéland.). 
1420 : deux fasces bretessées et conlre-brelessées, 
surmontées h d. d'une merlette. S. s. : un grillon 
accroupi. L. : S Aelbrecht Hermans (C. C. B., Ac- 
quits de Lille, 1. 41). 

— (Jean), échevin d'Aerschot, 14C8 : un écot, posé 
en fasce, accompagné de trois (2, 1) ponmies de pin. 
L. -.S lan Hermans van Ars . . . (S.-G.l. 

— Johann-Michael Hermanni, juiis iilriusque doctor, 
échevin de Cologne, 1618 : un cerf sautillant, con- 
tourné, accompagné de trois (2, 1) étoiles. C. : une 

étoile entre un vol. L. : loh a . . Hermans 

C.-sc. : cachet aux mêmes écu et C, celui-ci 

accosté des lettres 1 M — H D (= doctur) (Ijuss., 
Testaments de Cologne, N° 123). 

Hermée. Amelis van Hermeys, jadis prisonnier à 
Busweiler, sous le sire d'Oupeye; i. t. : 228 niout., 
1374, 80 : coupé; au lion broch., portant sur 
l'épaule un écuss. au lambel. L. : >i> S Amele de 
Vehus (B.) (l'I. 9, lig. 217). 



ea; de ' 






275) (Coi 



j. Velr< 



S (Gilles) reçoit un acompte sur une i. t. de 
200 moût., du chef de sire Jean van Calsleren, 
chev., tué il Basweiler, sous sire Godenaits ; 1374 : 
un sautoir engrèlé ; au tr.-q. chargé de trois co- 
quilles, accompagnées en cœur d'une étoile à cinq 
rais. L. : * S Gielis Herme . [s?j (B.). 

— Egidius Herenmeijs, échevin de Louvain , 1377 
(n. st.) : même écu. L. : >ï< S Eyidii Hen'meys sca- 
bini lovanien' (S. -G.). 

— GodefridusHermeijs.écheùniltec. 1489, 92 (n. st.), 
7, (n. st.), lijOI : un sautoir engrèlé, accompagné 
en chef d'une coquille. L. : S Codefridi Ilmrys 
scabi louan (S.-G.). 

— Jean Hermeys, échevin i7/ec, 1522 : même écu 
(S.-T., c 11) (Comp. Heren Maes, Minninc). 

Hermier (Baudouin), sergent du métier de Woumes 
(Woumen) ci de Cessines (Eessen'?), 1398; h. de lief 
du comte de Flandre (au bourg de Bruges?), 1407, 
10, 2, 20, 3 : une fasce, accompagnée de cinq (3, 2) 
mouchetures d'hennine (d'hermine à la fasce). L. : 
S Dovden Hermier (C. C. B., Acquits de Lille, 1. 38, 
40, 41). 

Héron. Jchans Hairons, Jacques li Crespes, U laver- 



liomincs (le fief du Ilninaiit, devant lesquels noble et 
puissans dame me dame Marie de Orai/iuie, dame 
de Wierges, d'Ancre (Acren) et de UassUhj, décl. 
que le duc et la duchesse de Urabant, ne doivent 
plus rien « le cause de noble homme le sigiieur de 
l'aiynelles, jadis sen marit (guerre de Flandre?). 
1337 : un liécon, accompagné en chef k s. d'une 
étoile il cin(| rais. C. : deux couteaux, la pointe en 
bas, adossés, soutenus, chacun, par une boule. L. : 
.SVnV; lehan llairon (B., N» 1^92). 



Herotten (Jean), écoutète de l'évéque de Liège, h 
s'-'l'rond, 1393, i, ti : coupé; au i", parti ; a, une 
IViiillede tilleul renversée, sans tige (cœur); b, trois 
liais; an 2'', trois (2, 1) maillets. C. : la feuille de 
tilleul de l'écn (Ord. et S.-T., c. 11). 
D'aiJiis ran.ional nis. de S'-Troncl, Herotten, alias 
Kunoije, iiorte : coupé; au 1", parti; a, de geules au 

àtioist2,°l)mLiiletsilesa\)le. 

Herper (llcnrieus) (sans de), échevin de Tervucren, 
i:!87, 9, 90 : une scie de boulanger et une fourche, 
a deux dents, passées en sautoir. L. : S' fleinric de 
llcrpere (.S.-C..). 



Herragie 



1 Torre. 



Hers (Johannes), échevin de I.ouvain, I34;i, -i, C, 5i 
(n. st.), 8, 9 : un sautoir engrélé, accompagné en 
chef d'un écuss. il Irois pals, ledit écuss. au chef 
chargé d'une Heur de lis, p. c. L. : «Ji S' luhis dci 
Ikrs scabini luvan' (M. Itoiitl'art, Mal. et S. -G.). 

— (Waltcrus dictusj, échevin illec, 1389 (n. st.), 
90, i) : diapré, au sautoir engrélé, chargé en co'ur 
d'un écuss. à trois Heurs de lis, p. c. L. : S' Il n/- 
ti'ii llers scabini lovanien (U. et S. -(!.). 

Hersberghe. Jehans de Hertsberglie, échevin de 
Dnigis, 1291 ; un cerf grimpant, portant une croix 
entre la ramure (sur un écu). L. : ....n va . 
...sbery.. (FI., N» 727). 



— Ilcrtelmeus van Ilersberyhe promet au comte de 
Flandre de le servir, en cas de guerre, avec ses 
parents (mayhen) et amis, 1318 (n. st.) : dans le 
ehani|i du sceau, un cerf couché. L. : >^ S Bertho- 
lumei de Ilertsberghe (FI., N" 1314). 

— Barthélémy de Ilercheberge, échevin de Bruges, 
i:i29, ;iO ; dans le champ du sceau, un cerf couché 



Hersel. Herzele, etc., Jea 



se. pour Guillaume Cetkens soen, receveur de Bois- 
le-Uuc, qui rei;oit, du Brabant, VoXi 1/2 moulons, 
que les sires de Berghen (-op-7,oom), de Vorsselaer 
et dA liornival devaient ii cette ville, Il février 13G3 
(n. st.) : un oiseau en chef a d. et deux moutons ii 
piloter, 1 en chef ii s., 1 en pointe. L. : S lohannis 
rfe//...e/(B.,N» 1918). 

Hersel. Herzele, etc., llermann van Ilersell (lier- 
sel), conseiller de l'archevêque de Cologne, 139;): 
un chevron, accompagné en chef de . . . (cassé) et 
eu pointe de cinq lleurs de lis, rangées en croix 
(Uuss.. Col., No 1108). 

Fahne. CoWn.Ceso/.(.,I,p.l5I,blasonne Hersel : d'azur 



— Les échevins de llersele, 1-103 : trois fleurs de lis, 
p. c. L'écu suspendu à un arbre, posé ii s. L. : >J< 
Siyittvm scabinorvm ville de llersele (.Mal.). 

— Guillaume van llersele, prêtre, chapelain du cou- 
vent de Zwijveke, 1408 : un moulin ;i vent. L. : 
.... tem van . . . sele (C. C. B., Acquits de Lille, 
1. 70-71). 

— Heijnerus de lleerzel[e], échevin de Bruxelles, 
1410, 1 : écartelé ; aux l^'f et 4"^, une bande de cinq 
losanges ; aux 2'-' et S», un lion iss. d'une Champagne. 
Un maillet (?) broch. en cœur sur le tout. G. : un 
oiseau (colombe'/), essorant entre deux cornes de 
bœuf, virolées de deux pièces. I.,e cq. accosté de 
deux roses tigées et feuillées. L. : S lieyncri de 
Ileerzele (Brux.). 

— Wilhelmus de lleersele, échevin itlec, 1411 : écar- 
telé; au I", une bande de cinq losanges, accom- 
pagnée au canton s. d'une tour, ou porte crénelée ; 
aux 2" et 3«, une tasce et un lion broch.. iss. du 
bord inf. de la fasce ; au 3«, comme le !«'■, sans la 
porte. Même C., les cornes virolées d'une pièce. Le 
timbre accosté de dix lettres; à d. : t-u a-r-a; ii 
s. : a-c c-a-r. L. : . . . illelmi de lleersele (Ibid.). 

— Il'i7/ie/niHS de lleersele, échevin itlec, 1440 : même 
écu, sans la porte. Un maillet (droit), broch. en 
cœur sur l'écartelure. Même C. que Reijnenis.T. : un 
h. sauv., portant sa massue sur l'épaule droite. L. : 
S iri7/ie/mi lilii Reijne de llersele (Ibid. et B.). 

— Guillaume de Hersel, rentier de Vilvorde et de la 
Vure (ïervueren), 1410 : même écu, sans le maillet. 
Même C., les cornes virolées de deux pièces. T. d. : 
un h. sauv,, portant sa massue sur l'épaule droite. 
L. : S' Wilhelmi lilii Regni' de llersele (B.). 

— Antoine de Heresele, échevin de Bruxelles, 1444 : 
même écu, sans le maillet. C. : un oiseau essorant 
entre deux cornes de bœuf (E. G., 1. 352). 



Hersel, Herzele, etc.. Les échevins de Ilerssele et 
IlersscU, I tTO, 83 (cet acte concerne le couvent de 
Hclhanic). 07 : dans le champ du sceau, un arbre 
;iiiiimi sont suspendus deux ccus : A, trois aigles 
contournées (Brimeu) ; B, plain; au chef plain 
(Megen). L. : S scabiriorum de Ilerssel . dni Giii- 
dums comiiis de Meyhen (Maliiies). 

— Unniel van /ferse/e (Herzele), chcv., sgr. ioLilaer, 
du llorenaclië, etc., tient du château et Vieux-Bourg 
de Gand. une s^"^, avec bailli, sept échevins, etc.. 
;i Sumergein. Wulpen, etc., IbO-i : un chevron. C. 
ra>sé. .S. : un griffon et un lion (Fiefs, N" 3313). 



- Jac(iues \aii Ilerselc, échevin de Rotterdam, ICiiô : 
niriur (\ii .|u'Antoine (1-444), mais la fasce sommée 
dii lion i?>. C. : deux cornes de toureau. L. : S lacub 
df llcrseU-iV.) (voir Gracht, Herlaer, Oémen, 
Roue). 



Herzog. voir Hertoghe. 

Hersselt, soir Hersel. 

Hert (Jean de), échevin de Mali 



, 1300 : 



(-2, 1) cerfs passants, h. : >^ S' Inhun . . . dic . . 
rem (Malines). 

— (Koger van der), h. de la dame de Teimonde, 

t:i3i : trois annelets. L. : t^ S Rvijie der 

Uni iXu-iji-eke). 

— Johaniiet! de Cervo, armujer, reçoit un paiement 
(lu receveur de Maestricht, 1370 : trois fers ii che- 
val. L. : S' hhannis de Cervo scabinUl) (Charti- 
des dues de Brahaut). 

— (Cuillaurae van der), conseiller de la ville de Bru 
xelles, ItSO. 1511: maître G. v. d. II., échevir 



r/;ei- 



i.s. de la p 






;e L. : 



t Mali 



edu q 
T lien (K. G., I. 3o0, 9. Urn^ 



— (GiTuid \an der), tuteur de Lipkin van den Nieu- 
m iiliiiM- (ijrphelin de Jean), qui tient, du château de 
reruKiiiilr, un het à Deiiderbelle, l.i30; se. pour 
Jean vau Beercele, feudataire ii Opwijck, 1430 : 
trois annelets, surmontés d'un lanibel (Fiefs, 
N"3.-;07, 3032, 41G1, 4101). 

— (I.uenis van der) se. pour des feudataires dudit 
eliàteau, l.'il3 : trois annelets, surmontés d'un lain- 
liel. !.. ; S/,0 . . . . van den (!) Kerl (Fiefs, N»' 31101, 

— (Jean van der), tuteur de Gilles (lils de Louis) van 
der Hert, qui lient, dudit château, un lief a I.ebbeke, 
l.'itO : même écu (lliid., N» 40,37). 

DE RaADT, t. Il 



Hert (Antoine van der), échevin de l!r ii 
une croix, aecom|i3gnée ai] 1"' caiihMi 
C. : un oiseau entre un vol. L. : SA 
(C. C. B.. e. 47). 

— (Antoine van der), échevin de Bruvrl 



xelles). 



de Virgile Gheijs, Iimiull, et de feu d">^^ Christine 
Braiit). qui tient, du château de Termonde, une Sg"" 



Herteveld. Stevcn vaii Jlirlevctl, I 



Herteken (Jean). 



Herten (Renier van), chevalier, et Eli.sabeth, 
feiiiuie, ie(;ni\enl. du due et de la duchesse ( 



rUali: , 



u/lphu, 



Sente Maryraten llvrtcii. in iinxcn lio/l iildac , 
liorende, dan ajl' wir . . burchman bliccn solni 
Ilniicli. 1300 : une fasee cl une hoidiiir cul;!,!. 
L. : . . n . na . . . H llrr . . . (l)iis>., Jid.-ll.n 
N" 8-2oi. 

fasee cliargee d'une étoile. L. : -i* S' Zvijhixiu r 
//eWf« (Ihid.) (l'I. 9, lig. 219). 
Hertewijc. Johannes dkliis Ilcrticijc, niilcn, s' 
gage, uuivennant 24 livres de vieux gi-os, a ser 
le duc de Brabant, cuni seplem viris, una niibhni 
probis et lioneJis, bene et honesles-iini (jaleis i 
malis et eqiiitatis deccnter. dans la gueiMi- en 



rectangle, adossés. I,. : .S' Johannis dn Ile 
milit (Chartes des durs ih- lirahanl, N" 41i). 



Herte-wijc. flenricus IIerl[e]u'ijc, cclievin de Bru- 
xelles, i;!;i.i, s, 9, 40 : i'cartclé ; aux l^'- et i', six 
(;i, -2, i) liillellcs; aux i' et S^ trois fniilles de til- 
leul, reinerMVs, sans tii^es (imuipliar). L. : ►J. % 
llcnrici ilci lU-rteinjch (Hi'uxellescl .Vlili. de Koresl, 



i;ialil. 



ii'JTt 



, 1!.). 



— iVillclinus diclus llerlewijc, éclievin illec, 13-il, 
fil : écartelé; au i", liuit (3, 2, ;i) billcttes; aux 
'2' et 3s trois feuilles de tilleul, renversées, sans 
li^es (néiuipharj; au .1^ six {'i, i', I) lulleltes. L'éiii 
uiuiii d'une Ijordure (siiupl.". !.. : ►!< .S' W'ilhclun 
(Ici llurlcivic (Bruxelles) 



1 larabel. L : S Wlfmi ck-i IlerU-w . 
des ducs de Braliant, N» lidl). 



quarlie 


• écliiqueté ; au *, bui 


(3, 2. 


3) billettes; 


au 3', 


six (3, a, 1) billettes l! 


1 lamb 


■1 brocb 


en 


chef su 


r l'écu. C. : deux patle- 


de ce 


■f, pliée;, 


, en 


angle 


ectani,'le, adossées. L. 


.S Ile 




licli 


llcrtw 


c (Bruxelles). 








- Iknrkus, dictus ilerteiiijcii, / 


lius quonilnm 


Vil- 


hclmi. 


écbeNindeBruxel.^l.r 


1 : ee:, 


Iclé; au 


.'"' 


autres 


billettes, 2, 3; ai,\ J H 


)v-\ù 


.'''l'mlU 


s de 


tilleul, 


reinersées, ^ans li.es; 


nii 1, 


(■lit Cl, 


. -) 


biUelte 


s. L. : . . lien . . c . dr, 


llcrlc, 


ich ,(-'li 


rte,-, 


des ducs de Braliant). 








- (Guill 
1370, 


mme), lils de feu Henri, c 
,0; jadis prisonnier a 


chemin 


de Brux. 


lies, 
Jean 


de Red 
l"et. 


■lijem; i. t. : Ool uiout., 
S trois feuilles de lille 


I37i: 


■carlelé 
ei-sées, 


sans 


liges; 


ni 2', dix (3, 3, -l) bi 


etles ; 


au 3S 


sept 


(3, 2, 


, 1) billettes. Cq. cour. 


:. : un 


e tète e 




d'aiisie 


L. : S Willemi di Iferteniic 


Bruxell 


s et 


Cliarte 


des ducs de Brabaril). 









écbiiiueté. C. : un chapeau de tournoi, i;arni de deux 
pieds di> cerf. L. : S lleinrec Ilertewic (Brux. et Abb. 
de l'orest, Klabl. relis., c '^i'JH'' A. C. H). 



Hertoghe (Xicola 



N" 2G4). 



;ules(comp. Prusse), 
de), bourgeois de Bruxelles, 
;e(lûrteuduuiaiagé)(Duss.,yu/.-Berj, 



dictus Vax, échevin de Bruxelles, 1332 : 
C. : un haut chapeau arrondi, gaini de 
ts adossés, les pavillons en haut (Bru- 



- (Gûdefridus iliclus), 
dans l(^ cliauip du scer 



1 de Malincs, 13-i.') : 
jeau, un cerf élancé (.Malines). 

échevin de Bruxelles, 1345, 'M : 
es crénelées, accompagnées eu 
incrée ; au fr.-q. brocb., chargé 
p. c. L. : ►!< S' Gosen de Iler- 



— (WUlelmus diclus), échevin i7/ec, 1351, 2 : même 
écu, sans la croisette. C. : comme Will. Dux, 1332. 
L. : . . Willclmi dci Dvcis (Ibid.). 

— Jean de Ihrloglie van Deke, reçoit, du Brabant, un 
acompte de 100 vieux écus, sur 4.jO à lui dus, pour 
ses trais et pertes (guerre de Flandre), 1357, 13 oc- 
tobre : une llenr do lis, p. c, cantonnée de quatre 
billettes, L. : ^ S lan de Hertoghe va Beke (f.hartes 
des ducs de Brabant, N'» 14ti9). 

— (Henri de), jadis combattant, pour le duc de Bra- 
bant, contre Louis de Maie, reçoit, du Brabant, 
25 écus d'Anvers, pour ses services de guerre, 
2G mars 1358 (n. st.) : une étoile à cinq rais. L. : ►f. 
S' Ilenric Ifertoye (Chartes des ducs de Brabant, 
K» 1591). 

— Jean de Ilertoylie van Deke reçoit, du Brabant, 
32.'i \ii'nx écus, lui restant dus, sur 450, van allcn 

t, scade ende verliese (dans ladite guerre). 



1358, 



ir de lis (co 



billettes). L. -.t^^Slan de HerturjUeV) (Chartes des 
ducs de Brabant, N° 1612). 

Hertoghe, jdius quondam 117/- 
u de Bruxelles, 13.59, 04 : luéine 
;, 1351,2. L. : ^ SiqUlcm .... 



- (Johannes dictui 


lelmi diclij. éeliev 


écu que WilMinu 


Dvx (Bi 



fl 



ï{evtoghe (Walterus dictu/s), éclicvin illec, 13GI : 
Ui.nie écu (|iie dussuinus, iWo (avec croisetlc an- 
crée). L. : ^ S' Wuitere de llerluyhe (Ibid.). 

— (Gautliier de) el Gilles van Uerlaer reconnaissent 
avoir re^u, du duc et de la ducliesse de Brabaiit, 
2000 vieux ùcus, die de hère van Rummen ons aen 
hen bewijsl hadde, die si hem scutdich waren van 
(/en termine lan onser vruuwen daghe asmmplio 
(36t); 1307, lii septembre : trois tours, ou portes 

ancrée ; au l'r.-q. broch., cliarijé de trois llcurs de 

lis (couiplelos). h.:>l>S' W de Hertoghe 

(Chartes des dues de Brabant. N» 2155). 

— (Gilles de), jadis prisonnier à Biisweilcr, sous le 
sire de Bouchout; i. t. : 1780 moût., 1374 : trois 
tours, ou portes ; au fr.-q. broch., chargé de trois 
fleurs de lis, p. c. L. : S'%rfi(!) dicfi Herloyhe 
(Chartes des ducs de Brabant). 

— (Johannes, jHius quondam Nicholay dicti de), 
échevin de Bruxelles, 1380 : écartelé; aux 1" et 4% 
un lion, l'épaule chargée d'un maillet; aux 2<-' et 3", 
cinq coquilles, rangées eu croix. L. : ^ Si lan de 
Ikrlloghe (B., Brux. et Abb. de Forcst, Etabl. relig., 
c. 2197b, A. G. B.). 

— (Jean de) reçoit un paiement de la duchesse de 
Brabant, 1380 : trois tours, ou portes crénelées; au 
(r.-q. broch., chargé de trois lleurs de lis, p. c. 
accompagnées en cœur d'un maillet penché. L. : t^ 
S'Ioanes (iic(i7)ija:(!) (Chartes des ducs de Brabant). 

— Otto dictus de Hertoghe, échevin de Bruxelles, 
1380, 7 : même écu, mais sans le maillet. L. : S' 
Octonis dicti Hertoghe (Chartes des ducs de Brabant 
et Bruxelles). 

— (Egiditis dictus de), échevin illcc, 1387, 93 : même 
écu. L. {i-Ml) : S Egidi {'.) dicti Hertoghe (Oailn 
des ducs de Brabant, Bruxelles, et Al]lighem). 

— (Wenceslas de) reçoit, du Brabant, un paiement, 
aise van derlech daghen dat ic lach met enen archier 
tut den DûHSche ende tôt Heelmont, 1388; échevin 
lie Bruxelles, 1395 : écartelé; aux i" et 4«, une 
(asee et un sautoir broch. ; aux 2<^ et 3«, un lion. 
C. : un chapeau de tournoi, sommé de deux tètes de 
chien biaque , sur des cols allongés, recourbés, 
adossés. S. : deux léopards lionnes. L. : S' Wencest 
dci Hertoge (Bruxelles et Chartes des ducs de Lra- 
baut). 

— (Jean de) (fds de feu Gossuin), échevin de Bruxelles, 
i:!05, 6 : trois tours, ou portes crénelées; au fr.q. 
brocli , chargé de trois fleurs de lis, p. c. L. : ^ S' 
Joanes dicti Dvx (Bruxelles et E.-C., lo2). 

— Henricus, lilitts quondam Witlelmi dicti de Her- 
toge, échevia de Bruxelles, 1402 : écartelé; aux 



1" el 4'!, une fascc et un sautoir broch. ; aux 2^ et 
'i^, un lion cour. C. : un chapeau de tournoi, sommé 
de deux têtes de chien braque, aux cols allongés, 
recourbés, adossés. L. : .S" llcmn de Ihrthnghe 
(Bruxelles). 

Hertoghe. Wijnand Herloigh a reeu, du comte de 
Clèves, l'usufruit des diujes et du ferjuage (lijende 
ind pachla) uijt lien motenccldc toe Craenenliorgh 
ind sesse hullanlsche morgen lanils u A'yW (Mel), 
etc., deveiuis vacants par la mort .l'An^eluo' van 
Keken, chanoine ii Wissel, cl déel. que ms hnii s ne 
pourront y prétendre, 1405 : plairi; au i liel ■ li:ir;.r 
de trois roses. L. : S' Winant Herthughc .Un^-.. 
Clèces-Mark, N" 057). 

- (Egidius de), échevin de Bruxelles, 1413 : même 
écu que Jean, 139.5-6. C. : une étoile a ciuij rais, 
entre deux cornes de taureau, chargées, chacune, 
d'une étoile ii cinq rais (Cli. et doc. div., c. I). 

— Johannes, jilius quondam Egidii dicti de Hertoge, 
échevin de Bruxelles, 1414, 5 : trois tours, ou 
portes, munies chacune, d'une tourelle crénelée; au 
fr.-q. bi'och. chargé de trois lleurs de lis, p. c. C. : 
une étoile il cinci rais entre deux cornes de bu'uf. 
chargées, chacune, d'une étoile a ciii(| rais. L. : S 
lan de Hertoghe (Bruxelles). 



- Johan 



s de Hertoge, échevin i//cc, 



de deux tourelles. Même C. S. : un lê.qiard lionne et 
un griiïon (Ibid.). 

— (Jean de), chev., b. de lief du Brahant. 1 137 : 
même écu que Jean, 1395-0. C. : une étoile a cinq 

(Heijtissem) (PI. 9, lig. 220). 

— Jacques de Hertoge tient, du ch;Ueau de Tennonde, 
un lief il Opw ijck, 1542 ; se pour Corneille Scurman 
(llls de Michel), feudataire ii Lebbeke, 1512 : trois 
ainielets, accompagnés en cœur d'un maillet, penché 
a s. S. s. : un griffon (Fiefs, N»» 4295 et 4018). 



- (Piei 






\ Margii 



Il (Fiefs, N"> 3851, 3852) (voir Broekhuizen, 
Gindertalen, Pipenpoij). 

— (Jean de), conseiller du roi de Caslille, etc.. et sou 
receveur général de Flandre, 1559 : êcaitclê; aux 
!"■ et 4», un rencontre de cerf; aux 2'* et 3'', une 
fasce éclliquetée. C. : une ramure de ci^rf. L. : 

..yil r(û... (C C. 11., Aet|uilsde 

Lille, 1. 35-37). 

Herthomas, voir Oombergen. 



HERTSELAER (Jehan de), échevin de L'Ecluse 
(l'Iandie zi^laiid.), 1H2, : trois cygnes. L. : S lan 
van Ilcrlsc (C. C. 1!., Acquits de Lille, 1. 78, 



Hertzen (J:ic(|ues), éclievin d'Anvers, 1530, -tii : un 
cœur surmonté de . . . (cour.?j. G. : un cerf iss. 
(M. bomiet et Hôpital S.-Elisabetli, Duiiengoeden. 
c. 11). 

Hertshals (Witlelmus dicltis), cclievin de Louvain, 
i:itj^ : trois pals; au cliet plain, chargé d'un tr.-(|. 
au rencontre de bœuf. L : «î» S' WiWi II... .s/ia/s 
sidb'i lov' (Abb. de Sainte-Gertrude. a Louvain). 

— (Willelmus dictusj, mOine qualité, 1378 : trois 
puis; au chef chargé il d. d'un rencont['e de bœuf. 
L. : . . l|-.//c/mi Ilcrtsats scabtni lue . . . ilbid.). 

Heriis, voir Herut, Parcq. 

Herut /Ww/vs /, . !;, M .1- IIm',,' '. i:t88, il 



Ir Uerut (.Mniis, ClKip. ,!,■ .S;mii1-V 
(\oii Gillard, Herusj. 

HER-WAERDEN, voir Mole-( 

Herwen (((Ihon \;iii), jii^r (l'l)\ei1 



,- ;i;;:i-8). 

Adclisc van llerwineu, joncfTOuur, a liausporlc a 

lunaire, la moitié de la dluie de Ik-rinncn. liiaschrn 
caler stegJie ende den iiherichte van Wirnc i \ iinii) 
nde den dike endo de merke, idjl (jlicnunien des 
lapen licnde vau Vurne, 13-40, up sunlc Jacolis 
ivuiii : une fasce. L. : S Adelise ionfrovwe va 
(Ibid.). 



IIu 



— Bruslin van Ilerwinen^ chev., a juré au duc de 
Guetdre, dal ich loi maninyhen des . . . hcrtogcn 
van Geire . . . sal qivijl sclwlden aile aisulkc oir- 
wden, ah inijns lieven heren ondcrsnlen . . . mij 
geiliiin inuigen hebben, 1380, le joui dr la Saiiile 
Marie-Madeleine : deux fasces. C. : unr l.lr et c.l 
de chien braque. Ce blason, sous un dais, accuslé 
de deux lions, assis, chacun, dans un édicule. L. : 

winen dumini in Stavcnis (= Slavenissr') 

(Ibid., N° Cil). 



Hevwijnen (Jean van), lils de sire Gisbert, décl. que 
sire Jean d'Arkel, sgr. de Pierrepont et du pays de 
.Maliues, l'a indemnisé d'avoir été lait prisonnier, ii 



S' Inn 



ambel, brocli. sur la l'^-. I, 
n aidisb'ts (Ibid., N" T-iS). 



— (Jean van), parent de Wijnand Pannelioelv, ISil ; 
heemraad i:n Overbeluwe, 15-il : deux fascos sur- 
montées d'un laïubel. Cq. cour. C. : une tète et col 
de lévrier colleté (Geld.). 

— (Corneille van), éclievin de Tiiijil (Tuil), 1503, 5 : 
deux fasces. Gq. cour. C. : une tète el col de lévrier 
(Geld.) (voir Roelofs). 

Her[e]wij[n]saert(Hustinvan)(etHerwijsant), 

jadis prisonnier ii liasweiler, sous Jacques de ISour- 
boii; i. 1. : 1 1(> inn'il , i;;71 : léclame pour le ou les 
eiil'anlsil'll • . / ■ ■ /./.coy, tué lY/cc, sous 

crnix ivsiio !:r, :i ,,,:_ ,,i chef a d. d'une 

étoile il cinq i:,is. I,. : -p .S, llvs.levns (Chartes d,s 
ducs de Brabant). 
Hese (Hesius), voir Dhesius. 



ss. (Mali 



HEZEHUSEN (Stabbardus de), curé de Iluessen 
(Hiits^cn), en Guuldre, 137-i : de . . . au lauibel a 

cini| iicndaiits. L. ; de Ilezehvse . . (Duss., 

Jul.-Uerg, N» 001). 

Hespen. Renier van Ilespene. échevin de Tirlenioul. 
lUlti ; trois billelles, accompagnées en cœur d'iiiie 

coquille. L. : ^ S Reineri de llespen scn 

(Abb. d'Oplinter, A. (;. H.). 

Hesse (Henri, laiidgravi' de), i;!:i!l : dans le champ 



N" ilO) (Voir Westrum). 

Hessels soen (]Ville?n), partage des terres avec 
l'abbé de Saint-Trond, 1373; éclievin de lleusden 
(lirai).) 1380 : trois flancliis, surmoiilés d'un lauibel 
(Abb. de Saint-Trond, c. 18, el Malincs). 



' van), chev., s( 



r HEIJSSENi. 



e lien 



— (Arnould van), chev., se. des actes du comte de 
Clcves, liOU, 9; erfliavemeister Ciud'ii comte, 1411, 
8; se. pour Liidolf vuii Gracsdorpu, UU; se. pqur 







Fig. 1. Jean d Aiivaing, a Mous (UOl) "n 

Fig. 2. Jannet Raul, à Mons (1561) i 

Fig. 3. Ferdinand del Noertegaetle, à Soi- \ 
gnies (160e) \ 

Fig. 4. Foeillyen des Péries, àSoignies(lGOC)/ 



Tous hommes de tief 
du comté de Hainaut 
et de la cour de Mons. 



— 79 — ;/£ 



rrt van BUckerswkk {i) , indemnisé pai' ledit 
Ir, di' toutes pertes subies, par lui et son frère 
l'i \an IHillersirick. ii Afferricn, in (1er vniderin- 

tvjii vriciideii iluilil comlc, lorsque Marie de 
rgd^iic, ((Miiti^M' (le Clèves et de la Jlarli, \iiil 
ti]iiri;o^iif incl îles nachts toe Maeshese henach- 

1 tl . : mOme éeu. L. : S Aernls van Ilcssen 
r (lliiss., Clèves-Marh: "S"' 0-10, 81, 90, r,H, 



HESTRU[D]T, voir LORIOT. 

Heteren (Pliilipiie van), c1r'\., jure de ne rien entre- 
pitiidre cnnlro Jean, iluc, et Mathilde, ducliesso de 
(iiiflJre, idiule et cdinlrssc de lilois et de Zulplieii, 
l'évcque d'Ulreckt, les comtes de la Mark, de Clèves, 
de Berg et de Uavcnsberg, Walcran, sire de Born et 
de Sittard, sire Renaud de Brederode, sgr. de Gen- 
nep, et Gauthier, sgr. de Voorst et de Keppcl, 1373 : 

une fasce. L. : i^ pi de Itcleren mililis 

(l)uss., Jul.-Berg, iN" 88o) (voir Vlodorp). 

GELnE donne à Jan van Heteren : d'or à la fasce d'a/.ur. 

Hetzerath. voir HUCKELSHOVEN. 
Hetterscheidt. Ik'ijnnr vim Ilcrleraccijdeii reenit, 

seau de Gle\es (minon jonchtrc vaii Cleve), 1371 
(u. st.), 9 janvier : une bande, chargée de cinc] 
l)esanls, ou tourteaux. L. : Slknrieide netterschcde 
(Charte.-, des ducs de lirabaiil, N" 2371). 



- I.oiill, ,nlnc 



'Vtllirh. 



'rschedf. 



d Ihn 



,nj/l ,, 



i Ihn 
n llelter. 



rhs V 



Ilel- 



tjcbruidcn; oijr soenc, Loijlf ind O'r 
lerscliede, gemisleren, oijr doichlere, écliangenl 
a\cc le tomle de Clèves et de la Marli, contre m 
rente, leur moulin a vent, etc., in dcii lande vc 
I.ijmerscli (De Lijiners), 1400; Loij/f : parti; ; 
1", un dievron; au a-i, un gonlanon. L. : . . . rovi 
Loifvan Gddoni . (l)uss., Clms-Mark, Pi» 033). 

— Arnd et Ileiirich ci-dessus, liOO; tous deux : ui 
liande, eliargée de cinq bcsanis, ou tourteaux : 1 
de ce !''■ sceau : S ArnI van lletlersc . . . (Ibid.). 

— Dijrc vnn IlcIcrxchcC) rend au comte de I[ollan( 



et de Bar, la moitié de l'avouorie de la ville de 
iîo:erae//c (Uozérieuilcs), 1^103 : une bande, cliai-gée 
de trois roses. C. : une couronne de teuillage. L. : 
S de II(v (Lorr., Driei/, H, "iOO, N" 3i>). 

HEUDERIC, voir -VVeteringen. 

Heuertz (Anselme), religieux à Ecliternacli, 1757 : 
d'azur a trois (2, i) cliouettes, surmontées d'une 
di\ise. L'écu, ovale, dans un cartouche (cachet en 
cire rouge) (Conseil des Finances, c. HtO). 

Heuke (Guillaume), écuyer, garant pour Benaud, duc 
de Gueldre, 1319 : un lion naiss. (Waasenaer). 

— (liiil! iiiiii' //'.:.'., ciuition de Henri de Ruijler et 
(S /' :iii liu[e]rcn, qui vendent ii Ber- 
11.1 // ; ,' 1,1 . Il I re a Andeist, 1441 ; G. Heucke 
ri 1! -iiImUi nu liji'nden,sa femme, vendent une 
terre a Andelbl, buten Dijcks, lUl : même écu. 
C. : un lion iss. (Geld.). 

— Steijn, mère dndit Guillaume, 1414 : une fasce 
vivréc. L. : ►J. S' Slin Nuvken (Geld.) (voir Linden). 

Heukelum. Jean van llocclem, ccuyer, se. un acte 
du comte de Hollande, l'293 ; deux tasces brelessées 
et conlie-liretessées et un lambcl broch. sur la 1". 
L. : i-I^ .S" liihannis de llocclem (Ilotl.). 

— Ihiiii;. \au Iloculcm, échevin de Bois-Ie-Duc, 
lM-2, 3 : un sautoir, chargé en cœTir d'une coquille et 
eaiHoiiné de (|oatre forces de tondein- renversées. 
L. : >i' S' riii'Odcrici de Jloeclc scabi in livsctio 
(Cliartes des ducs de Brabant, N" 178G, etc. et 
Duss., Comm. de Bicsen, N» 57). 

— GliiÇsbiwtU van Hoekelem reçoit, de sire Jean de 
PoUanen (Polanen), sgr. de la Lecke (Lek) et de 
liréda, 140 uKuitons et 33 francs, pour deux chevaux, 
</ie ic afrect in sinen dienste in der reijsen die mijn 
lieve hère van Brabant dede in Loreijn in den 
jare Ixiij ; 1364, 1" février (date de l'acte) : deux 
fasces bretessées et contre-liretessées et un lambel 

broch. sur la l". L. : ebrecht uan Hoke . . . 

(Chartes des ducs de Brabant N» 1870). 

— Othon, sgr. de Hokelem, tient, dn comte de Clèves, 
die heerscappe van Millimjen ... toe Mitlingen 
irart, ahoc ah die dal irater nu scheidt, in behuefj 
vrimirc I.icsheltcu, duchlcr uilnecr heren Johans. 
lucre ran iu-ndm. iniina erlUcn unifs, . . . gclike 
als hcre John,, . . . rnnj . m hclnœ/f vrouwe Lies- 
hcllrn. siiiis rrltlrn n-ii/fs, la tenait du fen comte 
.l'iii. IIhXI ; ,iin\ iiisces bretessées et conlre-bre- 
I, -, e., -ni ninntrrs il'uii lambcl. L. : >î« S . . . Otto- 
111.^ iloiin . . . nl.lr mitilis (Duss. , Clèves-Mark, 



Heiikeliim. /ihciiii 



bi'ih (lliiss., CoiniiKiiidcrie de liicscn, N° 57). 

- (Jiiilhiiimc van lluckckm, abbé de Saint-Paul, à 
Uli-i'clit, l.il8 : daii.s le cliami) du sceau, un saint, 

MHis liu liais ; dans le bas, un écu a un bélier saillant 
(i:. ('.. li., c. HO). 

- llVi/mre/i, wciUie loi llokoluin, vrouwatol Wccr- 
denbonjh (\\a;irdiiilMU'g) vmte lot Amersoijen (Am- 
iiiiiviiiiiii), i;ju:i : parli; au 1", deux fasccs brcles- 
^ei's it (■(Hilii'-biviisséi's; au 2'^, trois pals de \aii' 



;i' de trois pals, acconipaRiies a 
(■abSc(C.C. I)., AoiuitsdeLilli', 



Heule. Mailre Guillaume de ]lttek, doyen de Nolre- 
banie, ;i Coinarai, IWi : très cassé; on ne voit plus 
qu'un roc d'éclii(iiner en chef a s. C. cassé (Ibid., 



éclie\in de Malines, ItilO, 5 : plaii 
;é de trois pals. C. : on voit une pari 



Heumen, voir HOEMEN. 
Heurne (Jossse van) tient, du 



u Adriei 



Heul (Esbert van der) (lils de Jean), éehevin de Uol- 
tcrdani, 1037 : un bouc iss. d'un bois, 
bouc iss. eulre un vol. L. : .S' E(jbcrl van der lied 

ll'.i. 

Heule (Ciiillauhie, si^r. de) et de Ucslr\a (lleeslerl), 
lJ»."i (11. st.) : plain ; au chef chari;c de trois pals. 
!.. : -i^ Siijillvin Willelmi de Ihvle {Cmrlni, Chip. 



lokrglkui, eeuycr, sgr. de Ter-Donct, un lief de la 
■'^' "-• de ter lliiueu (a Uerchem-lez-Audenarde), 1502 : 
le ... a l'ecuss. plain (Fruste?), surmonté de trois 
nerlettes. C. cassé. S. d. : un lét»pard lionne (Lis.) 
voir Horn, Hornes, etc.). 

Heusden. Nol/ilis Johanncs, doimnus de Ilosdene 
(]Iocsden[nc\l, 1280, 'j;i, 1302, 3 : une roue. L. : S' 
Joliia domini de llevsedain (Abb. de Saint-Ti'ond, 
c. 1, et Hott.). 



niuldus JoUa 


unis de Iloesdcn, éclievin de Zalt- 


uiUMl, 1312 : 


(rois mrrleUes; au chef chaîné di' 


i\ rours. L. 


S' Ar de Osdine scab'i in Dit (!) 


■iili.ni, IIH-e, 


/.-., N»» 335, 3.3«, 102, 582). 


■nllc ,/,■ IkUSC 


/ez/M!), h. delietdullainaut, Ml.j ; 


'„,„„_' ,,,|„„„ 


bàlnii IiiihIi. c. ; un chapeau de 
'l'un iiirinbiv d'aiRle, la serre en 




iiir iMiir. L. : .S' l'unie de lleuseden 



lu l'r.-((. chargé d'une 
aigle (Abb. de Saint- 



HrtuMlpii (l/cs pchovins et lioiirgmostre do la villr, d.) 
(Ik)l>.). UiXl : (hiis le champ du sceau, un casipic, 



w (Miil 



es). 



— tulimrt van Ifuesden, cliaiininc à Zalt-Uommcl, ( 
l\"lirrl xaii llursdcn, arbitres d'un dilTérend entre 
lluijtmau T(n;;iiagel et sa nière, 1501 ; tous deux ; 
une roue, accompagnée de trois mouclieturcs d'iicr- 
mine. T. de l'écu de Robert : un ange (Geld.). 

— Mjttii.'u van lloesden, échevin de Tiiijll (Tuil), 
I.Vii : une r^iue (Geld.) (voir Hoesden). 

Heundens. Itobijn Iluesdens, dit van de Vclde, 
inji.iir de Cracsen, 1 170, li : trois étriers (Alib. di 
s.iiiil-Troiid, c. 10). 

— (.uillaume llucsdeijns, cchcvin de la liante justic( 
de Verte (a Saint-Trond), Vm : deux étiiers, posé: 
rn chef. L'écu sommé d'une aigle éployce (Ordange). 

— ((;illes), éclicvin de Gorssum, 1073 : trois losanges 
rangés en fasce, entre deux fasces. Ci[. sans C. (Or- 
dju^f) (voir Hoesdens). 



Heusch. .S'i/mon die Hoesch, échevin de Dois-lc-Buc, 
1 117, 01) : une flèche, posée en bande, accompagnée 

au canton s. d'un annelet. L. : oes 

icnbi (Abb. do Sainte-Gertrude, ii Loiivai 

et Malines) (PI. 9, lig. 221), 

— Gaspard de lleuscli[e], échevin de la haute cour de 
•Saint-Trond, 1027, 30, 37 : même ccu, sans l'an 
ht. C. : une tète et col d'animal (Abb. de Sai 
Tnuid, c. 2, 1-1, lo; Ordange). 



.li^ (.ullhk, Thisnes, Uossignies, Emines. vnie.-s-lez- 

Heust. Maitre Pierre lluest, témoin de Wijnand 
Pannekoeek, a son contrai de mariage avec llennc- 
Un van Dinissen, 1560 : coupé de ... et de ... , 
au buste barlui, cour., et au buste barbu, eoiflë d'un 
hraumi- a l'antique, tous deux de piolil, le 2^ buste 



Héverlé. Jnkanncs. unies cl dam, nus de llavcrlis, 

Sainl-Espril de Louvain une terre à Eegenhoven, * 

contre un cens, 1235 : un sautoir. L. : e 

llave (M. Rimllart). 

— (Les échevins d'), 1331, 9. 1409, 1531 : un sautoir. 
L. : îjc S' scabinorviu de Ileverlis (Abb. de Sainte- 
Gertrude, :i Louvain, c. 2, et M. Uouffart). 



— (,!- m \:iM , Il - iiiiir de dame Jlarie van Berlair, 
'[.::, !' ; . I lit, des souverains du Urabant, 

pni;»., jHir lui-uLrme a Vilvorde, doe Ai (le duc) te 
Gencjtien ieyhcn sijn stede lach, et 2-100 moulons, 
pour sa ran(;on, doen ic (Jean) tôt Ludic op hem 
(jheoaitglieii watrt, 1377, 9 mars : un sautoir. C. : 

une létc et col de bouc d'hermine. L. : S anni (!) 

de HevcTlis (Chartes des ducs de Brabant). 

— (Jean, sgr. d'), chambellan héréditaire de Brabant, 
scelle un arbitrage de Jean, sgr. de Bouchout, bur- 
grave de Bruxelles, et d'Amaury Bote, pour aplanir 
un dilîérend entre lui et le couvent de S'M^ertrude, 
il Louvain, 8 novembre 1385 ;un sautoir. C. : une 
tête et col de chèvre, iss. d'une cuve. Le cq. accosté 
de deux t). L. : Sigillum lohannis dni de Heuerlis 
(Abb. de Sainte-Gertrude, à Louvain). 

— (Henri, sgr. d') et d'Oplinter, chambellan hérédi- 
taire de Brabant, conlirmc le transport fait à Alice, 
dame de l'ietershcm, de onse wnenin(jlie, Iniijsinghe 
ciide hovini/he .... buten der Aedetjhem poirten 
eiide bi den ii'ijketc, a Malines, 1387 : un sautoir 
et un écuss. a trois pals, brocli. en cœur (Malines) 
(voir Boot). 

— Henri, sgr. de llevrle (et llevcrle), chcv., conseiller 
du duc de Urabant, 1110 : un sautoir. C. : un vol 



L. : S' lleiniici doinini de tlevcilis z de Opiint' 
(Charles des ducs de Brabanl). 



en p:ii 






• L. : .S' PcbT llnst (Geld. 



Heuvel. Olivier de Hueuele, receveur il,- Ito^er il.: 
Viuiil, dans sa sg^''-' a [Il ?]eijiisacker, 1 154 : trois 
;:i j|i|MS de raisins, non pamprées, accompagnées au 

p I ilu ehef d'un croissant. L. : S Olivier... 

//iieif/e(lbid.,N>'284). 



Heverlinc. Louis llccrUin, jadis prisonnier h Bàs- 
weiler; sous Hikc ; i. t. : 178 mont.,* 1374 : une 
aigle, chargée d'un écuss. à trois pals, ledit écuss. 
an chef plain. L. : ►!< S' Lvdovici dci Heverlinc 

(Chartes des ducs de Urabant). 



Hideux, voir Hanart, Thiennes. 
Hiegaerts. l'aiil Ilicjdcrl, (■(■licviii iIim: 



Hildebrant (Josse), ccoulfcte et scmonccur au mctier 
V^^riipcio, 1437 : un chevron, accompagne de Irnis 
lillis (le tilleul, sans tiges, renversées (nénuphar), i 
: une aigle (Oost-Kecloo, 1104-1200). | 



Hiele (,Ic;iii van) se déel. vassal de François de Milde, 
d:m> -;, ^-"^ de 1er Varent, à Elversele, 1527 : trois 
ri>M>. a. lonipagnée.s en cœur d'une étoile à cinq rais 
(Fi.ls, N"(j.i38). 

— (Jean van), lils d'Etienne, tient, du château de 
Tormonde, un lief à Ilamuie, l'i-lO : même écu, 
mais IVl.iilc à six rais (lliid., iN" .-iSIU). 



HIER(Hierde'.'). 



Hilgers, v( 



r Birkelyn. 
van), échevin i 



! 



Hille (Adrien van), échevin du métier d'Asel, VoM : ; 
le bande, chargée de trois étoiles ii cinq rais, ac- > 

isiée de deux roses. S. s. : un griiïon. L. : i 

I mile (Abb. de Fnrest, Etabl. relig., c. 2u01, 
. G. (!.). 

Hillebrants zoen (Dirck), échevin d'Amsterdam, ' 
15S8 : un oiseau, perché sur une branche sèche, 
mouvant de la pointe. C. : les meubles de l'éru. 
L. : S Dierick Otter (N.-D., Anvers, fonds de ter 
Saligherhaven). 

HILLENBERGHE (Jean van), ancien combat- 
e Itrabant, contre Louis de Maie, 
it, par lui et ses compagnons 
pie de 102 vieux écus, 24 avril 
rliargée de cinq coquilles. L. : >{< 
1 (Chartes des ducs de Itrabant, 



S" hilian de lliWcrc 



y". 



Hijllegheers, vdir Vercouteren. 

Hillesheim, miIi Cronenburg. 

lingberghe, voir' Voorst. 

Himberg. \on HEMBERCH. 

Hincelin, voir Planche. 

HIJNDEN (Tlieodericus de), échevin de Uois-le- 
uc, 1 iH."i : uu chien (biche) passant, la tète con- 



Hiernut, voir Houtain, Coria. 

Hijfte (Jean van), h. du duc de bourgogne, dans son 

milior (le .Somcrgcm, 1428 : dans le champ du sceau, 

une Oloili'. L. : S lan m . tjflc lans zone (0. C. li.. 

Acquits de Lille. 1. 112). 
— (C.autliicr van), h. de liet de la sg™ de Schipd(mcl(, 

au mélicr de Somergem, 1 IG-i : un oiseau, siu'm 



Hingene. Seghere van Ilinghene (lils de Gilles), 
prétie, lient, du perron d'Alost, un liet, sis up '( 
Voshol, loU : un lion (Fiefs, N° 4712). 

— Zcgher van Incjne, h. de lief du chitcau d'Alost, 
1430 : un lion, l'épaule chargée d'un écuss. fruste 
(lbid.,N".i887). 



Hinckaert. Ilcnric 



is lleiit[e\carl, échevin de 
s le champ du sceau, un 
roses, 1 au liane d., 1 en 



en fasce, et une Irangle brnch. L. : .S Inn 

brand (C. C. 1!., Acquits de Lille, I. 222). 

— (Jean), échevin dudit métier, 1400 : parti; au 1" 
une molette (rose?), en ccnur; au chef plaiji ; au 2'' 
trois feuilles de tilleul, renversées, sans tii;es(nr. 
nuphar). L. : S lan llildebrnnt (Ibid., 1. 82, Hli). 







Fig. 1. Vincent du (^uesne (1618) 
Fig. 2. Vincent du HoisdcU) 
Fig. 3. Jacques de Bracf|uegnios (1017) 
Fig. 4. André Evrard (1017) 



Tous liommes de tief 

du comté de Hainaut 

Gt de la cour de Mons 

(à Roignies). 



Hinckaert. Gerelmus Heincarl. éclicviii illec, VMl, 
«, '.I. 13. l : (un écii) au lion coui'. cl ;iu si'un' ûr 
liiliaus. L. : >i> S Uerclnii dkti Ilcinchirt {Wvn- 



- (Jcrdmus dictus IkinkaH, cclicvin ilkc. i:;.iO : 
iii.-iiie i'cu. Cq. cour. C. : une UMe iinhn'be, ;uin 
lijuiîs cheveux. L. : Ileinrart (liruxellrs). 



Hinnisdael. Wieiick van Ilijnensdael, cclicvin du 
■vùt de Saint-Trond, à (irand-Jaminc, 1527 : 
in; au chef eliai'né de trois merlcUcs (Ihid., 



lei- .Maick, évéqne de Lii-e. loilT 
ic (Ihib., c. 12). 



— Codetridus Ileijncart, dictus NacUe, échevin illec, 
i:i72 : un lion cour, (sans billetles). L. : S (V. 
/ rtd a... (Bruxelles). 

— I>liili|i|ie Uinkaerl, jadis prisonniei- ;t Uaswt 



lliiUaiils. L. : ^S' Gerdini Ueincarl (CiKules des 
(lues de Brahant). 

— Godefridu^ lleinckart, dicltis Nacke, éelievin de 
Itruxelks, MOI, 2 : un lion cour., l'épaule chargée 
.rmir liMir, ou porte crénelée (ï). L. : S Godefridi 
llncluirl(\) dci Nake (même sceau qu'en 1372'/) 
(liiuxelles). 

— (Juhnnnes dicliis), échevin illec, MG7 : un lio 
cliariié d'un écuss. truste, un semé de billeltes 
une bordure eni,'rèlée. Cq. cour. C. cassé. T. : 
h. Siiiiv., tenant sa massue de l:i dniile, et u 
dii'' ('.'). L. : S lan IlienkacH (Ibid.). 



!.. : i" Willem llim 



Hijnnekin (Wulfaerl) (et Hiiuiekin), échevin 
roi d'Angleterre, dans sa sg^a- d'IIarlebeke (van but- 
len), l.")f)2, 7 : une poule contournée (C. C. U., Ac- 
quits de Lille, 1. -113). 

Hinnisdael. Uohert van Hinnensildle. éclieviii dr 
Saijil-troud, 1482 : une croix de Miir; (tii>s. <ii 
cœur : plain ; au chef chargé de iru\> uni h Ur> ( Abh. 
de Saint-Trond, c. 9) (i'I. 9, lig. 22;i). 



Il Ilinnensdad, juge et maiein' de la 



fru 



— Jean \aii Ilinnesdad {Ilinmsdad, llmncsdalc), 

G. : une merlette. L. : S lan van Ihnnesdad (Or- 
dangc et M. Max. de 'l'roostembergh d'Oplinter). 

— (Guillaume-Bernard de), chanoine et chantre de la 
cathédrale de Liège, prévôt de la collégiale de Sainte- 
Croix, illec, tient, eu cette dernière qualité, du roi 
de l'rance, la sg'" de Longchamiis (comté de Chiny), 
1(J81 : même écu. C. : un chapeau de tournoi, sommé 
d'une merlette (cachet en cire rouge) (C. C. H., 
-lo7i;i'') (voir Fijes, Herck, Telders, Troos- 
tembergh). 

Hinsel, voir "WALENOYE. 

Hyon. Jehan dit Sarazin de liion, h. de lief du 
llaiiiaut, i;i;iG, a .Mons : trois coquilles et un bùliui 
broch. L. : i>" lelian Gara:.in('.} de Ilion (.Mdus, 
Abb.d'Lpinlieu). 

Hircelinus (Sijmon), civis culuniennis, donne iiiiil- 
nce au comle de Berg, i;iOU : type scutil'orme ; 
le ramni'e de cerf. L. : ►fi i" Simonis dci IhjrzeUn 
luss., Jul.-Berg, K" l'JO). 
Hyrlant, voir Hierlant. 

HYRNEN (Jean van) (Ilernen?), se. l'acte de Henri 
de Ku[ijjler et sa femme, Jlarguerile, 1128 : un 
coupé-denlé; le l"' chargé en clicl à s. d'une étoile ; 
le 2'i, plain (Gcid.) (1>I. <J, lig. 22-i). 

Hirsch. Johan vamme Hirtze, cliev., bourgeois de 
Cologne, 13-45 : un fascé. C. : une télé et col de 
cerf. L. : S' Iolianni:i de Cervu militu (l)uss., Jui- 
Ilery., N" 487). 

— Jean vamme llirtze, koirbusschol de S' Séverin et 
ollicial de Cologne, 1308 : même écu. h.:^S' luhis 
de Cerwo(lbid.,N°81u). 



Hijstvelt (AiiiMiild), h. du duc de CIiAts, l-4i8 : ( 
Miii-. I.. : >i^ .S Arnol llislvcl . {iJiiss., Ctcvcs-Miir 



— (.Ii'aii), 11. dudil duc, 1418 : de vair au lanibcl. L. ; 
Sùj loltanis llislvel . (Ibid.). 

HOBANCK (AiiK.uld \nn), n:lHnin des hof/ericltls 



HOBERGHEN (Ciiillaïunf \an) ligure panui les 
inatjseniiih iiuinnedw duc do Drabaul, 13-28 : ti'ols 
ainiles; an fr.-ci. bi'ocli., char-é de trois pals. L. : 
% S' M i7/i' (le Ilobcrgis (Cliaiies des comtes de 
Klaudre, .N» l-iliS). 

(■/»'/■( I) cliai'b'é de trois paU. I,. : j^ .S lohis de 

Ilobenji.uWnd.). 
HOBERCH, \oir Hohenberg. 
Hoboken ((iilles vaii), écliexin d'Anvers, 13-2.i : une 

I liri ;i ,1. ,1 (Ir ili ii\ rn,cs, 1 eii chef a s., 1 en pointe 
iNi.liv-liiiiiir, Aii\rr>, CkaiidlenicH. capua \i). 

— (.Nhni;,. Y.m,, nlirvin ilUc, 02.">, 8 : même écu, 
u.:ii> la la>cr Miuu.irr a d. d'un lion iss. et accow- 

I-.ilo^.'i) : >^ S' t'iavs va . . oiûAen (Ibid. et Dnss., 
Jiil.-Uenj, N" ;i04) (l'I. 9, li;;. -.'-2.-;). 



(Hôpital S'"^ Elisabeth, UuHemjocden, c. 1). 

— (Pierre van), écoutcte d'Anvers, jure fidélité au 
comte de Flandre, 13o8 : une fasce échiquetée (sans 
lien autre chcse). C. : une tète et col de lévrier col- 



cnuiles de l'Iandrel. 

— (Cilles \an), anunan d'Anvers, jure lidélité audit 
comte, 13o8 : même écu, brisé de trois (2, 1) co- 
quilles. C. : un chapeau de tournoi, sounné d'un 
chien braque, assis (Ibid.). 

— Jacques van Hocboken, éclievin d'Anvers, 1388, 
0."i, 1-103, 9 : une fasce échiquetée; le bas de l'écu 
est cassé. C. : une hure et col de sanglier, issant 
d'une cuve (llôpilal S"' Elisabeth, Uiiilmgoeden, 
c. 1, 2, 3, et .Nolie-Uauie, Ausirs, ChapcUenies, 
CH,K«e(r,-10). 



•ddcijghe, jadis prisonnier !i 



sautoir, L. : + .S luh (! . . e de llodeye (Ch: 
des ducs de Brabant). 



lodenpljl. Thierry van Hodenpite, jadis iirisoniiier 

1 1(18 iiioiit., 1371 : un bandé de six pièces, la G'^ de 
(I. cliaivèe d'une étoile a Cinq rais. h. : 4< S' Dire 
van lludenpiil (Chartes des ducs de Brabant) (PI. 9, 



— Gérard Diricsone (sans nom de famille), jadis pri- 
sonnier i7/ec, sous Brederode; i. t. : 72 mont., 
1371 ; dit se ser\ir de son propre scel, mais emploie 
celui du piècèdeut (son père!) (Ibid.) (voir Brede- 
rode, Hoeve [13(Jo|). 

HODIERE. dit du Chasleau (Henri de), neveu de 
-l/yr. Cobks de Lunc[h\m, 13S0 : un lascé de six 
pièces et une croisette échancrée, au bras snpé- 

liiéces. L. : S' Henri de jlodiere (Namur, N" 7(J2) 
(PI. 9, lig. 227). 
HOEBERGHEN, voir HOBERGHEN, Hof- 

Hoede (Pierre \au den), jadis prisonnier a Baswei- 
1er, sous le sire de Uotselaer ; i. t. (i92 moût., 
1374 : trois couronnes de feuillage, chacune ornée 
de cinq roses. L. : S l'elri dei de Iloede (Chartes des 
ducs de Brabant). 

— (Guillaume van den), jadis prisonnier illec, sous le 

écu, brisé d'un land)el brocli. L. : S Ariioldvs de 
Iloede (Chartes des ducs de Brabant). 

— (Guillaume van den), éclievin de Malines, 1409, 14, 
G, 7, 21 : même écu, le Ïambe! non broch. C. : deux 
bras, tenant, ensemble, une couronne de feuillage, 
ornée de ciii(| roses. S. : deux isriflons (Malines). 



Hoedemakere (Guillaume do). II, de Ilot Ij Bruges, 
ou au métier de Brunes, 1351 : un chevron, chargé 
d'un étal et accompagné de trois couronnes de feuil- 
lage, chacune ornée de cinq roses (Chartes des 
comtes de Flandre) (PI. 9, lig. 228). 



Hoefft van der Hoerst (Ilcraian), chov., roi.oit, 

h;ii«rsvM'iUi, laO.'i : une lasce, siiniiouLoL- de tiois 
iiicikates coiilouiiiùes (Diiss., Jul.-Iienj, N" T«l). 



s v:in llaclaoT, il Ihlaer, jadis pii- 
Icr. sous la baiinioro de (Jirailcrc'lilif; 
, 137-1, : une fasce, accompagnée 
aillets i.encliéi. L. : .^ S' £V/i-/iy (!) 



des duc 



. L.:^S' .■ 



HOEMEN (= Ilcunien) (Sire Arnould van), burgrave 
d'iidenkiicheii. cher ami de Gérard, sgr. de la Dkke 
(UncK), [M-i; le sceau est tombé (Uuss., Clcves- 
Marie, N" 549). 

— (Godetroi'd van), écu 



l.crke[nl 
niles du 



— (Iddefriild van Hoelaer (Hoelair), prisonnier ii 
sous le sire de Wittliem; i. t. : *2;j moût., lli 
même écu, les maillets non pciicliés. L. : >i<S' Gude- 
fndus de Uolaer (Chartes des ducs de Brabant). 

— Johaitnes de Hoelair, échevin de Louvain, l-tSl, 
: un sautoir eni;rèlé ; au fr.-q. chargé d'un lilet en 
cinix, cantoinié de douze merlettes (rangées pai 
'J, n. L. : S' lolianis de Iliiolnir scab Ion (Ahb. 

Hoekene, vuir Houkene. 
Hoechbanck, \"ii- Hobanck. 
Hoecke, voir Angulo. 



HOECLEM, \m- Heukelum. 
HOELAER, voir Hoeijlaert. 






chev., dans la i;uerre 


contre le duc de Gueldre — 


et pour rachat d'une 


rente de ^00 vieux écus, sur 


bois-le-Duc, rente qu' 


1 tenait d'elle comme seiijneur 


(i'AiiiLTSoijen, et po 


ur arrérasies, l-'iOO (n. st.). 


2ti février; jure de b 


eu ij'arder die borch eiide slut 


van Rode (Kolduc), 


lai mi] van inijnen (jeitediijen 


lierre deii hcrloge va 


Urabaid eiule van Liimburch 


in amtsiieuiae bevolci 


Ci, et de ri^jidre ce château au 


duc, ou, à son délau 


t, a son lils aine Jean, ou, a 


défaut de celui-ci, à s 


on frère Philippe, ou à quelque 


autre héritier du pri 


ice, il la première réquisition, 


dés qu'il M r:i r. i.!. 


:! - >!<■ nnOO vieux écus, de 


i!UU couruiii, , ! 


illiit hanlgelde dair up 


(donuunll. 


, .Mil rcus et de 20 cour.) 


et de lUni) llaih • 0'> 


, il ii iinnce, ensuite, il toutes 


le» préleutioua eiivei 


s la feue duchesse Jeanne, du 


chef de son père, te 


u sire Arnould van Iloemen, 


l.il'2, 30 juillet : éc 


artelé; aux l" et 4% un échi- 


quêté; au fr.-q. d'Iu 


rmine ; aux 2» et 3^ un tascé 


(Odenkirchen). L 


■eu suspendu au bec d'uEi aigle. 


L. : Sitj Ghenjl vai 


Ilueiuen (Cliaites des ducs de 



'■hilips 
• illec, 



van lluclbelie (Chartes des ducs de liraliant) 

Hoeleden. (iauthler van Iloleden, prisonnii 
parmi les «.mis (beede) du duc de Llralianl 
:(7ll m.iut., 1374 : trois pals relraitv. ],. 
Wovlrc van lliilede ([\nd.). 

HOEMBERGHEN, voir Oombergen. 

HOEMBORCH(Jean van), dit Cu[i]lner, d 



(iiargé a d. d'une étoile(Duss., Vlèves-Mark, K"7iU;. 

HOEMEN (=lleumen) (Arnould van), chev., re 
du lirabaul, une rente, du chef de feu sa feunn 
dame d'AiiuTsvijen (Annuerzoden), 1384; s( 



Itrabant). 

— (Arnould van), chev., sgr. d'.le/4'(or;j (Alsdorf), 
devient homme de l'archeu'qne de Cologne, du chef 
d'une rente de 140 II. du Uhin que, moyennant 
1530 11., sire Gérard, chev., tils du sire de Heyde 
(Uheydt) lui a transportée, sur l'engagère du cliùteau 
li'Ocde (Uedt), 1430 : un échiqueté; au fr.-q. truste 
(Duss., Col., N" 938). 

— (Arnould van), hurgrave d'Odeukirchen, sgr. de 
Svliciie, parent de Kirsillis vamine Raitgen (Rad- 



Uauptije. 



Ikh, N" 



HOEMEN (= llcuincn) (Arnould van), Inirgravc 
duddikuYlii'ii, 1.198 : même écu, mais aux 2« et 3^, 
un lasti:- (le li pièces. Cq. touf. C. : un panache de 
l>lumes(l';niliuclie(Uuss., Co/.,N» l'223)(voii'Her- 



Hoen (Claes) van den Brouke, chev., prête serment, 
en ipialilé (Je di'ossard et de bailli faHiplHiflH^iluiiavs 
de Milieu et promet de rendre, au duc de Bratiant, le 
cliàteau de Utillen, à la promiî'i'e réquisition, 1 iil7 
(date de, l'acte) den andercn na iairsdach : un f:\sci' 
(ou Irois fasce.sï) et un lion cour., brocli. Ci|. eom. 
C. : un lion cour. iss. L. : S' Cloes Huen mdu . . 
(llud.). 



— ^C/fiHxj, cliev.,sc. u 
r. d'Argenteau, (i 
to et col de lion c 
. . . (ll.id.). 



Hoen (Godefridus didus), échcvin d'Aix-la-Chapelle, 

Kiil : trois demi-vols. L. : Hoen 

(Duss., Commanderic de liiesen, N» 49). 

— (Reynardus diclus), même qualité, 1341, 3 : trois 
poignées de crosse épiscopale, contournées. L. : ^ 
.S" Itcnnrdi dciUvn scabi aqn (Ibid., N"s 49 et 37). 

— (Niciil.'is), chev., écoutéte de Maestriclil, se porte 
raiilidu pour le duc de Drabant, a Aix-lii-Ciiapille, 
I 17 iM.uiiibre i3(J9 : un fascé (de six pirres) et un 

un I luur. brocli. L. ; >it S' dni Nicolusn 

lloun (.!) (Chartes des ducs de Urabant, iNo2301). 

— (Nicolas), chev., écoulète de Maastricht, se porte 
t;aranl pour le duc de lirabant, ii Bruxelles, le 
(1 aoiit KiTl : un fascé (de huit pièces) et un 1 
cour, jjriicli. L. : ►!< S' Nicliolai Hoen mililis si 
tii'clen (Charles des ducs de Brabant, N» 2404). 

— Ilcniianniis lliiijn, miles, vassal de l'archevêque 
de Cnio^nr, du chif de sa ciiTtis in llaeren, sita in 
IHirOihia Vuraulale (Voejvndaal), 1371 ; se. un 
acte d.' (.erard van Corteiibach, 1371 ; jadis prison- 
nier il Itaswciler, sous l'écoutête de Maestricht; 
i. t. : Illi-J nioul., 1374; se. pour pour IlenneKen 
viiii liodc, prisonnier iUec, sous le drossard de 
l'aui|uemoul; i. t. : 50 moût., 1374; se. pour Ar- 
nould Clôt, prisonnier, sous la bannière de Maes- 
tricht ; i. t. : 24 moût., 1374 ; reçoit, du chef de son 
lière, N. N.(?) Hoen, tué ii BasweikT, sous la même 
bannière, un acompte sur une i. t. de 471 moût., 
1374 : un fascé (de huit pièces) et un lion (cour.?) 
broch. L. (1374) : Sitjih-m llcnn . . Iloyn (Duss., 
fo/.,N"^912 et 911, et Cliai I. s ,lcs ducs de Itrabant). 



it Guillaume, 



- (J 


■an), I 


•isonnier ille 
uit., 1374 : 


,sousLouisdeNamur;i.t. 
rois C0.1S. C. : une lête de 


COI 


, au c 


1 allongé. L. 


; S' luhannis Hoen (Chartes 


de^ 


ducs 


e llrabanl). 





.h. -.S Cloes Hoen h, 



V censale de Meer, à 
1" et 41;, trois tasces 
', trois fasces(!). C. 



— (Arnould), tenancier de la ( 
Brusthem, lOOo : écartelé;a 
et un lion broch.; aux 2'-' el 
cassé (Oi'dange). 

— Michel-Thiebault, baron de Ilan-sur-Lcsse (il signe : 
le Baron de Hoen von Cartyls de Han), décl. tenir, 
du roi de France, la sg''" de Han, mouvant du comté 
de Laroche, 1G8I : écartelé; aux 1" et 4% trois 
coquilles; au 2^ neuf (3, 3, 3) losanges; au 3s un 
lion. Sur le tout, un écuss. ii la croix. L'écu sommé 
d'une cour, il 7 perles et accosté de deux palmes, 
passées en sautoir (cachet en cire brun et or) (C. C. 
1!., 4r)713'') (voir Hoensbroeck, Marbais). 

Wernlter de Uomjardl. sgr. de W.;nanIirode(\Vunants- 



Hoens, voir Cannart. 

Hoer.sbroeck(F.-A., marquis dc\ lient, du Brabant, 
en vertu de la donation de la duchesse Jeanne, !i 
Ilerman Hoen, du 20 oct. 1388, par succession inin- 
terrompue, la moitié du chJitcau appelé, jadis, Imje- 
tiebToeck et, actuellement, Hoensbroeck, au pavs de 
Kauqnemont, avec haute, moyenne et basse justice ; 
acte daté du cliùteau de HiUenraedl, prés de Bure- 
monde, 17o4 : fascé d'argent et de gueules; au lion 
cour., il la queue fourchée, broch. L'écu sommé 

dants (Av. et dén., N° 7800) (voir Hoen). 
Hoerke, voir Horicke. 
Hoesden, alias 



m den Velde (Roebien), éche- 
7 : trois étriers. L. : S Hobiiii 
lente, A. fi. B.). 



— !tO — 



Hoeve[n], Hove[n], etc. Jean van don Hove, pri- 
sonnier illec, sous le sire de Uotselaer; i. t. : 169 
moût., 1374 : trois fleurs de lis, p. c, et un bâton 
lirocli. L. : t^i Siyil Jan van Hove (Ibid.). 

— t;o5suin van den Hove, cliev., prisonnier illec, 
parmi les gens (beedej du duc de Brabanl; i. t. : 
7-22 moul., Iii7.t : un lion cour, et une bordure en- 
l^rélée. L. : ^ S Goessin va den Hove rid (Ibid.). 

— André van den Huve, prisonnier illec, sous le bur- 
grave de Limbourg; i. t. : 30 moût., 1374: une 
croix écliancrée, accompagnée au i"' canton d'une 
étoile. L. : An... van den Hoyfe (Ibid.) (PI. 9, 
lig. 229). 

— Thomas van den Hove prisonnier illec, sous ledit 
bui'grave; i. t. : 72 moût., 1374 : même écu, mais 
un besaut, ou tourteau, au lieu de l'étoile. L. : 3(c 
S Mos vanii Hove {mi.). 



- Renier van den llove, mari de Marguerite Pauwels, 
\eiive de Jean Tsergosens, tué ii Bàsweiler, 
Jean de Uedelgem; i. t. : 20 moût., 137-i : 
lasce, surmontée à s. de deux maillets pencbés 
fr.-canton chargé d'un sautoir. L. : ►î< S Reynaerl 
i-a de Hove (Ibid.) (l'I. 9, lig. 230). 



rançon van den Hove, jadis prisonnier a Bâswei- 
, sous le sire de Stboonvorst ; i. t. : 206 moût., 
U, 5 : trois pals retraits, chacun chargé de trois 
[uilles. L. : X S Franix van Hove (Ibid.) (Corap. 
armes de Surpele, Sorpele, s 



iitgoen Haeve, enen besched&nen manne : onsc tuft 
haeve llio lluedhcrghe, 137.') : même écu. L. : S 
Werneri In . gfjon Hâve (Duss. , Clèves-.Mark, 
N» 421, et buss., Orange-Moers, N» 40). 



Hoeve[nl, Hove|n], etc. Reinei'us de Hoeveti, 

échcvin de Léau, 1377 : trois macles; au chef 
chargé de trois pals ; écuss. en cœin-, à trois piles (?) 
(Léau, N° SG). 



de 









— Wijnric van den Hove, prisonnier illec, sous le 
de Witthem; i. t. 150 moût., 1374, 8o (n. st.); 
2 sceaux, 1374 : trois (2, 1) mouchetures d'iiermine, 
en pointe, surmontées d'une lambel et une bordure 
(simple). L. : ►{< S Venricli va de Hoven; 1385 : 
d'hermine au lambel (sans bordure). L. : >J< S' Ven- 
rick va de Hoven (Ibid.). 

— Werner, Isebrant et Reyner in Ghoen hâve, frères, 
cautions d'IIedvige, veuve de Jean Uaeke (Dake), 
cliev., 1374 ; le sceau de Reijner est tombé. Wern- 
une fasce frettée. L. : ►!< S' Werneri Inijenlw\ 
Isebrant : même écu. L. : . . Isbranl In . cnhi 
(Duss., IKerrfen.N» 147). 



— Jean van Hoven reçoit, du lirabant, pour un cheval 
perdu, doen . . . die hertoge . . . Icslwerven v 
Triclit quaiii, doen hi dair gelegen hadde in den ] 
CTige, tusschen hem ende die van Ludic, 1379 (ii. 
st.) : deux bourdons ('!), garnis aux extrémités iiid'^ 
rieures d'une boule, passés en sautoir, surmnnlé^ 
d'un lambel. L. : «fc S' lohan van Hoyven (Cliailcs 
des ducs de Brabant) (PI. 9, lig. 231). 

— Clais uten Hove, 11. du château de Gand, 1392, 4 : 
trois jumelles et un lambel broch. sur la l'". 
un h. sauv., sans massue. S. : deux léopards lionnes, 
iss. de l'encadrement du sceau (C. C. B., Acquits de 
Lille, I. 111). 

— Gilles van der Hoeven, échevin de Malines, 1401, 
2, 3, 6, 9, 10, 1, 3, 4, 7 : trois lévriers élancés; au 
fr.-q. broch. chargé de trois tètes imberbes, h. : 

S *■ van der Hoeven (Jlalines et (Jharles des 

ducs de Brabanl). 

— Pierre Houve, maistre charpentier el canonnier 
du cliastel de Lescliise (Flandre Zéland.), 1405 ; 

trois fers a cheval. L. : r [de] H (C. 

C. B., Acquits de Lille. 1. 78-79). 



- Georges de l 


Hove, échevin de Kurnes, 1405 


poule, surmon 


tée d'un lambel. L. : S loris va 


Ho... (Ibid. 


1. 89-90). 



— Jean ulen Hove, receveur général de Flandre el 
d'Artois, 1413, 4, 6; mourmaistre et commis a la 
recette générale de Flandre et d'Artois, 1416 : écar- 
telé; aux l'-'"' et 4«, trois jumelles; aux 2^' et 31:, 
trois lions. Sur le tout : un écuss. ii la fasce. C. : 
un poisson d'hermine, recourbé, engoulant le cq. 
Le cq. accosté des lettres m et r).L.:S luhis ex 
Curia (C. C. B., Acquits de Lille, 1. 13-14, 3.5-37, 
55-6, 222, etc.). 



- Arnould Hove. cchev 






1417 



- Arndl ten Haeve, li. du duc de Cléves, 1418 : un 
lion et une bande échiqueléc, de trois tires, broch. 



i lluve (Diiss., Clh'CsMark. 



Hoeve|nl, Hove[nl, etc. Johan lat Iloeve, II. iliulit 

duc, 1.11« : iiirme écu. L. .SI tcii llave 

(IhidJ. 

— Corneille \au deii Iluuwe, éclicvin en la paroisse 
de lluuimjheiii (,Vu\vei;liem), 142a : iiu oiseau. 
I,. : i- Curneins van dtn Iluvre (C. C. B., \a[mli 
dr Lille. 1. !tl,92). 

— Jehan de le Himve, échevin d'Opwijck, li27 : 
une fasce, cliari;ée de deux roses et siirniontée de 
trois nierletti'S. L. : S lan va der H . . .e (\Wn\., 



rnri \:\n der Houve, mari de Marguerite s l'ae 
■ntwrs, qui tient, du clu'ileau de Ternionde, un I 
i|i\vijeli, H;il» : une fasce, cliarjiée de deux étoil 
surnionlée de trois merlettes (Fiets, N» il72). 



Hoeve|n|, Hove[nl, etc. Pelrus van der Iloecen, 

l.]san;;es, rangés en fasce (non accolés', surnuinlés 
a d. d'un coii. L. : S Pcltri van der Iloeuen xcabini 
/oiJ(AbL. de Sainte-Gerlrude, a Louvain). 

— Jaaparvan der Houven, clerc, étudiant :i l'univer- 
sité de Paris, cliapelain héréditaire (ercacMwli 
capellan) de la cliapellenie de Notre-Dame, en 
ré;;lise de Deijnzc, t i7i : un chevron, accompagné 
de trois tours; a la bordure dentée. Un lilet hroch. 

sur l'écu. T. : nn anjie. L. : S la^pari »<■» 

(C. C. U., Aciuits de Lille, I. .402). 



i llove, 



de lis (complete.s), acco.u- 
inre de ban;;lier. L. ■■ S Ar- 
il hû (.\L1.. de Sainle-t;. r- 



van den Iloeve, liii2 : un lion et un 

. C. : une tête et col de cygne. L. : S' 

•a den Ilove (Chartes des ducs de lîrahanl). 



- Jian Vutenliin 



Iluu 



de poulaines, les pied.-> en haut. L. : 
It.. Acquits de Lille, 1. 70, ■; 



— Thomas van den Hove, receveur du prévôt d 
Papinuloo, se. une quittance relative ii une reni 
sur IVspier de Bruges, 1436 : trois croissants, a( 
compagnes d'une étoile en cœur et de cinq billettes, 
2 en chef, 2 aux flancs, 1 en pointe. C. : un pot 
cylindricpie, sans anse, muni de son couvercle, entre 

un vol. S. : deux lions. L. : den Hoce 

(U.id., I. 377). 

— Le même, scellant des quittances analogues, 1 139, 
Kl : trois croissants, accompagnés de huit billettes, ' 
rangées en orle; écuss., en cœur plain ; ledit écuss. 
au tr.-q. chargé d'une croix engrélée. Mêmes C. et 
S. qu'en 1430. L. : S Macs can den Iluve (Ibid., 

I. 42, 378). 
Conip. les sceaux d'André et de Thomas van den Hove, 

— Jean van den Hove, h. de lief du duc de Bourgogne, 
an linurg des Kiirnes, 1452 : une oie, cantonnée de 
(|uatre étoiles. T. : nn ange assis. L. : S lan van 
. . n llove (Uiid., I. 93, 9G). 



trude, a Lou\ain). 

— Lijsbelle, Sijmoens dochlerevan der liane, irediiice 
van wijien mer Joos uitlen lluve, ruddere, reçoit 
une rente sur l'espier de Bruges, 1481 : parti; au 
l-'-, trois jumelles; au 2-', trois tètes de coq 

(Banck). T. : un ange. L. : van der 

Banc (C. C. B., Acquits de Lille, I. 380). 

— Guillaume van den Hove, tenancier de la chambre 
destonlieux de Bruxelles, 1485 : écartelé; aux !'■'• 

griffon. L. : Huve (fort endommagé) 

(Bruxelles). 

— Antonius vuten Hove, alias /edelere, 1493; An- 
thonius Zedelere. 1497, 130(1, 7, 10; Anlhoniim 
uien Hove. dietua Zedelere, 1310 : un sautoir échi- 
queté; au fr.-q. chargé de trois Heurs de lis (com- 
])letes). L. : S AîitTi vie llove als Zedele scabi luu 
(Abh. de Sainte-Certrude, a Loiivaiii). 

— It'i7/em Infjlien Itoyve, éche\ln d'Aix-la-Chapelle, 
149G : une tète et col de bouc, mouvant de la ixiiiite. 

C. : une télé et col de bouc. L. : Imjhen 

Hoive scab (l)uss., Commanderic de Bicscn, 

N-ei). 






1497 



(M. Schuen 


ans et Hôpital S.-Elisabeth, Hiiilenyue- 


den, c. II). 




- Nicolas nie 


1 Hove, conseiller au conseil de Flandre, 




ileau de Gand, un lief i7/ec, 1502 : trois 


jumelles. C 


: un poisson recourbé, engoulaiil le cq. 


i;. : di'uv 11 


n. (l-iets, N" 2707). 



— Juhannes van der Hoeven, échevin de Louvain, 
l.oOtj, 8, 9 (n. st.), 10, 21 : cinq fusées(!), rangées 
en fasce (non accolées), accompagnées au point du 



chef d'une tcle de bélier, posée de face. L. ; S 
lohTs vander Uocum scabini louan (\hh. de Saiiite- 
Cei'trude, à Louvain). 

Hoeve[ii], Hove[n], etc. Jean van Ifove, éclieviu 
d'Aei'scliut, 151:2; dil sceller de son propre sceau : 
une rose, surmontée de trois pals retraits, chargés, 
chacun, de trois coquilles. L. : S Fracisce{\) île 
Vvri(\)scaers(lhia.). 

— Jaspar Im llove, bourgeois de Cologne, 1îil8 : 
trois lasces, accompagnées en chef à d. d'une étoile. 
C. : une étoile entre deux cornes de bœuf. L. : 
laspar Im llo/J\\iuss., Schrein Sanct-Gereon, 1. 12). 

— Mc"l;is Cutenhove, chev., président du conseil de 
Hoiidrr, |,";21 : trois jumelles et un Ïambe! broch. 
Mil l:i I". C. : un poisson recourbé, engoulant le 
(11. S. : dtu\ lions (Duss., Clèves-Mark, N» G79). 

— De VTOeme Joncher Andrijes van den Hoeve se. 
poiu' les échevins de Simpelveld, Iti-ii : une croix 

engrélée (un peu fruste). L. : S A va lia . . . 

(Chartes des ducs de Brahant). 



Hoeve[nl, Hove[n], etc. Jean van liove, h. do llcf 
(lu llauKiiil, KHI, à Ath : une bande, accostée de 
deux ehjiles. e( une bordure (simple). S. : un 
L. : rail llove (M. Ilulin, il Gand). 

— Mallii 

Ki.'ii : l>iif o;;ivil; siius m\ dais, l'arcl 
bout, avant ;i m's pieds, ii s., la partie sup. il 
porteur de ciiige (?) ; au bas : un écu ii trois feui 
di- laurier, 2 posées en chevron renversé, la ;!'■ 
pal bi'och., les liges liées. L. : >^ S d Mntlhiae 
den llove arcliic ineM (Chnites des ducs de I 
bant) (voir Banck, Boussu, Fierens, Prie- 
mersheim (pnssim), Harscheidt, Hâve, 
Haven, Hoede, Hoije, Horn, Curialis, 
Linden |1:174|, Rivieren). 



— François de le Hâve, h. de fief du Hainaut et de la 
cour de Mons, lîio2 : une bande de cinq losanges 
et un semé de billettes. C. : deux derai-jauibes hu- 
maines, les pieds en haut (Mons, Abh. de (Ihiskii- 
ghien, N" SSO-i) (PI. 9, lig. 232). 

— Josse van der Hoeven, échevin de Malines, 1393, 
150G, 7, 8, H ; chevalier, 1G23, 8 : trois cr 
au fr.-q. brochant chargé d'une croix pattée, alésée, 
et d'une bordure componée. C. : la croix pattée entre 
\in vol (Malines). 

— Maître Pierre van der lloeven, h. de fief de Cathe- 
rine Trijsens, femme d'Abraham van Eijcke, dans la 
sgi'e d'Aa, â Lembecq, 1597 : un corbeau ( 
accompagné de huit billettes en orle. L. : ►!< S Pelri 
van der lloevina (lloev in A f) (Greffes scabinai 

m\). 

— Nicolas de le Hove, h. de fief du Ilainaut, à Brai 
le-Comte, 1C12 : une bande de six losanges, acco 
pagnée de dix billettes, posées en bande et rangés 

■t bandes. C. : deux demi-jambes humaines, les pieds 
en haut. L. : S Nicolas de le Hove (M. Ilanon de 
Louvet). 

Par l'acte de 1612 (4 avril), Catherine Laurin. Y( 



- Pascal van Hove, échevin de Malines, 1007, 8, 12, 
7, 8, 20 : une marque de marchand (Malines) 
(lig. XXVll). 

— Jean van der lloeven, échevin i7/fc, 1041 : même 
écu que Josse (1393), mais le fr.-q. sans bordure. 
Même C. que ledit Josse (Malines). 



Hoevel (Henri van den),écuyer, caution pour Renaud, 
duc de Gueklre, 13.19 : une aigle éployée. L. : S 
lleinric van d Hovel (Was.Kiiaer). 

- (Jacques van den). échevin de Bois-le-Duc, M71 ; 
trois moutons il piloter; au fr.-q. broch., chargé de 
trois besaiils, ou tourteauî (.Malines). 

— (Ivaiii van den), inari de Dele, auparavant veuve 
de Bertrand Janssoen, laquelle tient, du Brabant, un 
fief a Druiiien, 1-190 (n. st.) : trois huchets; au chrl 
chargé d'iui lion léopardé (Av. et déii., N'" 2;i5(j) 
(\(iii Galen, Heuvel). 



HOEVELDE. Segher van llovelde, h. du comte d 

naiiilir. H', un acic du bailli d'Alost, 1303 : Iroi 
li.dnn- nnd.>, ii,iii,ii\. L. : ►î^ S Sigeri de lloecetdc 

(AlJlujUnnK 

HOEVORST (Arnould van), échevin d'Auv 
1300 : un chevron, accompagné de trois feuilli- 
tilleul, renversées, sans liges ^llépital Saiiih-r: 
helh, Builenyocdeii , c. III). 



Hoff, v( 



[• Hoeve. 



Hoffschmidt. Arnould de Uof^mii, é. iiy 
Jlohinioiit, Lesse, Sechery et Ui-iriinr 
roi de France le dénombrement iW si-, d 
sises au comté de Chimy, 1082 : ^■ln^\H■ ; 
gueules au héron essorant, tenant au lu 
let ; au S"", trois pals de gueules. C. 
essorant, iss., tenant au bec un annelet 
cirorouge)(C. C.B.. -«7131^). 





Pierre de Luxembourg, comte de Coiiversano et de Brie 

sgr. d'Enghien, chev. (1425). 

Fig. 2. Sceau caiicellé de Pierre-Albert de Launay, 

roi d'armes de Brabaiit (xvii« siùclo). 



i * Hofman (Guillaume) se. pour Aiidi'é vmii di'i- lii 
: % qui li(>nl, du chiUcau (leTei-mondi', un lli'f h (I|)\m 

( ^ l.-iU! : trois roses (Kiefs, N° -4208). 

Hofstade[nl, -stat, -stede, etc. Gn-mdus de 
lliilMwtrn. (■■ilie\iii de Malincs, 1310 : une tasce 
(|il;iiiir, non freltée). L. : q< S' Gerardi de lia .- 
. Uidc' (Alibaxe de N'azarelli). 



Hofstadefn], -stat, -stede, etc. Krancoii van 
Ilofstitdc, j:i(li> iin.M.niiicr :< liiisweiler, sous Rike ; 
i. I. : HT u.oiit.. l:i7i : trois Heurs de lis, i>. c. ; au 

irr ilinie (Hoile a einq rais. L. : S' Franco va iJof- 
stal (Cliarles des ducs de lirabant) (l'I. 9, lii;. 2:!1). 

— Henri van Ilofstade, prisonnier illec, sous le sire 
de Uotselaer; i. t. : 357 inout., 1374 : inie lasce 
Iretlée. h. : S' llenrici dicti de Hofsladen (Ibid.). 



— Thomas de Domislndio, villicus Sancte Marie de 
Tielt (Tliielt-Notre-Dame), 1313 (n. si.) ; Iniis roses. 

L. : ma. .an de . . ofnta . . (Abb. de S:iintr- 

C.ertrude, ii Louvain). 

— Franco dicliis de Uofslad, écbevin de Louvain, 
I3ia : trois fleurs de lis, p. c.; au fr.-q. brnch. ; 

plain, diapré. L. : . . Fracoi .... ofsta 

(Ibid.). 

— Jean van der Uofjsledc, h. du comte de Flandre, 
1331 : un chevron, chargé de trois aigles et accom- 
pagné de neuf croisettes, trois (2, 1) dans chacun 
dis coins supérieurs, trois (1, 2) en poir.te (Chartes 
des comtes de Flandre) (PI. 9, lig. 23,3) (voir Bloc, 
Sompeke). 

— Jùhannes (1) diclus Craije van der Ilofstal, miles, 
l'eeoitnn paiement du lirabant, 1338; marescalciis 
e.cernlus du duc Jean Ht, reçoit, du chef de la 
guerre anglo-française, nne indemnité, pour Ini- 
inéuie et Walterus dicUis de Qiiadcrbrmjghen, 
miles, qu'il appelle : nosler sociiis et coadjutor, 
1338 : une croix, accompagnée an l'''' cnntnn d'une 
corneille. C. : nne corneille entre deux cornes de 
bo'ur. L. : ►!< S' Gracie van d'IIofstal milil' 
(Chartes des ducs de lîrabant, N-^ 400 et 404) (2). 

(1) EtnonHÏ//.W,„„,,,aln<;inup|n,,,.Hlp,.-ltnrl.M.Al.PH. 



ri),l. 



par 



Udle 



nMechvlLi.. 



,ilU; \aii//o/s(adc;!(lilsde 
feu Gilles^ leur parent (iieve), a vendu ii Jean van 
den Dale, (ils de Jean, les droits qu'il avait hérités do 
d"« Alcit van Hoebertjhen, sa tante, et de Gérard 
van Hofsladen, son oncle, sur ledit toi de Maliiies, 
1384 : une fasce freltée et une bordure (simple). 

L. : S.(ji ofsta . . (Chartes des ducs de 

Brabant). 

— Etienne van llofsteden (et Ilostaden), chev., se. des 
actes de Sibeit van Kriekenbeick, 4379, et de Jean 
van Wijnhorst, 1391 ; tient en lie!', de rarchevé(|ue 
de Cologne, des prairies entre dem Rossebroiche ind 
Hofsladen, up der Arffen, im ample van Lelbergh ; 
acte donné il Zons, dans la demeure du déclarant. 
under Sent Pclers Turne, 1300 : coupé; an 1", un 
lion rampant, a la queue fourchée, posé à d. ; au 2'', 
plain. G. : un léopard assis, entre deux cornes de 
bœuf (Dnss., Col., N"* 1209 1/2, 1142, 1192). 



- François de le llofslede, dit le Cupre. i 



— Johannca <lc Hofsladen, miles, échevin de Malmr 
1318, rjl, 2. G, 7, 8 : une fasce freltée; au \r.-~ 
I leugé d'une aigle (Malines). 

— .Iran \:m Hofstade, bourgeois ûv Malincs, 13.',(j 
uiéun .■•eu (Chartes des comtes de Flaiidn), 

— Arnoldiis de Ilofjstaden, échevin i7(ce, 1301, 0, i 
une fasce tretlée, l'interstice en co'ur chargé d'i 
besant, ou toiu-tcau (Matines). 



— lioHIaiinic Miii Hofsladen, échevin de Atalines, 
liii'.i; h. ,\i- la sg'"' de Matines, 1410 : une fasce 

!.. : .s- W'illclm, de llofstneden (Matines et Charles 
,l,s ducs de Itrabant). 

— Cenirduit de llofstaden. échevin illec, 1418, 20, 
1, S, 0, 8-30 : une fasce trelléi'. surmontée d'un 
lambel. Cq. cour. C : un vol (?). S. : deux ours. L. : 
S Gerardi de Hofsladen (Abb, de Sainl-Trond, c. 13, 
et Maliiies), 



Hofstade[n], -stat, -stede, etc. Jcnii vaii dcr 
llofalad, siiiLeriiiecKter du duc de Iii:ih:nit, 1 i-2-2 : 
trois Heurs de lis, p. c. ; au fr.-(|. hi'ocli., dav^r 
d'un écussnn : plalii, au chef plaiii. Vi\ lili-l Jni.fli. 
Mif i'rcu. G. : une Heur de lis, p. c, eiilce ileu\ 
oirnes de bieuf. L. : S lolies tia der IhfsUul (Mous, 
Domaines de Hat, I) (l'I. i), li;;. iTo). 

— Jean van llofsfcde se. pour un l'eudataire du elià- 
leau de Teiinonde, a S' Gilles, l.«0 : parli ; au I", 









— Jean van llofstadcn, éclievin de Uenderbclle-Zwij- 
veke, l-iiO : une niai'iiue de marchand, accompagnée 
a d. de deux besanls, ou tourteaux, 1 en chef, 1 au 
liane. L. : . . . an van llofsladcn (Zwijvclx) (Fi^. 
WVIII). 

— Jilmii dr llo/laladt, h. de lief de M^r. Englelierl 
d'En^hicn, s^r. de llameru, dans sa cour de ïulii/r, 
I l(iO : trois losanges couchés, accolés en pal, lou- 
chant tous les bords de l'écu. T. : un ange. L. : . . 
Inn van dcr llofsla . (Abb. de Wauthicr-Uraini, 
e. lonv). 

— Curncillf van llofsla (!), lils de Jacques, tient, de la 
s.,'-' (le Wesseghcm, un lief ii L'rsel, liijT : un che- 
vron, aiToiupaguc de trois trélles (Fiefs, N» lOS'.IO). 

Hog|he], NouHoog. 

Hoghebaerts, \oii' Knibbe. 

Hoghenberghe. l'iiiliiipe \an Iluatjhcnbeiyhc, al- 
louer de liraine-l'Alleud, 1007 : trois roches, iss. de 
la jiointe, chacune sommée d'une clionette. C. cassé 
(.Noire-Dame, Anvers, papiers de la fam. Tlieijs). 

— (Henri van), h. de lief, ou éclievin forain, illcc, 
Uri:i. ;;(); se. pour un h. de lief de liraine-rAll.iid, 
l(i:;i : luriur éeu. C. : une chouelte entre un vol. 
!.. : .S llcndrik van flouy . . . berijhe (Ibid. et Abb. 
(Il' Waulliier-ilraine, N".i0n9). 

Hogendorp (Daniel van), cchevin de Itotterdani, 
lii:!l ; cLailelé; au {", une roue de moulin ; au 2'', 
une fasee bretessé et contre-bretessée, accompagnée 
eu chef de (piatre coquilles (abeilles?) et en pointe 



HogUenhuijs.An,n„|,l ,;,„ d,,,) rd 
trois llanchis (Hôpital Sainte-Elisali 



Hoghenhuys. Jean lloglicnlmijn (.sans paitii 
eelie\in d'Acrscliot, lol2: uncunirquede maiel 



■S hin va lluijlwlniij.s scabi acre (!) (Abb. d( 
<;rrlniili', a Lou\aiul. 

Hoghenwegh,- liv ;, - ,:r., ,irn) rc(.'oit ui 



HOGHEWYTS, voir Nicholas. 
HOGGELBACH ilujiilms de), arimjer, reçoil, du 

duché de lirabant, une rente féodale, par W rêceM'iir 

de Maestriehl, i;)U3 (n. st.) : une croix eujiréléc; 

au fr.-q. d'hermine (Chartes do lirabant, N" 17'J") 

(voir HUCKELBACH). 
Hognoul (IJislaehe l'ranchomme de), jadis prison- 



-■ d'Oup 



!7i : 



(\oii-MANYl. 



Hohenberg. Conrard, sire de Ilolieiitbcrrj, reçoit 
inie rente de Jean, roi de Bohême, comte de Luxem- 
bourg, Vi-2[ : un lion cour, et un lambcl broch. eu 
chef. L. : Secr' . . domiu' de Holilb'c (Liixciiiboiiry, 



- Ilanr 



l IIoli. 






N poi 



;:urrrc de Klaielie), i;irj7, 10 avril : dans le champ 
(lu sceau, un rq. cime d'un écran rond, chargé d'un 
poisson, posé en fasce. L. : i^ S' llans von llohm- 
bcrc (Chartes des dues de Lirabant, N" 072). 

S(;i-vice-> liJans la m(!ine gueri-e), 1307 (Ibid , N- U75). 

— Ainould, eomle de Iloenbcrch, sire ;i( dcr Vclt: 

(l.a r.oriMKn, ii.iicnt Cftow; d'IIenuan van ra.<lrl, 
-ih ,V\),i,.lh<.H,i,c. teiulalaire du Lum-iuIioiu.^, 



raie de Trêves, donne, a 
attestation relative a-l'a 



Cloth, Waldbott). 

Hohenstein. (Jallicrus de Hoenslein, armujer, 11. 
ilr r:ir(luM(|in- (le Ciildgiie, lui promet de le servir, 
m arinis cl c/Kr.s, cniitie Rolicit. comte de Nassau, 
l'iiili|i|ii' dl-riiliiii,;, ^l;^. de Grentzau, Everard, sou 



,/<• llulion^f (Diiss., Col., N» 87.tj. 

Hohnstein, voir Reuschenberg. 

HOhscheid. Jean \aii llcscheijde et Ainould, son 
lil>, iMocréé avec teii Janfoniin van Elvervelde, 
riiinic'iiiiriit avec le hh't de celle-ci, Jean v. E., et 
-1 ' ':i:n , .Y \ ,,i.r i.iiit Arnould recevra, du chef 
'!' ' i .i•l■randerhe!jrschapzaElver- 

\■■' I [i:iiiie somme et des revenus, 

!■ i: [ ' ' hretcssccct conti-e-lirelcsséc, 

-i: I ' iiKilelte. L. : S' lohis Uaij- 

\' I . mime icxy. h. : ■^ S' Àrnoldi 
il'' !l ■ : ' nii>s„ Jul.-Denj, No 554). 

— .\rnd Ilesscheyd, écuycr, caution de sire Jean 
d'Elverfeld, laOG : même écu ; un peu fruste en clirf 
(ruerlelle?). L. : ^ S' Arnuldi de Ile . ssei/d (Ibid., 
N" 7«n) (voir Elverfeld). 



Hoije (Maitre Jean), I 



Il /clcL 



n- de Uannclàn et Socrkin 



a Wilie 



un), liT.j : une fasce de trois (!j fusées, surmontée 
d'une meilelte (Alib. de Saint-Trond, 10). 

Hoijersz (IIoijct). échevin de Uollenlnm, {CIG : un 

'|"~i'' 'I'' 1 ' ■ Ni lailir aux épaules. C. ; lu buste de 

l'i^ni nilir Mil \.il I,. : .S' Iloijcr Hoijers (11.). 

Hoilch, Mjii LUTZINCRT. 



Hoineberch (Jean), cclicvin de Uatingen, 1307 : un 

ours rampant. L. : S luhan onc 

(Duss., Gliap. de Dusseldorf, N° 89). 

Hoir, \oir SELENCHY. 

Hoc (Corneille le), \\. de la Salle d'Yprcs, l-lfi2, ;i ; 

trois (-2, 1) trelles. C. : S. : L'écu seul 

subsiste et ce fragment de la légende : S t' - 

. . . Iluc (C. C. B., Acquits de Lille, I. 102). 

— (Corneille le), même iiualilé, I-IOS : une croi.x, 
cantonnée de iiuatrc trélles. S. s. : un griffon ac- 
croupi. L : .Corn... s (Ibid., I. 194). 

HOKELEM, \oir Heukelum. 

HOKERCKEN, voir SINT-AELBRECHT. 

Hochhertz (Josse-l-'rédéric), apotbicaire a Luxem- 
binirg, 17t7 : un cœur, percé de deux déciles, en 
sautoir, les pointes en bas, et, en pointe, un mont 
arrondi. C. : un vol (cachet en cire rouge) (Conseil 
privé, C.-236; A. G. I!.). 

Hochkirchen. Malhias de Iloi/nkirchen, écbeviu 
d'Aix-la-Cliapelle, 1330, 7, 8, 70 : une croix engré- 
lée ; au fr.-q. chargé d'une église. L. : >i< S Malhie 
de llol; . r/.e acliabini (Duss., Commauderie de liic- 
scii, N"' 37, 00, 70). 

HOCSTOTEN, voir Oem. • 

Hol, soir GROENENDAEL. 

Hole (Gérard der), Bunjmann des frères de Scbleiden, 
sgi'S. de Jinikeralb, 13-4i : de . . . il trois écussons 
plains cl au lambel ii cinq pendants broch. (Luxem- 
bourg, c. IV, 1. XVI, N» 13) (PI. 9, fig. 230). 

— (l'raiiçnis van dcn), jadis prisonnier ii Bàsweiler. 
Niu> l.niiis de Namiir; i. t. : 1231 1/2 moût., 1371 : 
trois ai>;les et un lambel il cinq pendants brocb. 
L'ecii su>iiendu au bec d'un aigle, émergeant derrière 
l'écu. S. : deux léopards lionnes assis. L. : S Fran- 
. . sci de llole (Chartes des ducs de Brabant) (voir 
LEFVINICH). 

HOLEZEYE (Jean van), jadis prisonnier i7/ec. 
sniîs k- sire d'Oupeye; i. t. : 72 moût., 137-1 : de 
Miir an lincliet en cœur; au fr.-q. chargé d'une bor- 
dure ,■< liaiicréc cl d'une croix broch. (!). L. : ►!< S' 
Inhiin de llnlezcs (Cliartes des ducs de lirabaul). 



HOLINGHE, ^ 
HoUain, \oir p. 



I Monnechove. 



Hollande (Giiillaiiiiu-, coiulc de), de Zi'hiinlc, loiiilc 
cl sgi'. Uc Frise, 1310, 37 : écaitrlr; dans cli:h|iR' 
(|iiai-ticr un lion. L'ocu posé sur imr niglc (Alili, 
(\c Saint-Trond, c. 5Ws). 

HoUanders (Dartliélomy), éclicvin do Léaii, l(3(5î> : 
1111 semé de ci-(iisettes. L. : ►p .S Bartcilomeiia llol- 
lnndcrs(IIeiilis.srm). 

Hollant Itenier) (et HoUand), fcceveur du quartier 
dr llriiMlIcs, qualilié, p;u' le duc et la ducliesse de 
Hi:ili:iiil, ();;.se;j ijelrmven knnpe, i:i72; se. pour 
.Iran \:iii Lovene, jadis prisniiiiier ii l)astteiler(i. t. : 
27 lunut.), dans la maisnie du duc de Urabaiit, 1371 ; 
se. avec .lenn de Jodoiiîne, 1371; receveur du duché 
de Itrabant, 1378, 80, 1 ; se. pour Léonard van 
Oesthovcn, jadis prisonnier :i Bàsweiler, 1378 : une 
fascc, accompagnée de trois (2, 1) oiseaux ; au fr.-q. 
brnch. chargé d'un lion et d'une cotice broch. C. : 
un chapeau de tournoi, sommé d'un vol aux armes 
de l'ccu. L. : S' Reijneri Hollant (Chartes des ducs 
de IJrabant et Lmh, N";i8) (PI. 9, lig. 237). 

Un ries sceaux de 1371 ost sans cq. ni C. L'inventaire 



— (Jean), chev., reçoit, du Brabant, des acomptes, 
par sixièmes, sur une créance de 5000 francs (gueiTc 
de Cueidre), 130G et 13n[S] : même éeu. C. : un 
chaiicaii de tournoi, sommé d'une tête barbue, cer- 
clée. L. : S her lohan Hollant (Chartes des ducs de 
Itrabant). 



HoUogne (J( 
l.i 17-38; de 



l'ollaiii de), é 



in itlK. 



HoIIants, voir Vitseroel. 
Hôllen. Nicolas van di'r /W 



■■>h S' Nico de Jn/crno sc[a:'] 
lir Hellen). 



!'■ iliainp du sceau, un fermait 
'■ /'/(/ lohis e Hoilvels (Lim 



îaux : A, écartelé ; aux l"'' et 4' 
ion brocli. ; au 2« et 3', un lioi 

C. cassé. L. : . . loh le Pôle ; R, u 

biirelé et trois lions broch. C. cassé. L. : . . M - 
le Pol ... esqs de Lie . . (C. de II.). 



— (Itaudoiiin le Polain de), échevin illec, vers 
un bin'clé et trois lions broch. C. : une téti 

de loup. L. : S nalduwin (C. 

(voir Polen, Waroux). 



\m : 



HOLZ (Holsz), 1 



r Berck. 



Holzapfel. Jean Hoiltzappel van Daiseiilieim ;il;iv 
senlieim?) se, ii Ca4-(e/terc/i (Kasselburg), un acte 
de Gérard van Blankenheim, sgr. de Castelbejch. 
13G7 : une bande ondée-cntée. C. : un oiseau entre | 
deux cornes de bœuf (Duss., Jut.-Berg, N" 798). 

Holsbeek. Henri van llolsbcke, reçoit, du Brabant, 
des acomptes sur une créance do 17 1/2 vieux éciis 
(guerre de Gueldre), 1393, U, 6, 8 : plain ; au chef 
chargé de trois pals, surcharges, chacun, d'un mail- 
let penché. L. : Sigitnieinrici de llolsbcke {amk>. 
des ducs de lirabant). 

Holzbilttgen. Hère Jolian van Itoutbudich, che\., 
scelle un acte du sire de Krieniersheim, 13(m : un 
échi(|uetc. L. : S loliis de ....podich (Uuss., 
Orange- Moers, N» 20). 

— Jean van Hoiltzbutghm déclare s'être arrangé, 
avec l'archevêque de Cologne, du chef de sa gestion 
des bailliages et château de Ude (Oedt) et de Kcm- 
per., sauf pour 25o0 11. dont il avait payé une partie 
a .\dfllphe de la Mark, comte de Cléves, parent (neve) 
iliidil juékit; il est nommé bailli A'Ude (Oedt), 
1 373 : un échiiiucté. L. : S Uni lohis de llolcbodicli 
ll)ll-^., Col., .\'> 938) (voir Neersen). 

Holset. Wilhelmus de Ilolseit, miles, se. avec llen- 
• Htiekclhach, un acte de Laniberlus ilc 
e (SlrijUia^en) et de ^\'enemarus de Reters- 
, en enliant au service militaire de la ville 
;nc, rcnniiceiit il réclamer, de celle-ci, une 
li' iW tniit, préjudice de ce chef; lo avril 
une cniix engivlée. L. : ►J. S' U'iV/e/mi 



'i;(Vill 






HUCKEL- 



— Siuinn van llolveh, jadis iirisonnier a Bàsweiler, 
Miiis le didssard de Luxembourg; i. t. : 211 minit., 
1371 : un fermait en losange, accompagné en chef y 
d. d'un annelet. L. : .S Simoen van lloelvel . . 
(l^bartes des ducs de Brabant). 

Hollogne (Baudouin de), échevin de Liège, 1,321 
(n. st.) ; de ... a douze burelles et a trnjs li 
cour., broch. (C, de B.). 



— Macs van Itolsil. der aitdc. de do vure ghenumpt 
ia Wdlein, Moes (Thomas), son lils et son hoir légi- 
time, et Simon van den Briighe, des rorghenumdcn 
Moes brader son, renoncent Ji tous les biens de 
l'Ordre Teutoiiique, situés il Voch (Vais), qui ont 
appartenu b Simon et a .Michel, son frère, tous deux 
petits-lils de Simon van der Jiinclwyt, 132.'), in Sent 
Marcs ovende : une croix engrélée et un bâton 







PI. I-XVI. 

Kig. 1. Sceau des échevin^ de Rethij {xiv sièclei. 

Fig. 2. Sceau des éclievins de Berlaer (l" moitié du xvii" siècle). 

l'ip. 3 Sceau des éclievins de Berlaer (aux armes de Ci'oy et d'Oifrnies) 

(milieu du xviii» siècle) (1). 

Fi);. -1. Sceau des échevins de Berlaer (aux armes de Merode et d'Oifrnie 

((in du XVIII'' siècle). 



Holset. Thninas van lloliil, cliev., drnssard de Rol- 
iliic, 1370, \ : une croix engi'élée. L. : S lier Mois 
vnn llolseil (Chailes des ducs de lîrabant, N" 240.1, 

Hc). 

— Tliomas van Hotsit, cliev., reçoit des paiements du 
liiiii4i:i\i' de balliem et du receveur de Limljnin-g. 
i:i7t, H, Kt : même écu. L. : * S' Uer Main van 
lluhi/t lliller (Cliartes des ducs de Braliant). 



le Holsi 



:« Julie. 



f 1181. Voir aussi Bull, de la Soc. d-nrt et tftiist. di, 

— Macaire van Holsate, jadis prisonnier il Bàsweiler, 
sous le sire de Witttiem ; i. t. : 4o moût.. 1374 : 
même écu. brisé d'un lnml)cl et d'un bâton en barre, 
Liroch. sur le tout. L. : Keris icon lloUol (Chartes 
des ducs de Urabant) (l'I. 9, lig. 228). 

— Marcelle van Hohele, échevin de Saint-Trond, 
t i'JO : un lilet, accompagné de six merlettes, rangées 
en orle (Abb. de Saint-Trund, c. 10). 

— Marcelle van //o/iefe, échevin iUec, 1ÎJ03, 7, 8 : une 
bande, chargée en chef d'un écuss., à la croix en- 
grélée, et accompagnée de cinq merlettes, 3 à s., 
2 k d., rangées en orle (Ibid. et Ordange) (1>I. !», 
lig. 2.S9). 

Holzheim. Wynant van Holtzliem, bailli de i'arclie- 
vc(pie de Cologne, zu der Hart (llaardt), 1392 : 
une croix de onze besants, ou tourteaux. C. : un vol. 
l. : S Winanl va Hoi/Usheiim (Duss., Col., No 831). 

— Ileitghin van Houlizheim se. nu acte de Pawyn van 
llrimhenj, bailli de Rheinbach, 1395 : nne croix de 
di\ hesaiits, ou tourteaux. L. : S' Heityin van Hoils- 
heim (ll.id., No 1183) (l'I. 9, lig. 240). 

Holstein. Elzabe van Iloltslien, abbesse du couvent 
^éculiel■ d'Elten, 1383 : une feuille d'ortie (Getd.) 
(voir Lembeck, Schinnen, Staël). 



Holzweiler (Les échevins de), 1340, 1 : un lion 
(l)iis^.,7H/.-«ery. N>" 431, 435). 

Holte (Godefroid et Henri van) vendent à Adolphe, 
comte de Clcves, den hof la Derlo (liaerl, Uarlo?), 
Egelkokshoi'en to LUtken-Berlo end nUkenshove 
to Lutken-Berlo, etc., 1370 : tous deux ; deux fasces 
bretessées et contre-bretessées (Duss., Clhv^-Miirk. 
No 395) (voir Horn). 

Holtei. Theodericus de HoUloije, témoin a ini acte 
à' Engelberlas de llorsl, 1319 : trois broyés. L. : 
<i<STh {Dass., Jid.-Berg, N» 237 1/2). 

— Oossuin IloUhei, caution pour Englebert, comte de 
la Mark, 1389 : même écu. L. : ^ S' Goswini dicti 
Ilolleye (Duss.. Clèves-Mark, N» 523). 

Holthuizen. Arnould van Hollhuesen, drossard de 
Huessen (Huissen), h. du duc de Clévcs, 1418 : une 
fasce, surmontée à d. d'une étoile. L. : S Arnt van 
Hollihvse (Duss., Ctèves-Mark, Nos 74G, 750) (voir 
Keeken). 

Holtorf. Jean van llullorp se. un acte de Gérard van 

Wiildendoi-r, 1.117 : nue fasce, surmoulée a s. d'un 
aigle essorant. L. : vj, .SujUlrm lohan Ilolldorp 
(lhid.,N0 749). 

HOMBORCH, vnii Forstbach. 

Homburg, Noir Sayn. 

Homoet. Hciu'i, sgr. de llomucl, chev., juge en 



etc.). 

- Henri van Hoemoet, juge en Overbttuwe, 1303 : 
même écu, brisé d'un lambel brocli. (Ibid., N» 49). 
(l'I. 10, fig. 241). 

Gelre donne à j'a m va Homoet, Uueidrois : de gueules 



— Johan van Uoemoel, zoen to Hoemoet, ta Wissclie 
ende ten Dorenweerdt (Doorwertli), se. le ti'aité des 
nobles et des villes de Gueldre, 1418 : parti; au l''"', 
deux lions léopardés, rangés en pal (Wisch) : au 
2'', une fasce entée. Cq. couronné. C. : un ours 
issant. L. : Sigiltwn lohanis de Homoet (Arnheiii, 
Rekenkamer) (voir Neersen). 

Hompesch (Renier van), abbé de Hornbach, scelle 
un acte des époux van Ruijsschenberg, qui l'appellent 
unssen lieven oemen ind swager, 1448 : dans le 
champ du sceau rond, sous un dais, l'abbé debout, 
la partie inférieure couverte d'un écu parti; au i", 
un sautoir engrélé ; au 2^, une fasce, surmontée de 
trois merlettes. L. : Secret' Reineri abbalis monas- 
tenj i Hornbacho (Duss., Saint-Pantaléon, No 332;. 



Hompesch. Henri van Ihtmpesch. sgr. de Wici 
rade (Wickratli), maréchal du pays de lici'i;, dirN 
l-il):i : un santoii' engrclé. C. : un chapeau de tourno 
i;arni de deux i;cèves. L. : S lleijnrkh uan II . ii 
pesch ritter (Uiiss., Oranye-Mtjers, N»s 98-100). 

Hon (Jehan di'), h. du fonitc de Naraur, 1379 : trn 



— (Jehan de), homme do lie! du llainautet de la cour 
de Mciiis, li(i(i : trois oiseaux. C. : on voit une partie 
d'un vol (Mons, Sainle-Waudru, Q, 1. Quùvy, M-'M). 

Hond. ailles li Kiens de Testerep, ehev., scelle, 
cftuime seigneur, un acte relatif ii la vente, par son 
cousin, Tliuman ti Kieii[s], d'un lief tenu de lui, à 



— (Julianites diclus), échevin de Malines, 13-iî! : trois 
cliiens hraipies assis (Malines). 

— Scyir de llonl van Heghem (Eeghem), 1310 : trois 
chiens élancés (Chartes des comtes de Flandres). 

— Nicolas de //onii, écoutiïte de Guillaume vanStavele, 
iKU'grave de Furnes, in 't oust JJpre ambachl van 

|ia^né en pointe d'un lévrier élance. L. : S Clais 
(C. C. U., Aci|uils de Lille, I. 89, 90). 

— Soi/erle Ihnt, hailli deBlankenberghe et d'Ostende, 
Ki'.i" : un chien braque passant. T. : un ange. L. : 
S Ilunl (Ibid., 1. 38). 

— l'ii'lrc le Ihmd, échevin de Nieuport. 1403 : \m 
cliiru lira(iue élancé. T. : une d'ie. S. : deux léopards 
liunués. h. : Siijillu ond (Ibid., I. 189). 

— Jehan le Chien, receveur général de Flandre et 
d'Artois, 1403, 7; homme de lie! du comte de Flan- 
dre, au pays de Waes, 1407 (il signe, en 1403 : 
J. de llundj : deux lions alTrontés. C. : une télé et 
toi de more. S. du cq. : deux lions. L. : Sigilluin 
lan d...nl (Ibid., I. 13-14, 78-79, 177). 

— Siichiiliufi drn Ilunl, diclus van Balenborch, éche- 
\iii .W l)rii\rll, ... |.i|-2 : écartelé; aux 1" et 4^ 
iiii ( lih il ;i,M^; ;iii\ ;>i' et 3«, une bande de cinq 
l(l^:lll^^,. .Sur \f huit, un écusson a la bande ondée. 
L. : S Nichulai di . . de Ihnt (Bruxelles). 

— Jehan le Chien, [il Cille, receveur de l'abbé de 
Sainl-I'ierre, près Gand, pour le pays de Waes, 



1 12-J, 4, C> ; l'eceveur dudlt abbé pour L'Kchi.'sf, 
11^11, H, 31, i : un chien braque passant. T. : un 
ange. L. : S lan de llont f Gillis (C. C. li.. Acquits 
de Lille, 1. 238-9). 
Hond. Jean Dliond, échevin d'Ypres, 1423. 7 : trois ■ 
chiens braques passants. S. s. : un aigle (Ibid., 



bu,(.h, une rcntr sur la sg'-'-^ de Cruijbeke, 142(1, 

pagnes en cœur d'un croissant. L. ; S Sijnwn de 
//o«/(lbid., 1. Uu-(iG). 

— Félix lie» //o«( scelle, pour un tiers, une quittauce 
relative ii une rente sur ie.spier d'Alost, liiH : 
même écu, sans le croissant. L. : Félix de Ihmt 
(Ibid., I. 371). 

— Pierre île llimd, bourgeois de Bruges, 1443 ; époux 
de Catherine, lille de .Simon van der Banc, reçoit 
une rente sur l'espier de Bruges, 1440 : trois chiens 
élancés. T. s. : inie d"'. L. : S l'ieter de llont f 
lacobs (Ibid., I. 43 et 378). 

— Jacques de liant, échevin de llulst (Flandre zél.), 



1 poil 



:S.. 



. de llonl (Ibid 



I. 23d). 

— Jean Dhont, llls de Pierre, reçoit une rente sur 
VespieT de Bruges, 14o2, G, 60, G3 (n. st.) : trois 
chiens élancés. L. : S" lan de Hont f Pielers (Ibid., 
I. 378-9). 

— Barthélémy de Hont, receveur de l'abbaye de Saint- 
Pierre, près Gand, reçoit une rente sur le pays de 
Waes, 1409 : un lévrier élancé, surmonté d'une 
étoile. L. : S Peler de (Ibid., I. 240). 

— Jean de llondl reçoit; mie rente sur l'espier de 
Bruges, 1473 : trois chiens élancés, accompagnés eu 
co'ur d'une étoile ii cinq rais. T. s. : une d"'. L : 
n(/fie/ers(lbid., 1.210). 

— Jan de Hond, filins Jans de Grossier, limu ^•ii>i> 
de Bruges, reçoit une rente sur Vespier ilU'c, 1 IKl, 
S, 8 : trois lévriers passants. L. : . lan de . . . . j 






. . . (Ibid 



I. 380). 



— .\ntoine de Hont, échevin de Bruxelles. 1492 : 
écartelé ; aux i'^' et 4', trois tours, ou portes créne- 
lées; aux 2'= et 3% trois cônes. C. : une tour, ou 

porte do l'écu entre un vol. L. : de llont 

(Bruxelles et AUllijhcm). 

— Michel de llondl, honnne de liet à la chàtellenie de 
is tiges verticales. 



L. : S Michiel de llor 
1. ;i9, GO). 



(C. C. B., Acquits de Lille, 



tlond. (Jillcs de Ilondt, fils de r.uillaiimc, ticnl, du 
fouilc di' Kkindre, un lict a Saint-Nicolas (W'aes), 
l.'ii:; : un ÔL-m'cuil, accompagné en chef à dextre 
d'une éloile a cin([ rais. C. : nn écureuil issant 
(Ki.rs, N" 7029). 

— Itarlhélemy de Hont, éclievin de Petegliem, 132-2 : 
ini chien, passant a senestre (Deijnze, c. K.). 



- (;eoi-t;csde Hondl, bailli de lu coni' féodale de la 
liarninne di- .N'eu'le, 1010 : un chevron, accompagné 
wi chef de deux étoiles et en pointe de . . . (cassée). 

C. : un chien issant (?). L. : . hori o. . . i.M. 

Iliilin, a Cand) (voir BATENBORCH, Brade- 
rie, Braem, Smet, Zwinemersch). 



Hondelange. Jean van Uoddelenghe, chev., jadis 
lin>ouuier a Uasweiler, sous le comte de Saint-Pol ; 
i. t. : 200 moutons, 137-i : une croix ancrée, cliar- 
;;ee en co'ur d'une tête de lévrier, posée de face. L. : 
►f< .S /e . . . de Hondeletuje (Chartes des ducs de 

Hondeloese. (Ghercm de), échevin de Itrnxclles, 



Hongher ((7ai(s die), 
On.jher et de lluiujh 



li Uoiujher, tout court, 
'e(;oit, du Urahaiit, des 
s et des chevaux perdus, 
de Flandre, 13o7 ; plusie 



u proii 



. Troi 



;s; .V, dans le champ du si 



ic foi. L. : 



me. L. : >J< Siijillv Siclavs Uiiylier (( ;i 
••s de brahant) (voir Hungres). 



Hongrea, voir Jehain. 

Honyn (PerdtevaetJ, échevin d'Yprcs, 1460 : un 
chevron, accompagné de trois éloiles (et non de 

coquilles). L. : Hon . . (La partie 

supérieure du sceau est cassée) (C. C. li., .Vcipiits de 
Lille) (voir Hoonin). 



Honnef. Lambertus t 



lltiit[n]cijlte, miles, c 



Hondicr iHoudier'?). voir MARCHIN. 
HONnSBORCH, voir DUVEN, Malle. 

Hondschoote (Gauthier de), chev., 127.j ; d'hermine 
a la lunde (non chargée). L. : 4< S' WavtieT de 
llûndciliule cevalier lArch. Nat., à Paris). 

— Jeanne, dame de Ihiitscole, reçoit, du duc de 
Ituiirgogne, une rente viagère de 238 livres de gros 
luuniois, sur le tonlieu de Daninie, 138i : dans le 
champ du sceau rond, dame debout, tenant deux 
écus; A, d'hermine îi la bande, chargée de trois 
c»(|uilles; 1!, cassé (C. C. B., Acquits île Lille, I. 280). 



- (Les échevins de), 1374 : un échiqneté et ui 
(il i pendants?) brochant (LS-wenburgj. , 
de l'écu un saint. L. : S' coninviie (l) scabi, 
Ilvnplie (Diiss., Col., N" 902). 

Honnecourt (Waleran de), lils de IVu imble 
iHtjr. liL-narl de lluncouTt, chev., tienl, d 
de Namur. un lief a FlorelTe, 1338 : un lion ci 
il la queue fourcliée, et un semé de billrl 
S' Walran de v.. {Nainur, .N" .'i'.!! 



tîonnecourt. Giiy de lloucourl, chev., et sesvaricts : 
Jean Dammiseel, Guillaume van Phili.ttâs {l'Iiilis- 
ras ?) et Gilles de Mersenere (onsen ghesijnden), tous 
jadis prisonniers U Basweiler, sous la bannière de 
lUmcouit: \. t. : 2:il3 l,;i moulons, 1374 : un lion, 
a la .pM-ur luurcliée, el u]| srmé de bilIrUt's; écusson 



é (queue 



— Sire Uenaud de HoncouH, chev., prison 
sous Clulinc, bailli du Urabant wallon 
-}.-;7 1/3 moutons, I37i : un lion couroni 
simple) et un semé de billettes. Cq. coure 
une léle et col de cygne (!). L. : S Renavl de ifocôr 
siy'eiir de Beriamu jCliartes des ducs de Urabant). 

I/aimorial de la fln du xiV siècle, publié par Douet 

Hônnepel. Rolgerus de Honepel, dictus de Empcl, 
nrmiycr, cousin de Roger van Heeckcren et de sa 
IViiime, Odile, 130i : une fascc, surmontée ;i dextre 
d'une merlette (Diiss., Col.. N» 838). 

— Ileie Arnd van Hoonplliel]! , chevalier, scelle un 
acte du sire de Friemershcim; sur la queue de par- 
chemin, son nom est orthographié : Hoonpul, 13GG : 
un lion couronné, accompagné d'un semé de « clo- 
chettes . de vair. L. : o..i de II 

(I>uss., Orange-Moers, ÎV'» 29) (voir AJpen). 

— Luijss van Ilonapet ind van der Empel, écuycr, 
scrile un acte d'Arnould van Alpem, sgr. de Ilonnpel, 
l;!S8; lAitze van Hoitpel eiide van der Empcl et 
Calliriiiif, sa femme, transportent à Ai'nould van 
I.rps, au profit du comte de Clèves, dut guet ioe 
Il (')i('/( eiide dat guet ter Oesteru-ijc, 1394; il cède 
au luriiir c(uiite den wijnt ind dat gcmale in der 
lli ttvr (liutler^au), ayant appartenu k ses ancêtres. 
13'Ji : une lasce, sni'inontée d'une merlette, au point 
du dief. C. : une tète de taureau. L. (1388) : S' 
Lvtze de Hônnepel {Duss., Col, N» 1118, et CU-ves- 
Mark, S»^ 573, 570). 

— Luijsse van der Empel (et IJmpel), chev., homme 
du comte de Clèves, UIO, 8 : même écu. ('.. : un 
rencontre de bœuf. L. : S' Lvlse de Hônnepel (Duss., 
Vlcies-}rark, N'»^ 070 et 750). 

— Jean van Honepel, dit van der Empel, le jeune, 
riM'oit, du ciunte de Clèves, un acomple sur ses 



Hônnepel. Henri v 



> Honepel, homme du duc dn 
Lllèves, 1.118 Miième écu (Ibid., N» 7SG). 

— Litij.is Honepel. drossard ;i Isselbnrf;, 1.117 ; liomiiip 
dudil duc, M 18 : uicine écu, brisé en chef a mmk ^lic 
d'un auiirh^l. L. : S I.vis van Hunepvl |l|i„l,, 
.\'- 7-10 cl 7;i(i). 

- Hntger vnn If.mpcll el Tlclij. sa femme, vendent 
un,' UMTi- ^1 /.e»rn(l.eru«,.M), M-iri; //c/,/ ; parli ; 

Honniael (Jean), jadis prisonnier ii Basweiler, sous 
le sire d'Oiipcye; i. t. : 330 moutons, 137-i : un 
burelé, chargé de trois lions couronnés et d'un lain- 
bel brochant. L. : ^ S Hwechen Hwchen (sic!) 
(Chartes des ducs de Bi'abant). 

Honnorez. Renewar Honnoiire, homme du comte de 
Namur, 144i : un croissant, accompagné de six 
croisettes recroisetécs, au pied liché, trois (2, 1) en 
chef, trois (2, 1) en pointe (Mél., c. loG). 



n de la haute ci 



r du Feix, 



11 vol. L. : .S lolmniiii 



- Jean Honnere, homme de fief du comté de Namur, 
1477 : même écu. C. : un chapeau de tournoi (?), 
garni d'un vol. L : HoTiore (C. C. M., c. 108i. 



HONSBROUC (Paul van), éclievin de l'empei-eur 
dans sa sg'"' et vierschaer du métier de Hunlede 
(Oïdede), daiis le métier d'Ypres, 1525 : un lé\rirr 

elaiice, sur une terr;issr (/Vi/«:c, c. I..). 

HONSBURCH, \»ii DUVEN, Malle. 

Honsdorf, \ûii' Randerath. 

Honselar. Lufo de Hiiijnselar. miles, a vendu a 
Thierry, comte de .Moers, lione.Htos viros nostros 
falcles, 



Arnoldiiin van Dirnheipn, Juliaii- 
iiein van Dreven, Henricnm . orloyscli et Craislia- 
/uiinde.MolenOrukeiyhihWubvokhj.cumuniversiset 
sinyulii: boni.'i allodialibun ubivunque loconnn silis, 
prout ea a nubis in feodiim tencbant, 1341 : plain ; 
au chef chargé de trois merlettes (Duss., Orange- 
Moers, N" 10). 



- Karohis de lluijnselar, fi'èr 



udit Lufo, I.Tll 
Il du chef). L. 



fi van den Velilc, chev., scelle un 
«te (lu couvent de Meer, 1370 : ccartelé; aux 1" 
fl i', plain ; au chef de quartier chargé de trois 
miTlettes; aux 2» et 3^, une lleur de lis. L. : >i> S' 
lokan van den Velde riUer (Duss., Jul.-Derg, 
.V0I9). 

— Jean van Honslaer, dit van den Velde, chev., 
rfs'oil, du Urabant, des rentes sur Rolduc, resp. 
Fauquemont, 1379, 82 (ce dernier acte dit van den 
Velde, tout court), 84 ; deux sceaux ; 1", 1.379 -. môme 
*cu qu'en 1370 ; L. : S' lier lohan van Ihm . selaer ; 
tf. 1382 : même écu ; L. : S' Her lohan van Iluens- 
ttlie' (Chartes des ducs de Brabant). 



— Arnould van Ifonslar el Alverait, sa femme, ven- 
dent a l'archevêque de Cologne, suzerain de ce tief, 
l'avouerie de Wylke (Wjllich). dans la paroisse de 
ce nom et au pays de Lynne (Linn), que ladite dame 
avait rc(,'ue en dot de son père, Bernard [van] Zop- 
pculiroich, 139.j : plain; au chef chargé de trois 
tiuTlcltes (Duss., Col., N" 1188). 

— Gossuin et Charles van Honslar, frcVes dudit Ar- 
nould, scellent l'acte de 139.')i tous deux • même écu 

(llud.). 

— Henri van Honseler, drossard de Buren, scelle un 
accord entre Gisbert van Bu[e]ren et Jeanne van 
\Vij[liel, sa stt'ur, H82 : même cm (iVassenaer). 

— Gossuin van Honsseler, un des parents de Gisbert 
dir Kock, le vieux, et arbitre pour celui-ci dans un 
dilTerend avec son frère Gisbert, le jeune, 1509 : 
même écu (Geld.). 

— Vûimrr van lloijnsler scelle le contrat de mariage 
de son cousin Guillaume van Eijll, lS3o; le sceau 
est tombé (GeldJ. 

— Gauthier van Hoensseler et Anne van Elderen, sa 
femme, assignent, à titre de nouveau gage, à Gérard 
van Elderen, un bien à Elst (Overbctuwe), Anssum 
van Eldereti et Elisabeth, sa femme, ayant con- 
stitué audit Gérard van Elderen. tuteur de leur 
tille Claire, sœur de ladite Anne, une rente sur un 
bien dans le Hervelderbroeck, 1538 : coupé ; au 1", 
trois luerlettes, rangées en fasce; au S'', plain 
(CM.). 

— Henri van Honlzelair, drossard du pays de Buren 
et de neusichera, 1561 : plain ; au chef chargé de 
trois merlettes (Geld.) (voir Eger[en], Elderen, 
Gueldre, Zoppenbroich). 

Honsem. Jean van Honseem, échevin de Tirlemont, 
1300 : une croix, chargée en cu'ur d'un écusson 



DE Raadt, t. Il 



fruste (de vair \\ la fasce?) et cantonnée de douze 
merlettes, trois (2, 1) dans chaque canton. L. : ►f. 

S' lohis va lions . . . . cab (Abb. de Sainte- 

Gertrude, a Louvain) (voir Dalhem). 

Honsem. Robertiis de Hontsem, échevin de Léaii, 
1453 : une fasce de cinq fusées; au chef chargé de 
trois coqs. L. : S' Robert! de Hontsem scabi' tewen 
(Abb. d'Orienté, c. 2, A. G. B.). 

Honssem. Jean van Onchem, fils d'Adrien, homme 
servant de d"' Barbe 's l'apen, lille de Jean, sa mère, 
vassale du Perron d'Alost, 1311 ; scelle du sceau de 
son dit père ; un lion et un semé de billeites (Fiefs. 
N" 4748). 



HONTBEKE (Houtbeke?) (Ar 



tle). 



1438 : un saut 

côtoyant le sautoir. L. : eke 

(C. G B., Acquits de Lille, I. 42). 

Honthem (Gérard van), écoutéte de l'abbé de Saint- 
Trond. 1341 : un animal (chien?) rampant, con- 
tourné. C. cassé (Abb. de Saint-Trond, c. 13). 

Hontins, voir Moerkerke. 

Hontoir. Jehenmns Abous de Uonloyr, échevin de 
la cour d'Anhée, 1342 : un faucon, accompagné en 
chef a senestre d'une étoile. L. : % S' le Aboi de 
Ilotoi (Namiir, N» 060). 

— Colignon de Hoiiloyr, échevin de ladite cour, 
1342 : un faucon et un bâton bretessé brochant. 
L. : de Honlo . . (Ibid.). 

— (Jean de), homme du comte de Namur, 1353, 5 : 
un faucon et un bâton (simple) brochant. L. : ^^c 
S' lohan de lloloies (Ibid., Nos 78O et 789). 

— (Jean de), châtelain de Bovigne (Bouvignes', 
homme du comte de Namur, 1360 : écu cassé. Cq. 
couronné C. : une tète et col d'aigle (faucon?) 
(Ibid., i\o 897). 

— (Colard douj scelle le contrat de mariage de Wate- 
let de Seit, avec Marguerite, lille naturelle de Robert 
de Namur, 1382 t un chien braque assis, accom- 
pagné en chef ii dextre de C. cassé (Ibid., 

N» 1138). 

Hooft. Jacques Hovet (sur la queue de parchemin, 
on lit : Iloe/t), hôtelier à Bruges, 1324 (n. st.) : un 
sautoir, cantonné de quatre têtes imberbes, avec 
cols, posées de face. L. : S' lacobi dci Capitis 
(Chartes des comtes de Flandre). 

— Jehans Hoeft, échevin de Bruges, 1329 : trois 
(2, 1) têtes imberbes, avec cols, posées de face. L. : 
S lohis Cnpvt {\hiii.). 



Hooft. Jean Iloefl, échevin deMalines, 1346, 9 : trois 
têles de femme, chaporonnées, posées de prolil (Jla- 
lines). 

— Uombaut Hoefl, bourgeois de .Malines, 13oC : même 
ccu; au franc-quartier brochant, cliargé de trois 
croissants (Chartes des comtes de Flandre). 

— (Anioiild) (Ihefl, Hood, Hooâl), éclievin iUec, 
l:i«.i, !i, !i;i, (j, HOO, 9, 10 : même écu, mais au 
lr:iiir-i|ii;irtioi' brocliaiit, d'iiermine à trois pals 
(Heelt?). (',. : une tête liarbue, coiffée d'un turban 



I la bande. 






mit. L'éc 



quatre an^es, 1 eu liant, 1 en bas, 2 aux cùlés, la 
partie intérieure de leurs corps disparaissant der- 
rière l'écu. L. : S Fran Hoofl (C. C. li., Ac- 
quits de Lille, 1. 38 et 88). 

- fJean), mari de d"» Jeanne, (ille de Hujjlies Aumian 
et vassale du comte de Flandre, du chef d'un lief à 
Slavele, relevant du cliiitcau de Furnes, 1398 : 



- Jean Hool, éclievin de Malines, 1418 : même écu 
(lue Jean (1340, 9). Même C. qu'Arnould (1383) (Ma- 



- (Marc) tient u 
que Jean (1398) 
(Fiefs, c. 889, 1 


1 lief a Stavele, 14-21 : 
mais un croissant an lir 
802-881). 


même éci 


— (Jean) 
l^eikr, 1 


lent, du cliàteau de Furnes, un lief a Slcen- 
lil : C. : une tête et col d'animal entre un 
. : un liiui. L'écu et le reste du sceau sont 
ud., 1. 897-9G9). 


Ihmji (( 


. C. li. 


in .lu Franc de Bruges, 
V ru chef de deux i 

iribe, avec col. de 

■ m |i:irliè d'un vol. L. 

Acquits de Lille, 1. 152 


1449 ; un 

oses et en 
irolil. C. : 
: S lacob 



Hoog. Hooch, Hoghe, etc. Jean de Hoyhe, tcuda- 
laire, a Ileilaere, d'un lief relevant du cbàteau de 
IViiuoiHle, 1430 : une bande, chargée de trois cou- 
nuiiies. L. : Siijillum Iohan.de Hoyhe (Fiefs, o. 901, 
N" ;!49i; c. 9(14, .N"^ 3301, 3S03, 43So) (PI. 10, 



Hoog, Hooch, îlogjie, etc. Jean de Hoghe Ucnl. 
dn château de Teriuoi)de, un lief à Berlaere, 14S0 : 
trois roses, accompagnées en cœur d'un .trèfle. L. : 
/% . . (Ibid., N» 3499). 



— Jean de Hoghe, tils de Pierre, tient, dudit cliàteau, 
un lief à Berlaere, 1430 : une croix, chargée on 
cœur d'une étoile, et cantonnée de quatre étoiles, 
toutes a cinq rais (Ibid., .\» 3300). ' -, „, ..• 



— Liêvin de Ho[o]ghe, religieux et boursier de l'ab- 
baje de Baudcldo. 1430, 7, 8 : un arbre, posé sur 
un mont alésé. T. : un auge agenouillé. L. : S [m 
lAnni lie Allô iV.. G. B., Acquits de Lille, I. 210 
379). 

— Lambert de Hooch, lils d'Adrien, échevin de Rol- 
lerdam, 1011 : deux fasces bretessées et contr^ 
bretcssées, au bâton brochant. C. : les deux fasces 
de l'écu, au bàtoii eu barre (!) brochant, enli'e un 
\(>l. L. : Uimbrechldc Hooch Adriaens (U.) (soir 
Cote). 

Hoogboom, voir Maes. 
Hooghenberghe, voir Hoghenberghe. 
Hooch, voir Hoog. 
Hoonin, voir Honijn, Lalaing. 

Hoop (Jacques de), échevin du damoiseau Adrien de ' 
Joignv, dit de Pamele, et'de' sa femme, Marguerite 
van der Zijpe, dame héréditaire de Denterglieiii, 
1323 : trois étoiles, accompagnées en cœur d'un 
croissant. Le sceau, un peu fruste, porte : de lloqi 
(Deijnze, L.) (PI. 10, fig. 243) (voir CJerc). 



Hoorebeke. Antoine van Hoorenbeke scelle pour 
• iillr.s (!,■ Màerselaere, li\s lie Gilles, qui tient, du 
ihiilrau de Termnnde, un lief ;i Lebbeke, et pour d'au- 
tres, l."il4, 3 : un cor de chasse, surmonté de deux 
étoiles a cinq rais. L. : S Anthvenis van Horenboke 
(Fiefs, A'o^ .4010, 3970, 4013, .1289) (voir Keijser, 
liupaert). 

— Frasine van Horenbeke tient, dudit chàleafl;'i)ar 
achat de Guillaume Cameruian (lils de Nicolas),, .un 
lief a Denderbelle, 1380 ; scelk' pour un autre, 1.^92 ; 



scelle pour Jacques van der llulst (lils île Gilles^ i| 
lioiil, duilit chiileau, une s'^''"^ ;i Opwijck, iicliil 



Hoorebeeke. Uiii 



Hoorn|eJ, voir Hornes. 

Hoorneweder (Jean), liouiiuc de lief du baur^ 



r duu Roehv .S'i" Afjhijnse (Ulnul 
', seiu'KrJidiil lie Ilmhaiit, de ne plu 



Horeweghe (Michel van), échevin du pays de iNiHele, 
H89 : un eor de chasse en chef et une oloile en 
pointe. L. : S' Mii-liil {l) van Hurcinylie (l)arnn de 



Hoors (Géi'nrd), échcvin d'Oisterwijk (lirahant sep- 
trulrional), i:if>:i : une roue de moulin. L. >^ S 
Chcrnvdi llncr.'! srnhi i OHeriril; {.\hh. de Sniiile- 



Hoot, NuirHooft. 
Hoper IHirs (PieU-r), é. 



llotl 



;e de deux panelles. T. : ini ange. 
. ieler Uoper Dire z (U.). 
(( l'ieler Ihpersz, échevin i7/er, LiOG : une 
aeconipagiiée de trois (2, 1) panelles et en 
dextre d'une étoile il huit rais. C. : une télé et 
i-le. L. : Emvovt Pieter llop z (U.). 



HOrde. lieriit van Hiicrde déclare (pie le comte 
Adolphe de Cleves et de la Mark a dé^açié sa part, 
snit \"i, de la RUhorc. à Diiisbur;;, qu'il avait 
en;:a;.er a IVu lleiui SIeeke, oncle dudit. l.«0 : un 
lion. 0. : une :u-^h- ix>ante. L. : S Bernhardi de 
Horde IJUbS., iVie^-Marli, N» 729). 

Horden (Nicolas), échevin de Heusden (Brahant sep- 
ii'iilr.), 1.193 : un sautoir, <pii semlile être accom- 
p:ii;iié en pointe d'un . . . (besant, cmpiilleVi (Maliiiesi. 



1374 : trois télés de chien bra(pir(?) et une hoidiire 
(simple) (Chartes des ducs de lli abanl). 
Ca sceau est tfés mal giavc. 

— Jean van dcn Ifoerche. homme de (ief de Jean Uer- 
na;;e, chevalier, sei!,'neur do Momie et de Perck, 
qui, avec ses hnmnies de lief, déclare ipie, devant 



rajiH, 



alla, 






lochehiii 

féodale de Perck et appartenant audit Roland a titre 
d'usufruit, et ii son lils Jean et au frère de celui-ci, 
Roland, il titre de nu-propriété, l-i22 (n. .st.), le 
IG janvier : trois macics, accompagnés en co'ur 

d'une étoile. L. : deii U (.Vbb. de 

Korest, Etahl. relig., c. 2.i07i', A. G. R.). 

viei- u:.'2 (n. st.), ayant trait :l la même altalre, la 



une fasce d'hermine, surmontée d'un lion léopardé. 
Cq. couronné. C. : une tète et col d'aigle. T. d 
un homme sauvage, appuyant sa massue sur l'épa 
droite. L., 1-437, 42 : S lohis plii Michaelis 
Angulo (liruxelles. AUlighem et E. G., dossier 
la .Maison des Douze-Apiitres) (voir ANGULO, 
Hoecke). 

Horion (Guillaume de), chev., jadis prisonnier i 
liàsweiler, sous Robert de Naraur ; i. t. ; 1270 mou 
tons, 1374 : une bande, chargée en chef d'une étoile 
de cin(| rais. C. : une tète et col de licorne. L. : . 
Wilheame de Horion chlr (Chartes des ducs de Bru 

— (Liberl, voué de), reçoit une rente par le receveii 
de Mnestricht, 1384 : un sautoir et une aigle bro 
chante en cœur. L. : >^ S' Libier Bvtoire (Charte 
des ducs de lirabant) (voir Mouland). 

L'aigle est probablement empruntée aux armes de Cler 






d'Argen 



1 de), écuyer, parent de Guillaume, sgr. 

eau, 1410 : une bande, chargée en chet d'ui 
étoile à cinq rais. h. : -^ S Herman de Iloriun 
(Chartes des ducs de Brabant). 

— (Guillaume van), échevin du banc de Looz a G 
sen, 1.^)48 : une bande (Ordange). 

— (Guillaume van), échevin de Graesen, I.jOO : m 
écu. L. : S Viltein van llor . . on (Abb. d'Orienté, 
c. 3, A. G. B.). 

— (Gérard-Assuére-Louis, comte de), seigneur de Heel, 
Gohr, l'ol, l'anheel, Heijthuizen, Buggenuni, i 
sriikT intime et d'Etat de S. A. E. et s. !,■ cardi 
duc de lia\ ière,prince-évéque de Liège, ni;ind-iiin 



trille, coiutêsse de Leerodt de Lioni ; I.u,,e, W 
10 décembre 1757 : d'argent à la bande de gueules. 
l'écu ovale, dans un cai touche, sommé d'une cou- 
onne à cinq lleurons. S. : deux léopards lionnes, 
'-achet, sans légende, en cire rouge, dans une boite 
n bois (Chapitre de Nivelles, Etabl. relig., c. 1374, 
L. G. B.). 

Par acte daté de Liège, 



le Liège, co 



a Chambre de 



Esse;i, N» 148). 
Horm, voir HOR[R]IM. 



Horn. Homes, Hoerne, Huerne, Heurne, e 

W'dhclinun. dunnnus de Hume, nubdis vir. sa 
un acte de Melldldi.% nobilis malrona. domina de 
Hollhe, rcUcla quondam nobilis viri Gerardi, bur- 
(jravii Colonicnsis, domini de Areberg, 1282 
équestre; le bouclier, la housse et l'écu du c 
scel, il trois huchets. C. : un éventail. L. : S Wil- 
letmi dni de Ilorne mililis (Duss., Werden, N" r. 



L. : ►!< S' Fniiiconis Dirkelini (Ville de Cnln^iie, 
N"ti07)(voirBirkelyni. 

- Johannes diclns Luijf, fraler Iranconis didi de 
Cornu, scelle le même acte, 1292 (n. st.) : type 
scutilorme ; même écu, mais sans lainbel, le champ 





isu (le Norderwijck (aux ; 
;onjMienceraent du xvir Mùcle 
le la même église (aux armes 
{■Z''' moitié du xvu° siècle). 



les des Tiras) 
t' Serclaes) 



scinc de bilk'llL's. h. : ►Ji Skjillv lohamm de Cornv 

. (Il'iil.). 

Horn, Homes. Hoerne, Huerne, Heurne, etc. 
U'ilhctnnis, dominus do Kranendonc, donne (|uit- 
(aiice a Godcfroitl, sgr. de Heinsbei'g, etc., 1316 : 

trois huchcts. L. : t^i S' Willehn anedonch 

mil .... (Duss., Jul.-Berg, N» 238). 

— Joltannes de Cornu, dictus de Gur^cnich, éclievin 
de Cologne, iai7 ; d'iierminc à l'ours colleté, ram- 
pant, cuclialné, la chaîne relevée au canton scnestre. 
L. : >i, SùjiHv lohan d' Corv{\) (Ibid., N" 2i2). 

— Ciiillaiinie, sgr. de Craneiidonc, promet de rendre 
liKlciiinrs l'IiMiiit lierlliout, sgr. de Maliiies, et 
Itobnl, ._i. il\ .>i,r, -,,ai)tlnns, 1322,3 : trois 
liiiiliii . i:. : ' : iiiié dont le ventre repose 
sur 1- . I I s \\ illclmi dni de CTanedonc 

— (krardus, dominus de Hume, de Perweis et de 
Ikrlair, assigne, à Godcfrold, sgr. de Heinsberg, 
iiunennant 100 livres tournois, annui cl perj)e- 

lui feodi curies nuslras in Bm,<jhenhei,m 

(liiiggenuni) el inUrcmhoul (Urumliolt), niolcndmuin 
nuslnim in N,inhe>im (Niinlieiml ac drrinutm nos- 



L. : rncel deAllcna miltli'i. (Innln -.n 1 : 

ini ccu il deux poissons adossés (Altena). L. : >|< 
.S' Cerardi domini de Home el lix 

. (Ibid., N« 2'JO). 

— Conrardus de Cornu, de Colonia, miles, s'engage, 

■ de lirabanl, cuin qualor viris, uiia iidbiscuin, cuin 
ijnlcis arinatiti el etjuitatin sii :i! ,'< , -;, o i ^ l,i ^"j i ir 



daiils brocbant. L. ; ^ .S' francuiiis de O. 
mdilis (Chartes des ducs de Urabanl, N» .178). 



van lliidrl. Kl il : l^»i^ liih liels. !.. : «P S' Tlu'odc- 
nci domini ilf Cnuiindoni; (Duss., JuL-licnj. 



- Johnn vainme llovni 



ées. !.. : .S' lohi.'i d Carm 



1 — iVc 

Horn, Hornes, Hoerne, Huerne, Heurne, etc. 

. el de Cranrnbing, xxlle un aele du comte de 
Clincs, i;U8, l3oU : trois huehets, surmonlés d'un 
lanibel, les trois pendants de i)etit-gris au naturel 
(voir Introduclion, p. 77). L. : >^ S' luhannis 
d rne (Ibid., N» y09). 

— Sire Tlileny de Homes, sire de Perwez et de 
Cranenburg, Jean et Godcl'roid, ses frères, scellent 
un acte de leur mère, Irmgard de Clèves, 1330.; 
Thierry : trois hnrhets, surmontés d'un lambel. 



(lisse); sans légende (Hollande). 

— Die poerle van Hoerne (Uoorn) scelle une letli-e 
a la comtesse de Hollande, I3lil : un (seul) liuchet. 
L. ■.>^ H sinynv . . . e Hoerne (Hollande). 

- 'l'hierry de Hornes, sgr. de l'erwez et de Ci'anen- 
liurg. [Vi'S, 02, .•) : trois luichets et un lauibcl, les 
dru\ huchets supérieurs brochant sur le lanibel. G. : 
nu bonnet arrondi, soutenu d'un bourrelet, (lisse) 
(Chartes des ducs de lirabanl et Abb. Je Saint- 



■ 111(1 



ni, du n 



;;m(i \\ru\ I < n^, die ijhesel warcn op mine durpe 
Wudcrla (Waali'e), ll'cdert (Valkenswaaiil) cndo 
Aelsl (Aalbt), i;iriy (n. st.), le 20 janvier : trois 
huchcts el un lambel, brochant sur le {"■. L. : fji S' 
Tcodici d lloernc dni de Craneborgo (Chartes des 
ilne, ,1e lirabanl, N- i;i'i3, 1077, 1694). , 
- l-:isliccn van Ilucniv. dame de Diest-, femme de 
llruii, s^r. di' l)i^^l ( | de ZeclliiMU, burgrave d'An- 



"1 ' 






I) montons, 1305, le It) septembre; Didder[ic] 
M Huerne (Hoerne), Iierc van l'erweijs ende van 



Craiicnborgh (-borch), reçoit un acompte de 321 
moutons, i;iG6 (n. st.), le 4 février, et un autre do 
500 moutons, 1368 (n. st.) ; il donne une obligation, 
13G8, le 21 septembre; il scelle en 1370; Thierry 
(le Humes, sgr. de Pcrwez et de Duiïel, 1370 ; sgr. 
(Icsilits lieux et de Glieci, un des chefs de l'armée 
bi;iliaii(,oiuie, prisonnier ii Basweiler ; i. t. : 
12l()(i moulons, 137-1; scelle pour Gilles Sanders 
(i. t. : 1 iO moutons) et Jean l'ijl (i. t. : 29 niou- 
liMis), jadis prisonniers iUec, sous sa bannière, 
\Mi : dans le champ du sceau, un cq. cime d'un 
bonnet arrondi, soutenu d'un bourrelet (lisse). L. : 
.S secret Theoderki de Ilvoerne (Chartes des ducs de 
Itraliant, >- l'Jo-i, 1081, 1099, 202G, 2180, 22)2, 



lil, ( 



c). 



Horn, Homes, Hoerne, Huerne, Heurne, c 

Thiiiiy \an Hoerne, jadis prisonnier illec, se 
-A^imunt ; i. t. (il 1/3 moutons, Uli : un lion et 
seule di^ billettcs; le lion chargé d'un écusson à 
manche mal taillée. L. : :f: S' Tliin de Hoerne 
(Chartes des ducs de Brabant). 

— Cuillaunie, (ils de sire Thierry de Hornes, sgr. 
de Perwe?., jadis prisonnier a Basweiler; i. t. : 
11400 moutons, 1374 : trois huchets, accompagnés 
en cttur d'une étoile et surmontés d'un lambel. L. : 
S Witlelmi de Pweis mililis (Ibid.). 

— (iuillaume de Perwez. chev., prisonnier illec, sous 
le sire de Perwez, i. t. : 1916 moutons, 1375 : 
trois huchets contournés, surmontés d'un lambel. 
L. : S' Willem va Perweis ridds (Ibid.). 

— Thierry Loef van Huerne, chev., reçoit, du Bra- 
bant, une indemnité pour ses pertes et dommages 
subis il Urakel, au service du duc, 1377 : trois 
huchets. C. : un bonnet arrondi, soutenu d'un bour 
relet (Ihid.). 

— Henri de Home, sgr. de l'creivijs et de Roitsy (?) 
srnécli:il du duché de Urabaut, pi'ète, au duc de 
l.inihnur^, serment comme châtelain et (jarde du 
ch;iteau de Louvain, 1405-6 (n. st.), 10 févr 
lloini van Hoerne, sgr. dp Parweis, drossard de 
Brabant, prête, au duc de Limbourg, serment coi 
châtelain et burgravc du chJteau de Vilvorde, 
140G, 24 juin : trois huchets, surmontés d'un 
bel. L. : S tleinrici de Perweis (Ibid.). 

— Cilles van //oenie, échevin de Sajnt-Trond, 1131, 
7, 9, 45, 60, 61 : plain; au chef chargé de In 
merleltes. C. : une tète et col d'animal (chiei: 
(Abb. de Saint-Trond, c. G, 8, 9, 10, Ordange). 



. . eh de Hevrne sir de D . scignies de heise dt \ 
Liende de Ihlscol . (C. C. B., Acquits de Lille 
1. 93-94). 

Horn, Hornes, Hoerne, Huerne, Heurne, etc. 
- Henri de Hornes, sgr. de Perwez, Duiïel, Waelhera, ' 
Ghcel et Herlair, fils de feu Jean, scelle un acte de ^ 
sa cousine Jeanne (de Uiest), veuve de Jean de Looz, 
sgr. de lleinsberg, Leeuwenbercli, Diest, Sichem, 
'/.eelhem, 1451 : trois huchets, surmontés d'un lam- 
bel. C. : un bonnet d'hermine, entouré d'un bourre- 
let do L. : S Ileinric £) d Hoerne dvs 

(Chartes des ducs de Brabant). 



— Sire Henri van Hoorne, sgr. de Perweijs, nulTcl, 
Waelhem, etc., conseiller et chambellan du duc de 
Bourgogne, parent (neve) du comte de Virneburg, 
1455 (n. st.) : mêmes ccu et C. S. : deux lions, le 
l" regardant. L. : S' Ikrici d' Hoêr dni d' Perwez 
(Ibid.). 

— /afo;j, grève toi Hoerne. heere toi Althena enrie 
lot Corlerseni (Cortessem?), 1485 : trois huchets. 
C. : un bonnet arrondi d'hermine, issant d'un bour- 
relet (lisse). S. : deux lions (Malines). 

— Liévin van Huerne (tils de Michel), tuteur de 
Charles uuten Hove (fils du damoiseau Charles) qui 
tient, du château et Vieux-Bourg de Gand, un lief 
i7/ef, 1545 : un monogramme, formé des lettres 
L V H. G. : une aigle issante. L. : Gods woorl blifl 
inder eewic.lieit (Fiefs, N'" 2763) (Hg. XXIX). 

-— Jacques van Huerne tient, du château de Peteghem, 
un lief a Iselmeroglien 15G3 : de ... ii l'écusson 
plain, surmonté de trois merlettes. C. : une tête et 
col de licorne. S. : deux chiens braques (Fiefs, 
^''> 10724) (voir Heurne). 

— Jean van Hornes, écuyer, sgr. de la Bies, Lara, 
etc., tuteur, de par l'église, de d'i= Catherine van 
der Ileijden, tient, de la cour de AVaes, un fief à 
Melsele, 1596 : trois huchets, accompagnés en cœur 
d'une moucheture d'Iierminc. C. : un bonnet d'her- 
mine (Fiefs, c. 915, 1. 6901-66) (voir Goer [note], 
Horst, Quatermark, Reuschenberg.Sept- 
fontaines, Schleiden, Schoonhoven, Spie- 



gel). 



m Iloe, 



— Jean van Heurne, sgr. de Bausengies (Bassigny), 
Hoiidschole (Hondschoote), Heijse (lleeze) et Lende 
(LxMide) et gardien suprême (upperduinherdei'e) 
des dunes orientales de Flandre, 1434 : trois 
huchets. C. ; nn bonnet . . . (un peu fruste). L. : 



Hornicke, voir Horicko. 

Hornu. Haquinct de Hornut, clerc, fils de feu Jean, 
reçoit, pour sa mire, Marguerite le Blond, une rente 
siaiiiVe, sur le domaine de Courtrai, acquise par feu 
Snndrarl le Cartier, U'14, 5, 8 : un chevron 
aliaisso, accompagné de trois croisetles ancrées. 
■S. : doux licornes accroupies. L. : Jehan . . Hurnit 
(C. C. B.. Acquits de Lille, I. .391). 

Horrig. Renier van den Hoerijck reçoit, du Brabant, 

dix croisetles recroisetces. au pied liclié, trois dans 
chacun des cantons supérieurs, côtoyant le sautoir, 
et quatre (1, 2, 1) en pointe. L. : . . Reina . . .an 

g (Chartes des ducs de Brabant) (PI. 10, 

fig. 24ri). 
— Sielz van don Iloirrick, ami de Henri van Rwjs- 
schenberg, 1-160 ; un sautoir et un semé de croi- 

scttcs (simples). L. : S Sicdse van den H 

(Duss., Seigneurie d'Odcnkirchen). 
HÔR1R]IM et HORRUM dit Schram (Guil- 
laume van), cousin de Sophie van Bocholz, dont il 
scelle le contrat de mariage, 1S35 : une bande. C. : 
une tête et col de chien braque de l'écu (Geld.) (voir 
Bocholz, Roost). 
Horrues (Maieur et échevins de la prévôté de), 1668 : 
dans le champ du sceau, deux écus : A, parti ; au 
I", une croix ; au Sii, trois chevrons; B, un chevron, 

accompagné de trois merlettes. L. : des 

escheuins de la preuoste (M. Hanon de 

Louvct). 
Horst (Engelberlus el Ehjsabelh, conjuges, dicli de) 
vendent il Pereyrinus de Aldendorp (Altendorf). de 
l'aveu de leur lille Christine, leur dirae que terillose 
dicUur in Wintrode (Windrath), etc., IIHO; le 
mari : Ispe scutiformé; trois broyés. L. : S' Engcl- 
bcrli de Horsl (Duss., Jul.-Derg, N" 257 1/2). 
— Rutcher van der Hursl in dem Bruche, de l'aveu 
de sa femme, Gertrude, inféode au comte de Bcrg, 
myn hwjs, die llursl gênant in dem Bruche, iiH'J ; 
scelle en l,1o3 : type scutiformé; un burelé et un 
lion contourné (!) brochant. L. : ►!< S Rotgeri de 
//ors; (Ibid., N"5 523, 561). 

lié par Ceserise (Caes: 



Uur. 






Hiitctwr, le lion non contourné. L. : S' Ilermanni de 
Horst (Ibid.). 

Horst (Simon van der) (aussi Horsie, Hursl) reçoit, 
du Brabant, des indemnités pour ses services dans la 
guerre de Klandre, 1357 ; de ... à huit burelles et 
au lion brochant. L'écu entouré de trois palmes, 
dont une se trouve au-dessus. L. : ^î^ S' Simon va' 
der Horst (Chartes des ducs de Brabant, N"' 1231, 
1269, l-i43, Iti-i. 1177, 1522). 



de Flandre (Ibid., N- 1130). 

— Baldeu'inus van der Hurst, miles, et Wilhelmus 
de Keijrbcrg (Kirberg), armiger, scellent un acte de 
Wilhelmus dictus van den Hulsen (Hiilsen) et do 
Henricus dictus van Neijrwynkel (Neuwinkcl?), qui 
ont vendu, à un chanoine de Dusscldorf, une rente 
sur une maison à Gerresheira, 1366 : un lion cou- 
ronné, à la queue fourchéc (!). L. : S Da n 

der Hvijrst (Duss., Chap. de Dusscldorf, N» 39).. 

— (Rabode van der), chev., donne, à Jean van Murse 
(.Moers), chev., quittance pour une rente, 1371 : une 

fasce, surmontée de trois oiseaux. L.,: oni 

de...stm (Duss., Orange-Moers, N» 31). 

— (Rabode van der) (aussi Hurst), chev., homme de 
l'archevêque de Cologne, 1373; engage à Adolphe, 
comte de Cléves, son château de ter Horst et en fait 
un open huis de ce comte, 1375 : une fasce. Cq. 
couronné. C. : une tête et col de lévrier colleté. 
L. : S RobodeiU van der Horst (Duss., Col.. N" 950 ; 
Ctèvcs-Mark, N" 420). 

— (Thomas van der) scelle un acte d'Adolphe, comte 
de Cléves, 1387 : d'hermine ii la bande, chargée de 
de trois étoiles. L. : S' Thome de Horsl (Ibid., 
N" 497). 

— (Hughes van der), fermier du chapitre d'Essen, 
1384; se porte garant pour Englebert, comte de la 
Mark, 1381) : trois broves. L. (1389) : ►^ S' Hvgho- 
nis de Horst (Duss., Essen, N" 148, et Clèves-Mark, 
N" 525). 

— (Hanman van der), chev., et Rychmoyt van me 
Horne. sa femme, ont vendu, au comte Frédéric de 
Moers, leur rente de 15 marcs, argent d'I'erdingen, 
sur Vtymerschem (Friemoi'sheim), 1394 : écu cassé. 
C. : deux cornes de bœuf, garnies, chacune, de deux 
boules (Duss., Orange-Moers, N» 31). 



le Borne, susmentionnée, 1394 : 



colk 



; au 1", une fasce; au 2", un lévrier sautillant, 
c, bouclé. L. : >^ Richmvid va d' Hoirsl (Ibitl.). 



Horst (Riitger van dcr), bailli (amplmanj du pa;s 
d'Angeraïund, U02 : un burelé et un linn brocliant. 
L. : <i> S Rvtger de Horster ('.} {Uuis.. Chup. ûe Uus- 
àeldorf, N'» 103, lOo). 

— (Arnould van der), dienre du comte de Cléves et de 
la Mark, scelle une quittance de Jean van Beste, dit 
l'aep, indemnisé, par ledit comte, du clict de sa 
ran(,'on, pertes de chevaux etc., lil-t : un rencontre 
de taureau, accompagné au point du cliet d'une 
lettre ^. L. : S A ... t van der Horsl (Dusseldorf , 
Clhes-.Mark, N»s 722). 

— (Wynrich van der), échevin de Duisburg (Rhin). 
1413 : même écu que Thomas (1.387). L. : ^ S 
Wynric von der Hcrsl (Ibid., X» 729i. 

— (Arnould van der), homme du duc de Cléves, 1418 : 

un rencontre de bœuf. L. : S' Arn er Horst 

(Ihid., N° 75G). 

— (Gérard van der), échevin d'Aerschot, 1424, 6 : 
trois Irangles. L., 1424 : ^Sigittvm Glierl van der 

(; 1426 : S Ghert van Berct scab aers . . . 

(Abb. de Saint-Gertrude, a Louvain). 

— (Arnould van der), échevin de Tirlemont, 1444 
(n. st.) : un chêne englanté, accompagné au flanc 

drxtre d'un annelet. L. : abi. .- 

(Abb. d'Oplinter, A. G. h.). 

— (Jean van der), fils de feu Roger, tient, de l'abbaye 
de \\'erden, dat gui ihem Stade, dat gut l'eylkem 
gênant, etc., à Glatbeke (Gladbach), lo2o : un 
burelé et uu lion couronné l)rochant. Cq. couronné. 
C. : un lion couronné entre un vol (Duss., Werden, 
N» 182). 



- (Koger 



., 1341 



I der), tils de feu Jean, tient les m 
mêmes écu et C. (Ibid.). 



— (Tliierry van der), parent de Herberen die Cock van 
A'e[e]nj«en (voir Haaften), 1531,3 : quatre bu- 
relles ondées, surmontées à dextre d'un annelet. C. : 
un vol, chargé de quatre burelles ondées (Geld.). 

— (Gisbert van der), échevin de TuijU (Tuil), 1307 : 
trois (!) fasces ondées, surmontées à dextre d'un 
annelet. C. cassé (Geld.). 

— (Mathieu van der), lils de Nicolas, échevin de Rot- 
terdam, 1383 : une croix ancrée, accostée en pointe 
de deux feuilles de chardon (grenades?). Cq. sans 
C. (U.). 

— (Gérard-Ernest, baron de), sgr. de Hamm, déclare 
lenii', du roi de France, la haute, moyenne et basse 
justice des villages de Hamm, Hermesdorf, Wiers- 
dorf, etc., 1683 : un lion cour. L'écu, dans un car- 
touche, sommé d'une couronnne (cachet en cire 



HORTBEKE (Mgchçiel de), échevin de Louva 
1433, (n. st.) : un chevron; au chef chargé 
trois têtes de coq. L. : S Michkl de Horlbcke scab" 
lov (Abb. de Sainte Gertrude, :i Louvain). 

Hortbeke (Jean), tenancier- de Jean d'IIamal, chcv., 
1 Mielen-sur-Aelst, 1472 : coupé ; au 1", trois pals ; 
lu 2>i. plain (.\bb. de Saint Trond, c. 11). 

HORWINLN]EN (Chrétien van) (llurwenen?) scelle 

. pour Gérard van Beest qui reçoit, du Brabant, ui 
indemnité de 30 vieux écus pour ses services, fra 
et pertes dans la guerre de Flandre, 1337, le 10 sep- 
tembre ; reçoit, du Brabant, 1978 vieux cens, mn 
coste diea ic ghedaen hebbe op dcn lutse van Lilloe 
ende in den lande aldaer, soe binnen den tide dat 
lier Goedevert van der Delfdaer ruwaert was mie 
oec anders, van den beghinne des orloeghs leghsm 
Vlacnderen toi nu toe, 1337, le 10 septembre : un 
bandé de six pièces, la 4» (de dextre) chargée de 
trois aigles éployées. L. : 4" S Cristiani de Iloriniien 
(Charles des ducs de Urabanl, N»* 1382, 1383). 

— Phitippus de Ilorwinen, échevin de Zalt-Boinuicl, 
1408 : trois aigles éployées (Geld.)'. 

Hosden {Bastin, dit Bastoules. de), homme de lief du 
cantial de Falais, appartenant a Jean, sgr. de 
ll^esf»in/e, Fallais, Rummen, maréchal héréditaire 
du Brabant 1303 : trois chevrons; au franc-quar- 
tier senestre chargé de trois trangles. L. : ^ S 
Bastins de llo' rf . . (C. C. B., c. 108). 



— Bastint, dit Bastoulet, de Hosdene, même qualité, 
1418 : trois chevrons; au franc-quartier senestre 
chargé d'une fasce entre deux burelles. L. : ^ S' 
Bastent de Hosdene (Ibid.) (voir Ciply, Hoesden, 
Collart, Thier). 

Hose, voir Hovelwijk, Koterken. 

Hoseken (Guillaume), échevin de Bruxelles, 1303": 

. dans le champ du sceau, une chausse, ou heuse (d'une 
seule jambe) (G., c. I). 

Hozémont. Johannes, castellanus de HosainmonI, 
scneschalcus lossensis (de Looz), 1281 : un sautoir, 
accompagné en chef d'inie étoile. L. : S I de Hozc- 
monl scnescalci los (Abb. de Saint Trond, c. 2) 
(\oir Clockier, Coir, MelenV 





. Sceau de Philippe le Roy, chev., sgr. de Broechem et d'Oelegliem 

(père de l'historien) (vers 16S0). 
'. 2. Sceau des échevins de Broechem et d'Oelegliem (aux ai'mi\'; 

dudit Philippe le Roy) (vers 1050). 

ig. 3. Sceau des éclievins de Broechem (aux armes des Fraula) 

itiii du xvui' siècle). 



HO[hlscheid, voir HShscheid. 

Hoste (Nicolas), comme tuteur de Wnutkiiic Rcijtiin 
(lU-ij/in ■}), tient, Uu cliùteau de Kunics, un liet à 
Adiukerke, 1421 : trois tours (Fiets, c. 887, 1. 1-78). 

Hoste (Damoiselle Catherine, veuve de Nicolas), 



;e liruge 






e d'av 



.■11, C. : uik' croix eu-rrln; (Bachterhalle). T. : 
MU au^L'. L. : .S Katdinc Jacops Itiicid'halle dochl' 
(C. C. U., Acquits de Lille, 1. -42, 43, ;!77, 378). 

Hostelart (Jeanne), veuve, en dernières noces 
(dan-aiwiement), de Boussart Snipin. rei;oit, du duc 
de Uuursoi^ne, une rente viagère, sur le domaine de 
Cdurtrai, 1443 : trois tètes et cols d'aigle, arrachés. 
L. : Seel lehanne art (Ibid., 1. 301). 

Hosty, voir LONDEFORT. 

Hotdorff. Baselys van Hotorp, cliev., se. un acte 
de so[i parent Cono van Pulze, burgrave de Lipp, 

i;!ands (ou Heurs de lis?), posé sur l'une des iiointes 

(assez fruste). L. : 4* S' Bosili mil 

(Diiss., Jut.-Benj, N" 403). 

Hotte, voir Otte, Steghele. 

HOTTOEN, voir MARCHIN. 

Houdain, Adans, scnecliaiia de Hourdeimj et clic- 

l'uti'lles (IJotelle), qui dote l'abbaye de Bonne- 
lipérance de biens à Elesmes, 1237": un lion. L. : 
>iiS' Ad rdsc . . . . d . bovc (Mons, Abb. 

HOUDEGHEM (Victor van) éclievin do l'abbesse 
dr .Urf.sMiiHC (Mcshiiifs), dans sa seigneurie de 
IknuThmond, 1417 : une fahce bretessée etcoiitre- 

bicte.Mr. L. : van Ilo . dglicm (C. G. 11, 

Ac(|iiitsdi' Lille, 1. i)|. lli). 

Houdeng, Noir HOUSDAING. 

Houdler (Houdier?), voir MARCHIN. 

Houffalize. Henri liaudisson van lltiUclise, jadis 
[insounier à Basweiler. sous le drossard de Luxem- 
bourg ; i. t. : 240 moutons, 1374 : huit (3, 2, 3) 
croisettes pattécs, au pied liché. L. : S' Henris de . 
(l?) y^oc/ic (Chartes des ducs de Brabant) (PI. 10, 
lig. 240) (voir Argenteau, BoUand). 



r. str du sceau sont cassés (Baron A. de Loé). 
Hougaerde. Godefroid van Hugaerden, éclievin 



d'un annelet, au Ïambe! a cinq peiulanls, bioehaiit 
(Crefles scabinaux, c. ofi4;)). 

Hougaerden. Jolianncs de Ihujarden junior, éclie- 
vin de Louvain, 1423, 4 : une bande ; au tranc-quar- 
tier chargé de trois pals ; au chef de quartier charge 
de trois inaillels iienchés. h.-.t^^S hhis de Ihxjard' 

— Johanneu de llugarden, éclievin i7/ec, 1420, 31, 2, 
îi, ; inéuic éiu. L. : . . hiliia de llvgardcn acab 
lov (Alllighem, MU. de Saiule-Gerlriuh', a Louvain, 
allcjl.sscn,). 

— Sire Jean van llugarden, prêtre, déclare tenir des 
liefs du due de Brabant (liefs ayant relevé, jadis, du 
sire d'IIéverlé), du damoiseau Simon van der Cou- 
werhOTch (Coudcrborch) et d'autres, ii Wersbeek, 
etc., 1470, le I"' juillet : même éeu. L. : . Sigilh . 
loh . . de Hvgarde . (Av. et déii., 5GG). 

Houkene (Jean van) (i t Hoekene), liouime de liet 

liai).' , • , . : : , :..;,. --iirstre 

Houcke (Chrétien van) re(.'oil une rente sur l'espier 
de Bruges, 1483, 4 : deux glaives accostes, les 
pointes en bas, accompagnés de quatre soquilles, 
3 rangées eu chef, 1 en pointe (C. C. B., Acquits 
de Lille, 1. 380). 

— (Les échevins de), 1442 : dans le champ du sceau, 
un triangle vidé, les trois pointes terminées, cha- 
cune, en tiercefeuille, et muni, à l'intérieur, dans 
chacun des angles , d'un petit chevron , et une 
cciquilic, ciK-liiM- (liKJil tri:iii;;lc. L. : t^ Conlratr 



Houlz (Collin le), homme de tief de mgr. Englebert 
d'Enghien, seigneur de Ilameru, la Folie, Tubiie, 
1433 : une fasce et un lion brochant, issant du bord 
inférieur de la fasce, accompagnés en pointe d'une 
rose. L. : S Collart le ..o. (Abb. de Wauthier- 
Braiue, 4007) (l'I. 10, lig. 247). 

Houman (Jean), jadis prisonnier i> Basweiler, sous 
le siiv du Cniiilhiisc : i. t. : 1S6 moulons, 1374 : 
pkiin ; au clu ( cliai i,e a senestre de deux mei'lcttes ; 
au liaiiL-iiuaitirr cliai^é de trois roses. L. : S lohis 
de [iv!\en (Chartes des ducs de Brabant). 

Houplines (Mngister Johannes de), clerc du comte 
de Flandre, 1201 -. une colice, accompagnée de six 



roses, rangées en orle. L. : . . mag . 




larl de Spm 


(Chartes des eonites de Flandre, N" 


oOi). 


N" l-i<J5). 


Houplines (Jacques van), mari de ( 


«illclmine Rave, 


HOUSDAINC 


qui lient, d'Adrien van Uokei^liem, 


ecuycr. seii;neur 


deH(j[h\, sires 


de trr I)onct. et de i\»' Jeanne v 
\r lirt ,lil /:•■ ;■■ , .1 I: '. 


n der Bare, du 

,7»- fM.ii1;i,ue\ 


de Ural.aiil. 



HOURLE (W'illaumes CoUeriaus de), homme de 
lii r du eoriite de llainaiil, 1331 : une cotice, accom- 
l>ai;ni'e an canton si'nestre d'une étoile ii tinq rais. 
C. : lin écran écliancré de l'écii. L. : .f. S Willclmi 
ile llovrtes (Mons, Alib. de lionne-Espérance). 



r Uinc 



, par coiilie. 



n Une ho, 






n disL de CurroU tciians 
et Duvrimes (Uuvrinnes), 1^8o, 

Ij. : ►Ji S' Chulurt de Iluden cher (Ibid.). 

— Nichûles de Housdaing, chevaliers, liomme du 
comte de llainaut, 1302 : même écu. L. : «fi S' iVi- 
chutai de Ilovdaincj militis (Ibid.). 

— Jehans de Ifoiisdaing (et Ilousdeng), clievalicr, 
seigneur de Braine-le-Cliâteau. 1303; suzerain de 
l'abbaye de Wautbier-liraine, du chef d'un bois, 
1309 :' une aigle et nn bâton engrélé brochant. L. : 

►î< S" nie lehan de Hovsdning (Abb. de 

Wauthier-Braine, chartes). 

— {Nicole de), chevalier, sire de Spinoit, homme du 
comte de Namur, 1340 : une ai^ile et un b;llnn 
(simple) brochant. L. : «fi S' Nicholes de Ilnsdan 
chevalier sire despinoil (Nainur, N» 725). 

— Collars don Spinoit, fils de mgr. Nicolle dou Spi- 
noil, chevalier, a rei,'U, par le duc de Brabant, de la 
ville de Nivelles, oii il fut en garnison (durant la 
guerre entre le comte de Flandre), 81 écus Philippus, 
pour ses frais, 1337 (n. st.), 19 mars; dit sceller de 
de son propre sceau : parti ; au l"', une aigle; au 
^J, dix (3, 3, 3, 1) losanges (non accolés, ni aboutés). 

L. : "î* ^ ^<J"'es . .is .cd .m Spiiio . 

(Chartes des ducs de Brabant). 

— Colars despinoij, chevalier, reçoit, du Brabant, 
37 vieux écus, à titre d'acompte pour Mgr. de Goiii- 
megnies (guerre de Flandre), 1357, 10 novembre : 



despiiKjg, chei'ahers, re(;nit il 



137-i, le l'J avril; Chulart van Spii, 


il, chevalier, 


jadis prisonnier ii Basvveiler, dans la n 


aisnieduduc 


de Brabant; i. t. : lltif mntilnns 


Mcolle de 


.<;,'■;,.::, i:;-;. f.ln--. ..,, ^7,•,-'/- . 


'" "«"^-''^s 




::iSpino<j), 




.1 i.nepeu- 




h. boisilo 


Murl;iiiw.l/ , , - . ■ ' • : 


> il .le chien 


muselé, l> . 


Il plain. 


L.:.i>S r:^ ■ , V , ,,,, :, 


n- ducs de 


Brabant, i.lG. j:,i:-, j:.,.,,, .le, .s 


jiv Braine- 


le-Chàteau, Houtain). 





Houseau (Guillaume), homme de lief du Hainaut, 
liiOO, 1 : une botte à revers, éperonnée. T. :, 
sirène (Mons, lloinmes de lief). 

— Phlipol Uozeau, échevin des haute, moyenn 
basse cours de Courier (Courriére), ICOO : un 
de-chausse (lieuse) (d'une seule jambe). L. : 
Flippes Ho . . . avlx (Crelîes scabiiiaux, Jlélan 
A. G. B.). 



Housse (Uoliert de), Pierre de Housse et Thiébaud de 
Buullignij (llouligny), fri'res, lienn. 
Jérusakiu, iliic d'Anjou, etc., des liefs dans la pré- 
voté d'Elaiii, M55; le sceau de Robert est tombé. 
Pierre : un échiqueté ; il la Champagne chargée > 



rede 



Ihusse (Loi 



aine, Eta 



, N" -i.i). 



Housse (Jean dr), seigneur de Watronville, scelle un 
:irle de son cousin Antoine de Landrcs, seigneur- 
Miiiû du ban de Landres, etc., commencement du 
XM'' siècle : coupé; au l«^ un éclliquelé ; au a"", une 
rose. C. : deux crosses, en chevron renversé. L. : 
S khan de Housse (Lorraine, Driey, li, N° 593) 
(\tiir Anneville, Bouligny, Landres). 

Houssière. Jehans de le Itousire, dit d'Odomont, 
luuti'uant du bailli du Uonian l'avs du Urabant, 
argée de trois coquilles et ac- 






■t de deu 



nerlettes. 



;.. ; leh 



rangée; 



,v dcl Iloisi dodcmon (Chartes c 



II' Dnil 



- Jean 



■r //oH.sstTe (van Houssière, del Hous- 
iiTifj, b;il:ird, rtnul, du Brabant, des acomptes, 
|i;ir sixiiMiu's, sur d:! \iinix écus (guerre deGucldre), 
i:ii)G, 7, « : une fasii-, chargée de trois coquilles et 
smuiontée de trois nierlettes; il la bordure engrélée 
it ;m biiton brocliant sur l'écu. L. : S lehan dd 
llovsire baslarl (Ibid.). 
Houtain. Wallerus et Johannes de Houlliain, 

■ /mires, nnliles, I^J(53; Oauthier : une feuille d'ortie, 

■ chni-;;ée d'une divise (comparez le sceau du seigneur 
de Houtain, I.IO-t). Jean : plain ; au chef chargé d'un 
hou issant (AlJlUjhem). 



- (Le seigneur de), 130-i, scelle comme suzerain (de 
cm on tient les dis biens de le dille ville de Sart 
Dame Aveline) un acte de Henri de iVoriVe, con dist 
Hiijaus, qui cède au prieur de Frasnes ses droits sur 
la \ille de Sart-Dame-Aveline, 1304 : plain, au chc[ 
(ilaiu ; l'éiu a la bordure engrélée (Ibid.) (Comparer 
le sceau de Wallerus, 1263). 

«e/ûI,t(Volrceu^-ci), 

- WillemardMS de Ilouleijn, armiijer terre Gheldo- 
niensis, s'engage, moyennant 3 livres de vieux gros, 
a servir le duc de Brabant, dans la guerre entre 
l'Angleterre et la France, 14 avril 1339 : trois 
inacles;- au chef chargé de trois pals. L. : ►!< S' 
Willem {l) de Ilevtcem (!) (Chartes des dues de Bra- 

, >aut, N" .W"). 

— Messire W'illemines Ilyernut, chevalier, homme du 
eiiuite de N'auuu', liîXi (n. st.) : de vair 'd trois pals. 
L. : S' Wiir lliernvl de tlovtan mil . . . (Namur, 

■ N" 789). 

— Jean van Ifoiitliein, chevalier, jadis prisonnier îi 
Itasweiler, sous le sire d'O'upeye; i. t. : 333 1/3 mou- 
lons, 1374; de vair il trois pals. L. : jjc S lohans 
de llovlan (Chartes des ducs de Brabant). 



Houtain. Ernoxilt de Houtaing, chevalier, maître 
d'hèlel du comte de Namur, 1420 : de vair à trois 
^ pals CiVamur, N" 1351). 

— Jean, le ll.^tard de Iloutaing, scelle pour Sanders 
van Kanst, bâtard, qui tient, de Guillaume de Ranst, 
seigneur de lloulainij-le-Vat, une rente que feu 
Gauthier van Uanst, prévôt de Nivelles, son père, 
avait reçue, sur le cens de Houtaing, 1470 : de vair 
a trois pals, au filet brochant (Av. et dén., N" 1793). 

— Jean Iloeleijn, échevin de Mielen-sur-Aelst, 1470 : 
de vair a trois pals, au bâton brochant. C. cassé 
(Abb. de Saint-Trond, c. 10) (voir MELIN [Mel- 
let], Ranst). 

Houtain-l'Evêque (Les échevins de), 1543 : coupé ; 
au 11-'', parti ; a, un lion ; b, trois pals ; au 2^, trois 
macles (Berghes). L'écu surmonté du chiflVe 1638, 
et accosté de deux crossi'S d'évéque, adossées 
(Ileijtissem). 

Houtappel (Jacques), échevin d'Anvers, 1557 : un 
cerf grimpant. C. fruste (Hôpital Sainte-Elisabeth, 
Ouitengoeden, c. I). 



HOUTBEKE, voir HONTBEKE. 

Houte (Jean van den), chevalier, jadis prisonnier il 
Basvveiler; 1. t. : 1350 moutons, Bréda, 1373 : 
d'hermine à trois pals. L. : S Jan va de Hovle rid- 
der (Chartes des ducs de Brabant). 



-T (Jean de), échevin do Liège, vers 1390 : 
(C. de B.) (voir HOUSDAING). 



le aigle 



u.C.:d 



i'or. Coun 



— (Godefroid van den), le bâtard, jadis combattant 
illec, dans la maisnie du duc de Brabant, reçoit, du 
lise, 100 francs de Krance, il remettre ii Wijchaert 
van Noerliout, qui l'avait fait prisonnier, ainsi que 
Jean van der llijt, dien hi oie scatte gelijc mi op 
Iwndert franken, 1380 : même écu, brisé d'une 
cotice. L. : S' Godefridi de Ligna (Ibid.). 

— (Michel van den), homme et wijser de la cour de 
Santhoven, 143C : trois fers de moulin; au franc- 
quartier brochant, chargé d'une merlette. L. : 
Segiluin Michael de Lyngno (sic!) (Ibid.). 

— (Jaquemaert van den), ■ homme du duc de Bour- 
gogne, du chef de sou château d'Harlebeke, 1437 : 
un arbre terrassé, accompagné en pointe à senestre 

d'un écusson fruste (ii la tour?). L. : maert 

va . oute (C. C. R., Acquits de Lille, I. 412). 



Houte (Thierry van !), tuteur de Josse Meijngheer 
(lils (le liijcqiiaert) qui tient, du chiteau de Furnes, 
un licf ù Wouuien, 1440 : trois étoiles à cinq rais, 
accompagnées en cœur d'une rose (Fiefs, c. 889, 
1. 103G-40). 

— (F.riglol)ert\anden) scelle un acte du chapitre Notre- 
rianii' ;i ISréda, 1472 : parti; au i'^, une tasce échi- 
i|iii icc de trois tii'es; au 2'', deux anilles en chef et 

ini oiseau en pointe. L. : S EngeWerti 

((".relfes scabinaux, Mélanges, A. G. I).). 

— (Jean van den), écuyer, bailli et semonceur du 
Vieux-Dourg, il Gand, 1481 : une croix écliiquetée, 
accompagnée au l^' canton d'un lion, et un lilet en 
barre, brochant sur l'écu. C. cassé. L. : S khan 
(G. C. B., Acquits de Lille, 1. 229). 

— (André van den), homme du Vieux-Bourg de Gand, 
lo22 : un arbre, planté dans une cuve en bois. C. : 
une poule, issant d'une cuve, garnie d'un vol. L. : 
S Andeas van den llov . . (Ibid., 1. 229). 

— (Gilles van den), tenancier juré (erjlael) dans la 
chambre des tonlieux, à Bruxelles, 1617, 9, 28 : une 
l'asce et un lion naissant, brochant sur la fasce. C. : 
une tète et col de clièvre. L. : S Gdlis van den 
Uavlen (G. C. B., c. 47). 

— (Gilles \an den), même qualité. 1G37, 8, 40. C3, 7, 
8 : même écu, dans un cartouche. Sans timbre. 
Même L. (Ibid., c. 47, 48). 



rjnople (Cou 



Houthem (G( 
Trond, 1542 
t accompagi 



rd van), écoutéte de l'abbé de Saint- 
in chevron, chargé de trois merlettes 
de trois forces renversées. C. cassé 
(Ordange) (voir Hautem). 



Houtmaer (Renier) (et Oudinaerc), bourgeois de 
Bruges, rei;oit une rente sur l'espier de Bruges, 
1481, 3 : trois fourches, ii deux dents, posées en 
bande et rangées en barre, accompagnées au canton 
senestre d'un llanchis. S. s. : un aigle. L. : S Rey- 
nier lloelmor f . c (C. C. B-,, Acquits de Lille, I. 380). 

Houts, voii GOES\VIJNTORN. 
Houtvelde (.M:irlin van den), homme de lief du 
cnmie de Fhindre (il s'agit de liefs du Bourg de 



Bruges), 1581 : un dauphin ; au chef chargé de deux . 
feuilles de chêne. C. cassé (Fiefs, N»» 11243, 7, 8). 

Houve, voir Hoeve. 

HOUVERE. Danel de louuere ; sur la queue de 
parchemin, on lit : del liouuere, homme de tiet du 
duc de Bar, seigneur de Cassel, 1397 : un sautoir de 
menu vair, de deux tires. Seul, l'écu subsiste (C. C. 
B., Acquits de Lille, I. 188). 

— (Gilles van den) tient, du château de Termonde, un 
tiet à Berlaere, 1430 : une lettre /«, surmontée 
d'une couronne (Fiefs, N" 348o). 

Houwaert (Jean-Baptiste), échevin de Bruxelles, 
1G24 : une fasce, sommée d'un lion issant, ladite 
fasce chargée d'un écusson parti-t'uianché. L. : S 
lohan Duplist Hovwaerl 1624 (Bruxelles) (voir 
Hau-waert). 

HOU-WANGHEN ('?). Johannes de Ummgen, 
échevin de Léau, 1359 : un lion et une bande bro- 
chante, chargée de trois coquilles (Uau, N» 49). 



— Pierre van Ilomcanghen, échevin de Léau, 1405 : 
un lion et une bande brochante" chargée de trois 
coquilles (Ibid., N" G3). 



— Henricus de Huwagen, même qualité, 1447, 8 : 
un lion et une bande brochante, chargée de trois 
coquilles et brisée en chef d'une étoile. L. : S llen- 
rici de Huwage sca .(Abb. d'Orienté, c. 2. 



;. B.). 



— Pelrtis de Hovwagfn, 
écu, mais sans l'étoile 
scabi lew , (Ibid.). 

— Thierry 



té, 1459 : raéme 
ri de llouwayen 



123). 



m Huwagen, même qualité, 
bande brochante, chargée de . 



— Goijvaert va Huwagen, échevin de Graesen, 1522 : 

un lion(!). L. : . 6'o va . uwayen (Abb. 

d'Orienté, c. 2, A. G. B.). 

— Guillaume van Hauwaegen, même qualité, 167G : 
un lion et une bande brochante, chargée de trois 
étoiles. L. : S VV'i Havwayen (Heijiissem). 

Hou-we, voir Hoeve. 

Houwere (Gilles de), échevin de Denderbelle-Zwij- 
veke, 1331 : une hache. L. : , . i7/es .. //oi-ere 
(Zwijveke). 



HOUWERIE (CnluTt \;in), jadis prison 



Houzeau, \nir- Houseau. 
Hove, voir Hoeve. 
Hovel, Miii Hoevel, Hovel 
Hoveles iUrnrinis'. arniiiin 



(l//»(rc/W, ,/i((/e.Von/, liiiil,(liilin 



HiJvell. Ilq/urich ma liovcll to Geijiieijijc (Coii 



Hovenacke. viiir BUNTVELT. 

Hovet voir Hooft. 

Hovyne (JucqiH'S d'). Oiluniii do Malinos, I('r28 : 



Hovorst. Ariiiiuld \:ui Ihiero, 

Howarda (Moimo), hoclllinii 
minis lloirmla capituli iiiriic 



I,. : Siylwl liihaii lion h K 



Hovelwijk. Jaoïnrs ,an [V, IIo\r]vc!>Hi,' > 



2 rii .liol-, -2 0.1 i.oinlo. I. : >i^ > 
■)■ llnvcln (Cli;irlos dos duos do 1 
i;i. 111:1, Kili.-i) (voir MEER). 



r lltm'hdjc, jii;;o ;i ]\'erbi'ile (\V:u 



rc/ir„;Uiissoldorr,7wHwonV/i,N"f 



ndrin: llanl i:.[:.\t: (M.m 



Huben von WORMESSEN (\V,iniis?i (Juh 



//»/-ra(l)iis>oi(l»rl, Jul.-llcnj, N".H-Jti). 
Hubens (llonri.i, loirinrior do l:i cour ilo Clicslcle 
(llostol), 1-181 : une iiavolto do lissorarul, posoo eu 



Hiibens. Aniould Ihiijhenit, mOiiio qualilO, irii>n : 
liiCmc ccu, mais la rose ii six Icuillus. L. : SigiUcm 
Art llvibens (IbiJ.) (voir "Waenrode). 

Hubrechts (Georgius), échevin de Louvain, 1497, 
H. i:;i(i : liiMix lettres : 8 et ()(?), soutenues d'im lacs 
il'ainniir. I,. : i' Ccoryii Hubrechts scabini huan 



Huekere, vnii' Ranst. 
HUEMBURCH. \(iir KANEL, 
Huened'irnr, -.vllr |hMii' M:;iviiiiil( 



Huens (Fraïu.-uis), é 



1 de Jlalincs, 1083, : 
;'S de lis; au 2'', une étoile, 
a ciiHi rais, cudosc d'un aiinelet; au 3=, trois anne- 
li'ls; au l', un chevron, cliariié d'une cliaine à quatre 
cliainons. C. : une lleur de lis entre un vol (Malines). 

— (François), échevin illec, 1699 : même ccu, mais 
au i'i, un tourteau, chargé d'ujie étoile à six rnis. 
Mi-uie C. T. : deux hommes sauvages, ceints et cmi- 
ruiiMi-5 de Icuillasse, tenant cliacun lUie baiiiiuTr, h 
!■'■ de l'écu (!), la :iJ= fruste (Malines). 

Hueret (llerwi), jadis prisonnier ii Uasweiler, sous 
MIT CodciKirls, l'i^■^ : de ... il cinq cotices et un 
II. m iHiii liant en pointe; au franc-quartier fruste. 
I.. : 1^ S' llatrià de Turims (Chailcs des dins de 

Hueribloc. l'iri re Uuerhloc, h. de lift de la chiltel- 

liourtîogne, 1471 : un husti^ de Icmme, posé de l'ace. 
S. : u]i ;;i'ill'on accroupi. !.. : S' Pieler llvcribloc 
(C. C. I!., .\e(|uits de Lille, I. 116, 157). 

Huerle (Jean), homme de lief du hourg do Bruges, 
I i(i() ; un sautoir, accompagné en chef d'un animal 



il Heusdens. 

I Hausen. Huissen, VELAEB 



Huet, voir Hove, Huxwet. 



HUEVINGHEN (Je 



N"-l«il). 
HUFFLE (John, 



m dcr), mari de f.alhorint ', 
Je Cccu'KCSl, qui tieiil, ilu | 
Iti't il beiiderlirlle, l.'il.l ; 



: -p S lohis de fh/fet scabini lova- 



Hugaerd (l'in 
l:ilil : Unis I 
hrocliaiil elr.ir 



Hugewist, son Donckel. 

Hughes, Huijghs. Hugen zoon, ele. Ilwjhr 



-Witte). 
- Jan lluijfjhs. 



tla«lip«i. Huijghs, Hugei 



fe' 



Huibens, Miii Hubens. 
Huijbrechts, \oir Hubrechts. 

Huijdevetter. .Inm ilc llu(lrvrllcT( 



Huijge, \nir Taije. 
Huijgens, Noir Hughes 
Huijlenbrouck (l'irin ), 



Huijn. Ji;m //»i;«« 



Il land ind hcirtirhcit. 



noixgiinnolir.L. :S'/o/, 
I , Jiil.-llmj. N" Si>:i). 



nroeilf f.inxelrode), j 



Hiigier, snii Vivien. 
HUGIOEN. \.M, Suweels. 
Hiihn. NOM Hoen. 
Huy, Miii Empereur, Cronen. 



^.S- Remart //»«<• (lliid.i. 




- J.:iii(lils(lc.l.:iiO//»/ic, |.ri 
(lrnss:ircl; i. l. : \-2^> iimul. 
Ileiiiickcii KnoJc ]j|'isoiiiiif 

L. : S' Mmnim Ilwjiic (lliiil 


Miiiiii(T,//tr. s.» 
1-, l:i7i; ï,cell 
ilUx, sons le 

)(M.ir Hoen!. 


Huijsman (llniii), IVniljhui' 


.le ,Sn„n„ v;,„( 


Vietinghof). 




Huijsmans (fiilles), tcnaiicii 
retli, lires (k> Lierre, 10^20 : 


• de ralil.:i\e d 



de iiiorc. L. -. (lihn llvi/amans (Nazarelli'. 

Huijsse. Simon van Huusse, homme de liel' de 
cliùlellenie de Gand, IliOti : éearleli-; a» !'■, . 



■\sf/i/«</f«(nis(l'Arnould), 



:•■ iiicic (liu..>d(lorf, Clnrs-Mark, N» 000). 

Huissen. Thierry van Huessen, borchman lot Ilues- 
seii. prête le uiêmc seriiieul que Jean Min lieinnm, 
vm : de ... a l'écusson plain. L. : S' Tlieodcria 
de llvsen (Dusseldorf, Jul.-Ikrg, N" liU). 

— Jean van Iliwssen, ayant appris qu'on l'a f.nit en- 
nemi du duc de lirabanl (dal ic vijant bun yemakkl). 
dnt mij siinderlinyli leet is ind butcn mijneii wil ind 
ireten (jeschiel is, et ne lui ayant lait aucun tort, il 
donne, a ce prince, vaste, stede swoeii ; liST, des 
SDuncndmjcs na siinte GaUen dach : mime écu. 
C. : une tète et col de cy^ne entre deux tubas, en 
chevron renversé. L. : Siyt lohan van llvesen 
(CJKirt.'S des ducs de Braliant) (veir HUSEN, 
Went). 

Huissier, \oii Joffroy. 



Htichelhoven, Huckelhoven. Ilcnricus didus dt i 



■M van Iluchi/dhavcn, 
I I^scliwih-e, sa ïennue 
illauuu' de Juliers uns 
idorl). mil graveii ind 
ce, surmontée a dexlre 
(jcliive (Ihid., N" ;i9l). 

uillaume van Huhelaven 
Kenaud, duc de Juliers 



; ZH Auldendo 
■bnryhe, WYil 



descron). 
Huchtenbroick ( 



(cviîne, aiKle'O essorant, issant. L. : S 
llvrl ...(!) (C. G. U., Acquits de Lille, 1 



Hujoel (Jean), conseiller de la ville de Bruxelles 
I-IHIJ : trois roses (K. G., I. .ViC). 



Hue (Pierre et Ernest), trè-r 



lenii), bailli i/n Lienœrscli 
I acte du comte de Cléves, 1 
|^e (Dusseldorf, Ctèves-Mnrk , 



- Henri fhiclUebroidi s 



Mengede et Scoduvel). 
HUKELHEM (Ilerraan van) 



mamu Ih-kdlem (I) (Dus 



1 chef de ran(,'on, de perte 
ne aiijie, L. : ^ S Iler- 
, Cléces-Mark, No 7li1). 

Hûchelhoven, Huckelhoven. Jacobus de IIu- 
kelliovcn, miles, donne un acle avec Stephan 
Ai/lsUoven, 1308 : une fasce et une bordure é 

crée. L. : ^ i de Hckelhoven (Dusseldorf, 

Jul.-Benj. N" 187). 

— Adolpkus de Iluckelshûven, miles, reçoit, du duc 
de Itrabant, «0 jtKjera terre in villa dicta Borglten 
(Um-^'!} in cumitatu de Monte, I;i29 : plain; au chef 
charsjé à dextrc d'un poisson recoui'bé. L. : ^Jc S' 
Adolfi u Uokehhovin niilili{\) (Chailes des ducs de 
lirabanl, N" 20o). 



HUCKELBACH fl 



de Hrkehba 


„nl,Us ,V,lle de Odo^ne, >'- o5:i). 


- Egidiiis die 
du duché (le 
veurdeMih 
dictiis de II 


us de Berghe prope Hukclebach iei,oit, 

trihaul , une ri'Hle fénilale, iiar le rece- 

:,:/ i:'i;i. | ;i \,v^v.F^!uli„:: de Monte, 

,, • 1 ■■■ ..'•■•'. ;iii franc- 






1 1^' 

PI. L\l\ 

Fig 1 Eitsinch7ii<< (lie Henipl 

fig 2 S/fli4i>îs tle Heiupdii 

1 ig 3 I ibeit de Heniplinii 

(n4i ^, Il ; 

1 1^' 4 Itiiide Hciupliniiei 



me) miles, buitlivi 
p (1294) 
clievalier 




HUCKELBACH / 



. //fî-i/i 



BACH). 

HUCKELEM, v.iii Heukelum. 

Hnckelhoven, \oif Huchelhoven. 

Huckentier (Maitiv Aninuld), éclicsin iiWn»' 
I l.-.i; : lidis rouilles de tilk'iil. irnviMr.-, sMll^ ti 
au fi.iii(-i|ii;irli,M' l)focll;uit cliiii-r ,1c lini.ll.iii 

Hllckeswagen. Ilcnnrus <•( l-ranbi. (rata- 



li^>sc lie lier;;, 1200; Ilenricus : tMie on losange: 
il.iiis le cliainp du sceau, (|uatre (1,2, I) roses. L. : 
►f< S' llcnrici de llvlxnswacjcn. FraiilM : l\|ie seu- 
lifniiiie; deuK ehe\roiis. !.. ; ^.S' Fr«;iro«" coiiiiti.' 
ilr lliikoiixii- . .1- (lliis>rl,lui-f, Jiil.-lkrij, N- -l-J-:; 



'/.• UiideUijhe scnb h,r 



— Ei-crardusdcll,il.lrhenjh,:M,rù\ulkr, i:;ll, 



en pal. L. ; .S' /.uan/i de lleldcb . . . (liruxelles). 
— KMTard de llchtfbunjhe, écheviii du chapitre de 
S:niite-(kTti'ude, a .Nnellcs, UlOi : écarlelé ; aux 
1'^'' el -l", trois niaillels pcntliés; aux 21= et 3»^, trois 
(leurs de lis, au pied coupé, et un semé de billettes 
(!•. G., 1. 138). 



7 — û/c 

Huldenberg. Gcrardus de lliildchenje. é 



(Iherl V Hvldcbçje (Maliiii'S et lîruxelles). 
- Jean \au lluldcnhcrijc, tniiuelier (ciipcr). a Uni 



i'i l'V : nliire (simple). L, : S [an. . n 

- Jean, seigneur de lluldeberge, clievalicr, cnnseiUer 
du due de lirabaut, 1110 : trois maillets penelics. 
C. : UM chapeau de tournoi, sommé d'une tête liarbue, 
couronnée. T. : deux d"^*. L. : S lan heer ijan 
llulileOer(jh[e ridd\ (Chartes des ducs de brabant). 

- Gerardiis de Huldehcnje, échc\in de Bruxelles, 
1 il8 : trois maillets penchés, surmontés d'un lambel. 
C. : un chapeau de tournoi, sonnné d'une tète barbue, 
couronnée. L. : ScijiUmi Gheri v livide brje (K. G., 
I. 372). 



lliis Juhnnnes de Ilulleberge, duininiis de 
;i.lp'i:nn) cl de Uuscu Uomini Ysaac (l)ois- 



L(S e( lii'\in. de Ihddenberne, ii'JO : dans le 

en a trois cioissantr, (?). L. : Siyitliim scabi 

te II (Saint-l'ierre, c. I, A. 

Noii' Bois, Familleureux). 



(Inncis ili' Iti allant, tudiciiiin noulnun de Kerreke, 

lioriliire tsiioplii. L. : .S Gerardi militis de llvlove 
(l)usseldorf. Jtil.-ltenj, N" 237). 
Kencke = Karkcn, au cantoQ de lleinsberg. 

- Gérard van Uoijltiovcii sccWc un acte de son parent 
('«ccrej Lambert van Goer, 1307 : même écu. L. : 
Hh *>" Gerardi de IMhov . . en (Ibid., N° 800) (voir 
Heinsberg, Scherf). 



. oljn' Ile .... (A. 



Urniiip-lr-Cnnilc, 



Huile iC.hn-rnf v:iii), crlii- 

UnltcfCurlisH:. C. I!., 
- (l'iuriTsan), lilbdoJi';!! 



Hulpe (l.r relier cl /r, , ;, , ., .■ ■;, ,',,„„ ;„,^ 
./r/Zc), ll'.Hi, i;,i;i : ilini^ , .-;, iMll.l, 

lioi, L\lin,jhcm). 
HULPEN (A.-iioulcl van d.T), écnut,n,' ,k Pfdclland 

il'irllaii,!), KUn fu. si.) : iiii lion (un peu fnislv). 
!.. : . . . liai . . dri ilu (llicljia . . (Cliaitos (les ducs 

— Daiiirl \:ui(irr), dit Painvcls, éclievin de Vi!\ordp. 

1.. : . . iinccl vnder Ilwlpcn (Itnixrlli's). 
HULPICH (Jean van) nroit. du lirabant, un 
;n oiii|!i, il,' :iO \icux éi'us, \mn- ses frais et pertes, 
daii> la L,iirrrc dt' Klandre, llloS (11. st.), 2.t mars : 

L. : >^ S luhan van Vl]iich (Charles des ducs de 
Hiabaiil, N" l.'j.sO). 
H)ilsberg. Jean Struvcrvnn llulsberch, jadis prismi- 
niri- a H.KUTilcr, dans l'armée liraliannianc; i. l. : 

:;ii- iii'u s, 137-i : d'iierminc a trois r-, D 1"im- 

lr:n]\. L. : .'^' lohcs Slrmcr de Dvcnd (CU-mIqh des 

< V-t Dui ,uu iiax^de Fau.iueinont. L'acte appelle ce 

KlTl : trois l»',.aiits, on toiirleauN, raiiL;és en bande. 
L. : .S' .irnolt i7i llulshcrch (Ibid.). 

— Hriiniirl rail lliiUhcrrjlie et Evcrard Roide van 
(iliznnirl. \\[i<tlr \aii (liisiinileli) déclare que Jean, 

ran llcrrhcm siin injn pcrl iifijinr indc verdnrf. de 

liiiin; liiiO, 8 juin : méiiic étu, sans laiobrl. L. : 
Hubb . . . (Ibid.). 



Iliiisberg. lininalt uni llnlshcnih : 



|ii iiN'iUoii lie l.")00 \ii'u.\ i'ciis. dus a leii Aruoiikl 
\aii llulsbenjk, son oiicU', jadis prisoiinici' à Ilàs- 
«cilri', à litre de riincmi cl do dommage, liU, le 
31 ...lolirc : même iVii. L. : S Re vcui brj 



— licijimrt van llnhhcrch déclare devciir, îi Jean 
S(liel;irl \aii Olihenilorp (Olipendorp), -iliT ovcrlen- 
srliL' Itijiinsihe (juldcn. iiiiiir -tG7 (sic) pniirceaiiN 
(vncken), iiii'il a\:iil, jadis, emmeiios der ficmcijnten 
uni l-xM van ilcii Ixhlvr ivalde, 1415,21 décembre: 
in.ine (■en. L. : Itrineri (sie) van Ifvlsbir (Ihid.)- 

- Ikijnuer van llmiUhcrvh. Iioimiie du duc de ISour- 
■i.»''W, elc, I i:il : Uhinr ir». !.. : .S" li,'<inner van 
;/tT/,virrr/i(sic,(llHd.i. 



HULSE (Cuillaïuiic \ai 
dcn liai . . iZuijvrkc). 



ivaiideii), éclieviiid'Aei'sclKil, I 
es allongés (liilleltes allongées), 1 
;é eu i)al, snideiiaul un autre, [ui 






HULSHUSEN i 



HulstfSfi«./erNaiidrr),ja(l 



5^c Sanders va IIosl (?) {( 



- (Pierre \au der), éelie\in de La Haye, 1377 : un 
li.uix arrache. L. : S' l'H van der llvisl (ll)id.). 

- (Jean van der), éclievin d'Aerscliot, \{'i'6 : une Heur 
de lis, au pied coupé, en cœur, aceompa^'née (je Irois 
roses. L. : S loli Verhvlnt .•icah- unco'l (Abli. de 
Sainle-Gertrudc, a Louvain). 

- (Jean van der), même ([ualité, li;!H : même leu, 
mais les roses ii qiialre feuilles (liarhées). L. : .S lu 
de Ilvhi scab arscol (Ibid.). 



'_'«/., N" Il-2(i).' 



seeile un acte de Fiéderic. 
iirnic écu, sans landicl. C. ; 
. L. : .S' Gvidolli de Ihlz 



- ll.-uri Duijcka- van lluh(-. menu- (pialité, 1110 : 
même ecu. L : S Hi-nric Ikkcr van Hvls (Ihid.) 
(voir Budberg. Elverfeld). 



vlers van llulsl iC. C. B., Ac(iuils de Lille, 1. 59- 
: Fiels, N" 13i!-2l (voir Hoorebeke). 



Hulstere (Gisicbcrt de), éphevin de Jos<;e de FImikIio. 


llnhUlS 


vir domiiws TlicoUrivus de lloncheria§,' 


(lit de l'i'acl, écuyor, suigiiciir il'Oenlede (Onlcdi) cl 


scelle u 


1 acte d 


M an ILS leValkenslein domim 


ilr Hi's.'iTt], l'ic. i,>2;i : nue plante (limix?), mniiMinl 


in IMl 


If/ (Uettani,^), 13.12; Thierry xaii llomj^ 


de la iiojulr, suniiniil(T lie (leu\ étoiles (Dcijitzc, 


linajm 


clieva 


cr, scelli^ un acte de Thierry >m 


e. 1..). 


Milhua 


et de 


Melze van Mcnide, sa teninic, <t% 


HULTE ^l'ie|■re \:u\) devMiil liuiiiiMe du coude de 


leirents 


in 18 


reçoit, dos paieiiieiits (••wm 4i 


liiT^ l'I de ItaNeiisbei-!,', iiujiicii lievcn ijcnalulwn 


flaiidp 
' llunrl 


1 1 :;:;: ; 


r.:.:r. i,.,.o,M/.r,.K..',.T;„^f^>, 


Itercn, des vijniit kh iras. 1370 : un lion léopaidé. 






: ;; ■ . , i:ll lYra 11» 

-, : ,î ■ ; . ' !... Ilnivllfv. 

: ! l:,.,iMiil, iriT. 


!.. : S- Pclri vnn I.een, (?) (nusseldoi'r, Jitl.- 


( 1 1 -.' 

m dm . 




Humbeekd.e. ccIicmus de, lini, li, 7, Jd. 1.:!. 


'l'Iiicicx 




.'/ . . '.T. ;':ir,nn| in 



IniiMliai,..!!,. L. : .f. .sVyiV/e ,s, 
ic (i;. (;., I. 237, et .Maliiies). 



Humiéres, dit le Liégeois (Baudouin de), cliova- 
liei', sci^neui' de Wilerimml et du Mesnd (et Mais- 
7til). soiiNcrain bailli du eoinlé de Nainur, l.t44, ."in : 



lé de liastognc), I 
m vol (cachet en e 



c de Chiny, 
!i.,.|t;7l3<^). 



lie .Maric-Li\iiie-.Moini|iie de (jorle dUnierlande de 
Saint-Allicrt, lient, du lirahant, le lief den Kleutinck, 
rjclegeii in de Vihoorlsche bcmpdcn, 1738; deux 
écus; A, ècartelé; aux l-^r et i<'. de gueules au che- 
vron d'or, accompagné en chef d'un croissant et 



d'u 






une rose. B., de gueules ù 
Les deux écus sommés d'un 
(cachet en cire rouge) (Av. 



I neuf perles 
; den., N» 7838). 



Hun (Burequin de), homme du comte de Namur, 
Mil : plain; au che[ denché (Mél., c. i 56) (voir 
Fauciuemont). 



landiel hrucliaiit. L. : 

13 i8 : S Didericli vaii, lion ; 1357 : ►!< ',9 ', 

Tlieodici dni de Ilonchcnijn (Luxembourg, c 
1. X, N" G ; c. I, I. IV, et 1. 1 ; Uusseldort, Jut.-Ilenj. l 
i\" 57(1, et Chartes des ducs de Brabant, N»> 11S9, 
1 172, l3iJI, 1302, etc.) (voir Rodemack). 



HUNENBERG (Hohnenberg) fSol. 



V (hlls^c! 



Illl.-I 



HUNGNE, um Wallegrappc 

Hungres (llcrlrni 
llnmjn; alain de 
liar, 1320 



S' Derlrami le Ihnijrc (L 



dame Izabcl la 
N» 93) 



r., Bri 



(l'I. 



;. 250). 



BOYMBURCH, Schleiden). 

- Gerardus, advocalus de llunenslcyn, miles. vi!c,o\{. 
du duché de Brabant, une rente féodale, par le 
receveur de Maestricht, 13()2 : même écu. C. ; un 

vol. L. : ►!« S Ilonelsteyn (Chartes 

des ducs de Brabanl, N" 1772). 

- Gerhard, voit hère zo Hunollzslein, reçoit, du 
Brabant, une rente, par le receveur de ."ilaestricht, 
13(33 : même écu. C. : une tète et col de lion cou- 







Kif,'. :i. l'ig. 4. 

la lie Heiii|)tii\iie,j,idiis combattant à la bataille de H:isweilcr (i:iTii. 

Fig. 2. Robert de Hemptinne, ècn.\ei- (1393). 
; llemptiiine, dit) du Verbos, homme de liefdu comte do Namiir (1420). 
Jacques de Hcniptinne, écuyer, seigneur de Wangeiiies (1524). 



. L. : S Nicolai d 



lltinehleijn (lliid., N" 2100). 



•iiiil zu IloiiiihU'ijn (llondehtein), n^niil. 
al, nu ainiiiple de aOO pctils moiil(iii>, 



1373; jadis prisoi 
rahaii(.onne, 137{ ; 



.(■mers il) sone vo„ Kn 
lus, as voT syn gevenk, 
Uenkijn (jevaiu/eH hnllc i 
<jon von Urabant, iaqiH' 
IL duc, a 



imjn h 



schuldkh ist as von dem gevenkenisse da ich Inj 
mi/iiie heren dem hirzoyen gevaiujen tvarl in dcin 
slrijde von Bayswilra in gidcher lande, 137-i, le 
i novembre : deux lasccs, accunipas,'nées de treize 
(5, i, 2, 2) billettes. C. cassé et fruste. L. : . S' /oW.v 
de lion. lui.. (Charles des ducs de lirab.nut. 
.N"s 2.^04, 2.580). 

— Nidais, vaigt iintl herre zu Honidlslein, 1 fl.j : 
même écu que Gérard. C. : nm- ai;;le i<<aiUe (0, (1. 
li., Acquits, I. 2130i. 

Hupen, voir Château. 

Hupilonne, viiir Groul. 

Huppart (filiene/, lioniiue du comte de HainanI ri 
.le Hollande, 1391, 7 : un chevron, aeciiopa^^nr 
de trois nierletles. l'n homme sauva;.c a^i nmnllr, 



— (Rslicvenes), homme du comte de Ilainaut, 1413 : 
une croix ancrée. L'écu accosté de deux léo|)arcl^ 
lionnes, assis, adossés. L. : Siiev .... Hvpiirl 
(Mons, Abb. de Bonne-Espérance). 

Huriaux (Pierars ', li pères, .Alan Rasoirs (lo loco] 
el Jehans Warnes, tous bourgeois de Valenciennes, 
reçoivent des rentes viagères du Brabant, 1415; 
l'acte l'appelle aussi Hiiraux et Uuriel : trois 

chouettes. C. cassé. L. : . Pier (Charles 

des ducs de Brabant) (voir Rasoir: ccmip. les 
armes Warnes). 



Hurte, \ 



I SchOneck. 



HURTEFALE (Colarl de), juge de noble homme 
Jean de Haissg. seigneur de Chierench (Clléreng), 



HURTPESCH. Loi 



-'(vuu- Galonné). 

Ilorlebise (lliu'te- 



Husmans (.lacques-KraiH'ois), lice 
de la cour d'Engliieii, 1002, >< 



Hustin (Alard), lio 
actes relatifs aux 
près de Tournai, lUO, 11, CiO, el une charte concer- 
nant des biens a Vczon, 1-101 : une grifle d'aigle, la 
serre en bas, accostée en chef de deux étoiles (Tour- 
nai, Chartreux, Il et X, et Croisiers) (voir Malet). 



HUT. 



Uni 



r de le lliil. 



le le lli-l 



(voir Aubry I. 
Hutzart (Hutschart), vnii Broekhuizeif. 
Hutte, voir Broux, HUT. 
Hutten, vnii Ingeii. 

,in du duc de Bourgogne, 



Huus (Koberl). 
Petegliem, l-iC 
accompagnée a 



écartelé ; 



erlelte, 
' il cinq 
lerlelte 



{sans rétoilel (C. C. B., Ac.iuits de Lille, I. 1 
Huuscht, voir Tuuschs. 
HU"WAGEN, voir HOUWANGHEN. 
Huwelet, voir Hoveles. 
Huv^elex (.laii|iir-i, Ihiiumr ilr licf du llaiiiaii 



Huwet (Jean), éclievin de Templou 
hache. L. : S Jehan Iluuet (.\an 
c. 517) (voir Hiiet). 



Idegem. l'icrre \;iii IJedeghem, Il 
Solle-iiii, lili : lieux lasccs, suniiontirs 
rloilc cl d'iiii oisfau (ElSL'iihpni). 

— HiTiiarJ van IJeghem (sa l'einine s'appelle Catli 
donne a sire Adrien van IJef/hem, rcligii'ux a 
Corneille.pcès de Ninove, la rente 1er noddinsi 
lili) : denx tasces (Ninove) (voir Gruter). 

IJden ((iiiillaiMiie) scelle pour Jean van Mijp 



j liet de IJLEM, Miir Salm. 



(l'i. 1(1, ii,.i:,:,-. 

,|,ii ILLO, Nnic YLO. 
^■-1" Ymer (l'urmli. jai: 



a, lier. I. : ^ .S P,rn,l /,/.s Hnn 
ihoff, MHi Hoeve. 



c.) (N.iii- IJen, ORSHAGHENl. 



'S, Iintnerseel. ,/«/i 



Icllic \). !.. : 6' IijÏs hlcn ^cab ar (Abh. de Salntc- 
(RTlnidc, a Louvain) (voir IJden). 

IJEUWEN. Jean van Eiiwen, jadis prisonnier ii 
liasweilci', sous le sire de Vorsselaer, 1371 : trois ] 
chevrons, accompagnés, chacun, en pointe d'une 
étoile il ciiKi rais. L. : t^ S lans van deii Yenoen 
(Charles des ducs de Braliant) (PI. 10, llg. 2!j;!). 

Ignoye (Henri), alleuticr du duc de lirabant, k Jo- 
doigne. Util : trois maillets penchés ; au chef chargé 
a senestre de trois pals; au franc-(piarticr chargé 



hrochant sur un bâton (C. C. B., 



. ao). 



Ihren. Cyse van Yrc scelle un acte de Jean, seigneur 
de lleill'erscheid, en faveur du couvent de liedbur, 
lil97 : un burelé et un lion brochant en chef à dex- 
Irc (Dusseldort, Bedbur, couvent, N" -2'i) (l'I. 10, 
llg. 254K 



— I3.S — 



Imnievse . . . (Ibid.). 
- Charles van IJmiiœrsele, 
Miiis le sire de Vorsselae 



1 IJmmerselc, prisomiiei' 1 Immerseel. Guillaiiiui' van IJmmerseele, éclievln 
■ I.uNciuboin-ii; i. l. : lio il'Anvci'S, lS'2t : même écu, linsù d'un lambel. 

eu. L. : ►!< S^ Ariioldi de Même G. (Ilùpltal Sainte-Elisalu'tli, Ihiiteiit/ueden, 

c. 111) (PI. 1(J, lii;. 2;i7). 

""'. I — (Gaulliier van), éclievin illec, ir>37 (n. st.) : trois 

chargés, chacun, d'un ocuss i liois Ik-urs de Ils. 

an pied coup.;-, h. : S ]Voiirr ta Immcrscd (Karon 



S KaroU de . . m'sck mililk (Ihid.). 

iri van Ummersde, bâtard, prisonnier dlec, 

la bannière de Guljk; i.t. -.m moutons, 137.1: 

e écu, brisé d'un bàlon. !.. : . Urinrià de lin- 

....(Ibid.). 



. . celé iiutilis (Ihid.). 
mnnes de UmnterseUe, miles, 



l'ini W (Mali 



1 il:. x\: 



- (Henri van), échovin illec. 1G28, 30, 15 : trois llenrs 
de ris, au pied conpé. G. : deux pieds de cheval, en 
chevron renversé (Maliucs) (',nn- Arkel, Ranst, 
Renesse.Riilieiiipri'' Sompeke.Thlennes). 



rds de cheval. L. : S' loh'is de Ymnirr- 
Ibid.). 

es dijininerselle, sénéchal du liiahant, 
duc, 1-5(1(1, a liruxelles ; Jehan, seujneui 
déchue avoir élé inslilué par le duc de 
halclaiii de Turuhout, l-Kt-Ki (n. st.), 



)Himpr.se/emi7i(i.s(lliiil.). 
— .lean van IJmmerssele, h;itard (\(uc Ransti, 



- Aiiioiild van IJiiuiiersele, échcviiL d'.' 
tiiiis lliurs de lis, au pied coupé. G. : 

lai Salnle-tlisabetli, BuHempeden, c. 

- Jean van tJmmernelc, chevalier, sci^ 

!.. : S lan va Imersele lien- m Yei 
lies dues de HrabanI). 



llerii. M" K(17). 
Impe. Malliicu \au IJmpe linil, ,lu château de Ter- 

M'ic en ird ■ o„Md (l-'icl's, .N"' 3:,!ll cl :i5l(l) 

(l'I. 10, li^. i.-IH). 

Impegem. i\Ialtre Jean van IJmpeiihem, bourf;eois 
d'Anvers, jure lidélité au comte de Flandre, 1338 : 
un chevron, accompagné île trois maillels (Chartes 
des comtes de Klandrei. 



Impens (Josse), p 






Ingelheim. Pliitij)jius du Imjhelcm 
!(• Uode (Itolduc), KHiO : 



Imstenrath. W'inandl van Imstenraedl. seigneur 
ilr MluT, et Fredmch von Schacsbery zu Schaes- 



;. L. : ►!< S l>hilii)pi ntit' i 
aiU'S lits ducs (le liraliaiit. N" .Ml). 



INDE (J.' 
>nns la 1 


anni,' 


den), jadis prisniinier à B 
■c de Uike: i. t. : 27 1/2 i 


"ii*^ 


1er, 


V.\l\ ■ m 


elles 


•on abaissé, sui'monté d'un 


lai 


bel. 


I.. : ^ .V 

liraliaiil) 


• lan 


m den Inde (Charles dos 


duc 


s de 


— (Alllnlll 


13* 


den). Iioinnie de Gilles van H 
77îOV( van de Inde (UiiiNoll 


me 
es 


'1- 


Eijnde 










Iiulervelde (<J 


iiriNiis et Nicolas), fiesiconi 


cva 


nde 



INDOUT '/nilu'i 



a.iuMir ,11 dut de deux étoiles. L. : S Ghcrls 
Capaeii (Cliarles des ducs de lirabant). 
Inghel (i'hilippe), maienr de la vierschare de Tiel- 



. JiKjele (Ibid., I. 89-90). 



r llollzha 



lentdfen 



Kl ann.i.^-.Viiloiue-W.ilfi^aiii;. baron .Scliutz de llolli- 
linusen. conseiller iiilime de S. A. Klectorale de 
Mayeiice, bnrfiravc de Slarkenbin't;, grand-bailli 
dans la Rei-slia>^e, el de Marie-Anne-Uarbe, ba- » 



ii-i, ri airieie-petile-lilledeiiiessiié 
scliiil/ de Iloltzliaiisen et d'Anne- 
il ; et ipie, enliy. ladite Marie-Anne 
uitble . . ., sans aucune balardisc. 
I autres empecliemens iiiielcom/ues: 



Ingheiram (Pierre) (et In;ilicram), liotnine du romlf 
(II- Klandre, dans la si'i^neurie de « le lloulsehe \ 
HOI, :i, .•; (n. st.), : : un bé'lier passant. L. : S 
l'ieter lans Imiheham (C. C. H., Aeipiits de Lille, 



Inghelram. Il.iiii IiK/clram, éclicvin de Malines, 



.rim lir^uit, nu l(iiiit.;iii (ailllrlct ?) (MalillCS). 
Ingen. /<o|e lierre] mn liKjlien. el EiKjliekn, tQ(;aï\ . 



INSEYNE, N.iir Waha. 
IJpelaer. Jean, le iMlar.l \ 



- (Jean van), jadis prisi 



11 UaswL'ilcr, sous le 



hrocliaiil (C.hailfS dos ducs de liiabaiit). 

— (.lean \an) (Ids de Piuii'c). échevin de Ilensden 
(lirabaiil), ITil i : (nu-niiiii,' an >aiil(.ii' (Maliiu.-,). 

- (Pieric 






- (l'ie 



Ir Jca 



Ingenhousz, Miir Grez. 
Ingenliave, xdir Hoeve. 



Ypres. AtiiuIiIux, dicliin do IJpere. 



: >^ S' Arnoldi de Ypcm scahi 



lent de rendre iiideii 
sœnijer eiidc ncve, s'elaiit 



zieheii viiii IJpre, 11-2(1 : t 
le chevalier (sainl (leui 
tenant une lianderole. le I 



. 100). 






(Miii Bronkhorst, Nieuwland , 
IN GHOEN DIPPRAME ((.naid 



INCHUIJSEN (Km 



Bailleulj. 

Irchonwelz. Jaci|iics do lUnxhouwez, lils de teii 
l'iene, allciiliei- du llainant, liOO : une liande, 
cliartîée de trois « cloclieltes » de vair et accompa- 
'^noe au canton senesfie d'une coquille, L. : -jc 



'e 11 . . 



(Toiu'iia 



- Jaci/ucs de Ikrchiiii 



— i:vei'ard van Inchiiincn pi'cle » un » sceau ii Ilei 
Cols (par qui il est qualilié «ere^, (|ui fait demi 
lirenient d'un lief, a Krps, relovant du damoise 

DE RA.A.DT, t. II 



Ipchonwelz 
Irnich. Diiii» 



?;:-:;.;;::;:: 1 



L. : >■}. .S' llaldam de haujim 



propre, l:îC9; : UIU' 1:imc, MiiiiKnitn' a dcxlic i 

oiseau. L. iaS8 : « . . lurnirh . . . (l)ii>srld 

Jnl.-lkrij, \'" 8:!ri et lii'K; Cul., N" HiH). 

deMlv .rime meilelte. !.. : S' D,in . .'. . ,lr Yr. 
iiiUUis (Dii^eld.irr, Jul.-lknj. \"- Sili» l't iliîl) (\(iir 
MUllenark). 



le de lief de daiiioiscll. 
IL Croesidans sa Sci- 



Isaack van BUUesheim illeiiri) (!) seelle un 
de S(Mi paient {neve) LniiU \a,i Oiinliauur (liuri;aii), 
i;!i)l : un lion et un >eme de . . . (coiinilles, i 
elietures d'Iioruiiiie'.'J iDusseldorf, Vol., N" l|.i;i). 
Faune, Corin. O^SL-lileLlUer. 11, 210, ad vncem Burg 
.111 que Louis V, B„ chevalier, qualiOe /saa/.-(!) 



(Ilil'd,). 



IJsebrant. Marc Uschrandl, tnteur, de par 
d'isalieaii de Neve(lille du damoiseau Jean), qi 
de la Flandre, le diàtean de le. Vnonle, a Sai 
(Waes). 1019 : écarlelé ; an 1'', un lnn|i i: 



(Wicht) : : 

C. : un loii|i 
N» 71-Jl). 



chef a seneslre . 
vron, aceompa^ue 



: 1^ M(irw vttii )iciy/ie 



Uudit Marc ilbid.. et 1. Tl^J-Ol). 
— Jean Hapliste Isebrant, lils d'Antoine, t 
il Keniseke, 1038 : luéine écu, mais sans 
casse (lliid., K" 0720). 



Iseghem. I.MiicrluI ,/,/«•;,/«■,•;, 



Belle, Rijicjker 



Isenburg. 'l'hcditcrici 






L. : ►f S- 11, /,/„ 
senburg. Ik,,,,,,,,, 



- fi; s' i:iizal,rlli 



- Tlirodcrinis (/«• Yscnlnmi, wilcs. S( 



m (Katzenelnbogen). I,. : S' 



— 110 — 

Isenburg. I 



Isenburg. Ilenririis île 



lii'i's do la liante. 



'ii\ r;i-(rs; |(, ti'dis clu'vroiis (Hanau). 
u-idi.-i de Isiiibvni (Ch-Mlvs, (li'S ducs lie 
■,js;;, il l)ii>M'lil,iir, Jnl.-Ucrij, N" Ciil). 



■ Aiii 



esl vrayeiiieiU iiublc, du tous lontez, sa/ij> baslardis 
ou hoimjcoisw ; linixelles, le ti mars lGi7 : dtii: 
fascrs. 1,'i'i-n soniiiir d'uni' couroiiuc' à cliui llcuroii 

d'Ol'. L. ; «6rn;r usa, 

(|;,i'aiid module) (Clia|iilri- (le .MmH(-, i:i;iIi|. nli-. 
c. KCC, A. (J. 11.). 



iVIsenhour;! cl ilc Crn- :i 



ur. L. : 



.■iMl,mim;,;,rs) (Ihid., c. V^To^'iv (\"ir Aix, Blan- 
kenheim, Brauusberg, Harscheidt, Ho- 
henstein, Kleeburg, Runkel). 



ISENDER, Miii Blankenberg. 
IJsendijke (llciiii \:iii), Iciiaiicicc 



(Miilincs) (Mlle Schoutheete). 




^^ 








Fi^'. 4. 




.1. 

r. ï. Jean Badi'loii (liiû 
,^ li Etienne vanlielli 
,^ -1. Abel van Euskirc 
s,. 5. Juan (iodenaerts, 


L'i'ii, chevalier 

ikhoveii (1357) 
len (1357) 






^^<^' 



ironne, contre 1( 
te lie Flandre 
(1350). 



;iiilliir[' VMii JJsendorcn, clievalici' 
lih clr Cueldru, |;187; G. \ m Usai 
I (lue, i;i.s8 : trois pals de vair; ai 
luxUe d'iiii léupai'd (11(111 It'oparilé? 
•t l)iissfkl(jft, Col., ■S" 1118). 



■I Jean \uu Hijiienstcijn 



(Indcnsiiaiije nac ilaluin (lias brii'H kiiciiil arcr aciil 
dnuje, dat is des liiidciisdaiyes nac dcin sniinrii- 
(laiije in der vasten, als men tn dcr lieijlK/cr kijvhvn 
^Unijft Lclare, lijllich Itjcgen avend, toc lloesden 
(ll('ii^(l(ii), ilnir ahdan bij oir toe stapen, 1391 ; 
liiii> [lals lie \aii'; au chef chargé a dtxtre d'un 
liim leopardé. L. : S' . . . illie . d . Yseiidore (Dus- 
M'iildil, ClOvcs-Marl;, N» 570). 



I.i:il : nwmc (xn (ilcldj. 

— KiiKsl \an [Jsciidoren scelle le coiUrat de iiinriage 
de sa lille, Callieilne, avec llcrbcrc dijc Cork van 
Ncerijucii, I.Vio : écaitelc; au f'' et V, trois pals 
leC (le ipiai'lier plaiii ; aux 2" et :i'', un 



fa- 



Il picC( 



IJzendoorn. Callicrine van IJsendoren, lille d'Er- 

de iiiaiiaye avec llcrbcre dije Cock (van iN'eerijneu), 
1535; elle scelle le pai'laj;e de ses tils, Gisbeil et 
Jean, 1558 : tcdis pals de vaic; au chef plain. L. : 
S' Kalrin van Issenderen (Geld.). 

— Antoine et Jean van IJsendoren. témoins de ladite 
.lean : uii'uie écu. G. : un lion assis entre deux llani- 
(Geld.). 

— Antoine van IJsendcren, ?eij;neiir ilc St(^rk(iiliiirn, 
l'ait, au su.jet de la Mi.r< ^ i n lii;_-ii.. de ses 
parents, un compris :iM i - Ihrlieren 
die Coc/t van Neerijniii, n ! : ( h - ^ , l;i.|uclle 
aura.e. a. les dimcs de (.mi imi. i:,:is : m, uic écu 
(pie son pcre, Krnest (l.'iS.'i). Cq. eoiuoiiiié. Même G. 



IJzeren. llcrhei: 



I Jea 



e d'Ha- 



Gcrard lldlilnn rt ,/, , , mnpnuijnons qui pnns 
furenl n faire le marchandize de la conlcit de 
Clunij, entre le due de Luxembourg et le comte 
de Looz, 136i : un l'ascé; au franc-quartier chargé 
d'une fasce de cinq fusées et d'une bordure dentée. 
L. : % S lier .... de Yserin can (Luxembourg, 
e. I, 1. I) (IM. 10, fig. 2(50). 



— Elias de IJserne, bourgeois de Tirlen 



it, 1367 : 



liilli lt(^s. I,. : .S' Tinlmani de Yseren (Chartes des 

,liics(lcl)i;il,.-inl). 

ISEREN Criiierry van den), échevin do Berk fliheiu- 
hdV', V.\m, : trois fers de lance, ou pointes de 
llcclK (iMi^seldorf, Col., N» 1118). 

IJserman (Tliijs), jadis prisonnier a Itàsweiler, 
sous Uobert de Namur; i, t. : 342 moutons, 137-i : 
trois besants, ou tourteaux; au (ranc-quartier bro- 
chant, chargé d'une fasce, surmontée d'une étoile a 
cinq rais. L. : >i< S T;ics Yscrman (Chartes des 
ducs de Bi'alianti. 

— (,lcan), prisonnier illec, sous ledit Robert; i. t. : 
2')4 moutons, 1374 : trois besants, ou tourteaux; 
au franc-i|iiartier biochant fruste (fasce'/). h. : S' 
lohanncs Yserman (Ibid.). 



Il' Jean de Vos, scigiicui' de I,nvi-ii- 
iiiir;;.-]!!, i4;JG : un clinrou. ar- 
M- hillcltcs. T. d. : un lioiiiiur 
!• (niitps iiii-cps, lirandissant mim 
dinjlr. L. ; S Inn hennan \l-u(.. 



IJsewijn, \(iii Sinet. 



', N" (!:,:i). 



Isle (Iladoux d'), cclicvin de IJi';;.', lili.S : dans li 
cliaiup du sceau, un riiembii- ih: lion, en i lirMdi 
l'ciiM'i'Sc, la giiiïe a dcxtre, et un semé d'étoiles. L. 
>fi .S' Radvl/i scabini Imdicnsis (C. de 11.). 



IJsselt. CislHTl van Usclt, jadis prisonnier a lias- 

IJssche. (krardn>. île Islica.diipifcrûii duc Henri (III) "M 

ilr lii:il.:inl, l-H;n : trois (leurs de lis (couiplKes). 
I.'r.ii ims,' >ur lui lioii eonlouriié(//ei/fosem, K" 1 7 1). 

— Ilrnrinis de JJsclia, éclieviii de llniMilcs, i:i;in, 1 : 
Ir.'i- llrur^ de lis. an pied coupé. L. : >{■> S' llcnrià 

Dnixelirs), 

— Ileurl Naa /Ar'ie. (lieNalo r, rein \in i7/,v, l:i(il,:i; 

►f< .S' ihii llfirui (le ïslica(\) mililis (Kruxellesi. 



■ (Kserard d'). 



I illec, 1202 : 



llrn 



:i Itas 



Kcisll 



P lloll 



iHii' Ir Irnir de lui en liet, tlmis le l.l.srlslfiiir. ,1 
iMi-o Irires Icn (Jlicme, in lliiiil.cr unni, ii 

I llnnirarp (llnuknopi, in lllnrlanl (Itloklaiid) 

. : ,lr hrhIriN , . ( llnllinidr). 



- .Iran Nan lUche, eclievin dWersrhol, li-J| ; une 
lillrr \) on chef a dexire et dnix lleius dr li>, au 
pi.d coupo, 1 en cIm'I- a senesUv, 1 m pointe, L. : 
.S'/hk mnllxchiusir) sailii tirs {\\>\<. de Sriinle- 
Cerliiidf, a l.onvain) (\oir Esche, Chitine, Lab- 
h>is, Rover, Schohister). 



dni de ïtseUleine (L'trcchU. 

- C\>\hv\ van Iheklem (Ids de Henri), liourge( 
ill.l-M l-lrin, lilii : unctasccct un .sautoir êchuiuf 

luo, liiiiit. L. : S Gh lleinric socn vt 

hvhicm (Hollande) coir Egmond. Wisch). 



Idorf, Omnije-Mucr.', 
11 IJssem, reçoit, pm; 



— Liic/f mil IJssciii, liailli du comte do Clèves, ii 
A^pel et a Recs, Ilifli : un cerf passant (Diisseldorf, 
Col., y ll-iG). 



14.S — 

fous. L. : .S /i.vl cnc diltre (Mniis, Domaines de 



berg, EGER[EN|, ISTEN, Spee, Vossen 

ISTEN l\in.riil \au) [\,imn!),sa-ai/i^r iiiidc frini 

Itter (Maille Ghnni vam (Op-lller), licencié es de 
dniils, lieiileiianl des liefs de l'abljé de Saint-Tidi 
luHl ; feiidalaire de Oioz, l.'iîld : nnc croix ;;iiii, 



ITTiERtEN. Ilrn 



1 );!i : mêmes éeu el C. Ci|. c 



■I- jiliiiii (Allliiilici,,) (Miii Péril- 



■ a tiois pals. C. : cassé; on voit la 
e de deux pâlies de cei't. L. : Henri 
dire (Hiuxelles, fonds de la famille 



— il.r iii;iii|iii, il) il du Sainl-limpire, baron de Soye 

il de liianiiriil i.:, \icomlede Uinanl^cliambellan 

de I,. L, M. M. I. I. et H. R., seigneur foncier de 
lliilipaye, lienl, du lirabanl, la seigneurie de Uamil- 
lies et plusieurs liefs a Iluppayc, 17S-4 : de vair à 
trois pals de gueules, licircoiiionné. S. : un lion et 

tous deux regardants. Bannières : a, de vair a trois 
pals ; b, de sinople a la fasce (Av. et dén., N-'s'TSSd, 
7330). 



uenée. rtu | Ivoix. Lambclcl d'ivoix, (•cuver, homme du d 



a.tie.-, ! ,1^. ii|.;,t„|„i). 



tler d'Yve i IJ-wiin IJ^vii^ 



;i Aix-la-Chapelle, 1350; dros- 



, 1 li- 






es. C. : 



cols allongés, rocour- 
La caiieline seiuéo de feuilles de tilleul, 

laut. L. : S- Mnthi k Yveh (Dus- 

uiauderie de Bicseii, N» 37, Jul.-IJerg, 



Ixelles, \"ii Haseldonck. 



Jadon ( Jadou?) (Jean) se 



- (Georg 


es de), éclieviii du métier de Zomerr/b 


(Somer;. 


em), lolO : un cor de chasse contiiur 


I..v: . . 


. . s lie Inyhcre (C. C. I!.. Acquits de LU 


l.tlT) 


voir Artevelde). 



Jagnëe, voir Jannée 

Jacart, voir Jocarde. 

Jacobs. Jat-nlms Jncobi, échevin d'Oesleririjc (0ns- 
ter»ijk)ul s'agit d'une terre in G/icie/ = Gicsol), 
1333 : une branche de pommier, fruitée de ti'ois 

pièces. L. : ►!< S' lacobi fi cobi (Abh. de 

Sainte-Gerlrude, à Louvain). 



ssc Jacops, 


de Gaesheek, j 


idis pri 


onnie 


i"3"f' 


!.. . Siijilh 


/ncx 1 


'::;:;' 


rAis soe«, t 


chevia de Le 


rmonde 


(Leks 


;,SH : une a 


gle. L. : S' Jan lacu 


i.v Me 


Rekenkame 


r, y 004). 






n Jacobs 


zoen, échcvin 


d'Auist 


enlau 



14."j8 : une marque de marchand. S. s. : uu 
(Notre-Dame, Anvers, tonds des Chartreux d 
Salicjherhavcn, près Amsterdam) (Fig. \XXI). 



e de moiiseigne 
Hon, lo26, 31 



Chap., cnpsa rcr. ej-traordiiiar.). 
— Jean Jacops, liomnie de lief du château de Ter 






^ 



^ 



Fi?. 4. 

n. Lxxii. 

Fig. 1. Jean van Gi-oesbeek (1358) ^ 
Fig. 2. Gérard van Uesc (1357) 

Fig. :!. Rover van Ingon (1.357) | 

Fig. 4. Michol van7i'er6K'r(C0rbitz0,chevalior i 

(13Ô7) ' 
Fip. 5. Louis "i'c^ Ly'»iî>?i//îew, le JLMine (1357) 




Ayant, tons, combattu. 



Jacquemart. JiuLrimn Ji 

Jacqiiemin, mmi Ghisen. 
Jacques, \nii' Nothomb. 



(lilhe de JaiiMimz, sci^noui' A'Otjon (l)oyoii) t' 
ili' SoTLVz (Soiir), irhi'viii de IJcnc, \W.\ : u 



JAMERLOE (cl YAMERLOE) (llciici \;iii) 



l'.VIIfilil, 10-23 ; lioimiie cli' licf illec, llj:il 
ari'iiclU'. accosté de deux gerlies (Ihid.). 



Jammaert van HALLEER (llalln) (Jean), 



I,. : Silehiin l'or . kl (CM: 
(voiiPouUet). 

Jamotteel (Jean), ja'li^ pi 



JANDRACO, \(Hi MARKELE 
Jangeruts (l'iiiic), ecluviii de ('.(iisw 



d'Oiieiile, e. 
Jancour. Cii 


Maiiiiir san CIicIk 


inco.r,. ja 


lis pi 


i. t.: If 






;é d'ui 


clnile el ;.. 






\ersct 


L. : . . . illw 


;,. :ir /.;,,:',,„,■ 1 


„Hlr ^ .[r^ 


lues 


Itrahant). 








Jannée (aiiss 


Jagnée). Cérai 


d ran Jaij 


lee, pi 


soiiiiier illcc 


selislUdiellde.Nai 


.ur;i.t.:. 


.S5 nu 


liniehaiile. L 


: + Si khan ,U 


('•aine (V.\u 


ites d 


diicsdeUrnlj 


aiU). 







Jan|s]. Janssens. elc. nHlcm Jnns .sohc ficelle u 
iittc d'Aiitdiiio, lils ilu sire l'itirc Nan Al iinimnl. i 

1^J73 : un purli-ùmaiiclié. I, : ^ S' ll'iV 7(1/1 

(/clan,!,'}. 

- Jchans /[,V.j JWm«s /T-Y.s] r.r .Ifr, l,o,„nu. d 

Iniillr-, dr Idlnil, U's li^cs eu liaut. L. : . . /«« / 
lait I 1er, ni . (Cliarlcs des comtes de l'Iaiidr 



Jan|s|. Janssens, ilc Jdco/; 7(i;i.vf.s]o«f 



saiil, aceuinpaiAlu- cil |imiilf d'un livllr. L. : .S//i 
lans sueii (Cliartes des ducs de liraliaiit). 

— Arnt Jans soen, éclicviii de Uréda, 1380 : plaiii. 



iiiiiiid), l;iHH : Ici.is |ierr(iiiiirt> iv;;ar(l:iiil-, le^ dn 
dil chef adossé,. I.. : S i:,iheil lan .'.,„-n {\niUrn 
Rekrnkdiiier, N'Mini). 

— A?ulries Jans socii, échcviii de I,ak(i\rld, |:I8H 
deux ijoissoiis, posés eu l'asce el rain;i> en \Ki\. !.. 
S' Anderies lans siicn (lliid., N" (iii.'i). 

— Ilarniaii Jans sueii , éclieviii de Leideii, 13! 



a„.s s,,vn ill„U,ln,i,-). 

Claij. j'ilz JiJtaii, l,lz Gautier, m 



■ Ja,dlf Jan lluyhe,, 






lira 



— Jan Jans stinc. coorscepene in Scdlachl (Schellacli), 
1410 : un lion coiiLoiiriié et une tasce linichante, 
chai-iiée d'une rose (C. C. U., c. 113). 

— Dire Jan Daniel!; zocns zoen, l)Ourj;eiiis d'IJsscl- 



(U.)(Kii;. XXXIII). 






- Willem Janssen, éclie 
Satlinnen. 1103 : trois 
d'une éldile. 1,. : .S l 
Acquits de I.illr, 1, 113 


■|/. 


Il duc de lioui'sosne, 
• ;ic( oiui.n^nres eu cœi 
/((«.S- .voue (C. C. U 


- Robbrechl Jan llu.j, 




«»,v zo„n. éclH.in d 


rai„ese,i,.al,,Mal,ur.u 




Hugen n Robert 



— Andriea Janijiliszone, echevin de la Salle i 
1420, 1 : une nianiiie de mareliand, loriii 
sautoir dont les liras inlërieurs sont réunis 



Jan[s], Janssens, 1 



Honneur i\„^lrc Dame lez FUne 



IriiUini, \:',-2'i : lioi 
iMchsJnHs,ien(V.) 



toiinéi'. en cœur, de 
sororis Marie 



Jardin. Juhuns de JanUin ('.), éclicviii du Judoisiiie 



(• IVii ViilnrU, lMiiir;;co 






Seel InnUi, i.M. dr \Mye du lioNiucau) 

(Miii Bocheux, Bongart, Morcourt, Se- 
raing, Wargny). 






, GO; 



- Ilein-ij don Jardeiii iL Damah diju Jadein (sic 
alhnvjrs du duc de Uiabuiil, scellent un acte c 
■< n iitiri- n de lîiaiue-rAllcud, 1-ii;;; Henry : lin 



'i'. I'. ■■ . Ileniy . . spar . 

: liKiliaul, lleijlissem eiXhh.ûe 

. dominua de Jacca, de l'a\eu de 



— Sii.iJi' Marie (du Giirdi 









,.n.M-,l,:, V;,lrn 


„.,„„■., :tsr,T,iin->ti-e; le iHHirlir,- 


N- 8;.8, llioo). 






/)nvL'"'(''nMl>v' 


ril : crii a la' là>Vo."L.' : V «' 


Jauche. Ystas de (Uimmemjia, 


clievalier, re(;oil, du s 


-'■'■'■"•••••"'( 


..ilrn Jomuia^éKlhid.). 


frais et daiiiOfie: (^ueiTe d 


\ ieux écus, pour wl. 
l'Iandie), i;iri7, !.■ 




Jauche. Willian 


Muf fatr^unnoulf ' d'iiH l'n !i,ol 


-;' '""'■'"I"'' ■ ""■■""■ '■^■'"- ' 


ais la las.e cliaiv^' 




;i cinq |irii'l:uiK 


(Ibi.l.). 


(Ihid., ,N" l.-;'rJi. 


► 












), scelle un aclc de Louis Sciele- 




s, iriH: Jehansde M 


l'allr, ch.ilrl.illl 


de Naiiim- et bailli du comlé de 


Jniiclie, sires de (iunineijnies. 


elieniliers. poiu' lui, ' 






-Il : lype éi|uesl.rc ; le Lionclier, 
I--C a la fasce. (',. et oniemeiil du 
iiniail. !.. : Siyi//om (!) G 


son l'i-ei'e, L'slasse de i.mii 
S(Vi . un, elie\alier, el -;m , 


eqnies. sci;;llcur (le 
iUHu, Cciard dohies 




(Il'l> 


c), liuniiue du coiute de llainaut, 
. !.. : dem 


ou pnijs de AusM,, (AUaco 


ccc.\il, du lli-aliaii:, 




".■l^vlh'rJrMr 


rs de Jaiire. Ii /oe.s/ics (cl ti jd:.). 
niach'du hailli de llaliiaiil, |-."j7 : 


.■:;;:::;;2:w,;;:,;:id:,v:. 


S Ichnns sujnevr de 




1.. : . . . Odrf . 


r hnrhc chlr seijnevr de llinduv . 


— .Icau, siiT de Coiiiitieiiiiijs, 


houuiie (lu i-fuiilo de 




!,i!i'i''ir''",r,'i'u I','i' 


dicsccl : un éeu ii la fasce, sur- 
IkI a tiois pendants. L. : .^ Seere- 


iSrilVe d'aigle, souleuanl un 


Ii.Zii'"s^a«i' d'I!!Ie 




'™"""""^'"' 


., Aldi. de lioiine-ICspérance). 


houle. !.. : S lohan . . lach 
(Ihllande). 


■ .s-;/ . de . om '. . . eijs 




,lii Ikiinaiil, 1:1 


Vdiaumes de Gmiclie. sires de Guu- 


VX'^u.u-S^n-"''"' 






- Mon.sci.j,u',n- 


ierarl de (!omiiiC(jnies, siiKjneiir dr 


vus.al,lu,Ut..,h„-..,,o.-,a,t. 






Masiauuj, , li, 


aller, liiunnie de lier du llainaul, 


— Cdl.s mu Cliele, clii'\aliiT 


prisnnnier iWr. s.uis 


1 




1, luise d'un liàldii.I.. :^.SW,Vni)-( 


U.dMTl de Nainuc; i. 1. : IHl 


1 luiiiil.Mi-, l:;71 : une 


« 


dcConm.jn-s, 


pi' de Mdsldliiij (lliid,, .N ■ "liilij. 


la>ce, MUiiMMihr a ileMcc d' 


',',i,"'ùil''l '' S''"»;!// 


] 


— .Iran Tur-.iu: 


■,, ,i,;,j,.. ,1,,,;,,, ,,,„, „,„. 1,.,.,,. 


,r,nelieesseu (Iliul.). 






A Jaildlr, :, M 


' ■', ',"',■ '""'""'• 


- ,;ds,u, van (Me. pnsnnnie 


i7/ec. sous le bailli du 




C. .1111 l.o.n.l 


'■''■''^' -"'''- '■'' '"'V'''- 


licabaiit wall.iU.CIiitiuc; 1. 1 


; .111 ucinl.ius, l.'./l : 




— Ji'Ikihs lie Jai 


çù, de laMllc,lc.Nncll,>, ITiDnr.s 


ll^. iV.li. 


':b-*:,;:,:;;':;!":o; 






"■ -'^ i':u^ ''t a'ux de ses «ens 

lu duc d( llcaliant contre les comtes 
r.Naiiuic, \X,i),!eii,iilsni,iirhoi,ias 


— ((;dlcs, N'i^liclir de) cl , 


' liicc;:c., clie\alier, 
»"il'-^ I"""' :'^"''' i''« 

u' ir. i.ncidn.is, \:m 

de Hulluii (K.iuillou?) 
III'. ('.. : un honnet ar- 
lidles sires de lauclie 




,/r /„/,(t.v r/,„s 


S nmst. fmm, perdues el demm/es. 


Zc/r //,cn/rs eldr iCliailo 


des .lius.le llcahaul). 





Jauche (Criard le lli.i;;iin 



(!.■ Bersees (lin-so.'), etc., cl (niélcnc i\v \ilnin. 
et iiu'plli' l'Sl vrni/c noOIc, sanx aiikime bnnlnnlise 
iiu huiiTijcnisie : cliMioau de Itru^'cleltc, le '.\ iinvcni- 
lii'c 1GI« : iiiio lasce(!). Cq. couronné. C. : i\\ 
plumes (l'aulniclie el une tnla, le pavillon en liant, 
issant (lenlei-e les plumes. L. : lan de lasse .v i/c 



.1/(/s- 



k Lie. 



. Elali 



(Clequlir d 

.\. (i. II.) (Miir Aspelaere, GHEETE, Grim 
berghe, HOUSDAING, Jodoigne, Lisse 
rœulx, Turck). 



Jehel|sl(IJehol|s| d 
lemoix. Cornay). 

JEKERE (Cdrijs nni 



Jauckezoon (.■ 



nh-s l<,lwi.t{'.) (Frise). 
Jegher (Conieille de), erfi:(ii 



r Cailla (Ici 



liii;lies/(»sx(l!iiijs), l.-i8i: 



% .S" lolian Il(iit(jrca (r.hacles d 



: ►{. Si hrnnnl Veron (lliid.). 



li^. 'Jii.'l) (\nir Namur, Ockiere). 

Jenefie, \(ili Oreye. 
Jennotia, \oii Saint Germain. 
Jesseren, \"ii Cannart, Pede. 
Jette-Saint-Pierre. .Ir,iii.|;;i|iiiste 



(Villegas' ;iii -!••, mir 
lir.tr--rr iKinscliot ; 
In-iin^esiOphem); au 



et e. 



(Oijenbrug- 

. ..de Hivi . . 
iT, a Ifeuxelles) 



Jeude, \oi[' Jode. 

Jeught, \(iii Berthen, 

Jeuck, Miir Jueck. 

Jeumont (.loaii de), liomme de lief du llaiiiaiit et de 
lu (.OUI' de Mons, ItiSli : deux clievrons abaissés, le 
U' ii'ii\i.'rsé, entrelaces, accouipagnos de i|iiali'e 
éti.ilos u ciiui rais, 1 en elief, 2 aux lianes, 1 en 
pointe. T. dexli'e : un hounne sauvage, tenant sa 
massue, de la main droite, vers le bas. L. : S lelian 
rmo/il (Fiefs, N" 10483) (PI. 10, fig. 200). 

— (Jean cl l'liili|i|ir de), pèfe et lils, même nunlile. 



bàlon (ci'oix pastorale?). L. : .S 
lenii . .. (Ibid., N» KloOl). 

Jeune. Josse le Joiine, même (pialité, 1 

deux éloiles. G. : un buste baibii, ai 
Uiiils. 1,. : S [ousr le lunne (lliii!., N 



;;eb de Loo/.-Ou'.swaieiii). 

e de lief du Ilainaut, l.j'J7, a 
ii,aci-ninpagnédetrois glands. 
. L., gravée ii rebours ; i' km 
-i«/.sj (Mous, Greffes srabinaux 



- (Aninine et Jean-Kaptiste le), hommes de liil di 
comté de Uerlaimoiil, 100-4; tous deux : même in 
(|ir.\nloiiic, 1020, dans un cartouclie. L. L. : .Sec 

l'.; ' " l' '' > .' , ■ I !enn Baptiste le (M. di 

I.:. . . I; :• ,/■■ vnir JONGHE). 



Jode, Jude, etc. (nllis die Juede, suppol^/.'Hnpe; ,\» 
Mil hrr di - cciiii licrs a Itrnges (voir Handzaeme'. 



L. ; >^ S f.Wfo ,lr In.lr ,:t:n:.. ,1., ,01 >,|r 

— Der erhare edclknccht Knnenian Jwleii. ein bury- 

au 2'', de vair (?). L. : ma IvUe v . Utzschr 

(Lorraine. Bitclie, li, 370, N" o8). 



- VredCTic die Joedc a 









- Henri Juedc. échevin de Louvain, 1408, 9, Kl : 
diiiir ii.M'. I,. : S Henrici Ivede scabini lovnn (Af- 



'iiiUTs ((',. C. 1!,, Acquits de Lille, 1. lo2). 

.lean de ioo/c, échevin de Tijet (ïiel), 144H : i 
■cil que Vrrdirir (1:180), mais les lanières m 
le phiiuls, cl hiise au point du chef d'une 



— (iliMiT/c,//,e./e, liniuniedelasalled'Vpres, 14;il,4: 
li"i- Ici., ,lr jinl. iii.l.nlir... tortillées. Sur l'écii, 

{C. G. li., Acqiiil» d,! Lille, 1. 192. 193). 

— Mai tin de Jode, lils de Gérard, échevin de Holter- 

é|iliiyée (entière). L. : Maerten lu ... . rilss (U.). 

d-airjent. au chie/d-or [Coiw. Gailliar'd, /.Wnrln^n, 
KoOUsse de la Contée de Flandres). 

Jodion (Moiiars de), lils de monseigneur Simuii. 
homme du comte de .\aunir, 13:i8 : huit (3. :;, 2i 
billettes. L. : :4c Si Mon ; de : lodionn (AV//«h( , 
.N" 830). 

— (Jean de), échevin de la cour de Saint-I'lein', a 
Gcmbloux, 1498 : un soc de charrue. L. : . . . . int 
de (lodioii (i\ainur, Sahinne, c. ijlT). 





!■ M' (!.• Vossclacr; i. l. : 9:i(l iiii.ii- 


Jocquet (1 




i ■ Arnould vnn don \ivr^\w. 






\r sii-e de Itolsi'laer; i. 1. : 


N . . . . m 




I:;T1 : Mandé:auxl^''-et.4'\ lin li,.ii; 






. une bande, cliargro do quatre liisan;:.- ; 


— ( Mai In- 


llnll 1, 


ochant sur l'écu. C. : une télft el t- ■ 




• iiilri 


ini vol. L. : ►J. S' Jlws de llcUUmm 


a (in>| ra 


./(' lio, 


/o(!)(lliid.)(PI m, lis;. 207). 


,run,- ,.|u 






ii.i.rllr. L. : .Sec/ 



. il-.Mi. (Miii' Roeulx). 



Deurwaerdere, Hoop, Lantheere, Moe- 
nen, Muenxhede, Ovaere). 

Jocarde (Calliriiiir), \ruM' de .lai|iicuiart Wid fri 



(Mailn- Jacques), niéuie qualité, 1020: écai'telé; 

l ¥, un chevron, accoiupa^ni; de trois étoiles 

'■ et ;i''. un croissant, surmonté 



. I . 



Glimes). 
Joerdens, \"ir Jordens. 
Joes, \"ii Dierckx. 



11 Brabant, Familleureux, 



Jolit (Aiitonin), liomme de licf du llaiiiaiit, I 
chevi'on, accomiKiniii; lmi chef de deux coquil 
pointe d'un marteau contourne. T. dixlii' : 
nioiselle (Mons, Sainte-Waudru, e. I). 



Jonart (J. u 



un cli('\ 



Jone, Miir Jonghe. 
JONGHE (llniii \aii 



es, KiUi : une iinix, tliartée 
lais et cantonnée de qualre 
ion (Baron de Uoyei' de Dour). 



les pavillons en li 
rici zv Jv 



(Nanmr, N" «Kl (voir Rodestock). 



— Ileinrich Jonghe Jans sone, éelicvin de '/.ienk/ir, 
1378 : uni' rose a six leuilles et einq losanges, raii;:e.- 

;(, -1, 1. !.. : luhis (Ilollamlc){\'\. 10. 

li;;. ilj«). 



Volchii-ijf, et son Mis, l'bilippi', 1391 : quatre burell» p 

escoujies, adossées. Sans supports (C. C. li., Acquil- 

JONGHE. l'hiliiqje, lils de feu messire Philippe Ir 

de -Wlisir. l'Hi-i-, -MI lr-,liN hriefs, 1402, 3, 7,1», 
11, 2, C, 7,. s, -Jl; ,|i,.,|,h, diatelain deSaftingen. 
dans (|url,|uc> qiiiUan.,,, d. 1411-21 : même hn. 

S. ; deux cygnes. L. : S Philipvs de Jonghe mik.> 
(llud.,1. 13-14,222). 

I i^îl^ 7. 8 : même éeu. Cq. couronné. C. : deu\ 
( -icMip. > adosséis. L, ; S Philips de Jonyh dre 



- Pierre de Jonyhe, bourgeois d'IJsselstein, 1410 : 
trois tasces, surmontées ii dextre d'un losange. L. : 
.S Peter die loue (sic) (Hollande). 

- Soijer le Jone reçoit une rente sur l'espier de 
Bruges, 1438 : trois étoiles, 1 en chef ii senestre, 
2 en iioinle; au franc-quartier chargé de trois fasces. 

r de Ion . . . (C. C. C., Acquits de Mlle, 



,. 42). 



r des heeren prijoei'S eau 
aie de Il'n/.s-ur.sere (Wals- 
i(//ie, éelie\in et alleiitier 
! : trois bcsants, ou toui'- 
|)Ointe, et une coquille eu 
'un lambel. L. : . lan der 
. 2, A. G. B.l, 



c Bi'u> 



,, 1480 : 



étoiles (Saiute-Agne>). 
- Jean de Jowje, éclie\ii 







Fi g. 3. 
. LXXIII. 

Fig. 1. Guillaume van Lovenicli (1357) 

Fig. L'. Richard van Melcheboiirne (Milch- 

born?)(1357) 
Fig. 3. Charles van Monreal, chevalier (1357) 
Fig. 4. Jean, comte de Nassau (1357) 



Ayant, tous, combat 

brabançonne, contre 

comte de Flandre 

(135(-). 



loiirlriiuxf?). \..:Sla scn ,1c lomjc (U.) 

ir Bruyère, Harlebeke, Jeune). 



Jongheric (.InlUin), esniiicr. chnsldiiin 
'lu /w;/.s lie Niepe {XiC[i\ir), i;î07 : il'lici 

. .. h'Iinn eric{C. C. H.. . 



[,ill 






Jongman (','). l■'l:lIll.•ni^, ahbé de Zoeteiidale, rn.ni 
niilr, sm l'i>|)iri' (le Hniç;cs. IMu, C, 51, ."i 



Joncheere (Gonicilk' de), échcviii de Pierre de Lu- 
\riiiliourjj;, coiiile de lirieiinc, clc, dans son banc 
de Melle, HOC : trois (l>, 1) lleuis de lis, an idcd 
n;ii|ié. el uni' co(|nille en t(ein'. L. : .S Comclis de 
Inchcm (M. Alpli. de Vlaniinik). 



JONCHEIT. Siin 



- M. X" ;',:;) (\nir Holset, Linden, RODE). 

Jonckman. dit van der Aa (.lac(iues), Jil.^ 
•Nirnliis, éelicviii de Rnllerdam, lo(i7 : ti'ois oiseai 

• lacob C'iaes a [om~ a (U.) (voir Jongman). 



;<) —ô/l 
Jonctijs (U()ci 



/«H/.fVML'.i. 
Jonne, noii- Jeune. 
Jonvelle, vnii- Beaufreniont. 
Jooris, Miii Halewijn. Joris. 
Joos (dnlllanine), siliejien drr 



/■nc/ia.M.'ie.MnrlilM'i I<01 



n Zcji, 



- Jan Joos. lilius liillis. 
(cienis). !.. : .SÏ;,,//,7 lan 



— Tielman Joerdens, éclievin de Saint-l'iund, l.'Jli) : 
dcn.\ l'ourdies, [lassécs en sautoir (.\lib. de Sainf- 

Joris. Siiocc Jocrijs, délégué des habitants de Noord- 
selinnlen et de siro l'iiilippe van llavenkerke, a 

au fonde, en chel', el une étoile en iiointe (C. C. U.. 
Acquits de Lille; 1.89,00). 



Joris (Jch:iii), poiii' hiiuli' vX pdib-suiiti' dymi- ii 
lie Masiniiios et do l.imvringhien (U'cuhci 



■ jcUismes pour 



Jooris, \Vas). 
Jorck (Malhiiu s:ui 



Joro, \"ii Buleghem. 

Josne, M'ii Jeune. 

Josse, v(ili- Meijsse. 

Joutz (M;il!ii.n\ r-ri;jn,-iij- d'Ofec/^ry/tT (Olicrwei- 

'■'!'' '-: ■ , ■ .•.•■..■.(, UN. ,.tc.. 



lassf) -Hvllc 
dru., I-Jlll). 



t Joveniaus (Uiiiiduiim), liniiigini: 
ic.N rn.nil, delà villo de Toiiniai, dr 
s pour liii-inéiiio cl ses neveux, Sfwt/?-» 
?t RnssH de Wai-ii>, 1-iO", 8 : d( 
chargé dr trois étoiles. L. : Davdi'ii 
iniai. Quittances). 



Judas (Pierre) cclicvin d'OesIcndji- (Oostcrwijk), 
i;j,-i3 : trois aiuielels (judas?). L. : . . Pet Mas .ica- 
bi i Oativi . . (\\>b. de Saiiit-Gertrude, a Louvaiii). 



Jude, \oir Jode. 

Jueck (Goyer) (Henri \an),éclie\iii de Saint-Tini 

de Lorraine, posée sur n[i soubasseiiimt, ciiuipo 
d'iinc tige horizontale et de deux li;,r^ \rilii,ilr 
ccllcs-ci mouvant de la pointe, ledit boul)ab.-.eiue 



Jueck (Jéroiue \ 



Juetenzoen (Johannes dtclus), écliesin de Bruxelles, 
I.i22, 9, aO : écartelé; au 1", huit (a, 2, 3) liil- 
lettes; aux 2'' et 3<-', une bande ondée; au i^, huit 
(a, 2, 2, 1) lùlleltes. C. : un ours, colleté, bouclé, 
issant d'une cuve. L. : .S' lohanis dci Iveten socnc 
(llruxellcs et Chartes des ducs de UrabanI). 

Juifs. ïsac, Jude van Munnaiiwc (Moinjoie), reçoit 
une indemnité du comte de Der); et de Ravensberg, 
1374 : un bouc sautillant. L. : s'i'ls . . D"IS"I 
Y-^AT VA .MV.N'^AVIl (Dusseldorf, Jul.-Dcnj, 
N" 9(1-1 1,2). 



Julémont. Ilcye Sijiiioci 



Juliers. \\'a!eran, dictus do Juliaco, dominus de 
Dcrijhcim, 1270, 80, 8 : un lioji et une colice 
brochante. L. : ^ Siijillwn Walrami de Ivliaco 
(Ville de Cologne, iN"^ 'il-l, VU. 529, 530). 

— Nobilis vir domicellus Gerardus de Juliaco, domi- 
nus de Jùistereii (Castor), scelle pour Mallnan de 
Gicle (Gelden), (|ui jure de ne rien entreprendre 
contre les bourgeois de Colojjue, qui l'avaient lait 



|irH(inrii( r, a WoiTingeii, ni contre le duc de Bra- 
h:iiil, ni contre les comtes de licrg, de Jiiliers et de 
l;i Mark, I-2KH, (i octobre : un lion. L, : ►{< .S' 
Cerardi de Ivliacu (ll)id., N» 521)). 
Juliers (Waleran, comte de), compose avec Siijfried, 
;irvli,'vci|iie de Colojjne, 1200 : un lion conlourné. 

I,. : ►f.%i7/rm Walnimi d<: h- (Uussekiol'r, 

Jid.-llery,^"- W-y.U. 






a de r, 



Juliers (Jeanne, marsravinne de), femme du mar- 
grase Guillanuie, 1337; dans le champ du sceau, 
o;,'ival, dame debout, tenant un faucon sur la main 
(jauclie et accostée de deux écus : A^ un lion ; B, 
(|iialie lions (Hainaut). L. : t^i Sigilh lohaiîe .... 
Hanon . . omitisse ivliacens (Ibid., N" 380). 

- (Guillaume, marsraNc de), ViU : un lion. Cq. cou- 
l'onné. C. : une queue de paon. S. : S' sccretu Wilmi 
marchiôis iiiliacen (Ibid., N" 472). 

— ((Juillaunie de), conite de Kem et de liaxensbers, 
llll.s : rcailel,:';au\ l" et -i'\ un lion; aux 2^ et 3', 
iMi lion ( niir.iiiiie, a la queue rourcliée (Berg). Sur 

lois rlii'\ nuis (Ravensbergi. 



: '-h S 



(liérard, comte de), scelle, comme /idejussor, 
itc de Kodolphe, chevalier de ReilTerscheid, ; 
iicur dcMilIcudonc, 1302 : un lion (Ibid., N° 152). 

(l'.érai'd, comte de), 1300 : type équestre ; le bouc- 
K T. la iKinsse et l'ecii du contre-scel, il un lion. C. 
iiute. Dniriiieiit ilu chanfrein : un éventail (Ibid., 



— (Gérard, lils aine de Guillaume, margrave de), 
1318 : un lion, au lambel à quatre pendants bro- 
chant. L. : S Cerardi pmogenili ivliacen (Ibid., 
NO 517). 

— Ileni'i van Gulke, jadis prisonnier à Bàsweiler, 
dans l'armée brabançonne, sous Renier de Schoon- 
vorsl, le jeune; i. t. : 500 moutons, 1374 : trois 
roses, accompagnées de sept (3, 3, 1) llanchis. L. : 
S lleinrici de Gulleke (Chartes des ducs de Itrabant) 
(PI. 10, fig. 270). 



•l.-llern, N" 
I comte de), dit 



Min wibsal hercn l'cler vait Haniiilieiin (liassenheiii 
deme inan sprigil van der Eckiii, einen Bitler, 
1321 : un lion, an lambel il cinq pendants bro- 
chant. L. : ►{< S ll'iV . . elmi pmorjcnili comdis 

<vl «... (Ibid., «"278). 

— Waleran, archevêque de Cologne, 1332 : dans le 
champ du sceau rond, une croix alé.séc, chargée en 
cœur d'un écu au lion. L. : ►^ S' Sccretv Walrami 

le champ du sceau, un |)icl:ii ;i -i-, m 
écus ;.\,iHie croix; 11, ini Imn r\,„„,, 
■■y.\9)- 1333 : dan^ le ch;(ni|. <lii -n; 

Jul.lhrq, y» 303). 
L'a.ie Ue im le dit friro (aermanus) 



fait 



— (Kcnaiiil, cinc de) et de Gneldre, etc., 1403 : dans 
le (iianip du sceau, deux blasons; A, un lion con- 
tiiiirué. C. ; une tète et col de chien (?) entre un vol. 
li, un lion couronné, ii la queue fourcliée. Cq. cou- 
ronné. C. : un écran semi-circulaire, orné de plumes 
de paon et chargé d'un lion (non couronné), i» la 
queue fourcliéc'. Sans L. Ln 1400, il se sert d'un 
sceau aux niéims aiiiicb, a\cc L. (Ibid., N« 040his 
et t)40). 

— (Guillaume, bâtard de), 1410 : parti; au I»', contre- 
parti; a, un lion contourné; 6, un lion (non cou- 
ronné), a la queue foiirchée; un lilet brochant sur le 
tout; au 2'!, une Heur do lis (Wachtendonk) 
(Ibid., N" 688). 

— Guillaume, seigneur de Wachtendonch (-donk), 
prend, avec Gérard de Clèves, comte de la Mark, un 
arrangement au sujet d'une rente sur le péage de 
kaiscrsvverth, 1427 : parti ; au 1", un lion contourné; 
au 2", un lion (non couronné), à la queue (ourchée. 
Un lilet brochant sur le tout. Kcusson en cœur, 
brochant sur l'écu, ii la heur de lis. T. : un ange 
(Ibid., A'>540)(voirHausen). 

— Guillaume van Gulich, dit van Wachlendonch, 



•laid, duc de), de Berg, etc., 
;, scelle en lUi; donne, e 
■^onne, (|uittance de ;I1I3H I 






i-(il (!• 



imal(sai 



(\(iîr Brabant. Born, Gemen, Gueidre, 
Hainaut,Leoparclo,Mark,Wachtendonk, 
Wied). 



Jumials (Pieres li), bailli de Ilainaut, 1207 : pai'ti ; 

au l^^ un lion; su 2'', un semé de fleurs de lis. h. : 

►î< S Picron des Iviniavn (Mous, Abi). de Bonnc-Eà- 

pùrance). 
Junccis (Jean), écoutiMe de l'évcque de Liège, à 

Sainl-Ti-ond, 15.33 : cnuiié; an ["■, une gei-he de blé 
. elnuiion, iesaut -du. coupé; au '■2'>, parti; a, plain; 



(Abb. deS;uiil-Ti- 
JUNCHEYT, M)ir JONCHEIT. 
Jlinkerath. Kicliard vau Joncrmlr (il Joncknl] 



i.oit, (lu Drabaut, une indeuinili' de I 
uerre de l'Ianilre), 1337, le 20 auiU 

lerro de Flandre, 13u8 (n. st.), 2-i i 
(lit- a Jonckrudc (Jiinkeialli) — 



. IV, 



j. : ►{< S' Kicliardi d 
e lirabant, N" 13-i7 e 
1. XVI, N" l;i). 



Jupleux. W'aliers de Juppeleu, bailli du comte de 
Kaunir. 1327 (n. si): qualiDé d'écuyer, 1330; honmic 
du cnuite, 1331 (n. si.) : trois losanges. L. (1330) : 
.S' Wnli .... vplev (Namur, Nos 470, 51 i, ,j2li). 

— Philippars de Juppeleu. châtelain de N'amur, 1327 



d (Ibid 



, N»* 170 et 



— PIlilippars et lladuins H Uerje», frt-ir adtl \Va- 
Ihier de Juppeleu, liouinies du cuiute de .Naiiiiir, 
1331 (n.st.); P/iiVi/jpnî-i- .■ trois losanges el un bùlnn 
bretehsé(!) brochant. Iladui?is : trois losanges, sur- 
montés d'un lauibel. L. : .f S Badvtns li lieues 
(Ibid., N» o26). 

— ]Valicrs de Juppeleu, elie\alirr, liuiuuie du emiili' 
deîSamur, 1331; lieutenant du euuitf, 1338, 10,(1: 
un diapré ii trois losaiigeh. L. : S' WavC de Gvpirr 
cliev (Ibid., N»* tiliO, U9I, 3, A, (i. III i, 72:;). 

— Plielippes de Juppeleu, chevalier, hiuuuie du cuintr 
de .\amur, 133tl, -10; Irere de Wutwrs lueeile, 
1340 : trois losanges et inie cutice cuMiiiduée, bru- 
chante. L. : ►!< S l'hillippe de Jrpjicler miles {'.\ 
(Ibid., No^ 604, M, 21, 72a). 

— Loijs de Jupleu, chevalier, homme du comte de 
Namur, 1335 (ii. st.), 6 : trois losanges. C. : deux 
coutres adossés. L. : ^ S Loioil de Ivplev Mf 
(Ibid., N-os 789, 810, 30, iS). 

— Monseujneur Baduiii Bureal de Juppeleu, homme 
dudil comte, 133G : trois losanges et une bande 
brochante, chargée en cliet d'un losange brochant 
(Ibid., N" 8l.i). 

— Baudouin Boréal (Burail cl Ihirial) van Gupelo'j 
(et yHpjae/oi/J, chevalier, jadis prisonnier a liasni'i- 
1er, sous le duc Wenceslas; i. t. : IC-U moutons, 

. 137-1; reçoit un paiement du receveur de Duubuy, 
1383 : trois losanges et un lilel, sur lequel- broche 






. LXXIV 
l'ig. 1. 
F\g. 2. 






Rodolphe van Nieuwlaiicl (1357; ' Ayant, tous, combattu, 

Pliilippe van F'olanen, chevalier (1357) j clans l'arméo 

Gérard van Uden (1357) [ braljaneonne, contre le 

Guillaume van Wilder, chevalier \ comte de Flandre 

(13^8) (1) / (1356). 



Jupleux. 



Jupleux. Uaudouin Bxireel w 
ilU-c, sous Uobci't de Namui 



i Gipptoy, prisonniei' 
i. t. : iSO moutons. 



ouslcdilRobi-rl; 
: ►Ji .S" lehnii de 



Warniers de Juppeleu reçoit, dn Uraliaiit, 
', par le receveur de llinclie, i;i78 : trois 
L. : ►J» S' Warnier de Ivpplev (Ibid.). 

- Hobers de Juppleu, chevalier, lioinmedu coinle de 
Namur, 1384 : trois losanges, le 1" chargé d'une 

molette à six rais. L. : .f. S' Robiert d ev 

(Namur, >'o 1 lOC). 

- VVarniers de Juppleu, escuier, un tiis plus pru- 
chain.i amis de Agnez, fdle leyiilime de Robert de 



r de Jupleu, escutcier, sujneur 
/je (liniiclle), iiiaijre de ma eu] 



Berlo, NEUVILLE). 



juyante a 
\mi :ecu (as:,e. C. : uur 
AllUiihem) (voir Duras, 



nt. h.:>i>S hha ._ 
I. de Saint-Hubert). 



Cabo (Guillaume), échevin de Judoigne, 1425, :il : 
(MIC porte crénelée (ou tour), hersée, aocosiée de 
deux roM'S, aux lianes. L , 1425 : .S Wilelmvs . . buv 
((.'.liarles des ducs de Brahanl). 



Cache. Jean Tae/se, jadis prisonni 
le b;rilli du Brabant wallon, Uidi 
tons; i:i7t: trois uierlettes,surui 
L. : ►î^ .S Win/isrViic/ie (Charte- 



n Ni/rele (Nivelles), pri- 



(■at/ie(!)(lbid.)(l'l. ll.lig. 275). 

Cache. Bernard Cache de Nyvele, 139Î), G, B. Kaetze 
(tout court), 1397, It. Cache van Nyve (\), 1398, 
reçoit, de la duchesse de Brabant, des acomptes sui- 
une indemnité de 16 vieux écus (guerre de Gueldre) : 
trois merlettes, accompagnées en cœur d'une étoile 
à cinq rais. L. : S lieirna Kache (Ibid.). 






V(y.ï//„/,éclU'vin de L'Ecluse (l'hHid 
\-2 : (lri]\ (0(1011105, accosU'CS, aicm 



Caelberghe illnirn ^imil cuirl), Imilli de l(iii;;es et 
ii:Ur: • o I1:indir). 



KAENDEL (Cliivlini op deii) m;oit, du lindcii 
iiiK' iiKlrniiiilc |i(Hir H'S frais au su'gc de Cliiiii 
(i-iir Si-hatneu), i;i(i;i, le M décemlire : une (■IdiIi 



Caervoet (Adrien), liouiuie de llcf du boiui; de 
ltiii;;i>, licri : inii. . . . (fnist(>). S. sciicstrc : un 
iKiii. 1,. : .S Ailnacn Kaeriioet f Heiulrix {C. G. U., 

Ai.|illladi' l.llir, I. iil 

Caestere (.liiiiims \:iiO, ri lii-\iM ^U- Miiliiics, |i;i'.i : 

(M.-ilinea). 

Cahren. Piene vaii CImre, jadis prisonnier a Itus- 
weilcr, sous le drossard de Luxembourg; i. t. : 
(i9lJ uiouUdis, KlTi : un léopard lionne et un chesidu 
:ili;ii"i' liinihiinl. i li:ii';;i' de trois éloiles à cini| rai-. 

ilni\ lro|,aiih liniiiirs assis. L. : . . PelTi de Kara 

Kaye de Palange (Slassin), demeurant a Toii- 
ont vendu a Inir iH-aii fvi iv, hriieul Boiimaislre 



C. : ilrii\ nivillr,,l'.,iir. L. : S Hutaiil Kck . IWwim 
Nnlliouih, ;, llrn\rllr.,)(\"irWILLEN). 

Caignet, \nn Vigreus. 

Kayl. Siinnii lie /vr//r.,-,ii\rr, déclare (pie les « gros ., 

Cailbert. Jehan Sanlhehicrl, Mw\uk. de Wau/e, 

lohiitiis Ciiilhrrl h:. C. li.. ,-. IIIK;. 

Kacreal|l|e(//™rv;W. niHMn de .Imlni-ne, \U-2 : 

— Joha>isKama!lt;\muifnn-A\U; M-JG, :);i, ;; : iiR-ine 
éeii.I,. ( M;i.-i; : . . iilwn K(iLrialH\m\. et lleijlissnn). 

Calant, \uii Callant. 

KALDENBURG. \in.ohi ',:,i,,: (..udmborch, 






CALDIS, Miir CoWit 

Kale ijtasseï, liounue . 






ii;iii, -j iiiLi.- i.}:iii-;ii : 



!'■ Colo-iic, N" 17). 
(l'Aix-la-Clinpclle, VMl, 



— (JflÈll), (li 


s (!.■ Je: 


il, eclicviii dt liolkrdam, 11)18: 
n-rniliv un xol. L. : S lan lau 


Calier (liai 


ifl), m 


(II' Jean, lirai, du château de 
iui)tcSleenpoorlen, a Teiiiioude, 
un (■(Uilcaii Iriaiignlaii'e, adossés, 
lels, .N".liOU)(\oii'Eechoute). 



•■'rn.tr. an dcn Snndlvoocl, bij 

un pal retrait; ledit éeus^un 
led'iel's. N";!880)fvoirCalle). 



Calcken, xuir Vos. 

Calkere. l'ciiil die Caiktr, eelieMu de linii;e;,, |-j;il : 
d.'ux (lemi-Nols, ad(i>^.'S. i;éeu aee.jMe, au Las, do 
deux eoquilk'S. L. : ►!< S' l'arli Cfill.erf: iniinris 
(Charles îles comtes de Klandre). 

— Willem die Calhrc, même (|ualilé, liiOl : deux 
tleml-vols, ail.iiscs, aeconi|Kit!nrs en pointe d'une 
neiir de \\>. K. : ►][< Siiiillrm W'UU-m de Calkere 
(Ibid.). 

CALCOVENE (Juhanurx dn. rehr\in de MidiiieS, 






I i,M:ih 



liais (Maliue>). 
KALENBERG / 



de Kalcitbenh (llu>y|, 
Westerbiirgl. 



— (Hencru.s de), éclie\in de Malines, i:HH : .Vartelé ; 
aux 1"- et 4% un cliùleau ; aux 2« et H'-, une cuiiuille. 

L. ; er..e Calcuren (Nazareth et Alili. de 

Sainto-(;ertruile, à Lumaiii). 

Calcum. Ariiuldus de Calleclicym stellr' un a< ti' de^ 
épnux de liudbcrg, \:\-2\ : une' lasec, ( liari;ée d'une 

L. : .S' . . . oldi de Kal . .e .m (Dusseldorf, 
Werden, N" HH) (voir LUCHTMAR, SEYL- 
DUNCK>. 

— I ir liiinesliis et streinius Habodo de Losen (Lohau- 
seii) M-elle un acte passé (le\ant les édieviiis de. 
Duisliur;;, I :;;;(! : une l'asee, aceompaj-'iiée de trois 



: * Rahodo de Calkein (l)iiss 



■lul.-ncnj, .N" 8().j). 
— Habodo deLoesen, wiVc.s- (voir SEILDUNCK), 

UTi, HS: Rahiidf van Cailchem, sivllc un .-ici.'' 
.!■ I ,//. ' ■'.'- .. , i:.'! , /;.)/.o,/„ vnii Calcheim, 
<i" ' ■' ■ - ' ! . l-'i'ii ; Rabode van 



rojs c2, l) aiJiick'ls. L. : «Ji S Rnbodonh 
m mililis (maddovi, Cliapiliv cli- Diisscl- 
0, S8, 59, 60, 72). 

(, (Jil van Slamhem (Stamm- 
iiinif, donnent une obligation îi 



- Aylf van C 



Callaert, voir Pauwels. 
Callant (Jn>sf). itIh'mh dti 



ac.uiiiiiii^iiiie de trois ("2, 1) étoiles {!). L. : -^ S 
Adul],hi de Kaekheim (Ibid., N» 00). 

— Arnd van Cailchem, clievalier, scelle l'acte dudil 
Aylf, laiU : une fasce, accompagnée de trois (2, 1) 
annclcts. L. : .S Ami van Kaeikeim ritter (lliid., 

— Wilhein van Kalchem, ivtre dn[ditj clie\alier Ra- 
hoedi', scelle un acte d'Adolphe de Winkclliausen, 
liSli.f : même écu. L. : S' Wilhelm van Caelcheim 
(lliid., .N"81). 

— Ai'nould van Kalchem. chevalier, et Marguerite, 
sa lemme, inféodent à l'archevêque de Cologne, Icui' 
liof zo ilenden, a Kiiningswinter, avec tous ses 
vignobles, etc., 1397 : même écu. L. : ^ S' Arnt 
van Kaelkem )'i((er (Dusseldorf, Col., N" 1213). 

— Wilhelm van Calchem, dit van Loehusen, llein- 
lich Rombeliaen van Calcheim, dit van Leiichlmar, 
et Peler Wyndegtje van Calcheim, dit van Loe- 
husen (son sceau est tombé), lils dudit Wilhelm, 
1-ilO; Wilhelm: une fasce, accompagnée de trois 
(2, 1) annelels. L. : . . . . llein van .... cheim 
(I)usseldorf, Chapitre de Dusseldorf, N" 11-i). 

— Heinrich Rombeliaen van Calcheim, dit van 
Leuchlmar, ci-dessus, 1410; oncle de (lodarl van 
Henroide, dit van Scheiien (Scheven), l-ili : même 

écu. L., 1-414 : S // h Rom va Cael- 

cliem (Ibid., Xo 114). 

— Ael/f van Caelcheim et sa tenmie, Catherine, et 
Peler Windecken, gebroedere, semeniliche genanl 
van Lonen. veudent une rente ii un bourgeois de 
Dusseldorf, 1428; tous deux scellent du même 
sceau : une fasce, accompagnée de trois annelels. 
!.. : .S' PeUr van Kalkhcym (Ibid., N" 82). 



Flandre) (voir Cale). 

Callewe (Loys de), chier et bon amy d'Arnou 
seigneur de UflHi/njjo/K (Walliipnnt), et homme 
lief du comté dellain.-nil. i:i;H : un ilirM-mi char' 



(Abb.de Korost, Elul.h-i hm m. Mi_irn\, c. iji) 
(\oir Caluwe). 

Gallmuth. Jean van Calmut scelle un acie de si 
parent (neve). Jean \an Grifenslein, [Xn : u 
aigle. L. : ^ S' lohannis de Oilmv . . (Diisseiilm 
Jul.-Benj, S" 309). 

CALLOEN, voii' Galonné. 

Galonné (Uiernars, sires de), clievalier, franc éch 
vin du roi de l'rance, des alleux du Toui'iiaisis ; sai 
date, milieu du xiv^' siècle : d'hermine au léopar 
I.. : * .S' Bieriiart signevr de Cal h 

(Tournai, Cliartrier). 



:\v). 



f pro 



c dl' 



■sent abliessc do 
10 do l'urt lioijs, l-4i:i ; abbesso do Vi^W-M' 
tis, 141o; abbesso do Sainl-Anloine les 
2"). 3."j, G : dans le champ du sceau, ogival. 



1 dais 



j bas. 



lion léopai'do. L., l-il5 : S Emmn- 
:i abbalisse de Porlv rey . . ; i-i2.j ; 

lils do UHo, 1. 2;i8, 2;i9). 

illuen, o|H)ux de damoisclle Maiii 



s„\ (iMOf. 


c. 889,1. 1(U1-11 


OG). 


> i\r fou Dan 
( niary de d 










I.UIlli, 1 


11, 5, G : d'honii 


110 


a la fasoe, cb 


(l'un lioi 


loopai'dé et surmc 




d'un lanibol 


iiiio lète 


el col do lion outre 


un 


vol d'bonniiie 


Hwlanl 


van Cahcn (C. V. 


I!. 


Aoqnils do 



voii' Escamin, Libert). 



Calsteren. ]\'i!heliiius de Calslris, oclic\in do Loi 
\ain, l^.'i'J, 78, Hl (n. st.) : dans le clianip du sooai 
nii Aijnus Dei. lonardaiil. \.. : ^ S Wil 

Louvain). 



un liel à Chaef- 
r ; au chef chargé 



- Codefrui 
de Calsln,, 

L. : 4^ .S- 6' 



lie le Calslre, KiOl. Godefridus dictu. 



" l.H 



■tAbb.d 



— Peints de Cahlei-is. oobevin de I,on\ain, 11115 : nu 
sautoir oiigiolo; au ïranc-quai lin' |il:iiii. I,. : . . . c- 

tri de C ris scab luv (Abb. do Saiiilo-(Jor- 

trudo, il Lmi\ain). 

— Gossiiviiius de Calslris, écliesiii illec, LTIO, 22 : 
dans le champ du sceau, un Aymis Dei rogardanl. 



rabe si 



X pallée 



iiité à 



u sautoir cnnrôlo, brochant sur 

la banderole. L. : ►!« S' de Calsts scab 

lov (Eisoiiliem et Saint-l'iorro, 1, A. r,. H.). 

— ArnMiis de Calslris, éche\in illec, 1321 : un sau- 
toir engrolé. cantonné do ipiaUe coipiilios. L, : >^ 
S' Ar de Calslris scab luv (Abb. do Sainto-Cortrudo, 



Catstris scab' lov 






— Gosuwinus de Calslris, 
sautoir on.niolr. I^. : . .S (:<. 
(Ibid.). 

— Henriciis de Calslris, mi 
40 : un sautoir on^rolo; au fraiic-(|uartioi- oliargi 
d'une llour do lis, au pied coupé. L : ^ S" Heiirici 
de Calslris scaO' lov (Ibid.). 

— Pelrus de Calslris, écho\iii do I.ou\ain, i:i:;il : un 
sautoir ongrélé; au lïano-tpiartior cliaruc d'uni 

étoile il cinq rais. L. ; 4: S' l'elr stn: 

scab' lov (lliid.). 

11 



de (iiiai-lirr cli;iri;i' de trois iiiaillcls pciicla's. L. : 
►î< S Uni lohiii de Caklris milil' scab lova (.M. liniif- 
fail el Abb. dL' Saiiilc-tJei'tnide, a Loiivaiii). 

— Gussuinus dictus de Calstris, écbi'vin de Louvain, 
Ki.'iT (11. st.) : iMi sauldii- oiij^ivlé. L. : ►!< S' (loss- 
wini de Cahlris scabini lumn (.Vbb. do Saiiilo-Ccr- 



(- qiiaiit.', i:i-;o, 8fl 

(ioessvini de Catslr 
oullhrt). 



seabi lovai . e (Abb. di' Sain 
.ilIUnem. IMilissem ,1 li. I 
(voir Hermeis). 

Kalthof, \oir Kortenhon 

Caluwe. Jrlums b Caluuwt 



■II'. L. : S' Waller 



le Calstns Hiiïil/s (Ibid.). 



: >^ S Heinrivi de Calstre 



— (lîaiidoiiiii de) (lils de Marliii), éebevin de Hollcr- 
dam, U'tH-1 : quali-e bui'elles ; au l'ranc-qiKirtuT 
cliargé d'une crni\, sureliaruée d'un trèlle (?). C. : 
un busle, toillr d'un casque ('.'). L. : S Bucdeiei/n ilv 
Calvwe (V.) (\oii Callewe, Kimpe). 

Cambe (Jean de le), liomuie de lie! du Ilaiiiaut el de 
la coui- de .Mous, 1000 : une demi-cro'ix aneiée. la 
tij^e \ertieale défaillante ;i dextre, el la lige borizoïi- 
talr delaillaiile a la partie supérieure, ladite dciui- 

Vi..,\ :,..,,.. -I., ,„ ,!nl des lettres J et C et 

i 1 li de marcliand?). T. 

Il:' ;- la main gauche, une 

Lii,i\ i-j'.i I iiL„:':, ..LiuMparJ.'' a, senestre d'un chien 

resaidanl, passant a bunestre (.Mons, Hommes de 



CAMBEKE (KamhMh-l) (llelminc van) reçoit, du 
Krabant, un acompte de 'JO vieux écus. sur 370, i;tô7, 
le il octobre; Helbinc('.) van C. reçoit, du Ura- 
banl, 280 vieux écus, pour ses trais et pertes (guerre 
de Flandre), 13ii8, 3 juin : plain; au chef chargé 
de trois feuilles de tilleul, renversées, sans tiges 
(nénuphar). L. : >i> S llchnic {'.) van Cambeke 

Broekhuizen). 



Cambier (Ernoid le), liomuii' ^ 



au fut de cet arbre (Miiii 
Quèvij). 



Cambitor, voir 'Wisselaar. 
Camborne :Jr:in , fniMli' ilr jioii 



1 1 \ 1 


. . . ha 


mis d,rt 


.anbor. . (CI 


Cambrai 1 


crvc i's 


■que .k-), 


i;i|.i; (.■(iiilic- 


1 1 


MIS (P., 


c. 111). 





!■ Halsberg. Munte), 



1 Hoorenbeek. 



Kamette (M.-.I.), n 



Camiers. \oii' Prier. 

Cammaert (Jran) litnt 



Cambreleng, \()ii Cambellen, Salles. 

Cambridge i?), Miir Coiidenberg. 

Camen (\.n sillc de) (M;iik), 1417 : dans le cliami 

;u'r,iiii|i;i;;iiée en [loiiUe d'une roue de moulin. L. 
►t. SifiUlvrn de Cainene dvilalis (Dusseldorf, CU-ves 
Mari. \- TlUi. 

CAMENATA, M)ir Mulerpesch. 



Gammen iiiIim 



Kàmmerer, \»ir Ingelheira, Yve. 
Cammoussier. n /.i./.'/. n. <,';/,--.. 



— 172 — 



monté d'une étoile. C. : une étoile entre deux |iluiiiis 
d'autnitlie (cachet en cire rousje) (C. C. U., -loTi;!''). 



Camosses (Ji'iian lij, lionnnc du comte de Naiiiur, 
nii'J : trois étoiles ii eiiiq rais et un biiton broelianl. 
I,. : 1^ S Ichans H Camosc (Namur, iS» GO-i). 

— Jihnii le Camosse (li Kamosses. etc.), même qua- 
lité, la.'^J, .j, 0, 8, 9, G-2 : trois molettes (!); écusson 
en Cd'ur : a la fasce entre deux burelles. V,. : une 
niolcltc entre deux cornes de boeuf. L. : S' I le Ka- 
uwse (ll.i.1., .N"* 78ït, 810, 81-1, 8;i0, S-t.ï, 'Ji(!). 



Camp, soir Harbonnières. 

Campe (Jciui iiu-n i ici.oil, du duché de Urabant. 
7(1 Mi'iix (■tii>, pnui dcuxclipvaux usés dans la guerre 



d'une étoile; au 2''. un chevron abaissé, accom- 

; de trois étoiles. L. : S Ann ve Pe- 

. . Camp.. . (C. C. B., Acquits de Lille, 1. 37C). 



— Pierre de Campe reçoit une rente sur l'espier de 
Bruges. 14a:i. 4, 7 (n. st.), iO, 1 : une croix, chargée 
en cœur d'un besant, ou tourteau, surchargée d'une 
étoile. S. senestre : un lion. L. : Skjillv l'elri de 
Campis {Ihid.. 1. ;i77). 

— Pieri'e de Campe reçoit une rente sur l'espier de 
Bru-es, 1439 : une croix, chargée en cœur d'une 
étoile, enclose d'un ainidet. Le 1=' et le y ranlon 



mpis (Ibid., 1. 42). 






— (Jean van den) reçoit, pour 
Gilles, ses frères, tous prisonniers à Basweiler, un 
acompte sur ujie i. t. de 814 moutons, Uréda, 1375 : 
deux fasces, la 1"^ chargée d'une roue. L. : Siij lohan 
van den Camp (Chartes des ducs de Brabant). 



— (Arnould van den), susmentionné, 137.^ : morne 
écu, mais deux roues, au Heu d'une, sur la 1" fasce. 
L. : SArntvan den Campe (Ibid.) (voir Campen). 



Campegge. I.aurciitiiis, miserntioiie diviini lihiln 



ijtr.s ►ÎH /,/ S Mariae traits Tibcruit s . e (Al 
^:lintr-(;^■J■trudl^ ;i Louvain). 
Campen (Ainoiikl \an), échevin de Bois-li' 
1471) : un t-y^uv (Maliries) (voir Campe). 

— (AiiKiuld van), même qualité, um : méni 
(Abh. de Saiiit-Trond, c. 11). 

— (Cornelis Vrancken zuim van), gocde i 



e Itnii 



dale, Diiis. 



mine ((;. C.B., e. Mil 






— iLes éelir\ins d,), IS.'il, i:!ti;i, 8, 143.% .13, C, 

i;il7, 57 : un li.ui. L., liVil : ►f. 6' non de 

Campcnhovt (Maiines, lleijlissein, et Abli. de .Sainte- 
Gertrudc, ii Louvain). 

— (Jac(|ues van), échevins de Maiines, 1398, 9, 1400, 






— (Jean van), échevin i7/cf, 1409, 10, 3, G. 7, 8, -li. 
5, G : coupé; au l'^''^ jeux Heurs de lis, accompa- 
gnées au imint du chef d'une étoile à cinq rais; au 
Si", plain, diapré. S. : deux aigles regardants. L : 
S ]an van h'anpenovl (Maiines). 

— (Jean van), échevin illec, 142j : plain, diapie , an 
chef chargé de deux (leurs de lis, acconipa;;ni v^ :iii 
poini du chef d'une étoile (llanchis?) (Malin( ^). 

— (Jean van), échevin illec, 1428, 30, 4, 8 ; (dupe; 
au I"', ii dextre, un écusson chargé de trois . . . 
(fruste), il senestre une Heur de lis, au pii'd coupé (1); 
au 2''. plain. S. senestre : un griir.ui (Maiines) (voir 
Jette-Saint-Pierre). 

Kamphausen. Othon van Camphusen, homme du 
comte de Cléves, 1393 (n. st.), 4 : trois band.s 
(Uusseldorf, Clères-Mark, K"^ tHJd et 4rj7j. 








mhier Godijn, à Bruxelles (n57). 

ei", conseiller et l'eudataire du duc de 

e Luxembourg, seigneur de L)^nj (1 it 

. Julio de Waha (1357, 1358). 

mou et de (,)uabeek, leudataire du duc 



— Uutnprecht van Caeinphuesen, 1-llH ; Irois bandes 
!.. : ►^ .S' Cvmperl van Camplwsen (Il)iil.). 

— .leau van Caemphiiesen, 1118 : tidis baiidcs. L. 
►fi Segel lohaii van Camphvsen (IbiJ.). 



— Crachi van Caniphuijsen, drossard Ihen Ilerye et 
lie Scluilenluiii;, ténuiiii de Rodolphe van Lennep, a 
snn contrai de mariage, avec Jeanne de Cock van 
Neerijnen, 1328 : une fasce bretessée et contre- 
lirelessée. C. : nn vol (Geld.J. 

Camphin (Jean) reçoit une rente sur Tespii r de 
Rni^es, a came de la terre de Beaupré les Dnujea, 

i' et .V, coupé d'hermine et de . . . (plains). L. : 

SuiMu Cnmphi . (C. ('.. H.. Acquits <le 

IJIIe, 1. ;i7(;) (voir Canfin). 

Campnoels (Jean), échcvin de Tirlemnnt, liriS : 
trois billettes. L. : S lohis Capcrnoels scabiij.) 
(Ahb. de Sainte-Gertrude, à Louvain). 

Campsor, voir Wisselaar. 

Camus, voir GIBECOURT. 

Camusel (Didier), homme di' lief, on cchevin forain 
de Itraine-l'Alleurt, 1G"21 ; homme de lief, 1031 : ini 
soleil en chef et deux étoiles a huit rais en pointe 
(Notre-Dame, Anvers, papiei's de la fam. Tlicljs, de 



lirai 



■nd). 



Kanapt (Jean) (M> de Jean), eeliesui di' Unl>-!e-lllle, 

une fasee (Matines). 

Canart ('Je/ian et Cotars), hommes de liid de l'abliau' 
de lionne-Kspéranee, \m>; Jehan : une etmle. !.. : 

►fi Canar . : Colars : nn marteau, sm'- 

mnnté d'une couronne. L. : >ii S' Colart Canars 
(Mmhs, Abb. de Itonne-Kspcrance). 

— (Jehan), nayliatres receveur du comte de Saint-1'ol, 
|i.inr ~r> Il nés d' Ai nientièrcs, Erf|uinghem-sur-Lys, 
Vri liipjiriii. l:i lùiuiillerio, etc., et des Quatre- 
Mrii, 1^, r:i lliiihlie, 1-iM : écartclé ; au 1",... 






iiilles e 






u i', m 



L. : S' leh . 

1. aOo) (voir Cannart, Cuvillier, Maizières). 

Canbridse, voir Coudenberg. 

Candriessche. l'ieiic \aii Canaries, éehevin de 



ehe. L. : SPeeterni Câ- 
iix. Mélanges, A. G. U., et 



Canebxistins, von Sirieiix 

KANEL. Cn^liinn <,,, dm K 



Cq. couronné. C. : 1 
Devise : Fobiir ab nsr, 



vwtd reçoit, de Goy- 
leceveur, 10 llorins 



ï (Alib. de la Uiiii 



Canfin /Jclunis). 



Kanyves. Tiri/on le llaslard (sans autre 
i:iil-i-r 1111 /ùi«;/i^es?) sccIIp. en la iiirnic i|i 



Canin, l 



.: ... Ichnn Cnftn de Rode (Gliartes 
c Flanili'o) (voir Camphin, Oste). 



Il Changes, Estievenars, Lardier. 



Kanyves, I- 
Canivetftel 



s-, lioiiiUR' (lu coiulc (Ji' Flan 
ctc.aVprcs, i;!12(n.st.):i.i 
liaiil. L. : >i< S' Robert Va m. 






il'Ariioiild), vrij lael, vassal du 
1419 : une fasco, surmontée d 
c (riefs, c. 880, 



Cannart. Daiunibcau Gulllauuie CannaHs, solj^iieur 
de Ji^^iicii, echrviii de Vliemiael, niaïubour du cnu- 
\riit dr liiiimr^ dr Ilcri'kcnrode, l.i;i8; C.uillauiiie 
Knnnavls, rrlirM,, d,- \ lieriiiacl,^l-i iK : une tiisce 
de eiiiM fii-(i-; rcnv.nn ,.|| e.iMii'de vair, au chef 

iiit-'IV I, Cli.iib -, \" :i'r (\oie Canart). 



Canne. Johannes, dktus de Caiinen, armUjcr, ck 
trakctensis (voir Grâce), 1339 : plain; au cli 
chai'j^é d'un coq. L. : . . lohannis de Canne (Charl 
dfs ducs de Urabant, N» o22). 



Cannegieter (Theeus), un des deux roetslude des 
deux meisier van den ghesworen scutten van der 
stnl van Triecht (Maestriclit), die uwen in den 
lande van Lutscnborch (Luxembourg), U14 : un 
chevron, accompagné en chef de deux roses. L. : 
Sigillvm Mathes . . . negieter (Ibid.) (voir Coren- 
snider, Nuelens). 

Cano (Philippe-Auguste), échevin d'Anvers, Itioi, 60 : 
écartelé; aux i" et 4«, une tour à deux étages; aux 
2' et 3^ une fasce. Cq. couronné. C. : la tour de 
l'ccu entre deux bannières (frustes) (M. Schuermans ; 
Hôpital Sainte-Elisabeth, Buitengoedcn, I). 

Gant (Luc), bourgeois d'Anvers, jure (idclilé au comte 
de Flandre, 13S8 : trois chevrons (Charles des 
comtes de Flandre). 

— (Jean), même qualité, prête le même serinent, I3S8 : 
trois chevrons, le 1" chargé d'une étoile {?). G. : un 
chapeau de tournoi, garni de deux sceptres (?) (Iliid.). 

— (Simon), lioinmu de lief du boui'g de I''urnes, iim : 
une ancre, accostée en chef de deux billettes. T. : 
un ange. L. : S Simoen Cant (C. C. B., Acquits de 
Lille, I. 95, 96). 

— Pierre Kant (fils de Gisberl), échevin de Rolter- 
dara, 1494 : une étoile, surmontée à dextre d'une 
étoile à quatre rais(?); a la Champagne ... (le lias 
est cassé). S. senestre : un aigle. L. : S Pieter 
GhisbrecM s Kant (U.). 

— (Adrien) tient, du château de Fumes, un fief a 
VVulpen, 1502 : parti; au 1", une ancre ; au S^, une 
fasce bretessée et contre-brelessée, surmontée d'un 
ecusson a deux fasces. S. senestre : un aigle (Fiefs, 
c. 889, 1. 1041-1106) (PI. U, Bg. 273). 

— Jan. Cant Pilms Bernaerts, homme du comte de 
Flandre, sous la vierschaer de Melsele, 1594 ; une 



Cantere, voir Leeuw, Spitael. 

Canteman (Nicolas), échevin d'Anvers, 1311 : su 
(3, 2, I) étoiles (Hôpital Sainte-Elisabeth, «m/en- 
goeden, c. 3). 

— (Jean), échevin illec, 1325 : une bande, chargée de 
trois étoiles. L. : >^ S' Inhanis Canteman (l)iissi-l- 
dorf, Jul.-lierg, K» 304). 

— (Jean) (lils de feu Nicolas), bourgeois d'Anvers, 
jure fidélité au comte de Flandre, 1358 : un semé 
d'étoiles (Chartes des comtes de Flandre). 

— (Jean), die men heet Wijn Cantman, même qualité, 
prèle le même serment, 1358 : une bande, chargée 
de trois étoiles, ii cinq rais (Ibid.). 

— Ilerman Cantman, chevalier, reçoit, du seigneur de 
la Lecke (Lek) et de Bréda, 47 moutons, die ic ver- 
terde in de reijse vore Salengy (Chaligny), 1304, 
U juin : quinze (4, -i, 4, 2, 1) étoiles à cinq rais. 
Cq. couronné. C. : une léte et col de chien braque. 
L. : S llermanni dicti Cantman (Chartes des ducs 



e Brabai 



r Indout. 



r de Termonde, 
1425, 7 ; tient, du château de Termonde, un fief a 
Opwijck, 1430 : une fasce, chargée d'une étoile (?) 
et surmontée de trois merlettes. S. dextre : un aigle. 

L. : S Ca. . laen (C. 0. It., Acquits de Lille, 

I. 70-71: Fiefs, N» 4178). 

Cap[plelle[n]. Robert de Capple, bailli de Tcr- 
nionilr, 13K9 : une. bande de cini| losanges, accom- 
pagné(^ au canton senestre d'une merletle. C. : une 
tète el col de cerf, le col entouré, au bas, d'une 
chaîne, pendant à dextre. S. du cq. : deux léopards 

lionnes, accroupis. L. ; S Robrechl 

(C. C. B.. Acquits de Lille, 1. 70, 71). 

— Baudouin van der Capétien, temmerman (charpen- 
tier), reçoit, du receveur de Termonde, un paiement 
pour des travaux exécutés au pont de Termonde, 
1408 : trois marteaux (droits), le 2'i contourné. 
L. : S Bovden van der Ca (Ibid., I. 70, 71). 



— .Adrien van der Cappellen, homme de la ci 
Termonde, 1416 : trois marteaux (droits). 
Adriaen van der (Ibid., 1. 394). 



rde 







PI. LXXVI. 

Fig. 1. Johannes dictus Scone Jan (Schoonejans), écheviii de Malines (1310J. 
Fig. 2. Thierry van Binsfeld i Tous trois chevaliers, 

Fig. 3. Englebei't Zobbe . feudataires du 

Fig. 4. Jean voiii Stelii ) duc de Brahant (L-iôai. 



181 —o'c 

Wanghe, 1-170, le r> sopleii 



(liiisscldoi-1', (lèves-Mark, K" 7' 
— Adrien van der Capelle, tieni, 



— .Vdiien de le Capelle, lu 
Teniioiidc, 1430 : mOnii 
'C. C. U., AcJ|uitsde Lill 

- Crilfun de Capples, cl 






- Jehans de le CapelU 
liai, U37 : une f;isce 



de llef du llainaut, à 
1 liiochaiit, issant du 
■d iiiféiieur de la lasce. C. : une tête el col ini- 
be entre un vul. S. dexlre : un j^riflbn. L. : S lan 
der C (Mnns, Domaines de liai, 11;. 

an van der Cappelten donne un vidiiints d'un acte 
duc Adolphe de CIcves, de lUl), Tinvestissant de 
cis lief^ mijl den Imise ind hoffler \Vummjheii(l), 



('appelle (Dusseldorf, 



Jean van dei Cajiellen scelle pour Jacques va: 
i'apMen, qui déclare tenir, du seigneur de ( 
iirglie et de sire Jacques îiyf der l.ijemijnylier, 
iils a Hiimpsdorp {Knnisdorpj, respeclivenu 



Cap[plelle[n|. Jean sa 
Jo^se de Flandre, dit 
d'Onledc, bevercn, etc., 

— Guillaume 



liacliu (DeijnzeJ. 
ovin du eliapilrc 



der Capellen, 
de Saint-Servais, ii Maesli'icht, Um : deux four 
passées en sautoir, el uue gerlie, brochant en 
(Ordange) (voir Kemnade,Perols, Quaetji 

Capelle-au-Bois (Les éclievins de l'empereur 
la franchise de), I,'i40 : un lion. UeiricM-e 
émerge un évèque, tenant sa crosse de la main d 
L'écu accosté de deux dragons rampant vers k 
(Mallnes). 

Capelle-Saint-UIric (Sceau commun des I 
ciers de), 1135 : cinq losanges, aboulés et a 
en croix, et un semé de billettes (Mol). T. Sen< 
un prélat (.Malines el Chail.s ,1, ^ ,ln.s de lira 



- (Les éche\i 



fascé de 
lion. C. : 



de), Hi: 









do billettes. T. dextre. : m iirélat, tenant sa cross( 

de la main droite. L. : Sigillvm scabin dn 

de Capella S Vlderici (Greffes scabinaux, Mélanges 
A. G. B.). 



— Les échevir 
hem), douairièr 



de si 



e Isabell 

e PhiliiM 



de Berchen (Berc- 
■-l-ranrois de Foiu'. 
■Ilrirr, appelle e' 



van den Broecke, vrijIuTi-.lu \:, 
de l'Ordre de Sainl-Ja- qncs, ^niliIlH.innie de la 
bouche de feu le Cardinal-InfanI, seigneur de Cam- 
penliout, Ranst, Millegem, comte de Cridjckenbourgh, 
etc., 16G7, 8 : un chevron et un semé de billettes. 
L'écu posé sur la croix de l'Ordre de Saint-Jacques 
et sommé d'un bonnet des barons aux Pays-Bas, 
au-dessus duquel émerge un prélat, appuyant sa 
crosse sur l'épaule droite. S. : deux griiïons. tenant, 
chacun, une bannière aux armes de l'écu. L. : Sigil 
scab baronatvs Capplla[e] S Vlderici (Ibid.). 
Capelleken (Henri), jadis prisonnier ii Basweiler, 
sous le sire de Ci-inendonck ; i. t. : 88 moutons; 
1371 : trois hures de sanglier. L. : ►}. S' Henricv : 
Krers ; Iloet (Chartes des ducs de Brabanl). 

Capelleman (Gauthier), échevin de Louvain, llii, 
3, 31, 9 : une chapelle, accompagnée en pointe d'un 
pourcean. L. : ►{< S TI'a/(eri Capellema scabi loi; 
(Abb. de Sainte-(;erlrude, ii Louvain). 









Cappart. Jraii Cappacrt, (.'•clicxin dt- Tirleiiiniit, 
l^'ii : trois ('2, 1) ci'oissants, accompagnés en cœur 
d'un bosant, ou tourteau {Greffes scabinaux, Loiwain, 
4833) (PI. U, lig. 274). 

— (Henri), alleutier du métier de Tirlemont, t427 : 
deux croissants, rangés en fasce. L. : S lienrid 
(apport (.\bb. de Sainte-Gcrtiude, ii Louvain). 

Cappe (Gossnin), jadis prisonnier il Basweiler, sous 
le sire de Wittem; i. t. : 240 moutons, 1374 : fort 
endommagé, on ne voit plus qu'une lleur de lis, au 
pied coupé, sur un petit fratsment de l'écu (Chartes 
des ducs de rtrabant). 

— (Liévin) tient, du cliàteau de Termnnde, «n tief a 
Zaaiuslag, l.'j41 : une fasce, accompagnée en chef 
d'une coquille et de deux merleltes, rangées en fasce. 

essorant L. : S Uevin Cappe (Kiefs, N° 4333) 



Gappele[nl, voir CapeUe[n]. 

Kappenstein. Jean et Henri van Cappinsteyn , 
frères, et Nese, leur sœur, ont obtenu, du comte de 
Berg, satisfaction du chef de lein' créance, 1300; 
Jean : Irois roses. !.. : S" lohannis .... pinsien. 
IjC sceau de Henri est tombé iDusseldorf, Jiil.-nery, 
N» 790). 

Caprijcke. Ernûul[l] de Cap[e]Tic, échevin de 
Bruges, 1329, 31 (n. st.) : trois cors de chasse ; au 
franc-quartier brochant, chargé d'une étoile. L. : 

. . . rn . . . l'an Capr (Chartes des comtes de 

Klandre). 



Carafa (l'etr 


,s Aloysius), ep, 


Tricarico) 1 


028 : trois fasc 


d'un chapeai 


d•é^é(|ue (.\bb. 



Cardinal (Gauthiei), échevin de Louvain, 1204. C, 
9, 70 : trois pals ; au chef chargé de trois merlettes. 

L. : /( Card scabi l . . (P., c. 2, Ileijlissem cl 

.\bb. de Sainte-Gertrude, à Louvain). 

— Wallerus Cardinalis, même qualité, 1278 : trois 
pals; au chef chargé de trois oiseaux. L. : ^ .S" 
Waltcri Cardinnlis scabini lovan {\h\>. de Suiiile- 
Gei'trudc, à Louvain). 

— Jehan Carde/ia[u]l[s], homme de tief du Hainaut, 
1344, 00, 73 : une fasce, chargée de trois coquilles 
et accompagnée de six croiscttes recroisetées (non 
au pied liclié), 3 rangées en chef et 3 (2, 1) en pointe. 
L. : S' lehaii Cardenal (Chartes des durs de Bra- 
bant; Mous, Abba\es d'Kpinlien et de Bonne-Kspé- 

Caren, voir Cahren. 

Carenchon (Jaquemail) (et Carinchon), marchand 
de Lucca, en Toscane, scelle des quittances, comme 
héritier de feu son oncle, Nicolas Chavere (Ciavre), 
1397; déclare avoir été satisfait, jiar la duchesse de 
Brabant, du chef de la créance de son dit oncle, 
N. Chavre, frère de sa mère, et dont la veuve, da- 
moiselle Marie, tille de Gilles Hoste, de Bruges, est 
remariée a Gérard van Schieruelt (-veld), 1398 : trois 
roses. L. : >i< Sigillvm lacobi Carenson (Chartes 
des ducs de Brabant). 



Carency. Catherine, dame de Carenchi, femme de 
Nicolas de Condé, seigneur de Morialmé, 1279 (n. 
st.), 79 : dans le champ du sceau, ogival, dame 
debout, au manteau doublé de vair, tenant de la 
main droite un lis. accostée de deux écus, tous deux : 
de vair en chevron renversé ii deux chevrons de ... . 
L. : ►!< S' Kalerine de Carenchi dne de Moriavmes. 
Contre-seel : écu aux mêmes armes. L. : ^ Secreir 



Carenson, \nir Carenchon. 
Caret, \oii Carreth. 
Carette (Piirarl) et son frère ( 



tombé) 



noble bon 
h (Ché 



Baisieux, 1399; Pierart : un chien braque e 
(Tournai, Chartreux, c. 11). 



Carette (PieiarU tl smi frère Colarl (son sceau est 
Uiiiiliii;, ju;;cs ciiipriiiitos, par le bailli ili' noble 
lioiiinie Hue de llalluin, écuyer, seigneur de Cherens 
(Chireii;;), en sa terre de Uaisieux, au bailli du 
Mi^arur de le HamedJe, en sa seiijneurie de Il'i/- 
tcin (Willcuis), 1-131 ; l'ierarl : mi-uie ecu, brisé en 
chef a senestre d'une étoile (Ibid,). 

— (llirélieu Karelle, lioinnie de tiet de l'abbesse de 
Waiitliier-Uraine, scelle un acte de messirc Couste 
lie Liemellettes (Limeletle), U70, le i7 mai : ini 



iiijnu 






nt. L. ; 



Abb. de .Ni7.elles, Elabl. rclig., c. 320-2, A. G 1!.). 
Cliambre des Comptes, ii 
e vivrée brochante ; aux 
ir Car- 



— (Jehan ï), membre de 

■>• et S', un chevron. C. : deux plui 
r(irete{C. C. 11., .\C(iuits de Lille 
rethi. 



Karger (K . 



. .),ci 



N" -KoSS). 
KARICH, MiirBrede. 
CARILOE, voir Carloo. 
Carinchon, vnii Carenchon. 
Carion, voir Carrion. 
Karis (Jean), homme de lief du II: 



Karijs van Loms?n (Jea 
li'Mil, du pays de Fauquem 
a llerle (lleerlen). I.j37 : i 



?r 31. Lvi 



•«(.W. 



Karken, voir Htilhoven, KERREKEN. 

Karle, voir Gueldre. 

CARLEWIJCH (Jean van), rchevin deTirlemont. 
111)8, 9:écartelé; aux I" et -V, coupé; a, trois 
pals ; b, trois macles ; aux ->■ et 3«. de vair. L. : ^ S' 

lohis de . , . lewych se (GrelVes scabinaux, 

Lmmiin, c. .'i6i4, et Abb. de Sainle-Cerliude a 
Louvam) (PI. 11, li-. 27o). 



CARLEWIJCH. Michel van Carhwijck, même 
([ualité, 1.j3'J, îiO : trois marteaux penchés. L. :S 
MiehaeV de Carlewyck scabi' titen' (Abb. de la Ra- 
mée, Elabl. reli-., c. 3180, A. li. U., et Abb. de 
Saintc-Gcrtrude, à Louvain) (voir Born). 

Carlier (Jean le), fils de feu Jean, re(,'oit, de la ville 
de Tournai, des renies viagères, insciites sur sa vie 
et celles de Bietremieu le G., son lils, de Pieronne 
du Rieu, sa femme (ii lui, Jean), et de Jeaime le 
Carlier. sa lille (citée, en 1402, comme femme de 
Jaquemart Alart), 1402. 5. 7 : une roue, accompa- 
gnée en chef a dextre d'une co(|uille. L. ; S lehnn le 
Carlier (Tournai, Quittances). 

— Reinwar le Carlier, écbevin de Jodoigne, 1435 : 
coupé ; au 1" parti ; a, de ... ii l'écusson plain et 
au bâton cumponé, brochant (un peu fruste); b, 
trois pals; au 2'', trois maillets (2, 1) penches et un 
lilet (ne brochant pas). L. : S Reinwaer h Caerlier 
^Chartes des ducs de Brabanl). 



7,81,82; Jean 



— Jean Carlier, de Peissant, 147 
Carlier (tout court), 1484, re(.'oit 
sur le domaine de Binche : deux poissons adossés, 
accompagnés au point du chef de deux étoiles a cinq 
rais, accostées. L. : Seet khan le Clercq (\) (C. C. 
U., Acquits de Lille, 1. 1085, 1G87, IG88J. 

— (Maistre Thiry le), hmiuue de lief du Ilainaul et de 
la cour de .Mons, 1481, a Uinche ; qualilié maistre es 
ars, il reçoit des rentes viagi'ies, pour lui, daraoi- 
sellc Gertrude de Hayn[nau] (Hainaut), sa femme, 
Hanin de Gricourl, lils de Goberl, Jaquemart le 
Carlier et Ysabelet, sa sœur, 1483; reçoit une 
rente, pour lui même et sa dite femme. 1493 ; pour 
lui seul, 1495 : trois roues de moulin. T. senestre : 
une damoiselle gantée, coinée d'un haut bonnet 
pointu, tenant, de la main gauche, une branche de 
rosier. L. : Seel Tliieri le Cartier (C. C. B., Acquits 
de Lille, 1. 1G87, 1688). 

— (Jaquem le), bourgeois de Binche, 1481 ; Jaquemin 
le Carlier, lils de feu Jaquemart, 1482, reçoit une 
rente viagère sur le domaine de Binche : trois roues 
(ordinaires, non roues de moulin), accompagnées en 
cœur d'un annelet. T. : un ange. h. : S la . . mari 
e.(Ibid.). 

— (Jaquemart le), bourgeois de Mons, reçoit une 
rente liéritable, sur le domaine de Binche, rente 
possédée, auparavant, par feu son père. Jaquemart, 
1484 : même écu, mais sans l'annelet. T. : un ange. 
L. : S Jaquemart le Carlier (Ibid.. 1C88). 

— (Franckart le) tient, du Brabant, un lief ii Braine- 
l'Alleud, 1470 : une hache, accostée de deux étoiles, 
1 en chef il senestre, 1 en pointe k dextre (.\v. et 
dén.,N'» 1707)(voirEstuvenin,Hornu, Calier, 



ilk-c, l.t"2U, 7 

cl. I,. : ►f. .S' Mil 



iiaillHs pmchés. C. : 
■vâlûn-liiH'..C.n.,(: 



,vnv ilr . . . (ussez rriistc). L. : . . . oine 
^ . (Mous, Abb. du tioiiiie-Espéraiicc), 



chans de CnTiiieres, coiiiiiKindciir de 
!■ liiniilicu (UcwuWen) dalcs Valcnchknm 



s- dicius), échevin d'Acrsclint, i:;o;i : 
is, ;iii [lied coupé; au fi'aiic-(iu;irtii'i 



Ulli), iiWusnoit. ,l\\unuille.t (voir ci-drs.^ous), de 
Hcu-lan ri (le MtimuUe, Bouvcnicur, capilaiiie a 
(liàli'hiiu il'Atb ri il'Knghieii, VoUi : une bande, 

niir. c. : iiiiNHl,!, IVcu(KngineM). 

- (.Iran), siis;iii>iii' de SoIre-sur-Sanibre, L'iSi : 
iiirini < (VU el C L. ; S khan Carodelet s de Soire 
fivr Saiiihrc (AUi, Hùpilal de Madeleine). 

- (lVn\ de), clievalicr, seigiieuf de Potetles (l'uleile), 
lldiinii, AuiHuilles{\), Deaudeyiiies, La Capelle, 
Oh'ij (Oleye), GmnUiche (Cnind-AxIiiO, Saint-Mar- 
(irt, etc., par un acte donné, le 11 juin 101(1, en 
?t(islre maison et cbasleau de Liernu, atteste, a 
l'abbcsse de .Nivelles, que damoisclle Mai'guerite- 
Dieudonnéi! de .Nainui' est lille de messire Claude 
de Nanuii-, clievalieL', seigneur de bluiy, Klostoy, 
Viiallaix, etc., el de Jeanne de lierlo, dame de 
Ilevsée. (illc de uiessire CIIIcn de lierln, chevalier, 



'.!■ (Faux), ll'(i/(/H(VM,\\a:_iire). «ersfc, etc., et 

:rnii iiublc siiiis titdaine ha^^lanlisc un bour- 
be: \\n\ de Caioudclet. scigneui' de l'otti-lles, 
(«7/e.v, Sainl-Mailiii, lleaudciinks, La Capelle, 
HcH.v, Hofiiui, Oleij, Graiilacli, etc., atteste, il 
e alibessc, (|ue d:unoiiclle .\nne-Madeleine de 









GronjbeecI: (r.roosbook), lillc de messirc TliiiM r; 
(IroeiJKbceck, Sfi^ni'ur li'Uray (Orcvi, Eiiiplii 
etc., Kouvi'rnoui' de la ville et clifiteaii (Je Un) — 



ir VILLECHOLLE) 



Karons {Bimdnii 



— Dnnimds Cm 



riîent «lu bailliage du Ton 



i;i39 : trois foi'ces renversées 
. L. : ►!< S' Walteri Cnrpeal 



— Egidius Karpial, armiger (voir Racourt), 1 ;i;!0 : 
(llml , rilO) (vo 



■c Damt 



re). 



i:; mai l.'iill ; leiiiiiuiei' tle la court da/froiclmnid 
</HC honorables Itoininr Jehan ddk Baire ni de par 
llchoïc, sa fciiiiiie. jdle de [eu Jehan Daignelee 
(A;:iitlie>. juijante en la ville de Jioàer Nustrc 
Hamiiie, i noveinlire l,'):!!; tenancier de la courl 
dr:; inuiniiiur hoiinnihh- homme Jehan délie Barre 
ai ;','.,,;■,■ <i ];'r.r,;,„,iit, l-i sepleiiibiv 15:1-2 



; Skjdlcm . . . Caret (lii 



Carpentier (Frère Jaque), maistrc de lonpital le 



Di; Raadt, i. 



. .... de Carno . (Kiels, .\" 71t<n). 

CARSELE (Daniel van) (aussi Karsele), Imnime de 
lief d'Isabelle, dame d'ingclmunster, et de noble 
sei'gncur Jean de (jliistelles, son mari, dans leur 
terre de Vive, U-i2 : un vol (KIseghem). 

— (Gilles van), jadis prisonnier a nasweilei', sous 
Louis de Namur; i. t. : lO'.l 1 8 uioulons, 1374 : 
un vol, au lambel broebiint. L. : .s Clltis vait Karzele 
(Gliarles des ducs de lir;ili:iiil). 

12 



Karssen (Cluétien), écoutMe de Muijsen (Limliourg), 
I08I : un chevron, accompagné de trois oiseaux. 
('. : un oiseau (Ordange). 

— Cluétien Carssen et Cassen, maieur de la coui' de 
la inense du Saint-Esprit, 1590 ; écoutéte et éclie\in 
du haut tribunal de Verdi (à Saint-Trond). 1595 ; 
écoutèle de Urustliem, 1(301 : u.i clievron, accoiu- 



■leltes 



î.C. :i 



leUecc 



, 13, 1-i). 
1G15 : 



ie (Abb. de Saint-Trond, cil 

si/i, .vi.iitète de lirustliem 

lii. 1 li'Ues posées réguli 

,,, i- 1 1) (comp. Casée). 



Cartier, voir Yve. 

Carton (Jean), liomrae de lief du Hainaut et de la 
cour de Mons, 1G35 : une hure de san^îlier, accom- 
pagnée de trois (2, 1) marteaux (droits). L. : . . . han 
Carton (Fiefs, N» 10.133). 



ux, en Hainaut, 1481 (n. st.), 2 (n. si.), J ; 

, accompagnée en cher de deux croi.ssanls 
nge. L. : Scel khan Ca . . . (Ibid., 1. 1(1x7. 

lalikwinus), cclievin de Maestriclit, |i71 ' 
: trois juuii'lles; au franc-qiiarlier charj^ . 
jiu' étoile'.'). L. : . . . . vdcmni Casei , . 
chartes des comles de Klandre). 



ge)(C.(: 



' Marchant. 



Cassart (Gheldolphe), tenancier du ch;iiiiUi' J'Aii- 
derleclit, 1399 : trois poi'tes crciulirs, nu loin-. 
accompagnées en cieur d'un lion. ('.. : un haut Imn- 

net entre un \ol. L. : . . Geldviphi Cas (.Mih. 

de Coudcnherg, Ktabl. relig., c. 185G, A. G. 1!.). 

Cassart, dictus Meerte iJohannes), écheviu di 



CassaLeJrt dit Plaet[e]man (Guillaume), 13J2, 
7 : trois Heurs de lis, au pied coupé, surmontées d'uu 
lanibol, chacun des trois pendants chargé de troi> 



Carvinc (Jean), préti 
(.M.icrkerkeï), U83 : 



e de Moorsiierlic 



Casée iCDtart), homme de lief de Loeys de Caslillon 
Clulilln,,), cnnle de Jlloys (Ulois), seignein- d\\ 

l.lt(>. L. : S Cotar . . . see (Mons, Crelles s( 
iKuix, Avcsnes) (comp. Karssen). 

Casembroot (.Maitre Jean), échevin de Rotteri 
1031 : un chevron, chargé de trois roses et ac( 
pagné de trois épis. C. : une fcnnne issantc, te 
de la droite \in épi et de la gauche une balance. 

. S Jan Casembroul{V.). 

Caset. Jakemart Kaset, maitre-mesureur des bois de 
Hainaut, 1131, G : une roue, chargée de huit 
leltes, posées aux extrémités des huit rayons. 
.S lakein . . . Caset (Mons, Domaines de Hal, 11) 






[islre i 






Cassard da Plalemaii (HjuxcHcs et Charte: 
ducs de brabant). 
— (Guillaume), 13G8 (junior): 137.(, 82, 9-1, 

Cassard dci l'ialcman (AljUijhcin. Hiiixrlh 
Ma Unes). 



— ll'i7/ic/7ni(S Cassart, dictus l'iaetman, junior, 
1.117 : nwuie éc\i({u' l^gidius, 1307. L. ; .S Wilhelni 
Cas Platnm (ll)id.) 



Cassel. Luijs van Cassele, proi 



conilc lie !■ 
, avL't tous 



siiMis, i:il8 (il. st.): un clievroii,accnmpai;iié de Iroi 
léopards lionnes couronnés. L. : S' Loij de Casse 
(Charles Iles coinles de Flandre, N" i:)18) (\oi 
Harscheidt). 



Casselaer fWaUertis de , prepositits 
Snncti Trudnilis (Snint-Troiid). I.TKi : dans le champ 
du sceau, ogival, un saint, portant de la droite une 
église ; au bas, un écu, à trois pals retraits (Abli. de 
Saiiit-Trond, c. 5i'is). 






r Carssen. 



Castagne. Wiltanmes Cnstnngne, prévôt de Ton 
liai, li;8.">; iri7/(7i(»(ips CnsUiUjne, juré, i7/cc, iiHt 
deux <r,.au\, tM"' sriilifornic; \\ 1-283 : un eh 
tai,;niii , riiiil.' lie qiKiIre pièces, issant de la t'oeii 

l;ii. . .1 i-:ii^ , \ III, 'Ces. L. : >^ S \Vi'.lavn 



Casteau. Henri de Castiaiis, liomme de llct du 
llainaut, i:i88, à Mous : un clievron, accompagné 
de trois coiiuilles. L. : . . . . r . de Casliavs (.Mous, 



!.. : .S ll-i//r«i van dcn Caslcle (G. C. 11., Acquits 

de I.illr. 1. \[->, :!71) (Noir Château) 

CASTEL, \flir Hohenberg. 

CASTELER C7Viiem don), liailli du llainaut, et 
Jean Sausses, sires de Boiissoil (V'j loco), donnent 
vidimus d'un acte, ou il est appelé : nobles hoin 
messire Thieris dou Casteler, 1320 : une croix en- 
Krèlée ; au franc-quartier d'iiermine. L. : ^ S' 
Tliieri dov Casteler chevalier (Mons, Abb. d'ICpin- 
lieu). 



IiOUi;ier, piih liir - :n, , \_.:, ., ( ',,,;,;,,- „^_ mil-. (liiJit 

Culars, 1-407 : trois tours, ou portes crénelées, 
accompagnées au point du ciiel d'une étoile ;i cinq 
rais. L. : Seel Co . . arl (!) (Tournai, yuillances). 

— liUlehaux Casleloize, veuve d'Alard Uasoir, reçoit 
une rente de la ville de Tournai, pour elle et ses 
enfants, Alard et Isabelle, 1407 : parti; an l", 

(Rasoir); au •2'', (rois tours, ou portes crénelées 
(Ibid.). 

Caster, voir Princel 



CASTIAUS, voir Casteau. 

CastiUe (Jean de), sri.'iieiir de Vlimderbcl.r. 



Castre-lez-Hal. Les échevins de Kest[e]re, I i-SS, 
1) (11. st.), 1.112, 3, 4, lo-iO, 4, 70 (matrice de la 
l'e moitié du xi\|-- siècle) : dans le champ du sceau, 
rond (sans écu), parti; au 1'^, diapré, ii une prélale 
auréolée, passante, tenant sa crosse de la main 

(Enghien). L. : >^ ire/ tes eskienns de Castre. 

Cat (Thierry le), liomuie de lief du llainaut, a ISinche, 
1483 ; plain; au franc-quartier char-é d'une bande. 

T. senestre : une damoiselle. L. : S Tliie Kai 

(C. C. l!.. Acquits de Lille. I. I08S). 

KATELINEN (Jean n:ui -L i -, i 






, la monnaie (der ghetimunle) , \:>u-l : 
iccompagné en clief de deux roses et en 
rèflc (Ibid., N» 271.3). 



CATHEM, \.m Catthem. 

Kats. Ciisliin van Cats (\oii' Poêle), lil 



— ISS — 

Kats (Antoine vnn), homme du comté de /.('•hiiulo, 
II-, d'un kiiiihel. C. cassé (lliid.). 



clicf, 1 au coiilrc de l'écu. L. : ►{< S' Coslini fili 
Ilenrici iiiililis de A'aslCliai'tcs des comtes de liai 
di'e, Inventaire anah/tique, N" U-4li). 

— Ikinrijc van Cals (voir Poêle), 1292 : un cli; 
passant, sunnonlé d'un lauibel m ciiwi pendanl 
I,. : >i< S' llcinric va Cats (Ihid.). 

— Her Nidais vnn Calrli. clicvalier, Imuniii' du ctinii 



- Laurent van Cals a 
son lils, Jean, avec M 
rent, 1430 : deux la^ 
trois (2, I) losan.,;es. ( 

I M cri. van Cals {C A 



- (Jacques van) scellr 
tille, Marie van Zuhi 
van Dorssele, Scii,'neii 



— Domicella Maria, jiUa Juhannis van Cadts, doini- 
cdla de y.obborch in W'allacria (Walcliereii), uxur 
lc(jiliina nobilis vin doinicelli Ailriani île florsatia, 
domini lemporalis de Uriijdam, de Duveland et de 
Galmaerden. l'ait son testament, in sua Icclu eijri- 
ludinis iacens, sana tainen mente, 1 i.'i" : uiéuie 
écu. 0. et T. cmnme Lamvnt ( 1 i^O) (C. C. It., c. l!;i). 



iHiipiiile van), seiijncur de Cals, Cotstercn{ÇM\\i- 
), llnjho (lleilo), oncle de Pierre van TuijI van 
nci-kerke, dont il scelle le contrat de niariap', 



<■ nniœelis (Uruelis), nm- 
V liiezclin^e, parent (-Hfivj 
■.O.usetC. (pieThcopliile. 
(\iiir Abeele, Aernts 



Katzenelnbogen. Vir nobilis WVIielmus, cornes 
(!'■ KalzencllinbiKjcn (lils de leu le comte Dilheriis), 
\-lV~:> : un lenpard lionne. I,. : ►f. S' Wilhi aiiiis île 
Katzcllcbogen {\UW de Cologne. N" i7i)l. 

— (Cériinl de), elie^alier, 1290 : un léopard liouné, 
couronné L. : >^ S Cenirdi liri'Everhardi cnmitis 
de Calzcel'boije (C. C. 11.). 



- Dijllier (mttar), <■ 
ellcnbiHjlic), reçoit 



le Kalzinvlnhnijrn (Kat 



■, (/rave zii Katzcnelnboi/en, i 






^P^J 




PI. LXXVH. 

Fi?. 1. Henri de Fauls, l'eudataire du coir 
Fig. 2. Heiu-i van Sehunratli, chevalier (13G3) \ 
Fig. 3. .leaii, sire de Bouchout, vicomte de J 
Bruxelles, chevalier (1367-8S) (1) \ 
Fig. 4. (lérard van Mttzcne (I2(ji) i 

Fig. S. Henri d'Andrimont, ocuyer (13-;9) / 



Cattebroek. Ilcnnru 



'^wi (il caiir (l'un liiicliPt, cliargi' d'une molclto. 
C. : mil' tiHc liai'buc couronnée. L. : S' llenric vcin 
h'ntenbrocc (Itiuxelles et Alib. de Porest, Ebbl. 
nli-., c. -2100, A. G. B.). 
Et nm • cor de cliasse (HMoire de llru.relk.i). 

— .Iran van Calienbrocck, échcvin de Tcrvueicn, 
1 178, 88 (n. st.) : trois maillets pencliés. T. : un 
an^c. L. : S fan va Cntlebroerk (Alib. de Saiutt- 
Ci'ilrnde, ;i Lonvain). 

— Maili'c Joan[-na[ilistel van Cntlcnbrocclc, licencié 
en droit, échcvin de Bruxelles, KlO-i, •il; tenancier 
(II' la cliamluT des toidioux, iV/cc, UiKi : trois mail- 
lets penchés, accouipajîués en cœur d'un Inicliet. 
C. ; un buste barbu couronné. L. : S lan van Cat- 
irnbroerk (Ihid., Bruxelles et C. C. B., c. -17). 

Catthem. Nicolas de Cathem, homme de fief du 
llainaut, ;i liai, liSi (n. st.) : un sautoir en^rélé, 

roses. T. dcxtre : une damoiselle. L. S Ctaes van 
Cfi/l/icw (Mons.Doniainesdellal, II) (l'I. I I.lii,'. 27(j). 

— Nijclinlaus ,le Calhcm, édieviii de liruveljes, 1 1(17 : 



(Weert). C. : un boiinel entre un vol. 
;(i van Callhem (Bruxelles) (voir QUAET- 









Forest, Etalil. reli?., <■. 2490. A. C. B.). 

Cattoire (Baudouin de le) tient, des chùtellcnics de 
KIoliecq et de Lessines, les viviers de Maulde, à Les- 
suies, l.">iG: homme de lief du llainaut et de la cour 
de >ruis. I;;i7 : parti; au 1", une bande; au â*, un 
iTnis-aiit MTsé et une étoile, rangés en pal.S. dextrc: 
nn liiMi. C. et S. senestre cassés (Kiefs N»» 10371 et 



Katwijk. (1 

m), 1 



(Bi-a 



n Caiwijck 



2, 7, S 






une en chef d'une étoile 
Gauliez, voir Fuyant. 
Caullns, \"ii- Cauw^elin. 
CAUMAISNIL (Jehan de). 



chcvin de lleusden 
sautoir, accompa- 
is (Malines). 



f Bial 



Clne 






issant. h. : S hhan de Cavinamnil (Cha 
ducs de Brabaut) (voir Nederalphen). 



Caiisin. Jehan Canesin (Caiissin), lavreiiicr, 
oi^ lie ijiiR'lie, ri'i.'Oit une renie siagirc, 
iiiiiHir dr DiHclii', i.ûiii' lui, QuinlcMaluK 



, le vus di' la bniidp, et aa-onipa- 
. -iir d'une éloilc. T. : un nn).i', 
...« (G. C. \i., Acquits de LHlv, 
Trahegnies). 



Cauthals (Jrau), tclieviii de Malines, 109'J : Ir 

nil,,s (Mahne.-;). 

Cauwe (et Couwe) (Uautliiei- san der), éehesin 
ierre et du bijranij de Lierre, I i'2d, 9, ;i8 : ti 
ie\r(ins, aecuiu|ia;4nés en clief a dexire d'un au 



Cauwelaert (N. IIJ \an), lJru\ 



Cau^welie^, \nir Avenues. 

Cauwelin ((normes), receveur de la fermeric de le 
Vimjnc, a Druges, «-21, 3, -i, o, 1). U, o. G : une 
bande Irettee. .icconipagnée au canloii seneslre 
d'inie uierlelte. L. : 6' Geurgii Cavlins (C. C. 1)., 

Cau^venberghe. mhi Haesbaert. 
CAUWERBOURG, \oir Couderborch. 



Caumont. Jea 



— (rraM(;()is), homme du comte de Klandre, remet 
priur Uaudnnin Saman, lils de Paul, l'aveu relalit a 
un lief a Sinaij, 10-2;i : iiarli; au I", trois corneilles 
CAnidtwiJ, mal ordonnées, la l«surmontéea scncstrc 
d'une aoilp; au -JJ, trois clievrons. C. : une corneille 
rssnraiilf (lliid , 1. 915WS, |. 71:29-91). 

— i.lraii de), uiaiein et semoncenr du roi, dans la 
vwi-srliarr île sainl-.Nicolas et (le Nteul;crcl;c (Nieii- 
Keikrn; (WaiM, Hi iH : nu chevron, accompagné de 



/fin de Cov (lt;in.ii de M;iire d'Acit- 

rijike) (voir Boëyé, Fransman, Nieuw^land). 

le llef (lu Ihiinaiit et de la 



(«, 



de la comtesse, 1307 : plaiii ; an clw 1' ehaiv d.' tems 
roses. L. : S' Anselmi de Kcl.en (liiisxld.ii r, JkL- 
Berg, X" 80G). 
Keeken. Jan \aii Keken, frei-e diidit Anselme, i;iC7 : 
■me écu. L. : ,S' loh . n van Kekcn (lliid.). 



1 Kel 



l Anselme (il dit 



Cavart (Canart?), voii' M 

Caverson. Tliade Cavacon, 
du Dos, 1292 : nn [loissui 
assez petit, enclos d'une let 
rnrnconi (Chartes des comt 



: ►p S rimdci 
ndee, N" 058). 



L. : >i>S Dcrenl Slabberl v 
Oranye-Mocrs, N» -iH). 



iiièiiie abbaye, Etalil., icli^., e. :!ii01i, 

- Judoais de Caverdiun. iiiemc iiiial 

diiix étoiles a cinq rais, 1 au canton 
ibnc dexlre. L. : S ludoci de Cauic, 



(C. C. U., c. 53). 
Kawildere (Jean) (Cawilderfe] 



o/)( liuijs (jhcscat tcas (^ : 
des ducs de lirabant. 
Keeken. [fiera rd] Clueking i 



— Ottc van Kijcken, écuyer, scelle le traité Jes nobles 
et des villes de la Gucldre, l.il8 : même écu que 
Bereni. h. -.S OU., va (Arnliem, Rckenk.). 

— Otlion van Keken, juge a Sleenre (Steender), pour 
le duc de Gueidre, 1498 : une croix (fruste), accom- 
pagnée aux i'^'' et 2'^ cantons d'une mei'iettc, la 
1™ contournée (Geld.) (voir Hertoigh). 

KEELDONC (Keldonk) (Lonijs van) reçoit, du 
rahanl, 00 viiux écus, van allcn zaken, cosl, scadc 
ide lerliene (t:uerre de Flandre), 1357 : un sautoir 



Lcoiiis de Kceldoit . (Cliiirt( 
N" 1551) (coinp. Erp; 
Rover, Tengnagel). 



KEILDONCK, 



Keelen (Michel v; 
trois llenrs de 1 
sept billeltes, 3 



L der), échcvin de Bruxelles, 1398 : 
,, au pied coupé, accompagnées de 
n cliet, 1 en cœur, 2 accostant la 



Keerbergen (Les 



de Kcrbcryhe (V.. C... 1. ;ii:i, 
bergen, Seghers). 



va . . . rbenje (Chai-tcs des ducs de Uralianl, .N» I 
Keere (Picirr de le) a iv(.'ii, de Tiercelet de la i 

1 i:i7 ; un l:i~cr ; au lïaiic-i|iiarlier charité (l'une 
suiiiionii I- (If . . . (un iHMi fruste). C. : mu 
d'aii:!!' .•lluniilMiil le C(l. S. dcxliT : iiniivinnii 
S l'icler m den Kim a:. C I!., .\.■(illil^ dr 
I. .-.T, ;i,S) (v(.ii' SURENDRIES). 

Keerle (Ilenrii, leuanciiT dr [■;ilili;,\r dr S;iiii 



chiuvi- 


d'un iiiacle, accosté de d.ux 


s.iinmr 


d'un li.iii issaiit. L. : ^ .S" / 


Kcrsiii 


i/.c scabi lov (Al.b. de Sainl.- 


SiiiiiM 


nrr. a I.oiiNain, c. I. A. G. li.) 



Keghel (Eerhare ende tcisc man Giclijs de), erfhm 
vtin dcn <juede van Slnlle, dat glielcrjhcu es te 
/)oo?7fc (Tnurneppe), li'il : même écu (Charles rt 



H82; cclie\ 



1397 : n 



de Kci 



■■ 1). 

— V.:iuUnvr Kegel, Mm\n dv L 
du bijvaiuj de l.knx-, l.i80 : une marque do luar- 
cliand.S.seiiesti'e:uui5rinoii(.Maliiies){Fii!.XX\Vll). 

— Henri de Kerjel, échcviii de Bnixelles. 1 182, ,1 : 

lii rou allioutés. I,. : S' llenric de Keghele (Bruxelles). 

— i;;uilhirr Kegel, échevin du bijvaiig de Ijeirc, 
1 iK(> : mi}me uiarciue de marclumd ([ue (lauUurr, 
1 182, mais une rnse, a la i)laee de la cruisetle, dans 
la partie si'nestre du triangle (Malincs). 

— Jean do Kegel, éclieviii de Bruxelles, lùlO. 4 : 
luruies écu et (";. que llrnii M.182,:!). L. : .S lan de 
Keghele (Bruxelles). 

Keij, \nii' Bloxxmkin, 

Keijenoghe '.Inii-rry-- ■/■r^;vi, ('rliesin de !.(iu\aiii, 



— Ciidefridus Kersmakere, i-c\\c\'m île I.oiivain, I i 

(■lir\ rons. 1,. : S' Godefridi Keersmaker scabini lovai 
(Al.li. de S;iinle-(;ertrude. ii Lnuvain. et AjUighem). 

— Niailaufi l\ersmal;cre, échevin illec, l.l;!2, C, 7, 
id. u7 : même écu. !.. : q* S' h'icliolni Krrsuml. . . 
svab hvan (M. nouiïart, K. G., 1. XW. AlJtujhcm 
el Ahli. de Saintc-Gertrude, ii Lou\ain). 

— (Pierre de), lils de l'rançois, tient, du rliiiteau de 
Tirinnnde, de ineijerijc van Heure (Keur), a lui 
échue, du eliel' dp son lieau-père,.Iean deSmet, l(>0:i : 
unr handc, ehari,'ée de Irois roses à six feuilles. L. : 
.S V,drr de Kce hr [JOOO] (Fiefs, N» -HS!)). 

Keghe! (.hiiu de), jadis prisonnier h llasweiler, s 

ciuies, aceoiiip,'iiJ,nés au point du chef d'un losai 
L. : S- Iohanni>! dci Keghel (P.) (PI. 11, lig. 277). 

— (Johannea didtis de), miles, échevin de Bruxelles, 
i;!9;i : trois cùnes. C. : deux têtes et cols de hér 
aiïroMtés. L. : S lohis Keghels milil (Itnixelle.^), 

— (Jean de), chevalier, liommc du comte de Kland 





IIS ,(„■ 




inue qualité, 13ul) ( 


llinilr V, 




Ir e 


ef char-é encore, a s 


d'un saii 


iir (11^ 


Vl,' (j 


nis ligne dc^scparalio 


ce sauto 


• et h' 


oq). 1 


.-.•^S' WnlfidciKt 


luvaien'' 


•s- (lliid 


)■ 





— Louis Keijenhoghe, jadis prisonnier a lias' 
sous Hike; i. t. : 3 i2 moutons, 1374 : troii 
au chef chargé ii dexire d'un coq. C. : un eo( 

deux coriu'S de liinif adossées. T. : deux li 



Kei/enoghe (Charles des dues 



L. : Stgillum Ludouici 



- Louis Kcijenocghe, échevin de Louvain, 1300, 71, 
2 (n. st.), 77 : mémo écu. L. : «î^ S' Lvdovià dci 
Keienoghe scabini lovan (Al)b. do Sainte-Gertrude, 



- Johaniics Keijenoge, échevin de Louvai 



1-138, 



: tro 



pals; 



chef c! 



en chef d'un coq. L. : ►!< S 
Unix Krienoege scabini lov (Abb. de Saintc- 
udr, a \.nu\:i\n, passim, et ad anmim 1-123). 
1 Keijnooiilic, échevin de Malines, 1339, 40 : 
pals; au chef chargé d'un sautoir engrélé, ac- 
lagné en chef d'un coq et en pointe d'un besant, 
om-leau (Abb. de Saint-Trond, c. 13, et Ma- 






Fig. 3. 
PI. LXXVIII. 

Fig. 1. Erard de Fontoy 
Fig. 2. Gérard Rodestoc 
Fig. y. Gilles de Soyecourt 
Fig. 4. Talleyraiid de Péri; 




Scellent, tous quatre, 
' l'acte analysé au iioni 
[ d'OudenhemlXmirehem) 



.it, 1(91 (lUSt.), 
|ioiiiU'_ de deux 



Keijser. Ilcnrij le l\ 



de AV/,/i,-«Wi(l»iisseldûi'f. Ctùvcs-Mark, N"s iy.\S et 
(ii;:il icomp. les anues dudlL Evrard; voir KEEL- 
DONCK). 



KEILE, soir Useldange. 

Keingiaert. Jean Keijiigi, homme de lief de la Salle 
(l'V|ires, I4T;i, un lion. S. senestru : un aigle (C. C. 
I!., Aci|uits de Lille, I. 19-1). 



— (Josse de) tient, dudit cliàteau, deux liefs a Op- 
wijck, 1430 : nièuie éeu, san> bordmc. I,. : lues 
(lliid., N" 4188). 

— (Jean de) tient, dudit château, deux liefs a 0|i\\ijck, 
1430 : même éeii, ^;llls bordure, mais brisé d'un 
lambel. L. : S lan de Keijaer (Ibid., K" 418o). 



!■ Heine ltii.se (lil.s 



KEYNODTZHOYVEN (Kunzenhobn?) (Cobnan- 
nus. di.lus de), éelievin de Colo-nc, 1317 : trois 

ilorf, Jul.-llerg, >'" 24-:!). 

KEIJNOET {Jean van), jadis prisonnier à Baswn- 
lei , sous le sire de Rot.selaer; i. t. : lOG moutons, 
1374 : mie croix alésée, le bras supérieur remplacé 
par une llem' de lis, mouvant de la traverse. L. : >Ji 
.S !nii van Kvynoel (Chartes des ducs de Brabanl). 

Keijser (Daniel de), homme de la dame de Termonde, 
1331 : dans le champ du sceau, un Aynus Dei. pas- 
saut a senestre, L. : »J< S' Danieîis Chesaris (Zii-ij- 

— (Jean de), sous-bailli de Termonde, 1300 : une fascc 

et un sautoir bi'oclianl. L. : Ke . ser (C. C. 

lî., .\C(pnt3de Lille, 1. 70, 71). 

— (Jean de), donne au haut-bailli de Termonde une 
ilédaration relative aux biens d'un banni, 1397 : 
même écu, mais la fasce chargée de deux annelets 
el un 3'-' arnielet en cuL'ur sur le sautoir (Ibii 



. . . eler . . K (Ibid., ,N"» 3912, 3923). 



N" 4238). 

— Johannes de Keijsere, reclor poHcie. a liruvelles, 
1479 : écarlelé; au h'', une rose; au 2«, une fasee. 

rangés en cher; au -{", trois (2, 1) .■lunelels. T. 

de la main droite. L. : .S laii de K (.\lih. de 

Korest, Etabl. reli;;., c. 249li, .\. (i. U.) 

— Henri de Keijsere, scepen ons heeren Sinte l'eelern 
ende abels van Corbij ((^lorbie), inde proehije van 
Ncerijssche, llïM : une Heur de lis, au pied coupé, 
accompagnée de trois (2, 1) élniles (M. Ma\ dr 'rrniis- 
tembergh d'Oplinter). 



- (Ainoulil) (sans pai'ticule), éclievin de Velop{\i-]p. 
Ilrabanl vpinitrioiial), 1397 : une courmine, sui 
1' lee ;, devtre d'uiu' étoile (Dusseldort, Ctève: 

— Vluus le Keijsere dit limpereur, liomme de lief d 
cmute de Khindre, mouvant du château d'Aeltrc 

1 102, 4; seul, l'écn subsiste : une étoile ii cinq rais 



Keyserc (C.rellcs sc;il)iii;iii 

— Josse de Keijsere. teiiii 
des tnniieux U Bruxelles 
Josse (14.30). L. : .SA,, 
el C. C. B., c. .i7). 



s particule) (fils de Corneille), 
n, 1009 : iiarti ; an l'S iiiio 
Il 2'', un liouc raïupaul contre 



Lupaert, Meerem. 

KEYSERSBERG (Ilanl: van), hailli et burgravc 
(le l'ilkiii^r, 1 1!Il>, l.'idl : uni' cliarrue, accompagnée 
(le deux rlulici, 1 eu cliil' u (luxlre, 1 en pointe. 
1.. : S lions van Kci.sscrsbenj (C C. U . Ac(|uits de 

Keijt .Ir;iii ilci ivroil uuc reiitc sur l'espier de Unîmes, 
1 itio, :i, ."j, 71, i : un eliexron, cliar;;é de trois 
/■tdilc^ :i 1 iii(| rais ut accouipagnc de trois eùnes, 

■\. . un -jui^v. J.. : S lan de Kci/t (C. C. li., Awiuits 



KEKEN, MM, Keeken. 
Kelbergen. Lmii, \;in Kc. 



,er,jh[c\{[ 

Il ii'goit, dudit duché, 



.■rtes(uu 






Ki.j'.i (II. nI.i : pliiin: au rliii' chargé de deux pals, 
le 1^' ac(Oiiipai;né a dextre d'un sautoir. L. : S Lo- 
dcwnc de Kelberghe (Chartes des ducs de lii'abant, 
N"^ l.iilli, KJ'.KS, 1820) (PI. 11, li;;. 279) (voir, 
Rabode). 



Kelen. Michel va 
lirahant, qu'il a 
tances relatives 
Teiiunnde, iH90 



1 Kelene scelle pour lit wi 
: Hiiere ivcTdinne, deux quil- 
le pension (pi'elle reçoit sur 



accompagnées de sept billelti 

1 en ca'ur, 2 aux lianes, 1 en poiide. L. : >I« Se* 

Michael de Kcel . n (C. C. U., Acquits de Mlle. 



ier de Nivelles, lilli ; érar- 
iS Heurs de lis. au pied coui)*; 



lioi-dure (simple). ( 



e léti 



e.T. 



Â'e/e« (Cha 

KELCHEM, voir GROENENDAEL. 

Kell, voirMom. 

Kellenaer (l'ieri'c) (lils de Henri), éelievin de UoUrr- 
dam, 1G19 : coupé; au 1^', une lieoi'iie passante; 
au 2'', nn tonnelet couché. C. : une licorne issanle. 
L. : S Pieler Hendryckx Kellenaer (L'.). 

Keller (.M.-A.\ chantre du chapitre métropolitain de 
Saint-Uomliaut, a .Malines, remet, au gouvernement 
autrichien, l'état des biens an"(;reiits ii sa dignité, 
17H7, le 13 mars; scelle, le 21 mars 17«7. cniiune 
proviseur d'une fondation, en la même église : éear. 
Idé ; au 1='-, une aigle couronnée, contournée ; au 2', 



KELDERE|N] (l.oeiiijs van den), jadis pri 



d'un laiulid, chacun des trois pendants chargé 
deux besants, ou tourteaux. L. : ^ S Loenis v 
lien Kelre (Chartes des ducs de Brabant). 

- Jean van den Keldere. 14:18 : un cor de chai 



Kelderman, \()ii' Eijndhout. 
Keldonk, \oii KEELDONC. 

KELE (Lunijs van der), jadis pi'isoiinier ii liasweiler, 
sous le sire de Cae.sbeek; i. t. : 91 moutons, 137i : 
une l'asce, accompagnée en chef ii dexlre d'un écusson 
a trois lli'urs de lis, au pied coupé, et de deux mail- 
lets penchés, 1 en chef ii senestre, 1 en pointe, h. : 
. . . veiiis van der Keel (Cliartes des dues de Itra- 
banl)(l>l. Il, lig. 280) (voir Kelen). 



— (J.-II), échevin de la ville de Luxembouig et provi- 
seur de la chapelle de Notre-Dame, pi'es de relie 
ville, 1788 : une clef, posée en bande, le panneton 
en haut. C. indistinct (cachet, sans L., en cire 
rouge (Ibid., reg. 4C583) (voir KELDERE[N|). 

Kellersberg. Wilhelmus de Kelrijsberg a obtenu 
itisfaction du comte Adolphe de Iferg, du chef 
inie rente, I29.t : dans le champ du sceau, un lion. 
. : ►!< S' iri//'i de Kelersbery (Dusseldorf, Jui.- 



Dcrg, . 



117). 



hiisen, lils de feu Aillf, 
pre sceau : une sorte de 
e de quatre tiges verti- 



.l,lhun.Ulllu,...,llcllcr 



KELRE \(.ii KELDERE1N|. 

Kelsbeek, \nii- Winckelers. 

Kelser. \(mi Post. 

Kernel '(;lll^^ ,!,■) i.l /,■ hn,a-l}. IkhiuiU' dr lirf de I 



Kemnade. Juhai 



.Ir l.illo, I. M), 188, ISil). 
Kemexhe. Johans de Keiiicche(Kcmehc, Cummech). 



(Cctil.) (Miu- Baai 



çy^w. L. : S' Iiih' de Mcir le joveiic (Chartes dfs 
diii'> dr linliaiit) (\oir Barbial). 



Kemo, voir Kimmo. 
Kemp (Godt'froid ilir , 



Kem|mlerlinc.yu/irzn/ifS(/R';»6' Keinertiiich,\\oi\mu' 
(Ir lirl d(i .liir di' llraliMiil, IX.O : un s;iiit»ir : 
<\<ivW. L, : ■. .S' lan CnmhcrUnc (Aldi. dr .S;i 



(Chartes des ducs de liraliaiit) (PI. Il, II;;. 'J8I). 
- Ariiould Kdjmii, écl]e\iii de li.iis-le-Di.e, f-lKn : 



, L. : ►fc S Wallcn Kemcrlinr srabi lov 

r Knn\m\trlun: (Thi'viu itiec, 1388, O.'i : 
e,ii, iii:u-_-.:mi~ la ni^e. L. : ►!< .S' irnfferi 
(.«,; s,;il„ /i,rill.id. el .M. Koiiiïart). 



Kemmere (lleiiii de) se porte caution, avec (iiiator/e 

l)niir;;(>^ne(\oirThomaes), altriixellrs, IIKJ : inie 
ai^lr é|do>tT. L. : S lleinric de Keinmer (Cliarlrs 
dixlin^de lirahanl). 

Kemenade (Jiaii), hostelier à Bruges, 1321 (ii. st.) : 
un l(-aii-,'. !.. : S lan Kemenade (Cliarles de^ 
ii>iiil( ^ de l'Iaiulrr) (Voir Kemnade). 

Kemmerling (J.-l'.), euié de lleiirichapeile (pays de 



IN" i);iO). 
Kempeneere. Eti 



Kemper (Ariiniild), ineijer in ItriinUs ijcsivoivn 



Saiiit-Trond, c. 12). 
Kempinck (Uenier), écliovin d'Arnhem, IS06 : dans 
le champ du scoau, un casque, accosté de deux éeus, 



Keppel. Dire van Keppel van Vcrimlde, écujff. 
scelle le Iraité des nobles et des villes de la Gurldr», 
ltl8 : trois coquilles. L. : Deric van A'e/j/jf/ (Arn- 
liem, lîekcnkameij. 



Kempt (Anna von), dame û'Aispelt (Aspeit), veuve 
(le Valerien von liussleyilcn, seigneur de Ciyssck 
(Cuiisch), conseiller de l'empereur dans la |iiinei- 
l)aulé de Luxembourg et son receveur géneial, 
15.11 : deux écus; A, une fasce, accompaynéo en 
pointe d'une rose (Busleyden) ; B, une ancre de 
maçonnerie, posée en fasce (Giiirsch) (voir Wal- 
decker). 

KENHEM, \oii Cronenburg. 

KENIPINGHE (.Iran ',,111 dn), tienl ,1,, ,lai,ioisr;ui 



Kenterken ,t:odcfridux), éelievin de Maesliielit, 

hJ7i'(ii.sl.):si\(;i,:i, 1) coquilles. L. : 

(/(■ Kcnlcrl^cn se (Charles des comtes de 

Keppel (Tiiierry, sire de), 128G : trois coquilles. 
\j. : >^ SiijillviH Tlwoderki {'.) de Kaeppele (Namia\ 



Voorst). 



— (liéalrice, dame de), donne, au couvent de Monie- 
huzen (chartreux), de l'aven de son lils, Sweder, 
sei-iiriii' (le Voorst et de Keppel, ;i litre d'alleu, dal 
IceiKjocl, dal van ons hel Ernst Ileijnic ende dal van 
uns ruerl loe cijf merken, dal ghelajhen is loe 
lloelen (an dos : lluelem), ende sciwt iipter Vrouwen 
hofslede van IClten, 1^34 : type ogival; dame de- 
bout, tenant deux écus, tous deux ii trois coquilles. 
L. : Sif/ilt Dealricis domine de Keppel [GeldJ. 

— (Cautliier van) prend en amodiation héréditaire, 
du comte de Clèves, etc., sijn guet gelcgen in 
Lijmersclt (de Lijmers), acIUer deir ineijr an deir 
lantircre loe Nijengraeve (Nieuwgraaf), 1404 : trois 
coquilles (l)usscldorf, ('lèves-Mark, N" C;);!). 



i Keppel [\m)(s„\t 
r de TirU'iiionl, 



Cherat (Nicolas), alleutier 

1458 : une clef, posée en pal, le panneti 
accompagnée au canton senestre d'une étoile. L. : »{< 

•S A'iro/« al (Abb. de Sainte-Cerlnidc. i 

Loiivainj. 

KERBIX (KOrbitz?). Michel van A'orien(c/i (et 

Cmrhnsï. .lu^alier ; M. van Corvemch, miscnen 

■'■ M:: Ml), chevalier, re(,'oit, du l!i-abai\l, 

i - iiniilés, pour lui et ses compagnons, 

^1 . (lu chef de la guerre contre les 

II'- ' .1 I liiiihe et de Namur, 1337, 8 : divisé ni 

M \ I (wi. L. : >î^ y Michiel van Kerbix ((".liartes des 



int)(IM. 



I, lig. 



KERKE, KERKEM, KERREKEN, KER- 
KOM. Johannes de Kerkem, miles, certilie a l'ab- 
bpsse de la Haméc (Citeaux) qu'une partie de terri' 
dans la villa de Kerkem appiirtient ;i celle-ci, lîtil ; 
plain; .au chef chargé de trois pals (La Ramée) 
(voir Hulhoven, Roelofs). 

— Sizo de Kerreken, miles, arbitre entre CuillaMuie, 
lils aine du comte de Juliers, et Waleian de Kaii- 
(liiiinoiit, 1277; domimis Cyso de Kerke, mites, 
M elle lui acte de dominus Rulgherus de DelhenUorp 
(liettendorf), (pii l'ait connaître certaines couditiuns 
du contrat de mariage de dominas Thcoderieus de 
Gheijlenkerken (Geilenkirchen) et de Jiilta, lille du 
lils dudit Rulgherus, 1283, en mai : type scutil'oiiiic; 
un ïascé, et une bordure, chargée de seize Lésants, 
ou tourteaux. L. : ►!< S' Svse de Karrich (Uussel- 
dort, Jul.-llerg, N" 73, et Dusseldorf. Oommanderie 
do Biesen, N» 24). 

11 5-aglt Ici de Karken, au cerclii de Helnsberg. 

— Gerardus de Kerke, chevalier, se porte fort pour 
Renaud, comte de Gueldre, duc de Limbourg, (piaiit 

trat de mariage, avec .Marguerite, lille du comte (iui 
de Flandre, 128G : type scutifoiine; un fascé. L. ; 
►ï. S' Gtrardi de Carichi (Namur, N" 191). 

— Johannes de Kerkem, miles, s'engage, m(>yennaiit 
21 livres de vieux gros, il servir le duc de Brabant, 
cum sex viris, una nobiscum, probis et honeslis, 
bcne et honnrabililer cum galeis armatis el secun- 
duni lioc decenter equilatis, dans la guerre entre 






Florent 



KERKE, KERKEM, KERREKEN, KER- 
KOM. GdUi: uni Kcvkain. rciic\iii du ciiuitr cl,' 
llaiidri', il Siiiaij, KtUO : uni! lettre (û. L. : .S GiUix 
. . . Kcrl;em (C. C. li., AcMiiits du Lillo, 1. 111). 



Kerchove (Ifiiii 



'il;u'e tenir, du duc de Bra- 
eau d'Weseem (Klixcin, ou 
kamiiic tilt Glwct Bcccho 



Lille, 1. 229). 
— Reijnents de A trio, éclieviii de I.éau, UiS : trois 
lleiii'sde lis, au pied cuupé; au fraiie-quaitier brj- 
cliant chargé d'un maillet peiiclié. L. : S Hcncri de 
scabiiii lewen (.\bli. d'Orienté, c. 2, A. (;. li.). 



— ^[aistre Slns 
Uylise aAk.juil 









;les d'ài 



isL. (Av. etdéii.,N'» Lil) 



Kerken (Jacipies van der), échevin du comte d 
l'I.iudrr, à Deijnze, 1-423 : un sautoir, accompagn 
en pointe d'une rose (?) a six feuilles. L. : . . . . ops 
wn der Kerken (C. C. U., Acquits de Lille, \. 222). 



n dcn Kerke, n 






', a Deijnze, 
i roses. L. 
;n8) (vn 



r\ant du damoiseau 



i de lis ; au fraue-ipiartier liroclianl cli: 
.'t pcuclié et en pointe a dextre d'une étoile 
s. L. : S Pel de Airio scab lew (Leau, 



ient. ( 



f Wijnucne, ir»//.s/.<r 
L Vieux-Uoiirn de (iand, lu lief dit de Meijiîcm, 153:1 : 
ne Lande, chargée de trois nierlettes, posées dans 
' sens de la bande, et accostée de deux trélles. L. : 

vnn lien Kerclioïc (J'icfs, N» 320-i). 

Ce lief, ,jh.;uir':,i r :„ ,.,,(,„ ■ (. „ (dlcen leMaijeghem, 



i), homme de lief du comte 
■ rliaite i\\\ bailli d'Alost 


de Klai 
13Go 


. ha.;..' de trois pals. C(|. c 
> .r, , ou masses. L. : . 


ouronn 



aitrlc ; ail l'', ma- rose ; aux 2^' et 'A', de \ 
-, plaiii. L. : S' Reneri de Cymiterio (Chai 
ihsdelirabant)(l'l. il, lift. 283). 



. (Ibid 



n den Kerckhove, lils de Jean, tient de 
■ de Sc[li]ipdonck, un lief a Souiei-n 
ois étoiles. L : S luii van dcn Kerclw . 



i riroesijs, dit I 



- (Josse van den), lient, du chfcteau et Vieux-Iiourg 
de (iand, par le trépas de son père, Simon, le bois 
dilS;jicrtosc/((,'îl mesures), il Waerschoot, touchant, 
au sud, a la dréve des héritiers de Josse van den 
Kerchove, le vieu^. I3T2 : un menhie, formé de trois 

13 



Kerchove, l'iiilippi.' van ileii Kcrcichove, éclii'vin de 

du lis; au l'i'auc-tiuartiei' cliari;ù d'une ait;le ; aux 
'2« et li^', une bande. Ecusson l'ii cœur, cliai'iîé d'un 
lion (Malini's) (voir Rivieren,Surpele,Wilre). 



KERCSTEGHE (Louis de le), lioiinne de lief de la 
S;il|r il'Vi.iv., l.i:i'.l ; rniilrlr; aii\ 1'' cl .IS trois 

(Lichterveldel. i., i i ,ii . S. : deux 

;,,.l, .. 1.. ; N Ij'Ui. I.: : r J,.-;r , ;.l.!r ((^ C. Ij., 
An|inUdr l.illr, I. lU-'i. 
Kerle, \oii Friemersheim. 

Kerleghem (Jehan do), éclievin de Mno\e, MOH : 
trois lions, chargés, chacun, sur l'éiiaulr, d'une lUur 
de lis. L. : i-nn h'e (C. C. 11., Acquits 



Kerman (Rorabaut), éclicvin de Malincs, 13SU : Irol» 
uierlrttes. C. : une tète barbue, au col allongé. S, : 
deux aigles (Malines). 



- (Jean), éclicvin illee, 138rj, G. 01, 2 : 
C. : une tète barbue couronnée (Ibid.). 



- (Guillaume), même qualité. 1390 : 

C. : une tête l>arbue entre un Mil. .'■ 
(Ibid.). 



- (tiiUes), même qualité, i;tH8, 9, 93, -i, (i, f 
mer!eltes(lbid,). 



Kerler 






nêuie qualité, 1111 : 



— Jac{|ues Keerman. éclievin (l'Aii\'i^. \\W, ".t. :i, 
C : écartelé; aux li^'-et-l'', ih : i! i: i'. : •.'« 
et 3", trois pals. G. : un but iinlul.' mni 'i. 
L. :S/aco;) Afernm»(Notre1i:iiii' . Ain i -, i:ii|i., 
cnpsne, 11-1,5; llùpilal Sainte-Eli^abetli, DidlciKjoc- 
den, c. Il, M. Donnel). 

— l'Iiilippe h'errcman, chevalier, conseiller et rliain- 
Ijellan du roi et de l'arcbiduc d'Autriche, duc ilc 
Uourgogiie, de liraliant, etc., ayant été autorisé a 
racheter la seigneurie de Ghealele (Gestel), près 
rinrinir (Derlaer), dans le terroir de Malines, des 
hn\['> rt ili M-riidants de feu messire Louis de Illaes- 
rvll lil:M'.-\il(l) rt de dame Marie de Moliu. sa 



Kerman (.Iran), éehevin de .Malines, 13.12, .'i, 8, 52, 
:i; boiuveois de Malines, 13ri6 : trois oiseaux iMa 
liiii> cl Cliarlcs (les comtes de l'iandre). 

— ((.inllaii ), ccheviu iltee, 1351 : trois uierletles 

de qnarlicriilaiu (Malines). 

— ((;uillainuc), éclicvin Uhr, DKiO, ;), (3 : trois oiseau) 
(Mal^lc^). 

— ((iuillauuic), jadis prisonnier h Uasweiler, sous 1. 
sire de Kotselaer; i. t. : 580 moutons, 137.1 : troi 
nii'ilettes, surmontées d'un lambel (Chartes des ducs 
de Brabanl). 

— (Ilombaut), prisonnier illec, sous Hotselner; i. l. : 
6.11 moulons, 1371 : trois mcrlettes : !.. : .S Rvinoldi 
dci Kerman (Ibid.). 



(Gb 



,eaux. C. cassé. L. : 
des ducs de Urabant). 

liapliste Keeremans, éclieviu 



u frar 



■s (Mali 



s). 



- llenier Keeremans (Kerremans), 
158t;, 1(302, 10 : mémo écu, a la b< 



Kerpen, Thcoihriciis. dominiis de k'erj)enn, ? 

iiii -.H'W (Ir Jean, Mie de Itrillbrsclloid. l'I dr , 
siiv de Wildciilerg, HOU : une lastc vi\rée (Lu. 



Kerrebroeck. l'ien 



(iNv, qu'il :i liérilées ai «ro / 
roiiulede Uyinow, VU.) : m 
I. \VI,N-21). 



l'I mil, vend des liiens ii Liniiicli, 
I' Itanderode et Erprode, el a ^a 
SaMi, i;i08 : type ogival; dans le 



>nii Kerman. 
Kerrenbroeck ( llfiiri-Jn^cpli 



lié, 1308 : 

„ (hu^Sel- 



N" 7.108) (voir Grimberghe). 
Kersbeek Franco, miles i/e AVrsW.n, éelievin de 

dantson eliel. L. : . . Fracuis hck . . . 

nb (Al)b. de Sainte-Oertnide, à Louvaiii). 

- Franco de Kcrsbeke, filiu/i Franconis de Kcrsbeke, 



HliiiihHit.iiis, i:i7.l, 5(11. st.):mriii,- 
a (|iialie [leiidanls. L. : >Ji lulœs d 
(CliaKrs des ducs de liraliaiit, .N" i'il 



en clicf. h. : ^ S' Francunis de KershcUe 

les des ducs de Unilianl, .\" -•i'J8). 



- (Irm.inrt v.m), alibes.e de Cenesli.'iui, It-iO : une 
fa^v Mviée. L. : .S»/i7/»»i Yrmijarl mn Kerpen 
(liiK-rldoi-r, Werden, \' \\V<) (\»\\- Lieventhal, 
Raitz, Slirp, Spes, Vinke). 



(Chartes des ducs de Itiabaiil). 

— Jlavie, veuve de Jean van Ker^bcke. elicMilirr, ju i- 
sonniei' iUec, sous sire Jean Ciulenails ; i. l. : 
1100 monlans, lliT-t : dans le clianip du sceau loinl. 
un arbre terrassé, accosté de deux eciis; A. un 

mille (Stalle). !.. : . . rrovce Marie van Stalle 
(ll'id.) (\oir Stalle}. 



— Oautliicr van Kersbeke, seij^neur de Stalle et de 
Goelsenhoven (Gossoncourt), chevalier, ayant re(;ii 
de Philippe, duc de Urabant, par mijnen lievcn neve 



Willem van Monlemike, scigiiciu' de Grasen (Grac- 
scii) et (Je Wilre (Wiklercii). iiKiieiir de ïirlcinont, 
ahtilhe ]iainle eihic jniirlen. ah ic ntacmlc liadde 

llr Ir V- . ,.r. l,!,. ,'.■ WARWELLE), 

(lui . Antniiir, .1, ;,n ri lu duc acUiel lui-mOiiie, Ut%, 
10 irM 1. 1 : un l;iiiilirl a cinq ])Piidants en clicf. (;. : 
iiiir irlr ri ml ,ir dic\al bridr. L. : S' Walteride 

Kersbeek, (Juillaiiinc \an Kershel:c, éclicvin de Tir- 

L. : mi de Kn-xh . . . scdbi 

(Al.b. d'OpliiUn-, A. (;. I!.). 

— Cuilhiiiiiii- s;m Ka-xbcke, iVlifviii de Tirluraout, 
1 i.-.li : un laiiilid a aiiq [HUdants en chef. h. : S 
Wdhmi de Kersbcke scabi l (!) (Abli. do Saint.'-l'.er- 

— Jean van Kersbcke, seigneur de Stalle et de 
GuidsenlioL-en (Gossoncoint), chevalier, éelievin de 

cheval bridé. S. de\lre : un léopard lionne. L. : S 

lohamn de Kersbcke (G. G. lî., e. ;î(i) 
Kersmakere, voii' Keersinaker. 
Kerssen (A. van), éclirvin d'Arlon, 1 13'J : inie croix 

ancrée, accompagnée au l'' cmiton d'une étoile 

((iuirsch) (Kerssen = Charage). 

— Thnnias van KeirSKcn déclare que le edelle her 
Johan van llolclwii (liiiula;), her czu Czolveren 
(Soleiivre) lui doit une rente ; 1128, u/f aller heiliijen 

dag : une croix anciée. L. -.Sloh.sdc 

(Arnheui, Charles de Luxembourg, iN" 599^). 

— Jnlian van Kcrsse déclare devoir dem eirbereii L'I- 
I Kii liaicli- i(10 IMiins du Kliiurl lin donne, en gage. 



''^ Jacobs drnif o/ 
ipaguée ,-.u 1- . r 



Kerstantsz (Aernt), échevni de Uotterdani, 1.402 : 
trois anilles. S. senestie : un aigle. L. : S Aenit 
Kersl . nlz (11.) (voir Kerstiaens zoen, Chris- 

Kersteloot (Se(/cr), éelievin de l'urni-s, IlOl : d.ux 



Kerstiaens zoen (Aernt), échcvin de Ileusdcn (lir.n 
liant), l-iVO : parti; au I", trois ... (nierletle 



KERSTIJNEN (Paul van), tenancier liérédiLiirt 
des damoiseaux Henri et Jean Zwane, dans leur 
seigneurie de .Muijsehvijck, a llombeke, ItiSO : drui 
glaives, passés en sautoir, les pointes en lias, arcom- 
pagnes en chet d'un cu'ur (.Matines). 






n de Matines. 1022 : même k\j 
.' étoile à sept rais (Maliues). 



Kervenheim. Steven van Kervenhem, écuyer, scelle 
le traité des nobles et des villes de la Gueldre, l-HH : 
un vol, les demi-vols terminés, au bas, chacun, ni 
fleur de lis et recourbés en-dedans. L. : ^ S Sieien 
van Ker . . . hem (Arnliem, Rekenkamerj. 



Kerving, vnii' Reimerswaal. 

KESELE((»li\ier de), secrétaire 



ur de Terme 



IC tasce de ci 



de la gauche. L. : S Olivier de Kesele (G. C. II., 
Acquits de Lille, 1. l'i). 

Kessel iJnlmi.:.' '■ ., ,,,/,s. scelle un acte de Godr- 
froid M:ii' ; ;t. ;,iiiason lils, ^l/n(/iins, 

certain^ r- . ; :, nrf de lleinsberg, 13-21 : 

une crniv .|. , r,., ,, ,i:,:,^, L. : ,^ S' Johis de Kes- 
sd millilis('.) (Uiisselduif, Jul.-Benj, N"* iU cl 
20^). 

— lier Mathies van Kessel, chevalier, caution de 
Uenaud, duc de Gueldre, 13-{2 : cinq losanges, ran- 
gés en croix (non aboutés, ni accolés). C. : un 
chapeau de tournoi, sommé d'un vol. L. : S' Mathei 
d Kessel mili' (Arnhem, Rekenkamer, N» i30). 

— Aniiiuld van A'essefe reçoit, du Crabant, 53 1/2 vieux 
éciis, [lour tous ses frais, perles et dommages, dans 
la guerre imilre le comte de Flandre, 1337, 10 iio- 
Neiiibre : une lasce bretessée et contre-bretessée. 
L. : 1^ .S Ariioldi de Kessel (Chartes des ducs de 
Itral.ant, .N- l-l!»H). 

— (Matliijs van), clievalicr, Claes Koele van Ileere 
(llrer) el licljnarl Scil/clarl van Oijs (Lijs), 

Aritolt van Ilol'J.irr! , Il iM.. i . i r, ,;,;( shijd van 
Ilacstwijlre nedcr / / ' i , .7 ivas ciule 

(jeschadt iraerdl iiii , ., ,.: ' ..: tf ... sonder 
cillen anderen cosl c/ulv .v luidi-, 1 112. I.i iio\embri' : 
une croix de ciiu| losanges (assez fruste) (Charles 
des ducs de Uraliant). 









iidefiidus diclus Crupelanl. armiger (133'.1). 

, 2 lean Crupelant, chevalier (1345). 

J Henri Cruiielant, chevalier (1345) (1). 

inpclant, frùre des deux chevaliers précédents (1345). 



Kessel. Jean van Kcssele ic'i;oit, du llr;ilianl, une 
iiiiliinnitc lie 100 vieux écus, pour la iierte d'un 
(iu'val et de harnais, doen ic ghcvamjhen wert 
(;;ii,'i-re de Flandre), iiol : nne croix de cinq 
l.isauge.s. L. : ^ S' Julianis (V Case (Ibid., N" 12i:i). 



h' canton d'un Z(Ge/d.;. 

— Ilenriciis de A'csse/, échcvin de Dois-le-Duc, HTd. 

7 : une l'asce (!). L. : ici de Kessel scnbi i 

llu.scodu . (Dusscldorf, Conunanderie de lîiesen, 
N'" lu, ^7) (voir Goer, MEER). 



Kesselstatt (.liiin- 



L. : Stalles (sic !) (Arnhem, Cliai'li 
Kessenich, voir Bongart. 
Kesterbeek. Wilhelinua de Kest 



'1'^ et y, un |iaili-éinanclic. L. : tj* SiyiW ]\'illemi 
dci de Kestctbcke (!) (Fonds de Loc(|uen(;hien, 
A. G. li.). 



Kesterbeek (,Iean van) re 
Quai<etiickc, lue a liaMM'il 



.'deliuit L. : >ii S lohis de . 

■s des ducs de lirabanl). 



in de Rruxelles, 138.1, «, 9, 90, 
is sans la bordure, et cliari;é 
luiicbanl sur l'écartelure. C. : 



ft'c,s(frtc/,c(ltniM'l!.'3et( 
(IVilhelmus de), éclic\ 



A'es(tT6f/.c' lUnixcllc 
— (Willtelmus de), é( 



els. L. : S' l'ioreis uan 
iLtesdesducsde Brabant). 

illec, ViW (junior), 79, 



1 1 ilheliid de Keslerbeke (Ibid.). 
Kfsirrbckt; cclii'viii de llruxellcs, 



: S Fitips 



n Keslerbeke (Ibid.). 



- (Florent van), éclicvin illec, 1410, 1 :ccartelé; aux 
1" tt .i>\ comme les U''' et A' de Philiiipe; aux -2' et 
y^ un iiarli-émanclié. Même C, la mitre et la cuve 
(l'hermine. L. : S Florencivs de Keslelbeke {Uni\e\ks 
et r.liarics et documents divers, c. 1). 



■. L. ; .S 1 



eslerbeke (F. ( 



338). 

Kestergate, voir Enghien. 

Ketelboetre (Jacques de), conseiller du duc d'Aut- 
riche, etc., comte de Flandre, et son receveur général 
de Flandre, 1500, 1, 2 : un fascc (de huit pièces) à 



trois (ii, 1) glands, feuilles, brochants. S. senestre : 
un i;rillna accroupi. L. : S lacub de KetdboclTe 
a:. C. 11.. Acquits de Lille, 1. 3.V)-:i8, iri). 

Keteler (Thierry tler) (= Kettler) scelle des actes 
de lle>dciiricli \anOer, drossard d'Arnsberg, 1372 : 
une créuiaillerc (Dusseldorf, Col., N» 93G). 

— (Michel de), échcvin de Ilelmond, 1 i72 : trois ters 
de moulin (Ilelmond). 

KETGE (Jean \on) (Ketlig?), échcvin d'Anderiiacli, 
1387 : une aigle (I)nssekliuf, Stavelol, N» 8i) (\oii- 
Orsbeck). 

— Jean van KeUje, dit van Rijnshem (Ringslieim), 
reconnaît avoir re(,'U, du duc de Urabant, 100(1 llorins 
du llhin, que lui devait l'eu le duc Jean, suivant un 
acle doiuié, a Louvain, le 8 oclobre l-i5I, mils 
zckercn diensten bij mij gedaen ; Cologne. 1 io2 
(st. de Cologne), M janvier : ccartelc 



e fasi 



.G. : 



i m.. 



issante. L. : .S lo v 
(Chartes des ducs de lirabant). 

— Jean van Kelglw, dil van Rynsheijm (Ringsheim), 
se déclare liominc de feu Adolphe, duc de Jnliers cl 
de Derg, UiO : une aigle. C. : une aigle issante. 
L. : ►p lohan van Rinsheun (Dusseldorf, JuL-fienj, 
NO t!:(,-;!)). 



anses drciaee^ ; aux li'^ el 3>-'. une fasce, accompagnée 
de trois (2, I) annclets. S. : un grifliin et nn cerf 
(fiefs, N'"s 38;i8 el .1328). 

Kethulle il'iri re ,|e la), honnnc de licf de la chàtel- 
Iriih' ilii Niniv-ijoiirg, a Cand, H'U, G : un pal 
rrliail, Miiiliiiu d'une fasce, accompagne do trois 
(2. 1) étoiles lou molellcs a six rais). C([. couronné. 
C. : un cygne essorant, issant. L. : S l'ieter van 
der (C. C. D., Aciiuils de Lille, 1. UC, 

— (Pierre van dm) (et Kellidlc), même qualité, 1498, 
LjOO (n. st.) : même écn (étoiles), mais la fasce 
chargée eu cœur d'un maillet penché. C. : . . . (on 
voit une partie d'un vol). L. : S Picler van de 
KeluUc(md., N» 220). 

— (Henri van der) lait le dénombrement d'un iief sis 
il Vnlckcijhcm (Volkegem), dont les deux aulies lins 
appartiennent à damoiselle Jeanne van der Ktihullc. 
li jiiillel 11)20 : un pal retrait, soutenu (rmie laMC, 
accompagnés de trois étoiles. C. : un cv^;iic essm ani, 
issant. L. : Ucndrkk vandtr Kclhvl , (M. iinim, a 
(land) (voir Meldert). 



an), prisonnier illec, sons Hanst; i. t. : 
i>. i;;71, 8 : un chat effarouché, cliargi 

11 II I, Il 1... I.'i7i : .Si Flureis van Kets; 



— (Walter vaii), échcvin d'Anvers, 1.130 : un chat 
cllarouché. .Même G. que .Nicolas. S. dextrc : nu 
aiuiiial (■/) (Notre-Dame, Anvers, Chnp., cnpsac 
^"' 1 1-15) (comp. les armes de Kats, 1202 et 120H). 

— (Jean van), fils de Daniel, cl Jean van Kets, lils iW 
Pierre, font, en 1 (30, chacun séparément, aveu d'un 
Iief, sis a Grembergen, relevant de Termonde; tmis 
deux : une fasce, accompagnée en [loiiile d'un tivllc 
(Kiefs N"» 3080 el 30!U). 

Ketter (Jacqnes),ciiréd'Oberpallrii,évécln' de Trêves, 



reg. .iU;jH7). 

KetlhluUe, voir Kethulle. 

Kettig, von KETGE. 

Kettler, voir Keteler. 

Chevere (Cielijs die), erfgenote, scelle nn arliilragi 
ihi leceveiir de lirabant, l-iOo : un lion, l'épanh 



Kevere (Giiillaumi' de), cchcvin fie la ville et du 
imlni- d'Assi-'iicdi', Kili : uni' rérevissc, posée en 
li:iii(lc. C. : une main. L. : . Villnm (G. 



Inislci. L. : t^ S' lohannis (Ici Kieken (Chartes des 
ducs de liiabaiit). 

Kiel (Jean-CornelIlc \aii), inaitru de la l'abriiiue de 
rei;lise Sainl-Koudiaiit, ii Miilines, 1787 : desinople 
;iii sautoii' école, les ([ualre extréiiiilcs munies, elia- 
iiine, d'un annelet; au cher d'argent à la quille dr 

hnn issaut, tenant de la patte droite un sautoir école 
(-ans les ainielils), appuyé sur l'épaule, la palte 
piuihe appujre sur l'rcu (sans cas(pie) (cachet, en 
rire roui^e, s;ins I,.) (C. 0. 1!., reg. 4G(wrj). 



Kie 



Kievit(.l.^ani|lil, d.' l'ir 



r/»,..s- Curie Ilcijiir 



— (Daniel) (lils de Jean), échevin illec, KilO : méiurr, 
éni et C, mais lui llancln< enlr. un \ol. L. : S l)a- 
mvt lans soen Kivklt (Ibid.i. 

Kijge (Thierry), drossard de Wclter, 1117 : une teU 
el col de léu-ier. collele, houele. L. : S Didcric 
hujhe (Dusseldorf, r/ères-.l/riW,-, N« 7iO). 

Kimino (Jean), échi'viu de Jodoi-ne, l-iSG ; une hache 
l.o>ée eu fii^c, le uiaïu-lu' ji scnestre, le fer, arrondi 
m l.;i^. 1.. : /x>mo(C. C. U., c. :!0). 

Kimpe illnni dr) leul, du chàleau dcTermondc, ui 






(|ui lienl. diulit château, un tief a llanuue, i:;i.(; 

Ijvine van deii Driessche, fcudatairc à llamme, 
\"A\ : un chevron, accompajiué en chef do deux 
cofinilles (!) et en pointe d'une Heur do lis. L. : S 
lan . . Kimp (Ihid., iN« 3702 et 381G). 

Kimpe (Gilles de), lils de Jean, tient, dudit château, 
un liet à '/.elc, 15ii) : un chevron, accompagné en 
chef de deux coquilles et e 'ule d'une Heur de lis 
(Ibid., K» .1597). 

— (Jean de), scelle pour un aiu 'eudataire ii l!er- 
laere, io-lO : trois roses (?), acenmi, gnées en cœur 
d'une étoile à cinq rais. L. : . . . . rfe Kimpe (Udd., 

Kynart (JoIkhis), alliicns de ht renteric de IlnnniU 
et de Li[ii\fjncij, comme des alloiix de Brabant, 
IIG3 : deux fourches, passées en sauloir, cantonnées 
de quatre anuelets (roses, molettes?) (C. C. 1)., 
c. 108). 

Kijnder (Jean ther) scelle, comme (jerichlsman, un 

acte du juge de Kessen et Doornik, lalO : une fasce, 
chargée d'un éeusson a trois télés d'cnl'ant, posées 
de profil. T. : un ange (deld.) ^oir Ridder). 

Kineken, voir Goer. 

Kinons (Emmis), échevin de Jodoigiie, i:s!!."; : inie 
fasce et une bordure engrélée. !.. : >!. S .\t Kinnon 
de llaliu (AlJliyhem). 

Kinschot, voir Kintschot. 



rn.iinl des l.iriis a ll.iiiy'': ill. !i,. I ,1 Betten- 

orp (liellendorf), Ii7l, in dw hcali Joimnnis 
]:i)slnli aille porlam lalinam ; Hï«riCHs ; un lion 
oiironné, a la (|ueue fourchée. L. : ►î^ S' llennci 
'c Kcnsiriire inililis (Dusseldorf, Commanderie de 



ciuatre pendanls, brodianl. L. : <^ S' Ameli mililis 
de Cenzu-ilre (Ibid.). 



- Riclialdus, ci-dessus 



dants), brocliant. L. : ►î^ S' Riaildi mililis de C 
wilre (Ibid.). 



irmiijei; laiG : nn 
.]..:>i<SRielmldi 
Jul.-Berg,^'-^). 



Kinzweiler. M'inricus de Kentswilre, armigcr, i 
IV'ude a (ioddroid, suigiiem' de Hciiisbori;, elc.,s 
alleux, iiioyennant S.'i marcs, 1321 : mémo ini. I,. 
►î- S' nV/jnci . . Kinswilre (Ibid., N° 270). 

— Jiihanncs de Kenlsinlre, miles, scelle l'acte dud 



1 



Johann 



dilcru 



, i:i-J7, m j 






■nlf,,t Jran \ 



d'iiii iru^>nii IViistc. L. -.^S WiiHiiU vô Kinl,vilc{l) 
(Oliailcs des ducs de Itriibaiil, K" 12u7). 

— Kciiiaid xaii Kcnszwilre, chevalier, scelle un acte 
1369; t;acaiit des frères 
u Kenswdre, ci-dessous, 

'■""; iiiiiil, (lu duc. di: Juliei's, niijti liuijs zu 
Kmlzialn; |:i71 : mrnie écu. sans lauibel. L. : .S" 
lier llcnmrt . o . KenHwilrc (Dusselduif, Jul.-Uevn. 
N"*827, 811», 8rJ7). 

— Henri, dit \\'olf, pivtie, et Jean \an Kenswihe, 
fi'èi'es, \endent, ii lienier de Sclioonvorst, au prolit 
de la iinuvelle chapelle qu'il a fait fonder et cojisa- 
crcr a Aix-la-Chapelle, in Scnl Jacopn slraesse, en 
riinrincuc des saints Servais et Etienne, des rentes 
•le blé, i;i70; Henri : même écu, brisé d'un lambel 
brochant. L. : . . h : L .■ de Kenswilre. Jean : mémo 
écu, mais le lion h la queue ordinaire et non cour. 
L. : S lolum van luitzicilre (Ibid., N" 849). 

— Arnould van Keiizuilre scelle l'acte desdits frères, 
i;i70, et un autre de lieinard van lunlzirilre, i:i71 \ 
un lion couroinié, a la (piene fourchée. L. : 4: S' 
Arnuldi de Kvnnvilre (Ibid., N»s 8i9 et 837). 

— Jean, dit Slabharl van Kentizwilre. chevalier, 
scelle un acte de.sdils frères Hemi et Jean, 1370; 
reçoit en lief, du duc de Juliers, myii huis zu 
henszirijln, h titre d'0/}cnhaus de ce prince, 137G : 
même écu, l'épaule du lion chargée . . . (!). l. -, . . 
lo va Kensivilr . . (Ibid., Nos g.iO et 920). 

— Jean van Kintzivilrc, chevalier, scelle pniir un 
aulre, ipii reçoit un paiement du Brabant, i;i7o : 
un lion, à la queue fourchée (assez fruste) (Cliartes 
des ducs de Brabant). 

— Stabbarl van Kentzwylre, chevalier, scelle un 
acte du magistral d'Aix-la-Chapelle, 1388 ; un lion 
couronné, a la queue fourchée. L. : . . /le . . [c ?] 

"•''' (Dusseldorf, Comniandcrie de 

Bicscn, N» 71). 



Kinzweiler. Jehan de Kensinlre, ayant été mmmt, 

de lliabanl, châtelain et gai'de de son dmslel tl 
forlcrcsao de Viicht, promet de le garder Invalimcnl 
el de le rendre, à la première réquisition, 1 1113, 1« 
Il lévrier (date de l'acte) : un lion couronné, a b 
l'iieiie fonrchcc; au bâton brochant. L. : . . ohnn 
i-tin KItilziciIre (Chartes des ducs de Brabant). 

- Arnould van Kencwilre, parent de Kirsillis vammr 
RaïUjcn, etc. (voir HOEMEN), 1«0 : un lioii(:. 
(Uusseldorf, IlaupUjericht Jiilich, 18) (voir Mûl- 
lenark). 



Kint (Theodcricus diclus) de Rudensheim (Itudes- 
lieiiii). juilet:, tient de Jean, roi de Bohême, comte dp 
I.iiM iiibniir;.', la moitié des biens m villa Ilorgcheim 
(llorrhluMiii), il;iiis le diocèse de .Mayence, qu'il a hcri- 
l.~ ilr Pinr. Wisze de Spanheiiu, chevalier, 13«: 



(I.ujcmbourtj, c. Il, 1. VHI, >» 3). 

— Jean '( Kinl (lils de Jean), homme de lief de Khnidre, 
scelle un acte de Segher llegliijns, 1334 : un lion, 
l'épaule chargée d'une Heur de lis (trèlle?) (Els.). 

— Jean 'l Kmt scelle pour Gilles 't Kint (lils d'Ar- 
nonld), qui tient, du château de Tcrmonde, un lie! 
a (ipwijck, 1313 : ccartelc ; an ^■^ un lambel ;i cinq 
pendants, en chef; au 2'', un marteau, penché a 
seneslre;au 3=, une Heur de chardon (?) feiiillée; 
au i';, un annelet (Kiefs, N» -12.33) (voir Elst). 

— Olivier t Kinl, homme de lief du comte de Klandre, 
a i;i-;cluse, 1129 : un léopard lionne. L'écu suspendu 
au cou d'une femme nue (la main dexlre vide, la 
gauche invisilde), issant d'une mer. L. : . . Olivier 
tkinl (C. C B., Acquits de Lille, 1. 82, 83). 



d'Ilarlebel 



(van 









:. 1. Henri Crupelunt (1) (1374) ) Ayant, tous deux, combattu à Basweilei 
;. i. Jean Crupelant (1374) ( dans l'armée brabançonne. 

Fig. 3. Jean Crupelunt, éclievin de Louvain (1375, 7, S). 
4. Uenricus dictus Crupelant. échevin de Bruxelles (13'.X"j, 1410), 

marabour de l'hospice de Saint-Jean, à Bruxelles (1414). 



Qui .... (Ilcijlisticm). 

.11 l.:is. L. : * S l'ttri Kinlca 



Kintschot (Ambroshis [de]), lGîi2, 7; liccnc 
(lioits, tciiaiioifr du la clianilii-e des loiilici 



iS, iO) (\oir Jette-Sain 



c. 107) (voir Heetveldei. 

Kirberg. iri7/i(7OTi/.s-. armiycr de Kyrlnlch, scelle 
un a. te asec venerahilis domina domina Cecilia de 
r.ijhisre (ICIIer), relicla quomlam lleiirià, mililis de 
Hyinere, t:);;il : eoiipe ; au ^■^ un fer il clic\al a 

ilexlre ; au -2^ plain. L. : . S WiUielmi de Kie 

(I)uss'ldorf, Cliap. de Dusseldorf, N» 2G). 

— WiHieUnus dictus de Keyrberg, annlger (voir 
Horst), 1300 : une ti'aiijjle, surmontée a dextre 
d'un fer a cheval. L. : . . It'i7/iei»i . . . K . . erber . 
{Ibid., N» 39). 

Kirchdorffer (Jean-Ceorjj'cs), maître de lamjue, 

notaiie à Munich, il-të : un lionime, posé de face[ 
tenant de la main dndte im bâton, terminé en croix, 
appiiNanl la main gauche sur la hanche. C. : l'homme 
de l'éeu issant. Le C. accosté des lettres G li (N'ola- 
ri:it. Varia, A. G. li.). 



KIRCKEL, voir Birkele. 

Kirskorf (Gauthier), conseiller de Gérard, frère du 
comte de Clèvcs, etc., 1-ill : une fascc brelessée et 
nmlre-lirelessée. L -.Se... W'oller Kirs . . or/ . 

(l>u^-eld.lrf, Vlèves-3larl;, N» 699). 

Kisten ((;érard), clerc, alleutier du quartier de Tir- 

9 et K. L. : ►!< S Genirdi Kisten secrelar' op tlièn 
(Ahb. de Sainle-Gertrude, à Louvain). 



CLABAY. Ueinrich von Cliibbai 
(\nir Soleuvre), 1 ii-2 : un lion 



- Ueinrich von Clabbay, derjonge, reconnaît devoii 
31 llorins du Hliin, a JoncIJinc Jiéan vnii liolehen 
(lioulav), seigneur de /.<.h . n :, s > i . ,. Ilcrlpiirch 



Mar 



I i:ilrr 






t dem 



rirld, boyszen, bitsrhr. -, 

bleCilablay\(nn,l.,y'l-'-i:) 

- Ueinrich van Claba scelle un acte des 



BAY^ 
ClabecUe iJehuîis d, 



A. G. K,). 
Clabois (Dodara), échevin de .)odoig[ie, 1 



Clabot[s] (Martin), échevin du seigneur foncier dans 
la franchise d'Ovcrijsche, l.'ioO : une ramure de 
cerf. T. s. : un ange ai;en()uillc (C. C. D., c. 107). 

Claeij (AmeijtJ, échevin de Loo (Flandre), 14G8 : un 
chevron, accompagné de deux étoiles en chef et d'un 
croissant en pointe. S. senestre : un corbeau (C. C. 
H., Ac(piils de Lille, 1. 13i). 

Claerhout, voir Bonet, Ee, Roels. 



Claes, Claeijs, Claijs, Claus [zoon], Claes- 

sc'ii, <i. .1 H i II. - ( /.i.;s, : .iiiiiif de lief du comte 
•<• i ' ; ' : i\ rccercelée, accom- 



K .i«, (l'uiip mcilHtn (S:iinl-lin\on, fniiils Van 
Claes, Claeijs, Claijs, Chius [zoonl, Claes- 



r Itiuljaul). 
i.liTl.rllr-Zttij'.rkr, lli.'lO: 



; ^i^ ,S' loW (lie Clai il . . 



. iiret Cl avs {Ihid.). 
•ione, (Jclievin do Middiiboiiit; 



Is de Lille, I. 71), 71). 
, cclie\iii de )tliklell)Oui'g 
Inm Oerls si [C. C. 1!,, 



d'AIllighi'in, poirf un liuï rclevniil deTi'imiuidc. 1 i:!n : 
ciiijpij de ... et de ... , au lion broclianl sur le lout. 
L. : . . lan Clavs . . . (Ihid., A" -iiiU). 

— Daniel CUieus tient, dudit cliàleaii, nn lirf -i saint- 
(lilles (-lez-Tennonde), l-iao : un lion, lii'dcliant siif 
une l'asee. L. r S' . . . neel Clavs (Iliid., N" i:!Hn. 

— Jiihanncs Claes et Catherine van der Meeivji, sa 
triiMiir. ireuivenl, du receveui' de Unixclles, le iicix 

:i HniMlIrs (ii'iTiiiuiciit englobé dans le parc ducal), 
1 i:rJ : li'ii^ :Miillr>, accompagnées en cienr d'une 
.iMilr ;, , iii,| i:,i.. L. : S' lohannis Nicholai (CMvles 



Claes, Claeijs, Claijs, Claus [zoon], Clae». 
sen, etc. Ilaiidin Cluciis, éclicvin de Melle, IIOÎ 
(Miir Vlaminc) : un poisson, posé en l'asee. S. 
senrslic : un aii^le, on grillon. !.. : lloudijn Clae.. 
(M. Alph. (le Vlauiinckl. 

— Jaii rlatsz. liliiis Boud-, éeliesin hinnm ,lrr 
ijlmcdl. 117(1 



: S lan Cla il . s [C. C. 11., 

le un,', 1. -«!). 



soiMiageC.') (C. C. 11., Acipiils de Lille, I. IIHI. 
- Doonse Claes zann, et lloenssen Clais zocn, lu 



soen (V.). 
- Chailci CVnrw, eoiisril 



non Claes zoon, écoutèle d'Oeslzandeln] (Oosl- 
idam?), lu«n : une croix alésée (Noire-Darne, 
ris, fonds ter SaligheTliaven). 



— Odcmner CInijssone, lils d'Odemaer, tient nn lief 
dcMlils cliàleau et VIeux-Hourg, l.joO : mêmes écu 
et C, Le sceau porte : Claissoiie (Ibid., N° 2801). 

- Malliieu Claesz, éebevin de Hedcl (Gueidre), 1007, 
S : lunl) pal de \air; au cbcl' chargé d'un renard 
elaiiré (Ccld.) (voir Wouwer, Elst, Hooft, S 
Langenhuse). 



Claijs, viiir Claes. 
Clamp (Caiilliln'), éc 



Clap (Aniould), é^■h^^\\n d'AiiMis. I 
IX l«'cl.i', iiiiebaiidi(!)r,hi,iiiri, 

Clapdorp (Cillos du), liimmiL' de li 
Khiiidi'C, ail pins de Warn, lidT : 
fiaiic-ciuartier biocliaiil cliai'gi' d'iii 



Clare (Renira), (■clicviii de! court me 
ikllldicallrwjodes, Killil : dans le oli: 



Ki'J'J, -li avril : trois élodi 
ais (soleils); éciisson en cfpii: 
L. : .S Quintin Clarenw . . 



baut, l-il-2; yii. Clan: 



r l!ia 



t)(vnii-CAUMAISNIL). 



CLARENTAX (lleiiii vaiil, éi.hinin de Mellr (vnir 
Vlaminc), 1 itjlj : i|iialie llcelies, -2 iinsées en pal, 

tournée, les denx (lèches en pal brocliant sur les 
deux autres, accompagnées en cœur d'une croisette. 
L. : llcnric va ClarenUx (M. Alpli. de Vlainiiick). 



Clary, \iiir Malquareit. 

CLARYE (Huici,, n,„) et lleiluylf vn„ Mais(inij 



CLAIRI, voir CLARYE. 



sa fominc, Jcliennele, loin' donnpnl, umh </ot u 
almois: : aile iind ctliclie craclm/flcn, es si/ le 
giiler, schulj-ijulvr, eigcii ijiilcr oiler hiin/er ijul 



! Clauwet. V,m\ 



m 



U-n (jeirest xinl lier l'cicrs nclùje vnn Kair, 
czu Lmr, uiid Miirhn, siner cwnhi; iiiiic- 
m- (inuhjrmiwc dcsilil'^ rder l'I nriUv,jl]\ 



CLARYE. Iliilœullvan Maisijnij, ci-dcssiis, I i;i7 : 



r. L. : S r.oitvfroil Clawet (Naiiiur, N" i:;:.l-fl). 



011 toiii-lcaii (?). L. : S" (mlcfml 
■s ducs de [irahaiil). 



Kleeburg. I.oiiis \an CIclicnj scelle un acte (ri:\( nn) 



Claris Valincoi 



Clairmont, etc., IV^Ja : ccaitclù; aux 1" et i', 
d'azur a trais demi-vols, les a^-' et &•' renversés, ce 
dernier posé en barre; au 2«, de ... U deux liandes 
do iîueules; au iK, d'azur au semé d'étoiles. Sur le 
lout : un ccusson a la fasce d'azur. L'écu snuuiir 
<ruue couronne a cinij lleurons.(Av. et dén., N" TV'.i 1), 

Claus, voir Claes. 

Clauwet, voir Clawet. 

Claward (Gilles), édievin de Itruges, l^Oi : cinq 

(:i, 2) lions. L. : >^ S yiilii Clavw . . 

(Cliarles des comtes de Flandre). 

Clauwet. Frères Jakemes de Vale/icli[icncs] de Snint 
rucllirii, i;i73, le 13 juillet; Frères Jakema 
VuleHchienes, canonnes del eijlise Saint FueUien 
dates le Rues, de lordene de premonslroil, c, 
diocèse de Cambrai/, i;!71 (n. si.), le il jan\ 



iiiïniiitéc-,. !.. : S l'asture de Cleberij (Ibid., N" .111). 
Cleemputte (Ciiillamne van) tient, du comte dr 

Siiiiiij, l.jl.'p ,l:iii, le ih:ii]i|i lUi sceau, une lleur de 
11.-. ipiMiuiii. , L. ; .s W'illcm t(i Cle . . puUe f' Jans 
(h'iels, N'o 7i;i8) (voir Latteur). 



Clef (Jeluin la), du de Troijes, prnr 






Cleijem (Guillaume van), éclievin du Franc de l!rut;es, 
l"J',).'l: un s;iiit()ir el un lambel brocliant fOos^-y^'cc/oo). 

— l'.iiillaïuue van Cleijiiem, homme de llct du coinle 
(le l'Iaudie, i;!:)l : un sauloii', cliarj^é eu chef a 



d'une tétc de léopard. S. : deux lé 
assis. L. : S' fratris lacobi Clauwt 
ducs de liraliant, N'"s o.tOi, 2:11 1). 



vUnk. \..:.%jillv ('te.man.(\\.rl 

\- :m, ;iio, :ri:;. ]\a;. 

Cleijnael (Cddcfriilas), LclR-viii de linij-lc 



Cleinaerts. ]r:n\ flcijnaiiiz (cl Cleijnn 



;rinbii. L. ; . 
1-2-1, ri-l). 



(acompte?) (le i:iG sicair {nihlin, 1377 : deux pois- 
sons adossés et un semé de croisetles pallées, au 
pied liché. L. : .^ .S Walrnmi de Knilz-ich (Cliiirtes 
des dues dr liralMMl). 

Clémency. /'(■/(•;■ vnn KuiitzicJi, ii'a\ant pas d'en- 



1 Tzolvm-n) 
i;;i. »//■ den 



Limpach). 

Clément i.Iriiaii li>), sn- 






(Y.d'.s von Kvn^ich 
•l LuxcmboUTij, c. III, 



f'..: ' i, ;; l; ■ , V <:rr (Moù- 

et AJieiwr de Ficijucmnnt, tient divers llets du 
dticlié di'^ Uar, relevés par son (Ils llcné, en 1370, 
une pai'l de VhauUnonl et loul sou ban, etc., 1573 : 

an pird liclié, siirnionlés d'un hmp passant; an â<i, 
cuupe; a, inie aigle; i), plain. L. : . . . . tlicrine de 
Cl (Lnn-., U(iT, Fiefs, .N» 71). 

Cleppere (Kenice), éelie\in de la tiancliise de Lan- 



Clerbo[i]s (Thomas), homme de (ief des chàtclleiiics 
de l'ioliucti el de Lessiiirs, laiG : cinq arbres secs, 
celui du milieu plus ijniid que les autres, tous posés 
sur une terrasse. S. seue.stre : un iiriffon. Le sceau 
porte : Clcrboes (iMels, N"- 10270, 80, 1, 93) etc. 



Clere, \nir Clare. 



Clerc iCiiillauuii' dri, n;oulele cl seu 
l'église Saiiit-Iiavon, a (iand, dans la sei 
Sainl-Bavon, 13G1 : dans le champ du 



— Mahieusli CIcrs. lioninir i]r lirf du Hainaut, i:i71 : 

Saiel Mnhifv !f Clcir (Chai h- des dues de liiabant, 
.\" 2-i(18). 

Wilre: i. 1. : HO moutons, U7.i : trois pals retraits, 
au pii'd liché, el un semé de liilletles (probablement 
des mouclielures d'hermine). L. : S Crac 

(Ibid.). 

— (Jan ditj, écbevin de La Ibije, 1377 : une neiir de 
lis. !.. : S Jan de Kle . . (Ibid.). 

— Jchans h Clcru de GniilhicF, Mwùn de l'évéque 
de I.ie;;e, a S|.y, 1300 : un coi[. L. : . . Ichan . . 
....//.«...(.Nainur, S„;;m«e, c. 510). 



1 dcT Ilaijhen, beinuie de llef de 
1 arbre arraché (ElM'ijbeni). 

) ren.d, de Wilkm Thocnin, 



— (fiance, cl / 
d'\pres, liOO; 

(Ibid., 1. io-l). 



Clerc. Jean le Clercq, lioii; 



.S olniicr lie Clerc [C. i 



Hocijievdc Clerc (C. C. li., A 
~ Fraiiniis le Clercq. a l'Iub, 



dru, 0, liasse Qiicvij, il-30). 
- Jean de Clercq, beuuue de lii-l 



Clerc. Gilles (le C/crcA, lilsde Pierre, lient, d'Adrien 
iji- Cavere, seisneur de Laerne, Miisnu\-S:iint-Pierre, 
Ut Donct, te lluwcn, etc., nn liof a yuarcmont, 
i'SA : trois fasce5(Klsegheni). 



n Oouvckcrcke, éclicvin iltec, lîiDO ; une 
iipa^uéu de trois (2, 1) étoiles à sept rais, 
lonlé d'un laniliel. C. fasse (Malines). 






.e.lvn, 1). 






Clermont (Symons de), sires de Neele. lf>8l : txpe 
(■■iiuestre; le liouclier a deux poissons adossés et a un 

semé de Irélles. I,. : t^ .S'iyi/ onis d . 

C n.. doiiiim de Niijellii. C.onhv-scH : écu 

aux menus aniH'>. I,. : ^ Shplem sccirli ir.harl.'S 



inii^M-, sans I..) (voir Anglais, Broeck, Eec- 
houte, Carlier, Poederlé,Vieuxnioulin|s|). 



iini> croix ongri'U'P, accompagnée an 2« canlon d'une 
(Hdili'; ;iii [iaiii-i|ii:irlifi' chargé d'une fascc. L. : S' 
lU'iirici de Cleriiiont ((.'.liai'tes des ducs de Brabant) 
(l'I. 11, lig. 280). 
Clermont (Henri van), éclicvin de la ducliesse de 
liialianl, î\ Maestriclit et dans la cour de Lenmle, 

Ion d'une fasce. !.. : S Ilenrici de Clermot scaO 



■n(\\M 



•' Unin de Holhnini 



cduipagnée . . . (les cantons supérieurs sont trustes). 
L. ; S Henrici de Clermot (Ibid.). 



. dni de Ctcnw (Dusscidorf, Jul.-Ber.j, 
I. 

y van Clerve, clievalier, jadis prisoiniier a 
cr, sous le drossard de Luxembourg, i. t. : 
liions, 137i : plain; au chef cliargé de trois 
r>. Cq. couronné. C. : deux cornes de bœuf, 
.1, I'. ,11 I,,, iitfrrtant h forme d'une tulipe. 

.,!,, , 11, Ileurons. L. : S' Sii Dide- 

I ,1 ; I ,', i II- ili's ducs de Brabant). 



— Guillaume van Clerve, prisonnier illec, sons ledit 
diûssard; i. t. : 3G0 moutons, 1374 t même écu. 
L. : S" ViUem va Clerve (Ibid.). 

Cléty (Isid.-,lnstc-Franenis Clément de), prrlre. 



;. G. B., reg. -iUlioU). 



devenais (l)usseldorf, Jul.-Bery, N" Ml; (\oir Boet- 
zelaer). 

- (Thierry, comte de), 128.^ : type éi|iicslri'; le bouc- 



armes. 


L 


du conti 


e-scel 


: ^î. Seeretvn 


el ctiivix 


sùjilli 





Iclyv 


ns 


s {Hollande). 




(Othon, c 


inite ( 


•-■), 


1309 


type équcslre 


; le boue- 


ier, la 


housse c 


t r 


ecu di 


conlre-scel. a 


ux mciiics 


armes. 


C. 


• haHi' 


ICI 


dit d 

s ducs 


1 chanfrein : 
de Brabant). 


un écran 


Joltiu 


/ICS 


dr ( 


tr, 


•, dec 


anus el atchidiaconus 


folom, 




1 :; i 




dans 


le champ du 





couronné. L. : «Je S' luUannes ('.} de Clevis dns de 
Linné ^l)usseldol■l■, Eninierich, N- o8). 

— Erinyaerl van Cleve, vrouwe wileneer van Iluerne 
(lloriK s), dote le couvent de Bedbur, de l'aveu de 
M', liis, Thierry do Ilorncs, sire de Perwez et de 
CiaiRiibnrg, Jean et Godefroid, 1330 ; parti; an 
l"', un hucliet en chef et un demi-hiiclict en pointe, 
mûu\antdu paiti (Homes); au 2'', iiinli mi-eciis>oii 
et une demi-escarboiicle, le tout niuu\aiit du paili 
(Dusseldorf, Bedbur, N» 32). 



- (Al 



:!(■) e 



a Mac 



.■l</o/;)/ii comith de Cteuis 











Fig. 3. Klg. 4. 

PI. LXXXL 

Fig. 1. Nicolas Tahon, xv"-xvi° siècle. 
Fig. -J. .leaii Tahon, homme de liel de l'archiduc d'.^utriche, 150J, h 
Fig. 3. Jean Tahon, 1.J12 ) Hommes de lie!' ilu Main; 

Fig. 4. Nicolas Talion, 1515 | et de la cour de .Mous 



N" 111 i !''"•) (miîi Fauquemont, Gueldre, 
Horn, Isenburg-, IJzendoorn, Keeken, 
Lecker, Leuth, Mark. 

Clievere (WilMmus dictnsj, lilius qmmUtm Johan- 
nis ilicii Clicuere, idw\'in du Uruxcllcs, UU'A : un 
lion couronne', l'éiKuilc clinryée d'un maillet penché. 
L. : >i< SUjillv ]]'ilkmi (Ici Clkve (Bruxelles). 



- (Adolphe, comte de) et de la .Vark, 1403 : petit 
module; deux crus, le {•"■ de Clèves, le 2" de la 
Mark. L. : .S .liW/i coin de Chu (I)nssel- 

doii', Clms-^rnrk, X" o;;8). 



- (Margur 



e pal 



Il Ilhin, du- 



- (Rcijnm li 


1 rrroil, 


ilu iliic et de 


la ducliesse de 


l)r;il.anl,ii;< 


lllljrnli-i 


il.viis,jhd[s(i 


n écu d'Anvers, 
<j)-otc lakens 


ghcUs), ;i v., 




1 1-1,1. ;, Ih 


• In-, i:i:i7, le 


18 noveuilii' 






;x maillets 


(droits), :.' - 






. : i"..i.le. L. : 


►î. S- dd li. 






,' - ducs de 


Urabant, N" 


Wi-.V). 







— Ouillaume de C/ieœr scelle pour llem-i Uiilleuiakerc, 
jadis prisonnier a liasweilci', sous le sire de Gaes- 



L. -.q^SujiHv U-dIcn. 



il.). 



— Guillaume die Clwvcrc op tcn llaltiberdi\k même?), 
piM'c d'Alard, lue à UasweiUr, sous le sire de Gaes- 
lieek, reçoit un acompte sur une i. t. de 37 moutons, 
pour le, ou les enfants dudit Alard (van der ghe- 
l/ourten icegen des VdCTs. Alaei'ls), l,T7i : un lion 

SigiUv WillemiddC (Iliid i. 



- ((,, 



Clingermans (,le;ui), r( 



■nii.l, 1S.U), 
ir, rangées 



Clignet, voir Brabant. 



Olinkart (Jan), meester van scepe (un acte français, 
do l;i08, le qualifie : maronnkr) 1er Sluun (L'Kcliisc, 

' ' : ''■« hebbe inl tjhesel- 

■^"7 ' - ' . .' .,.- aide meester GiUis 

'''■ I '■''■■ \' -I I. -.i-i.i;i ■ t duc, 1308: un 



Glincker (Mailre Adrien), éclievin do Ileusden (lira- 
bant), l.jûi : un sautoii' ùcliiqueté, accoinpaj;nù en 
pointe d'une rose (Malines). 

Clyte. Colnrl do le Clille, clievaliei', seigneur de 
Iluiresn-urc et de Couiiucs, reçoit, de la Cliambre 



bordure (simple) ; a sencstre, un i;raiid l:i 
d'une tète et col de loup, issant de llauiiiir: 
Acquits de Lille, 1. 188). 

— Lambert de le Clile, éclievin d'> pns, 1 
(2, 1) membres de lion, posés en bande. 
beerl i(e (Ibid., 1. 417). 

— Jean, seigneiu' de Commines (et Coim 
mines), reçoit, du duc de Rouri^OKiie, u 



Me. L. : S lehan do k Clile .■ie 

,a'j.i, 3.-;, 37,01, 78-9, 112; 



• Ami niez de le Clite, vt 



an i*, trois cors de chasse con- 
ange. L. : S Agn van d Clita 
■B (Ibid., 1. 378, ii) 



(\oir Varssenaere). 



Clobbere (Henri), éclievin de Malines, IS.'îS, 5, 

dans Ir cliiiiup du sceau, un uinutnii broutant, 1 



Clodt, \ok Cloth. 






Cloeck, \<.ir Cloick. 






Kloepsghin (Arnould), I 
vn|iic de Cnln:.ne, i:(7 

Cul., \' \n:>). 


lilli IH'T, 


dilaire de Tarclie- 
asce (l)usseldorf, 


Cloes (tt Clouz) criiierrv 


), écbevi 


1 de Liège, 130C- 
neuils; au franc- 


.. .us. 2", mruir r. n . 
la patte droile niic n 




^ tenant do 

■ 1,' ungriiïon, 
ii.'l.. : S- riiiry 



. . de Licgc (C. de B.). 



Cloesterman (( 



'.orneille), prêtre, reçoit, du receveur 
ni iKiieiuent, als van minen dienste 
so in Onscr Vrouicen kerke, à Ter- 
: diapré au calice. L. : S Cornelis 
pbr. (G. C. B., Acquits de Lille, 



I. 70, 71). 
Cloet de Attenhoven (Godefridus dictusj, s'eii- 



II avril 1339: un chc- 
7i-//ie (Gliartes des ducs 



Cloet (Jehan), sergciil de leaucdu comte de Flandre, 
L. : Siijill Clocl (C. C. D., Acquits do 



t E. G., 3o8) (voir Hoethet). 



e encore pour une rente, en l-iii et -lU : 


Cloete (Uombaut van den), éclievin de Malines, 1374, 


1", trois èpées, rangées en l'asce et [losées 


S, 7, 8 : une corne de bélier, renversée, fortement 


, accompagnées en clicf à sencstre d'une 


recourbée, la poinle ii dexlre (Malines). 



CM. I.. :S,y,7/r../, A7„«(ll.i,l.). 



■ le traité (l'alliaiic 
.,,7/r Ci'kH Klocc 



CLOIRLAJIT (Lcire van), coiiscilloi' ot an 
duc de Jiilieis et do (iiieldre, l-ilO : doux f; 
L. : S Leue van Cnrlanl ['.) (U)id., N" G87). 



lii>M,, Mir Ir Ion 1,11 II ,', iKsoii II la bande (Haweal?) 
C. .-iis.r („ii M„l une l-aiiie d'illl M.l) (C. C. 1!., 
r. 108) (l'I. li.liiî. 2Hi)). 

Clockier. Thicri du Clocquier, escherin de le conrl 
de Vanlr, de le cuuH de Saiid Mhain el de h- eonrl 
Siiiiil .lehnn en Lk'<jc, jiiijcnnl a Nucdlii sur 
MehaKjne. \:>\'o : éeai'lclé ; au l" el .{'-, un sautoir 



M;il-iireite U:„-i 
■( Iccn 1er H'oes, 



Clockiel (Olivier) le 
liai, li28 : trois 
Diiiiiaines de Util, 1) 

Clockier (Gillion irl 



télé; aux h' et .4^ d'iiermino :i la l.aui 
trois coiiuilles; aux '2'-- el i', trois (asee: 
C. cassé (Kicts, N" ■!(<() 1). 

- (l'iiilippc), échcvin de Bruxelles, 15 



; (liamaides?). 
71 : écarlclé; 



,-/»« Cloema.ilhi.l 



- (.le 


m le), el 


diai 


■é (?) ail 


L. 


S lohi 


- Il 


11,1 me k 



Cloosterman, voir Cloesterman 

Clopper (Nie.iliib) (ri de Cloppere). i 



Clopper, lliinry Klop)wr 



Didcrhh Klapc . . . cl {l)ii.-<ol.lnir, Wcrdcn. > 
(l'I. Il, 11,^. -J'.tO) (Miir Asberg, Bake) 

Clos, Miir Hove. 

Closser((;iiill;iiiinc die), j;iili> pi isi.iiiiiir :i |!:,xi 



a^(-2. 1 



Villr,, 



ir.h:ilt,>,l,>.lnc,.l.' I!r:il.;iiil!>l1. II. lu. i 

Clôt, M. Il Clut. 

Cloten.Miir Lots. 

Cloth II:.' I, liiiimi il,-), srj-iieiir de Imi 

lOnviilirr., lluMrii ri ilMiiilipi-, fliniiil) 



.\iiik'-.M;èI ir UouMlf \V;ild,'ck ; cl i|iir laililr.l.'iiihMMlli' 
csl nolilc, (le lom cotes mnlcrneU. sans a\irui,r 
bastnrdiic, Oounjeoisie, ni aiilre euiiierheiiirnl 

vol. 0\. en,', , , - , ,,,, ,.„|,„,,^ 

sans liivrn : ;.;((:h:i|i! 

(li-iMvcll--. I ' :■'.- K . 1.;-;- i, i:}lnheufeld). 

Cloiiz. ^nU■ Cloes. 

Clu|elkinc (.Iran), rclirvin de Berk (Ulirinlinv). 

d'une ro>i'. L. : >^ S' lohannis Clvldneh (|ius,Mlil.iif, 
Cul, \' IIIH) (voir Keeken). 

Cluetinc, voir Clutinc. 

Cliignet, %nir Brabant. 



Cluppel (Joaii lej. homme do Ijpf du chaioaii d- 
lUirllcrt, 1102 : un Irtllc , aux fouillfs viiliV*. 
(Miloiji'aiil, chacune, une petite lioulc (tn^s cnW; 
IVcu seul suli?islr) (C. C. li., .Vcqiiils île Lille, I. îilii. 



Clut (Al 



r/(;((!) s(7if/)ë (reir/il 



l-irl.T. L. : Suj,llvm lohan Clrl (.\l.h. d'Ohriiti-, 
e.-2,\. C. U.). 

Clute, \oiv Cloet, Pelden. 

Clutinc (Rcnen(s), échevin de Biuxelles, 1308 : trois 
Meurs de lis, au pied coupé, surmontées d'un lainlul. 

L. : ►!< Sig- Hc h (liruxelles) (nou 

Steene). 

— {l-raneo). M\esm iUce, ViW : même éoii, cinnu 



.iipr. L ; ►l^ .S,V;i7/rm n,//rmi ,lir Clvlinr llbitl.). 



.. /,7m,. ,iu,m,lam Joluuuns [dieti]), 
mIIo, lo.'il.O; ReijiienisClidiiKj.ai 



J5?»- 











PI. LXXXII. 

Kl-,'. 1. Nicolas Tnhon, 15:,1 ] 

Fig. 2. Jean Talion, 1502 
Kig. 3. François Tahon, 1572 
Fig. -1. Augustin Tahon, abbé de 



lie laconrileiMons. 
Aubort-lez-Cambfai, 1745. 



(licli Clvetinc (Iliid. el Fonds ilo I,ocr|UPni^liii'ii, A. 

Clutinc. Le iiiOmc, i-clH'\iii tllec. l;!,j-J, CI, 78; 
Ri'iiner die meii hevl Cluelinc, othc\iri (l'L'ci-lo. 
i:i7-2 : tnrmi-s «-ii et C. Cq. conroniu'. L : Skjil 
Henni dicli Ctvlinc (liruxcllcs). 

— il-rancu). Oclirsin de DniM'Ilos, i:!;>2 : niriiie écii. 



l'ccle, l3G'2:iiir'iiieséc 
Cq. couî-omié. L. : . . . . 
des ducs de Brabant). 



é de billeltcs (Ibid., N" I52C). 



— (Jnhannes. /i/i»s quondain Jokanms). Ocluniii de 

— (Jean) (et Cluting). bailli du lirabaiit wallon, jadis 
inisoiuiiei h Baswciler; un des chefs de la bataille; 
i. t. : 1022 moutons, IST-i : même écu. C. : mie 
léle d'Iiommc barbu, au col allongé, coiffée d'un 
bi ret (Charles des ducs de Urabant). 



CluL 



mis 



- Jean Cluelinc (lils de Renier), 1370; jadis prisoi 
nier ;i liasweiler, sens le sire de Uouelinnt; i. t. 
HGii moiil(in>, 137 1; ilils de feu Uenier) 1393, 4, eeli 

i;i.M ; C(|. coiuonné. L. : ^ S lohvs dicli Clvliin 
(liruxelles el Charles des ducs de Urabanl). 

- Marie Clutings, \cuve et hérilii're de Cérai 
(,eekarls, jadis prisonnier h Itâsweiler, sous le sii 



de [iouclioul ; I. I. : 200 moulons, 1371 ; dit sceller 
de son piojue se.l (eehn de sa mère?) : trois Heurs 
de lis, au pied coii|ié. L. : .J, S Domicdln (.') EUsabe 
de hscke (Charles des dues de lirabanl). 






- Guillaume i'Iii 



— Henri Chietimj (lils de Jr:iii). é 



Knebil van KA.TZINELMBOGIN (WVrmr), 
cl llniii \.m Miln-all, \;nirl mililo, (h-rlaiTiit, 
' ^„n 'Pallinannc 



J^»ibhc{\ ., 1. !i;i, :ii) 

Knibbe (II. uni. Iiounnr 



'■ iljlrlknr 



: S Inn Knibbe (IhiJ., j if 



i;;si : 



:.S Iiein[eri] Knibbe (\hU 



: S Omaer Knibbe (\m., l.8'J,0n, 

■«;. UtndhoHilere ilinlit iiirliiT, l'iîîn, 
.. .. /w/i7,^('(I|h,I., I. ll'|,9:!l. 



rfcWm-rdiiUiToirdeFiirnes, 
i!). 1,. ; S CoMicr Knibbe 



indcFuiiH's, l.i2i: lioimne de licf 

!"?'■. !.■'■' isé sur 1111 (!) ai-lc 

■>• laeob Knibbe (ll)id., I. PI, 






1 — 

(voir Dungeler 
Knippinck (Uni 



Knippenburg. II. un \;iii Kuipiu-i 



Knoed, xnir Knode. 



Knoops, voir Taije. 

/io./(T iliu.liTi. Ii'i, i:i77 , ciHi|i.- ; ;iu 1", dcin llnir= 
(If lia; ;iii -J'i. |il:uii. L. : >i> S' llor Gudcrl Knui> 
;l)ii>^eMnif, CIcLis-Miirl;, \' 4:i-J) (wiir Kuoep), 



Cob de NUDANGE i 



CobbenbosclK 11. un \;iii Cobbci, 



1 Hernian, Tsoucke). 



ic de Uoi'dcMibur 

'■, deux iiicrlctl 

et 3", un 



11 .Ir .M:iliiii'S, llll,.t,3: ' 



llli01:ili 



Kobern. Oodcfridus cl Wcrnerus, consamjiiineiu 
siiiis, iiiiliU's de Covcrna, se soul récoiicilii's ai« 
la \illr ilr Cold^ni', 1l'80, domiitka quadraijemmt 

II, 11- Im-:iiu,,. L. : idi mitilisdeKoi) 

— HVr/iivH.v. li-.h^biis : type scntitoniie ; un pal, 



Coche. Miii- Coeclie. 

Cochin, Miii Colendal. 

Codde. Miii Berchem, Meer. 

KODICHAVEN (Samlcr van), du'v.\\ 
ineve) de Henri \aii Wijidiorbl. VMo, 20 
trois feuilles de iiénuiihar (Ch:irtes des di 
huiil, N" -21117). 



Codt, Miir Cot. 
Coeche (.Icaiii, 1» 



(iMekcbdkhn). C : une loiir crénoli'O. Ii In lniliiiT 

ur^iw. S. : ilinix j<riiïoiis. L. : . loliTs . nek 

(Av. et ilni., N"« Coîi, 0rj8, G(iO, GGi). 

Koekelberg. Wallcrus de Cuchciberglie, éclii'vin 
.1,' Kiiixclli'S, i:i3-2 ; un lion cl un lauibrl ljiwli:iiit. 
!.. : >^S' Wovler va Kockelb'na [livn\Mcs). 

— Wallerus de Cochelbenjhe, éclicNiii illcc. 11! if!, :i ; 
Mi.'iiic nn ].. : ►Î<S' Wiillcri dictt de Corl.clbrrtie 
(lliiJ.). 

— Willehims de Cockclbciijhe, ùt:Uv\\u Hier, 111.47, 8 : 
ilrlKuiiir. I,. :.S" Wdlelmi de CoekeW^ie {\Wu\.'. 

— CiuUiicr San Cockelberg, écuyci', scelle un acic de 
la iliKlitssû (Je Urnbaiil, ISOi) : iiil lion cl un lainhcl 
liioclianl. L. : leri . . . de Coekelb 



kelberyhe. 



KockkeWerije ('.) (Cambre 



le Henri l-Vaijbarl, 
!..:.. Marie va 



l^:ver.Jhedndel■oekkeU,erC)au■u^r\U■.. 

— Juhanncs de CockelbcnjC, lieulennnl de l'aïuinan 
de Unixelles. l.«:j:un lion. Même C. cpir ll«/(m(,s, 
lumor. t;Wi-2. T. dextrc : une danioiselle, I,. : .S lan 
va Cucldcelbery (Ibid.) (voir Diepenbeek). 

Koeker (Pierre de), jadi.s pris(]nnicr a liaiwiiln- 



COECHOEVEN, \oir KODICHAVEN. 

Koeckelsum. Ilorcliardiis de Cnkctulieim, armiyer, 
lei.iiit uni' renie du conile de liei-g, par le péager de 
Kii^crMMilh, I3GG : une broyé, posée en Imnde. L. : 
>|< .S llurchardi de Cvkelslwm (Uussseldorf, Jiil.- 



lés). L. : Seyhel lan Cuel.t (C. C. H., Acq 
Lille, I. Go, GO). 



Coele (Cilles), receveur ducal ii Druxelles. 1427; 
éehevin iltec, l-i;!8 : Iniis leurs, ou porles crénelées, 
munies de deux tourelles ; au IVauc-quarlier bro- 

L. : t^ Swjdlvii'. Eijidii Coele (Chartes des ducs de 
llrabanl et liruxelle>). 



COELEM, voir COOLHEM. 



Coelen (Thiiii-y van) ilils de Jean), édievin de Rol- 



Cnelgrenen sone (Jaii), éehevin d'Anvers, l4Gu : 

! : , -m iihiii/i lie deux llancbis. Le bas de 
il . i.-. N. Mu.stre : im grillon (Hôpital 

^,ii;;ir I !i-;i|iriii, lliiileiiijueden, C. H). 

COELGROVE (Wiltelmus dictas de), armifjer, 



Coeckere 


2orpi 


Coel J 1 

1 


ur dl 
Uijhr 


I R 


t. Il 



W'dicin van Colyruivv:i i.iiinl 
liant, N" -439) (l'I. 11, hs. -2!)2). 



- Jean van Koihjroven tient, de l'archevêque de 
Cologne, le « hofzu Kaldenborne » myl der mulen 
iiid drijn kleijnen hii/fen lands. ii Fulcndale (\'oe- 
rendaal), au pays de l^'auqueiuont ; (piand un de ses 
lils sera majeur, il sera, ûv ce clud', liomuie iliidit 



Coelis (l'iciic), liMi:iiicici' de la cour consale ili 
"inrrtr, l,s iM.iiiir., VU liant (li. ll.,C. G., 



Coeln, \(iii Colen. 

Coelputte M,n;i-I;il|l 



Coeman, Coman, etc. Guillanino Comaii soilli-, 

l'halle ihi receseiir de Bi'abant, 1377 : un llou cmi- 
roiiiié et une jjoi'dnre engrèléc ; un liùtoii biocliaiil, 
passé sous la palto candie du lion. Le sceau |iorlc : 
Coemaiis (Chartes des ducs de Urabaut) (voir Bloc, 
Damme, Oijenbrugghe, Ranst). 

— Cilli^ /(' Coupinan, lioinnie du seisjneur de Tcr- 
iii'iii'l'', Hlii : liiiis croissants, accompaiiués iii 
' "111 d'une ro.e. L. : S Gil . . . de Coeman (C. C. 
n., Aniuits de Lille, I. 70, 71). 

— Jiihannes dictus Coman, éelii'vin de Mhorde, 
I il I : uni; bande de cinq losanjjes, aecoiiipa^uee au 

ilUn linn issant. L. : Coeman (Elabl. relij;., 

CiUM'iil de SepllOMtaines, c. -1970, A. (i. !!.). 



■jcnnin (C. C. li., .Vc(|uits de Lille, I. -il). 
Coen (Henri), souverain uiaïeur de Liesse, laGJ-lKlti ; 



COELRETS.I 



iliant)(l'l. 11,11^. eii:i) 



uniiLuijcx.. 
Coeman, Coman, cli'. Iliino, diclii^ Onniiii. cdii 



an li'aiic-(|nartier cliari;é d'une bandr. L. : ^■' Win 
ni Coiio de fimale (Charte.-, d(s du, . ,W l;i;,|i, 

U,l^^\(■ill■l', vMii, Uidiei't de.\auiur; i. t. : l'Un 
l'Hi^, i:;7l : ini'ine écu, mais la bande cliariiéi 

Miui' d'inir l'idili'. L. : 2(c llveg on 

(Chartes des ducs de Brabant). 

- (iuilhnnue promet d'être bon et loyal vassal 

<■ le de Klandre, pour ce que je nesloie mie ve 

ti-iiir mon oslarjemenl, 1 329 : dans le champ du sc{ 
un reneonlre de eerf. L. : :^ S lan de Ko 
(Chartes des comtes de Flandre, N- 1477). 



., i;ii 



COENE. Nicolas Cocne ticnl, du cliàtraii de Ter- 
ni. .nd(\ des lid's à bonderlicllu et a OpHiicK, 1 i;iO : 
iiKMiK" éni (l-icfs, N" :i,jO;i). 

— Jc:iM CiH-iœ lient, dudit chfitcau, un liet à '/.de, 
l.'il.'i, sd'llr |iûMi' Liéviii de Mueldei'C, époux de Jlarie 
\:iii deii llMj^die, lille de Jacques el IVudalaire a Zèle, 



usées 
(ll.id., c. 90-1. I. •i:i8lî-4t. 



(vnii Mein, Vossem). 
Coenoijs (Jean), éclieviu 



\ prêtre et chapelain 
iS, : trois lions, le^ 
: un an-e. L. : S S//- 



((irelles scaliinaux, Loucain, c. yii-io). 



COENSBORCH (Jrau \an) scelle pour Jean \an 

lirls a WVriiilir, rlc, l-lTd, \r l jinikl, el, le luéiue 

(ludil ciiiile, a Wespclaer : éeartelé; aux {"' et .4'', 
sept (li, :i, Il roses ; aux ■i'^ et S", une bande de trois 
lu>aiii;iN. I . : un anj^e. L. : S lan van Cuensborch 
lAv. ri den., So^'Oi et 815). 

Koerich. Subie Iwnie monss. Jo/froit de Corrkh. 
chnclur, justicier des ,jenlis h,„ne. en h ronleU 
de Lmr[embounjl ieeWe i; 1. .1. 11 ^//,„„„e ,/r 



rins d'or du Illiin et pronielteiit de lui donner, 
aiiiiiiellement. à la Saint-Elieniie, un cochon, \alant 
'2 llorins, du bien dit llessenerbe, ;i Corricli, Hn:i, 
dez itcsten sondag nac S' Lucas daighe : un lion et 
une bordure componée. L. ; . . Ilenrici de Kcr- 
nV/.(l)(lbid.,N<':i3;i). 

— Calherine, femme dudit llcinrkh, \\K\ ; une fasce, 
aceompai,'néc de trois [i. 1) annelels. I,. : ^ .S 
Afl(/ieie'(/e[/.?losinVr(lbid.). 

— (;;;(; van Corrkh, curé de Suie (Sieiil), frère 
el -araiit dudit lleinrkh, 1 iO.3 : un lion, aceom- 
paniié en chef a dexlie de . . . (une rose?). !.. : ^ 
i" ''■'... '•"" e/i(lbid.). 



Coerleboc, v.iir Mol. 

Coerman. Cururille Scorman (!) scelle pour Ide 

lief il Kebbeke, 1410 ; nu tivlle. !.. : . . Curnetis 
Coerman (Kiefs, N» 3912). 

Coespeau voii' Guispeau, Cospeau. 

Goessine, \oir Quatermart. 

Cœur. l'ielre te Cuer. bourgeois de itiuijes, reenit 
une renie sur le loulieii de la ville du Dam (Daiuiiie), 

(C. C. H., .\eipiils de Lille, l.ol,:i2). 

Goeverden. Itenaud, sire de Coeœrden, chevalier, 
se porte caution pour llenaud, duc de Cueldre, 1349 : 
une (seule !) ais^le et un lambel h cinq pendants, 
brochant. L. : . . iioldi dui de Koverden mitil' 
(W'ussenaer) (voir Beusichem, Coevoort). 

n.M.iis i.tinE, le soik-n^-ur de Coeveiden, liuniine de 



I, bourt; 



lu lirai 



s de Bruxelles, reçoit, des 



ddl her Dkderec can SpralaiU mi ijhciwmen hadde 
cnde (ilicpani, aise van (iliclile dal men heiù scul- 
dkh iras can diensle die hi minen hère ende miere 
vrouuen (le duc et la duchesse) (jhedaen hadde, 
alsoe hi seide, a-elke scout ruereiide es uten (jhetde 
dut men den ,,rcrc can l.oen sculdich es, uant hi 



(a 



II, ne, l':,:l,T„l.c (= l'iedev 
■s de aiabaut. .N" lGo9). 



— (Gauthier), homme du château de tiand, 1398 : 
tiois ('2, I) pieds de vache, posés en bande, les 
sabols en haut, accompagnés en cteur d'une étoile. 

L. : uoel (C. C. U., .\c.piils de Lille, 

1. 111). 

Coevoort (Henri \an der), échevin d'Aerschol, 1420 
(n. st.) : Irois Heurs de lis, au pied coupé ; au franc- 
quartier biochant cliarijé d'une lettre 1). L. : 

va oevoort scab (Elabliss. relig., 

c. 3G08, A. G. B.). 



-(Jea 



er), échevin d'Aerschol, 1433 : trois 



- (Jean van dcr), même qualité, 1438 ; trois alérions 
conlouniés; même écussun en cœur que le précé- 
dent. L. : S lo du Coevoort scab' arscot' (Ibid.). 






Coevoort (Jean vnii doi), ii 
(l>;ircili'S-I)aiiiC3), iiiU' pr;: 



van dei'), éclicviii d'Aerscliot, 1473 : iiu'iiic 
: S Nicolai vad' Coeuoeri scah arscoV 
lig.,c. 3008, \. G. B.)(voirCoeverden). 



COFFERHEM (Jca 



ducs de lirabaiit) (voir Overbach). 
Kohigrube, voii COELGROVE. 



Vriend). 
Koijen (I'k 



(',. lî.. IPH. -i5.-i70). 
Coijghem et Cuinghii 



lé (C. G. 15., Acquits de Lilli 



C.atlici'iiie van Kmjnghein, veuve de nolile 
.INI Wissoc, si'i^ni'ui' de Nicuwerleet, tient, 



en pals, par 3. T. : un ;ui;^r. 
. (jliien (Kiefs, N" Kit"'. 



Koyp, voir Kop. 
Coir (Jaccpies de), 131)7 



L. : ►î< S lacobi de C 



\r, 13(17 : nu laiiibel s 
: ^p .S' khan de . . . 



Coyp, \( 



!■ Kop. 






Coc. Henri die Koc, 
Uenand de Gueidre, 13W : trois pa 
clief cliariîé d'un lion issant. Capeli 
C : deux cornes de bélier .l'heriuine, 
S' Ilcinrici Ko . ... nicnbciy mil 
liekenkamcT, iN» 430). 

— GhiseWerlus Rodolphi (un de Cnck 



- (Sire Henri de), chevalier, scelle un acte de 
liéatrice, dame de Keppel, 135-i : même écii. C. : 
deux cornes de bélier airrontées (Geld.). 

- (Arnoubl de) reçoit du Brabant 130 vieux écus 
d'iiideiiiiiité, (lu (li( r (le la guerre de Flandre, 13o7 ; 
le .-^ceaii l'st tombé (Gbarles des ducs de lirabant). 



Henri van niitterswijc (voi 
pals de vair; au chef chaini 
; ^ .S lohannis Coc (Gharte 










Martin Dammei-ies, dit Ho-uart (1438) 

Fiff. 3. Gilles Daumeries, a Ath (ll'i8) 

F'ig. 3. Jean Daumeries (\v= siècle) 

Fig. -1. Pierre Baununes (\v=-\m= sicclei. 

n Daumeries, prêtre, notaire apostolique e 

(commencement du \vi' siècle) (1). 



Coc.IlndolpliL'rfi'cA'of,clic\'aliiM', canli(iiHlr(iinllniiini 
do lioL van dor Mcrwedc, 1338 : iiirm.; (xu. Mrnu 
C. quclleiin {[XH) (Geld.). 

— Mntliias, iHiiis Itotlolphi (un de Oick?), éclic\iri di 
Tule (Tiiil;, IIIOH : trois pals de vair; au clief cliai'.L;i 
(le lidis ciHiiiilk's. L. : .S .1/n(»s Hoclofso . . (Geld.) 



Vilhelm 



li KoecJ; {Ihkl.). 



— (.l,';,ii (le), iirisoiinici' illec, sous le sire de Caeslu'rk ; 
i. t. : 111:1 moulons, 137-i : lrois(2, 1) tours, ai-com- 

di- d'i-rd'liermine .adossés. L. : ►Ji S loh de Fijido 
Monte dci Cuq (lliid.). 
De Frioido Monte, vol.' Coiirtei^bei--. 

— Codcrert die KocvanOpvcIpc {i)\\-\t]\i) scrlli', ;i 

en lasi-e. L. : 4< S' Godi-fridi Coc d Opvcipe (Ibid.). 

— (;j>|](ildeA'oc, chanoine de la calliédralcd'l'treclil, 



Snncli [lnvu>iii> in ArdeiiOurg (Aardenbui'y) 
Ii;i8 : nii clievi'on, accompagné en chef de ( 



;i Maison des Douze-Apùl. 



.- .. ■.. ,. 1 , : N llinildidei hoc 


— llV/mt/i/e Aoc/c, beau-trérede llniri do U: 


• ,,. .■• , .^ (;■ .r.il'. 


chevalier, seigneur de Kessel, l-t.'.i; : uirmr mi 


' ■ • ' '', .t<"jz 


liicauld (13711. C. ; 1111 vid. s. : ,l,ii\ léM'ioi 


:.:„,',,,,,,'.,■„,,!.„"!, ^',.'.'<i.n^^iv'oZ 


— JossedeCfJC, mainirdc la nr).v/iare de Moerl 


C.'c.B..N-L'35a)(VûlrDO]SrG-ltC)KUb:). 


Uo8, 00 : un marleau, surmonte d'une couron 
accoste de deux roses, tigées et leuillces. T. 


de Koc, prisoiniier ittec, sous la même 


ange. L. : de Koc (0. C. B„ .\c(pnl 


13-t. i. 1. 330 moutons : trois pal= d.' 


I.illn, 1. 210). 


lirf,li:iivr. le trois maillets penchés. 1.. . 


.,,, , ^,^, ,.,,.,. ,.,,,.,, .,,,,„. ,1^. |., ,j|i,. ,1,, 



- Johannes Coc, unius porlionis parochialis ecclestc 



;.s.si7h'.s(c)/«, //n(i//e«, llonsclar, Cuknborch 

;.i\„ii oriiN-çii, i.-ioofMd.;. 



- Ilerbere dije Cock, avant un enfant d'un mariage 
antérieur avec Maralla van Culenborcit, conclut 



nm de Gauthier \aii llacci 
iiilrat de mariage de Thier 
me van llronkhorsl, 1.^U : 
ll'i7/f)/i {[.'iSiJ) (r.ehl.). 



'je Cad; vnn Opinen (Opijn 
,' dije Cock (van Neerijueu 



240 — 

|iii' Cockuut (.II' 



Coc. Jean die i 
\aii Malbur 



c, damoiselleGoijai 
Il l'st tombé (Celil. 



Scghers {[hid., I. 2.10). 
Cocquiel iCliniics), linmi 



e de Klanilri', daiis 
: S lan Cokuiu f 



Cisbcr 


die Cock 


an Ncdcr 


Tuil), 1 


i(U : luém 


es éeii cl 


nais sa 


s S. (Geld 


)■ 


l-Nccai 


1 et Jean 


de Cock 


■acte d 


■ partage 


des frei'c 



t Ojjijncn seelki.l 

lieux eoMiri de lirlier iillninlers ^ Un.swnntTj (\Oir 
Azewijn, Blitterswijck, Bot, Broekhui- 
zea. Est, Jlorst. IJzendoorn, Cox, Lennep, 
Molenbeek, Rossum, "Waardenburg). 



Kockelberg. Jean van Kockellierghe, jadis priS' 
nier a lia>\\i'iler. reeoit, a lîi'oda, ini acnniide 
son i. I. de :î80 niontons, 137a : d'hermine an s 
t»ir et a la bordure (simple). L. : >i* Sigillvin i 
i-an Kokclhcrrh (Charles des ducs de liralianl). 



Col (Colijn) lient, de Jea 
l'Allcud, 1470 : un mai 
Colaij, voir Collaij. 
Colar (l):i'iv|\ /.' 



Saint-Troiid, l-io9 : 



:. 9). 



KOckelsum, Miir Koeckelsum. 
Kokelet (.lr,in\ rdirsui de Liéi^e, 



Colart (Jean) tient un liet d'Englehfrt d'Kiiijliien, 

igneur de (l'aulriiesj (Fauroeulx), l-i'O : une 

rse de labour triangulaire, accompagnée de trois 

3es(.Vv. etdén.,N" 1739). 

Colditz. Alberliis de Coldis, miles, doininus in Del- 

Un (liilin), miKjister camere supreimis de Wences- 

las, roi de Uohéme, ayant été fait, par le duc 

.Vutoiue de Ilrabant, .s»i/s cuiisiUariis et lamiliaris 

■iOOOIluiiL , . ■ : ; ■ 1; , : ,nupé;3U 

l>\ un I i..:ii,! .Il, |ir; ;;i, j , iHi liaudc. 

L. : Siijilluiii Albciii de Coldis (Chartes des ducs 



Kokelin, voir Coquelin 
Cokeroul fOi,,.,',- ■ v , 



(;illes), le jeune, bourgeois de Bruxelles, 1322 : 
liande de cinq losanges, accompagnée au canton 
^tr^ d'un étrier; ii la bordure componce. L. : 
i Cocl . . (bnsseldorf, Jul.-Derg, 



iOi). 



e Rode (Uhode-Sainl-l'ierre), honunc de 
,'lisc Sainte-tierlrude, à Louvain, 1-112 : 
llein- de lis, au pied coupe, défaillante à 
ruionlée d'une hache, posée en fasce, le 
re, le tranchant en bas. L. : >i> S Inn 



Cole (Nicolas), rcnlier de Tunihout, 1416 : une 
pioche, surmoiiléc d'une échelle, posée en fasce, 
iiKiuvant de bords de l'écu (Chartes des dues de 
llialiant). 

— (Jean), éche\in de Ticirocdu broiic (Tliiclrode), 
1 tiO : deux oiseaux en chef et un chou en pointe. 
L. : C . . . /' Henri . . (Bai'on de Maere d'Aert- 



ia vierschare de Saint-Gilles 
■. L. : S' Adriaen Cule f lan 



(Claire) (et Coels), veuve de Pieire de Blonde, 
ient, de Nicolas van Espen, dit van dcn Nuwen- 
ove, un lief a Wilter/ée, etc., UH, 96 (n. st.) : 
n marteau et une chaîne brochante, posée en Tasce, 
loiivaiil des bords de l'écu. T. : un ange. L. : 
ujillv Clara Cuh (Av. et dén., .N"= 2208 et 2580). 



— (.lacqucs), échcviii d'Anvers, li78 : 
de ba'uf, surmontée d'une étoile (Malines). 



tétc et 



(Henri), échevin des entants de feu liasse vai 
7ucdc(jovcn, chevalier, dans leur seigneurie ii Cors 
uni, 1 ll):i : un frr de moulin (Ahb. de Saint-Trnnd. 
. Kl) (voir Ghinderboven). 



COLEM, vnir COOLHEM. 
Colembial, voir Jardin. 



Colen. IJomit 


;.s Jolinnncs de Coloiiia, 


lictm de Fora 


Ptsauni, pa 


lor ccclcsic in BijlU (liil 


), I3u(l : trois 


luiissoiis él( 


tes, recou 


bes, joints en 


pairb' par les 


bouts anléi 


eues. L. 


. . . ohaiinis 


dci Urcliiia^ 


(Dusseldorf, 


Chap de 


Dusscldort, N 


27) (l'I. Il 


H- 20.-i). 








— Arnoldus de Coloitia 


échevin de I.é 


u, lMi:troib 


maillets pe, 


rhés iUies 


, 1. « Echevii 


a^îes et baiicb 



Colen. Roebcn van Colciicn, échevin de Léau, liGO 
(.n.st.): trois pals; au chef parti; a, trois (2, 1) roses; 

b, un marteau. L. : . . Robini de Coto 

^Abb. d'Oplinter, A. G. I).). 

— (Pierre) (sans particule), échevin de I!ois-lc-I)uc. 
1 178 : un renard, gravissant une échelle, a dextre. 
et un arbre ii senestre (Malines). 



- Johan V 


in Coliie et Guda, sa 


femme, font savoir 


que, feu G 


ossuin Steck, chevalici 


, ayant vendu, sous 


résrrve di 


rncliiit, Il feu Reiiiei 


Nefrkcn et 


1 feu sa 


Inniih , / 


■;/.'/', M- iTiite sur 


un bien a 


Rossen 


Un:: l; 


^ -Ite rent 


a passe ii 


eux et 


■A :■ 


; ; , : 'h- là, sa 


sic dudit bien, puis 


IMlvA a.. 


... l'.uu, Hil2 : trois 


chevrons, a 


compa- 


;;acs de 


roi:, robcb. T. : un 


lersonnage. 


L. : S 


lohannis 


(Dusseld 


irf, Orange 


-Moers, 


N» 96). 








- Johannes de Colonta, éclievir 


de Lnuvai 


), l.'i08 


(n. st.). 


19 : diapré à une m 


ri|ue de ma 


rchand. 


L. : S lohis de Colonia scab hv ;Abb. d. 


Sainte- 


Gertrude 


il Louvaiu). 







Arnoldus de Colonia, ( 
une marque de marchai 



Coelen, Cole, Roy). 



A, coupé ; au 1", deux bourdons, passés en sautoir ; 
au 2'', deux grelots accostés (Colen); li, une fascc 
écliiquetéc de trois tires, accoinpa;;née de trois (2, 1) 
riiMv^ (Fraiila). Cq. rmn ..nm', C. ; mu ;in-(' issani. 



Coleputte iJr:i 
Colesone 'Nir< 



!■ Thomaes); Niidl;i> Coleii 



COLGROWEN, \..ii COELGROVE. 



(11.1,1., nipstu' 1-;;). 

Icil, \oii' Clarensoue, Zon). C. : iiii Imi>I 
ciur. 1,. : S Irihv lUilkeli CotilmU (Hùpiliil 



Colignon (Joaii), jndis pi'isnniiicr h B;i5wpilor, i 
W coiiilc cil' Siiiiil-l'ol; i. t. : UG moutons. 13 
trois linndos; an tianc-ciuaitior chargé d'un ar 

I- : ►î^ S /e b. iaot (Cliaitps des ducs 

l:i;ili;iiil) J'I. il, li,;. 297) (voir Collignon). 



Colyu ( 



:ni|iir^), (■tliinin d'Aix-la-Chapelle, IX 

I, l'épanle chargée d'une coquille. !.. 
'ci Colin (Dusscldnrr, Connnanderie de 
U(l,OI,Gi). 



a<b aquai {WMX 

i dictus Colijn, éclie\in t 



Jac(|ue3, DiriS, u 
issant. L. : . . 
(Dusseldorf. Coiii: 



e qualité, 1.190 : trois llcurs 
; au franc-ipiarticr lirochaul 
■.SU'alt scahiars 



chàlcau iV/ec, un lirl a Ailiiikn kr, lill : tranche- 

ar!,'é de deux poissmi^ :iiI.k-i'>, iirminpagnés de 
aire croisettes. 1 en chef 2 aux lianes, 1 eu 
inli^ S. : un aigle contourné (Fiefs, e. 887, 1. 1-78) 
LU, li;;. 298). 

lujllauuie Cobjn, échi'vin d'Aix-la-Chapelle, H9(i : 
iipc (le ... et (le .... an lion, a la queue fourchée, 
iiclKiiil. C. ; un loin i-sanl. L. : S Wilhi Coeli 
nUT wirc (ItiisxMoi f, Cduunanderie de Riesen, 



Collln). 
Colins de "Villy (Jaqmmin), i 








^1\ 

lis 1 


1 Sceau et con 


tre -^cel <1 Vii'seau Daul» 


Fis 2 


i lieuleinn 


tilu -inieui d'Ath(1521) 


Iig 3 


Gille« Daym 


eri/e, a Vth 


Kig. 4. 


) Sceau et con 


tre-scel do Jean Baumet 


Fig. 5. 


i 


à Ath. 



nier, avait csliiné, dpvaiit le sire 

des ducs de lii'altaiil). 

Colijns (Ciiiillamue) scelle pour son lils I 
laids wcsende, (|iii avait, jadis, conil 
1er, sous lu sire de Gaesbeek (i. l. 
i:i74: une couronne. L. : ..(C?)o/i|-, 
[KT^aba . . (Ibid.) {voir -Wijd). 



— (Jean), écbcvin de Tervii 



m, IMG, 7 (n. si.) : 
IX molettes. L. : S' laii 



- Jacques Colins, homme de (ief de la cliàlellenie de 
l'unies. H2l) : deux chevrons, accompagnés de trois 



sur un ai-le. L. ; . lacub Culiiis (('. C. I!., Acquits 
de Lilk., 1. 91-92). 

- Jacques Colins, même qualité, l.i30, 8, id, 1; 



posée une boule. L. : S Jdcobi Colins (Ibid., I. 9:i, 
O-t). 

- Jraii Coolins, piètre, scelle pour Jean van Halle, 
uppiT coster de -Sainte-Pharailde, il Gand, 14:18 : ou 

(-2, 1) étoiles et accosté de deux roses (Ibid., I. -iOl). 

- Jean Coolins, homme de licf du boui'g de Bruges, 
Mil : traiiché-vivré d'hermine et de ... ; au l'ranc- 

accoHipagnés de quatre croisetles, l en chef, 2 aux 
lianes, 1 en pointe. L'écu posé sur un aijile coii- 
lourné (G. C. U., Acquits de Lille, I. il:!, 91). 



;ni\ J . . , ■...•:i;isuiire de six tour- 

i^.ant. .S. : deux ijrdTons (cachet en cire rou;.;e) 

(M. llanon de Louvet). 
Colissart, voir Hanart. 
Collaij (Willelmiis didus), échevin de Uriixclles, 

1:î-29, :i|, 2, il, ;i : un lion, l'épaule charijée d' 



i'ollnije, erf(jciiule, se 



11 pur 



e bordure chargée 
. L. : S Willclmi Coltttj (Briixe 
uciis;lnen. A. G. B.). 



burelles, aceoiiipagnée ei 
croisette (simple) et en i 
lohnn .e..ea (C. G. i;.. 



Colle (Colins), échevin de Naraiir, 1320 (n. st.) : trois 



is^ant. L. : «fi .S' Colin . 



[\,lle (^amur, N- "T-t 



- Coliens Berlrans 



U)lii : 1 


ois hmc\[ 
un laiiillc 


rt ; n 


.S ro/ 


liiiii'licr 
/* Cu!!( 


N" T8'0. 




I l. 


.,.„,. 


lOMhC .1 


Colle (IMi. 
de Flaiiil 


■f, 1358 


-;.;; 


Iraiisk 


, accdin 


ti-ûis (2. 


1) bfsan 


s, (. 


loiiil 


aux ((', 


coinli'S il 


l'Iandi-.). 












/a (/ï-acc n moi failc }>ar . . . le duc a causa de cer- 

trouvez el arreslez par un des scrrjcnx du ilil hail- 
liaye en iiioij aluni par nier Imrs du /lais de Flan- 
dres, U . . ; trois laiieilifs; (Vii^mm, m . niir Ini-lr 

l'audllcs alIVoiiUrs !.. : SiijUlinn Mu . sari Cnlh- 
(NuiHur. >■« 1^21)7 cl l;!i!l; (',. C. It., A..iiiil> do 
l.illc, I. 78, 79). 

SaiiU-I'iôrre de Jemblwt (linnldoux). nos : .oar- 

S Henri Culle (\.mnn; Salzinne, c. 5'l7l (l'I. II. 
lig. 300). 



— Collin Colle, dil Markhal, eschevin des conrlz et 
justices de NovUle sur Mehaiijne. apparteiiantct a 
noble madame Franchiise dcl Malaise, dame de 
Dunijleberl (Doii-oIInti;!, du l.uvoir, (te , i:;i;;; : un 

aCCOSlo on lloillti^ dr drox rindrs. !.. : + Culvi 



COLLEM, \oii COOLHEM. 
Collette (Arnoiddi, |Hrliv, lomoi 



de la patlf soiicsUx' une 
liondcrccu issaia(cucli 
(C. C. B., Vi%. .«!(•)■;!)). 



Collier. l)oinini(|iio Co/ier scelle pour un autre, feu- 

d.ilaiic, a l)(ihliil)olk'. du cliàleau de Termonde, 

l'Ilr, ,1 en |M„nlr d-ini roneoMli'o de liiruf(Kicfs, 

CoUignon '.l.-lt.', ,nio dr Fiisanse, collatcur d'un 
II' iHlhr iiiMiiii,' dans la elia|ii'lle de llollaiiije, 17H«, 

":i"l"'i. !.. : "Il liras de l'écu, la iiiaiii tenant un 

I' ) .1'. i:. 11., ri;-, ^■'■'«i) 'Noir Colignon, Mont). 

Collin iCiiillainiio,, |i:idli île IVuipercur, dans sa 

lolo rl i-ol dr , \\v\:\\ lu idr ('.'). L. : S Willem Colin 
(UussrI Inil, r/r,r.s-.l/„W,, .N" 07!)) (voir Colyn). . 

Collissart rli ;nr, U vi n^ île lieauinont, re(;uitune 

■!'• Ir lu -.11. I '.:r> : 1111 .'Ignus />(,'i, passant, 



Collot, \oir GONDONCOURT. 
Colman ( r Ih .ml ,lr l'I 



Colinoiit (.Iran \an), lieuteiiaut et lionime de lief de 
la roui Irodair dr Mutchen iMulken), sise dans la 
Mllr ri ri.inrln>e de Tongres, l.jo8 : plain (ou 
fiii.^lr'.'i ; an rlirf charité de trois pals, surchargés. 



'"'-'''^'''' '■''• '■■ ■ 


riiois Col . mont (.sic !) (Uruxel- 
iiillr de llnisserel). 


//„,„■, 


, rrlirMii dr IJ(-e, vers 137(1 : 

sr/;/;f' Irnii (C rli> It ^ /vnii' 


Colen). 


. >iiiui ni/u \K>. Ul li,) ^\(iu 


Colon, NonCoullon 




Colpach. Jran \an 


CneljMuh, jadis prisonnier il 


ll.i-unlrr, >.Mw Ir 


io.,~ard de Luxembourg; i. t. : 


dri!,''dr""'ni' 'n!!,' 


:>■ rrrniiio solde de cette in- 
1 iii' |{:isu>i3'nc, sccrolaii'c du 


î"", '■■'";„";"'■' 


OUI .\irolas \ail Frays {\. t. : 
i"i (;illi> van Meclil/icli (Mes- 


>-AW)] ,i. 1. : -JS 


iiioidon.s); Jean van Gliirs 




■2V, inon(oiis); Paul van Aerle 


(.\i1on,(i. 1, : IKn, 


Miloii.) ri (JanUiier van llame- 


sin,jhn, (1 1 (U 1 - 


""" ^). lo"s. jadis prison- 

MMu Irdil drossard. 1374, ÎJ : 


Cadpuvh (r.UuHv> ^\ 


plain. \.. : y^ S lohanms de 
'> dues de ItraLant). 


Inaro., ,lel;)TO, l'.,|, 


<,nc:Jan Coelpach ^an Arlel.d'Kv 



Colpach. Johan van Coilpacli, p 



Hiitei/. hailliu dct coiilci de Nain 



- Di/etherich vun KiApnch (\m- Warsberg), 



Comognes. Henri des Coiiioii/nes 
I Fcix, i:!8.t : (lc\air(!)à tioi.- 
iniuiiU'os d'un hiinl.H CAVimiir. 



Cols, \nii Inchuijsen. 
Koltereel. \iiir Coutereel. 
COLTIBARDI (f;»is de la), i 



Comte (Jfiiii le), hoi 
(If Mons, i:;i8, u 
aiicréu ; au i'', cIlm] 



Colvens (Jcriii), 



L. : S kita le Comte si(j de llura-lUs (--- m'i^hc 
(le IliiiTUeltes) (Abh. de F.mv^I, ElaM. ivli: 
c. 2.i98). 



Colvei 






Coman, \nirCoeman. 
Comines. Watillier de Comine: iciioit uik 
résilier d'Yprcs, 1399 : doux merlcUes ( 



es, 1 a 



hef, ( 



Comté, soir Herbais. 
Condé i.\ii"la> dci, linnin 



Commère, voir Masson. 
Comognes. llul)ii;iion des Commoicjnes, jadis p 
siiiiiiiei- a Uasweiler, sous iloljcrt de iNaïuiw; i. t 



étoile bi'ocliaiite. L. : ...... n de Cumovmjne 

(Cliarles des ducs de lirabaiit). 

— Ilenrav des Commges, lioiiuuc de lie! du coniU- de 
Nanuir, lH8i; Ilenrars des Comoiiyes, castellain 
duii caslinul de Namiir et balliu . . . commis . . . 
de jiar noble homme Henry de Ilulhtii, sirc de 



1-J78, 0, 81) : .Nieo:a, de C 
(liebeil) et de Moriuunieis, 
le boucliei' et la housse : ( 

L. ; ►f ■*'■'•'■■' yiclit'Idi di 



letu dni de Ilaillvel . . de 



Romsnit mililis. CiiutiT-sct'l : (■ni li la fasco. I.. : ►Jh 
.S" Il'i7/i de Comtclo de ISniUvvl (CIkiiIi^ iW> 



'ijJoseph de), de famille noble, 



nul [htIcs. s. : deux lions R'^ar- 
( lie vouge, sans L.) (0. C. D., 
Belœil, Carency, Looz, 



Conflans (llii^liis, lils do Hu;;lics de), inai'éclial de 

a la haiidu hiocliaiite, chargée de cin(| cn(|iiilles. 
L'écii soiiiiiié de la lunillé supérieure d'une lleiii' dr 

S' llve de Covjlans chevalier (Naiinir). 

— Islasses de Cunvlans, sires de Maruel (cite : 
daiiioisiole Marie, danwisielc de Mortayne et de le 
caslelerie de Toviuuj, ma nicce, et vta cluere suer 

Marie, dame de 1/m,;,„;;,<'. ■„s',v/„/„r ,!c T„r/u/y), 



en 1-2H8 : écii aux iiiéiues armes. I,. : ^ Contre scel 
Lcstace d'Coiilanz (Namur, N° 271, et Tournai, 
Cliai'lrici-). 



"iinicr il l!a«\\eilei', sons Jean van Rcdclghcm; 

: l-JI Iniis, i;i7i, 9: trois lleiirs de lis, au - 

cniipé; ;iii liaiic-quarlier brochant, chargé 
le ci-.ii\ de eiiii| losanges. L. : -\- S Philips va 
iiillo[\) (Chartes des ducs de Urabaut). 



Koningsloo. Ilei 



''onincxloe scelle pour 

, il. .Ih .:iir. 'i Serclaos 
. ,■ l:Miiir-rAlleuil, 



Coninc J la 


nues de l'iatea, éclie\ 


1 de Uruxelles, 


1 s 1 


s le cliaiii|i du sceau, ni 
. r,is a (Uruxe 


e coquille. I,. : 

les). 



Iiuchets, rangés en pal. L. : . . Wede 

(Chartes des comtes de nandre, N" 484). 

- Wiltelmits. dictas l{ejc,iunior,cc\w\U\ deliruxellcs, 

d-uii lliuibrl nillujhem,. ' 

- ..|f«o/(/»6 /(ex, clieNiiuV/ec, 1:100,^2: cinq coquilles. 



\iii (le Malines, fait : une fasce. 
■ois (-2, 1) roses (C, il), 
écheviii de Bruxelles 1316. 7 : 
1 ;iil-2, sans lainbel. L. : S' Arnoldi 



A. I.. 11.). 

brocliant. h. : >it S' In dci' de l'iatea 

(Fonds de Locqnenghien, A. G. II.). 



:n 1323,, 



a /«s 



CONINGLANT (I.atin de), conseiller du du. 

Iiiiiii^n^iir, ( Hiiiir (le Flandre, et capitaine de 

(le Ihiii; iiii liaiii' (|iiailier chargé d'une télé linina 
Cdiil.Mii iiir ; :ni\ -_>•■ et .V, plain ; an chef de ipiai 
pliiiii (ho,- CM-M' ; r(-cu seul subsiste, intact) (C. C. 
11., Aeiiuitsdc Lille, I. 3iJl). 

Koningsloo. /.i>;ieH Maes ran liedehjhem, jadis 



es, i:i-24, 9, 37, -i.'i. 



— Cerelmns de l'ialea, dictas liejc, éche\in de 
linixelles, l.l-J.") : coiuiiie Arnoldus, l.flG, 7 (sans 
lamluli. L. : ►!< .S' Ceretmi dicti lieijis (Uruxelles). 

— Arnoldus Rex, éche\iii illec, i;!27 : même écii; au 

imi ,1c ICdis lourelles (château). L. : ►f. S' .-Ir- 

H(,/,;i/(7n .lnio/(/i /îc.(/is(lbid.). 



L. -.y^iS' A rfioldi dci lieuis milis (! ) ( I biil . ). 

— Cliij.wlbrcclit diemeii heel Coninc, clievalici' (vnii 
Quaderebbe), i:»! : réaitelé; aux 1" et i^ m 
lion cl lin si'iiiij (le billeltes; aux 2« et :K, cini 
coquilles, laiinéos eii ci'oix. C. : un buste liai'bi 

(cDillë ... ; cassé au haut). L. seWerti dci 

K (Charles des ducs de Brabant, N" 9(7). 

— (Hughes de), honune de lietdii couile de l'Iaiidrc, 
scelle nii acte du liailll d'Alosl, l3Gj : une cuni-Kiinc 
en chef, aecoslce de deux fennaux ronds (AlJlujhcm). 

— (Jean de), jadis prisonnier à Uasweiler, sous le sire 
de Vorsselaer; i. t. : 270 moutons, 1374 : une 
liande, cliargée de trois tètes d'aigle et accompagu 
au canton seiiestre d'un croissant. L. : S' lulia de 
Turnovt (Charles des ducs de Urabanl). 

— '^''crar(/!(s,(iic(U4(/eCo[elniHC,échevin de Bruxelles, 
i:i7li : une coquille et trois billetlcs en chef et >i\ 
(;), 2. 1) autres liilletles. C. : un vol, chargé .l'une 
liillette couchée. T. du timbre : deux hommes s;iii- 
\ages, SHiis massues. L. : ^Ji S' Geradi dicli l!cv 
(Ibid. et Bruxelles) (l'I. 12, llg. 301). 

— Wiltelmus dictiis de Co[e]niiic, échevini liée, l'Mf, ■ 
iiiéiiie CCI! iiii'.4nio/(/i(S. |3I(i 's;nis Inmlicl). C. : 



ispendii an col d'un aigle. L. : %i7 de 

'uninc (C. C. H.. Acijuils de Lille, 1. S7, 58). 

Coninc. (iuillaume de Conijnc, l'un des tuteurs de 
Claikm, lils de Ciiillaiime van Ihillewine, bailli de 
Middclboiirg (flandre), lci|tiel Claikm lient un lief 
du comte de Flandre. |.t:(!l : un oiseau (roitelet) en 
pointe, surmonté d'une grande couronne (Fiefs, 
c. 889, 1. 897-9G9). 



— Cislicil de Coninck, échevin d'Anvers, 1419, 22 : 
linij 1 iM|iiillcs, rangées en ci'oix. C. : truste (Hôpital 
Saiiilc-i;iisalicth, liuilengoeden, c. H; M. Delacre, 

— Jrau Coninc. dit de Meijere, échevin d'Anvers, 

1 1211, :i:! : li.iiMlc, chargée de trois tètes d'aigle. 

r.. : iiiicairlr is^anlr (Ihid., c. 1, et Nolre-llame, 

— Jehan le Kuniiic, boui'gc.is de Caïul, lait sa\oir à 

1)K R..^AriT, t. II 



léopardés (Dusseldorf, JiU.-Dery, N" 2303). 

- Lonis de Coninc, bailli d'IIarlebeke, 1453 : une 
lleur de lis. S. senestre : un griiïon accroupi. L. : S 
Unis de Coninc (C. C. U., Acquits de Lille, 1. 284). 

- Jean de Coeninc, échevin de Caprijcke, 1470 : une 

(loilr, po>ée en bande, accompagnée de six roses, 

rangées en orle. L. : S Coninc (Ibid 1 8^) 

8,'i). 

- Cilles die Coeninck, alleiilicr au quartier de 
Bruxelles, Tervuereii, ViUnidc, li":! : ii„i^ „i;,il- 
lets penchés; au chef cliaivc d'iiii lion issaiil. I,. : 
.S Gielis de Coeninc {HriiMllr<) 



L. : . . illem de Can . . . . (sic!) (Av. et dcn., N» 99C). 

— (l'iciie de), homme de liet du comte de Flandre, 
l.'iiis : uni' fasoe, chargée d'un llancbis et accompa- 
gnée ,lr lrois(2, 1) tours (l'.,c. III). 

— l'hiic de Conijnc, lils de Céi'ard, lient un lief, 
I >'■.■:, \ I i-,>anl a la vierscliaer de Melsele, lol.'i : même 
-" I iri,, C. ni.'i, 1. G82G-0900). 

— l'iriir ,/e A'ue;ii)u7; tient un lief de Jean lîoegaert 
(au pavs (le Waes), 1527 : même écu ('/) (les deux 
meubles en chef frustes) (Ibid.). 

— Corneille Coninck, échevin de Unlterdam, 1030 : 
trois étoiles, 2 en chef, 1 en cicur, cl une croiselle 
en pointe. C : la croiMlIc ciilic un \ul. L. : .S 
Cornelis Connick (l.) (\»ir Boeijaert, Calste- 
ren. Mol, Surpele). 



kem, en Belgique 



Coninckx, \(Mr Surpele. 
CONINCXLOE, \n,i Koningsloo. 
KONINXBERC, n.,ii Wildenrath. 

Coninxheim. ]\'itlivliiius de — hem, (■ 



Conon, Miir Coeiu 
Counart lAihln-.li 






Siijitlom ([) rnrohide Cui 



■iMniiN llainaiil.. 



■.SfralnsItiehardiCo.. 



Contich. Sreijcnen mire Janciriiiiuen cnn Ckelre i 
de Conicke (NazmrlhJ. 



Contrecœur, miIi Trazegnies. 



Coolbrant, \(iii Sproncholf. 

COOLHEM. Jiidon,.', de Lille. 



- liolldiii! de Collciii 



!rH\ |,„vrMOijer 



I' EIst, Oijenbrugghe . 



!.. : .S' Woiiin- Coiilmaii (C, C. 
I. l.rJ). 

Cools, \uir Surpele. 

Coolscamp, \(iir 'Wijngene 

Coopman voir Coeman. 
Coortbeemde (I'hiiv \:iiii, n-h 



Copin, \(ii]' Coppin. 

Copis ll'liilippc), fchc 



lilhi.iMir). tnumner ,1c Cillrs 

./.7. ll'.Kl; h.n;iiiciiT (le IJl.nl 

ir, dite (11- l)(u-mad, liiiiJ; 

:)'l. lai.i : mnnc réii. S. snirs- 
■li^ ik' S:iiiil-Trniid, c. li, 0, 11). 



■Lrii.L. :/0' lukaniicsIlaptistaCoi 
lu IteiiicuNit, li (WcniJc)(\"irPie 



Coppin, Copin, Coppens, clo. Ilei 



Il rhcf. r.. : S Maes 
U\ I. I8H, 1H9). 



iii.l(';ni-ltai)listc);i;r;ui(lst 



! Mikamp, ileineu 
iV/oc. un lier, !/i.s-a 



— iVico/«MS CopiJiJn, lie Moiitibus, arlhini et sacre 
llwuloijie prufci;sur, ccchsie culleyictte Sancti Pétri 
lovaiiieiisi.s, leodiensis iliii-ceais, decanus, judex, 
etc., 1531 : dans le champ du sceau, Sainl-l'icriT, 
S(uis un dais; au bas, un (Vu : plain ; au clu'f chargé 
de huit (i et t; billeltes couchées (.\hli. de Saint- 
Troud, c. Xlll). 

— IMiilippe Copin, homme allodial du comté de 
Naiiiur, scelle, il Ville-ou-IIesbaje, lo57 : une rose 



:ile houuue Jae(|ii 
aMie-s-lez-linisseiiu 
. a Murcourt (Mou 
ui), -arui de tre 
des cotés (Tourna 



Chartrier) (l'I. \-l. 
- Louis Coppens, le 



nier juré de la chambre des 
lieux, a Uruxelles, llii'J, "il : une marque de 
•cliand, formée d'un cieur, posé en pointe, soule- 



ostéc aux lianes des lettres L C L'écu dans u 
aitoiiche. L. : S Lavis Coppens (C. C. II., c. A8, 49 



fasce. C. : un ~ ^■.. , ;.:,.; >;ul.rt, cii ciri- 
sans L.) (0. C. K., i.TlJ-^ (wju Waha). 



Coptiten (Jaiquo), jadis [irisonnipr à Uusweilcr, 


Corbion. JHuui^ de Cnrhion. dis Lou/I'iirs, ,-hv\ 


M.iis W siiv .Ir Priui/; i. t. : :-l;in iiiouloiis, 1379 : 




er;,i telc; :hi\ 1" . t (s une aiglf éployée; aux 2' ol ;^^ 


TourJlai^i^, t:';71 : on ln'irrlr c' -"oii' vV' 1.' 


plain ; au chef do (piai-liur diargt' de deux ann(l(l> 




(Chartes drs ducs de lirabant). 






Kôrbitz, \oir KERBIX. 


— ((judhuunr), écliuvin de Uois-le-Duc, ISH'.t ; lini> 




luxants, uu tiiui-trau\, chacun charj^é d'une nmiKiii-- 


Cordeken, \oir Glimes. 


liu'c d'hirniinc; au Iranc-quarlior brochant chaire 




d'un fer de uiiiulin. L. : ebiii t'ojil .... 


Cordes, (léiard de Ton/e, chevalier, prucluiu, 


acab sch (.M. J.-.V.-C. Julcn, à Her--(ip- 


il nen'H de Gillel.in de liosiiah, Sii'llc' l'ac le co 


/. ") (N"i>- Tijt). 


tant la \enle, laile pai- ciloi-ci, de sa liirr .Ir 




«a/i(lienaix), a Cui, ci.uU.- d.- Flandir, |h,i,i 


— iJiau], ech.'vin i7/ec, 139-t : trois fers de moulin; 


lils, (Ju.Mil de Nanun', lilli ; deux Ihi,. a,!,.-.- 


Icuille; au lauiln-i brochant sur l'écii illciniond). 


i|ueiies lion enirclacées) et un lauih.' iiaul. 

>i^S(:rnrl de Corde clicvfilie('.) (^^(n),ln■. \" 


Coq, voir Coc. 


(M)ii Bourgeois, Helman). 


Coq. .Vndrc- le Vocq. li.uume de liel' du llaiuaiil, K'ji'-J. 


- (lîallhasar de), eche\in d'.Vnvers, \ers RlOO : 


a biuche : un clievron, accompa'^'ué en chef de deux 




roses et en pointe d'un trèlle. S, : nn coq. I,. : Sccl 


isimplei. C. : deux pied> de cert. L. : S Uallh 


AmlTieu . c CV(/ (Mons, K. de liet à Uincbe). 


de Cordes (Notre-Dame, .\n\ers, Clinpetlciiies) 


- Kniidouin h Cocu, lii>»i"ie de liet du llainaut et de 


Cordeweener. l'icler Piericx Citrdeucniier 1 


la cour de Mhus, ITiiti : une lasce, accompagnée en 


duchaieau deC^ni.l, un lie! illec. Um : c.iup. 


chct de- d,-u\ cloih^ et en pointe d'un Irelle. S. 


!--•■, lnlli(Ul,i^<anl do cniipe; :ni *'. une elnile (1 


senesire : un coq (l-iel.s, .N" inriST). 


N" 2C.il2). 



Coq. .\ndré le Cocq. nmnv qualili 



Efiperunl miev.c Cocqv (Mons. II. de 

Coquelin. WVtcm Kol;e!in, échevin il. 
un ehi'\r(ui, accompagné de tiois co{|-- 
(C. 0. It., Acquits di' Lilh 

Corbais. Ohliert van Corbcijs, Jaili 



Corbault (Jean) (lils de leu .\ugust 
tient, de la seigneurie de liineh, 
.Molle, emiin-a I.i/s.sfrorllrs !lj>s,r. 



Corbea, \nn FAUS, Polen. 
Corbeau, mui Heijme. 







PI. LXXXV. 

Fig 1, 

Fig.2 

Fig. 3. ,)ean DaimcriL\ 

Fig. 4. Pierre Daimer 

Fig. 5. Adrien Daimer 

(t) Ces 5fe,-.ux d.. la r:„„illo d'AunierleH]. dVl 




Sceau et contre-scel de . . . Daumerie. à Atli (xvi- siècle), 
er, tils d'Adrien (1565). 



I à AtlKxvi'^^ siècle) (1). 



Corde-weener. Georges le Corduanier, alleiilier du 
llniiiaiit, il Ual, 1620 : un clievroii, chargé de trois 
nisi's et accompagné de trois étoiles. L. : S George 
lie Cordvanier (Gi'elTes scaliinjiix. Hal). 



- Jean de Corduanniei; lionnue de lit 
lie de Toutteville, IGuC : même éeii. 
col de léM-ier. L. : Jaii de Cordvann 
Mn;iii\, Mél;ini!,es, A. (',. li.). 

- l'iii ii^-l;,n:ice de Cordttnnnier, 



'l de la 



iivée sur l'épaule 
\:ige, s'appuyant, 
.1. : S Cornille 



26 août, Cor/ lan Meinrehouse, cheNaliei, scelle 
poHi llenii \an Coi,',elaer, qui iei>oit, dudit duc, 



IJoT, 2(, , 


« , 








^li\aliei, 


et Goe^si 










di Bia- 


bant, 2(111 










imii,es>et 


pcitedech V 








1 


II., lo57. 


2(1novnnbK , 


Il IjM. 


L 


►I.S 


Iknn 


ajiin hor/ 


milH' (Ibid , N- 


liob, 


\iol 


Ihio 







Corff van Ganne (Johan), conseiller et ami du duc 
' .liillirs il (If Ciieldi-e, 1410 : quatre biirelles et 
Il laiiihel a ciiki iinidaiits brochant. L : Siyillvm 
'/i"« ('" nne (Diisseldoif, Clèms-Mark, 

Coria. Jehan de Coreal, alleutier du comté de ^■alnur, 
i:)o9 : une bande, côtoyée de deux bâtons. L. : )^c 
S' Jehan de Korias (Namur, y" 8o3). 

— Thiris de Corial, homme de lief du comté de Namur, 

i:i8.i : de vair a Irois pals (Namur, N" U68). 



Corduan[n|ier, mhi Cerdeweener. 

Corekene, \(ilr Corueken. 

Coreman (llenii), prêtre, déclare avoir \eiidii a l'ab- 
|ia>e de Saiiite-Gertrude, à Louvain, ses droits ane 
eeii ivaterkcn, a Tervueren, 13 mai 1407 : une aigle 
é|doyé(\ la poitrine chargée d'un cor de chasse. L. : 
►î< .S' llenrici dcli Coremans (Abb. de Sainte-Ger- 

— Lleiiii), do>,.u (!,■ Saiiile-Ciudiile. il Bruxelles, 1444 : 

lin dais, accDâtée de deux anges, dont celui de dextre 
lient un écu écartelé : aux t^;'' et 4i^, une aigle 
eployée ; aux 2« et 'M, un cor de chasse. A senestre 
de l'écu, un prêtre, priant. L. : S lohanis Coreman 
/jnfxei/ensi's (Chartes des ducs de Brabant). 

Corenbitere (Baudouin die), suppôt fknnpe} du nié- 
lier des courtiers à Bruges (voir Handzaeme), 
Ki24 (n. st.) : un chevron, accom|iagné de Irois 
renards sautillants (écureuils?), h. : j^ S' Bovden 
de Corenbitere (Charles des comtes de Klandre). 

Corensnider (.leaii) et 'llu-rnx Cai un Irr, roelslu- 

faiicille. h. : S luhis ^ind (tiliai tes des 

ducs de lîrabant). 

Corf van MEINRHOUSE, clie> aller et Cocsaen 
van l'uUh reçoivent , du duc de Brabant , un 
acompte de 06 vieux écus, pour leurs services et 
perte de chevaux, dans la guerre de Flandre, 1357, 



...l/o„,«. WdhrI.ne llutrnul, sam;,nor de Houten. 

Koris (Henri) ddinic (|iMtlaii( c :i llerman van lildireii 
et a Glirélii'ii \au Wonnenberch, pour une somme 
qn'ilsdoivent a siretiuillaume vanSïey/iuoort 1366: 
une lasce, accompagnée de douze billettes, 7 (4, 3) 
en chef, 5 (3, 2) en pointe (Chartes des ducs de 
Brabant). 

Corman (Jean-Henri), curé de Gemmenich, évéché 

de Liège, province de Limbourg, remet au gouver- 
nement autrichien l'état des biens afférents ii son 
église. 1787, le 26 avril : une marque de marchand, 
t'orniée d'un 4, la ti'averse et le montant, il l'extré- 
mité inférieure, potences, ladite marque de marchand 
posée en chef, au milieu, et trois (2, 1) ca-urs en 
pointe. C. : un cœur ardant (cachet, en cire rouge, 
sans L.) (C. C. B., reg. 46576 et 46577). 

Cornay (Giivot de), seigneur de Fteyville (Fléville), 
jadis prisonnier il Bàsweiler, reçoit un acompte de 
100 francs de France sur son indemnité, par Thierry 
Gehel (Jebel) de Verlon, prévôt d'ivoix, 21 juin 
1374 : un lion (assez truste). L. : S' Gwiot de 
Co . [i lyn . y (Chartes des ducs de Brabant, N" 2544). 

Gorneken (Henri), receveur de Louvain, scelle une 
charte de Renier //oWa«rfere(!), receveur du Bra- 
bant, 1377 : trois pals; au chef chargé de deux 
oiseaux (Ibid.). 

— Jean Corekene scelle parmi les coopliede de la du- 
chesse de Brabant, à Louvain, 1404 : trois pals; au 
chef chargé de deux merlettes. L'écu posé sur une 
aigle. L. : Sigillvm lohnis Corneken (Ibid.). 



— 256 — 



Cornelis (Mk-lùel), odiesiii de [luinveghem (Amvcj;- 
il'iin M (C. G. B , Acquits de Lille, \. 91, 92). 

Cornelis zoen (GheriU, écheviji d'Amsterdam, I5;i8 : 

MM glaive, accosté ;i dextre d'une arbalcHe, accompa- 
HMée en pointe de ... ; ledit glaive accosté à senesti'c 
lie trois (2, 1) (IcVlies. C. : cinq déciles (Notre-Dame, 
Anvers, fonds du couvent de ter Saligerliaven) (voir 
Smet). 

— (Henrick), éclievin illec, 1547 : une marque de 
uiarcliand. Derrière l'écu, un homme imberlie, nu, 
assis sur un cerf, passant à senestre (tbid.) (PI. I, 
lig. .\XXIX). 

— Adriaen Cornelis:. écoutéte de la seigneurie de 
Lechblockelaiit (Laag-Blokland), 1308 : trois mer- 

lettes. L. : S Adr Cornelis zon (M. Beelaerts 

\an Blokland, a La Haye). 

Cornelissen de "Weijnsbroeck (J.-B.), ancien 
b'iurgunsli'e de la ville d'Anvers, collateur d'une 
f'iHiliilioM au couvent du Val-de-Notrc-Damc, dit 
Façons, a Aii\ers, instituée par Gaspard de Roomeii, 

II' ii lr\rirr 1770, .'f aiiL'iiirnlro par damoisclle 

ClMilvCnlUr!, ;:; t >'" H :,wil; J.-B. ComC- 

ll>-' Il llr 11 , ;; ,, . . , , ,, (!,■ ScllOOtCn, CtC, 

palii'M, Mclii lin. .;- . i niiiimi i , i.-itjve aux biens de 
la ciiie de Sciiimicn, |787, le 2i a\hl : parti éman- 
ché de ... et d'or; au clief d'azur, chargé d'une 
coquille entre deux losanges. L'écu entouré d'un 
cartouche. C. : un lion issant, tenant un carré aux 
armes de l'écu (cachets, en cire rouge, sans L.) 
(C. C. B., reg. 46541 et 40569). 

Les CorneUssen de Schooten apiiartenant à Ja noblesse 



Cornet (Estevcnart), homme de lief de J[gr. Englebcrt 
(t'Knghicn, seigneur de Uameru, Morialmé, la Kolie, 
Tnbize, 1442 : un cor de chasse, accompagne en 

rieur d'une rose, enclose du lien. L. : .S" nrl 

Cornet (A!>b. de W.-B., c. 4007). 

— (liasse), lils dudit Estevenart et homme de lief 
comme son père, 1442 : écartelé; aux |ei' et 4=, un 
cor de chasse; aux 2-^ et 3", un lion. L. : S Haess 
Corne . . (Ibid.). 

— (Valentin), homme de lief de la seigneurie de Rinchc, 
1549, 50 : un cor de chasse contourné. S. semslre : 
un lion (Mets, N»" 10520 cl 10470). 



Gornewaelge (Georges) (Cornuwalge, Corne- 
waille, de Cornvaille, etc.), receveur du prcMU 
de Voormezeele, 1418,21,4,5,8,34,5,7,40, 1,5, 
5.S, 4; homme de lief du bourg de Bruges, 1421), 3< : 
trois IVr-i (\r lufiiiliri; au franc-quartier échiquelé, 
'''■'"■''■■i"'- 1' : MM auge. L. : S loriis Corneuaets 
<• ''■■ H.. A.,|ii,iMleLille, 1.41,42,43,370,7,8). 

— Itaibe, \euNc de Georges Comeivaet, re(,'oil imc 
rente sur l'espier de Bi'uges, 1456 : un arbuste sur 
une terrasse alésée, surmonté d'un fer de moulin (?) 
et de deux roses, rangés en chef. L. : S Herbe . . 
■ ■ ■ "^'^ vnn newaets (Ibid., 1. 379). 

— Barbe Cornevaelle (CornmcailleJ, lille de feu 
(Jeorses. scelle des quittances, comme viagiere ilii 
prévôt de Voormezeele, 1 iOO, 2, 8, 70 : méiuc écii 
que son dit père. L. : S I) . rhelc Cornewa[i]ls ■]hn\ 

1. 379, 134). 

KORNHORST. ljiet:r (d Uiijss) van iler fVircH- 

Hettersclicdc. I imi; ilm^Minl dr Grieth 1417 : une 
bande de iiih| l,,.:iii^rs. |,., 1417 : 5 /.ries rnn iC 
Kornhorst (Diisseldorf, Clh-es-mark, N" 633). 

Cornille (Noél), échevin de Lille, ou bien de l'abliayo 
du Repos Noslre Dame de Marquette, 1565 : uiic 
hache, accostée en pointe de deux étoiles (Vicomte 
Desmaisiéres). 



Kornmann (,Ie.n 



-Pierre), curé de Schleiden, diocèse 
inrr (Ir l.iiMiiibourg, remet au gou- 
lih II l' s riiiN (les biens afTérents à 
. I. ;.'i Irwirr et le 4 avril : une 

iii,i;e,sin^l..)(C.C.B , reg. 46ri89). 



Corosty (Jacquemart), homme de lief du llainaut et 
de la cour de Mous. 1459. 04, : trois anilles. Cq. 
sans C. (.Mons, Saintc-Waudru, c. 1 et 11). 

COROIT (Jean du), homme de tiet du duc de Bour- 

i^ivAHf, elc, (omte de llaiiiaiil, 1453 : écartelé; aux 
1" el 1'-, iiM Miiiloir pallé, les bras supérieurs et les 
bras infériiurs respeclivenient reliés par une tra- 
verse ; aux 2« et 3'', une bande, chargée de trois 
croissants. T. : une sirène, tenant de la main gauche 
cithare (?). L. : S lehan ducoroit (Abbaye de 
It., c. 4008) (PI. 12, lig. 306) (voir Corroit). 



W.- 

CORPENRODE, voir Rivieren. 
Corput. Jeun de CorpiUil), dans une let 



(xviic siècle), prie Jean Coecliere, bourgmestre de 
Nijervaert (^'iervaart), d'appuyer maître Adrien var 
Woerinj^en, chirurgien, natif de Urcda, pour le fain 
engapei-, par le magistrat du C/un'fert (KliMiiIrrt) ni 
celui (le Willemstad, oii 11 n'y a pas de eliinui^iiii 



■, dit-il 



I trav 



a plus 






iiidant jilus de 
n dijck. L'année 






lede 



KORRICH. ]\'ernher von fi'orric/i scelle pour Conc 
Kovncchin von Sente Vile, qui inféode au duc de 
l.iixi uilMiiiii; alsuklw gui ... 3» Oniche (Ouiclie'!), 
dor/fc in der proistyen von Diedeburch (l!itl)urg), 
i;!"J7 : ini lion et une bordure eoniponée. L. : . 

.SiV/i7/i' W'nrncrii de (Luxembourg, c. III, 

X, N" 1) (voir Koerich). 

CORROIT (Jrha,i>i n 



a Geert 



■1 fM. 



mit. C'est un 
iili' : un coq, 
jn coq, le champ 
. . .). C. : un 
C. Sans autre 
le Xi' van d 
Vivien). 



ne de lief de la 


com- 


: irois panelk 


s; au 


do trois liou 


. Un 


1 sur reçu. L. : 


^.S' 


d'Kpinlieu). 





- (Jehan dou). homme de lief du Ilainaut, 136G, 8 : 
même écu, mais le lambel il trois pendants (.Mons. 
Saintc-Waudru, c. Q, I. Quévg) (voir Coroit). 






— Wallerus Korsebout, 129;t : une fasce et un 
linii lirochant, issant du bord inférieur de la fasce. 

L : i^ ova (Saint-Pierre, a Lou- 

vain, A. G. B.). 

- Wallerus diclun Corsboul, 1209, 1302 (n. st.) : 



le fasce, chargée de ti 






: ►p.S' Wohi Corsbovl sab"i (sic) 
lov (Abb. de Sainte-Gertrude, à Louvain). 

— Raduliihus dictits Corssebout, 1325 : une lasce. 
chargée de trois macles et sommée d'un lion issant. 
L. -.i^S' Radvlfi bvl scab' lov (Ibid.). 



— Uodolphe Corsbout, 13o6 : u 

lirochant, issant du bord inféri 
4< S' Radvlfi Corsborl se ... . 



! fasce et nn lion 
ir de la fasce. L. : 
lovatii' (Ibid.). 



- Gaiilhier Corsboul, receveur ducal, a Louvain, 
1 422 : même écu que II a/(en(s, 1293, et Rodolphe, 
13;)G. L. : ►p Sigi' Walleri dicli Corsbovt (Chartes 
des ducs de Brabant). 

CorsTvarem. Aernt van Corswerme reçoit, du Bra- 
ant, un acompte de 100 vieux cens, pour ses sér- 
iées dans la guerre de Flandre et lors de l'expédi- 
ion contre Namur (inde reijse van NamenI, 13ÎJ7, 
8 juillet; vlniow/j de Corsworm reçoit, du Bra- 
anl. 123 vieux écus et 100 éeus Philippus, pour 
e de compte, de ;oi(/es coses, coust, frais, per- 






:, 13.' 
lambel 



, 10 juin 
iieliaiil. 1 



: ^ S' Enw de 



- (Ernoul de), chevalier, seigneur de Tiijel (Niel) et 
de Maleijve (Malèves), cède au duc de Bourgogne, 
ses droits sur la prévôté de Bouillon, le 12 janvier, 



I" indiction du pontillcat du pape Paul 11 = 1468 : 
d'hermine ii deux fasces. C. : un pliiniail, soutenu 
d'un inanclie. S. : flcux lévriers colletés, bouclés. 
L. : Sigillum Arnoldi de Coms . (sic) militis (Iliid.). 



Corswarem, Arndt vnn Coersicerin, éclieviii de 
Corswaicrii. 1 ivri : d'hiruiiiie à deux t.isces; au 

c. i, A. (;. H.) (\o\v Isenburg, Looz, Tutelers). 

Les chevaliers et ëcuyei-s de Corswarem, en BelgiQue, 



Corte (Jean de), jadis prisonnier a Basweiler, sous le 
sire de GaesLeek ; i. t. : 20 moutons, 1374 : trois 
roses, il. : >^ Si lan de Corte (Chartes des ducs de 
Brabant). 

— (Jehan le), homme de Hef de la Salle d'Ypres, 
1402, 3, 4 : un chevron, accompajînù de trois roses. 
S. senestre : un grilTon accroupi. L. : ... n de 
Corte (C. C. R., .Vcquits de Lille, 1. 189). 

— François de Courte, même qualité, 1410 : un che- 
vron, chargé de trois coquilles et accompagné de 
trois marguerites, tigées et feuillces (Ibid., 1. 1!I0). 

— Pierre le Courte, homme de fief du château de 
Courtrai, ll-2\, 6 : un sautoir, accosté de deux 
coquilles. L. : 5 Pieler (Ibid., 1. 53, .'JG). 

— (Guillaume de), doyen d'Ilarlebeke, 144S, 8; tuteur 
de son frère, Cnr^^anl, 1(17. 8; domic quitt.mccs 
pour des rmi. , M.t.nr^ mu le domaine de Cour- 

merlette. L. : .S" imji i\;ih„i flroids {Mii., 1. 391). 

— (François le), échevin de la Salle d'Ypres, 1460 : 
trois (2, I) lettres f, accompagnées en cœur d'une 
étoile. F. : . I-rnnse de Corte (Ibid., I. 194). 

— (.li'iiu de), liMiiiine de fief du bourg de Bruges, 

pagné en chef d'un croissant et d'une étoile et en 
pointe d'une rose ; aux 2^ et 3e, une tenaille ouverte. 

T. : un ange. h. : s de Corte / /' 

(Ibid., 1. tri) (voir HUMYN, Iseghem). 



Cortelant (Dirrick .idriaens), échevin de Geikenes, 
dans la baronnie de Liesvcld, IfJOS : parti ; au 1", 
une fascc brelessée et contre-bretessée; au S"!, ini 
lion. C. : un lion (entier). L. : S Dirick .-1 . i . en z 
Klant (!) (M. Ueclaerts van Blokland). 

Corten, voir Wisselaar. 



Kortenbach (Gérard van) devient vassal de l'arche- 
vêque de Cologne, du chef de sa curtis in Corten- 
bacli, avec deux nianses de terre, prope Unie 
(Ileeiien), in parochia de Vurendale (Voerendaal), 
1371 ; scelle un acte de llerman lluijn (Iloen), che- 
valier, 1.^71 ; scelle pour Obel van der Waenbach, 
qui reçoit une rente, par le drossard de Faïuiiie- 
luont, 1374: trois bandes (Dusscldorf, Co?., Ji"» 911, 
912. et Chartes des ducs de Brabant). 

— Yuanwi de Cortenbach, commandeur du bailliage 
d'Ahlenbiesen, di' l'Ordre Tcutonique, 1 (28 : niriiie 

écu. L. : ni de on (Charles des 

ducs de HrabanI). 

— Jean van Cortenbach, seigneur de llelmond, 1443: 
même écu. C. : une tète barbue, coiffée d'un chapeau 
ecclésiastique (llelmond). 

— Jean van Cortenbach, drossard et homme de lief 
de Fauquemont, 1448, 9 : même écu. C. : une tète 
barbue, coiffée d'un chapeau arrondi, a large bord 
(C. C. B., c. 111). 

— Wijnant van Cortenbach. homme de lief de Fau- 
quemont, frère du précédent, 1448 : un bandé, la 
pièce du milieu chargée de trois besants, ou tour- 
teaux (?). Même C. que son frère (Ibid.). 

— Jean \an Cortcmbach, voué de Fauquemont, cher 
ami de Thierry Kronnnel van Nychter^scn, 1460 : 
trois bandes. C. : une létc barbue . . . (fruste). L. : 

S / Cortenbach (Chartes des ducs de 

Brabant). 



— Jean van Cortteback, t 
seigneurie, dite thoolf di 
IG : trois bandes, i;. . i 



r. proprif 






Cortenbach, teste ii Holtrom, le 9 av 
en losange) trois barres (llelmond). 



— Adolphe-Christophe, baron de Cortembach, Iréfou- 
cier de la cathédrale de Uége, grand-chantre, prévôt 
de la collégiale de Thuin, atteste, il l'abbesse de 
Nivelles, que damoiselle Maric-Thérèse-Philibertc, 
née baroinie de .Meltecoven, du côté maternel, est 
gentille femme, lillo de messire (iauthier-Erard- 
André-François, barmi ,|r Mrttrr.nen, seigneur 
d'Opleeuw, et de ^l.(l n \l,ir,.iii i ii< , li:ironnc de 
Geloes, ci-devant cliinniiii — iln iiv~ ilhistre cha- 
pitre d'Epinal (Loriiniii ), iillr de lacjsire Jean- 





ri. Lxxxvi. 

V\g. 1. Les échevins d'Aymerics (France, Déparlement du Nord) (1627). 
Fig. 2. La cour féodale de Rixtel (Brabant Septentrional) (xviii' siècle). 



— 2(1 

pur de )kL'ei-s (l!e- 
l Ji'Uii-Cluiilcs est 



CORTENHOEREN. Gluril van dcn Corlen. 



hiiiiM (iioii liim-liaiit). I.. : S Cher . . 
leiiuor{l) (Ibid.). 

laiiilifl (plein). L. : S' lan aiii Korloih, 

— lleni-i \aii Korlenhorn, dil Kalclwf, a 
Misé, par le comte de Cleves, etc., du c 
eoii, perte de elievaiiN, etc., l-iia : tn 



icille {C. C. U., Aiipiits ( 



Cortewille (Pierre), Il 



' danioiselle Catherine de 
ri), (pn tient, du château 



ib (Kiefs, iN" 3830) (vo 



Cortils. Ivain \aii Cotiiils, j; 



Cortijs (Luc), écheviii d'Aerschot, l.i76; dil sceller 

-JJ, trois liais et au ehet ehai'Jé de trois . . . (étoi'ies, 
roses?). L. : S ^ UuU, .i.i de Corlns scnbi arsco- 
teu (Abli. de Saiiile-Cerlrude, a l.nusain, Klahl. 
ri'li.;., ,. -Mm. \. (i. 11.). 

CORTHIJS, Miir BoIIe, Hallet, Malghe- 
i'ii|i|>ii Viiiiihiioiil. 

Cortrijk, M.ir Coui'ti-ai. 

Cortschoof Jehaiit, Coinieyarbe, échevin de Briiiiep, 

ilianl. I,- : . . . eel lelian (.'ovrteijarlie (Chai'tes des 



7, tiO). 






(Geirrarl), clie 
caOi nq . . . (Uii 


.,.N"(ii). 


. ,n,.u,e ecu, n,a„ la 




(.lohan), 130-2 


même éci 
de cei'f. 


j. ^ i" loliannia ilkti 



':hurci;scab HC(/re«' (lliiil., N" l 



KORVENICH, voir KERBIX. 
Corvincksz (Marinis), iilie\in de 



;crcle : au chef chargé de Ir 



. Curvinckss . (Urii 



Cosart fOtile), fils de Jasoii, tient, de Pliilippi.' 1 
viigiie, seigneur de Manegliem et ter Dnncl, du cliel' 
lie celte deriiicie seigneurie, un lieC à lleixliem- 



■, i:utj 



le {t:is 



Cosijn, Miii IJsselt, Cousin. 
Cospeau.MiiiBuijdens.Guispeau.Mortagne. 
Cosselaer (Johannes didus), 



71 galeis ai 



, a servir le duc de KrnbnnI, 
s, uiia ttobiscum, heiie et Iwiicsle 
is et equitalis sicul decel, d;iii5 l;i 



COSSELAER (Francon van) scelle poui' 
ltii>t \un l>r/,e«e« (Verken), chevalier, ([iii 



décharge d'une dette, rtlS : de ... à cinq coticos. 
t;. : une liHe de léopard (?), snmmée d'un vol I.. : 
Sigillvm Ludoinci Coule (Wnd.) (voir Hamaide). 



Gostenge (Mmii), alliieus de la renteric de Hantml, 

111,1,1! lU's (illeu: ,le llruibant (Urabaiit), 1470 : 



Costerjel- llcinri, 
'.innci litii lulns 



111 de Uenderhelle-Zwi 



- (Elisabeth, dite van), mère d'un Kraneon 
uir-me écn (Ibid.). 

- Henri van Cosselair vi^oH, ilu Urabanl, 
écus, pour enen liihxl (étalon), die ic l-i 



uerre contre 


e c.iiule de Fland 


bre : plain ; a 


u chef chargé à d 


llenr de lis?) 


L. : S" Ileitrici d 



(Ibid., N» 1515). 

— Francon van Cosselaer, le jeune, reçoit, du II 
liant, un paiement, pour Guillaume Bniech i 
llusen (guerre de Flandre), 13.57 : une tasce, acci 
pagnée de on/e hilletles, 5 (2, 1, 2) en chef a senes 
et 6 (3, 2, 1) en pointe; au franc-quartier charge 
d'une aigle éplojée. L. : S Franconi Coscelaer (sic) 
(lbid.,N» UO0)(PI. 12, lig 307). 



— (Francon van), jadis prisonnier à Uàsweiler, s 
le sire de Witlem; i. l : 80 montons, 137-i : 
sautoir eiigrélé, rliargé en cœur d'une étoile ii < 
rais et accompagné en chef d'une rose. L. : ► 
Vranke van Ra . . sdonc (Ibid.) (voir Corf ). 

Coste (I.oi/s), lombard, donne, au duc de lli'.ili: 



brocliaiit. L. : . . an de Coslre [Zwijveke). 
- .\dni|ilii' OniliT, iKiilli (Ir Xauthen, pour le c^ 



^ A,lnlfi^ a-.v(o(to (sic) (Uiisscldorf, Col.. N» 1151). 

l'.liiiiiir Kusler, juge in den Hamtiie, donne un acte 
i\r( Il séi lii\insde Kelleir, l-i07 : un parti-émauché. 
„ : ►J. .S" Stcveits Kcsler (Dusseldorf, Ch'-ves-Marl;, 



L. : S' Mwj 






— P(ih/i(s Ciisteix (et CostereJ, écjievin de Louvaiii, 
li-J'J, :iO : une bande, chargée au haut d'une coquille, 
L : ►!< S l'avli Cvsler scnbiiii lova . (AMi. de Saiiili 
tierirude, ii Louvain). 



(Waps), |.io6 : trois grclnls cl un hhl 
!.. : y lan de Cuslere (lliid., I, t'IO). 



Coster[el. Jean die Co.sd 



COSTIMONT (Joaii de), alleulier du duc de Bouf- 

,-,iif, eu l'ullice (II' GiMiaiipe, liiO : un fer a clieval ; 

in- un \ol. L. : Ichan de Coslimonl (Chartes des 
ics de liiabaul). 

Got (Baudouin le) (et Cod), lioiniue de lief du duc de 
Bourgogne, dans son bourg de Bruges, lÀi-2, G, 7, 
3o : un clievrou, accompagné de trois étoiles ii eimi 
rais (molettes?), l. : S Boudin de Kol{C. C. li.. 
Acquits de Lille, 1. Il, 12, lî'i, liT). 



glieni. un lief a (laud, tussciteii der iliniit'bntijijhe 
cnile U'V Vn-bnujyhc. l.'i()3 : nue paire de ciseaux 
<.ii\erle, les p>iiules en haut (Fiefs, iN" I08G8I. 

- fioyer de Costere, éehevin de « monseigneur », dans 
sn cour d'Harlebeke, ijheaeijt van bmden, t5l9 : un 
ehexron, aceojnpagnc de trois rencontres de cerf. 

1. : un ange. L. : S de (C. C. B., 

Aequits de Lille, 1. .(IS). 



l'i de Costere, é 



iudeL<ii 



Cote (Daniel van den) il Jean de Hu 
lief de ïernimi.le. ^^,|!,l,l |i.,i,r G 
Cote, qui tieni, Oe lei liinmlr, un 

1430 : une llnil- ,lr l;-. ;,,l |.l-M c 

pointe (truste) (Ibid., N" :i-i'J-i}. 
Cotereau (Marie de), baronne de Jau 



lief a Uerlaere, 
onpé, en chef ii 
Il senestre, 1 en 



tourné; au i<^, écar- 



si/lllogr.) i\nir Berghe (i:>o: 
Folx, Isenburg, Gotreau) 



)«(• dovarjiere de 
, Berlaymont, 



mains, ItiiG, 7, o(l. H. -( : 
é de trois renconlns de t 
Adam de Costre (C. C. 



de Klan 


Ire, 1337; ha 


]i C 


oler 




Ynyhelche 


revoit. 


n Brabant, poi 




ïra 


1 1 


es (même 


guerre), 


1357 : un cei 


grimpa 


t a pa. 


chef a 


enestre d'une 


etoil 


a c 


1 as 


I ►Î^S 


Ywayn 


Kolerken (Cha 


rtes 


des 


1 es d 


Blal t 


y«' 1118, 118.-;, 1187, 


llOi 


11 


lldl 


14o ) 



COTHEM(Jean san), éehevin de Bruxelles, 1421, 
;i3, 4 : écartelé; aux 1^' et 4s deux faucilles dente- 
lées, altrontées, accostées en chef de deux billeltes ; 
au 2'-, trois losanges, les deux supérieurs surmontés 
de trois étoiles a cinq rais, le 3«, accosté de deux 
étoiles il cinq; au 3', trois losanges, les deux supé- 



•s surmontés de trois étoiles il cinq rais, le y. 



COTHEM!,l:in|u(sN;iii), 
rcii, iiiiiissanslu Itilli'Uc 
ifl« Cotlheni (lii-ui,elles\ 



Jeun sau Colllici,, 


éclieviii Mec, 1310 : n 


C. : Mil V..I. !.. ; S 


an va Cottem (Ibid.). 


- (Malliicii Naii), lir 


mié-os-lnis, échPNini/ 






IniT. C. : my. ■ 


' . •, .!• . ■-: ,.ln', nil 


Dans le clKHiii 


„„, V. ,,.,x .1.^,1. 


scnostre(E. (i., 1. 




Ce personnage était 


donc allé en Ten-e-Saint 



V de Stalle et de 
ï : un bandé (de 



', An\ers, Cliap., caiisae 



Cotreau, voir Cotereau, Pambrussen. 
Cotrel, Miii Ligne. 
Cotriel, \(mi Cottriel. 
COTTHEM, \"ii COTHEM. 
Cotten. 



le Marie 



i Hors: 



l.i:((: 



iccosté en chef de deux étoiles ii cinq rais. L, ! 
Il Ï//C/H lan Cotten son (C 0. It., c. .iC."i). 



Cotteriaus, voir HOURLE. 
Cot[t]riel. Jacciucs Coltrtel don 



— Jean Colriel, seigneur d'Esplecliin, reçoit, pour lui, 
Callierine Tervestv, sa fennne, Jeainie de Tuuart, 
sa belle-niere. \eiive de (iuillaunie Fervcst), des 
Coui trai, in 



.• Jér. 



le Tutia 



■ J, 1 ,i > 


iieslre et 


\'r.i,\iir ,mI! 


lé, assis. 


: Scel Ml . 


. CoMA 


391). 




Chochiacx 


déclare 


r, Adelide. 


et de si'S 


(S, Roberlu 


s, Radiil- 


-K^pérance 


quatuor 



Coucy . Rndiilfns , 



1190, datum jjcr ma,iu:i Pclri, canccltarij «o.vlri, 
in festo sancli Juhannis Baptiste : type équestre, 
fort endomniasé ; le bouclier fruste. Contre-scel : 
un écu de vair à trois tasces. L. : ^ con/irma hoc 
devs (Mons, Abb. de Bonne-Espérance). 
— (Enguerrand, sire de), d'Oisy et de Montmirail, 
châtelain de Cambrai, 1278 : type équestre; le 
Imucliei- et la housse ii ini fascé de vair et de ... . 
L. : >^ .S" Inijdranni Covciaci Oysiaci ac Motix 



Min 



I. L. : et c( 



cUani Caineraci 



;s de Couchij. contes de Soissons, 
i:i8;} : dans le champ du sceau, 



Coucy (/»erc/ifm/, bâtard di-). reçoit toiilps les rentes 
IIS, prolits et éiiKiliiments iiiieleoiiqnes de I; 






e (Gui 



i-s), il partir 



i:i mars l-il',)-20 (n. st.) jusqu'au jour de I: 
tance, que le duc de Uouryogne, comte de Fhniiii. , 
li:i a (loiiiiés, pour ledit an seulement, i:! iiKir> 

piiees), au lilet brocliaiit. C. : un plumail. S. : 
deux léopards lionnes, accroupis. L. : . . Parcheval 

hij (C. ('. li., Acquits de Lille, 1. IflO) (voir 

Avesiu's.BéthuneGhistellesGottignies). 



COUDEBROUC. Roeijar van Coudebrouch pro- 
lurt :m cuuilr de Flandre de le servir, en cas de 
iiueire, a\ec ses [larcuts (maghen) et amis, UilS 
(n. st.) : ti-nis epres, les pointes en bas, posées en 
re. L. : Kp S' Rogeri de 



■■ 1:1 i:i). 



; (CI 



animées en barre, accumpajjiiée 
l'une étoile ii cin([ rais (Ibid ). 



Coudekerque. .Mich~ de Coudekarke, lionuiie 1 
loiule de Flandre, 1592, ii Uer-urs-Sainl-Wino,- 
dans le cliamp du sceau une église. 1,. : S Micln 
. ncrom .c... (Ibid.). 



Coudenberg. Jùjidius de Friijido Monte, 1271 .■ 

trois eliàleaux. L. : t^ S de Frigido Moule 

(Abb. deCoudenberg, Elabl. rclig.,c. 1830, A. G. M). 



— Hugo de l'r'ujidu Monte, 1280, 1 , 99 : dans le champ 
DE Il.\ADT, l. H 



relies crénelées. L., 1280 : ^.S' llvgonk de Frigido 
Monte (Uruxelles; Abb. de Forest, Etabl. reliK. 
c. 2.i9i, et E. <;., 1. :i37). 

Coudenberg. Hugo de Coudcnbcrghe, nrcplor 
Brabanlie, 1290; Hugo, /iHus guondnni llenrki de 
Frigido Monte, 129.'j : le même meuble sur un bou- 
clier. L. : ►!< 5' Ihyonis de Frigido Monte (Abb. de 
Waiitbier-liraiiie, Charles et Bruxelles). 

— Honifarui^ ,1c Frigido Monte, 1303, 8 : dans le 

eliiiinp du mt:,ii, lrui. eli;,lr;,ux, OU portes, mais 

iiémlii^. L. : ,^ à" Buuelaai de Frigido Mole{\) 
(Bruxelles). 

— Henricus de Frigido Monte, 131.1, .'i : un (seul) 
meuble comme le préeédenl, niai^ sur un boiielicr. 
L. : t^ S' llcnrici de Frigulo Monte (E. G., I. 339, 
et Bruxelles). 

— Joliannes de Frigido Monte, diclus de I'a[>j]huse, 
1333, -i, 7, 32, 3, 7; senior, 1307 ; trois châteaux, 
ou portes, a trois tours ci'énelées. L. : S' lohannis de 
Frigido jVoH(e(lbid. ; Actes seabinaiix de liriixelles. 



1. li.. 



ir y,.i. 



. \l 



- Oodcfridus de Frigido Monte, 133G, 42, 8 : comme 
Hugo, 1280-99, et un lauibel brochant (sans écn). 
L. : ►!< .S' Godefridi de Frigido Monte (Bruxelles). 

- Willem van Coudenberghe ane 'l Corenhuijs scelle 
pour Willem Sniit Jacate, Ridsard Gille, Adam 
Canbridse, Thomas Seibi, Willem Saisbri, Hugo 



senestre d'un poisson, posé en bande. L. : S' Willi' 
deF. . J/oHle (Chartes des dncs de Brabant,>'» Io02) 
(voir Spoermaker). 



— Guillaume van Coudenberch rei;oit, du Brabant, 
pour dépenses faites, par Jean, comte de Nassau. 
in minre herberghe, .iOri cens d'Anvers, 1337, le 
7 juillet, il BriixeUes : plain ; au chef chargé d'un 

17 



Coudenberg // 



— 2()f> — 

' rr::il,> Monle, 
^ :, ' -..et Tser 

■Hi\, nii portes, 



chni-ji:é (ic Iro 


s cliàtcaiix, ou poi-tps c 


lis peiuKint 
éneirés. L. 


^ Suji' Flore 


tu de F'gido Monle ([iri 


M'iles). 



- Oeldulphus de Fritjido Munie, 1330, il : Iroi 
cliiilcaiix, ou portes civiif Ires, et une bordure conipo 
née. L. : ►{< S' Cddolfi FrUjido . . . te (Ihid.) 



- Franco de Friiiido Mun 
écartelé;aux 1''' et-i'', m 
issaiit du l)ord iiil'fi h m 



I vaii Cuudenberijhen (et do Friijido Moule 

II deii l'aijhuse. le jeune, 1 300 : li'ois château 



— Johannea de FrUjido Monte, dietus Rolibiic, 13(30, 
7, 8 : luèuie écu (pie Julianncs, 13-47. mais sans la 
liiiidiire. L. : t^iS lolis d Fritjido Mole dcJ Rolibvc 
(liiiixelleset Acles seabinaux de linixelles, A. G. li.). 

— riieodericiis, filins quondam Theoderia de Frujuio 
Monte, dicli Tserliuijchs (= lils de sire Ilii^'hes), 
I3G8 : inèine écu que Johannes, 1333-07, mais a la 
burilure cbarijée de qiiin/p mailicls penchés. L. : ^J, 
.S IHederech Scrhens (!) (licuxellcs). 

— Florcntius de Fritjido Monte,dictus nolibucli.miles. 



Coudenberg. Henri 



'c Huh 



■t Un. 



Monle. du-tus Uolibuch, 1372 

idinleiieiii-delafasce,-ladile 
r d'une Heur de lis. biocliaiit 

►Je Secjhel lans Rolibvx 



es, Elali 



,é(ou 



- WUlcImus. /iliiis 
Monle, dicti Tserh 
dnlpliu.s, 1339 (7 



(Scliimmelpcniiiiic), qui reçoit, du Iji'al)aiu, 

2:iO llorins du Uhiii, 130G : mime écu, le lion i 
eouioniié. L. : . . oes de Injido ^^ollte (Chartes i 
dues de llrabaiit). 

Coudenberg. Jahaniics de Friyido Monte, mil 
ivliiviii, i:!l)8: mrmeécuJelioMiimicouroiMié. I 
: iijidu Mon . . (Uruxelles). 



— Johannes de l'rhjido Monle, diclus nolibuck, I 
II, 21, 35 : une fasce et un lion brocliani, isi 
du Ijord inférieur de la fasce, ledit lion charge 



de l-enradienient du clianip du sceau L. : S GJiel- 
■lolfs va Covd'b . Vfjhe (Cliaitesdes durs de Itraliant). 



h. : S GlœUh.l;. lui CuidcUrijke (Ihid. et 
de Seplfunlaiues, Etaljl. reli-., c. .4970, A 



- Jean Serhuijtjs scelle des (|uittan 



s, lilius Johannis de Friyido Monte, 1 l.i 1 



L. : S ]an van Koude'lienj (Mili. dr ImuisI, ia:il]|. 
relig., c. â-i'JTal. 

Coudenberg. Roland van Cuiidenlterglie, dit Roli- 
biicli, 1502 : tuie fasce et un lion luocliaiit, issanl 
du bord inférieur de la fasce. accouipagnée en iKDUte 
d'un château, ou porte. C : une trie bai hue mlie 
un u>\. T. dextre : une dau.oi>ellr. L. : S Hoctwfi 
Rolibiic (liruxelles et K. G., I. ;i.j8). 



- Jea 



Coiidenlirr 



delà fasce (un peu Ur M ,i r. (E. c;,, 

1.358) (voir Bouchout, Coc, Cruijp|e|lant[sl, 
Limburg, Serarnts). 



Coude 


nhc 


ve((;uill 


uuievan), bailhaTrou 


pour 


la c 




e liar, dame de (:as>c 


une b 
lib'- y 


n). 


de trois 1 
d'une Ile 


'ir'X'v^''i''k''"r''v 


— (Jea 
Klani 




n), lils d 
m lief bij 


den mulcidninmc m 


vtll, 


re 


: un lev 
d'un liane 


•ier collcle. el:M,,e, M, 


Winl 


so 


i tuteur. 


L. : . . (JUlia 


(Kiefs, N» 


10820) (\ 


oir Couwenhoven). 



Coutlerborch (" 



;i) (miii Hougaerde' 



Coucke, \(ijr Werbrouc. 
Couckelaere. Walicru île 






COULEMER. 



Marendel ilr Coule- 



Goiiliette, \(iii Vivien. 
Coullon (Wiiriiicri. iill.ul 



Coultureau (.Ii';iii), I 













Fif,'. 3. Henri |de l.ancaster|, comte de Derby i envers le duo de Urabaiit 
Fig. 4. Hugues, comte de Devonshlre j (133',i), 



_ 271 —:-/C 



Coune, \ûiÈ' Coene. 



Coiipéville. llrn 



"l'ii. !.. : S llciiriun de Cucpeivilc (Chartes de 

Gourrières. Ili Inic, iilihessc de l'église A'olre-Uaim 






Court ((lilles de le) scelle pouf l'ierart le Meirlijer, 
leiidalaire du lii'abant, il ncmiuyères, liTO : deux 
iiR-i IcUei, 1 au point du dief, 1 en chef a scnesli'e ; 



- (Pierre de le), liomnie de licf du I 
cour de Mons, iti-iT : un casi|iie. S 
liou(llid., NO 10371). 



(lliid., .\» 10)01). 

Courteheuse (Cuillauuiej iieuil, du du.- de lii.ur- 
mirne, une pniMnii ai.iinrll,. dr 3lff) Ijancs sur 
r. l'i'r .'r li,i_ii,- s,,;, , \\, ,„„;), i.iiT, H, 21, 3 : 

'" ■ ■ ' - ' -'. , i'- au l" canton d'une 

' ' ' ■ "Hji. L. :S' mtlame 

r':',rr^ , i: c, l; \ ; m. deLille, 1. -il, 370). 

— (Yslas, aussi Staes, Tassin et Slassart) (aussi 
Courlehmse, Courleheuze et Courtehuezc) reçoit 
une jiension ainiuelle de îiO francs, par le fermier 
de Vavuir de Meiiin, l-il2, -i, 0, 21, 2, 3, 4 : reçoit 
une iMii-ion ilr 1(111 lïa lies sur l'espicr de Beri^ues, 
I i-23 ; une croi\ ;incrée, accompagnée au i« canton 

S Tas.siii Courteheuse (lliid., 1. 13, I i, :!7i'i|. 

Courtins (Henri), cchesin de la cour d'Aulne, |:)i.> ; 
deux couircs adosses, posés en ilie\riin reuiriMJ, 
les pointes enfoncées dans un cieur. !.. : ^ S llcn- 
rici Covrtin (Namur, N" U6G). 

Courtois ((,iiii;,iiiiiir , r, |ir\iii ilii l„ii,i:i,i lie Lierre, 



Courtrai. Sohkrs de Corlrai, elieralwrs, 1231 (n. 

Saijheri de Contre-scel : écu aux 

luéuies armes. L. : >{< SigilV Saijlwri de Cvrtrai 
(Chartes des comtes de Flandre, N» 39). 



Courtrai (Saliiers de/, tlioviilicr, liomiiie du comlc 
ili' l'-larulrr, scelle a Yiires, liilS (n. st.) : qiialre 
ilicvroiis. h. : de Covrirai (Nnmur, 



llliziihiik. rclii-ta ohm Zif/ci-i dicli Corlrn^iin, 
iiilil!^, ri Sun i;l>(,i-,li.i,sous) m.-oiveiil, du duc Jean 
!'• l'i^il '. if liMvs de vieux gins, pour la vente 

^i'W'or SoiiT de Cu . . rai (r.hai lr> des 

.liir> ilr lirabaiit. A'" .',«81. 

/ ' ' '1 ' .r,'m.siin, iuiiior, juilcs, lils de 

. I ' i!i;i|ué, a trois chevrons et il la 

'M .1 : S' Suliicr de Covrlray cheul 



: ►J" Sigilliini cdic carlraceiisis ([) ad ci 
arles des couiles de Flandre). 
.euïnoY (ville-) : .rargenl. au checron Je yumll 
Onr,lu,e ilenMc de menés (fou». Cailuaud, 0/ 



mit charge de tenir les 
:, a lencontere de Jehan 
cevciir lin lieghiiiaige en 



van . . . /n./.e (C. C. 1!., Aci|uits de Ull. 






ijck, Itil.^; scelle pour son frère Martin, fcuda- 
1 Leljlieke et a Saint-Gilles (Teiiuoiide), lol3 : 
Ile, siirinonté de deux étoiles (Fiefs, N"> ^T6~, 
•l .i-iO;-i) (voir Bolle). 



Cousin. Jacques Cosijn, jadis prisi 



il lias 



- (lloberl), a- 



un bàlon brctei 
iib Cvvsein (Cliai 



de Mons, 1G3G : écai 
s tigées (?) ; aux S'' et 3' 



Coussens (L.), religieux de l'abbaye ro\ale de Saiiit- 

de Gand, remet au gouverneuienl mili i, Imn |Vi,ii 
des biens de son église, 1787, le i a\ril : dr ^nnil,', 
au chevron d'azur (!), chargé de tmi.-, éludes a luiil 
rais et accompagné de trois bas (kouzen). L'ecii, 
ovale, dans un cartouche (cachet, en cire rouge, 
sans L.) (G. G. li., reg. 40018, patidm). 
Coustain, voir Stoppelare. 

Coutel (Jean) se porte, avec ((uator/r aulies, <aiilinu 
pour le duc de lirabant, envers le duc de Diiiir-d^iie, 
1-ilG : une l'asce, chargée de trois couteaux, posés 
en bande. T. : un ange. L : S lan Covteel (Cliarles 
des ducs de Brabaiit) (voir Thomaes). 

— Goessin Couleel, éclievin de Termonde, 13-21, 7 : 
un couteau, ii lame arrondie. L. : S Goseivin Cov- 
tel; 1337 : luéine écu. L. : S Guesiin Covlel (Zwij- 

Coutelier. Anhiiiie Coulllir, éeheviii de la court et 
juslice (le Juillet:, en la ville de Nivelle, par terre 






rj-UJ : 



■r pass: 



L, : S A?itho . n . [le] Covtclir (Hospice 
Nivelles, ii Nivelles). 

Couterman, voir Berghe (1 432). 

Coutereel. Johannes diclus Couthereel, échevi 
Lonvain, 1352 (n. st.), 52 : un écussonplain et 
bordure cngrélée; au franc -quart 
chargé d'une fascc et d'un lion brochant, issant du 
bord inférieur de la fasce. L. : ►{< S luhann . s dci 
.o....eel scabi lovani (Abb. de Sainte-Gertrude, 

— Peter Quitereel rc(,'oil, du duc et de la duchesse de 
Brabaiit, une assignation de iliU moutons, sur la 
ville de Louvaiii, van alrehande scoude die ic vocr 
hcn ticlaeit hadde. cnde ilaer si mi ciide mtjnre 
ilorhicr ()(■(■ liflocht voer Ueirijsl liadden, 1300, 
12 iiii\euilire ; l'cter Coidcreel promet auxdits 



lil : de gueules au lion (le haut 
liste). L'ccii dans un cartouche. 
;liet, en cire rouge, sans L.) 



Coutereel (Jean) rei,'»!!, du liialiaiit, des acomptes, 

{^uei le de Giieldi'e), i;!!),"), (j, 7, 8 : niènie écii, innis 
au lilet, liroclKiiit sur le Inut. I,. : jf: S' lan CoctIcricI 
(Ibid.). 

La .lUlttanrc de 139S le dit lils de Ple.re. 

Couthals (Pierre), hailli et receseur de Ciiiijljeke, 
I iiO : une rose, accompagnée de trois étoiles ;i cinq 

rais, rangées en chef. L. : S 7'ie(er C h 

[C. C. U., Acipiits de Lille. 1. 07-G8). 

— Pierre CoM(/in?.s, cclievin de Daersele (Itasel) 
(Waes), l-{36 : une rose, surmnutce de trois étoiles 
a cinq rais. L. : S Picicr Covlnls (M. le Baron de 
Ma.'re dWertrijcke). 



- Pi( 



c Caulhals. r 



té, ii:;ii 



Couvreux (Frani;ois le), éelie\iii du ii 
i;eronsart, ii Krpent, lo5il : iiiir inin' 
cliand (Mélanges, c. loG; (Fig. \I,h. 

Couwael (Simon) ilils de Pierre), érlii'\i 

I- : '"■*■:; cl {[■.). 

Couwenhoven (i:wiiiit \aii), Hi,"i(i : m 



Cove[n]lentzer (Jean), échcvin de Ileinich, 15t3 : 
trois marteaux, accompagnés en cœur d'une rose 
(C. C. U., Acquits de liraliaiit, N" 2i;i:i). 



Koverstein. Jean \an Coi 
]i3r le comte de Clè\es, iml 
Libberhmjscn [IMH-ih-.m^vu 
tera lui-iiirme, lii:i : mira 
Korersk'ui ( Lliisselilorf, rf,r 


-Ir. L. : ^ .S lohnn v 
s-Marl,. .\" i;!ll)). 


Coviers, Miir Leeuw. 




Cox (Jean), Ihmnnr ,lr lirf , 
Daillelh, dan. >a ,nm linda 
une étoile a huit rais (llir.t 


e (le .NeiTliiiter, 1^-2-1 


— Georges Cocx, échevin de 
sa cour de Noduwez, loii 
clions reliés au milieu par iii 
Gorge Kock (Ikijlisxem). 


ralihé d'IIcijlissem, ei 
une fourche, les four 
e tige transversale. L. 



des ducs de BrabanI). 
Crabbe, voir Crabbé, "Winter. 



Crabbe). 
Crabeels, vn 
Crabel (Ilinr 



le G avril : trois 
n'diire engréice. 
Il' Il II Nol (cachet, 
ri'g, IGoGG) (voir 



' Kerrenbroeck. 



— (Jacques van), 1007 : mêmes écu 
ronné.L., posée au lias du sceau: A'o. 

— (Corneille \aii). IGGI : coupé; au 
sons, posés en fasce, ran.^és m pal< 
fruits (grenades?), tirées, C. : un p. 
cuire un vol. L. : S Cnnidis ran Cm 
(\nir Coudenhove). 

Coux (Jean-François de), cuic de 



— (Henri). 
(Ibid.). 



T (Borssele?). .Même C. 



CRAECHOVEINI (S;iiiinn dicUis de), échevin de 

..iiNaiii. i:il;i, 4 ui^ >l ), i ; une aigle éployée (j). 
. : >^ S' Siiiiuii:s d cdwve scabi lova 



Craenhals < Uni 



CRAENWIJCK (H; 



Craessart. I 



Craije, Miii Hofstade, Semai. 
CRAIJENBROUC.K (Jiaii \:iii) 



\rnoukl, seigneur de Craijmhem [el deCoijck], 
ler et aine chevalier cl conseilleur fiable liu duc 
s Brabanl. I;i3l : une croix, ;icc<iiii|iai;iiée ;iii 



coiMcilk'. I,. : ►!< Sitjilvin Leoni de 
H iiiililin (Ch:i[ics des ducs de lli-iiliaut, 
. :!G1; >[.)ri>, Alili. de lininie-lilspéraiice) 



I, miles, jidelis dudit duc, 13;i7, 
'Ainould. L. : >J< S' Leonii de 
llf//ime/c(Al.b. de Haint-Ti-oud, 



de Cr< 



^.■icalcus ttrahan 



it 93 li 



CRAIENHOVEN. \om CREIJENHOVEN 

Craijewerre'//»-//ie (/(■). rrJKA m, lr.S7„i/Mi;i;,lii-r). 



CRA.IJEWERVE. Meus, /ilius Meus (s:ii 
de r;miiilc), .■■clieviii de Sluip (l.'IlrliiM'), 



;i sei'vii' ledil duc, cuin quatuor mditibus, tma 
nabiscum, et vicjiuti tribus armujeris, dans la guen'C 

nii lui' lAU. L. : S' Leonii de Craieiihem dni de 

— lianii I \:iri Craijcnkem, seigueui' de Wemmele 
(Weiiiiiiel) et de Dierfjis (liiergcs) (\oic Quade- 
rebbe!, !;io(J : une croix, acco^l|)a,^née au l" caii- 
Inn il'uiie uu-rlelle. Volel de l'écu. C. : un vol de 
l'écii. I,. : ►î< S Dan . . de Craie . hem dtii de W'e- 



'iihei 



.-, féal 



fe Cniine dni de H'emc/c 








PI. LXXXVlll. 

Fig. 1. Henri de Fcrrieres 
Fig. 2. Jean de Moiitbray 
Fig. 3. Jean de Moulins 



;, cautions du roi d'Angleteri-( 
s le duc dû lirabant (1339). 



Crainhem. Anioiilil vaii Craijenltem, clicsalicr, sci- 
-ni'iii' (lo arohhenihncll;], i'e(,-oil, de la diiiilicsso di' 

l.in> d 'ir. (lUc :-ii liadde ane die vnii Ouden, iiiids 
ilirii dut 31/ thiiiis bicvcn ende niet en Irocken in 
tnijiin- liiTfn vroiiu-en vors. urliMjlie nu Icsi iverf 
nivn- dcii Grave ktjhen den herloyc van C 
i:iS7 : iiirnic l'ai. L. : ►J. S' Anioldi de Cra 
nnUC (Ibid.). 

— AniOlild van Craijenem, «■(.■oil du lir;iliaiit, 
acomptes sur 1100 Iraiics (-iicn-c d.' V.wl 
llillli (il. st.), G. 7 : inéniL' écii. L. : .S Arnold 
de Craeinemilitis imd). 



Cramadars ( 



r.ié-c, 12(18, 80, 8 : 
II-. L. : S lùiidii dci 



Crampe (ZeijheT) scelle poui' Gilles va» Ilecke, mari 
de damoiselle Lieyiacrde, lillc de Jacques lireijdels, 



L., i:U7-8 : >iiS' Liunii , 
Leoiiij dicli Crâne (liruxel 



; Kil 



;»s dicliis), éclie\iii Ulcc. l',VAl : iiaili-éman- 
rmiiie et de ... ; au riaiic-i|uarli(i- chargé 
ue. L. : .f. Si!)!»' Ilcnrici dci Craene (Ujjd.). 

nesdictus de), éclieNin illee, 1380. 1 : 



e (Chai 



s de 



lie. div., e. 1). 



1 Dirck vnn der Sjmcncjcn 



ronds. Cq. couroi: 



- (l>ieiTcde),éclRnillet ew 


rerduméti 


■r de lùirnes, 


li07 (non cite dans l'acti 


), 1-107 ; d 


leiniine a la 


bande, cliari;ée de trois f 


•rniaux ron 


Is et accora- 


liagnée an canloii senosirc 


d'une corne 


le (corbeau). 



T.. : . l'irl 

Crâne (ihmirr lel 



Craon (J. :iii dd. (Iic\alici', jadis prisoiiiiicr a 
nln , M\> \v cniiiU' (le Saint-I>ol ; i. l. : ;«(; 
ms, l:)7i. M : .li\ (3, 3, :i 1) losaiigi-s. nic.i 



Gras, \oiiKratz. 
Crasart, voie Craesard. 
Craspournieut {l'iii it), 1» 



!;'';""■"!-■'"-'■ ' ''■"'■" 


. nl„.Ni,, ,1,. Main, 


(■r„i,r >:ail, mcrhl 17 C? 


anci.sciis Joscpluis 
snau, plaqiM-., Mil- 



Cranendonck (. 






„I(M:,I, 






■. Mrnir C. (Maliiics). 

^iiichlii'. -2 fu poiiile; an franc-quartier cliarj,'o de 
drn\ poi^suiis addssés, les télés en bas. C. t; 






Craciile Hïnfen) (Diism k 
Winter). 



Cranz (Gerardtis dictiis), fratcr scnbiiionim colonicn- 

snim (Cùloiiiie), l'27H : i fa^ee do In.is macles 

en cii.'f. ].. : ^ S Ger rniif (Ville de 

(■.lionne, H38). 

Craon (Ainaiii'y, sii'e de); son oncle, iiionseii;iieiii' 
lloiriil lîrillioiil, seigneur de Maline?, a\mit re- 
I In, inuis Ini, pour 10(10 li\res lMinn(M>, dmit 

d'I liTelil. (1 ce « jm,- nostre cher sciijnei'ir cl pcre 



Grau (Gilliarl le) (et h Crau, dil le Baccre), I 



Grauthausen. Henri \an f'rui/lkiiseit. cl 
un NoI (l)n>seldoir, r/èees-.l/flrt, N" ■i:!i). 






CRAWINKELE Julmn 












Creeminck ((iillc-i) scelle poiii' .lossr 



Crehea. Rei/neriis, ndnK 
luiir Hacourt), i;i:i;i : 






il HAUCHERYl 



Kreycier, \nii Wyse. 

CREIJENHOVEN (i;u>miiii s:u\), jii^c ;i Ijkci 

CHEIJE-NSCOTE iHoliertiis, le I hil ,.-imt I Iimiin 
jnil-,, i:il7 : iMi,' ninicillr. L. : -l- .S" l!„l,crli , 

Creijinc (.I(:iiii (,l Creimii), rc\w\'u\ ilf /,iil|ili(ii 
1:17l>, (j : un clieMdii, iiccoiiipagiié en chef de dnr 
niincillrs ,1 ,11 |,oiiii|. (l'une cfoisettc recercelée 
■'■ : '""'« (' . cijinc (Anihein, Comniiiinlei'ii 

Creijt (Jr;i)ii, icecsem' de la diiehessc de Unbaiit 
1 ii"i, 7 : il.iix -e.i.liTs llenrdelisés, iiass.'s en Mm 

Kreytz (Jnn,), ei/plumer ûv rai-elie\n|ii,- ,lr Cologne 



Kremer (Jean de), i>clievin de llclninnd, I i IH : ini 

— Jeaii-(;al)riel Creiner, canonictis lioujariticnsis 
scelle un acte, daté llunnae, ITÎJ'J : trois étiiiles ei 

C. : une rloile. Le C. est accosté des letli'es 11 ( 
(iNolaiiat i^iMiéral, Varia, A. c. D.) unir Schnitz 
■1er). 

— Jeaii-lla|)lisle Creiiicr, luvlic, bcncjidanl, lialii 
tnni, a Bi7/i/»ry (llitlnii-), inic luaiMin a|i|i,ii Imaii 



né/ic/' « nitSanclumJoaitnem Fvnnjielislam i, 



Ciendal |Jcan-.\ie.ilas\ eiirr de la sri^nenne d, 



nie inii^r, -an. L.) (G. C. U., reg. -i(io8ti et .iOj!)l). 
Crepeins( Il i//«(//(c.s;, échevin de Jodni^ne, i:!"i!) : 



lie. L. : ►p . WilInnK 
;il78, A.C, lt.)(Nun 



Crespin). 
Crépon, \oii Wihogne. 
Créqiiy. Itaiidniiiii di- Crei, 



L. : ^. s A. ;,,.,,:,; , /; i-,,.;,,. (i:i,.,:[-, dr.diicsde 
lifaliaiil, .N" V^M'l). 

- (Jakeinars le), lioiiniic de lief du cmiile de Ilainaut, 

i;i7;i : nièuie ccu. L. : S laqv esp . (Mims, 

Ahli. de Bonne-Ksiiéiance). 

- (Aiibcrt le), conseiller du duc de liom-o-ne, elc , 



. Hobori Crespin fd Robert li 
nies de Klandre. N'" Gll). 



- Ilaudes Crcspins, I 






^S'Iehnn Cresjmi (ll.kl., N"80;i) (voirCrepeins). 

Creste (l'inir), Ik c de lief de l'Iiilippe de Cli'ves 

cl ilf lu >!:irk, Mi^iRur d'Kil!;liicii, etc., dniis sa 

■es) (vdii' Jardin/. 



1111 \nl [•>) (Vicomlc Desii 



Crestophe (Pioire), (■clie\iii el homme de 
li;iiile cour de Uoiiicrée, 1500 : une ser] 
iiuiinlie en liaul (lini'on de .laiiibliiiiie). 

Cretzel .1 un \:iri l'Uliilt (liilliili) el lùiijel r 



Krieckenbeck. Gui 

du Draliai 



impU 



Criekeiibeke reçoil 



contre le c( 

au chei: d , , 

chasse, h. : >i> S' Wille icLnibeke (Ib 

N" l-iSS) (comp. le? arme? ilr Broekhuizen). 



30 



iiid lidlji pepcr, Oder zivel/l' trys])en- 

,' ',' r-i ' fi/,'; ion BfTpcrç] geboreii 

■ I :• -; ,-.:ihiil par : ilcnves- 

I fn,:rnil Crelzd von 



Krieckenbeck, llciirkus de Crikembcke. miles, se 



— Sceliiert van Criel;enbcl;e, reçoit, du lîi'abant, des 
iiulemnitcs, du clief de la (îuorrc de Handre, VA'tl ; 
Mille pour Jean Vierling, (pii reçoit un paiement 
(du chef de la même i;uorrel. 1357; dit sceller de 

hcl,e (('.liartes des duc> de IJraliant, N"* 1286, | (00, 
I1U2, Kii;!). , 






- Henri van Criekenbeke, bailli eu Zalhuid, 
une llcur de lis (fruste). C, : une lliiir de lis f-Ci 
(\oir Poost), 



Jean van Criekcnbeke, d'il SpoiiJ (el Spuir), a reçu, 

lu liliin, selon une convention l'aile, en cette ville. 
ip sluc (leiiijaciidc de kvevijmie eiidr (/»i/(sr/icWi/i- 



lionqaerde, même joui 
des ducs de BiabanI). 



- Henri van KTekenhe[i\ck (voir Bocholzi, l-t.'lii 
une neur de lis. C. : une tète et col d.- cluen enti 

lieux cornes de bœuf. L. : S Ih Crike, 

beck iCollection de M. le D' van den C.uput. Seii 
leur, a liruxelles) (voir Cannart, Schinnei 
VELAER, VLIEN). 



DE Ra.\DT, t. Il 



Crieckere (Cilh- 



I Crijnen, \iiii Eijck. 






. !.. : «Je .S l.ixlovici 



VM-i : MiniKM'ni.linsOcriiiMTtoilc 
l:iiiil)d bi-ochaiit. L. : >i. S' ViUu. 
(Chark'S di'S ducs de Ui'uliant). 



rics^ehicn (Tr 
Christiaen ( \i 



Ci-impen ( 



in) (lils de Conu'ilU'). 1 



il'mi oiseau (l'aueoii?). C. : ...(on aperçoit une 
parlic d'un vol). L. : S Curnel . . va Crimpen (T.) 

Ces trois van Crii.ipen si'en.;nt eu .luaHté d'éi-hevln. d. 



N" if il). 
- (Jean) (lils de Mail 



Crinde, Vdir Langhe. 



(cuiiiii. les ;iiiiirs tir Triest). 
Christiaens i Ai iimiM), i iin' il 



KV. i(i:.;;'.lM.MMr Ker- 



ChristiJQ(Jr;iii-llaiiti 



Crijts, Miir Donc|k], Speleers. 
Crijtsche i.I:u'i|iii'S de) li 



lies. Tomme ol W'ingheii 



. nijiànin, u, Vnjmersf 



t:i7.l: iinefnsco, 
lus. I,. : S' a va 



■(• (Bierbeek- !.. : .s larisiliclioiiis 

ot de DirbeU- et de //fi-f/Vi.vilbiil.). 



- (CAmh'i (le), iiiiiirr ilr 









(Flandre); aiiv -y cl :> 
1.. : ►Ji laii V Croij scabin 



r (Craon). 



Croy (Ituberlus de). Dei (jratia adminislralor cpisci 
palus cl dnx Cameracensis, lo^O, 1 : trois lioi 
(Cambrai). UciriiMO l'cV-ii, lo Vierge piii'Uiiit, si 



et a«, Il 



■ Marie (Maries), riescliyn 
ln,M;;iiol, etc.. iiremier cliel 
il (IKtat cl (le guei're, m 
. .\. S. S. cl gouverneur (i"A 



r WaWunjlw de Ilutzclnei 



S Inu d 



coûtez, aai 


s <1HCI 


eb i, r 


xellcs, le i 


1 scpl 


ml 1 l 


l A', trois 


t'a secs 


a \ 


t .4^ 1111 In 


i. Heu 
sauge 


Craon 


Flandre) 


L'éci 


t, 



ré lUi collier de la Toison l 
nj conte de Solre s'' de Molcmbais neac/forl. 
ilre-scel : nu écii de la face, sommé de la niniie 
irouue cl entouré diulit collier (cachet ovale, 
isL.)(Cliap. de Nivelles, Ela|jl.relifç.,c. I:i7;.i>is. 
(1. I!.). 



e.^te, il l'abbes^e de Nivelles, i|iie dauioise 
rieiine de Tliieuncs est lille de messirc l'Iiilipp 
iule de Tliieuncs, baron de Moutigny, etc., cl 
lieunc-Sabine de Horues, el somip gei'mainc 



. (Ibid.). 
vmhcnjhe il), prince 



[ ■' " 


Morues, coml. 


(iLi.ne.-,, lille de 
de Jldssinies 


;lh'\l, li;.l..ll 


(le lioxtcl, cl 


d'Honorine de 


', .Willoir, .\ 


iiir (le Disipw (LIssolic) cl d'Ar- 


.u„,!,',,,'l 


...::: z: 


•MKdcleiiirifSl 
.1 .]( lierghcs, 
, lliioticonder 
Ir (llauial); el 
' '(( noble de 


castes, sans ai 




• ' "injcoisk. 


le :i juin, a li 
fasees ; au\ 2 


„s,: . ,: 


.(.le; a et d. 


croiselles patl 


■es, au pied liclié 


; b el c, plains. 


ts2'-'ct3^clia 


gi'S d'un éciisson 


en cd'ui- fruste. 


• tout, nu écns 


son fruste (trois 


roses?). L'éen 


é d'une coure 


me, a cinq llcui 


ous et à quatre 


-, et entouré ( 


1 collier de la T 






. . . Estrm In 


hijs el pair d . 


. e . . (isorer de l'umay Rcv 


,remi pair de 


ele. Coiitre-s 


el : cachet ovale 
ne, sans L. (Ibii 


a Iceu, initie. 


.liuand-C.asto, 


Lainoral de), c( 


nile du R(ru.r 


K). prince dn 


Saint-Kiupirc, p 


lir de llainaut, 


,1e llcaiira, 


1- Ville, de Dea 


/rnm-HhiMcau 


ning), l.aylw 


el.'1,w«,scigu 


nrdelachàlel- 
\al. Ilnuveliu, 


r/, )/'-';■ .. 


1 ,: :- . llrlIX 


clievalier de la 



que damoisello Marie-Charlotle, princesse de Ber- 
ghcs est lille de messirc l>liilippe-Fran(;ois, prince 
de lierghes, comte de (irimberghc, etc., chevalier 





PI. LXXXIX. 

Fig. 1. Henri de l'crcy 
Fig. 2. .lean de Thyptofi 



i, cautions du roi d'Angleterrt 
vs le due de Brabant (1339j. 



• licrglios, bai'oniie de Gaes- 



;iux trois bras suiiéi'iuurs ri'c 
piédestal hexagone, et une hw 
aigle issaïUe (Mous, Saiiile-Wa 

Croix. L'ahbé de Croix, prévôt 
donne pouvoir il l'avocat Delà 
iiniiitrc. an gonvenienicnt ; 



.) (\oii- Berlaer, Biévène, 



Gorcy, CROES, Looz, Vi\ 



Crokars (Itaiidouin), (■ 



i '/(• le), bailli de la lerre de Naninr, 


(Namur, N" C56). 


1 : d'Iit-niiine a deux fasces. L : Siiiijiie 
■mi. iNaimir, .\"i 2C0, i\ 8 et 30o). 


Croke, voir Crokoison. 

Crokegem. Erjiiliiis de Crokegliem, homme de lie!' 


IV >lr l;n, rceoil, du Brabant une rente. 


de Uoberl de Griniberghe, seigneur d'Assche, 129G : 


^ ri,„-rHr,., accompagnées en cœur d'un 


cinq cotices. L. : + S' Gillis va KroeUjhem 


l.iintean. L. : ^ S' Simon dele Crois 


(Chartes des dues de Brabant, N" IISU (voir AN 


: Unes de Ifrabant). 


SE . E et Henricus). 


2Z''llZ^t.'6^Tr^TyTil"2lZT^^^ 


Crokoison. Colins Croke ('.), époiiv dr Sanilc b' 
Naretlc, femme de chambre de la dmhrss.- de lira- 
bant, de laquelle elle reçoit une peiisi.in ,\r H viiuv 
llorins, 1378 : une oie contournée. L. ; S Colarl 


IcJ, dil Bri/J'aull, linnune de Jacipies. 


a Marche, etc., dans sa seigneurie de 
) : une fasce haussée, surmontée de trois 
i(| rais (TfliM'nai, Chartreux, c. -2). 


Crokoison (Charles des ducs de !!rnli,-iiil) 


Doui/e, liTOHcke, Bochi< , . /'.;.,' ... , s-,, limi. 


h) tel Crois; (de Tournai?) reçoit une 


du chiteaude Ninovr. l - . ,i l.i- Ain, 


■re, sur le domaine de Courtrai pour 


hérité de son père, \i: il.iiuui-i.:;; r!..::i j). , IGl'J : 


Daiiqasnes, 14-iS, 7 : diapré a une 


tini.-; épcions, les molettes en ba= ; écussDU en cœur. 


iiiarcband. l'ormée d'une croix latiiir, 


coupe ; au l'''', un limi léopardé ; au 2'', plain. C. : 


- seneslre de laquelle se trouvent attaches 


un avaut-bras entre un vol (cachet, sans 1..) (Fiefs, 


■'(l'étais, renversées, ladite ernix souleiuie 


N» l(l7().j). 



étii ùe b'uoules, aux paiements -l'argent, 
orné d-uno bague d'or, entre un vol d'ar- 
dtjxtre chargé d'une barre de gueules, le 

Crom, l't de Cromme, jatlis, piisoii- 
vcilcr, snus Uobcrt de Namiir ; i. t. : 
Jiis; 137.1, G : de vaif a la l'ascc ; au 


ili iiiri> MU i!rii\ iKis dii villa^jT dc Bowilre (BiiHci- 
hr:',, 1:111 : unr -yv-h'. h. : <i. S' Dni Fridcr de 
rroneb'ch el d' Nvwcrlior(j (Diisseldorf, Jiil.-llery, 
N«* in et 180, ;i actes). 

Cronenburg. Jean \aii Crone/iberg, fivie diidit 


cliaigé d'un chevron abaisse, siir- 
iiiielcl. L, : ►!< S' lohannis Cromme 
lies de Braliuiit) (PI. 12, lij;. :117). 


iM-édérie, 13.11: une aigle, eliai-gée en cieur d'une 
eoi|nille(?). L. : -i^ S' lohnnis de Cncber;i (Iliid., 
iN" 177). 



e-Uuc), 1128 : 



Krommel. \ui 
Crommelin (! 



er), do> 



l'ne Vierge, avec l'Knlant, émergeant derrière 
(C. C. U., ..Vcqiiils de Lille, I. ;!70). 



Croinmercam[mlen (Fro 



,K0 nier), échevi 
; on, junior. 01 
Iraiie-quartier brr 



Cronen van Huy (Jean \an der), jadis luisoniiier 
a liusweilcr, suiis Robert de Naniur ; i t. : îi.i inou- 
lims, 1:171 : une couronne. L. : ►}< S' leli van de 
Crone vaii llwj (Charles des dncs de lîrabant). 

Cronenburg. Ferry, écuyer, lils de Monseigneur 
I Vii\ i/c Croinenberch, chevalier, promet de tenir 

I.- iM.iiiiisMS faites, par Jean, roi de Uobémc, 
' 1 ' I > m! Il,;, a noble homme Monseigneur 
i ' ' \ , , '. / (Neiicrburg), chevalier, tant 
" ". . ', I ',r et de laterredeNuefchaistel, 
i:;:;-': ii ! n ii\.iition avec .\rnould d'I-Mon 

une aigle ; écusson en cieiir à la fasce. l, : ^ .S" 
Friderici de Croncnbcrch (Luxembourg, c. 1\ , 
I. XVI. N" (i7) (voir Dollendorf). 

— Frédéric, seigneur de Cronenberg et de la Nuer- 
burg, el son fri^re Jean vendent a Guillaume, mar- 
grave de Juliers, leur village d'Elsich- (Elsig), sauf 
1,3, réservé a leur frère Godefroid, 1344; Frédéric 
cl sa lemme, Anietta, \endent au margrave de 
Juliers deux tiers du village d'Elsig, 1344 ; il consti- 



j(llW. 



" m). 



— Monseigneur Ferris, sires de Croneberg el de 
Nuef Chastiaut, scelle, comme témoin des Nassau, 
l'acte de réconciliation entre le comte Jean de 
Nassau, agissant pour son frère, et de sa mire Alice 
de Vianne (Vianden), d'une part, et Guillaume, 
coinle de IS'amiir, coupable du meurtre de Louis, 
comte de Vianden, leur » oncle u, 1330 : une aigle. 
L. : ►!< S Feri de Croneber sire dov Nvechaslc 
fA'dmur, N»8I0). 



- Pie 



le-CI; 



n (Sai 



seigneur de Cronenberg et de lu Numr- 

Godard, son Itère, ont vendu, an couvent 

, il Echternach, moyennant 100 petits 

i hofzu Steinheym (Steinheim) up der 

■), 1300 : une aigle. L. : ^ S' l'ct d 

doi Mirbg (Lu.vemhinirg, c. IV, 1. XVI, 



— Godard, ci-desMis, 1300 : une aigle, chargée en 
cœur de L. : S' Gode/ridi de Crone(;er(lbid.). 

— Joliaii van Cronenberg, deme man spricht van 
Hilsihe, reçoit en lie!', de Ueiiier, seigneur de 
Sclioonvorst, tous les biens qu'il possède à Wall- 

onenberg, 1309 : trois aigles, 1 en 



chef à sei 
chargé d'ui 
berg (Diiss 



bande entée, h. : >i< S lo vo Croncn- 
orf, Jul.-Dery, N" 831). 

leur de Cronenberch et de la Nuiver- 
iiii Mcte de Jean van Cr . , dit van 
; rr. iiit, du lirabant, par les lombards 
1 l;iii'iil portes garants, une iiideninilé 



le Uasweiler 



L. L., 1300 : ..S' Pétri de Cronenberg 
SPcIride Oicnb'g . . lilis (Ibid. et Chartes desdi 
de lirabant, No-JoOl). 
— Le même : chevalier, jadis prisonnier illec, ou 
tut un des chefs de rainiee brabaii(,onne ; i. t 
8310 moulons, 1374. 



■aigle. 
1373: 



I, ri/(cc, diicii Uiml nllen hiikn uml bcka. 



rabm 



eslac 



die (T mir viir iiiicli uiid viir mijncn cli/nercn sclwl- 
ilich isl ah vaiii ulrijt zii llasItrUre Oeczalt hail dû- 
seul giidcr swaire giddeii, die mir irorden si/n vam 
l'iiit van Rulanl, vanden wellielwii dtisenl giililcn 
icli mijneii etjciilniileii] herren dcn herezochen. aile 
S!/'ic lande. Inde xiiid iindcrses^e qnijl sclicldcn uiid 
(jclurcn in gitden Iruireii, dnl icii dicsclvc somme 



viirschr sl7-yU aeyeii, aile arglial iii/s ijesched. Des 
zii urkent han ich minen segelen an desen brie/f 
doen henken, der geven wart zii Brnxelle ii/f sent 
Mertiiis daek deiirnn czall iiach CImsIm (lehûrte 



iii'MiloiH), Fiai-sl.en lan der Nmiwcrboreh (i. l. ; 
iii'HMiiMsi, Mulhi \:i,i lien Slryo (i. t. : 108 iii.tii- 
>), i"ii> iirisoiuileis dlcc, sous sa kiiinioR., a 
r CMllieiiiic, vciivf de Frcdéiic van Basenhem 
ssciiiu'ini), lue illec, sous lui (i. t. : 36 iiiiiu- 
s), i;i7l : une ai^'lc. C. : une tour de deux 
;es, tci'iuiiioc en volet. L. : S' Pétri d7i de 
mibg' Z Novo Castro (Cliartos des ducs de 



: * S Tvnnijs van Daijssiieym (llasscnhciin) 



— Jacob Schai/fe van Oiedenitoven ('l'iiionville) (son 
sceau est IVu>le) el sa femme, Katherine van Cro- 
iicnlmrcli. rw-A'^vul a Jonckher Junckher Johan van 

/■ ; ' ■■. .1;. :iiiir|ir|r', „nd zii /),,,/,■/,„,./(•« (Dude- 

■;An'. ; , iKiiir l:i .-,„muu- de l.'jllO llonus du Uhin : 
alks dus wi/r hain . . . in den dUr/Jeren und be- 
gn/le zd Keille (Kayl), Morue und csu 

Tcti/ngen (Tellnnse), cninnif unscr lijcber swier- 

hrrrr u;.1 .: irr'ru. ., r . ,„hr ',,rl : ,"^:lcr, Peter 

il'iiiii rniiiiin' ilr ,(ii. |,, : .S Trinncvun Cronenbrh 



Krop, viiii Croep. 

Croquet. Ilaiiui/iel du Civoiucl, lioiuiue de liel du 
llaiiiaul, l.i7;i . un cascpie. S. seneslre : un animal 
(lion?) (la li'le est cassée; (M. K. Matlliieu). 

— Jehan du Crocket, lionnue de lief du llainaiit et de 
la cour de M(jns, liKi : même ceu. S. seneslre : une 
licorne. Le sceau porte : Crokel (Mons, Saiule-Wau- 

— ^FIorent), iniane i|ualilé, KJ8.j, u Kn-liicn, 1008. 
9 : une fasce, chariiée de (rois IVuilIrs de eliéne. 
S. : deux lions (llaron de Uoyer de Di.ur cl Mniis, 



Croquevillain (.laei) 
ri de ... (plains); 

Saint-Marcen. 



) (\nir Baudrenghien, 



Crotte. Ilcnekiir-i ih 



Semai). 
CROUCKii 



Crudenare (Ci'iaid dei, ctli(.'\in du cunUc di- I 

div. dnii-, SI ^ruiirui'ic d'iliuifbrki', l.iOO : un 

iV riiiniM V dr , , I r. L. : S Gliecmcrl de Crwlc 

'C. r,. H., Ar.niiUd.' I.illr, I. ifll). 



; lan de Crwlaiare (Ibid 



Flandre, au métier de Souierijliein, |.i:28 : un sautoir, 
acciunpagiié de deux roses, 1 en chef, 1 en pointe, 
et aicoblé de deu.v morlettes contom'nées. S. : deux 
lrn|,;ii.N lioiuir, iC. C. 1)., .Veiluits de Lille, 1. il2l. 

Cruijce, (.ciiiid \:m deu Cvitce, lient, du cluitcau de 
Iriui ■, nu hrl :i U-lihckc, Hanruuecniix, eau- 

- I'liili|.|.c Mui dri' Ci-iiscn (\uir Zeghaert), l-i.jl : 

-u^' de Inu^ Uvil.'j. L. : à" Uaued va uce 

(C. i;. li., .\n|uil> de Lille, I. 30n. 

— l.oui., \:ui der (■|-Hfe(el Cruusse), éclievin du duc 
,!,■ li.Hu-n;;ue, dans sa seii;ncuricd'IIark-beke, MHl, 
i : iHi'uir écn que (iérai'd (l-i30), mais brisé eu ciein' 
d'une liuiiuiémc étoile ii cinq rais(?). L. : S Lode- 
inirni ,(cr Crwe (Ibid., 1. .il-2). 

— .Vdncu \an der Cruuce, éclie\in de « monseigneur », 
dans sa sriiijieurie d'Ilarlelu-ke (van bmitcnl, irjOS : 
luriue eeu que (ierard (liSO), mais brisé en eu'ur 

d'une couronne. L. : aen va d. . Cr 

(llud., I. ilH). 

— .Maniluni mim din', . , Ihaui d'.Vnvers, 1508, 1U^21 : 
unecroi\ an,..,. C. : la .nnx ancrée (U-i lettres 
scabinau\ , l Ibipiiiil Siiinl, -i;iis;d)etli, flintenijoeden. 
, . n i;\,,ir Geeraert|s|, Udekem). 

Cruijdere ,.I,':ni , t,>n;ni,i,-r ,1,' I','.Iin' Sanit-Denis, 

(sanglier'.') (Ibid., c. 9). 
Cruyn (dérard), i)réti'e. Son sceau, ilu \i\>-\v' sii'cle, 
ilélaclié d'un aulre docuuieul, a cl.' app.'udu, apn'S 

Kruiningen. Iln^ii,>, >n-nrui >\o Cruninglie, vhc- 

,,,„, „,ll,- iin ,„l,-i ,1,'d,. Il„nande, I29:i : 






..; Zcl/W 



11, seigneur de Crvninghen, clicvalicr, déclare 
', du duc de Uonri:ogne, le ridderlol d'Anvers, 
iHlierie dans lé Se/ii«(, le Schenkeldijck, vie. 
), !.. -27 juin : trois pals. C. (un peu fruste) : 
trir de nuire entre un vnl. L. : S lan he vu 

nimiene (Av. et dén., N" 18). 

e '/Aceer van Cruijninghen, chevalier, déclare 
r vendu a Adrien van liorssele, seinneur de 
dannue, sijnen Uei-eii zicager, l'iiérita;;!' ipie lui 



(VeerlKuit), heiit un lief du Vieux-llourg de Gan 
i;i(l2 : éeai'Ielé; aux l<!'et i'', trois pals; aux 2^' et : 



e tasc 



voit inie 



N" 2711) (voir Rubempré). 

Cruijplellantls). (Mefridns dvius Crupclan 
»„ye;^^,l^Oemen^l;l:l'.l:lhii-^;,^^lll,ll^n,. 



' ' : iV iiv dr IVii Edeirm-vl 

, Il . ; - ,; \--)>,„ncmn «erw, 

rure ijlwnocinl hesclle endc hcmjsde iii 
•iienle al te Corlentierglie in den cloesicr, 
I gode i'}idc in aelmoesenen, aise van 
v/i ',,;'„„ (luder grolen, Kitô in siiilr 

' n e(d de coq. L. : S' lo * 

,::ii:, I md^ de Locqucngliien, A. V,. Il ), 



L. : S lolCis dci Crvpelanl (Cliarles ilt 
Uialiant, N" i;i07) (l'I. 1-2, lig. a2:i). 
Ledit écusson peut lei.résenter les ani.es .le: 

Cruijp|e|lantfs]. Henri Crupelanl, jadis 
gée d'un lion' 1., : ^ S' llrinirrs CrriH-h 



- Henri Crupelanl, chevalier, ci-dcssui 
éeu, brisé en eu'ur d'un petit lièvre 






I '.08 : 



relig., c. .i'.l7n, A. i;. ll.i i\"ii Briele, Kester- 
beek,Collaij,Coninc,Coudenberg,Leeuw, 
Leunick, Mol, Mons ijuisniiii), Oeinen, Sen- 
nen, Serarnts (jiaxsiin), Spieghele, Trap- 
pen, Vetlerman, Was). 






(Bemmol, dép. de Woluwe-Salnt-Plerie (Fonds de Lo.- 
quenglilen.A.O.B.). 



i IJijcorden (Bijvoi.n 



Cruke, viiir Cruucke. 

CRUCHDORP (Arnuldiis do, miles, luoinn ;, 

. . Iili ,1 -/ lilis (Diissi'lilorr, JuL-Berij, 

CRUMENAUWE. Ileijnricus de Cfiimen<^, miles, 

\,. ,>■[, ,]ii ,lii, l.r ,lr lliMliaiit, une iTiilc fi'odak', p:ir 
Il i,r, uni' lir \l:.r-iiidit, iaG-2 : une nisi'. accoin- 
liaunrr ,lr ,ini| llrii]., (le lis, 2 ailx cailtOMS, -l;m\ 






Crumfoet lJ^■all^, clirNah.T, I 
.laiiir il,' Maliiii'S cl il.' Mac 



rji/urs mles{\) (Dusscldorf, Jiiliern-Ilerg, N" .•;n()). 
lien > Crniiiphoil, ilc l'IellenbraclU (l'Idlciilici-), 



Crummel. IHrick Kiommel lan Nijchterssem (NccI: 

(liM^^aid cl MiiiiiiiriMii lies cliàleaii, ville et pa)s d 
lUtelkein (Ualliein) cl dorme un \idiimis de son ad 
de iioiiiinatioii, acte délh lé |iar le duc de lîouii,'();;n( 
il Bruxelles, le 1 1 aoiil 1 (GO; 140(1, le 2o août : si 
(3,2, 1) reuilles de tilleul, renversccs, sans li;;c- 
0. : . . . (indistinct) (Ibid.). 



Cninaire (.Icaiil, I ne dr licf du llainaiit facle 



Crupelant, \oic Cruijp[ellant[sl. 

Crupet. Giihelcs de Cnipei/ lOoiiblez de Crupri/I, 






Cruuplant. \"ii Cruijp|e lant|sj 
Cruut, \.Mi Cruit. 

KUBEN (llciui ^al. dci), ir„r/;c 



Cubre iJcau le), ii 
euprnis), puM'c , 



VEN). 
Kuekeleere (A m 



iia;;es.') {uni KODICHA- 



Kuepere, \ m Cuijpere 



Kueting. Nn„ Quétin. 



, (.".7 



L'oignon, j;idis iirisouii 
■v-.L.:SIHr...deCnii: 



1. Moranvi 



ui, iriiaii.iiT fcrllacl) jiiii' en la 

i|uilU'. L. : S lan Cvijcrinans [C. C. IJ., c. i", IHj 
(voir Roberts). 



orle. L. :S' luhan Kix 


.unlrc- 


-ccl : CCI! ;m\ nuiiH'i aniies. L. : >l<SecreU-n 
Kvc (Villo lie Colo^iip, N» iia;i). 


dni de 


- Mcssirc.'iJekan, sirez de Kuc, scilk- un 


cU' lie 


Afin coiibiii Jcltans Ikrlaus, sires de .l/n/i/icx 


i;iiil : 


coillVr d'iiiir ..iilr ,1-^ iHvnin. L. : ^ .S' A 
domini de kur ,r.u:n\v> ,lr. ,l,„- ,1, li 


E:;r 


,\" 152). 





— Olto, dominus de A'iii/c, lient un licl' du coiiili' de 
Julicrs el lui assigne certains alleux dans sa sei- 
gneurie de Merlieim, 1328 : type éi|ue.-,li-e ; le hou- 



évcnlail. L. : >^ Siijitlvm Oltonis domini de Kic 
(l)iisselilnrf, 7»/, -Cer;/, N" :!-2(i). 
— Ollmn, hire di' Kiiijc, scelle un acte de C.crard, siie 
di' lliol, \;V.\-2- piMniet de servir le duc de lirahinit. 
iii aiiieit oerlunUe, dal hi lieft ufl hebbcn ml tôt deser 
un, met scatiene ridderen gliewapent ende met viere 
ende laclUentich knapen met plae 
■m livres de gi-os, 12 août i:i;« : érn, aux niéi 



Ciiijk. iillion, sgr. de Kuc, clicv.. ame el foinble 
lin duc de lirabant, i;i:i;t : Ijpe éi|ucslre, le bouclier, 



;////»« 






? A"» 



(r,..,rAÏ). !.. : ^ .S'.'/'"""' "Iton, . . om . . , de Kwc 
(Cliartrsd,>r„n,h>drKI;„„|ir). 



- Jean van Kidjc[k], lils alué de siie Weinmaer 
(Wcncmaei; Weijnmaer), reo>il des paiements du 
llrabaut, KIOIJ, 8, 71,0; en reenit un, de sire Jeau 
llnjen vnit Cratinein. ee(jul,le de ll»is-lo-l)ur. van 
soude dut ie minen lieeeii ende ijheduclUen hère 
ende vrouwe van Urabant tôt Wassenberghe af 
verdiende, I3(j8; jadis prisnnuier a Uasweiler. sous 

déniée. L. (i;)7-l) : ^ S' lohanms de hvie (Cliarles 
des ducs de lirabanl, .N"' 2ll7;i, 2180, 22O.(2i0;(, 



liu.edudit (itto, ,lu-lus de Mwrhnjie. \:W1 



',ll''l il) (*"ir Berlaer, Brecht, 

IJwUn, IJwiins soen. LôwenburgI 



Kuijcinan, s,nv Cuijk. 
Cuinghien, \<r.f Coijghem, 
Cuijpere, Cuijpers, Kuepere, 



l's. L. : ^ Siijtr .sciibiiioi 
■Ml, IV, |). liifl). 






I, ticiiL lin lier, il 



- narlinus Cumhis (uni 
.l.K Raai.t, t. 11 



l's, coli.ati'iii' d'une fonda 



Cuchenheini. CiilriiVii^ van 



2M9 



i Cidciihovch (Oiis- 



Culenborg. (ic i aid 



mi7//( //i//,rr/i c/hi i/r 



..iiii,„ini' ,f,v/./., iM.M- Kock, Sobbe'. 
Culixrode (.Inni v:iiii, rdirMn ,lr Mnlim 



KUNSTAT flù-rcc van), jadis pi'isouiiirf a li;,s\Ml- 
Icr, iKiinii los i;ciis (bcile) du duc du linilniiil ; i t. : 
ii() inouliius, i;iT.l; scelle pour Alhcrl \:ui Huns- 
anulorf, ecuyer (i. l. : 9:1 i'A moulons); Fi'Odcric 
vaii 0;)sp^■(All[s(■ss).clK■^illlol■(i.t. : 101(5 moutons); 

liin~*: Ili'iii'i vnn l.ucha (on I.onclin -^ Lochau), 

ilir\:i!i(io. I. : !);iii iiiuiitons) ; l!u relia l'd \an O/jsc/s, 
i'n\.i , ii,;r ilihlil IYriiéi-ic(i. t. : 187 1;'2 moutons), 
liMi- iiih| l'ii-diiiihis illcc, parmi li^s tiens (hede) 

Kiintzig. \"ir Clémency. 
Cuperle], \(iii Cuijpere, 'Wavre. 
Cupre, \MV Cuijpere, Hofstede. 
KURBERCHE I,.mm, n:iii Kucrbcrykc, jadis pri- 

.n^ivlcr. !.. : 4: S' l.n<lnnir va Kirbcrchc {WM.). 



Curialisi/j'«,;»x, dk-lns), éehevln de Saint-Trond 
ri \:i-.;,l dr ÏM<:,)r illcc. 127-1, o. 83, 8. 9i>, C : 

Kiister, \iuy Coster. 

Cusere (Clirisloplie dp) — commis par les liailli et 
hoiniiips du lioniv (biierch) de Brup's, de la part du 

(jhc viin lier ijoediiKihi-n vndo Iceiicn irijlcn toehf- 



; Matde,,lwi 



KUuzenhohn, v-ur KEYNODTZHOYVEN, 



ide, côtoyée do deux cotices; aux 2>-' e 



'Jrieij. It. S<.r.\, N" 17) {\mv Wiltz). 



1.11,111 ,1c 11:1111,1(1, Mniiil , l;i hilic ri CUVILLIER :( 



Cuttecoven, mui Loon. 

Cuvelier(s„iii\|;iiîr-I.nm> 



i~l., LABIEL (LABIOULi. \,ni Egi 

Labiim, ^oll Claessens 
',l,,,i\' Labus t.loluijiiir: . ,■! h, Ain ,1,' Uni 







nould de Poiitillas, vassal du comte de iNaïuur {Ua. n ht ) 
H de Jean de Poiitillas, sceau employé pai' Wafhitfs de Fou 

vassal du comte de Nainur (1331, n. st.)- 
iei' de Poutilkis j Ecuyers, combattants de la giiei're de 
l't de l'outillas ( Cent ans (voir /;!^/v»/(i( /«.;(, p lOi 



Labiis. Jean I.abbus, lils île fi'ti Jean, pi'uiiiel, sur : 
M riiicnl, te ircrl{ciie cndu te lâeseiie, bi rade ci 
In behcelc vnn lier llnurccke van IMhe (1.J-.m1 



alln, ijanlcn diuuhcn te lilivc 



o///. 



, d!e 



In lien bcheele ende <joel dankeiie lier lleinree^ ean 
IJsclie rocs., rude dat ic oec Jaii Labus dcse ror.s\ 
eocxeii doeii sal ende kiesen biniien deseii selven 

. Ii:n ■,,■,■ ,r ni-snii |,:,i li-rMi;iiHlir (Weert). C. : 

I r;i;:nii(;.') Ujniil. !.. : . Sù/illnm hhanis lMb[us\ 

(i;iiai les (1rs (iiici df llrabaiit, N" 20UI). 



Il' I. '■■ *''! '^"ii' LaduiJD! 

Ladrier, \nii Marneffe. 
Ladlduijns :l,aiiilirin, r, 1 



— (iiiillaiime Ladduiint:, i 
\:,\ f. : mrino ocu, ^aIl^ 
if.l (ranimai (Ahb. ilc Sa 
ilu liO(j5liMiliei>;h (J'Oplint 



LADUESE, LADOS. Dainoiscaii J.aii \nii / 



1 ..iil)..ii. !.. ; S Eiurl /«h.s 



(rO„;;;,«^)„„(Vlc5 



Raaphorst). 
Laer, Lare. Willictimis de Liu 



: ^ S- luhaiin,. de Lare scnin hv' 






ers, 1^9(5 : |)arli ; 



IhdtctKjoeden. c. 3). 



- .Martiii \nii Lm 
IlalmapI, liiT ; i 



(CilK-kTNrld), l-iTO ; 



iiit-lVoiid, c. 0). 
e dans sa' pinpi-t' 



I /.fUT. ucln'\in dcscddcH,iTOinm 

II Jonckcr Jaiis van Oijciibniijuhe, 



Laerhoven (l'iciir \aii), ciii 

Laerne, voii Massemen. 
LAERSUM, Noir Borre. 
Lafolly (.1.). (lin d dnMii ih 



lie\iii de Saiiil-Tiund, 1290, 
Kimlles, rangtcs en orle (Abb. 
;coini). Herbais). 



Lahnstein. I::iiinicricus de Laijmleijn, miles, cclie- 
MU d'Aiidriiiacb, i:;,-iO : six (3, 2, 1) crniseltes 
liolniar.-,, au pird liclié; au cbef plaiji (Diissddorf, 
Slinrlol-Maluicd'i. A" ;il) (\oir Schillinck). 






Laiete, mmt Lat[t|re. 
Laing, \oii Claessens. 

Laioul tlluhrr.:!. I.Miibaid de la cité û'Asl (Asti). 
1-'*;; rhur.-<La,jol, b.nibard, manant a Courirai, 
1287 : une llnir de lii llurrncee, ti^ée (bs au iialm-el), 
aeeubler di' deu.\ ieiaeds adossé^. h. : >^ S llrhcrlo 
ta/o//iY((;iiaiteb des eouile.i de l'Ianibr, .\"- il7el 
-io(l}(\mrRoyer). 

Lait(tire[s|, \uir Lat[t|re, 

Lajavelliere (8u'iii- . . .), allbe^^^ de l'abiiavr de 



— IlenTicKx a Laer. predicaleur a Keli ((iiieldic). 
scelle laele de parlai;e des fieies \aii Uioelibinj/in, 
IGGO : une anille (non percée), surmontée d'une 
étoile lUn.'.-.swn-'c) (mir Hars^heirit. Cotip;) 
Viuke). 



'Il pal (cacliel, i 
. iGlilîll). 



. ^ S' fan ron Lako 






Laken (Henri van), (■chcxin de Malim's. [:',->-l : une 
•iuilc, enclume il'un :innilri (Mnlincs' {\»ii' Rover. 
Soete». 

Lachman (A'i/ii/iks- ditiiis). i:cliL'\in ili' l.(in\;nr] 
'•I 17 (II. si.), ."il : iiii s:iii(oir ccliiqnclc, accuiii|):iL'iii' 
ni dirf iFini n-ii,s"ii ;i Iniis pals, ledit écu.'ison an 
' lief . . . (iil.-iin?). !.. : .^ S' E(iidii La . hmnns s. .. 

Lacke (l'iciTc), Paul el Jean, lils de Jean, de siem- 



Lalaing (Simni 



iujnair lie Linijiic, 1385 : 





ii^inochanl. 


iiir -ain.- 


-r, tenant sa 


.. : SiuK 


' 'le Lalain 


-^desdlle. 


d.'iiial.ant). 


Monleijii 


/(Monli-nx). 


l'a dispei 


se dos droits 


relevant 


dn Ijonrg de 


a^iiieinars 


de SIers et 


»V' llooi 


n, a liruges. 




iHii accolés. 




HlltliO„(?). 


Snnunis 





iiMi'. .S. : denx grillons (lli'ipital 



r.iilsparcip 

i;i.-i(i, le Vel 



dr). jiiv dr llor,l(itn,j (II»; 






Croyi 
Lallaert 



(C, (.;. 1!., 11-. Hj.-iiiU). 

Lamalle (Lanibicrs de), h flrnssi 



Lambert dit Bassee i. 



Lambert. .Iclum le LninhcH, iiiKlitciii-, cnniiuir. l'I 
ili|Mili-. |i:if llattdu'm i/oiy/iies (voir Oignies), :iii 
nom ilii duc, a prendre, oir el rccepvoir les coii- 
lin'il r . . . fini ne font souhz le svcl du sonverniii 
|.;iilli:i-r ,!,■ Lillu, d'Orchies ot ;i|mi:u teiiamcs, li;il 

nir.'!. T. : un mv,:r. L. : .S lehnn Ir l.nmhrrt. ('mi- 



i Jardin, Mar- 



- Jehan rie Lamal, < 



Uoiii'gdgiie), cliaiLiù de liiiil billuttcs, i)0séfs dans le 
sens du saiitoii'. C. : une niolcltc (cachet, sans L., 
m cire riujge) (C. C. It., its. iOfinO) (voir Corput). 

:.amberts {¥\\\ cure de Weiswampach, lemet an 

^^u\^l nruii m ;nili iiln.ii un état des l)iens afTcrcnls 
;i s:i cine, 17KH : a'wiM ;i la fascc, accompav;née dr 
trois criiisetles recroisetces. L'écu dans un cartonchc- 
(cachet en cire rnn-el ^C. C, H., m?. i<!.j81 . jO.'IHl, 






;sande Fontillas, uiasinr(l 
ilillas, maire de la cour de 

à Flawine (1432). 
liUas, échevin du chapitre i 
a Namur (1449). 



Lambines, \imi Marchin. 

Lamborte (I^inirciili, iTlic\in de l.ic'vi-, \it^ I imi 
Lambot(ll.), ir<(\iiii <lii ciniilr de Itaïuirinr. In 

Lambotins i l.nnilnfrs), liiimiiii' ilii cniiilc ili' Naiiiiii-, 

N- -i-n et Gi;i). 

Lambrecht((;odcfii)i(l), tcii;iiiciorili' la cmiv (vroen- 
(IfU, t.i t2 : lui li»ii coiiloiiriié (Al.li. de Saiiil-Tioiid, 

;i;;ni';Hi'i)a>s;ml. !.. : S lok . . Willcms iMhfrnhl 
((.:. C. It., Acciiiils de IjIIc, 1. iHi). 

Larabrechts. l'auwels, /l'/iiis Lambredils lleiimcx. 



Lambrechts [Cm m-illc) (l.t-i 



il liiuM'Ilcs, l'iHS : coupé; 



Corm-lijs l.aml,rech>., 
■ ,/,. Ilnibiinl, docl;av 



■j Jehan (lo/J'ene, charpen 



!• la main droite. L. -.SCor- 
C. I!., e. 37, Chartes des 
inits de Lille). 



Lamens se 






lie ; une daiiioi.-ielle (NoI 
, capsne l-.'i). 



: * S Thvmas d, l.a- 
(Me de Hirrleirlt (l!iil- 



Lamp. l'lri[c l.dmp, ùciiuT. rpi^oR nii pr 
i>. I,. ; .S- l'clrc Laid d Diich (lliid.). 



i/i l.dmijns, (■■(•lifNin di- llieldervcll. KIIO; 
sUv : un i;rilïiiil. I.. : .S /o/i7i- miins 



Lampernisse. .hii(|ii(S di 



Landas (Auirlricus ,/c), (\oii' Wavrin), 





i,il(^d,'ll:iiiiaiil). 
I.auda^l (L;iiidn3?)(voir Wavrin). 


i-j:;i; : \\\<r ,■ 


ii.^lir; Ir bniiclicp et r.TU du contiT- 




, 1. lKMd„r,. (shnpl..). I, : 4" S' C-r 


>,vl : ^. ,1a 


iv.v,,,,/;, (iiiid.). 




|,,;;.!,"7n:'/7'?„r'i«Lr!'!:l'o'm- 


|K,,nr,- ,1,. ir, 


<rloilr>.I. : snawi lMudar>i 

sd,' Ijllr. 1. ;i!ll). 


,M, ,„,!,, 


, rli,A;difi\ -n-i.ciirdL' liupinllij cl de 


I^nii , |i: 


dh du .li;i|iiliv di' S:iiiilc-\\:iii.lÈ'ii, :i 



inlUiinc de iMitdns (C. ('.. 11., .\(i| 



Lamoot KdKin ), ii 



Landescron. Cenmlits, miles 



LANDORP, \(Hi Langdorp. 

Landrecy. Jehan de l.iiniln:\i. ilil l'clil Jnn, (■clic- Landri 



Landres. Jciiii ilc l.rniivx. 
IIucs. ciireh <k I.cndrs , 
.h' llasi'iUc (lt;i/.'illr.>, 



LANDES . 



lis |i;il~ cl une 1 Landsberg. Ilrnnrus, jilii 
iey. Housse, i Iiimt Inll.c, -iiiiiiniihv .1 



uHvin de l.uppenhehle . 






LANDT, \nii Broekhviizeu. 
Landwijck, \ -n Blanden. Lantwijck. 






■ iir;iiMiii. ^■' i:;io) ( 



Broekhiiizenj. 
Langdorp i i. .Ir:iii \:iii l.a, 






lion. L. : ^ S Gilcs <k l.nniln^ 
de Itnhani). 



Langdris. It;iv.r i;iii /,,,,,,/n™/,, pi is.miiii-i iV/cc. 



; + .S Rdsliin de l.aii- 






l.an . . . (/nyrcl.i-j (('i)Mi|i. Marbaix, Som- 
breffe). 



. 1.^ : Shiilinn Vn 



d-.Vcrschnt, l:;!li : un 
: ►!< .S Herici de l.aijh- 



acnhi (ir>! . (Alili. 



Langhel, \nji Blitterswijk, MiUlenark. 
Langhegheraerds, \"ii Grijsperre 



m tlii'f et six (3, 2, 1) en poiiilu. L. : . . . illiehni 
Rover). 

Langelaar. U'ilheiii. hcrrc ;» Esche (ICsch), Gittz 
\iui Dnbhinfjcit (Uiibniige), Juhan van Daix. Ariioll 
viiii l.amjerlairc, dc.me mnn xpricht Arnold Reu- 



/.<'. ^' ! : : , ■Irin iiulH spvicht l'oilletl- 

•! > . !' : !. -,' - ,'/, (S-.isscMlicimelSaïKMrr.') 
I-:: I ' ::: , Jnhnil voii der Vellz (de la 
lt"li r,),i ,;v;ii. il(ii:ii-ciil, n/so icir zu Diide- 
Imyen (DudL'kni^ei yfra«(;iH sin imrden van ircijen 
dcn edelen hem Wijnmars van Cymnich, herre zii 
lludclingen, do Diidclinijen getfonnen îcari van 
dfin hûijebonien vnrstcn herlzogen Roprecht. her- 
Izoïjen zii Baire{li\iv) und herre zu Cassel, vnd hern 
Mdeii-arl van Daire, manj[re]ve zu Bruckin, des 
viirsz. hertzoïjen son, und xren (runden i\w 

a l'aiiiiahli', iiniNfiiiKuil ein aile ourpede, qu'ils oui 
si-illr, cl qu'ils k- rrnicrcieiit. en renonçant a toute 
imleinnité du chet de eelte ^luerre, 1-ilO, des anderen 
dnges nack iinnszc Irauwcn daycn conceplio : ledit 
Arnoll van l.anyerlaire, dit Reubere : une fasce, 
ai-eouqu-nce de ,iuiu/e lulleltes, neuf (o, 4) en chef, 

six (3. 2, l)en pointe. L. : van Langlar . 

(.\rnlieni, Cliaiies dr Lnxenibour-, N» 377**). 

LANGELE (Jehan de), éclievin de iNamur, l.'ilj : 
écartelé ; aux l'r et -t», un semé de billettcs ; au 2'', 
li-dis croissants; au 3^ de vaii' ii trois fasces. l'n 
l)ùlon brochant sur l'écu. C. : un vol. L. : .S Onyn . 
de Lange (Namitr, N'o i38.i) (voir Onin). 



Langemeersch. Jean van Lamjhemersch, échcvir 
de la salle et eh.'itellenie d'Ypres, 1342. 3 : uui 
fasce bi'elessée et conti-e-bretessée, accompagnée ei 
pointe d'une éloile. C. cas^é. S. : deux lions (C. C 



LANGENAUWE, voir Brenner. 

Langenberg. Thierry Langenbergh (sans parti- 
eide), éeheNin de Uusseldorf, l.{20 : une montagne 
(toi-iuée de gros moellons), sommée d'iuio tour k 
dexire, et de deux arbres. L. : Sigillvm Didcrici v 
l.amjenb-g (Dussrhl.uf, Chap. de Dusseldorf, 

Langendonck (Amelrtjck van), scepen mijns heeren 
Sincte l'ectcrs ende abts van Corbij (Corbie), inde 
prochie van Nederijssche (Neerijssclie), l!j,')2 : un 



(M. Max de Troostembergh d'Oplinter). 
Langenhove, voir Anderen Hove, Pape. 



ancienne; eUe s'est aniée au.i de CUppele, Ufebvre, 

LANGENHUSE (Thierry van), bourgeois de 
Cologne, reçoit, de la duchesse de Drabant, 3220 flo- 
rins du Rhin qu'elle et le duc lui devaient, ;i lui, ;i 
Jean et h Renier Claelzen, frères, ses oncles, 1387 : 
un lion léopai'dé. L. : . . Diederici de Longha Dom . 
(Ohaites des ducs de Brabant). 

Langerode. Theodericiis de Langrode, échcvin de 
Louvain, 1-138, 9 (ii. st.) LiOi, 78, 9 : un chevron, 
accompagné en chef de deux annelets. L., 1438-G4 : 
►Î<S Theodrici de Langrode scab lov' : U78, 9 : >i< 
S Theodenci de Langrode scab' lov (Abb. de Saint- 
(;ertrude, ii Louvain, ad annum 1-423, etc.). 

LANGVELT (Léon van), échevin de Bois-le-Duc, 
t37(j : ini sautoir componé, accompagné en chef 
d'un bcsaut, ou tourteau. L. : . . . . eonii de Lang- 
vell scnbi Bvsc (Chartes des ducs de lirabant). 



LANC, \ 
Lancaster, v 



r MEER. 



r Derby. 



Lannoy. Baudcson (Baudechon) de Lanoit, Lanoyt, 

jadis prisonnier à liasweiler, sons la bannière d'Agi- 
mont; i. t. : 181 moutons; scelle pour Colart le 
Kevere (lils de Colart), prisonnier sous Agimonl; 
i. t. : 30 moulons, 1378 : trois lions; au franc- 
quartier brochant, chargé d'une étoile. L., 1374 : 
+ Badvins de Lonoi (Chartes des ducs de Brabant). 



- RobicTS, ! 



e de LannoU et de Lis (Lys), franc- 
ectievhi des alleux du Tuurnésis, 1377 (n. st.) : 
trois lions et une bordure engrélée (Tournai, Char- 
treux, c. 10). 

— Gdiebiers de Lannoie (LannoU), chevalier, reçoit, 
de la ville de Tournai, une l'ente, inscrite sur sa vie 
et celle de llannekin, dit Fhridas, son bùtard, 
1402, 5 ; Gilbiers de Lannoit, chevalier, reçoit de 

bâtard Robin, 1402, 3, 4 : même écu. C. : une tète 
et col de licorne. S. : deux léopards lionnes, accrou- 
pis. L. : S Ghilbert de La'noy cevalier (Tournai, 
Cliartrier). 

— (Hue de), clievalier, chambellan du duc de Bour- 
gogne, reçoit, de celui-ci, par le fermier de l'avoir 
de Menin, un acompte de 100 francs, t pour la garde 
de la ville de Compiegne », 1418 : trois lions cou- 
ronnés et une bordure engrélée (C. C. B., Acquits 
de Lille, 1.3-14). 

20 



5. s. : deux j;iil1bii 
■i|-e lou^e. dans un 
llw, EVM. vv\h. 



este, 



e de Nivelles, 



D.iine-de-r01ive (Cile;iux), au 


diocèse de Cambra 


i:i:iO:ecueiilnsain;e. il trois 


mis. L. : . . Kalcrii 


de Lnnov abe . de lolive (Toi] 


liai, yuiltaiice.s). 


- (I.di/s de), elievaliiT, .seiiifieii 


■ (le la Mollri/ (Mnlt 


iie', H'«««e.s- (Wasines) et l 


■ Coiirletieaiue, cle 


allesle, à l'abljcsse dr Nim'IIi 


s. i\in'rseh- duiujnic 


(d'Oifiiies) est descendue . . 


de dame Marie i 


Tliijennes [ïhkmKi], (|iij ciill 


■.s/)i)»xr ln<'S),ire '/.LUT 


du Uois. chemlier, j,/., . , 


'r /A"-,. Kru.SVl 


(lUves?), 6>u(i((le(;i;ii. , 


.11 . ;• ■/;,■ / ,•«•/ 



iiiiselle AiMie-I.nuise, uian|iusede Lùsali, du 
rriiel. rsl (jeiitille femme, lille de Terdiiiaiid, 

(li- l.oMili l'iceeomd' (Viseoiiti), cliaiubellaii 
. U,, ( .OhiilI eoiiiiiiaiidaiil sa gai'de suisse, 

,111111-1 lu re>e, niaii|uise ilr Rocrjuefeuille : 



;iil d'ancienne 
, a Nivelles : 
leb«is(II,id.). 



'11 (?) 1 



I lllnp 



I, Umlaujued 

evalicr, comte de Lanoijei\ I 

ieiiiie(l,uxcnibouri;), imi : 
■ d'une ciuininiie a cinq llei 
n cire i-ouije) (C. C. H., .i;i7 



l'an-Franvois, 
e l'uijdebnr, 
d'ilei'bévillei' 



V de Vdier (Villei:,) et d'Ileibéviller, et de 
'iette de Cliauviiey) ; (|ue ledit Jean-François 
Is de niessii'c Jean de Hocqucfeuitle, chevalier, 
leur de Iteiil, et de Louise de Clairac, et que, 
, ladite daiiioisclle est vraijemeul noble de tous 
3 maternels, sans aucu?ine bâtardise, bour- 
■ie, nij autre einpecJiemenl quekomiue, 17211, le 



Il cartouche, somme d'uni; couruimc k ciiKi 
; et il quatre perles. S. : deux griffons fgrand 
rond, sans L., eu cire rouge) (Ibid.). 



Lannoy (Albert-K 



nest, comte de), de Lamotterie et 
attesie, il Tabbesse de Nivelle^ 
:;iri.'.,ln=epli-Albertinp de Hcrijhe 



jiiiiiellcs lie gueules (Rubempré) ; 
.(Lur, a iiualre pals (et a la bordu 
(Merode). Les deux éeus pusés sur 
souuiié d'une couronne il cinq lleuroi 
cire route, sans L.) (C. C. U., reg. 
Heede, Rubempré, Wittem). 



■IGdoO) (vo 



LANSACKERE(( 



L. : >i^ S Cucnnidi 
;s de Urabanl) (l'I. 12, 



de /'et 



.(CI 



'ini pa 



llg. a-27). 
d'Ypres, reçoit de 



LANSCHOOT ( 



Lansman (Gilles), éelievin du banc de Slusen (Sluse), 
li-47 : une croix engrélée, accompagnée au S'-' can- 
ton de ... ; au franc-quartier fruste. T. : une da- 
luoiselle. L. : S Gieliis H .nenfrere (.\bb. d'Orienté, 
c. i>, X. 0. li.). 



ANTDORP. I 


tienne san inn/er;) (1) scel 


Henri l'oppeiilx 


■eli, juge a Doernic (1 


(Cleves), 13oï : i 


11 \ol, chacune des deux ai 


minée, au bas, c 


trèlle, et un semé de ca 


L. : .J. S' Slepha 


ni de Lanldurp (Uusserdoi 


merkh, .X» 70). 





Lantheere (Jean de), échevin, à Dentergheni, pour 
le damoiseau Adrien de Joignv, dit de Painele, et de 
sa femme, Marguerite van der Zijpen, dame de Den- 
tergheni, lt)23 : un clievron, accompagné en chef 
de deux étoiles et en pointe d'une rose (Deijnze, 
c. I..). 

Lantmetere (Simon die), homme de lief du comte 
de Flandre, l;i;il : un faseé et un léoi.ard lionne 
brochant (Chartes des comtes de Flandre). 

Lantmeters (Ilenier), échevin de la liante justice de 
Rocst (llosoux), loo-l : une herse de labour trian- 
gulaire (Château d'Ordange). 



tre : une licorne accroupie. L. : l'Iwlij) . Lapostok 
(C. C. M., Acquits de Lille, .N» il) (voir Apostole). 

— Jean-André Laposlolle, échevin de Malines, l7o3 : 
(d'argent) ;i trois chevron de gueules, le 1" écimé; 



„)(M.I 



IHl). 



Lappe (Anioiild), l'cuser, rL'i.'oit, du cliapitiT de la 
catlic'di-ale de Cologne, hoff ind (juijl zu Proialinc- 
hoven b\j Werle (Werl) ijckijcn, dal yr vrij eygen 
M 7i.)/(i.';;/i/i/( is . . . i:ul si/ midi i/rcii schoitzcn nlda 
,,e,narha haben, IHil-J : li'dis feuilles de rhéue (Diis- 
.-i(l.>rf, Cul, N" IIjU). 

Laps 'Henri), alleutier du duc, au inélier de Tirle- 
niiiiil. 1 17» : Il OIS lieues de lis, au pied coupé; au 

[lal-, L. >^ Sujtllum Ilenrici Laps (Al)li. de Kaintc- 



s d'un oiseau. L. : S lan van Laepscvc . 
arles des ducs de lirabant, N" 1-470). 



Lardenoy de Vil 



lut des bords. 1,'écu, o\alc. 



— (Cuillaurae-Ernesl-.Mexandrc), chevalier, seijineur 

Kiauce, cette seigneurie, avec cliàteaii, 1G82 : même 
écu, avec couronne el palmes (cacliel, en cire rouge, 
en tout pareil au précédent, mais aulre matrice) 
(lliicl., ■io7t:i':) (voir Spontin). 

Lardier. Sires Juhans de Lardir, cclievin de IJéi;e, 
\HM : tiois eociuilles. L. : ^J. .S lolianiiis de Lardir 
saibini leod (Diisseldoi'f, Uaillia-e (rAltenbiesen, 



— (Jean de), 1201, 8, 70, 8 : trois coquilles. L. : ^ 
S' lohis de Lardnriu scabiiii Icodiensis (C. de li.). 

— (Jacques de), 1"280 : une fasce, accompagnée de 

s . abini leodiii (Ibid.). 

— (Jean de), 1307 : même éeii. L. : nis de 

scabi I . . . . ilbiil., et Charles des ducs 

de Urabant, N» 109). 

— (II<Miri de), 1311 : même écu, le 1" macle couvert 
de...elde...?)''(C.del).). 



■s ducs de Itra- 



'I;,ou^iâ ^ 



Laren ((".uillaume van) déclare tenir, du sire de 
lioclu'sele (.SIeennckcrzeel), sans dale (xv» siècle) : 

Laroche. Noii Roche. 
Larochette, \Mii Rochette. 

Lassou. l'irnv dr In Saulr il si^nr : /'. Lussou). 

JciiM-Miilhi.ii <<.r llMhl I -, Mi'ii :■',.■! rt Claude 
hnn| Mn-,.|, l,.,i- -, , , ,. 1,1., de lierg. 



. lOXI; Lassou : quatre chevrons. 
liel.iieirerouge)i<C.(;. Ii...i:i713^). 



La[e]them. Wallerus de Lal 
muveiinant 18 livi 






X gros, 



ir le due 



de Hi abant, ciim quiiiqiie viris, iina iiobisciim, probis 
et Iwiieslis, bcne el deccnicr cum yaleis armatis el 
eyiiiUilis, siciit dccel, dans la guer're entre l'Angle- 
terre e( la France, 14 août 4338 : d'Iierminc à la 
fasce. L. : >i> S' Wallcri de Lalhem (Charles des 



:.S- W'ûHe . .an Lalhem (Ihid.). 

■t Lalhem), chevalier, prisonnier " 
r Gruulhusc; i. t. : 210 moulons, 
■ eeu que Jean (130.j), le franc- 
ui égaleuienl plain. L. : S' lf(r/(eî-i 



\an Lalem, chevalier, se porte caution 
e dr Drabant, envers Renier de Schoon- 
fiine, fhevalier, du chct' de sa rançon, k 







kin Lmje \in d r Hof tal, chevalier, maréchal d un corps d'armée 
en\u\L p 1 le dut de Bi xbant, au secours du roi d Vogltterre, 
contre le roi de France (1338). 
Fig ' Gauthier vin der Quaderbrugphen, chevalier, 
lieutenant dudit Tean Craije van der Hofstat (133S). 
3 Reniei d -^rgenteau chevalier, \ combattant, tous deux, dans 
chiteliindi Linibouig 13'^8), [ ledit corps d'année 

4. HenrideBau^ele,chevalier(1339), ) (Guerre de Cent ans). 



cause de la liataillo de rtiiswoiler, 
a la fasce. I,. : + S' Waltiri 
(ll.id.,>-"212ll). 
La[e]them. Anioiild \aii I.nlhcm. 
\rlles, I5.i3 : même Oni. Cq. e.ui 
n>rnesdrlin'iif(Al)li. deSainlr-C' 



■ \an Lalhem, même qualité ; ISiG : écai- 
I "• et i'\ d'hennliie à la fasce ; aux -l' 1 1 :i=, 
:.|. couronné. Même G. (Iliid.). 

van l.alhem. clievalier, seigneiu' de Court- 
iiiu', éclir\iii de Ui'uxelles, 1590 : mêmes 
f|irAni.inld (l.jlo). C(|. enuronné (ALI), de 



;é (Mali 



1 illec, 103(3 : mên 



ir Coninck). 



LARCAMP (Ysas de), homme rie fief du Ilainaiit 
et de la coiif de Mous, 13(58 : une hande et un lam- 
hel brochant. C. cassé (.Mons, Saiiile-Waudru. c. Q, 

Lateur, \oir Latteur. 



Lathour (Ai 



e-Josepli), éclicvin du ban de Spri- 



M (Ils, Anloine-Joseiili LaUiour, 
r de la cathédrale de Liéi,'c, etc., 
I TS7 : l'écu, ovale, est très cassé ; 
Il au canton scnestre. C. : un 
I.. I.., encirernuf;e)(C. C. U.. 
. Labeye). 



Lathuy (Ambrnise de), échevin de la cour de Créhen, 
l.'iTi : trois élriers, accompagnés de deux inorlettes, 
aux nancs (comte G. de Loo^-Corswarem) (PI. 1-2, 



a sa paroisse, « de collation inalthoise », au béiu 
lice de Saintc-Calbcrine, en l'église d'IInppaye, 
des bênéliccs en l'église de Jodoigne et au bénélic 
dp Notre-l)ame-de-Gollart, sous Marilles, au diocê; 
de Namur, bênéliccs dont il est le possesseur, 17K' 
le 20 avril : parti ; au 1", trois étriirs. mal onli,! 
nés; au ±\ trois (2, l) mcrlettcs. V.i\. sans ( 
(cachet, sans L., en cire ronge) (C;. C. 11., re; 

\r,:m, w:}:>-, -(0.50-2). 

Latre, voir Lattre. 

Latteur (Jean le) tient, du château de Floberq, i 

fiet a Og\, 1540 : une hache (doloii'e). T. : lui ]»■ 

ponnage (cassé) (Fiefs, N° 10442). 



et d'un croissant et en pointe de . . . (truste). L. : 
.... !<■ iMlecr ditN. . . (Ibid., N" 104-20). 

— (Jean le), lils de l'en Ktienne. tient, dudit chAteaii, 
un liet a Ellezelles, 15(35 : un nœud, atTeclanl, plus 
on moins, la l'orme de deux 8 juxtaposés. L. : !an 
eiT(lbid., .\» 111250). 

— (fluillauuie Ir). hniiniir (le lief (le Flohecq et de Les- 
siiies, l.'iHi; : un .m ,!,■ ili:i,,vi', accompagné en 
pointe de (Uv\ llnu'S a (|iiali'e feuilles. L. : S Cvi- 
tianiic le La. . . (Ibid., .\" 10347). 

— Jean de l.alcur, lils de FraïK'ois. tient, du comté 

:i|t'" I' '■"■ ri'i:-. .1 .1' m ^:iii liiiijse, Hls de Ilcnri, 
'!i il \:m Cleeraputte, fille 

'■' ' ' , 1 J . . antoniié de quatre 

riv , iii.rii,:i!ii |i:ii ]i i,:i-,' iics bords de l'écu et 
cùtoyaul le sautoir il); au chef chargé de trois 
fianchis. C. : fruste. L. : S lan d% Latevr pli 

Fr (Fiefs, \" 7-2-2S) (voir Abbaye, 

El.st, Zaïnaii). 



LATTEFŒUR (Jean de), greffier du grand bail- 
liage de llainaul et bailli do Sotteville, commis par 
Madame Marie de Goegnies. dame de Bernissart et 
de Sotteville, 1028. 44 : écai'telc ; aux 1" et 4=, 



:iiix ->' ^■[ :it', une fasce, acconipaiîiicc de trois (2, 1 1 
cnqiiillcs, C. casse. I,a L. porte le millésime : 1012 

(liaron de Loe). 

Lat;t]re (Jean de), homme do fief du llainaut, 1U09 . 
un chevron, accompagné en chef de deux croissants 
et en pointe d'une croix latine, haussée, le piédestal 
formé d'une seule pierre carrée, mouvant de la pointe. 
S. : un linuime sauvage, tenant de la main gauche 
un écut. L. : S Jean de Lallre 1507 \}\. A. de Latre 
du Uosqiieau) (voir Carnin, Croix). 



- Jchans de Laitre, hoi 
neusels' de Mor-lie, .sir 


une de lief ( 
e[s] en pari 


e JelMn[s] lien- 
<• de le court cuii 

"I':ii;ncs 



— Jaci|ues de I.aitre, conlreroleiir des officiers de 
Flandre, 142."! : ti'ois coqs. Très cassé. C. : . . . (?). 
T. ou S. : . . . (?). L. : . laques de Lai ... (C. C. 
B., Acquits de Lille, I. -il). 



— Sœur Philippine, abbesse de l'abbaye de Marquette- 
lez-Lillc, loi I, 8 : dans le champ du sceau, ogival, 
l'abbesse, debout, sous un dais; dans le bas, un écu, 
a un chevron (C. C. U., Acquits de Lille, 1. -10, 48). 



— ... de t.aiilres, scelle le contrat de mariage de 
Uené-Louis Sanders, seigneur de ^fessaillcollr (.Mes- 
siiicniiit), on p;:ilie, capilaine, etc., et de Marie- 
i:ii:.l'! Il i.'l-li;i"-. a Luxembourg, le 2G avril 1073: 
"'■' l'iiii lion issant et accompagnée 

1^ , ■ ■ ' , ■• rangés en chef, 1 en pointe. 

C, : .iii li.jii ia,„ii,t (cachot, sans L., en cire rouge) 
(.M. l'abbé l'itry, professeur a Luxembourg) (voir 
Sanders). 



— Très noble et honoré seigneur Théodore-Ignace de 
Laillres, domicilie à Virton, collateur de la cliapel- 
lenie de Sainte-lléteine aux Prés, lès Saint-Remy, 
paroisse de Saint-Kemy, remet au gouvernement 
autrichien, l'état des biens afférents ii cette chapel- 
lenie, sans date (1787-1788) : d'azur à la fasce d'or, 
accompagnée de quatre annelets, 3 rangés en chef, 
1 en pointe. L'écu sommé d'une couronne a cinq 
fleurons cl accosté de deux griffons, adossés, regar- 



dants (cachet, si 
reg. -I608O). 



LAU (Léon van), échevin de Philippe de Clcves, sei- 
gneur de Uavestein, Enghieu. Wijnendale, etc., dans 
sa i-ierschaer du métier de Uoulcrs, lu24 : un crois- 
sant et uii trélle, rangés en pal (Deijnze, c. L.). 

LAUBEL (Lober/) (Jehan de) revoit une rente sur 
l'espier de Uruges, 1415 : trois hamaides. Le coin 
supérieur -a dextre est cassé. C. : deux aiguières 
affrontées. T., à dextre : ... ; à senestre : une da- 
moiselle (C. C. U., Acquits de Lille, 1. 370). 

Laubin (Nicolas), homme de lief n noble et ma très 
honorée damoiselle, mademoiselle Marguerite de 
Lille, dame de Frasne sur Escautt (l'resnes, près 
Valencienncs), Gheulezin, Honcourt, Fontenoit, etc., 
Iu04 : une paire de ciseaux ouverte, les pointes en 
haut. T. dextre : une femme nue (.V'e Desmaisières). 

Laukere, voir Martre. 

Launay (Pierre-Albert de), chevalier, roi d'armes de 
Urabant, xvne siècle (le célèbre faussaire) : écartelé; 
aux 1" et 4^ un chevron; au.x 2= et 3», d'hermine 
plain (Bretagne). L'écu sommé d'une couronne, 
soutenant un cq. couronné, cime d'une hure de 
sanglier, posé eu pal. T. ; deux hommes sauvages. 
L. : S Pétri Al berti de Lavnay eq prim prov rey 
arm titvl brabant (.Matrice originale, a Elseghem). 



LAUNELT, voir "Weinmolen. 

Lauraguais. Elisabeth-Pauline de Gand de Merode 
de Montmorency, comtesse de Lauraguais, prin- 
cesse d'Iseghem el de Mamines (Masmines = .Mas- 
semen), etc., résidant en son hùtel, rue de [iourbor., 
a Paris, collatriee de deux chapHloiiiPS, dont une 
castrale, à Uesseghem, au pays d'Alost, fondées par 
la maison de Gand d'isenghien, 1787, le 13 mars : 
dans le champ du cachet, deux écus, ov aies ; A, d'azur 
au pal, chargé de . . . el accosté de quatre pattes de 
lion, affrontées, posées, chacune, eu chevron ren- 



MTSc; U. de sable, au chef d'arijent (Gand). U': 
lieux cous poses sur un manteau, sommé d'une cou 
ronne à ein(| fleurons (caeliet, sans L., en cire rouge) 
|C. C. li , -iOiilT). 

Laureij[n]s, \i>ii Geeraertls], Laurent, Lau 
\vereijns. 

Laurent, Leiirent, Lorent, Lanreijs, ele. 
i;iilin Leurenlh (l.orens et — t), bourgeois de Namur, 
i:i;!7, 8, : une cotice (simple), aceostcc de six bil- 
lelles, 3 ('2, I) au canton senestre, 3, rangées en 
liinide. a dextre. L. : * .S' Culin Lorent (Namur, 

S"- :m, u03, (î, 013). 

— Johanncs, dklus llaniiosiin ileNaiiiurco, armvjer, 
s'i iigage, moyennant 3 livres de vieux gros, a servir 

13:1» (il s'agit de la guerre de Cent ans) ; un autre 
acte, du même jour, l'appelle : Johannes, dklus 
Uannosim de Naiiiurco, receptor manus niorluc 
comitatus nnmurcensis ; [fannosinns de Nainurco 
(sans prénom), reçoit une rente du Drabant, 1330 : 
une banite engrelée et un semé de billettes. L. : ^^c 
•S" lohans Lorent: (Charles des ducs de Itrabant, 
N'" -101, 402elo(in). 



— Jacob Laureijs (LauwerisJ zoen, homme du comté 
de Zélande, lloO. G(j : trois fermaux ronds. C. : une 
tite et col d'aigle entre un vol (C. C. B., c. 40o 
et 113). 

— Jaquemart Leurent, homme de lief du Ilainaut et 
de la cuur de Mons, lfô'3 : un chevron, accompagné 
de trois roses (Alons, Sainte-Waudru, c. Q, 1. Qua 



r fd,m 



arob filiu 



Louwcrs, onlfangher 
•r ijocden in Ooslhurch 

trois épées, les pointes 
rangées en barre. L. : . 
su'(C. C.B., Acquits de 



homme sauvage, tenant de la droite un écot. L. : 
Scel Nicolas Levrens (Archives de l'église de Braine- 
le-Comte). 

Laurent, Leurent, Lorent, Laureijs, etc. 

CoUinel Leurens, lils dudil Nicolas, même qualité. 
135-i, i7(fc ; une étoile -à huit rais en cœur (?), ac- 
compagnée de trois roses à quatre teuilles(?). T. 
senestre : un homme sauvage, la main gauche contre 
la hanche, appuvée sur sa massue. L. : S Nicollas 
Lavrens (Ibid.). 

— Nicolas Leurent, homme de lief du Ilainaut, 136-i, 
6 : une cotice, accompagnée h senestre de trois roses. 
rangées en chef et d'une rose à six feuilles, tigée et 
l'euillée, ladite cotice accompagnée :i dextre d'un 
poisson, recourbé, côtoyant le bord de l'écu (Mons, 
Hommes de fief). 

— Maître Arnould Laurent, même qualité, 137i : 
écartelé ; au 1", fruste ; au 2», une rose et un crois- 
sant, rangés en pal ; aux 3« et ■i'=, cassés. T. senestre : 
un homme sauvage, tenant sa massue dans le bras 
gauche (Ibid.). 

— Jean Leurent, même qualité, lo89 (à Mons?) : une 
fasce, chargée d'une trangle vivrée, accompagnée en 
chef de deux lions et en pointe d'une aigle éployée. 

S. : deux lions. L. : Seel J Levrent (*I. Hulin, 

à Gand). 

— Jean Leurent (fils de Julien), même qualité, 1602 : 
un poisson, recourbé à dextre, posé en barre ; au chef 
charge d'une rose, accostée de deux étoiles à cinq 
rais. S. senestre : un animal (cassé) (Ibid.). 

— Louis Laurin, même qualité, 1021, à Braine-le- 
Comte : une fasce, chargée de trois étoiles à cinq 
rais et accompagnée de trois (2, 1) couronnes de 
feuillage (laurier). C. : une tète et col d'aigle (Baron 
de Rover de Dour). 

— Pierre Laurent, même qualité, 1025 : un chevron, 
accompagné de trois trèfles (B. R., C. G., portef. 
2221). 



— Janin Leurent, homme du Ilainaut, 1525 : un che- 
vron, accompagne de trois tulipes (?). T. dextre : un 
ange (Mons, Sainte- Waudru, c. 1). 

— Germain Leurent, bourgeois et marchand à Mons, 
tient un lief du château de Binche, loiO: une marque 
de marchand (Fiefs, N" 10523). 

Cette mar>|ue est formée d'un t contourné, tei-ml 



— Nicolas Z.n»reHS,' homme do fief du Ilainaut, 1519, 
54, à Braine-le-Comte ; une étoile il huit rais en 
cœur, accompagnée, de Itois roses. T, dextre : un 



— Liévin Z-awrei/ns, échevin deWaei 
une branche séclie, posée en bande. C. cassé (Baron 
de Maere d'Aertrijckej. 

— Etienne Leurent, homme du Ilainaut, 1028, à 
Condé : une hure de sanglier, accompagnée de deux 
étoiles à cinq rais, 1 en chef, 1 en pointe. S. senes- 
tre : un grillon. L. : S Estienne Lèvre . . (Mons, 
OrcfTes scabinau.x de Condé). 

— Louis Laurin, bailli de Ilyon, 1057 : mêmes écu et 

C. que Louis Laurin, 1024. L. : Lavr . . . 

(.M. A. du Lalre du Bosqueau). 

— Louis-Joseph Lorent, prêtre et chapelain de l'église 
paroissiale de Nûtre-Dame-de-la-Chapelle, à Bruxelles, 



remet, au gouvernement autrichien, l'otat des biens 

. 'afférents à son bénéfice, sans date (1787) : nnc b;indc 

de sable, accostée de deux étoiles à cinq rais. Ci|. 



Bouchout, ERKE, 

LAUSNOIT (Martin de). Iiomme de lief du Ilainaut, 
KiSl : un Agmis Dei (Mons, Sainte-Waudru. c. 2). 

— (Mail in de), llounne de la baroinne de Silly, IGOl : 

iMiii. L. : .S Marlin de l.ais (M. A. de Lnlre 

(kl Dosqueau). 

Lauttens (Amand), notaire ii Bruxelles, rachète un 
testament, le 7 août 1095 : coupé; au 1"^, deux 
rnses; au 2'', une rose. C. fruste (Notariat ijénéral 
«lu Hrabant, N» 2187; Archives génér. du Ilovauuie). 

LAUWART (Jean, sire de), franc échevin des 
alleux du Tournésis, 1301, 77 (n. st.) : un bnrclé et 
un chevron alésé brochant. L., 1371 ; >i< S' khan 
de I.a .a..cli... (Tournai, Chartreux, c. 10, et 

Lauwen sone (IJe), échevin de Zierikzee, 1378 : 
une ai-le. I.. : ^ S Ye f Lawacrls tlloUande). 

Lau-wereijns de Roosendaele (sans prénom), 
(laurier) arraché. Cq. 



lelé, bouclé. Cri : Diepenhedc, Diepenhcde (C. G. U., 
reg. .400(12) (voir Laureij[n]s, Laurent). 

Lau-wers (Joseph-Svmphorien), curé de Walou 
province de Westllandre, évéché d'Ypres, remet, ai 
gousernemenl autrichien, l'état des biens aflcrenti 

en pointe, surmonté d'une couronné fermée (royale), 
' posée en caMU', accompagnés en chef de trois étoiles, 
. mal ordonnées. L'écu, dans un cartouche, soutenant 
une léte d'ange, sommée d'une étoile (cachet, sans L. , 
encirerouge)(C. Cl!., reg. .10021). 

Lavallée, voir Sestich, Vallijn. 

Lavule. Willame Laiiule, homme du duc de liar, dans 
la seigneurie de Cassel, 1397 : trois serpents (an- 
guilles?), posés en pal et rangés en fasce, accompa- 
gnés de quatre étoiles, 2 en chef, 1 an flanc dextre, 

1 en pointe. L. : . . . illem (C. C. R., Acquits 

de Lille, 1. 188). 

Lavoir, voir Hermée. 

LAWAYRE, voir Bongart, Krieckenbeck. 



11 jouiiiaux de terre, 1365; donne quittance a cette 
princesse, 1.368 : diapré, il la fasce ondée-entée, 
surmontée de deux étoiles ii cinq rais; écuss 
cœur, a trois pals de vair ; ledit écusson au rhel 
plain. L. : >^ Siy Arnoldi de iawic (Dusseldorf. 
/u(.-Ber(/. N«773ct821). 

Lawick. Rolof van dcr Lairijc, parent (neve) dr 
nalike van Sevenaer, 1371 : une fasce ondée-entéc 
surmontée de deux étoiles à cinq rais. h. : . . It' 
dolfi de Lame . c (Arnhem, Rekcnk., N" .i8."i). 

— (Jean van der) scelle l'acte de Jean van Beinhcn 
Mis : même écn (Gctd.). 



- (Thierry van der) et Ilille (van Bemmel), sa femme, 
pi'omettent de rendre indemne C.isbert van Randi- 
icijck, lils de Gisbert, MCI : une fasce ondée-entée. 
C. : un o\irs issant. T. : un homme (fruste et cassé) 
(Ibid.). 

- (Rodolphe van der), témoin à un acte de Go 
van Remmel, 1494 : une fasce ondéc-entée, sur 
tée de deux étoiles (Ibid.). 

- (Rodolphe van dcr) vend a son frère naturel, Ro- 
dolphe (!), une terre à Elst, 1503 : même éeu (Ihid.). 



Aeiï uijtei 


Enghe 


sa 


■ indemne 


Josse 


van 


.1 1 : mé 


ne écu, 


le= 


ir. C. : un 


ours issant 



suc a terre (Ibid.). 

- Herbert van der Lamvick, échevin de DeijU (Dell), 
1597 : une fasce ondée-entée. Cq. couroimé. Même 
C, mais aux armes (Geld.) (comp. Groesbeek, 
Hautart) (voir Beinum, Bemmel, Engh). 



Léau (Les échevins de), 1248 : dans le champ du 
sceau, un lion contourné. Conlre-scel : même em- 
blème (Léau, y 2). 

— Les mêmes, 1640 : de ... au lion (!) ; au chef plain. 
L. : Itvm opidi leevtvensis ad c[ausas] (HeijL). 

Lede (Adrien van), homme du comte de Flandre. 
scelle un acte du bailli d'Alost. 1354 : une rose. 
C. : une rose entre deux cornes de bœuf (Ninnve). 



— (Adam v 
.l'Alost, 1 

— iJian van), Dis d'Adam, scelle, 



qualité, scelle un acte du baijli 
es écu et C. r.4//îi!7ftemj. * 









Fip. 3. 
XCIV. 
Fi{X. 1. Godefroid (le Bolheim, chevalier 11339), 
Fis. '-i- Léon van der Horcli, chevalier (133S), 
Fig. 3. Joannes, cornes silvestris (de Daun) 
(1338), 



jattants de la 
:'e de Cent ans 
rF^l.XCIll). 



l'acte ci-dessus, I3G3 : une rose et une bordure 
cnijrèlée. Même C. (Ibid.). 

Lede (Jean van), lils de Henri, mouie (|ualilé, scelle 
ledit acte, 13G.J : mie rose. Sans cq., ni C. (Ibid.). 



- ((iauthier van), jadis prisonnier à Bàsweiler, parmi 
les gens (bede) du duc de Brabanl; i. t. : 300 mou- 
tons, un : une rose, surmontée a dextre d'une 
étoile, C. : un cliapeau arrondi, a large bord, sommé 
d'une étoile et garni d'un vol. L. : S Woi-tere vn 
l.ede (Chartes des ducs de Brabant) (PI. 12, lig. 330). 



— Liévin van Le, homme de liet de la chùtellenie de 
r.and, 1470 (n. st.) : un bommc imberbe, de prolil, 
légèrement accroupi, tenant, des deux mains, un 
poisson (C. C. B., .Uquits de Lille, I. 110). 

Ledeberg. Wiltelmus, dominus de Ledebergha, 
lili7 ; fait savoir, en 1281, ajimt Pamclam in atrin, 
,|iie domimix Olhcru.s, miles de Itideve, cl dumiiid 
llculrix, eiiis uxor, ont cédé, de son aveu, il l'abliavc 
(le Ninove, une terre a Rideve : trois losanges, 
accolés en pal, touchant tous les bords de l'écii 
(Ninove) (PI. 13. lig. 331) (voir Meldert). 



— (Les éclievins de), 1281 : dans le champ du sceau, 
une chapelle, ou tour, couverte d'un toit aigu, posée 
hur un piédestal, formé de quatre poutres superpo- 
sées, soutenues par des piloris, et accostées de deu.x 
branches (Ibid.). 

Ledeghanc (Antoine) tient, de la seigneurie de 
Wesseghem. mi fief à Ursel, 1518 : un sautoir alésé, 

ou a trois pointes?). I,. : Anthoenis Leegha . . . . 
(Kiefs, N" 10882). 



— (Chrétien), tuteur des enfants d'.\ntoine L 
taires de ladite seigneurie. 1520 ; un autre bla 
(fruste). L. : . Kerst .... l.edeyanc (Ib 






Leder. Jean Leer rei.>oit, du receveur de Bruxelles, le 
prix de rachat d'un cens de I florin, sur son héritage 
englobé, naguère, dans le parc ducal, 23 mai U33 : 
un poisson en bande, accompagné au canton scnestre 
d'un éeusson il trois (2, 1) roses, encloses de deux 
faucilles dentelées, accompagnées en chef d'une co- 
quille. L. : S lohanni. . . der (Chartes des ducs de 
Brabant). 

JiKus quondam J.hannis. cité le 23 aoil U32 (ChartM 



LEDERNE (Euslacius. n-ites de) (Leerne?), duminus 
de Ristune, 1249 : (écu pvriforme) un lion léopardé 
et un lambel, ii cinq pendants, brochant. L. : «J» 
Sigilt' Ecstacii de Lederna (Chartes des comtes de 
Flandre). 

— (Jehan de), bourgeois de Uamme, scelle, à Lille, 
1201 : plain, au chef chargé de trois pals. L'écu 
muni d'une bordure (simple). L. : »Ji S^ lehati de 
Lederne (Ibid.). 

Leebeke (François van), lils de Jean, in zijnen levene 
ghenaempl Prince, tient, du Perron d'.'Vlost, un tiet 
à Erembodeghem, IH.oS : une fasce ondéCf accompa- 
gnée de trois (2, 1) roses, accompagnées au point du 
chef d'une étoile. S. senestre : un ours, ou chien, 

colleté. L. : Franck (Fiefs, N" 4918) 

(voir Meersman). 

Leeden (llertbaren van der), chevalier, 120'J : deux 
fasces bretessées et contre-bretessées. L. : ... ar- 
berni militis de (Jfons, Hainaul). 

Lieefdael. Ludovicus, miles et dominuis de Levcdale, 

tiomo nobdis. 1273 : trois roses; au franc-quartier 
brochant, fretté et muni d'une bordure (simple). 
L. : >i< S' L i le 

(M. Rouffart). 

— (Les échevins de), 1275 : de ... a la rose. L. : >^ 
S' scabinorvm dm Lvdvvici {'.) de I.evedale (lh\à.). 



— Rogerus de Leiedale, miles, scelle un acte de 
Gérard, seigneur de Diest, 1315; donne, avec Ger- 
lacus de Buscho et Emundus Rovers sone, quittance 
à Florent Berthout, seigneur de Matines, payant 
pour Uciiaud, lils du comte de Gueldre, 1318; 1321 : 
trois roses; au franc-quartier brochant chargé d'une 
aigle. L., 1321 : «Ji S' dni Roger de Leefdale miliiis 
(Diest, NO 20, Dusseldorf, JuL-Berg, S" 250, et 
Chartes des ducs de Brabant, N" 205). 



Leefdael. RogenisdeLecedale, caslellamts bntxel- 
•lensis, miles, 1326, 1331 : même t'Cii (E. 0.,!. 108; 
Abb, (le Sainte-Gerti'iide, à Louviiiii). 



— (Les échevins de Monseigiiciii' Aniould van Levedale, 
i), 1344, 64 : de ... a la rose (Abb. de Saintt- 

r Gertrude, à Louvain, c. 2, et A/pighem). 

— (Ceux du damoiseau Guillaume, seigneur de Peters- 
helni et de), 1393 : même écu (AlJlUjhem). 

— (Ceux de messire de Merode, dans sa seigneurie de), 
15 . . : même écu (E. G., 1. 363> (voir Louvain). 

Leeken. Jean van der Leckine, hostcUer ;i Bruges, 
1324 ('n. st.) : dix (4, 3, 2, 1) macle?. L. : vj. S' lan 
van der J[-ecfri'ne (Chartes des (im\\: - li l'l:iiiiji ,■'>. 

Le seioneur de Leeque : cfasur. n • 



Leeman (Jean) remet au haut-bailli de Termonde 
une déclaration relative à la succession d'une per- 
sonne dccédée il Opwijck, 1396 : une rose. L. : S 
la. ... man (C. C. U., Acquits (l« Lille, 1. 70-71). 



- (Jean), lils de Florent,. tient, 
monde, un llef a Opwijck, t4:ii 
■■.\°4177). 



du c 



— (Henri), échevin i7/ec,- 153S : même écu, brisé en- 
chef à dextre d'une étoile. L. : S Herici Leeman 
scabi aers . . . (Ibid.). 

— (Jean), époux de Martine Arendts, qui tient, du 
château de Termonde, un lieï à Berlaere, 1341 : un 
chevron, accompagné eh chef de deux" merlettes(?j et 
en pointe de deux maillets, rangés en fasce. S. 

" senestre : un griffon (Fiefs, N" 3343) (voir Lee- 

Leemans (Pierre), échevin d'.\erschot, 1480 : une 

tlènr de lis, au pied coupé. L. : 

arscoten . . (Abb. de Sainte-Gerlnide, Elabl. 

relig., c. 3608, .V. G. B.) (voir Leeman). 

Leene. Jean vau. den./.ene,_chef-Jinnime du métier 



. des courtiers il Bruges, 1394 (n. st.) : un chevmu, 
accompagné de trois faucons (ou perroquets?). L. . 
. . la va de Lene (Chartes des comtes de Flandre). 

Leene (Guillaume van den) (lils de Pierre), homiin' 
de lief du comte de Flandre, scelle un acte du bailli 
do Marie van den Ackere, dite van Ci'oes, dans sa 

seigneurie il Courtrai, 1334 : trois crolssanlset i 

bande, brochant sur le l"', chargée de trois IIimus 
de Ils et d'un croissant (Eheghem). 

— (Gossuin van den), homme de lief du cliiileau de 
Courtrai, 1403 : une bande, accostée de deux crois- 
sants. L. : . . . os'm van den (C. C. B., Aequils 

de Lille, I. 33, 30). 

— (Baudouin van den), homme de lief du bourg de 
Bruges, 1420 : une fasce, accompagnée en chef de 
deux étoiles et en pointe d'un marteau. Sans T. L. : 
. .ovdinva (Ibid., I. 41). 

— (Baudouin de le), même qualité, 1431 ; B. de Leene, 
receveur de l'abbaye de' Sparmaelgen (ordre de Ci- 
teaux), 1433 : même écu. T. : un ange. L. : .S Boudin 
m den Leene (Ibid., 1. 43 et 377). 

— (Martin de le), lionime de lief du chilteau de C.uur- 
ti;ii, I i;!7 : trois ciiiissants, accompagnés en cieur 



u van der Biest », à Brustheiu, 1-190 : trois fusées, 
rangées en fasce (non accolées). L, : S Wellem ,U 
va de (Abb. d'Orienté, c. 2, A. G. B.). 

— (Pierre van den) lient, de noble Hobert de Wroede, 
une rente il Courtrai et il Cuerne, 1.301 : trois crois- 
Siiiils, accompagnés en cœur d'un besant, ou lour- 
Irau. L. : .S l'ieier van den Leene (Fiefs, N" 13G0). 

— (.liicqiies van ileii) tient, de Georges Gilloen, 
ecuver, seiiiueiir de Coijghem, le lief dit le Looe. ;i 
Bcllegheni, 1502 : trois croissants. L. : S lacop am 
den Leene {mi., N° 1280). 

— (Corneille van den), homme de lief du hiuiig de 
Bniges, 1329, 38 : une aigle éplovée. ï. : un lioiume 
(ange?) agenouillé. L. : S Cornelis va . . Leene 
(C. C. B., Acquits de Lille, 1. 47, 48). 

Leener (J.-F.), curé de Buggenhout, archevêché de 
Malines, ([uartier de Bruxelles, mairie de Griui- 
berghe, remet, au gouvernement autrichien, l'étyl 
des biens afférents à son église, 1787, le 24 avril : 
parti ; au 1'^'', un poisson, posé en bande, recourbé ; 
au 2'', une grappe de raisin, pendant ii une petite 
branche, sans pampres. L'éçii dans un cartouche 

" (c'achel,' sans L., en cire rouge) (C. C. B , reg.' 
10:i4(D. 






'■0. 



ulelé; aux )«■'■ et 4^ 
11 sautoir engrélé. Un 
sur l'écarteliu'L'. L. : 



iiinnc ccu. L. : SiyUlv hin van di 


r Ui-ps (nm\.). 


LEEQUE, M)ii Leeken. 




Leerbijls (Joan) scelle pour Gille 
,lii biiu de Rotselaer, 1 ... ; troi 
S:unU'-Oerlru(le, à Louvain.). 


l'iatvoet, liouiuie 
liaches (Abb. d. 


Leerne, soir L.EDERNE. 




Leerodt, voir Horion. 





Leersse (Jean), 153i : pai'ti ; au i"'', trois Heurs de 
lis, au pird coupé, mal ordoiiuérs ; au 2'', trois (2,1) 

d'une étoile. 1. : S loliis l.eevsse siaht arschde 
(Ibid.). 

— (Daniel). i;i"27, 3."; : parti ; au i'^'-. trois (2. 1) Heurs 
de lis, accompagnées en ca'ur d'une rose ; au 2'i, trois 
Heurs de lis, au pied coupé, et un chef à deux pals. 
L. : S Dan . el Leersse scabi aers (Couvent de Sepl- 
fontaines. Etabl. reli^., c. 4905, A. G. I!., el Abb. 
de Sainte-Gertrude, a Louvain). 

Ces Leersse scellent en .lualité d'échevins ilAe.s, liot. 

Leest(Jean), échevin d'Hoogslraeteii, i;i7tj : un cliien 
ssant, accompagné de trois (2, I) roses (llopilai 
inte-Elisabeth, HuUengueden, c 



Leeuw, Leeu, Leu, Lew^e, Lô^we, 

((ic;iis Léo, écbevin de Bruxelles, 1280 
le cbamp du sceau, un lion léopaidé. 
Michaelin Leoiiis (liruxelles). 



:. Micimel 
, : dans 



— (Jean de), juré de la ville de Malines, 1299 : un 
lion. L'écu surmonté d'une petite marque de uiar- 
cliand, formée d'un sautoir, relié, au bas, par une 

de crampons. L. : is l.vuiii.s nia 

machlinen (Malines). 

— Gerardus /.eo.échevin de Bruxelles, 131U, 2, 7, 8 : 
trois lions. L. : ►{■< Le seel Gerart Liovn (Bruxelles 
et Fonds de Locquengliieii, A. G. B.). 



conçue (Chap. de Nivelles, Etabl. relig., e. 1374). 

Leersse (Jean), 1491, 6 : parti; au l^', une ros 
ligée, la tige en haut, en chef, et deux Jleurs de lii 
au pied coupé, en pointe ; au 2<i, trois neurs de lii 
au pied coupé, accompagnées en cœur d'Une étoili 
L. : S Johis Leersse scabi arschote (Abb. de Saint 
Gertrude, à Louvain). 



— Amelricus Léo, échevin iltec, I3IIJ : un lion; au 
franc-canton aux points écpiipollés. I,. : «^ S' Ainel- 
rici Leonis (Ibid.). 

— Christianus dictus Léo, el Christian Le«-e, échevin 
d'Aix-la-Chapelle, 1341, 3, .'iO, 8 : de . . . au chef 
de . . ., au lion couronné, ii la queue fourcliée, bro- 
chant, l'épaule chargée d'un écusson il quatre pals." 
L. : . . X'piaiii dci Léo scabini aqvesis (Dussel- 
dorf, Commandcrie de Biesen, «"s 49, 37, 60). 

— Jean van der Trappen (voir Criiijp[e]lant[s]), 
1343 : un lion couronné et une colice brochante, 
chargée de trois étoiles ii ciiui rais. L. : Sigil' 
lohannis Leonis (Fonds de I.iicquenghieii, 



G. B.). 



iers (Govijrs), 1355, 
I semé de coquilles, 



rèpaule du lion chargée d'un écusson plain, au chef 
échiqueté (Bigard). L. : S Godefridi rfci Coviers 
(Ibid.. et Chartes des ducs de Brabant). 



Leeuw^, Leeu, Leu, Lewe, Lb-we, etc. Michel 
de Leouw, die men heel ulen Spiegliel, scelle pour 
Guillaume de Bcijinmere, qui reçoit, du lirabant, 
un acompte sur 2G0 vieux écus, pour perde ende 
hinxle, usés dans la guerre de Flandre, lilôT : 
un lion couronné, l'épaule chargée d'un miroir rond. 
L. : . S' Michaelis de Spe[cvIo] (Chartes des ducs de 
Brabant, N'» 1437). 



T- Michel de Leeu, donne des quittances au duc et ii la 
duchesse de Brabant, i;!37 : petit sceau rond ; dans 
la partie supérieure, ini écu, il trois lions. T. : deux 
hommes sauvages, agenouillés, appuyant leurs mas- 
sues à terre. Dans la partie inférieure, en trois 
lignes : >Î<S' Micha | élis Le \ onis (Ibid., N»s 1394 
et 1S21). 



— Christiain Lewe, échevin d'Aix-la-Chapelle, 1371 : 
de ... au chef de . . ., au lion couronné, ii la queue 

fourchée, brochant. L. : . . piain d ice . . 

(Dusseldorf, Comuianderie de Biesen, N" 71). 

— Henri Leice van Duren, bourgeois d'Aix-la-Cliapcllc, 
reçoit, du duc et de la duchesse de Brabant, I7.J-2 
francs, 100 doubles moutons et 200 llorins qu'il leur 
avait prêtés, nu in der zyl dut der keyser zu Achen 
was, 1372 : quatre pals; au franc-quartier chargé 
d'un animal passant (renard '!). h. : if S Henni . die 
Lewe (Chartes des ducs de Brabant, N" 2422). 

— Jean de Leeu[we], chevalier, jadis prisonnier à 
Bàsweiler, dans l'armée brabançonne; i. t. : 1000 
moutons, 1374; scelle pour Henri, seigneur de 
Diepenbeek, 1374 : un lion couronné, chargé d'un 
écusson, ccartelé de ... et de .. . (plains). C. : une 
tète barbue, coifl'ée d'un turban. L. : S /o/i'is dci 
Leevmilit (Ibid.). 



Leeu-w, Leeu, Leu, Lewe, Lôwe, etc. Jean 
de Leu (lils de feu Michel), prisonnier i//fc, dans 
ladite armée; i. t. : 320 moulons, 1.174 : trois 
lions et une bordure (simple). L. : S lohnnriis l.eonit 
(Ibid.). 

— Sire Gérard Lewe, échevin d'Aix-la-Chapello, 1373; 
scelle un acte de Marguerite, dame de Schoesberch 
(Schaesberg) (veuve de sire Conrardi, qui l'appelle 
son oncle, 1379 : de ... au chef de ... ; au lion 
couronné, ii la queue fourchée, brochant, l'épaule 
chargée d'une coquille. L. : S Gerardi de . Lent 
scabini aqven (Dusseldorf, Commanderie de liieseii, 
N" 72, et Chartes des ducs de Brabant). 

— Godefridus Léo, diclus Covi[e]rs, échevin de I)ru- 
xelles, 1302,6,9, 80 : un lion cour., accompagne en 
chef il dextre d'une coquille et chargé d'un écusson 
plain ; ledit écusson, au chef échiqueté. L. : ^ Siy 
Godefridi Leonis dci Couiers (Bruxelles, Actes sca- 
binaux de Bruxelles, A. G. B., et Chartes des ducs 
de Brabant). 

— Giselbert de Lu reçoit un rente du receveur de 
Termonde, 1386 : un lion et une bordure (simple). 
C. : un lion, issant d'une cuve. L. : S' Ghisetbrecht 
de Lv[G. C. B., Acquits de Lille, I. 70, 71) (voir 
Ham). 



celle 1 






llenii l'ipeijpoij, 1390 (n. st.) : trois lions, surmon- 
tés d'un Inmbel. L. : . . . eradi de Leev (Chartes 
des ducs de Brabant). 

— Everardus Léo, dictus Coviers, échevin de Bruxel- 
les, 1401,4 : un lion, chargé d'un écusson plain, 
au chef échiqueté. C. : une étoile entre deux fau- 
cilles dentelées, affrontées, issant d'une cuve cer- 
clée, munie de deux anses. L. : S' Everaerdi d . . 
. . viers (Malines et Bruxelles). 

— Johannes diclus de Leeu, miles, échesin de liru- 
xelles, 1418 : un lion couronné. C. : une tète bar- 
bue, les cheveux en guise de volet. L. : S hliis 
Leonis militis (Charles des ducs de Brabant) 

— Slichael de Leeu, dictus de Cantere, échevin illec, 
1423, 30, 31 (n. st.) : trois lions couronnés, accom- 
pagnés en cœur d'une rose. T. : un ange. L. : S 
Machiel de Leev dci de Contre (Bruxelles et Chaites 
des ducs de Brabant). 

— naltenis dictus de Leeu, échevin illec, 1432, 3, 
40 : un (seul)l ion couronné. C. : un buste barbu, 
la tète ceinte d'une couronne de roses. T. dextre : 
un homme sauvage, tenant sa massue de la main 
droite. S. senestre : un léopard lionne. L. : S Wov- 
ter de Leev (Ibid., et Couvent de Septfontaines, 
Etabl. relig.. c. 4964, A. G. B.). 



. (Fiefs, N" .18.i5) (Kig. XUl). 



Leeuw, Leeu, Leu, Le\we, Lowe, etc. Claes. 
.■iiicn II tien hcmi Jiitis Slceus, Ridders, reçoit, du 
i(cc\ciir de liniM'Iles, le pi'ix de rachat d'un cens 
(le i.'i l'-i lloriiis, il lui du, par le duc de lirabant, 
vnn iiiinen bloke. aen de veste, nevcn de warande 
(jctcijcit léceiiiniriit eiiglolit' il:ins le parc ducal?). 



!t, dit de Canlere. éclieviii de 
trois lions couronnes et un lambel 
ange. L. : S Machiel de Leev . . 
Ilrs et E. G., 1. 3i)3 et 3G.i). 



— Henri van Lceum 
Erembodegem, 151 

accompagnée^ en cv 



Flandre, un lief ii 
lion issant (Ibid.. 



— Jean van Leeuwen, lils de Gilles, tient un lie! iUec, 
io2G : un lion, accompagné à senestre d'une rose 
(fort endommagé) (Ibid., >■' 720-}) (voir Bongart). 






- Jean de Leeu, dit de Cantere, écbevin ilU 
;i, 8 : trois lions, accompagnés on cœur d 
lelle. G. : une tête et col de lion entre un m 
lan de Leev (E. G., 1. 357, et Bruxelles). 



d Lewghc' nul.: / / /.',, \,,ii Massemen). 
— Gislebert \an Lciiweryhcin, chevalier, homme du 
comte de Flandre, 1353 : dans le champ du sceau, 



— //rij;',.s ./j I nuire, éclievin de liois-le-Duc, 
n^ . i-re d'un lion léopardé et 
■II, - iMlIrltes, 7 (i, 3) en chef 
l.:i. 1;.:. r.,nlc,Mal.nes). 

— Antoine de Luu. tient, do la seigneurie de Nev( 
un lief il Aersele, 1502 : un lion, l'épaule char; 
d'une fleur de lis, et une bordure ordinaire. C. : 
lion de l'écu issant d'une cuve. S. : deux lions. L. : S 
Anthonis (Fiefs, N" 1241). 

— Jean de Liiw, lils de Messire Antoine, tient, du 
chàleiiu de Termimile, un lief a Vlassenbroek et 
renli'. I.'j.ji : un lion. Même C. S. : deux grif 
(lliiii., N"» -ii«i il .i;ili) (uAv Autel, Lôwen- 
berg, Maxenzele, Pipenpoy, Spiegel, 
Ursel). 

Leeuw-Saint-Pierre (Les éclicvinsde), 1430, 42, 



Lefe[b]vre (Gérard), abbé de l'abbaye du Saint- 
Sépulcre, a Gambrai (de l'ordre de Saint-Denoit), 
collateur d'une foiulation en l'église de Notre-Uanie- 
dc-la-Chapellp, etc., h'' et 13 avril 1787; remet, au 
gouvernement autrichien, l'état des biens, en Bra- 



i n- 






reg. 4GGG0 et 405 i8) (voir Febvre)^ 
Leffînghe. Jac(|ues van Lejpnghe, éclievin de Brug< 
1310 : de ... à (|uatre totices et il la bordure ( 
grêlée. L. : S Jncop van LeIJinqhe (Ghailes i 
comtes de Flandre). 

21 



lï'Cii reste intact) (C. G. I)., Aniints de Lille. 1. HH). 

— (Victor van), même qualité, U19 : morne écu. T. : 
im ange. L. : Sigill Victor Le/finghe {WU., 



LEFVINICH (!,"' 



r lirabant, N" 1040). 



Leij(Mar^iiente), fciii 
M'igneiii' (le Lneiien 

LEIJACKERE r 



1510) (Fig. XLIII). 

Leiden. l'iiiiMiy, liiirniave de Leijden 
a Dm- Sirevel. alibé il'Kgnioiul, V,\ 
(iliaiMir). L, 1^ .S' Ilar IHric van Le 
(vuii- "Woude). 



Leije (Jeha 
l'km.l.'f Ou 


i (le le), lioini 
bourg de lirug 


le de lief du coinle de 
"S), 1400 : trois canards. 
C. U., Ar(|uits de Lille. 


-U.serNai 
1400 : six 
Jtoeijeer v( 


(3, -2. 1) Ijesa 
Il (1er Leie (Ibi 


viridumélierd'.\sseuede, 
., 1. 82, 811). 


- (Jacques > 
1481 : un 
n;iié de tro 
Uic (Ibid. 


an der), homme de liet de la Salle d'Vpn? 
.liuvron, chargé de trois ... et aa-ninpa 
s étoiles a cinq rais. L. : . lacojj vim . . 
1. 19o) (voir Leyen). 


Leyen. Ile, 
sni.éiienr 


ru-IIS de Pelra, miles, scelle lui acte d 
!'( Hli\ , 1 :!;iG : type scutiforme ; un seue> 

sen. de l'écn et tenant de la main un 
liaïup de l'écu semé de croisettes recro 
pied liclié. L. : m </ 



les des ducs de Brabant, N" IlOI). 



- l'ieire von der) (et Lei/ghen), chevalier, jadis pri- 
Miiiniee a llaswci 1er. SOUS le drossard de Liixembnurg; 
i, t. : 1:):;C moutons; scelle pour Nicolas van lieaii- 
repeer ( IJeanrepcre) (i. t. : 120 moutons), pour Wieri/c 
i-an Derylie (i. t. : liiO 1/4 nouions) et pour Bau- 
douin van Lolruch (i. t. : fjl moutons), 1374; ralilie 
(avec Louis van Maclieren, prévôt de Luxembourg) 
la quittance de Jean Walraven von Trier (voir 
celui ci), tous quatre prisonniers illec, sous ledit 



■s des comtes de l>'la 



nu luilieu de l'éeu. L. : lacop van der l.eieii (C, 
U , Aecpiits de Lille, 1. 378). 

■ (Frédéric-Ferdinand, comie de la), seigneur 
de lloliengerolsegg, Adendor/f, llliescassel, Sinq 
veld, lloehol/., ehauibcllan de Sa :\lnjrslé Inipéri 



l;^.liie, 1740 


M iir) (cachet 


:::,;::;:r!:E 



Leyen (François-Charles, comte du Saint-Empire 
Uoiuain, de la) et de llnliengerolseck, etc , conseiller 
inliine d'Etat actuel et chambellan de Leurs Majestés 



Leijenburg. Her Aernt, lier tôt Leijdenberch, scelle 
un acte de Jean, comte palatin du Hhin, duc de 
Uavicre, llls du comte de llaiuaut. Hollande, etc., 
t (19 : deux fasces bretessces et eontrc-bretessées, 

surmontées de trois merleltes. L : va 

Leien . . . (Andiem, Culemborg, N" 432). 



Leiningen. J 



iiieiujen déc 






— Sire Godefroid van Lyningeii, coster de la cathé- 
drale de Cologne, 1390 : trois ais;les et un laud)el 
brochant aiiid., N» 1192). 

— lieynarl, grève zo Lyningen ind herr so Wester- 
burg, témoin et cousin de Frédéric van Ronckell, 
comte de Wied et d'isenburti, liSI : inie croix, can- 

(',. : un \(il, semé de feuilles de tilleul (Wester- 
burg) (Duiseldort. Orange-Moers, N" 83). 

— Euphemia van Lynnyngen, lerlyt koslersclie der 
werllyken kerckcn la Essen, 1.187 : trois ai 

un arbre (?). L : mia van Un (biis- 

seldorf, Werden, N» 97=). 

LEIJS (Henri van), jadis prisonnier à Bâsweiler, 
sous le sire de Baulerseni ; i. t. : 81 moulons, 
1374, 8 : de ... il l'écusson chargé d'une bande, 
accompagnée au canton senestre d'une étoile a cinc| 
rais. L. : S' Henris Dopvch (Chai-tes des ducs de 
Brabant) (Pi. 13, llg. 332) (voir LEUS). 



Leijschoef (Jean) (et Leijscoep, homme du comte 
de Flandre, dans sa chàtellenie du Vieux-Bourg, 
1397, l.tl2 : trois gerbes (Sans S.) (C. C. B., Ac- 
quits de Lille, I. 157 et 401). 

— (Jean), même qualité, 14 IG, 22 : même écu. L'écu 
sommé d'une tète d'ange. S. : deux léopards lioiniés. 
L. -.S lan oefillnd.,]. 91, 92, 401) 

Leithe, voir Liethen. 

LEITUWE. Corneille van der Lelewe, échevin 
d''i|irrs, 1430, 2, 3 : une bande, cùtoyée de quatre 
étoiles. T. : une lenniie sauvage. L. : S' Cornelis 
va' der Leituue (C. C. B., Acquits de Lille, I. 418). 

Lek. Domimts Henricus de I.ecka scelle un acte de 
Thierry, comte de Clf'ves, 1209 : type équestre; le 
bouclier, la housse et l'écu du conlre-scel a un bandé 
(foi't endommagé). L. du conti'e-scel : ^c S' Henrici 
diii de Leka (Dusseldort, Dedbnr, N» 8) (voir 
Brabant Lierre, Maalstede, Polanen, 
■Wesembeek). 

— Her lleinric, hère van der l.ecke, chevaliei', hounne 
du comte de Hollande, 1298 : type é(|ueslrc; le 
bouclier et la housse h un lion couronné, à la queue 
fourchée. L. : . . Uenrici dni de Lecka militis. 
Omtre-scel : mémo écu. L. : vp S Secret \ clavis 
sigll'i dni de Lecka (Chartes des comtes de Flandre). 

— Jean van der Lecke, chevalier, jadis prisonnier a 
Bâsweiler, dans l'armée brabançonne; reçoit, à 
Bréda, un acompte sur une i. t. de 4030 moutons, 
1375; scelle pour les bériliers do (îilles van den 
Wijngaerde, tué a Haswiiler (i. t. : 80 moulons), 
1375 : trois croissants, surmontés d'un lambel. L. : 
S lan van der Lee ridder (Charles des ducs de 
Brabant) (voir Polanen). 

— Henri van der Lecke, sire de la Rxjvieren, écoutéte 
de Cois-le-Duc, reçoit, du Brabant, un paiement 
pour ses services, 1 388 : deux croissants en chef ; 
le reste du sceau est cassé (Chartes des ducs de 
Brabant). 

— Jean, seigneur de la Lecke, donne (luillance au duc 
de Brabant, 1388 : dans le champ du sceau, un cq. 
couronné, cime d'un vol (Ibid.). 

— Henri de le Leck, seigneur de llezetvije (Heesv\ijk), 
scelle un acte de la duchesse de Brabant, 1393; 
conseiller du duc, 1400; homme du duc Antoine, 
1413 : comme Jean (1388). L. : Secretvm mecm 
(Ibid.). 



Leke, voir Leeken. Voorde. 

LEKES I l{y(jimerl ciel, receveur de l'abbé de Corbie, 
n'çuit iiiié renie sur IVspier de liniges, 1400.4; 
deux iru;u)x dilléieiiU ; 1400 : parti ; au 1", trois 
tlie\rous; au •i'', ujie tiaiigle, accompagnée en chef 
de deux coquilles et eu pointe d'une étoile à cinq 
i-ais. S. seneslre : un aigle, ou griffon ; 1404 : parti ; 
au \", trois chevrons, le !"■ somme d'une traugle. 



s. L. : . . . 

Lille, 1. -il'J 


■"""' 


Lechenich, 


oir Eyneburg. 


Leckarts, \ 


ir Clutinc. 



Lecker. Thierry Leckar scelle un acte du comte de 
Cléves. 1348 : parti ; au l", un demi-écusson el une 
demi-escarboucle,le tout mouvant du parti (Clèves); 
au *', un diapré à la lasce (ou une fascc, accom- 
pa,:;née de deux rameaux, ce qui est moins probable). 
L. : ^ S' Tlieodki dci Lecker (Uusseldorf, Jul.- 
Ilenj. \- LiDll). 



LECKINE, \ 
Lelyboom (Ji 






au chef chargé de deux fleurs de lis. S. : deux 
aigles regardants. L. : S' lohis Leiiboem (Malines). 

Lelibooms (Jérôme), échevin iltec, 1593 : un fer de 



Lemaire, voir Maire. 

LEMBACH, voir LIMPACH. 

Lellich (riaes van), riechter und burger zu d 
za EchUrnachen (lîclilernach), l^lHi : une 

recercelée. L. : . . Clas von bcry (!) (An 

Charles de Luxembourg, N» 221). 



Lellich. Ctais von Leklie, échevin â'Echlerimchen, 

1413 : même écu. L. : «^ penj (Ihi,!.. 

K" 419). 

— Willwlm va?in Leiche déclare tenir eu lief, de 
seigneur Glade von der Nuwerburg, seigneur de 
Feliy (Fay), Grainsy (Grancey), lierpurch ;licaurc- 
père), Zolvereii (Soleuvre) : ein buse staendc ijn 
sijme slois :u lierpurch, mil si/me beyri/fe, piairics, 
champs, jardin, 1480, le 10 avril : même écu. C. : 

deux cornes de bœuf. L. : von Le 

(Ihid., N" 1071). 



■-(Der 






le un acte de Juhnin 
vun Wiltcr, 1510; der veste Junckcr Johan voii 
Lellig, burgraff zur zyt czu Dertpurgh (licaure- 
pére), scelle uji acte de Johan, scholtessen Uanls 
son von Lellig, qui déclare tenir en lief, de Félix, 
comte de Werdenberg et de Heilgenberg (Ileiligcu- 
bergl, seigneur de Muzelburg (Muselburg), Dertpury 
et de Zolveren (Soleuvre), vor mich unnd myne ge- 

son prrc le tejiait, le 13 février 1518 (st. de Trêves) : 
mêmes écu et C. L. : S lohan van Lellich (lliid., 
N"» 2213* et 2330*). 



U, uff di 



Lembeck. Wessel vai 

van den lioetzelaer, 
1397 : une feuille d'or 
schenbroeck). C. 
Mark, \> iigo). 



Leembeke, parent de Wessel 
lu côté du père de celui-ci, 
ie (comme Holstein, Mus- 
un vol (Dusseldorf, Clhes- 



— Julla van Leembeke, tcilnere Goessens xvijf van 
Leembeke was, donne quittance au comte de Clêves 
et de la Mark, 140,^; trèsendonnnagé; danslechainji 
du petit sceau, rond, dame debout, tenant deux écus : 
\, fruste ; li, une Heur de lis (Dusseldorf, Clèves- 
Mark, 'S" OjO) (voir Westerholt). 



(Henri), curé de Melreux, liiron, llodister 
;s villages dépendants », diocèse de Liège, 
de Luxembourg, remet, au gouvernement 






Fig. 3. 

PI. xcv. 

F:?. ). Jean de Dieghem, chevalier (1338), 
Fig. 2. Thierry, dit Flours de Dirither, éciiyei 

(1339), 
Fig. 3. Ghevardiis de Dorne, miles (1330), 



combattants de la 
guerre de Cent ans 



nulrichicn, l'ctat des liiciis alVcroiits a ses églises, 
17M7, ou 1788 (sans (laie); scelle «ne tléclaralioii 
analii-iie, relative aux liiciis alléreiits a un bénélice 
iii^i' 111 la cliapellc de Werpin, paioissc tW Miliiii\ 
(nuis date) : ccailelé; aux l";'' et i'', une aiiille; 
aii\ 'J'- cl ;)•■, d'azur ii trois étoiles. (.',. : im li"ii lou- 
rniMié i-saiit, tenant, des deux pattes, une anille 
(,;m lin, sans L., en cire rouge) (C. C. U., reg. 40581, 
iii;;,si;ei HwOi). 



(Dusscldorf, Jul.-lhrtj, N" H(i(i 
Lennep. Ilniiinis ilc l.iiiiu']ili 



Lemmens (Jean), échevin de Platines, liil, ;!, i, 5, 
(.Malines) (Fig. XLIV). 

— lie Pareiily (Nicolas), bailli portatif d'Enghien, 
l()-2.j : écartclé; aux 1"' et ■!«, un chevron; aux 
■1'^ et 3', contre-écarlelé ; a et rf, un lion ; b et e, 
une iioix pattée. C. : une tète et eol d'aiiiuial 
(M. i:. Matthieu) (voir Meeren). 

LEMMES (Josse de), homme de liet du I!»ui>; de 

Miii, in\ fasie, enUv un vol (C. C. U., Acquits de 
Lille, I. .17). 

— (Josse de), même qualité, 1302 : mémo écu. C. : 
NU poisson renversé (1), entre un vol (Ihid., 1. .18). 

Lemmin (Jean), échevin de Furnes, USÎi; homme 



!.. ■.Slanl.cm, 
beert, Veijse 


'"'"'"' • '■ 


emonnier, voi 


Mosnier. 



Lenaert (lilisabeth) déclare tenir > 
aniére-lieï, du Urabant, des terres ii i 
a Wanghe, 1.170, le i septembre; 



: >i. S lan v, 



lén|iarilt'. I.. : .S" Joiiiini Yoliannes {[) de Lcnepc 
(Diisseldort, Clh-es-MavI;, N" 002) (voir Kanis, 
Middachten, Moers, Renesse). 

- (Uodolphe van), maître d'hôtel (haiffmeister) du 
duc de Gueldre et drossard de Middeler, conclut 
lin contrat de mariage avec Jeanne de Cock van 
Neclerijiien (Xeerijiien), lillc de Jeanne van Ems- 
AïTc/.' (1), veuve de Gisbert die Cock van Nederij- 
nen [ii. lo28 ; partage avec son beau-frère, Ilerbere 
die Cnck \an ^'., les biens de ses beaux-parents, 
1531 ; scelle le contiat de mariage du même, 1533 : 









.S Roelefva Leinep (GeldJ. 



SJ, plain 



— Charles van Leniiip, membre du corps équestre de 
la Veluwe, 1350 : même écu (coupé). C. : un lion 
issant entre un vol (Gctd.). 

Lennick. Les échevins de ieneke, 1317, 8 : dans le 
iliamp du sceau, un saint, debout, tenant de la main 
(linilr une palme et de la main gauche un livre 
[niiir. L. : ►!< S scabinorvm de l.enia . o (Fonds de 
I.oequcnuliien, A. G. 1).). 



Lennick-Saint-Quentin (Les échevins de) et de 



rceu iMan), hi 



i \" et .is 



liiartier plain (chargé d'un lambel?); ! 
m lion (Domis). Sans L. (.^L Jules Van 



u chef de 
i' et 3', 



Jrus). 



Lennoot (Antoine), receveur A'OoslbuTch (-burg). 
14-12 (n. st.), : un sautoir, cantonné de quatre 
petits chevrons alésés. C. : mie tête et col de héron 



(cygne?). T. : deux remmcs salivâmes. L. : S An- 
Ihonii (C. C. li., Acquits de Lille, 1. \V>i). 



Lennoot (Jelians), boufjicoi 
(de Daiiimc), 1320 : même c 
(siniiiic). L. : >^ S ^i/iiv , 
(Cliailcs ilr- . ■ .■ ■ ]■ ' 



Lenoncourt (Pliilippe de), écuver, scigneui' de 
Gondrccourl en. Woijcre (Goudrecourt-cn-Woevre), 
tient, du duc de Lorcaiiie, du chef de son chasld et 
prevosté de Dry (liriey). la ville et le chastel de 
Gondrccourl en Woyvre, etc., Util : une croix 
entsi-èleo, cliargée eu cœur d'un croissant. C. : un 

disque, chargé d'une auille, entre uu vol. L. : p 

de ... oncourl (Lorr., liriey, B, 501, N'» 120) (voir 
Choiseul). 

— (Louis de), chevalier, seigneur de Gondrecourt en 
Wepvre, tient, du duc de Lorraine, du chef du duché 
de liar et de la chàtellenie de briey, le chasleau et 
maison forte de la seigneurie dudit Gondrecourt, 
etc., 13:i0 (n. st.) : une croix engrélée Même C. 
L. : Seel de Loes de Lenoncourt (Ihid., N'» 12;i). 

Lens (Jean, sire de), homme du comte de Hainaut, 
129.J : trois lions couronnés. L. : ^ S' khan 
signevr s (Namur, iN" 272). 

— (Maignc de), feudataire de l'église Sainte-Wau- 
dru, il .Mons, i:îo3 : trois clefs, les pannetons en 

haut, et une bande brochante. L. : ^ S' Ma 

Le . . (Moiis, Sainte-Waudru, Fonds de liai). 

— (Pierlot de), jadis prisonnier à Dasweiler, sous le 
liailli du lirabant wallon, Clutinc; i. t. : G2 1/2 mou- 
tons, i;i7i : une force renversée en chef à dextre et 
deux besaiits, ou tourteaux, 1 en chef à senestre, 
1 en pointe, le ii^'' chargé d'une lettre |îl. L. : jf: 
S' Pirto .deL...s (Charles des ducs de Drabant) 
(1^1. 13, lig. 333). 



— (Arnoidd van), prisoiniier i7/ec, sous le même; 
i. t. : 8U moulons, 137-4 : une croix, accompagncé 
au 1<^'- canton d'une meilelte. L. : * S Erdar (!) de 
Lens {md.). 

— (Leséchevinsdc), ltilli-(i-nisiinnc^n,n.„,.„A. , . 
Seel . . . esclieuins de L 
queau). 

— Les mêmes, 1039, GO, 79 : même écu. L. : Seel de 
lescheuinnge de Z,ens(lbid.)(\oir Gavre, Gouvy, 
Jauche, Lentz, PouUet, Racour, Valent)! 

Lent (Thierry > 



V. de Latre du lios 



m du duc Renaud de tJuel- 



dre, 1342 ; Thierry et IJsebrant van Lent, ccuyprs, 
cautions du même, 1349; Thierry : trois pals de 
vair cl un lambel à quatre pendants, brochant 
(l'I. 13, lig. 334). L., 1342 : >i< S' Tlieodcrici de 
Lent . IJsebrant : même écu, mais sans lambel 
{\nihem, Jiekenkamer, N» 430, et Wassenaer) 
(voir LETE). 
Lent (Othon et Bernard van), frères, lils de Thierry, 
achètent une rente du chapitre de Bedbur, 1380; 
tous deux : trois pals de vair (Uusseldorf, Bedbur, 
N" o;i). 
— (Henri van), erfpachler, scelle un acte de Gertrude 

van Zevenaar, 1417 : même écu (Ibid., N» 73). 
Lentezoens, voir Vergou-wen. 
Lentz (Jean), éclievin d'Aix-la-Chapelle, 1490 : une 
tour, [losée sur un mont. C. : les meubles de l'êcu. 
L. : S lolian Lens (Dusseldort, Commandcrie de 
Biesen, N" 01). 
Léopard. .Maître tiuillaume Leopart, échevin de la 
haute cour du Keix, 1!j81 ; échevin de la coin' du 
chapitre de Saint-Aubain, en la ville de Namur, 
lo80 : un léopard. C. : un léopard issanl. L. : . 

Gv e Léopard (Abb. de la Ramée, Etabl. 

relig., c. 317S, 3179, A. G. B.). 
Leopardo (Franco de), civis coioniensis, a vendu la 
villa Gyveslorp (Gc\elsdort), à Gérard de Juliers, 
seigneur de Castre (Caster), 1290 : dans le champ 
du sceau, un léopard et un semé de billettes. L. : 
>fi S' Franconis de Leopardo (Uusseldorf, Jul.- 
Derg, N" 121). 
Lepe (Jean van der), homme de lief du bourg de 
Bruges, 1529 : une croix ancrée, chargée en cœur 
d'une aigle brochante. T. : un ange. L. : S lan van 
der Lepe (C. C. B., Acquits de Lille, 1. 47). 
LEPPEVELDE (Jean van), homme du comte de 
Flandre, tient, du château de Termonde, un lief il 
llammc, 1430 ; scelle pour d'autres (l'un : Jean Dul- 
laerts, lils de Michel), feudataires illec, 1430 : 
diapré, il une fascc. chargée de trois trèfles. L. : . . 
lan van Leppevelde (Fiefs, N« 3741, i, 7). 
— (Mathieu van), tuteur de Uannekine van Niele 
(probablement pour van Uiele), his de Daniel, tient, 
du cliiUeau de Termonde, un lief ii Hamrae, 1430 : 
une haie, formée de trois poteaux, pointus au bas, 

lirocliant sur trois lattes horizontales. L. : 

pevclde (Ibid., N" 3724). 

LEPSE (Arnould van), bailli du comte de Cleves, â 
Rosenau et dans la Ilctter, 1302 : une hache (y) con- 
tournée, posée en barre (Dusscidorf, Col., N» 1140'. 



Lerke (Jacob de), éclu 



vin et cuerer au métier de 
oiseaux (alouettes), accom- 
étoile (C. C. B., Acquits de 



Lermlgeau ^(;ill(■s) [ct. I.crnwjcautlj, liouirac de lief 
du ll.iiiinul, l.'l'.iO, a Avcsnos : un râteau, posé en 



LEHNE, voir Salm. 



^ny. Charles 


do 


Ler:is, 


clievaliei-, 


scelle pour 


Cli'jnct tie llreban, 


ailmirat 


de France 


f[ui prie les 


^..uMTneurs, iiiaiiTa 


et échev 


ns des bonnes villes de 


llreban (liialia 


U)d 


user de 


eur influe 


ice sur leur 


duc pour <pio 


eliii 


ci donne 


suite a un 


■ lettie qu'il 



e feunucs nobles de Saint-Thomas an dcr Kill, 



LETE (Massaert de) (Lent?), jadis 
liasweiler, sous Robert de Namur: i. 

\air ; aux 3= et .i^ trois losanges. L. : 
de Mares (Chartes des ducs de liralia 
aimes de Lent). 

LETE[NE], voirLIETHEN. 

Letmathe. Ilunold van Letmele, le ' 



deux pals de 
^ S' Mnsar 
it) (conip. les 



Lescart, voir Neufville. 

LESCHE, voir Letsch. 

Lesloy. voir Hove, Saquin. 

LESPAUT (Maugis de), couver, reeoil, du Itrabant, 
une rente viagi're, U09, 70, 9 : doux poissons ados- 
bés et une bordure engréléc. C. : une tète barbue, 
coiflée d'un lurlian. aux bouts flollants. L. : Mavgis 
(le Lesparl (Chartes des ducs de lii'abanl). 

LESSCHE, voir Letsch. 

Lestecque fU ibierl), clerc, homme de lief du Ilai- 
naut, l-i^l : un chevrou, accompagné de trois 
heauuies. I,. : f^eel U'ibcrt l.eslecquc (Namiir, 



/(prévôté 
le rinfantc 


a Knscheraiige, 
de Uastogne), par 
Isabelle, 1G83 : 


.> deux fh 
ï. Cq. san 

i;. 1!., ir,i 


nmps, trois (2, 1) 
C. (cachet, sans 
:i='l. 



m Lestrijeiix, abbesse di 



:e a deux Lires. L. : 6" Ucuuldi de Lelmaie 
is (Dusscldorf, M.-Berg, N» 9IG). 



: Saint-Ghislain, 



à llor 



I7S7, le 



iûiidation a W'amuelle tWasmucl), hameau de 
Saint-Ghislain. fondation dont il a la collation, 1787, 

;i l;i (Il mi :ii-li' in .;i\;iiilc ; (j, d'azur a trois (leurs de 

i!- ; : , - I au tronc d'arbre, feuille de 

Mi::.i: ' M une terrasse. L'écu sommé 

.l'u:,- : - , .,iM. llnininset, a dcxtre, d'une 



Letsch. Gkerlactis de Lessclie de Muelhenheym (Mul- 
hcim-sur-lîhin), miles; Gherlacus Lesche, miles de 
Meulheni ; possède un alleu in villa de Kynschebach, 
sur lequel il assigne au duc de Urabant une rente 
aniuiclle de 10 livres tournois, 1338; reçoit une rente 
du Urabant, 1338 : trois feuilles de tilleul, sans 
liges, posées en pairie, les pointes dirigées vers le 
cfein' (le l'écu. L. : «î» S' Gerlaci militis Leshe 
(Charles des ducs de lirabant, N"^ 306 et 397). 



Let-werch (GiselberlusJ, ccheviii 



oliiili' (Alib. (le S;iiiit-Tiom], 
Gheersdale). 



LEUCHTMAR, \nii- Calcum. 
Leunckens (JcaiO, cclii'Niii de Liiii 



Leuze (Sii'f Maliieu de) r 



kiiiibel. C. ; un buste imberbe, coiffée de . . . (cou- 
ronné?). L. : S ,)/«/iiei; de Levse (Tonrnui, guil- 
tanccs) (voir Antoine, Libert, Pattey). 

Leutesdorf. Johanncs, advvcalus in Liidisdorji. 
miles, iul'éodc à Adolphe, comte de Uei'g, curtem 
iioxlram sitam in Ludisdorphirbag, cum agris, 
pratix, nciiioribus, 1313 : quatre pals et une colici' 
biodiaute (l)nsscldorf, Jul.-Dcrg, N" 21G). 

- Werncrus. advocalus in Lxtdenslorf, I3.'Î7 ; 
(|ii:ilie pals; au franc-canton chargé d'une éldile 
(Dusseldurf, StaveM-Malmédij, ^''' 86). 



- Jean li Leux, écuver, bailli dudil chaiiilre, 1^1: 
trois loups passants ; au chef chargé de trois n 
lelles. C. : une tétc et col de more. T. dextrc ; 
damoiselle. L. : SiyiUv lohais Lvpv(\) (Ibid.). 



■(• l.n 



et il 



Leuth. Jourdain van Loet réunit, du Urabant, des 

sommes, pour ses services rendus dans la guerre de 
Flandre, 1337, 8 : plain; au chef charge de trois 
luerlettes. L. : . . lordani de Loyle (Chartes des 
ducs de ISrabant, N»5 1188, 1.108, 1589, 1001). 

— Ledit Jourdain et son frère Jean reçoivent, du 
Itrabant, des indemnités pour leurs frais et perles 
(guerre de Flandre), 1357, 58; Jean : plain ; au chef 
chargé il dextrc d'une merletle. L. : >^ S lohanim 
de hoci (Ibid.). 



ni rei.uil uiie rente \iagere, puui' MichicUe 
; feunue d'Allem[aH] Michaull, 1.193 ; un 
;ant. L. : S Villame le Lev (C. C. li.. Ar- 
Lille, 1. 1C08) (voir STINBEBGHE). 



LEUS (Ermrd de), esciiier. 


oncle (le Jchenne de 


r/ii(?//ei-(;e«(/es(Uiflcrdange), 


fenune d'Alexandre de 


Verlon (Virton), chevalier. 


3o5:de..., au chef 


de . . . et au lion couronné 


brochanl. L. : ►J. . 


Eran de l.eis (Arnhem, Cli: 


ries de Ijivembourg). 


Leuze. Gér:ii(Mr/,eH.se.erhe\ 


nduFeix, IXIIiIroi. 



- Jourdain \[\nLoethe, échevin de y(erA-(Rhei*berg), 
Scelle un ac(e de Jean van M'ijenhorst, 1389 : plain; 
au chef chai'gé ii dcxtre d'une merlelte. L. : Siijdlv 
Janlaiii de lo<il (l)usseldorf, Col., N" tl!8) (comp. 
Us aimes de Wijnhorst). 

— Ilerman van Loijle(Locle) promet de constituer un 
douaire ii sa femme, Griele, Hlle naturelle d'Adolphe, 
comte de Cléves et de la Mark, lili; drossard de 
Uingenberch, 1417 ; scelle, avec son frère Jourdain 
(celui-ci 1° loco), comme hommes du duc de Clèves, 
MIS : plain ; au chef chargé de trois merlettes. L. : 
S' Hermanni de l.ole (Dusseldorf, Clèves-Mark, 
N"721, 10, 56). 



1 l.oe 



e déclare indeumisé, par le 
liet de ran(.nn, perte de che- 

" (i'rfo locu) avec S(ui dit frci'e 






. XCVI. 

Fig 1 Hem 1 Berthout, seigneur de 

Glieel.che\ aller (1338), 
Fig. 2. Gossuin, seigneur de Goss 

chevalier (1339), 
Kig. 3. Henri, seigneur de Gronsvelc 
lier(I33S), 



combattant' 
de la guerre 
de Cent ans 
(voir pl.XCIII). 



un Jrr Milieu, un acte de Henri llellinck, 1417 : 
fililii ; au chef cliar^'é de trois mcricttes. L. : >|h S' 
Ain van l.oet (l)iisseldorf, Bedbur, N" 73, et GetdJ. 

Lovai, soir Trahegnies. 

LEVENDALE, voir Lieventhal. 

Lcvls. /'dMi.v,... cnnwmceuiis cpiscvims. i:ill : 



,;i') t.Moii 



Al)b. di 



ic-lCii 



ce). 



L«xhy. AineHus de Lesschijt (Lesschiel) (1), éclievin 
dr ^aiiit-lroiid, 13(37, 8; vassal du château de 
liura.-., 1307; Amelijsvan Lesckijt, jadis prisonnier 
) lu^ttiiler, dans la troupe de la connnaiiderie de 
i;iiaulr:iine; i. t. : 1-12 moutons, 137-1 : un lion et 
lir. C. : nnetéteotcol 



•^ ducs de lirabant) (2). 



I van), échcvin de Saint-Trond, 1-137 : 
u et C. (Abb. de Saint-Trond, c. 9). 

m), échevin illec, 1490. 8; échevin de la 
• Milen, dans sa seigneurie de Milen, 1499 : 
u et C. (Ibid. et Ordange) (voir Many). 



Lhoest (L'Hoest), \ 






LYAUNE (IVilliaiimes, sires de), chevaliers, cau- 
tion de son cousin (Juillaunie, scigiu'in' de l'ienks, 
clievalicr, envers le comte de Nevers, 1287 : un lion. 

L. : WiU'deLav . . . (Chartes des comtes 

de Flandre). 

L Inm'nt. analyt. TaiipeUe, d toit, L:jau,ne!. 



Lholr (.Martin), homme de liet du llainaut, 1585, 
-Sui^uics : un quadrupède a courtes pattes (loil'] 
passiul sin' une souche d'arbre, posée en fasce e 
mouvant de la pointe. S. : un griiïon. terminé e 
(lui'ue de poisson. L. : S Martin Lhoir (.archives de 

Lhonneux, voir Lor. 

Liogre (Joseph-F. de), veut d'Anne-Catlierine Ver- 
s<-lHiijlcn ; IsaOcUa Servanda Rebecca Verschuijien, 
>fu\c de Fiaiicois-Guillaunie Le Grelle, conseiller- 
^rellier de la ville d'Anvers ; Constance Verschuijien, 
fiMiiue de Jean Vermanden; Marie, Thérèse et 
J.iscph Verschuijien, ces trois derniers célibataires, 



iieek (Nicolas van 


), jadis prisonnier 


a llaswciler. 


sous le drossard d 


e Fau(|uemont ; i. 


. : IGU mou- 


tons, 1374 : trois | 


als; au chef charge 


d'une étoile. 


L. : 3^c S' Nicolai 


le Leybec (Chartes 


des ducs de 


lirabant). 







Libert (Jean), lieutenant de Gaspard de Galonné, 
écuver, bailli de noble homme lloland de Leuse, 
seigneur de Galonné, 1453 : un a(jnus Dei, passant 
a s^nestre. S. : un aigle (Toin'na], Croisiers). 

— (Géry), homme de fief du llainaut, 1544, k Braine- 
le-Cointe : deux meubles, alléctant la forme de 
crochets contournés, munis de deu.x traverses 
obliques, parallèles aux liges latérales, posés en 
pointe; le haut de l'écu est cassé. G. : un pied de 
cerf (Archives de l'église de liraine-le-Comte). 



— (Nicolas), homme de lief du Hainaut et de la cour 
de ,Mons, 15t)-2 : un sautoir, accompagné en chef 
d'une étoile. T. : un ange (Mons, Hommes de fief). 

— (Jean-François), compteur du béguinage de Saint- 
Chrislaplie-lez-Liége, remet, au gouvernement autri- 
cliien, l'élut des biens de ce béguinage, sis a Dercjilé 
(DiTgilers), 1787, le 10 avril : un membre d'aigle, 
la serre en bas ; au franc-quartier chargé d'une Heur 
de lis. Ecu ovale. G. : une llcur de lis (cachet, sans 
L., en cire rouge) (C. C. U., reg. 4GG59). 

— (Pierrc-Jules), curé de Vivegnics, église filiale de 
Ilerstal, pays de Liège, remet, audit gouvernement, 
l'état des biens aflérents it son église, 1787, le 
22 avril : mémos écu et G. que Jean-François (ca- 
chet, sans L., en cire rouge) (Ibid., reg. 4CU59). 



1 



LIBIERSART, voii- Libressart. 

LIiE|BINES (Jean de), chevalier, homme du comte 
)[<■ Namiir, i;(.40, 5 : une bande, chargée en chef 

,1' • uinletle. C. : un vol. L. : * S lohis d Lie- 

l.inrs miUr (Xamur, N"» G21 et 705). 1310 (n. st.) : 
uiir liiindc, chargée en chef d'une étoile à cinq rais 
(^ic). Mi'UR' 0. L. : ►!< S Joliis d Liebines milH' 
(Samur. N"- 0-21 et 70o). 



- ((;uillaiime de), homme dudit comte, la 
bande, charj^ée en chef d'une merlelli'(!), posée dans 

U- sens de la bande. L. : )|c S 

(yamur, N'" 733). 

Ahoy (Kliemie dr), ilic\aliei-, spi-iiiiu' tW h\\ 



Liebart (?) (Marj^uc 



■ de Jacques de Gon 



Liebens (Jean), alleutier de l'abbé de Saiul-Trond. 
Io70 : un marteau (Ordange). 

— (Godefroid), éclicvin du haut tribunal de Verdi, t 
Saint-Trond, 1593, 6 : un marteau, surmonté d'unr 
couronne et accosté de quatre étoiles (Ibid., et Abli. 
de Saint-Trond, N" U). 

Liebenstein voir Schenke. 

Liedekerke. Johannea de Lidekerke, miles, tenent 
dominium de Apeliren (Appelterre) et de Eijghem 
(Eijgem), 1289 : trois lions et une cotice de \3ir 
brochante (Ninove). 

— (Philippe, sire de; et de Dréda, 1318 (n. st.), i 
(!and : parti ; au i", trois lions ; au 2'', trois llan- 
chis. L. : . . . hilippi dumini de Liede 

artes des comtes de Flandre, N» 1353). 



(C. C. B., reg. 457131'). 

Libot (Gauthier), échevin de la frauolie \illi 
.lauche, 1500, 8 : une étoile, accompagnée de i 
Muartefeuilles (M. J. Vannérus). 

Libressart (?). Guillaume et Henri van Libesard, 

ficres (i. t. des deux : 184 moutons), et Goiïard de 
Sainl-l'ol (i. t. : 25 moutons), tous prisonniers à 
liasweiler, sous la bannière d'Agimont, 1374, 8 : 
de ... il l'écusson plain, surmonté de ti'ois mer- 
lettes. h.:*itS Willam de Libiersart (Chartes des 
ducs de lirabant). 

Lijbou, Liebout. Jlargucrite, veuve de Louis Lib- 
biis, .jadis prisonnier a Basweiler, sous la bannière 
de Wilre; i. t. : 225 moutons, 1374; elle emploie 
le sceau du défunt : un chevron, accompagne en chef 
a senestre d'un écusson plain. L. : .... dovici 
l.yhou d Wiltebrii/he (Willebringen) (ll)id.). 



(Gh 

— (Les échevins de) et de (Uender-) Leeuw, t3-2U : 
trois lions (Ajjlujhem). 

— (Maddame Mahaui de), dame de Housoit (llozo;) 
et de lioulers (Uoulaere), femme de Colardde Uml- 
leid (Uelceil) 1335 : dans le champ du sceau ogival, 
dame debout, portant un faucon sur la main gauche, 
accostée de deux écus ; A,* comme Colard ; B, trois 
lions (Charles des comtes de Flandre, N" 1G88). 

— Rassort de Lidekierque, homme du Hainaut, 1339, 

à .Mons : trois lions. L. : Sigill Rasonis 

kerke (Chartes des ducs de Brabant, N» 552). 

— Arnould, seigneur de Liedenkerke, chevalier, jadis 
prisonnier à Basweiler, sous Louis de Namur ; i. t. : 
7400 2/3 moutons, 1374, 9 (n. st.) : un lion cou- 
ronné et une bordure engrelée. C. : deux pieds de 
cerf accostés. T. : une femme et un homme barbu, 
issant, tous deux, de l'encadrement ogival du chauip. 
L. : S Arnoldvs de Liekerke (Ibid.). 



- (Etienne van), homme du château de Gand, 1399 : 
trois lions. C. : un buste de more. L. : . . . . vin 
vc7 (C. C. B., Acquits de Lille, I. 111). 

— Etienne van Liekerke, seigneur de Heestert et de 
Zulte, écuver, panetier de l'archiduc, comte de 
Flandre, et mari de Florentine Wielandls, qui 
tient, elle, du château et Vieux-Bourg de Gand. uu 
lief à Vremdijck, 1502 : trois lions couronnés. C. 
cassé. S. : deux léopards lionnes (Fiefs, N" 3384). 

strel;en binnen der prochijen van Vrendijc. de welke 



papier, plaqué sur cire) (Vici 



- Rijcquaerl van Lijkerke, lils de sire Jean, I 
dudit château, un lief à Vogeizang, 1502 : écu( 



Lledekerke. Aiitniii 



1. L. : i- l'kilippi de lAcUerUe (Ibid., 



— Antoine van Lijdehercks, clievaliei'. srii^iii-ui' < 
lliiilc, Heesti'i't, Moorscl, Landeijln'in, clc, tiiiil 
tliine a Vrcindijc, liiTitré de son |iére, siif Pliilipp 
1,";0K : lioi> lions couronnés. Même G. S. : dm 
lions; (Inipards lionnes ï) (cassés) tenant, cliacnn, ui 

liainii.re . . . (ca^S(:TS). !.. : Ucdcl: . . . 

(iijid., N" 3;(8!i). 

— Henri van Liekercke, éclie\in dr llruMlUs, l.'JSl 
trois lions. C(|. couronné. ('.. : un v»l (Cli. et do 
div., c. I). 

— (Charles-Antoine, comte de), baron d'Acre, vicom 
de fiailleul, etc., lient, du Braijaut, les liel's ( 
liourdeaux, sous Olïus, Rauiillics, etc., et les si 



Liedekerke iM:i\iiiiiln ii 



Liedlau. lions v\ Kiuiz mui l.cdrioc, ja.lis 



.. !.. : ►!- . . .e«i de IJefkci-('.) acab U-ti 



(llud.). 

I.icfkirodc scain le, 



Lief kenrode (Marissin can) déclare Iciiir, du diiclic 
di' Iirali;iiit, i I -2 bmiiiici's de prairie ii Gkeelheclsc 
(Cei'l-lk't/,), au lieu dit (en Ecoute, prc^ des biens 
des liéiiLiers de l'eu Daniel vau Surpele, I illH, le 

1 1 août : uiéme écu. L. : S Maria 

(Av. et déii., iN» 143). 

— Reneriis de Lijefl;enroile, éclicvin de Louvaiii, 
HHi, o; même (|ualit6, mais qiialilié mee.sler, 1484 : 
mèuie écu. L. : S Reiieri de Lijf kenrode scab loua- 
iiie (Abli. de Saiute-Geitrude, U Louvain; Etabl. 
relig., c. 3010, A. G. 15., ci AlJlUihem). 

— (Johannes de), édievin de Louvain, 1519 : mèuie 
éiii. L. : .S lohanis de Liejkerode scnbini lovan 



Naniur, 137o, 80; 



Liégeois, voir Humières. 

Lieck (Jean van), ami de Henri van Hui/ssclieiibcnj, 
1 iiKl : nu tascé (de huit pièces). L. : S lan van 
l.i>' (Dussseldorl', Seinneuriu i'Odenkirchen). 

LIECKE (K^erard van) reçoit, du Rrabant, une rente 
li:u Ail;im \an Berge, chevalier, 1380 : un lion 
couronné, ii la queue t'ouixliée, et un lilet brochant. 

I- : % <■ l'in l.eic . . (Charles des ducs 

de lirabunt). 

LIELAER (Gilles de), homme du comte de Tlandre, 
scelle un acle du bailli d'Alost, 1335 : un chevron 
ri un lauibel brochant (Chartes des comtes de Flan- 
dre). 

— (Jehan de), mémo qualité, scelle des actes de baillis 
d'Alost, 1335, 05 : un chevron, chariçé de trois 
losanges (Ibid., et AlJlUjhem). 

LIJENEN (Aernl van), écuver, scelle le tiaité des 
nobles et des villes de Gueldrc, 1418 : un lévjier 
cullelé, bondé, sautillant, l'épaule chargée d'un 
écusson ïi'uste (à l'aigle '0. C. : un chapeau de tour- 

Sigilîv Aenils van . ncn (Arnhem, uèkcnkamer). 

LIERKE i/iiu-r n/;i), irhrMn de la inunnanderie 



chacun, en Heur de lis (Abb. de Sainl-Trond, e. G) 
(IM. 13, lig. 335). 



Z.iernvi. Ardeiiea! van I.iernuijl. jadis |]ri^nnMifr il 
liasweiler, sous Robert de .Naiinn-; i. t. : 138 mou- 
tons. 1374 : Irois losanges, accompagnés en cœur 

d'une rose. L. : . . . (r?) o . . cr de (Chartes 

des ducs de lirabaiit) (voir Pré). 

Lierre. Godefrois de Liere scelle un acte de Gauthier' 
liertliout, chevalier, sire de Malines, 1270 : trois 
fleurs de lis (complètes!) (Dusseldorf, JuL-Dery, 
N» 50). 



— (Les échevius du bîjvang de), 1200 : écarlelé; 
aux !'•'■ et 4'', un li»)i ; au 2' et 3^, un Hou enuroinié, 
a la ipieue ruuitlice (Brabant et Limbourg) 

— (Sceau de la ville de), 1355 : dans le champ du 
sceau, une banniei'e a trois chevrons, accostée de 
deux lions, tournés à dextre. Dans le champ du 
contre-scel, un lion (Léau, N" 42). 

— (Jean de) reçoit, du sire de la Lecke et de Urcda, 
25 moutons, pour un cheval usé dans l'expédition ii 
Chaligny, et 11 1/2 moulons, pour ses frais, aoiit 

cœur fruste. L. : Siijilum Jolies dci de Licre (Charles 
des ducs de lirabaiil). 

— Ariiould van Liere, jadis prisonnier, sous Henri 
van Cuijck; i. t. : 725 moulons, 1374 : trois Heurs 
de lis, au pied coupé, surmontées d'un lambel. L. : 
►J< S Ar.. .1 van Lier . . (Chartes des ducs de 
Ihahant). 

— Jean van Lijere, 

pals (Berchem). C. : deux pieds de 
gris. T. dexlre : une damoiselle. 1. 
Liere /i dencijck (Ibid.). 



ir de Noerdcrwijc (Norder- 



Lierre (Los (■■cheviiisiU"), l-i'J8, IG33 : tn 
S. : (kiix lions léopni'Jés (Nazavetli). 



et C. (Ibid.). 



iii van IJjere, éclicvin de Lierre (!), 1482 : trois 
s (le lis, au pied coupé, surmontées d'un lambel. 
ic C. (|MC W'aller, mais les iiicds de cheval ados- 
Malines). 

rois pals (Berchem). Même C. (llApilal Sainte- 

r n-ohjci>urnnc hcir Johann von Uere (llls de 

Mi\ hn-r :■; /;■)■. '--■, :.; Uanxl nnd :u Esch 
drr Siiur ~ \ :.rher Majestat . . . 

<ill. (Hin . : I .•■,i.'Siir in Tcidsclwn 

leii un<l • )■'■:. i :i ' ,■ > hUki-IlieT int Herzug- 



- Paul van Uere 


, cche 


in d'Anvers, lOl-t : trois 


chevrons. C. cas 


Odinpi 


al Saiute-Elisabelh, Biiiten- 


ijueilen, c. 1). 






- Marie van Lie 
l'aveu de ^nn ] 


:/",': 


le 17 décembre 1637, de 

il:"n 'i-^rau Guillaume, sei- 


gneur A'Oo^lr; 




,1 .]r la cour de llol- 


lande, aiu!i:i- 




1' : ..n.rauxprêsleroi 


de l'rance, un . 




. iiinKi,.' avec Pierre van 


DE Raadt, 


1. 11 





Lierre. Krédéric van Uere, capitaine d'une conipa;;nie 
d'iulanterie, scelle ledit contrat, l(;:j- : uiéiur nu. 
MémeC. que Jean (l-i8-2) (Ibid.). 

— (Les éclievins de), 10u2 ; trois chevrons. S. : deux 
lions (NazarelliJ (\oir Ghisels, Immerseel, 
Tuijl, ■Wommelghem). 



iers 


(liertraud de), chevali 


i:!80 


: u 


le croix, charrié 


plaii 


. L. 


Herlranil de 1 


((.:. d 


elt.) 


{\m- Rocour) 



LIES ((krardiis de), échevin de Vilvorde, 1309 : une 

l:isce,acau„p;„n,rdelrois(2, l)maclesr.4/7!;y/ie»0. 



iessem. 


Ain.mM v. 


, /.»■./„■ 


jH (cl Liesscm), j 


dis 


''; " 


"'■' 


"/ '■'' 


i, Tii (à Arlon) : ti'ois 
\rn(ildi de LiTah.Ttjin 


iesveld 

drerht, 
minen l 
Gravela 


Harbaren 
llarbaren 

m allru va 


hère van Uesvell, cheva 
van Riede, seii,'neur de 1 
i drie Itoeven lands, . . 

'. ' M.\:, 1353: une f: 


e'rs 


S- llcrh, 




.../(; 


C. : un chapeai 
1 dr. en arrêt. L. 
dder (Hollande). 


^ 



! l'an liesvell, pas cité dans le texte, 
e a la comtesse de Hollande, 13GI : 
uuitée de deux (!) panelles. Mémo C. 
; va Uesvelt ridder (Ibid.). 



tre : un h ' ; , ' : iiit de la droite une 

branche s.rhr u,M^rl\,■ -i i,. c., |. y61). 

Dans rante de 1172, sou n,..,H .-t. écrit : mn Ujei-elt. dans 

- (Thierry van), alleutier dn duc de Brabant, scelle 



le que le piéccUeiit, U99 : (Jeu 
e llcur de lis en pointe (E. G., 



357). 



Lievens (Jean) re(;oi 



Lietaert (Guillaume), échevin de Philippe de Cliives, 
seigneur de llavenstein, etc., dans sa seigneurie du 
métier de Uoulers, 1523 : une fasce, chargée de 
trois roses (DeijnzeJ. 

Lieten (Henri), échevin de Malincs, 1351, 2, G, 7 : 
six sceptres fleurdelisés, passés en sautoii', par deux 
C^, 1) (Malines) (PI. 13, lig. 330). 

LIETHEN (Leitlic?) Theoderkus de Lcleiie. miles, 
minislerialis de l'abbé de Werden. 1315 : dans le 
champ du sceau, un casque cime d'un éventail, ii la 
bande, chargée de trois bcsants, ou tourteaux, ledit 
éventail garni, au haut, d'une broyé et, sur chaque 
cùté, de six annclets. h : S' dni Tiderici mililis de 
Lelen (Dusseldorf, Werden, N» 79). 



is de Lelhcne, famulus, inféode ii l'abbé 
de Werden : jus proprietatis et dominii, dicttim vul- 
yariler « den Eghendom », bonorum ther fleghe . . . 
in parochia Bare (Bahr), 1318 : trois roses; au 
chef chargé de deux broyés. L. : ^ S Wenemari de 
LeMen (lliid., N» 122). 

— Wenemar van der Leylen, homme de l'archevêque 
de Cologne, scelle un acte du bailli d'Arnsberg 
(Uer), 1373 : même écn (l)usseldorl, Col, N» OM). 

— Pilgrim van der Leyten. chevalier, scelle un aveu 
de licf relevant de l'abbaye de Werden, 1415 : une 
bande, chargée de trois besants, ou tourteaux. C. : 
deux cornes de bœuf, chargées, chacune, d'un bcsant, 

ou tourteau. L. : S Pèlerin Leiten (I)ussel- 

doif, Werden, N» 1G5). 

— Jean van der Leilhen, scelle un acte de Henri van 
(1er, UIO : même écu. C. : deux cornes de bœuf. 
L. : S Johannis de Leiten (Dusseldorf, C/iîves-.l/nW.-, 
N"* 092-1). 

— Pilgrim van der Leiten (I.icten) sccWe un acte dudit 
Oer, lilO; chevalier, honnne du duc de Clèves, 
comte de la Mark, lil8 : même écu. C. : une boule 
entre deux cornes de bœuf. L. : S' l'elijrimi de 
Leiten (Ibid., et ?<» 705'. 

Lieu (Jean du), oblieur (et oblyeurj du duc de Bour- 
gogne, re(,'oit, par le receveur de Malines, une 
bion annuelle de 100 livres parisis, MOI, 2 : t 
Heurs de lis, au pied coupé, surmontées d'un lani 
Cq. sans C. L. : Seel Jehan du Lwu iC. G. 1!., 
quits de Lille, I. 113). 



eur de Bruxelles, le 
prix de rachal d'un cens, a lui du, par le duc de 
Brabant, du chef d'un jardin, sis, hors la porte de 
Sainte-Gudule, in de strate aent tellebert, et, récem- 
ment, englobé dans le parc ducal, à Bruxelles, 
1432, 14 mars : trois carquois coniques, contenant, 
chacun, deux plumes. S. seneslre : un griffon. L. : 
S' lohanes dci Lieuens (Chartes des ducs de Bra- 
bant). 

— (Corneille), échevin de Léau, 1548 : trois lleurs de 
lis (complètes); au chef charge de trois pals. L, : 

S Corneli eus scabi lewen (Sainte-Gerhiide, 

il Lonvain, Ktabl. rclig., c. 3009, A. G. B.). 

— Baudouin Livens, échevin de Léaii, 1025 : trois 
fleurs de lis (complètes); an chef cliar^ié de trois 
pals. L. : Bavdvwiin Lievens (Heijlisseiii) (voir Res- 
seghem). 

Lieventhal. Hermannus de Letendale, miles, scelle 
un acte de son consanyuineus, Rabodo d'Oden- 
kirchen, 1329; Hermannus de Levendal, miles, 
conseiller du comte de Juliers, scelle un acte repro- 
duit, plus loin, au nom de Vurre, 133o : un lion 
et un bâton brochant (Dusseldorf, JuL-Berg, N" 338, 
et Chevalier Camille de Borman, ii Sehalkhoven). 

— Hermannus de Lievendale, miles, et sa femme, 
Mechtildis de Mijrlaer, inféodait ii l'ai'cbevèque de 
Cologne la seigneurie allodiale de Kerpen, a Weve- 
linghovcn, qu'il avait achetée a Thierry de Kerpen, 
seignein' de Waresberch, avec le cbiteau de Lieven- 
dailt, à Wevclinghoven, 1370; homme dudit prélat. 
1373 : un lion, l'épaule chargée d'une éloile (Dussel- 
dorf, Col., N°M182et950). 

— Herman van Lievendail, chevalier, a été fait honnue 
de l'archevêque, 1393; déclare qu'ayant été bailli de 
Hilkeruide (llulchrath), il a conduit, ou fait con- 
duire, les marchands, de Cologne bis an die Sant- 
kuyle by Berchem (Berghcim) et l'ice versa, 1394 : 
un lion, l'épaule chargée d'une rose, ou étoile (Dus- 
seldorf, Col., N" 1106 et 1178). 



or (ou 



— Jean van Lievendail a été fait homme dudit prélat, 
avec son père, le chevalier Herman, précité, 1393 : 
un lion, l'épaule chargée de . . . (Ibid.. N» 1100). 

— Herman van Lievendaill et Bêla van Crawynckel, 
sa femme, promettent à l'archevêque de Cologne de 
tenir les engagements de feu leurs parents et beaux- 
parents respectifs, sire Herman, chevalier, et Mech- 
tilde van Mirlare, à l'égard de la seigneurie de 
Kerpen, etc., 1401 : un lion (Ibid., N° 1182). 



LIEVENDALE, v( 



- Gérard, lils de si 



n Lievendaill, scelle 



Lieventhal. Jt 



IHH 



aile 



Lievendaill scelle un acte de 
;rman et de la femme de celui-ci, Bêla, 
ion, chargé d'un écusson fascé (Ibid.). 

'erarl van Lievenilaile, (1er Junge, écrit, au duc 
Urabant : dat ich ure vyant idlle sijn ind vorl 
ghenrc die ich mil reichle up uch veden 

kk/i, u ,,'i -/'S •iinirlilcn inlle dat yr ind yre 
,,• . . ■ :!rrsnissen an midi ,nd an 

: r . ,■ lr,,l, ind ich, Wittcm can 
rv^r:.!!'' ' L, .< 1 1. 1.1), lleijnrich PHijerum ind 
icdh lïiH .'ilciden (SclileideJi) icillen liever hain 
erarl van Lievcndaile viirs. dan uch, ind willert 
nromb ure vyant syn .... Geschreven zu dem 
oe, ... des sonnendaiys iiae scolastice virginis, 
tu : un lion (tcusU') (Cliartes des ducs de Hra- 
anl) (voir CRAWIJNCKEL, Mirlaer). 



:i de Loi 



in, 13C4, o (n. 



: ►Ji A" lulmnnis Lyevinc scabni lovanie' 
>ainle-(;erlrude, a Louvain, et >f. Uouf- 



(ZijehsJ, échevin d'Acrschot, 
lu l'^, une sorte de Heur de lis 
'mmanchéc, le manche brochant : 



1397 : écartelé; 
posée en bande, 
ir le 4e quartier ; 
croisctte pattée. 
(Abb. de 



L. : cabini 

Sainte-Gertrude, a Louvain, Etabl. relis;., 
A. G. B.) (coinp. Lievinx). 



Lievinx (Uenier), échevin d'Aerscliot, 1430, 9, 41 
a pied coupé ; an franc-quartie: 



brochant, charj^é i 
arscot (Abb. de Sainte-G 
eladannum 1413). 



1. L. : S Rei' Lievinx se 



s), échevin d'Aerschot, 1443 (n. st.) : un 

I ici I. , aicompagné de deu.x roses, 

, 1 en pointe, il dextre, et d'une 

I -Il ment penchée, en pointe, à 

i:1:i;m ; ;■ ' !.. : S' Gielys Lievincx sca'b 

(Abli. de Sainte-Gertrude, à Louvain, Etabl. 

?. 3008, A. G. B.) (corap. Lijevinc). 



L de Sainte-Croix, il Tournai, l.'Jo9, Cl : 
re couché, surmonté à senestre de deux élo 
: un homme sauvage, portant sa massue 



épaule ;;aiiclie (Te 



■nai, Croi: 



.■rs). 



Lif (Guillaume), échevin de Tervueren, 1408 (n. st.), 
8 : une hache, posée en fasce, le manche ii senestre, 
le tranchant en bas, en chef, et une hure de sangliei 
L. : SigiUvni ITiV/em Z,i7(.\bb. de Sainte- 



ertrude. 



■s (Mon 



de), ehesaljer, scelle des actes de 
s d'Audenarde et sires de Rosoy. 
le voûtée et un lauibel à cinq peii- 
L. : vf. S' raslres de Ligne cheva- 
uaut). 

: de), homme du comte de Hainaut, 



— (Waliers, sires de), liomn 
129.Ï : type équestre; le houclier, la housse et l'écu 
du conire-scel, a la bande. G. et ornement du chan- 
frein : un écran échancré. L. : Sigil . . . teri 

tis. L. du contre-sccl : ^ Secrelv 

Walteri d Lignia mililis (Namur, N» 272). 

— Hlikieuls, sires de Ligne et de Bri/]uel (Briiïœuil), 
chevalier, reçoit, du Brabant, une rente sur Raismes, 
1308 : une bande. C. : un écran rond, garni de 
plumes, chargé d'une bande et i.ssant d'une cuve 
semée de feuilles de tilleul, sans liges, renversées, 
ladile cuve terminée en volet. L. : S Mikiel sires de 
Ligne (Charles des ducs de Bi'abant, N"? 220.'), 
2245). 



- (Guillaume, sire de), chevalier, reçoit, du Brabant, 
une rente sur Uaismes, 1374 (n. st.), 4, o (ces actes 
sont datés de Ligne) : une bande. L. : »î< S Willa . me 
sir de Lig'e chlr (Chartes des ducs de Brabant, 
N°s 2514, 2368, etc.). 

— Wernier van Lyni, jadis prisonnier à Bàsweiler, 
sous Robert de Namur; i. t. : 347 moutons, 1374 : 
une bande, chargée en pointe d'un annelet, et un 
Ïambe! brochant. L. : Si Warnir de L . . nés (Ibid.), 



Ligne (Jehan, sires de) el de Granthroiy (V.v 

l(i-(Micq), 1393 : une bande. Volet mm Mil.nids 

(1308). C. : un écran écluuici'é, ;i un (Iih|iii', ,Ii 
(l'une bande (Naimir, ^'<' l-2A'-2). 



— MicJciels de Limjne, chevaliers, si 


es de ■ 


(Tluniiaide), 1.397 : une bande et u 


i liinil 


disque, chargé d'une bande, garni 


e phii 


d'une cuve, semée de feuilles de li 




sans tiges, ladite cuve Inniinée 




de Liçjne siynr ilc Tlioma 


,/r'.s- (( 


ducs de Urabant). 




— Micliel de Luiç/nc, elie\alier, se 


llr la 


laite, par Hobert le liouc, au ecmi 


1' (Ir 


l'aire un pèlerinage ii Jérusalem, 1 i 




bre, il Namnr : une bande et un 




on voit une cuve, terminée en 




feuilles de tilleul, rmv.iKTS, >ai 


. Ii,r. 


.m-icl de Imjuc si.jnr ,/,■• Tlium 




N" 1303). 




— (Jean, seigneur de), dr Ihnllu, 


Ilirl 


Munslroel (.Moulrunl) mit llainr, 


1 i:;s 


r'ii:;H??,î'î'"^ 





noslir fwj cl lioiiiicur a Madame de Mrelle ri » 
Madame la prcvosto el damoisclles dndU Iwn et <i 
Idiils ceux cjiid aj)arliendra i/iie danioiselle Jalnile 
d''lijeiiilmi(jhe, dU Duras, est /Hic leyiliiiie de mes- 
siic I-niesl d'OijcmbriKjlic. dd Duras, clievalier. 
Iiaroii lie Tldinies, et de dame Jeune Anne de In 



'. de la 



e la ros.e. la; 






de l'iers el Caiieerliis. son espoiise,. ijrnnd pcre c 
?)ieî'c (/<■ ladile damoiselle Jnlcide de Duijenbrii 



cspoiise:rlladiledame 1/./ /: r; 

•ille IcpUuir dr iin:.s,rcJr,!', ' I: , ,- ^ , , '. 

iu.si-e, aies makrnelles de ladile damoiselle 



— Jelian de I.inyne, H'W 



bande, côtoyée de deux b.U 
. . . (cassé). L. : . . . . an , 
Acquits de Lille, 1. U(i). 



Ilni.eellesleiiremicrdAprrnmdsi 



- (Lamoral, prince de), etc., remet, au clia|)itre des 

aM\ .-. in!,:',i ;i Volrnte d'Oijeubruggbe. dile de 
/ , rrince de Ligne el du Saint- 



reucy). 
Ligne Ml, 






' / ■ïl"'^ 






Fig. 1. Arnoukl de ilellebeek, chevalier (133S), 
Fig. 2. Coiirardus de Cormr {Horn). de Colo- 

nia, miles (scelle du sceau d'un Franco 

de Cornu, vnlcs) {WÎS), 
Fig. 3. .lean [de Lierre |. seigneur d'Immerseel 

et de W;>ranielgheni, chevalier (1^3S), 



M;u 



irh(.(i:i 



de la guerre 

de Cent ans 

;voir PI. XCIII). 



MU, du cMé paternel, est ç/entUfemme, lille 
mcssire François-Jean-Dcsiro, prince de Nassau et 
du Raint-Empiie, chevalier de la Toison d'or, e 
Jcaiiiic-Claudc, comtesse de KOnigscck et Rotenfeh 
(ItotlioiiWs); pctite-lille de messii'e Jean, comti 
N'a<;sau, chevalier de la Toison d'or et général de la 
irwnliiie de S. M. aux Pajs-Iias, et d'Erncstine de 
l.i-i: il- •'.'■ ni' -iiv I.amoral, prince de Ligne et 
'! " '!:;!, \:iln'r de la Toison d'or, et de 
Mi: m ,1.! |i:i~'> de Rouhaix, etc.) ; arriére- 
Il' I ' ': !, I ■ -ii'iii, ■■niiiti' de Nassau, Cal- 



aldeck; 



Dicl 



,'»!'«( mMo de tous 

\r reçu. s. : un lion 
I collier de la Toison 

ïivelles, Etalil. relig.. 



Lichte (Johan die) et Fijn, s 
l'ivlise de Daric (Haerl), d'un 
Orsoijen velde (Orsoy) LCic 
il'ai-lr. I.. : S lohnn d . . 



fcnnne, font 
parcelle de ti 



e-Moc 



01). 



Lichtenberg. Jean von Littenberg, doyen de la 

cathédrale de Strasbourg, scelle l'acte de son dit 
frère Symo;i(, 1307 : même écu. h. : >ii S (ohannis 
de Liehteby (Uiid.). 

— Agnes de Liehlenberg, eomiiissa Geminipontis et 
domina in Uychis (Ititche), tient, du duc Uodolphe 
de Lorraine, castrum Dijchis, dicluin anliquum cas- 
trum, sur lequel feu son mari Simon, comte de Deux- 
Ponts et seigneur de Bitche, lui avait assigné une 
dot de 1000 marcs, IS.TO : dans le champ du sceau, 
rond, dame debout, tenant deux écus; A, un lion a 
la (|ueue fourchée ; U, un lion et une bordure 
(simple) (Ibid., N° 8) (voir Deux-Ponts). 



Lichtervelde (Rogier van), homme du comte de 
Flandre, du chef de la chàtellenie d'Ypres, reçoit 
une indemnité, pour avoir assisté, ii Gand, à la 
déshéritance du comte de Namur et, ii Courtrai, h 
l'adhéritance du couite de Flandre, d'une possession 
que la quittance ne mentionne pas, le 28 uedemaend 
(août'/) 1-121 : plaiu; au chef d'hermine (très fruste 
et cassé). C. : une tète et col de cygne (G. C. B., 
Acquits de Lille, I. 191). 



LICHTENAOR (?). llenricus, filius domine Sibe 
(sans nom de famille), éclievin de .Maestricht, 1287 : 
écarlelé de ... et de .. . (plains), h. : .. Il de 

l.ichtenaor tsca (Dusseldorf, Bailliage d'Al- 

l'-nbiesen. N» 2;)). 

Llchtenberg. Sijmonl, lierre zu Littenberg est 
iliicnii homme du duc et marquis de Lorraine, du 
. Iirf (le lOOil (lorins de Florence, 1307 : un lion et 
une bordure (simple). G. : une tète et col de cyi 

L. : . . . imvndi dni de l.irhicn (Lori'., /?i7, 

II, o70, N" 57). 



wrleus, bi\tard de Lingmj, chevalier, jadis 
r a Basweiler, sous le comte de Saint-1'ol ; 
■3 13 moutons, 1374, 80; deux sceaux; 
lain; au fraiic-quarlier chargé d'un lion, 
ol (le rOcu (sic 1). L. : S' Bovrkvs bastarl 
;Gliarles des ducs de Brabant); 1380 : 
onné, a la queue fourchée, et une cot 
I'. Gq. couronné. C. : une tringle, fendue 
n deux tiges recourbées, ii chacune d'elles 
pondu un écusson aux armes de l'écu. 
H-.f bastar , de Une . . (Gharles des ducs de 



- (Aertur van), échevin d'Ypres, 1432 : plaiii; au 
chef d'hermine, chargé a dextrc d'une coquille. C. : 

un cygne essorant, issant. L. : ur van . 

(Ibid., 1.418). 

- (Jean van), même qualité, 1434 : de ... a l'écusson, 
chargé de trois ou quatre chevrons (un peu fruste) ; 
au chef d'hermine, chargé i» dextre d'un marie. Cq. 
couronne. G. : un cygne essorant, issant. L. : lan 
van Lichtervelde (Ibid., 1. 418). 



1 chef 



Arthur de), homme du comte de Flandre 

; la Salle d'Ypres, 1434 : plain ; au chef d'hermine, 

. cassé (Ibid., 1. 102). 

Jean van), même qualité, 1322 : même écu. C. 
issé. L. : van (Ibid., I. 197). 

- (Damoiseau Jean van), bailli de la Salle et chàtelle- 
nie d'Ypres, loo7 : plain; au chef d'hermine. G. : 
un cygne essorant, issant. S. : deux cerfs. L. : 5 lan 
van Lichtervelde (M. le comte de Lichtervelde, a 
Bruxelles). 

— (Pierre van), chevalier, seigneur de Beaurevvaert, 
etc , grand-bailli de la chàtellenie d'Ypres, mort en 
1078 : mêmes ccu et C. G(i. couronné. S. : deux 
cerfs, tenant, chacun, une bannière aux armes de 
l'écu. L. : Picter van Lichtervelde (Matrice en pos- 
session de M. de Lichtervelde, à Termonde). 



Lichtervelde (Albcit-Louis van), cviîquc de >'amui', 
biiitlii-ii !■ <Ic la cliapcllciiio castrale de Ciioppe- 
iKirnlc, pcrlijds rjefondeerl in eene cappelle gealaen 
l,,,!:!.,..;.!.. I, :,,,.,. ,/,, jtrnchie van Meijieyiiem (Meijle- 
,-: ' u-ansfereerl in de kerche van 

lir- 1; , .111), lande van Aehl (Alost), 

l'ii ,11- ,'. iiiDit aiilricliitn, l'élat di>s biens 



(carhrl, s;iii. 1.., m ciir roii^r) (C. C. I!., rr-. 4Uj08, 
iCOIli) (Miii- Halewijn, Heule, Coolscamp, 
KERCSTEGHE, PLOYS, Schoonveld, 
Steenhuijze). 

Gelue donne ainsi l'écu du hère van Lkhterielt. vassal 



Lijcoep (Jean), éclievin de Tirlonioiit, ItOi) : un 
l^lobe crueigii'e, la ci'oix boiirdoniice, à laquelle se 
trouve allacho un petit sautoir, le tout accosté aux 
flancs de deux ctodcs. L. : S Joliis Ltjcocp scahi 
lliencn (Alib. de SaiMliMIcrlrude, a I,oii\aiii). 

Lijcoops (Jean), religieux de l'aliliiiy d'ili ijli-tni, 
cure lie llinisbeek, remet, au ^oum imiiirni ;iiiin- 
chien, l'élat des biens allërenls au licm lu r ilr ^,l[\•r■ 
Dame, en la paroisse de liunsbeek, 17S7, le i2 avril : 
écartelcaux !<■■'■ et -i=, (d'azur?) b trois luerlettes; 
aux 5>^^ et ;i=, de sable plain; au chef de i|iiarliei 

(cacliet, sans L., en cire rouge) (C. C. li., reg, 
/.(i.j40). 
L,icot(?). Thomas li Cos, éclievin de Nainiir, 131: 
(II. si.) : dans le champ du sceau, un coq cliantaiil 
L. : ►fi S' T. mas (Na^nur, N» 381). 

Lille. Maliaut, femme de Jean, châtelaine de Lille 
t:2G7 : dans le champ du sceau, ii^is;il, d;iinr iMimil 
au manteau doublé de vair. porUnil im l.'iiHf,ii mi 
la main gauche, accostée de dnix é, n-, clLMini 
plain, au chef plain. L. : ►!-. S,i,illn,i MahhH 

caslcU Insvla . Contre-scel : écii aux iiimi, 

armes. I,. : ►{< S' damoiselc Mahavt chas-ldlnin, 
de /.iVc (Archives départementales, ii Lille; Feml 
de l'Alibave de Marchiennes). 

— Mnhaut, femme de Jean, châtelaine de Lille 
1277 ; (\pe analogue; la dame accostée de [deu: 



(Ibid.). 
Lille. SIcpha, 



un lion. L. : ►fi S' .s7 .: 
Drvo (Chartes des cumt 



' .i:;û). 



- (llnni vaii), éclievin d'Aerscliot, 1-488 : coupe ;- 
au 1", trois ramaux, feuilles, chacun, de trois 
pièces, rangés en fasce ; au 2'', une coquille. L : .S 
+: llcnrid de Lille .tcabini arscholciï (Abb. de 

A. (i. 11.). 

— Kloient de Li7c, juge des seigneuries de Lede, 
Lieiideii, Oudevvaard et Kck, scelle Pacte de partage 
dfs frères van Itroekhuizen, lOGO : un lion cou- 

(W'asxciiacr) (voir Bérot, Desmaisières, 
Drake,COOLHEM,Lacke,Laubin, Mont- 
morency, Zuweels, Zwaef, Virneburg). 



LIMAGENE DU DAM (Va 



(■!' 



ai, Uuill 



Limai. /fei«e)'iis de Limatia, tuiles, scelle un arbi- 
trage entre régli.=e di' Wavre et Ilcnricns de Ilere- 
(jorsarl, 1-2.j1 : dr ... a l'écusson plain et ii la 

bordure (simple). !.. : ►p imalia 

'de (AlIlKjhcm). 



Limbosch (Godefridus de), éclievin de Vilv 
131 1 : une croix. L. : .S' Godefr mb 



rde, 



(AI 



ire, posée en bande. L. : S Gielisva l.iinbos 
!Sainte-(jertrude, ii Louvain). 



Limb|o]urg. ]\'., jiHus ducisde Lebg, donne un acte 
fil faveur de l'abbaye de Slavelot, I-21J : Ivpc équcs- 
tn ; Inrt endommage; sur le bouclier, on aperçoit 
une partie d'un lion; écu du contre-scel, au lion 
(siinplr) eonroinié (Diisseldorf, Starclot, N" 38). 



(Dii^x'ldorl', Jid.-Dery, N" i',i). 

— Johaiines, ilomimis de Ijjnijmi'tj, iiili', ilr r;i\iu 
ili- sa femme, Oda, el iv m - lil^, wm i ilr, iiouiiim-' 

itmlrudis, vidua, aorur ranidlis lliirlhhi de AV,s(e- 



y de Limltiii;,' Sliriiiii). 



inmc de Ucrtliold 



('(lia oniie). L. : «î- S' ThCDilerin caiiiilis de l.ijitdmrrli 
(niisscldorf, Jid.-Dmj, M" -Xrl). 

— I-A-crnrdiis, primocjciiUus Thciidcrin, coiiiilis de 
l.iiiiliunjh, eonslitue il (Guillaume, comte de Juliei's, 
nue ir.|(\;iiice de 10 mares de [irahaiit, sur sou 
allni. ndelicct advocaliii mca de Ynishcl, l'ô'A'A : 
lin lion eouroiiué, ii la quene luurcliée. !.. : «^ 
. . i>7i(/i de Ijjmburch militis (lliid , .X" ;)7(l). 



- IkrKddrr 


ie, }wre 


vrtii l.i/mbovch, 


el lier Ecei 


','■': 


p;,. ■ 






.'djierevai 


Hue 


en (lin 


■en) 








:•! (DaM'iisl 


■1-., 


(llesa 


icr, 


1.: iii . 




..■1 


..-.'^S- T.. 




III 


lilis 


de Lijm 


jurc 


. (Ai-nl 


cm, nelcenham 


r, \ 


•il«). 




VoirNi 


HOl 


-, Gcdm 










- ThiciT 




LymUurcli,mvonSti 


erhei 


((Slir 


m) 


scelle u 


ae 


e de II 


^nes von Uche 


II, 1 


(17 ■ Il 


•me 


écu. L. 


^SigiUv, 


i Theodcrici de 


/•.'/'" 


o'vli { 




seldorf. 


Jnl 


-Berrj, 


\'o 805). 




^, , 


de 



de Uinborch ((".hait 
— Thierry, comte de I 



neus de IVédéric, sei|;iieui- de .Mocrs, 1375 : un lion 

enurniiiié, il la queue foiii'chée. L. : S Teoderici 

eoinUK de Liiiihnnjli (l)iisseUloi-r, rtèves-Mnrk, 
No.lii). 

Limb[o]urg. Thieny \aii lijmbourch, lils de [eu 
sii'c Jean, ylieselen onder don grave van den Hcnjhc, 



(Ibhi.). 

- [lenricii^i de l.iimbnnh, U\> Ir^ilimc diidil ,Ai/i«h- 
nes (laSO) et de feu damoi,elle Calhcriiie, Idie de 
Floi-euL \aii Coxidcnbenjv, de l!ni\elles, l;;8'.1 : 
même écu que son (lère, mais un lambel biochaiit 
sue le tout. L. : S lleinrki du l.imboereh (Ibid.) 
(PI. i:i, IIl'. .-iiST). 



— Ileiiii van I.ijiiiboirh. 



.■omle (son sceau est lombé), et Lukarl, 
e Lgiiiby, sei;;neiii' el dame zu liruicluje, 
a\ec Mlfcvan Wincl.ellaisen, leur lief il 



(llusscblorf, Chap. île Dii^-cldiirf, N" 


7H). 


Thieny, comte de Lijiiiborijli. el Je 


Il \an L., son 
e de la Mark, 


foinvlicCiDii^^cMi.rf, Vol., N" UGo). 


e, a la queue 


(;in!l;iiiiiic \aa Ij/inburg, époux i 


c Melzn van 


!!lu"l''bîu:,!,n!^i,t\ië'/;!l';,'v 


:!). 


Florenville) ; au -', un liun (el 
elianlï).L. ;S.1/»ne(;eLim/.m;i(a 
de Urabaul). 


■d\anF/omi- 
.desacomples 
l'.i7,8:parll; 

un lilel brn- 
ai tes des ducs 



constate que loj 3/6 reçus valent 20 1/2 vieux écus. 

.imbfo]urg. Noble homme Jean, seigneur de Lyin- 
puryk, oncle de Philippe de U.iun, seigneur û'Ober- 
slei/ne, t-iOO : une fasce, accompagnée de treize 
lull.ltfs, sept {i, 3) en chef, six (3, 2, 1) en pointe. 
C. cassé (Dusseldorf, Col., N" 1219). 

- tvei'ard van Lijmburgh, chevalier, et Anne, lille 
de sire Zobbe (!), sa femme, agréent la vente faite, 
li.ir leur beau-frére et frère respectif, Jean Zobbe, 
de la seigneurie d'Elberfeld, a l'archcséi|iie de 
Cologne, 1.102 : un lion, ii la queue fourchéc. C. : 
deux tilleuls. L. : ^ S' Everhart van Li/nibvrcli 
(lliid., VSTo 12). 

• i;verard, seigneur de Li/mOiy. scelle un acte du 
duc de licrg, MIU : uu-nic écu. C. : un lion léopardé 
iiilre deux tilleuls. L. : S Everliart he. . .o Ly- 
bn-g (Dusseldorf, Clhcs-}rark, N" 737). 
Vnl,.,, d\q,rés Gelhe, les armes du hère TOrt Lymborch: 



- Damoiseau Thierry \an Lijmbonjh, seigneur de 
Hrokc. .■(•Je a Lothaire Stacl un lief, mouvant de 
l'ahl.aje de Wcrden, 1.123 : méine écu (Mon non 
'■"iiioniie). Cq. couronné. C. : un vol. L. : .S Dide- 
rtch niu I.imb lu Ilro . . . (Dusseldorf, Wcr- 

- Jean \aii Ujmborijh, prevùtde l'abliau' de Werden, 
1- : S' lohis pii mon werdincs (Ihid., 



— .Nicolas van Lijinborch scelle un aven de Jean van 
\'uclit (lils de Gauthier), qui lient un lief a Ilaren, 
[iirs (l'Oi.sterwijk, |.t70 : un château, avec donjon, 
enli e lieux tours, a toits aigus (Av. et dén., N" 1053) 
(\oir Ahaus, Lummen, Meerte, Reiffer- 
scheid, Stael, Stein). 

l.« comtes de LIn.burg Stirum, en Belg'que. portent : 

.•uméetlampasséd-azur,coui-onnéd-or),deBroiik' 
horst, de ^Visoh et de Borkelo, et, sui- le 



Limelette. Frankine de le Tour de Souvrag, 
liomrae de ticf de l'abbaye de nonne-Espérance. 
1353 : trois coqs. L. : ^ S .r... Driselesl'e 
(Mons, Abb. de Bonne-Espérance). 

Taiilieh et WAUTEns. La Beln. anc. et mod. canton rf. 



- Robert van LimekUes, jadisprisonnier à Basweiler, 



sous le bailli du Brabant wallon, Clutinck; i. t. : 
226 moutons_, l^37.f ; trois coqs, au lambel brochant. 
L. : S" Robt S Limelel Bslcisl = Brisetéte (Chartes 
des ducs de Brabant). 



Limelette. Jehan de LimeleUe, escuyer, qualilié jiar 
Jehan de Houdeberghe (Huldenberg), dit le Fameit- 
heiis, seigneur dou Doisucignciir Yzaacel Dopehnin, 
homme de lief de ma seigneurie Dopehain (Ophaiu), 
loy de Brabant. 1.139 : trois coqs, accompagnés eu 

cœur d'une étoile. L. : an de Lymelel (Ahli, 

de iNizciles, Etabl. relig., c. 3200, A. G. H.). 

— (SIessire Constantin de), homme de tief d'Englche rt 
d'Enghien, seigneur de Itameru, etc., 14G0 : trois 
coqs. G, cassé. T. dextre : une damoisellc. L. : Seet 

(■"o" Ile (Aljh. de Wauthier-Braine, 

c. -1007). 

— Cousle de LiemelteU[es], chevalier, scelle un acte 
relative a l'abbaye de Wauthier-Braine, le 17 mai 
1170; .Messirc Cousle de LiemelleUes, chevalier, 
en (|ualité de seigneur, donne, avec ses hommes de 
lief, ini acte relatif ii l'abbaye de Wautierbraisne (il 
s'agit d'une terre n Nyzelle), le -i août 1.173 : trois 
coqs. C. : deux semelles, chargées, chacune, d'un 

cot]. T. dextre : une damoisellc. L. : Coxisl . 

de LimeleUe (Abb. de Nizflles, c. 3202). 

— Coslinus de I.ijmelettes, chevalier, cchevin de 
Bruxelles, 1.182, 3,9: même écu. C. : deux semelles, 
chargées, chacune, d'un coq. T. dextre : une damoi- 
sellc (Ch. et doc. div., c. I, E. G., I. 3o6. 361, et 
Bruxelles). 

Limminghen. Fgidius dicius ex Lijem[m]i[n]<jhe, 
éclievin de Louvain, 1302 (n. st.), 7, 8 : trois pals; au 
chef chargé ii dextre d'une étoile (a six rais). L. : j|c 
S' Egidii de Limigen scab' lov (Abb. de Saiute- 
Gcrlrude, à Louvain, et Léproserie de Terbanck, à 
Héveric, Etabl. relig., c. .1722, A. G. B.). 

— Egidius dicius ex Lijeminghe, échevin i7/ec, 1312 : 
même écu, mais l'étoile à cinq rais. L. : ^ S' Egidii 
de ghen scab lov (Ibid.). 

— Ludovicus ex Lijminghe junior, échevin i7/fc, 
1330 : trois pals ; au chef chargé :i dextre d'un éciis- 

son au lion. L. : ^ S' Lvdovici ex L 

scab lov fLéproseric de Terbanck, ii Héverlé, Elabl. 
relig., c. .1721, A. G. B.). 



- Ludovicus ex Lijminghe, junior, /ilius Ludovic), 
même qualité, 1333 : trois pals; au chef chargé a 

dextre d'un écusson au lion. L. : . . Lvd 

in (Ibid., et Abb. de .Saintc- 

Gertrude, a Louvain). 

- Ludovicus ex Lijeminghe, même qualité, 1311 
(n. st.), 9, 52, 8, 65 : trois pals; au chef plain. L. : 
^ S' Lodouici ex Liminghe' scab tou' (Ibid.). 







PI. XCVIII. 

Fig. 1. Othon, seigneur de Ciiijk fl338), 
Fig. 2. Jean Maglierman, chevalier (133S), 
Fig. 3. Gérard [de Merode], seigneur de Ring- 

berghe (Rimburp) (1333), 
Fig. 4. Jean de Molerabais, écuyer (133S), 



_ :^m —A 



Mi,- /o . (ll)id.). 

I.iiiiis utcn Lij[e]minghc\n\, le jeu 



— .Itiiii iileit I.ijemiiighen, Kveiard \;iii Ciiiiiilc, 
llnii I ILikeicii, Jeuii de liane, Uolaiid .\\cls{Aii(l^?j 

(lu llialiaiit, 3"i07 1/2 \icux éciis, soe van ghelde 
(lat u«s die yrcve van l.oen nain, in gltereden 
ijlielde, soe van cosle endc van Ihcrcn die ni endc 
<iHsc (jhesdten dedcn in dcn yhcvcnckenisxc darr In 
s (jhevanghcn haddc, 13u8 



. (ton 



d.). 



— Radulphus ex Ujeminijhen, échesiii de Loiuain, 
i:i7l : li'ois pals; au chef cliai'Ké à dexti'c d'une 
uiiiletle. I,. : ►}< S' r{advl))là ex Lijcminijhen scabi 

— lUidulpIius ex l.ijemimjhen, éL-hevin de Louvain, 
\'M-2, 'i (n. si.), fj, 8 : trois pals ; au clief plain. L. : 
►fi .S' Hadvipld ex Lyeniiinjlien scabi lov (\h\>. de 
Sainle-Oertrude, a Louvain). 

— (liidefroid iden Lieinimjhen, jadis prisonnier ;i 



Limminghen. (Joda/ridns diclna ex LijcmiiKjli 

rli-Av^r ;i dextre d'un reusson an sai 

!.. : ►^ .S- Godcfridi'.) c.r h/eininglien scabi lot 



cher 



a I.nl 






■ndcfn. 



I. . 



■.odefruici 



L. : >{, $■ la,; 
(jkoiH. Malini^ 




•TM.l"' 


- Jnrobns c.r 1 


y"'""/'-". .- . 


nl.le, 


hcmwycH sr, 


6;ioi'(iiiKi...i///»,/,( 


m ri //< 


Jacutn ex l.iei 


, liiiM' d'un laud.el. 
linijcn scahlou{\\M 


liialilé, 
L. l.i;J(j 
., et M; 







du siir de II.T^-op-/,i.oa : ,rn 1 


of rnelten Imijsen, 


de BasweUer e 


st, sons doute, Codefridus 


scliiivren, slallcn. boijaerdcn. 


etc., il Upvetjie 


2"-73"c C^n" 


N-^^s'iOr'"'''" ^"'"'~'''''''"' 


(Op-Ve!p), comprenant!) Iumnie 


s, 3 1/2 journaux, 






2S verbes de lerres, 1 honnirr, ; 


journaux de l)ois, 


''!" ■. l'H- 


1 i//.T, SOUS la baiinièiT 


lier doni les revenus sont aliso 


liés par les rentes 




. I.;7i : trois pals; au 


dont il est ^revé; ayant appar 


eini, auparavant, ii 




nfrellé. !.. :»p,S" 


Geldolidie lleijberch, voere dei 


well.en ic borye 


;' :,• ■• J,'h'. 




bleven u-as voere eene ymle w»,i 


ne rnn ;)enningen, 




vé . il y ri un coupé, au Heu 


cnde ia mij t.ielve liof njr::' d< 


oirs. lioirliloclU in 






handcn bleven; il fini n^ 


il'iinniliieuuiil de 


I.u;nuu,hen, 


prisonnier, sous la même 


cpiatre autres liets, rel. v.ml, ,lr 


\, du seit;neur de 




ns, 1374 : trois pals; au 


Linsmeau,un,dusei^armd-7.7,/( 


rt(Llderen),un,de 


: .S laciibi 1 


icn Liemimjhë {\h\i.). 


Jean llammarl, 1 171) : niriiie ( 


•u, lirisi- en elle! a 






dextre d'un énisson Inisle. L. 


S- lan wte Lie- 


ve,i>e de sil 


e Louis uter Lieminycn, 


...,//.«« (An. el dén,, >'.i!)l). 





nlnghen (Siie Guillaiiiiie-l''i'ançois-Jnsi'i)li di 
iicii!'-cs-dioils, éclii.'\iii do Ili'uxclles, IT-irs : d' 
■ois pals d'azur ; au clu'f de gut'ulcs. 1,'écu ce 
né (M. K. Donnet). 

cointesse-doiiairiiTC d'Arberj,' de VaUtnfjin, ii 



HKMKj Cuir Bosch, Broeck, Godenard, 
Capellen. Wanghe, Wespelaer). 



rente de blé, 1381, up 
S. Andrda awnl; Jacub von Lympach, eijn edd 
knecht, llenrich, hère zu Lympacli, ritler, et Sophie 
vo?i Czohcrcn (Soleuvre), ses père et mère, déclarent 
devoir, du chef de la seigneurie de Behaijs, ;i Claes 
von KuiilMi, eijme edd knecht, et ii sa femme, Ide, 
!')30 (l'ancs, et lotir engagent : unsse gut, erve und 
(janlze heirschnffvon Belvais, . . . mit den dtir/fe- 
rcn zu dcr egcn heirscha/l' yehoirich . . . im dale 
roii Kcijle, zu wisaen, zu Keyle, zu Teting, zu 
Murucij und anderswo, mil aile hiren zu behor- 
iiift.sc und heijrifje zu icissen, bounh, lanl, vnj- 
hcijde, diir/jcnn, in liannen en mannen, mjneii, 
huseren, etc., 1388, u/f sent Andrees dach des 
hnliycn aposlolcii : une croix ancrée. L. : >î< S' 
[acobi de Liinpaich {Arntiem, Chartes de Luxem- 
boui'g, N"s 0(19 et 233). 






pach (lliid., M"» 209 et 



itère zu Lympach, rittt 
►Ji S lien 



une croix ancrée ; aux 2= et i'^, trois merlettes. L. : 
S Sûljie de Lanpach{\) (lliid., N» 233) (voir Clé- 
mency). * 



il Noduv 



n de r. 



x collég 



aie de S 



i-l'Evar 



liste, a Liège, dans sa cour de Noduwez, 1j2G : un 
ciinlre contourné, posé en bande, la pointe en bas. 
L. ; S lehnn de l.ymont (lkijlis>>eni et Abb. de la 
llanioe, Etabl. relig., c. 3179, A. G. 1!.). 

Limpach. Henri van Lembach retoit, du duché de 
lliabanl, un acompte de UO vieux cens, sur 210, ii 
lui dus (pour ses services dans la guerre contre le 
c(]iiiti' de Flandre), 1357, 10 septembre : une croix 
recercelée, chargée de cin(i mouchetures d'hermine 
(ou coquilles). I.,. ; ^ S' [lemrici de Lcmpach 
(Charles des ducs de lirabant, K» 1383). 



Limpens C 

broo[c|k, do 
collateur d'un 



- (lien 



m), chev 






Luxembourg; i. 

Ions, 137.i : une croix ancrée, charg 

lettes. C. : un chapean arrondi, garni 

>ï< S' flenrici de Lympach (Ibid.). 

— (Jacques van), prisonnier i7/ec, sous 1 






ilr.>-:ii>l I coiitète de Hoens- 
1 Doenraclli (Doenraad), co 
Ion, en l'église de lloensbroek, 
remet, au gouvernement autrichien, l'état des biens 
y alTéronts, 1787, le iî> avril : dans le champ du 
cachet, deux écus, ovales, accolés; A, coupé, d'or ii 
l'aigle issante, mouvant du coupé, sur azur à trois 
étoiles ; il la fasce de gueules, brochant sur le coupé ; 
B, d'azur ii la croix, cantonnée de quatre coquilles. 
Lesdits écus sommés d'une couronne il cinq Mourons 
(cachet, en cire rouge, sansL.)(C. C. B., reg. 40576). 

Liimpias ((Juillaume), échevin d'Anvers. 1347 : une 
fasce écliiquetée, accompagnée d'une étoile à cinq 
rais, en chef a dextre, et de deux roses, 1 en chef 
a senestre, 1 on pointe (Hôpital Sainte-Elisabeth, 
Huilengoeden, 1), 



pciich {lhu\.). 
- Jacob van Lympach (lils de s 



: q:> S JacluM (l) de Liin 



- Jean Lijmpiaefi, Il 



de Pierre et bourgeois d'An- 
L de fidélité au comte de Flan- 
L' écliiquetée, accompagnée de 
; (Chartes des comtes de Flan- 



Ltmpias. Jean Lijmpiaes, échevin illec, jure lidélilé 
audit comte, 1338 : une fasce écliiquctce, acconi- 
l>:ii;n(V' do trois (2, 1) roses ii six feuilles (Ibid.). 

— (Jean), (ïchevin illec, 1300 : même écu que Jean, 
fik de l'ierre (llôpilal Sainle-Klisahelh, Buitengoe- 
ilen, 111). 

Lincent. La cour de ré(;lise collégiale de Saint- 
Uarlhélemy, de Liège, a Linchen, 1S40 : dans le 
champ du sceau, à senesiro, un prêtre agenouillé, 
surmonté d'une mitre (?), au haut, ii dextro, sous un 
dais, un saint,, tenant, de la main droite, uiif 
palme (?); au lias, à dexlre, un écu : de vair en clu- 
\ron renversé, à deux chevrons. L. : S cvrie irce 
sri /)• thlf in I.insen (IleiHissem). 

Linchet. IlellaH de Linxhey, jnasiiicr . . . dellc 
court des biens appe[ndans] altiminare délie egli[z]e 
parochiaul saint Mcgnol en Ihiy, 1452 : dans le 
champ du sceau, une anille, accostée de deux petites 
étoiles. L. : vp de Linxhi/ (M. de Bonne- 

Linden, Lienden, Llnde, Lijnden, etc. Cau- 



— Johannes de Lijnden de Wijnde, miles, s'engage. 

de Urabant, curn sex viris, una nobisciun, probis 
el honestis, bene el honorabiliter cwn galeis armatis 
et . . . decenter armatis, dans la guerre entre 
l'Angleterre et la France, 10 avril 1339 : un lion 
et un lambel brochant. L. : <^ S Jan van V Vinde 
(Chartes des ducs de Brabant, N» -199). 

— Johan van der l.ynden, Johan el Franke van 
liode, bourgeois d'Aix-la-Chapelle, pr 
ne plus jamais rien entreprendre contre 1' 
Sainte-Marie-de-Jérusalem, de la Maison T 
du chef de l'homicide (doijtslagh) perpétré, par sire 
Michel van der Junckeyt, frère dudit ordre, sur la 
personne de leur frère et parent (neve) respectif, 
Conrard van der l.ynden, 1340, le jour de la Saint- 
Gilles : un sautoir école, mouvant, accompagné en 
pointe d'une clef, contourné, le panneton en bas. 
L'écu posé sur une aigle. L. : . . lohan . . de Tilia 
(Dusseldort, Commandcric de Biesen, N" 48) (comp. 
Ii's armes des deux dits Rode). 

— Bernard van der Lijnden scelle un acte de Jean, 
comte de Cléves, 1348 : un burelé et trois (2, I) 
lions brochants. L. : ►f. S' Uernardi de ThUia (Uiis- 
seklorf, Jul.-Ilerg, N° o(l9). 

— Johan van der Linden, leen hcer dis hufleens des 
heren van Valkenburchs (Fauqueraont), gties 



zu Aghen gkeleijen is, KUU : un sautoir école, 
mouvant. T. : un honnuc sauvage, sans massue. S. : 
deux léopards lionnes, issant de l'encadrement du 
champ du sceau. L. : . . . oun van der Lin . . . 
(Dusseldorf, Connnauderic de Biesen, N» 00). 



Linden, Lienden, Llnde, Lijnden, etc. Een 
eersame man hère Johan, herr van Lienden, 
scelle un acte des éclievins d'Ainliem, 1307; Jean, 
^.■iv'iii'ur lie Lienden. scelle un acte de Malhilde, 
<hklir>>r ,lr Cueidre, 1371; scelle avec sa femme, 



IIm^sUMU 


eur de /.i/< 
' L. 


nden 

Nii.X 

, 13 


(seea 

auL. 

a Jea 
-2 ; K 

de . 
L. : . 

S/ . . 


tombé), Etienne 
écuyer, donnent 
1 de itlois, duc de 
ieune, chevalier : 
. . C. : un chien, 
Sleven van Lien- 
le croix, chargée 
... de Lienden 


(l)ussel(lorl 


Jnl.-llerij 


N" 


73). 




- Jean van 


Linden. y. 


dis 


irison 


lier a Basweiler, 


sous l{(d)er 


de Namui 




. : 0.-i 


i moutons, 1374 : 


un burelé 


et un lion 




nnné 


irochant, l'épaule 


chargée d'i 


n écusson 


lia 


roix ( 


cngrélée'?). L. :«■ 


lohannis de Linné (Cl 


irtes 


des ducs de Brabant). 



n der Sleyde (Schleiden), dal 



— Gauthier van der Linden, prisonnier illec, sous la 
bannière de ll'iVre; i. t. : 240 moutons, 1374 : 
écartelé ; aux I"'' et i', une étoile à cinq rais en 
pointe, surmontée d'un lambel ; aux S» et 3=, trois 
pals relrails et six croiselles, 3 en chef et 3 eu 
pointe, celles-ci l'angées 2 et I au 3 quartier. L. : 
. . . ijilv Walleri de Tylia (lliiil.). 

— (îeldolphe van der Linden, prisonnier illec, sous la 
bannière de Diest ; i. t. : 247 moutons, 1374, 81 ; 
scelle poiu' Bollc van den llove, prisonnier illec, 



1 nw.l..:>i^S-(ihel,Mfva Wuidr (\\< 

, Lienden, Linde, Lijnden, itc. 



: >i^ Si,ilcl„lus ,U-i de Tulia (ll.id.). 
Iririi aiii l.ijcmlcn.heirvan IlijmmcnHh'u 



cr Umlc .val, lova . . (AHHylicm. \hh. 
riUuilc, il Lûiivaiii, cl C. G. 1)., c. 1 13). 



r l.iiiidc, ircliihcboi-en iimn van 

■irrsaii'rmuZiiijlhoUniillolDoid 
ll;.iirl,i>(M:ililU'S). 



Liuden, Lienden, Linde, Lijnden, i 



roses (Ueijnzo, e. L.). 

n Lijnden, seigneur de II( iiiiiieii el ie 



"1- Lijnden, éclieviii de Loiivaiii, 
; inrme iiualité, tiiialilie nicesler, 
mmjistcr. Kifî), : un maclc; 
lioi^ maillets iiencliés. L. : >i> S 
' xeabii lova (Alil.. de Saiulr- 

., <■. i«7(i. A. (;. II.). 



. ePli;;, 






— IJcii cdclen ciuk ercnl/cslen lœer, heere Joiis van 
Licnilr/i. Iiecr loi Dormael, drosmclli des ampls 
ion Mnnleiiaecl.en, 1587 .• inie croix. Ci|. couronné. 
C. : 1111 eliieu assis. Coiitrc-seel : empreinte d'un 



,. (Al 



— l.r .oiiilr d'Aspirmoiil de Lijnden. scelle la déela- 

d'iinlliviiMinl (\iii|- Oultremont) \ers 17'Jfl : de 

cmiiir -.1 c\tii\ lli liions. T. : deux lininines sauvages, 
1rs iiia-<iir> |i;iv.rs (cacliel, sans L.. en cire rouge, 
(l:iii> iinr linilr de bois) (M. J. Maertens, ii tJand) 
(Miii Belva, Gennep, Heukelum, Sanders, 
■Winde). 

Lindgasse, \.iir LINTGASSEN. 

Lindweiler, voir Linzenich. 

LIJNEN ((Jaulliier van), éclieNiii de Velop (Velp, 



lira 



liai), i;iî 



et aii\ -2' et ;!% d'une étoile. !.. : er ran Linen 

(l)usseldiirf, Clh-e.i-Mnrk, N" (idil) (l>l. 13, lig. .'5311) 
(Mlle LIJENEN). 



a ^ iirslrc i',l L-assi'. I,. ; i de Lenyh . 

lIlM^^^■l(lll|•r, Ciiiriin.iinli'i'ii' cli' Iticspii, N" 32). 
Unkebeek. Jahannes de Lin[c\krnbeke, r.iUni 



I. L. -.SGielis va Unkc-bcke {Ihid.). 



" mil) (M.ir Rohrj. 



Linschoten ((Jiiilhinmi' van), éciiyer, scelle i 
(In cnmie de Hùllande. 1203 : nnsantoir M 
I.. : 'i> S' \Vi (Ilollamlel. 

— Jeun van Uj,i>^rh„(ni. .vinn, M-elle (apn 
(\(jii' Abcoude' : (i.n^ IVim:iii\ rniiiK. !.. 



Linsmeau, \(iir Straten, Waersegger. 



d-Opli 



i. It.). 



— Jean \an Liniere, éclievin de Tiilemniil, UU : nn 
ehevrnn, accoinpa;;né en pnintc d'un macle ; au 
lainbel ii cinq pendants, broeliant (CrefVes scalùnauv 
de Louvain, c. oG^l. A. G. II.)- 

— Rnnes, bâtard de Linlre, allcutier du duc de liour- 
,^ogne, scelle nn acte du Tenlier de r.rey[-Dniceau], 
1189 : trois lleujs de lis, au pied coupé; au biton 
en barre brochant (l'écu seul reste intact) (C. C. B., 
e. 3G) (voir Rivieren). 

— tleiirinisde Ujnlliris, junior, échevin de Louvain, 
U39, 10, 11, -12 (n. si.), 6 : coupé, au I". un lion 
lénpardé, l'épanle eliarnée d'une feuille de nénuphar ; 
au 2'', plain. L. : ^ S' Hcnrici de Linlre ivior' 
scnb' lu (.Malines, Abb. de Sainte-Ortrnde, i Lou- 
^ain, et Ktabl. relig., c. 3(i08, 3G09). 

LINTGASSEN (Theodericus diclus de), ii Cologne. 

>ir\\r lin :m1.' .Il i.rilnide. veuve d'Herniann, écou- 
irir ,1. Il, Ml/, .h. millier, 1292 (n. st.) : sept (-i, 3) 

ln-:i;i_- ~ [,..ii ,n'. ulrO. L. : ^ S' Theod de 

rinlca ii/,fn;, (Ville de Cologne, N" 507). 

LINTORP, voir Harscheidt. 



Il ilain 



, 1482, 



, Aecpiits de Lille, I. 1G8 



iuiilamne de Marpent, bour- 
littance relative à une rente, 
iipie, accompagné de quatre 
: S l'ira dou Lionne (C. C. 



. antmits à ses ('glises, 1787. le 17 :i\iil : un I 
Ecu, ovale, diins un enrtnuclie. Cq cl C. ('.'). Le 1 
du eaelict indistinct (cMchet, sans L., en eiie ro 
(0. C. li . ret!. .ltio7i). 

LIORCHSTRATEN (Je; 



de 



;to passe; devant les 

une l.i-.r il lin >,iiih)ii' lirocliaiit ; aiiN ^2'= et, :!'-', trois 
pals, ^ans L. (Ilùpilal Sainte-Klisahetli, liiiilemjoe- 
den, c. 111) \\tt\v Berchem) 



Ijean-fi'i^ro de Tekenenborch (Teckleiilmi-g) e 
même, l:i}8 : mêmes écu et C. (pi'dllion, 13-18 
S' Sijinunis nobilis de Lippia (Ibid.). 



. . de Lippia (Diisseldnrt, Oraïuje- 



Lipp, vnir Lippe. 

Lippe (lirrnard, si'ignenr de la), s'allie avec l'cvèqiie 
de l'adeiljuni el Gérard, le jeune, mar-rave de 

• Juliers, comte de llavensber^, contre le comte de 
llielber-, 1317; scelle en IHS'J : une rose. C. : les 
iHiis pétales supérieurs d'une rose, issant de der- 

■vrlu, issant de l'eneadremeut du champ du sceau. 
1.. : ►fi .S' Secrelviii liernhnrdt dumiiu de l.ippia 
(Uusseldurf, Jul.-llcrij, .N"~ ;i01, 518, '6-2\). 



Ua\rn.,lieii;, et llenier vaa den Wolde, drossard, 
ei» liodere der herscap van llaveiisberge, 1318 : 

l'ienre du cq. \j. : i^ i>' Ultonis iwljili:^ viriel doinini 
de Lippia ([Wiû., S" -Ml). 

- (Ilcnricua de), ariniyer, palron de ré;;lise de Lippe 
(Liiqi ■.',!, litUo : deux lastes. L. : >i> S' llennct . . 
Lvpe (l[nd., y 11^). 

- Lambcrlus, panlor ecclesie parocliialis in Lippe 
lieux lasces. L. : ►îh .S' Lamb'li paslori . . . . v . . e 



— (Ueriiard van der), ci-dessus, l-i03 : une rose. C. : 
une ru.se, attachée par le bas, il la partie posléi'ieurr 
du cq. L. : S' llerniiard de . . .pia (Ibid.). 

— (Jean et Heyneken van der) (Lipp?), frères, 
reçoivent un paienu'iit de Gérard, duc de Juliei's et 
de llerg, l-iiO; tons deu.x : deux fasces bastillécs. 
Jean, sans timbre, llenier : C. fruste (Dusseldorf, 
Jid.-Bcrg, N" 23Go) (PI. 13, 11;;. 310). 

— (Die edele ind icahjeboren Hennit, lier zer). parent 
(nei-e) de Vincent, comte de Mocrs, l-iSl : une inse. 
L. : S Uernt hère zu de Lippe (Dusseldorf, Orange- 
Moers, 1. 83) (voir Lippstadt, Nassau). . 

Lippeloo. Wallei-us de Lippeido, co-seigiieur de 
U'eselc, ('s (iravenwesel) (voir Amman), [i'Ji : 
trois elievionset un bàlou brocliant. L. : «J- S Wal- 
tcri d eiilo (Nazareth). 



- (Uilion van der), dompruvest "a Coloj^ne, rendra 
indcuHie le comte de Uerj;. sou répondant, 1375 : 
nue lose. L. : .S" Ottunis nobilis de Lipia (Ibid., 

- (lieriiard van der). lils de Symon, Juncher to 
Lippe, 1370 : une rose. L. : S' Uernhardi doiielli 
'/e Lippia (Dusseldorf, aèvets-Mark, N" .t-23). 



Lippevelde, voir Schoutheete. 
Lippstadt (La ville de), 130G : dans 



penchés. L. : >i< Sigilli'ii 
(Cliartes des ducs de liraban 



.(■nli-clos 2 antres (C.C. lî.. 



Llroux. Ubiers de Lirinils, K»\cr. se ilùclare soli- 



Lys (LéonarJ-AJolpIie-Mai'icl, prOI 



— (l'ien-e-Siiiioii-Claude), cui'é de Hervé, remet, an 
Koiivcrncineiit autricliien, l'état des biens de son 
relise et -de fondations dont il est le collatcur, 1787 : 
mêmes ccu et C, le tout surmonté d'un cliapeau 
ecclésiastique (caeliet, en cire rouge. sansL.) (Ibid., 
rec -10370 et lijolii). 

Lise, / \i 'iT . / ') s / 7,-r, échevin de Louvain. 12Go 
I m i 1 ^ /. scabiiii locn . 



- ffî/in/s-, /i.iusj, éclicviii de Louvain, 1200 
divise, soutenue de trois pals (Abb. de 
Ccrlrude, a LouvaiLi). 



l'jjiilius /î7i«.s 


lAjze, éel, 
chef plai, 


. L : ^ S l'y, 



- Eyidius lilius ijHOndam EyuUi /,7n qnundam Lis. 



Heur de lis, issaute. L., 1290, i;iO-2 : .J. .S' £yiVii 
fllAze scab lova Ubid., c. 1721, 4722, it Alib. d 
Sainte-Gerlrude, à Louvain). 



Lisy (Jean de), demourant n Provins, serçjeiU du 
Roy, iitcssire, et ijardien de haull elc, nionseiçjiieur 
de Lucembourc el de Breban, re<.ùit, du receveur 
de celui-ci, 30 sols, pour mon salaire de iij jours 



aient et veneni de Provins a Colomiers, etc., 1,381 : 
un clievron, aceoiiipaKiié de deux besanls, on tour- 
teaux, 1 en chef a dextre, 1 en pointe, et d'un anne- 
Ict en chef à senestre. C. : une tète et col de chien 
bracpic (lion?) (Chartes des ducs de Urabant). 

Lijscap (Gisbert) (et Liscap), jadis prisonnier- il 
Itasweiler, sous le sire de Cranendonck ; i. t. : 
:n9 moutons, l.S7.i; scelle pour son friYe, Jean 
IJsscap, prisonnier, sous le même, i. t. : 203 mou- 
tons. 1379 : deux pals. C. : un chapeau de tournoi, 
soutenant une herse de labour triairgulaire, sommée 
d'une plume. L. : ^ S' Ghiselberli Lysscap (Ibid.). 

— (Jean), bâtard (ci-dessus), scelle lui-même une 
(piittance relative ii Bâsweillcr, 1371 : deux pals et 
un b;llon brochant. L. : . . . lohannis dci Lissca . . 
(Ibid.). 

— (. . . .), de Ilelmond, prisonnier illec, sous le sire 
de l'erwc/.; i. t. : 50 moutons, 1374 : un fer de 
nu)ulin en chef ;i de.xtre el deux mcrleltes, 1 en chef 
il dextre, 1 en pointe, accompagnés en cœur d'une 

étoile. L. : S dic(i L . . scap (Ibid.) (PI. 13, 

lig. 3.il). 



ps(!)(sa!ur 



t L.). r«1ève 
87:C.C.B., 



Lys-, Lis-, Lise-, Lisen-, etc., -kirchen. Con- 
stantiiius de Lysilskirgen, senior, eivis eoloniensis, 
donne quittance a Adolphe, comte de lierg, 1310 : 
trois lambels, respectivement de 5, -1 et 3 pendants, 
rangés en pals ; au franc-quartier brochant plain 

(hachuré). L. : ►{< S' Conslantuii de kerke 

(Dusseldorf, Jul.-Derg, N" 230). 

— Conslaiilin van Lisenkirgen, biirgere van Coilne, 
1328 : même écu ; au franc-quartier plain. L. :S 
Consfanfini (ie LisAircm (Ibid.. N" 331). 

— Constaiilinus de Lisekircidn, vicecomes Colonie, 
lient, du duc de lirabant, sa vie durant, domum et 
mansionem suam, sitam in civitate coloniensi, 
dictam vulgariter « des llertzogin huys », cum domo 
rctra sita, « su dem Wyger » nuncupala, lesquelles, 
après sa mort, seront tenues par sa femme, Elisabeth, 
et son lils, Henri, leur vie durant, 1349 : même 
écu, sans franc-quartier, le l'^'' pendant du 1" lam- 
l)el étant supprimé, un annelet se trouvant posé ii 

sa place. L. : S Costa de Lys. ...e. cornes 

de Orsbc (Chartes des ducs de Urabant). 

— Domi?ius Constantinus de Lisekirchin, strenuus 
vir, scabinus, scelle l'acte diidit riVecomes, qui le 
ipialilie meus consaiiguineus. 13-19 : même écu, 
mais le 1^'' lambel complet et sans annelet; une 
coquille (?) posée entre les deux premiers pendants 
du 1" lambel. L. : . . Costantini de l.iskirgin (Ibid.). 



Lys-, Lis-, Lise-, Lisen-, 



— Constantin van Lysenkirke, comte ^'Aershurch 
C.iiiogiic, reçoit, du Itrabant, 100 piHers d'w. t 
iitlen scoitden, geluften of anderen gebrekeii (;;uc 
(le Gueldrc?) 130i : m(-mc écu, mais l'aiini'let, i 
lirofhant, en chef ii dexli'C, et le l" ianilu'l ii (|iia 
pendants. C. : un pluniail soutenu d'une Ion; 

tige. L. : S Costant . . . I.ysenkge mm 

(Ibid.) (voir Neuenahr). 



Lison. Toussaint Lizon, lient, du cli 

un lief a Wodecq, iVM : une rm 
Il situe : Toussaien Lison. L. : 
Lisso/i (Fiels, N" lO-lii). 

— Antoine Liion, a \Vodec.(|, tient 



Pire :i Wodecq, liiiM : 
luille de tilleul et aecnst( 
.. : >I< Seel Anto . . . Li 



m (Ibid., N" 10.i;i-J 



Lisse (Fr.-C), reliijieux de Uonnc-Espérance, i 
cilié a .Mariemout, possesseur du bénélice de ï 
Jean-ltaptislc, en l'éiilise de SenelTe, remet, au 
vernemenl autrichien, l'état des biens aflërcnt: 

s date (1787) : (d'argent il) trois 



^. l.'i-. 



:lr., d.' 



;. I!., 






Lissendorf Lambert van Lynsendorp, écu ver, vas- 

1,. : il" Lemgin de Lisemlorp {btKxUlovi, Jiil.-llcrg, 
\" HOil). 



jserœulx. Mous, 
hies, écuyer, baill 



e Us. 



udtes 



u llaiii 



, iV 



le bas de l'écu et le 0. xuit casses. L. : >i< S' Jehan 
siy . evr dov Vw . . . (Chartes des ducs di' llrabant, 
N" Sj-2) (comp. Jauche). 



Lisseweghe (Victor de), homme de tiet du comte 
de Flandre, au bourg de Bruges, 1401, o : uiir 
bande, chargée de trois llcurs de lis et accoinpafiur 

au canton seuestre d'un croissant. L. : 

weg . . (C. C. li., Acquits de Lille, I. VJi. 



LYSSCHET (Jean van) (et LysscUit) (Leuscheid?) 
iTuver, vassal de l'ablié de l'riuu. i:«)8 : coupe 

Clirrtieu, alibe di' l'abliave de Saint-Uemv de La\al 



saiisl,.)((; C. 1!., re;;. -iiîliOO, France). 
Lijsstep (.Iran), échcviu de ll(ii^-li'-l>iic, \'Â 



liefni 



List (( 



n ghisehirpe dur in dut ic y/if- 






PI. XCIX. 

Fig. 1. Gauthier de Moraalle, dit de WailUî^ée, ' 
seigneur de Momalle, chevalier (133S). j 
Fig. 2. Arnould Nuijst, écoutétedeMaestriclit 



(1338), 



Fig. 3. 



)iipe,ve. 



;valier(l£ 



List (\rnould van dcr), ccheviu illec, 1 107 : éciirlelé 
lie ... et de ... ; un lambel brocliant sur l'écu. Cq. 
fiiurnnné. C. : une tète imberbe entre un vol. T. 
ili^xtrp : une damniselle. S. senestre : une licorne 
(M. Donuet) (PI. 13, lig. 343). 

— (Aruould van der), même qualité, 1470 : mémeécu, 
sans lambel. Cq. couronné. C. : ou voit une partie 
d'un vol. S. senestre : une licorne. Le sceau est 
casse à dexlre (Notre-Dame, Anvers, Chap., capsae 
(>-10). 

Lith. Hcnier van Lit, tenancier juré de la chambre 

ili's tonlieux de Bruxelles, 1444 ; scelle, avec Pierre 
\an Os (voir celui-ci) des quittances, 1447, 8, 9 : 
libiii ; au chef plain ; un hiet brochant sur l'écu. L. : 
/.//( (Ilruxelles et C. C. B., c. 111). 

LITIERE (l'ierars de le) reçoit une rente, du rcce- 
vour de Binclie, 1378 : un maillet (droit) (Chartes 
(les ducs de Itrabanl). 

LITORE, voir OVIRSBURCH, Ufer. 

Littart (Salomon), ccuyer, déclare tenir, du roi de 
France : « la maison tranche de Grand Fontaine », 
dans la seigneurie de ^'eufchiUeau (comté de Chiny), 
IG8I : un cert passant; au chef chargé de deux 
ruses. C. ; une tète et col de cygne, tenant du bec 
iMi poisson (cachet, sans L., en cire rouge) (C. C. B., 
4.ï713b). 

Lofe] (Gérard van der) reçoit une rente sur Rolduc, 
1362, 3 : trois pals et une fasce brochante, chargée 
de deux étoiles (Chartes des ducs de Brabant). 

Lobbe (Jean), seigneur d'un fief à Haren, sous Everc, 
1104 : un sautoir; au franc-quartier coupé; au l^r, 
lin lion passant; an 2''. pinin (E. G., 1. 348). 

LOBBELE, voir Meijnartshoven. 

Lobbes, voir Fortin. 

LOBBUS (lamheerl de), rentmeester mijns heren 
van iicnijiw eiide van Riimsle, déclare avoir reçu, 
du Braliant, in den namc mijns heren van Liengne 
ende van Rumste, 120 aimes (amen) de vin, dues, 
a ce dernier, ii titre de lief, pour deux termes d'un 
au, 130G, le C mai : trois fermaux ronds, 1 en chef 
il senestre, deux en pointe, accostés ; au franc-quar- 
tier chargé d'une bande, surchargée de deux lions 
et accoin|)agnée, au canton senestre d'une molette. 
I,. : >I< S Lanbert [L]ebov (Chartes des ducs de 
Hraliant, N" 20iOi. 

Lobel, voir LATJBEL. 

Lobkowitz. Kerdinand, évë(|ue de Gand, collaleiir 
d'un bénélice, il Uaesel (Waes), etc., 1787.: parti 
d'un trait, coupé de deux autres, qui font six quar- 
c de bœuf bouclé 



(Pernstein) ; au 2'', de gueules ii l'ange, pose de 
de face, issant de la pointe (Sagan) ; au 3«, d'azur 
au mont, surmonté de trois (2, 1) étoiles (Stern- 
stein) ; au 4«, d'azur au lion couronne ; au 5=, 
d'azur ii trois pals d'argent; au 6<=, d'azur (si-c!) à 
l'aigle (Glogau?). Sur le tout, un écusson écartelé ; 
aux 1" et 4«, coupé de gueules sur argent (Popel 
de Lobko-witz) (1) ; aux 2^ et 3«, une aigle, posée 
en bande (Zerotin). L'écu sommé, a dextre, d'une 
petite mitre, et, au milieu, d'un bonnet de prince 
de l'Empire ; ledit écu posé sur une crosse en barre, 
le tout surmonté d'un chapeau ecclésiastique (cachet, 
sans L., en cire rouge) (C. C. B., reg. .46397 et 
46607). 

(1) Ce champ : coupé de gueules sur argent, doit repré- 

Loddere (Jacques de) tient, de la seigneurie de Wes- 
sci;heiii, un lief a l'rsel, 1^47 : une roue (l'iefs, 
N" 3347). 

Lodders (Jacques), dit vau den liroeke, homme de fief 
de la cour de Santhoven, 1423, 4 : trois étoiles, 
accompagnées en cœur d'un croissant. L. : S' lacop 
van den Broec (Nazareth). 

Lodemare (Jean), receveur de l'abbesse de Spinail- 
len, reçoit une rente sur l'espier de Bruges, 1417 : 

trois bustes de femmes, posés de face. L. : Sig . 

r (C. C. B., Acquits de Lille^ I. .41). 

Lodevoet (Louis), lieutenant du maire de Namur, 
1483; écartelé; aux 1" et 4", trois étoiles à cinq 
rais ; aux 2" et 3^ , trois losanges. S. senestre : un 
un griffon (Namur, Pauvres, c. 1019). 

— (Jean), éehevin et lieutenant du maieur duFeix, 
1498; lieutenant de messire Jean de Spontin, che- 
valier, seigneur de Spontin et de Carrières (Cour- 
rière), etc., conseiller et chambellan de l'archiduc et 
son maieur de Namur, 1315 : écartelé ; aux 1" et 4=, 
trois étoiles à cinq rais; aux 2» et 3°, un chevron 
(étal) renversé, accompagné de trois (I, 2) losanges. 
C. : deux cornes de bœuf, munies, chacune, d'une 
embouchure. S. senestre : un lion, coiffé du cq. de 
l'écu. L. : . lehan Lodevoet (Namur, Salzinne, 
c. 317, etATnmur, N» 1384). 

Lode-wijcx. Wolterus plius Lndovici, écheviu de 
Tuet (Tuil), 1372, 4 :une croix nillée, accompagnée 
à chacune des quatre extrémités d'un içsant, ou 
tourteau, et au !"■ canton d'un trèfle (Geld-.) (PI. 13, 

lig. -344). 

— (Jean), ccheviu de .Matines, 1438 : un lion, chargé 
d'un écusson a trois meubles, dont le l" est un 
trille, les 2 autres seriiblent être des panellos (?>.' S. : 
deux griffons (Malines) (voir Loewies). 



LOE. Josse Verloo, échcvjn de Ileijst (-sur-Mer), 



f 186 : trois feuilles de chêne. L. : S loes van de: 
l.oe (C. C. B.. Acquits de Lille, I. 380). 

LOE (Jean van), écheviii de Tervneien, liOi. loi 
(n. st.) : une paire rie ciseaux, ouverte. L. : S In 
va Loe (Abb. de Saiiite-Gertiude ii Louvain). 

— (G(*rard van den), cchevin de Derk (Rheinbers;), 
1388, 9 : une bande, chargée de trois besants, ou 
tourteaux, et accompagnée au canton senestre d'une 
étoile (Uusseldorf, Col, N" 1118) (\oir Lo, Loo). 

Lo6. Henri van dem Lo et Renier, son lils, tiennent, 
de l'abbé de Werden, (o iinser itrier hjve. le bien 
dit » Tijlmans gud », il Di'ever, paroisse de }farlar 
iMnrl), un : une cornière. L. : S Hinricivan den 
Loe {DussHdorf, Werden, N" 108) (PI. 13, tig. 343). 



Loef (Itarlhéleniy), échc\in de Bois-1 



— (Hartliélcniy), éclicvii 



illec, 160(5 : méuie éc 
(hiMime'.'XMalines). 



— Wessel van me Loe, drossard de Holte (West 

phaiie). U17 : même écu. L. : Sigillwn \V 

van de.Lo. (Dusseldorï, Clèves-Mark, N» 746). 

— liasse? vamme Loe, garant de Gossuin Stecke, 
maréchal héréditaire du pays de Clèves, 1435 : 

même écu. L. : S vam Lo . (Arnheni, Atn- 

merzoden, Testamenten). 

— Der Edle, Erentvesle Knippenbergh vam Lhoe zit 
Herle, scelle pour son cousin (vetterj Ecerlmrt vam 
Lhoe, saheligen Woltersz vam (!) Lhoe zum Lhoe 
nachgelassener eheliyer Sohn, qui a été investi, ad 
vilam, par l'abbé de Werden, du Tilmaiisz guit, 
Drever, lo86 : même écu C. : six plumes d'ai 
truelle, sommées de trois cornières. I,. : .S Knippoi 
herkvon /.oc (Dn^^eldorf, Wcrilcii, >'■ l(l«). 

— Meclitelll vain Loe, saheligeni Ho/^cî's vnm l.hue 
zum Lhoe eheliche dochlcr, lient ledit licf. sa vie 

■ durant, 1591 ; scelle du sceau de son père : une cor- 
nière. C. ; sept plumes d'autruche, surmontées de 
trois cornières. !.. : S Woller van Loe (Ibid.) (voir 
Koijen). 



LOEGEN. Johannes dictas van der Loogcn, écho- 
\iu de Biuxelles. 1364, ."• : une fasce, chargée d'une 
aigli; éployée et surmontée d'un lambel a cinq pen- 
dants. L., 1364 : >i< Si' lohannis de L . . . ea 
(.U'tes scahiiiaux de Bruxelles, A. G. B., passini. (t 
Bruxelles). 

— (Guillaume van der), héritier de son père, Jean, tiic 
Il Biiswoiler, sous Jean van Redelgem ; i. t. : 60 mou- 
lons, 1374 : même écu. L. : ►!< S iVilti dci van rf" 
Lneye (Chartes des ducs de Brabant) (cnmp. Usele, 
Vlec). 

Loen (Johannes de), éclie\iu de Louvain, 1366, 7 ; 
plain ; au chef plain ; a la bande brochante, seuiw 
de Heurs de lis (complètes), h. : ^ S' lohannis dcï 
de Loen scabini lov (Abh. île Sainte-Gertrude, a 
Louvain). 



1 



— Jean de Loen d 

Kolkendange (comté de Cliiny), déclare tenir, du roi 
de France, cette seigneurie, avec maison noble, 
haute, moyenne et basse justice, etc., 1681 : une 
fasce bastillée. surmontée de trois merlettes. 0. : 
une merlette (cachet en cire *rouge) (C. C. B.. reg. 
4o7l3a). 

— (Louis-Josepli, baron de), chanoine de la cathédrale 
de Gand, remet, au gouvernement autrichien, l'état 
des biens afférents ii l'autel de Notre-Dame, en 



aniel 



1787, I 






UKirs : une fasce baslillée 
Uois merlettes. L'écu sommée du bonnet des 
ons aux Pavs-Bas autrichiens. S. : deux lions 
ardanls (cachet, sans L., en cire rouge) (C. C. B., 
. -16006) (voir Loo, Loon, Looz). 



LOEBEKE, voir Udekem. 
Tjoet(Henricus), échevin de Bois-lc-Duc, io^b ; 



Loenersloot. Ghijsebrecht van Loenrestote (voir 

Abcoudei, 1-298 : un sautoir. L. : ►p .S' Gdberli 

lie Lonrexloe . . (Hollande). 
- Henri van Loenresloele, éciiver. ncelle un acte de 

l'é\ç(|ue d'LUrechl. 13-23 : même écu. L. : .S' Henric 

va Loenref/o(e(!)(Ibid.). 

r.ELRE donne ainsi le blason de lier Splinter i,-an ioon- 



- DicTck Loef Henncks zoon, échevji 



Loenhout Gilles v 



échevin de Malines, 1381, 



,">, 6, 0, 90, i, 3, 4 : trois roses; au franc-quartiei 
hrnchaiit, chargé d'iiiie scie de boulanger, posée ei 
bande (Malines). 

Loenijs (Henrieits), échevin de Itruxelles, 1470 : 
trois tours, ou portes crénelées; au franc-quartier 
hrochant chargé d'une fasce et d'un lion brochant, 
i>5aul du bord inférieur de la fasce. C. : une hure 
i( col de sanglier entre deux oreilles d'àne. L. : 

Loeniin (Abb. de Forest, Etabl. relig., 

c 210G, A. (i. B. ; Chartes et documents divf 
( . 1) (voir Droegenbroeck, Woelmont). 



Lioewics (,Iean), échesiu de Gorasuii 



— (Ilenricus) 



,iu de Louvain, 1346 : un 
un écusson parti-éinanché. 
s scabi lova (Abb. de S; 






— Rodolphux Loiii/s, échevin de Bois-le-Duc, 1440 : 
trois fers de moulin et une bordure endentée. L. : 
.S Rodolphi Lotiiis scabini in Bvsco (Ibid.). 

Loenman (Jean), échevin de Bois-le-Duc, 1418 : 
une étoile a cinq rais (Helmond). 

— (Jean) (fils de Jean), même qualité, 1473 : même 






r L.O0S, Lose. 






LOET (Rikaert van), jadis j 
?ous le sire de Schoonvorsl 
1374 : une fasce entre deux burelles. L. : ►!< Si 
Ricardi de Lvdred (f.hai'les des ducs de Brabanl) 
(voir Leuth). 

Loetere (Jean), échevin de Tirlemont, 1424 : 
bnnde, accompagnée au canton senestre d'un be: 
ou tourteau. L. : ^ S lohannis Loetere scabini 
thenensis (Abb. de Sainte-Gertrude, à Louvai 
KtabI relig., c. 3(509). 

Loets (Jean), échevin du couvent du Val-Sain 
Lucie, dans sa cour de Saint-Jean a M'i7re (Wilde- 
rt'ii), lo6(i : parti ; au 1", trois fasces, celle du 
uiilieu entre deux tierces; au 2'^, un chevron, ac- 
compagné au canton senestre d'une étoile (Ordange). 

— (Jean), échevin du banc et de la haute justice de 
Halle, 1371 : parti; au 1", trois fasces; au 2'', un 
étai. L. : S tan Lotis (Couvent de Mariendael, a 
Diest. Klabl. relig., c. 4686, A. G. U.). 

— (Jacques), homme de tief du Hainaut. 1618, a 
Soigni«s : une fasce, chargée de deux chevrons ac- 
rollés et accompagnée de trois (2, 1) étoiles a cinq 
rais. C. : un bonnet, aplati au haut, chargé d'une 
burelle viv rée ci sommmé d'une étoile a cinq rais L. : 
iS lacqves Loels (Hospice de Soiguies, à Saignies) 



t brochant. L. : S lohanms 

. . . u'ichs (Abb. d'Orienté, c. 2, A. G. \i.). 

— Jean Loijwijchs, échevin de liielrevelt (Uinderveld), 
1437 : un lion couronné. L. : S lan l.ouiic . (Ibid.). 

Loge (Guyot de la), jadis prisonnier a Uasweiler, 
parmi les gens (bede) ûa duc de Brabant ; i. t. : 
44o 1/3 moutons, 1374 : un lion, l'épaule chargée 
d'une coquille. L. : S Gvio[n] dec . ir . ay (Charles 
des ducs de Brabant). 

— (Thierry de le), homme de lief du Hainaut et de la 
cour de Mons, 1489 : trois coquilles. C. : une 
coquille entre un vol (Mons, Sainte-Waudru, c. 2) 
(voir Loye). 

LOGES (Jean des), homme de fief du duc de Bra- 
bant . . ., comte de Hainaut, etc., 1425 : deux 
poissons accostés, accompagnés en cœur d'un anne- 
Ict. L'écu sommé d'une rose et accosté au bas de 
deux autres roses. L. : S' lehan des Loeiges (Chartes 
des ducs de. Brabant). 

— (Hughes de), chevalier, seigneur de Cha[i]Uij et de 
la Boullaye (et Boulloye), gouverneur, pour le roi de 
France, de la ville et ch;'iteau de Tournai, 1,^1 : un 

sautoir. C. : deux oreilles d'àne. h. : Sni 

de Loges (Tournai, Chartrier) (voir Antoine, 
Malapert). 

Lohausen, voir SEYLDUNCK, Calcum. 

Loherains, dit de Blaton (Jean) (Lorrain'?), 
clerc, bourgeois de Valenciennes, reçoit, de la ville 
de Tournai, une rente inscrite sur sa vie et celle de 
sa lille, Pieronne, femme de Jehan de Sommaing, 
orfèvre, 1407, 8 : trois fasces, accompagnées d'un 
croissant et de huit roses, le tout rangé par 3, 3, 2, 1 . 
L'écu sommé d'un homme sauvage, issant, sans 
massue, et ledit écu accosté de deux têtes de léopard. 
L. : lekan de Blaton clerc (Tournai, Quittances) 
(voir PI. 13, tig. 346). 



Lohmar, voir LOMARE. 

I.OY nVauliers de le) reçoit, du loceveur rie Bra- 
bant, Godefroid de le Tour, dit des Près, men chter 
et boin aiwj, pour men Ires chier singneur mons. 
de Gomignies, dont il présente la quittance, 60 mou- 
tons; Bruxelles, le 9 mai, 1366 : un sautoir, chargé 
en cœur d'une étoile et cantonné de quatre oiseaux. 
L. : + ►!« Watelet Weloin (!) (Chartes des ducs do 
Brabant, N" 2054). 

tance du 5 mai 1396 rappene : Wnteler de U Loy. no 



LOYE (Jpaii ûr lu), i-li:>ii"ii r IV-li.r .Nnlrr-I 

de Coiidi', liomnie do lirf du ll.iii l, srdlr mi 

concernant les Chartirux, ]nv^ .ir r,Mii nai. Il 
trois cot[uilk'S. T. : iiii im.ur ilCiirniii, C.haiii 
c. II) (voir Loge). 

L,oye|n|, soir Daun. 

Loyers. Waticrs de Loiicrs. Iioiiinie du tomt 
Namur, 1289 : de. . . a l'étoile ;i àmi rais en 
à dextrc. L. : ►{< S' Wnlier rie Loies(l) (Nai 
■ r<» 211) iPI. 13, lig. 3.17). 

— Lambert de Loi/er, ('-liriin dr Ti mplMiix, li 
écartelc; an 1"', nn pi'ivn- ; ;ni\ -j'' < { :>'■, ilmx I 
léopardés, rangés en pal ; :in i ; triii> mn s. T. 

ange. L. : . . . mberl (.Nainui', .S((/;i 

c. 517) (voir Celles). 



Loijcx (.lacques), cclicvin 



L. : S lacob Loycx (Couvent île 
l, Oabl. relit!., 0.-1(580, A. G. lî.l 



Loys (Pierart), homme tenant liirelauje, n 
fratis alloes, de Dieu tant seulement, en II 



Lois (Jacques), échevin de Rotterdam, ICGi : 



Loits, voir Loets. 

Loix (Jean) van der lioirch, le vieux, jiii;e dans la 
cour censale du couvent de Sainte-.Maiie-ten-Trone, 
dans la franchise de Brusthem, M-ll : plain; au 
chef chargé d'une étoile (Abb. de .Saint-TroïKl, c. 9) 
(voir Puelinchs). 



Loix. Louis Loijcx (tout court), teudatairc, i Drus- J 
tliem, de Jeaji van Alsteren, seigneur toi l'iamrte.M 
de demi-Crusthcm, etc., 1.187 : même ccu (Abb. df 1 
Saint-Trond, c. 18) (voir Loijcx). 



LOKERON, voir LOCRON. 

Lochau, Miir KUNSTAT. 

Lockhorst. Joncheer Vincent van iMchorst, heert 



n liée. 



•nnlne. roupéc de . . , 
. L. : S Vincenti{'. 
rzoden, Teslamenten). 






— Anna van Lochorsl, veuve de sire Oeorgc van 
Arckell, seigneur d'.-lmersoyen, Well, etc., comme 
mère et tutrice de Joncher Otto van ArcUell , \w\- 
neur, donne procuration a Adriaen Pouwels van 
Noort, leur drossard d'Amersoijen, ii- IVAet de 
relever,- devant la cour, féodale de Cueldre et de 
Zulphen : het sloth Amerzoijen, mitten dorpe; ge- 
rechten, hoijhe ende leglie, miito le.enmannen vnd 
mit alleu zijnen toebehoren, oick mitten Ihienden 
Ihoe Driell (Dricl), tho Rossum, tho Henrerdcn 
(Heerewaarden), au bailliage de Bommelreweerdt 
(lîommelervvaard), lo90, le 5 septembre : (ceu en 
losange) parti; au 1", deiix fasces bretesséçs et 



S D Anne de l.ochorst vid '.. ..•.• ■ 

'dominideAiue ..... ..'. . (Arnheiu,.jm 

zuden, Beleeninycn). 






Fig. 3. 

Fig. 1. Guillaume, seigneur de Petersheim, 
chevalier (1338), 

Fig. 2. Théodore, seigneur de Seraiiig, che- 
valier (1338), 

Fig. 3. Arnould van Tweeiiberglien, écuyer, 
bourgeois de Maastricht (1339), 



combattants 

de la guerre 

de Cent ans 

vvoir l'I. XCIIl). 



Locquenghien (J.-l 



dp Flandre 






t des biens de sou abbaye, 
d'Alost, district de Rcnaix, 1787, le 
hermine au lion. L'écn, ovale, dans un 
oinnié d'une couronne à neuf perles, 
ne uiilre. L. : SigiUum .... ippi de 
n abbalis eeiiamensis (sceau empreint 






■) (<-.. 



.-.■^ 



L.OMARE (Lohmar) (dudeveert van), clicvaliei', 

et lli-iize cfiii Ihiren (l)uren) rei;nivent, du Urabanl, 

dommages, dans la guerre contre le comte de Flan- 
dre, 1357, le i'^' seplenibre; le même jour, Oode- 
veerl van Loinair et liruse van Duren reçoivent, 
du Itrabaut, un acompte de i;i-2 vieux écus, sur la 
somme qui leur revient, ii eux, ainsi qu'à .lean Moer 
et a Tielen van Paprode (l'atlVatli), pour leurs ser- 
vices et pertes de chevaux, dans la même guerre : 
un chevron, chargé d'une croiselte (simple). L. : ^ 
S ►!< Gobel van Lunenherij (Cliarte;. di's ducs de 



Eesbeke, Isenburg, Linden, 
Matens, LONDEFORT). 



Loinart (.leaii), linm 



LOCRON, LOCQUERON. Mars doulocron, 
n uyer, reçoit, de la ville de Nivelles, 40 écus 
l'Iiilippus, pour les frais faits, par lui, lorsqu'il fut 
111 garnison en cette ville, avec ses gens d'armes, 
entre la Toussaint et la Noël, pendant la guerre 
I ontre le comte de Namur ; quittance donnée, au 
l.ocron. 1357 (n. st.), 8 janvier : unecroix. L. : . . 
Mari do . . oker . . (Chartes des ducs de Brabant, 
,N° 8G(j). 

— .4 lars, sires dou Locron, chev ., déclare avoi r re(; 
liaiement, de Jehan de Reng (châtelain d'Aymeries), 
pour la pension de 25 vieux écus que le duc de Bra- 
bant lui doit annuellement, dont je sui assines sour 
le maison de gauge (gange ?) estant en ValenchTes, 
1308, le 10 décembre, à Valenciennes ; Alaertvan 
l.okeroen, chevalier, mari de Marguerite, jadis 
femme de Thierry Pipaerts, tué à Bàsweiler, sous 
Jacques de Bourbon, 1374 : une croix. L. : ^ S 
Mart dov Lokeron Jbid., N" 2212, etc.). 

— (iilles van Lokeroen, jadis prisonnier illec, so 
Bourbon; i. t. : 373 1/3 moutons, 137-1 : une croi 
ehargée en cœur d'une étoile. L. : S Cille dov Lokn 
(lliid.). 

— .\lard, le bâtard van Lokeroen, prisonnier illi 
sous Bourbon ; i. t. : 61 1/3 montons, 1371 : plaii 
au franc-quartier chargé d'une croix. L. : ►fi .Si 
Alartle 6as(a7-( (Ibirt.). 

— Colarl dou Locqueron, homme de lief de Jaci 
<omte de la Marche, de Vendôme et de Castres, 
seigneur de Lcuze, dans sa seigneurie de Leuze, 
1129 : plain ; au franc-quartier fruste (Tournai. 

Locht (.Vrnould vau der), écoutète de Zicligen 
(Sichen), 1534 : parti; au l^i-, trois oiseaux volants; 
au a"*, une fasce de cinq fusées, h. • S Aert van de 
Loch . (Abb. d'Orienté, c. 2). 



lief du Hain: 



t de la 



(Hospices ,1: 
Lombart i 



1 brochant (Mons, Sainte- 
■gnon) (voir Vigreus). 
lu Bnnian Pays du BrabunI 

iversérs (seul, l'écn subsiste 



— Witlelmus Loinbaerts, même (|ualitê. I."):i4 : menu 
écu. !.. : S (I ilmi Lumb scabi lova' (Abb. di 



ertru 



a Loin: 



Uiombeek. Arnoldus, dictiis de l.ombeke, miles, et 
iHachtildis, ujcor eius, donnent a l'abbaye de Mnove 
leur droit sur la dime de Lombeke, 1270; le mari : 
lui sauloir d'hermine. L'écii brochant sur un lion. 
\A (lame : dans le champ du sceau ogival, une dame 
debout, accostée de deux écus; A, un linn; B, trois 
trois lions (Ninovej. 



lai- /?., dict 

e» (son sce 



tombé), e 



(Beaufort). I,. : ^ S' scabinorvni de l.onebeke 
r -1723, A. G. B.). 

.Xederiis'iche (NeorUssche). i-elevant d<. la rour dudlt 

— Jean van Loembeke, jadis iirisomiier ii Bà.sweiler, 
sous le sire de Caesbeek ; i. I. : 970 moutons, 1374 : 
une croix ancrée; an franc-canton senestre chargé 
d'une croix pattéc. L. : ►!< S' lan van Loembeke 
(t^.bartes des ducs de Brabant) (PI. 13, lig. 318). 



Liombeek. Jean van Loembeke, i)risonnicr i//ec, sons 
k' sire de Vorsselaer ; i. t. : 2;)8 montniis, 1374 : 
un tascé ; au franc-quartier (dextre) cliargé d'une 
croix. L. : ►$< S' lan van Lvinbeke{\) (Ibid.) ^voir 
Colibrant). 
Le seigneur de Lombeque, en la conté d'Aloist : d'ar- 



ISSO: Gobles : une croix échancrée, accompagnée 

nu 1" canton d'une merlette. L. : hins inil ._ 

.... Ilenrote : une croix ccliancrée et un bùton Iro- 
cliaiit. L. : . S' Henri de Lonc . . . (Namur, N» 702) 
(comp. les armes Baugnée et HODIERRE). 



- Meijer ende scepenen van der l.oenbeke, 1395 
(i). st.) : une fasce et un lion brocliant, issant du 
l)ord inférieur de la fasce. L. cassée (Léproserie de 



Vi-bauc 



, loc. cit.). 



— Scepenen 1er Loenbeken, l-ill (n. st.) : écarlelé; 
aux !"■ et 4=, une ancre (l'anneau en haut) (Halle) ; 
aux 2^: et 3^, une bande de trois losanges. L. : >Ji S' 
scabinorum . . an de . . . beke ad causas (Ibid.). 

— Meijer ende scepenen Ju/Jr. Margrielen van Halle, 
vrouwe van der Loenbeken, 1.421 : paiii ; au [" 
ecartelé ; aux a et d, une ancre (Halle) ; aux b et c, 
une bande de trois losanges; au 2'', un sautoir en- 
grclé. ].. : S der schepene uan Loenbeke (Ibid.) 
(voir -Wittem). 



Lomel (,Ii ;i 



•edu 



its, 1 f 



chef, '. 



ilixtre, I eu |Miiiite, et d'nii maillet à senestre. 
lA'cu suspendu il un arbre. L. : S' [ekan de Lomel 
(Lorr., Neutcliàteau, B,833,N"GI)(I'I. 13, lig. 3-49). 

Lommarde, voir Liomart. 

Lompret (?). Guyol de LongpreU. escnier descuirie 
du duc de IJourijo-ne, 139j, G ; Guiol van Lomp[re] 
rei;oit une rente sur la seigneurie de Cruijbeke, 
l-t02 : une bande engrélée, accompagnée de deux 
étoiles. C. : un chapeau de tournoi, garni d'un \ol. 
Le cq. accosté de deux lettres lô, surmontées, cha- 
cune, d'une branche. L. : S Guiot de Lompre 
(Chartes des ducs de Itniliant, et C. C. li , Acipiits 
de Lille, I. 03, GO) (vnir Clinkart, Longpré, 
Robosch, Salles). 

Loncin. Cuenes de Ltmcin, mites, 1289 : tjpe sculi- 
forme ; une croix engrélée, accompagnée au l"' can- 
ton d'une étoile ou molette i'?). L. : ois mi- 

li (très cassé) (Chartes des comtes de 

Flandre, N° 491). 

— Canne de Lonchin, écuyci', échevin de Liège. 
1340 : une croix engrélée (C. de I!.). 

— Gobles de /.onc/ii», che\alier, André de lîaugnéi 
Henri de Hodierre, dit du Chasleau, neveu dudit 
Gobles, Henrole de Lonchin, se déclarent hom 
liges du comte de Nanuir, en reconnaissance de la 

. grâce qu'il leur a faite, en mettant en liberlé Hanel 
de Lonchin, frère dudit Henrole, avec son varlet, 






Loncin. Jaccpies de Lonchin, échevin de Liège, vers 
Miio : de \air; au fianc-ipiartier chargé d'un lion. 

L. : S de Lon..en (C. de B.) (voir Hol- 

set. Karys, LONTZEN). 

liONDEFORT dit Hostry (Jean de\ écuyer. 
franc-homme du comte de lioulogne, jugeant au 
château illec, 1393 : d'hermine au lion couronné. 
L. : S' lehan de Lonefort (Chartes des ducs de Bra- 
bant) (voir Locquenghien). 

Londerzeel (Les éclievins de), 13G4, 1S35 : une fasce 
et un sautoir brochant. L. : «Ji S scabinorvm de 
Londersele (Malincs et C. C. B., c. 107). 

Lôhnen. Richard \an Loijnen, conseiller du comte 
de la Mark, 1393 : une chaîne, posée en pal (Dussel- 
dorf. Col., N" 11G.J). 

Longavesnes. l'orchy (Forsi^) van Longaven- 
ne[s], écuyer, jadis prisonnier à Basweiler, sous le 
comte de Saint-Pol ; i. t. : 300 moutons, 1374; 
scelle pour Jean de Tréveray, (i. t. : 53 1/3 mou- 
tons) et Warnion de Seigneulles (i. t. : 346 2/3 mou- 
tons), tous deux prisonniers illec, sous ledit comte, 
1374 : une croix recercelée, accompagnée au 1" can- 
ton d'une merlette. L. : -|- S' Foursi de Longha- 
venne (Chartes des ducs de Brabant). 

Longchamp. Girars de Lonchamp, sires de Bel- 
renon, chevalier le Roy, messire, bailli de Chau- 
niont, 1372, 3 : une bande. C. : une tète de Midas 
imbei'be. T. : deux anges, issant du cadre du champ 
du sceau. Le C. accosté d'une Heur de lis et d'un_e 
rose. L. : S' Girart d' Lochap clilr sire d' Dlereno 
(Lorr., Neufchâleau, B, 833, N° 29, 834-o, X" 137). 

Longchamps. Gérard de Lonchamp, homme du 
comte de Namur, 1330 : trois forces renversées, 
surmontées d'un lambel. L. : . . Géra . . . de . . . g- 
(Namitr, N» SU). 

— Werner van Lonccamp, chevalier, jadis prison- 
nier a Basweiler, sous Robert de Namur; i. t. : 
1307 moutons, 1374 : plain ; au chef denché. L. : 
►p S V Varnier de Lonchan (Chartes des ducs de 
Brabant). 

Voir Hemricouht. Le ^^iroir des Nobles de flasbaye. 

— Agnies de Loncivnp, dame de Juppeleu (Jupleux), 
rei;oil mie pension du Brabant, 137;') (n. st.) et 75 : 
parti ; au l", plain ; au chef émanché, chargé d'une 



Longchamps. Ilciiii 



— Jean (le Loiujcliamp, (•lii.'v:ilii'r, .sci-iniii- de Fcriie- 
monl (FeniL'Imoiit), lUnilcnaiil-bailli du rdiulr ilc 

lion (.'iitve un vol. S. : deux lions. 1.. : 

mi7i7(C. C. B., c 108). 

— Thirij de Loincliamp, liailll el Iidiiumc de lui' de hi 
court de monsr labbe et couvent de lUmitefle {\\>)- 
wiXi-),}uijanta niryers ,Ta\iei's), l.'i-Jd, li'-ijiilii : 

1111 vol. L. : S Thmj de l.o (.\lil). de la 

Uamce, Elabl. relig., c. ;il77, A. (l. l!.) (voir 
BEALANDE, Brabant, Fernelmont,Mar- 



Lonijs, voir Loenijs. 
Longueval. Tliirn^ i:iii 



Rochefort). 
Longuyon (La 



Longhehaye (\i 



Longhet (David), \v 
(OUI' dc' Mous, I.jO 



Lontzen de Roben ( 

s deux flOH.ms (linida 



KouT do Dour) (PI. 13, lig. 351). 
Longin (Les tenanciers du damoiseau lîul; 



a Uruxclles). 



. (M. Antoine Dansart, 



— (Le damoiseau Antoine), drossard et lieutenant ili 
pays et baronnie de Griinberghe, 15fl8 : éearlelé 
1111.x 1" et 4', trois liandes (!) ; aux *' ri ;i^ eiiiq lui 

.S Anl Longin (Charles relatives a l'ai r.UMli^ 

sèment do Bruxelles, A. (i. B.). 
Longcourtil, voir Marin. 
Longpré(?j. Muiisicur de l.onprc, éeuyer, (^poii 

de Marie-Caroline Donin, qui tient, du Brabant, 



iiiiie et accosté de 
■ire rouge) (G. C.B., 



m 



(chapelle), k lîornival ( 



iiU au béiiélice casliul 
■ etclislriclilcNniiiiii), 
', le 13 avril : d'or a la 
iini\ .ii-irlr.' (Ir -iieiiU'S; au fi'anc-quartier (gravé 
111 crnix: iliii^i' iriiiie étoile a cinq rais. L'écii 
«nmw d'uni i -niiiiiinc h cinq lleurnns, dont deux 
lonni'5, (hacim, ûv trois perles; ladite couronne 
soutenant un écran rond aux armes de l'écu (cacliel . 
.■n cire rouï,e, sans L.) (C. C. II., AKii.'i). 

LONTSAVYLDERE (Gulion van), jadis prison- 
nier a Bâsweiler, sous le drossard de Luxembourg ; 
i. 1. : 109 moutons lIlTi : une bande vivrée. L. : 
S Cvlgo de l.vuilre (Charles des ducs de Brabant'. 

Loo. Jehan de Lo, bourgeois et marchand d'Ypres, 
scelle, à Londres, en 1201 (n. st.) : trois croissants, 
surmontés, chacun, d'une étoile; au lambel à cinq 
pendants, brochani sur les deux étoiles supérieures. 
L. : . . lohanne . r Lo (Chartes des comtes do 

— Pierre de Lo, homme du comte de Flandre, 1312 
(n. si.) (a Ypres) : trois croissants et une bande 
lirochanle. L. : t^* S' Piere de Lo (Namur, iN" 38:; i. 

— (Jossine, tille rie Clais Heinrijcsoon, et veuve de 
(iilles van), bourgeoise d'Vpres, tient, du château 
de Fumes, un (ief a Adinkerke, 1421 : trois losanges. 
S. senestre : un aigle. L. cassée (Fiefs, .N» 41). 

ende metstedeel rerloren. ,'nde cerooIr/Hen ma den 
zande oan den dune . . . 

— (Jean van) (lils île .laccpies), éclievin de llotterdam, 
Itil2 : écarlelé; au li-'i-, une fasce liaslillée, accom- 
pagnée en chel de trois oiseaux rangés et en pointe 
de cinq (3, 2) billeltes ; au 2'-', trois fasces ; au franc- 
ipiartier chargé d'un lion; au 3«, trois roses tigées 
et feuillées; au 4', trois chardons. C. : huit plumes 
d'autruche. L. : SJolian Jaco}is van Loo (U.) ;comp. 
les armes Loen) (voir LOE, Rotselaer). 



Lioobosch, voir Surpele. 

Looize, voir Sauch. 

Loomans (Gooris), échevin de Louvain, 1011, i4: 
de . . . aux lettres C 1 (!), accostées. L. : S Creyoru 
Loomans sca lov (Abh. de Sainte-Certrude, a l.i.u- 



dorf, Clèven-Mark, N'" GOO). 

— Jean van Loen, maïeur de la cour censale du coiu- 
mandeur de Bejnissem, à Mielen-sur-AeIst, 14«1, 
8, 91 : une fasce de cinq fusées; au franc-quartiir 
chargé d'un sautoir. T. dexlre : un homme sauvage, 
appuyant sa massue sur l'épaule droite (Abb. iV 
Sainl-Troi\d, c. 0, 9, 10). 



— Sire Jean van Loen. maieur <le 
soens ho/1, U Hnvingeu et Uorlo 
écu et T. (Ibid., c. U). 

— (Maître Gilles van), échevin de ! 

Loen (Ordan^e). 

— (Lieve van) (lils de Guillaume), 



van (i;.). 

— (Jean van), échevin itiec, 1013 : écartelé; au 1", 
un lion, issant de la pointe; au 2", trois rencontus 
de taureau ; au 3% un chevron ; au 4", trois tierces. 
C. : un lion issant entre un vol. L. : S lohan van 
Loon (C.) (voir Loen, Looz, Malsem. 

Loos (Corneille-Antoine), chanoine de SautrLeeuii- 
(Léau), remet, au gouvernement autrichien, l'étal 
des biens de sa prébende, en l'église Saint-Léonard, 
illec, 1787, le 21 mars : quatorze (4, 3, 4, 3) bil- 
lettes. L'écu entouré d'un cartouche, sommé d'une 
corbeille de roses, simulant une couronne (cachel. 
en cire rouge, sans L.) (G. C. U., reg. 4l>.'«8) (voir 
Lose). 

1237 : 



ooz. Arnoldus, co 


«es de Lus el de Chini, 


tvpe équestre ; le b 
\..:^SAnivl.. 


)nclier il un tascé (de 8 p 
las 



nous adossés (Chiny). T. ; »i« 



;-? — 



Looï. l.neijs, chevaliers, fie.r le conte de Los et ^lc 

Chinij, piMiuet de l'c'iiJrc iuilfimics ses bons amis, 
iiM i;;iiriir C^iiilhicr Ucillumt, chevalier, seii;iieur 

failli :_ - lu- ; le lioudice, lalioiisse 

DU-.". ,r:Miin,!K ;il , 1 . ,1e la fasce : '►J. S' /.udo- 

ua dm de StalM . ^ d- Vcrlon . . . . d 

mule (l)^l^Sl•ld()^f, Jiil.-Berg. N» 47). 



al (II, V 






— Johannes, cornes de I.oz, 1275 : type équestre; le 
lioiiclier cl la liniisse a un burelé. C. : ini éventail. 

L. : Si(j olmniiis comitis de Los. Coiitrc- 

scel : écu au mêmes armes. L. : *^ Sigillvin secre- 
tvm (Al)b. d'Ofiente, ,\. fi. B.). 

— jtrnotdus, cornes de Los. 1281. 2, 93 : un burelé. 
L. : S Arnoldi comitis losseiicis (Abb. de Saint- 
Irond, c. 1 ; Dusseldorf, JuL-Bery, 70). 



— Arnoldus, cornes lossensis, 1294 : type équestre; 
le bouclier et la housse il un burelé, les Uû, .S', 5^, 
7« et 9'-' pii'ces diaprées (chargées de flanchis). C. et 
ornement du chanfrein : un dragon ailé. L : >^ 

Sigill . . Aniol Us lossensis. Contre-sccl : 

un écu burelé. Ledit écu sommé d'un écusson à deux 
poissons adossés et ii un semé de croisettes (Chiny). 
L. : Svb s' .4r comitis losseTi secret (Abb. d'Orienté, 
A. G,B.). 



S lohanis de Los domiiti Agimot m 

(is (Arlon, Abb. de Saint-Hubert). 

— (Les échevins de). 1301, 9 : un burelé; au c 
chargé d'un chàleau. L. ; )(c >^ S' scnbinonin 
/.oos (Dusseldorf, llailliage des Vieux-Joncs, N»' 
38). 

— Arnoldus, cornes de Los et de Chiney (Chiny), 
1305 : parti; au 1^^, un burelé; au 2'', deux poi 
sons adossés (Abb. de Saint-Trond, c. 5Ws et 7). 



Looz. Mechlitdis de Los, femme de Godefroid, sei- 
gneur de Ileiusherg et de Ulankenberg, 1307 : parti ; 
au l«■^ un burelé ; au 2'', un lion couronné, il la queue 
fourehée, et un lanibel à cinq pendanis brochant 

(Heinsberg). L. : ^ S' Megtild ens- 

bcrg (Dusseldorf, Jul.-Derg, N» 175). 

— (Marie de), dame de Diest, femme de Gérard, sei- 
gneur de Diest, burgrave d'Anvers, 1307, 15 : dans 
le champ du sceau, ogival, dame debout, tenant sur 
la main gauche un faucon, accostée de deux écus : 
A, un burelé; D, deux fasces (Diest). L. : ►$< S' 
Marie dne dgst z casteltane antwerpien. Le sceau 
de 1307 poite un contre-scel, à l'écu parti de Looz et 
de Diest (Diest, N» 9). 

— Arnoldus, cornes lossensis, et Margareta, comi- 
tissa, eius uxor, 1312; le mari : tjpe équestre; le 
bouclier, la housse et l'écu du contre-scel à un 
burelé. La comtesse : dans le champ du sceau ogival, 
dame debout, tenant sur la main gauche un faucon, 
accostée de deux écus ; tous deux a un burelé. L. : 
►J< Sigillvm Mnrg . . .t . comilisse lossenscis (Dus- 
seldorf, Jul.-Derg, N'o 200). 

— Ludovicus, cornes de Los et de Cyngny, 1331 : 
type éipiestre ; le bouclier et la housse a ces em- 
blèmes : parti ; aux 1", deux poissons adossés et un 
semé de croisettes potencées, au pied liché; au 2'', 
un burelé. C. cassé. Ornement du chanfrein : un 
écran échancré, chargé d'un écusson de l'écu (!). L. : 

S . . dovici co. et de Chin . . (Ibid., 

N» 352). 

— Louis d'Agimont, sire de Wark (Warcq), feuda- 
taire de la comtesse de Xamur, a Ville-en-llesbaye 
et a BoneHé, 1338 : un burelé; au franc-quartier de 
vair en chevron, charge de deux chevrons (Condé, 

Belœil, Morialmé?). L. : s sene[v] ._ 

k (Namur, S" 590). 



rnoldus de Agimonl, miles, s'engage, moyennant 
livres de vieux gros, ii servir le duc de Drabant, 
91 guinque viris, bene et deccnter, una nobiscum, 
n galeis armatis et cquilatis, dans la guerre 
;re l'Angleterre et la France, 14 août 1338 : un 
relé et un lambel, chacun des trois pendants 
irgé de trois billettes. L. : S' Arno . . . da- 
c/ie(!) (Chartes des ducs de Iirabant,N° 423). 



1nde)el 



le Chin 



;neur de lleins- 
,343:écartelé; 



■ ; b, deu 



X poissons 

accostés (!) et un semé de croisettes (Chiny); aux 
2« et 3', un lion couronné, à la queue fourehée. L. : 
. . Tlt coitis de Los et de Cijngni dni de HÎisbg et de 



;s daigim 



Looz. Le même, 134i : type équestre ; 
oreilles d'une (Luxembourg, c. 1, 1. 1). 



bé (Charte 



— (Sire Godefi'oid de), seigneur de Millen, scelle un 
acte de Ounegonde, femme de Thierry, comte de 
Looz, etc., laquelle le nouiiue onsen soene, 1339 : 
ccu comme le comte Thierry, mais brisé d'un lambel 
a cinq pendants. L. : «J^ S' Godefridi de Loyn dni de 
Villiii (Dusseldorf, Jul.-Berg, N» 42i). 



répan 



— (Ounegonde, femme du comte Thierry de), etc., 

1339 : dans le champ du sceau, road, dame debout, 
tenant deux écus : A, comme Thierry (1337) ; I!, une 
lasce échiquetée à trois tires (Mark) (Ibid.). 

— Jacques d'Agimont, homme du comte de Namur, 

1340 : un burelé et un lambel. C. : un vol. L. : S 
lacobi de Los mililis (Namur, K" 70oJ. 

— Noble homme messire Ernoulz d'Agimont, sire de 
Thynes, chevalier, homme du comte de Namur. 
13ix>, G : écu et C. comme Jacques, 13io. L. : . . 
Ernvldi de Los .... Agim .... (Namur, N"^ 774, 
789 et 814). 

— Oerars de Los, sires de Chavency (Ghauvency), 
reçoit, du lirabant, pour lui et ses gens, pour le ser- 
viette que je /i fis en ses wares dasq[ue] (Assclie)po»7- 
me frais alanl et vena[tt]t, 240 vieux écus Philippus 
el (jO écus pour deux chevaux usés, 8 mai, 1358; 
Gerars de Los, signours de Clievancey el de Eccry 
(Ecurey), re(;oit, du duc de lirabant, par le prcvùl 
d'Ivoix, un acompte de 1200 francs de France, pour 
rani;on, dépenses, pertes de chevaux et de harnais, 
du ctief de la bataille de Bâsweiler, 1374, le 9 no- 
vembre ; Gerars de Los, seigneur de Cliauvencey et 
de Ecrey. reçoit, par ledit prévùt, un autie acoQipte 
de 100 francs de France, du chef de la mém 
taille, le même jour; il reçoit, du Brabant, des 
acomptes, par sixièmes, sur une i. t., du chef d( 
dite bataille, sur 4999 1/3 moutons, 1374, 7 : 
burelé, au lambel, chacun des trois pendants chargé 
de trois besants, ou tourteaux. C. : un vol. 
S Gerart de Loz chlr sire de Chavvecy (Chartes des 
ducs de Brabant, N"* 1600, 1009, 2589, 2590, et 



Looz. Jehaiis de Los , 
Walleltaing (Walhai 
Alart d'Os, receveur de Brabant, donne, au duché 
de itr;iliiinl, quittance de 400 vieux écus, pour cer- 
tains j)risi}ns a luy relivres U quels furent pris 
(jiiaiit on se combali a Tourinnez, pour frais, laits 
imi- lui et ses gens, m le chevauchye dasA-e (Assche) 
et ussy pour les frais de nous el de nos gens lais a 
Hal quant nous y fumez et gesimez acause de te 
pays qui dut y estre fait a Aske, entre le duc de 
lirabant et le comte de Flandre, 1302, 20 décembre ; 
Jehans de Los, sires dauyiinont el de Wallehnimj, 
reçoit, de cinq bourgeois de Nivelles, 350 llorins, 
dits uioutONs, pour le due de Brabant, 1307, wit 
jours au moys de gisserech (8 juin) ; il reçoit, de 

duc, le même jour ; Jean van Loen, seigneur d'Agi- 
mont et de Walhain, scelle pour les héritiers de feu 
Go/farl de Saint-Pol (i, t. : 2o moutons) et pour 
Colard le Kevre (lils de Colard) (i. t. : 36 moutons), 
tous deux, jadis prisonniers a Basv\eiler, sous la 
bannière d'Agimont, 1374 : dans le champ du sceau, 
deux blasons, inclinés l'un vers l'autre: A, uu 
burelé. C. : un chapeau de tournoi, sommé d'une 
grande boide; B, deux lions affrontés. G. : un cha- 
peau de tournoi, sommé d'un vol fascé. L. : S' lohis 
de Los dni de Agimole el de W'alhaing milit . . 
(Ibid., N"> 2131, 2132, etc.). . 



d-Agim 



15 (sa. 



de billettes (Petersheim) ; au 2'', un burelé au 
lambel a cinq pendanis. L. ■.SJohannadAgemvnt{'.) 

dn rsh . . (Ibid., N" 1963). 

- (Arnould, comte de), sire de Ruminez (Uummen) 
et de Quatbeke (Quabeek), 1304; Arn., sire de 
Itunnnen et de Queetbeecke, reçoit, du comte et de 
la comtesse de Glèves, une rente viagère, par le 
reccvein' du pays de Malines, 1367 : même écu que 
le comte Thierry (1337), mais les 2 lions i\ la (|ueue 

simple. L. (1367) : 4« S' Arnoldi d de 

Rvmmeneel . . . Qvaecbeke (Luxembourg, c. I, I. I, 
et Dusseldorf, Jul.-Berg, N» 792). 






e Loin, sires dnfiymont et de Wnlle- 

nssis, adossés. L. : ►!< S lolianis de 
I . A . iinut cl de Watltain militis 



(le Di)laiU (Itollaiid) déclare avoir reçu, 
p ItrabaiU, un af(im|ile de 100 doubles 



i; pn 



s de Sinyi le l'élis (Sign\- 
levalier, donne a Thierry de 
011 générale, ponr oblciiir, 
Indemnités « pour nies gens 
inij a la besniiifine devant 



a lias' 



n la c, 



Sourmunm- (Sorinoniie), escuicr, Lermile de la 
ve, Gcrar de la Crois, escuicrs », 1371, le 16 dc- 
ilire : un liurelé. au lainbel broelianl. 1.. : . 
. iiivslolic . de Aijimo . . . (Charles des ducs de 
Itraltanl, N" :2l)0."i' (voir Croes). 



iirr a liaswciler, sous la bannière d'Ayiinoiil ; 
1(1-2 moulons, 137.4 : un burelé el une Lande 
lie, chargée en chef d'une co,|uille C.'). \.. : S 
Il basiar daijimun (Ibid.). 



ard d'A-inioul, prisoiniirr 
ère; i. t. : 78 moutons, i;i7i 
1 bretessé(l) brochant. 1.. : 



Looz. Adam van Loen, prisonnier i7/ec, sous le sire de 
Schoonvorst ; i. t. : 212 moutons, 1374, o, 6 : trois 
lleiirs de lis, au pied coupé, surmontées de trois 
maillets penchés, rangés en chef. L. : ►!< S Adan de 
/.os (Ibid.) (PI. 13, lig. 3S3). 

— Arnonld van Loen. prisonnier iUec, sous Schoon- 
\oisl ; i. t. : 280 moutons, 1374, «, : parti ; au 1", 
cinq burelles; au 2'', deux poissons adossés. Un 
balon brochant =iir l'écu. L. : Sigillvm Arnoldi de 
Locs(lbid.). 

— Louis van Savcnchij (Chauvency), chevalier, jadis 
prisonnier ii Baswciler, sous Louis de Namur ; i t. : 
4773 1/3 moutons, 1374 : un burelé et un lambel 

il cinq pendants. L. : . . . odowici de . . s 

(Ibid.). 

— (Jean de), lils du sire de Ileinsberg, 1380, 'JU : 
même écu que le comte Thierry, 1337, mais brisé 
d'nn lambel (a 3 pendants). Cq. couronné. C : deux 
oreilles d'àne. S. : deux léopards lionnes, les queues 
fourchées (Ibid.). 

- Johan van Loen, seigneur de Heinsberg et de 
l.uwenburg, 1413 : écartelé; aux 1" et 4s parti ; 
a, un burelé ; b, deux poissons adossés, accompagnés 
au point du chef d'une croisette ; aux 2' et 3», un 
lion couronné, U la queue tourchée. Sur le tout : un 
écnsson échiqueté (LOwenburg). Cq. couronné. 
C. : deux oreilles d'àne. S. : deux lions. L. -.SJoltan 
va Loi lire sv Heinsbg ind zo Leivenbg (l)usseldorf, 
Clèces-iMark, N» 7H). 

— Joluin van Loen, seigneur :u Ileijnsberg, lO 
Lewenberg ind zo Genepe, et les trois suivants 
concluent un traité d'alliance avec Jean de Schoon- 
vorst, burgrave de Montjoie, etc., 1418 : écartelé; 
aux !"■ et 4«, parti ; a, nn burelé ; b, deux poissons 
adossés ; aux 2« et 3«, un lion couronné, a la queue 
tourchée. Sur le tout, un écusson échiqueté. Cq. 
couronné. G. : deux oreilles d'àne. S. du cq. : deux 



lions. L. : S lohnn va Loi lire :o Ileinsbtj inil zu 
Lewenbg (Abb. de SQinte-Gertrude, a Louvaiii). 

Probablement le même sceau que celui de H13. 

Looz. Johan van Loen, eldsle son zo Heijnsberg, 
1418 : mhne écu que son prre, ci-dessus, mais 1 
d'un Ïambe! (Ibid.). 

— Willem van Loen, grève zo lllanckenhem, 1-118 : 
parti; au l'^'', comme Jean, seii;neur de lleiiisberg 
(1418); au 2'', un lion et un lambel (à trois pen- 
dants) brocbant (Blankenheim) (Ibid.). 



pelle), 1418 



proist zo Aichen (Aix-la-Clia 

,, - le écu que Jean, seigneur de 

Heinsberg (1418j. L. : de Los /ilii miiwris 

in Heinsberch (Ibid.). 

— Jehan van Loon, soon te Heijnsberge, hère van 
Sichen (Sicliem), Zeelliem, et Jeanne van Diest, sa 
sa femme. Depuis la mort de leur ouder vader, sire 
Thomas, seigneur de Diest, Sicliem et Zeelhera, 
jusque naguère, le duc de Bourgogne et de Brabaiit, 
ayant eu, in sinen regimeiUe ende momborijen, les 
villes, châteaux et pays de Diest 
a fait administrer, d'abord, par sire Jean de Iloerne 
tllornes), seigneur de Bausegnies, Honschol, Heze, 
Leende, et, après sa mort, par dame .^[arguerite van 
Latrinioille (la Trémouille), sa femme, les époux 
déclarent qu'ils leur ont été remis et qu'ils o 
bien administrés, 3 février 1437 (st. de Liège). Par 
acte du IS du mois suivant, lesdits époux déclarent 
que le château de Sicliem leur a été délivré, mit 
allen den gereden goeden van goude ende van zil- 
ver, gemunt ende ongemunt, biissen, artellerie, ge- 
were, etc. : même écu que Jean, seigneur de Heins- 
berg (1418), mais, au lieu de l'écusson en cœur 
échiqueté, un écusson au lion, et au lambel ii quatre 
pendants, brochant en chef sur l'écu. Cq. couronné. 
C. : deux oreilles d'âne. L. : S lohs d Los liUi 
Heynsbg d'us d Dist \ Sich (Chartes des ducs de 
Brabant). 

— . De edele Jonchere van ^oon, oudste soon te Heijns- 
berch, père dudit Jean, seigneur de Diest, etc., 
1437 : écartelé ; aux 1" et 4^ parti ; a, un burelé ; 
6, deux poissons adossés ; aux 2e et 3^, un lion (non 
lé), à la queue fourchée. Sur le tout, un 
indistinct. Un lambel, à trois pendants. 






(Ibid.). 



eu. Cq. C 



; S lan v 



1 Lgc, 



:o Hijnsberech 



— (Jean de), seigneur de Heinsberg, Leewenberch, 
Diest, Sichem. ratifie la convention, faite entre le 
duc de Bourgogne et son oncle, Jean de Heinsberg, 
évêque de Liège, concernant le rachat des châteaux, 
pays et seigneuries de Milieu, Gange! (Gangelt) et 
Viicht (Waldfeucht), 1440, 23 novembre : écartelé ; 
aux i" et 4^ parti ; a, nn burelé; 6, deux poissons 



(Ibid,). 



un semé de croisclles ; aux 2= et 3" , un 
nné, il la queue fourchée. Sur le tout, un 
u lion. Cq. couronné. C. : deux oreilles 

un lion léopardé et un lion. L. ; S luhis 
'IS de Ifcyiisby Di/esl Lewebg z. de /.iche 



Looz. (Les écbevins de). 14G8 : dans la partie supé- 
rieure du champ du sceau, un château ; dans la partie 
inlVrieiire, un écii burelé. L. : Sigillum scabimmiin 
de Los (Ibid.). 

— Loiiis-l'élix-Kmmamiel-Chrysostome-Denis, cmute et 
duc de Lnoz Corswarem, du Saint-Empire et de 
Nijel (Niel), etc., atleble, a l'abbesse de Mu'iles, 

lil'M.^, du coté paternel, 

esi ijenii:,; il, ,,, iii,,s-,ir,> l'rédéric-Jeaii, 

comte ii-lMH.ioun, .If lilui,, b;ir.iii de Cannenbtm, 
(Kannenburg), Orei/ i.(ireye,i, Curtessem et du pavs 
A'Oost Ilaiii (Oo^tliam), seigneur de Craiidvill'e 






Oessen 



Mai- 



■inyeii (lice 



gi'ii), 



: '' 'I lUncsse d'Llderen ; 
petite-lillr .;, : I M nn, baron d'/.ven((oorn 

deBlois, M.: ';.i,./.«r;y, etc., et de Mar- 

guerite de l;.,il, (iill, ,1. Hieasire Gof/a rd-Adrieii, 
baron de Heede, seigneur d'Amerongen, etc., et 
d'Ursule-Pliilippine de Raesfeld) ; arriére-petite-lille 
de messire Albert à'isewlourn de Blois, seigneur de 

enlill, iiiili!' ' rniinenl nubk, de tous 

côtés pai'i' ,', ,:,(■ balardisse, boiir- 

geoisse('.\ m ,i-,:r'- rnn, , hrmcnl quelconque. i:-ji:W 
est donné : Dans noire maison a Nivelles, le 2 aoiil 
17.j5, et .«igné : Le duc de Looz : écart.lé; aux 
[iT et 4>=, burelé de . . . et de gueules; aux 2' et 3^ 
deux fasces de sable (Diest). Sur le tout : d'Iier- 
mine a deux fasces (Corswarem). L'écu, o\ale, 
posé sur un manteau, doublé d'hermine, sommé du 
bonnet de duc de l'empire (pelit cachet, ovale, s:iiis 

Baar, Beeck, Bolland, Brandenbourg 
Celles, Diest, Givet, Grimde, Heinsberg, 
Cannart, Chitine, Coevoet, Limmingen 
Menten.Montmédy.Reiirerscheid, Roche 
fort, Royer, Sayn. Sclioonvorst, Sto.k- 
hem, Torre, Watronville, Wittem). 



Loose, \iiii Loos, Lose, Mouriau. 
Loosen (Jean), échevin du banc de liorlo 



f -c 

i 






Vï 





Fig. 1. Henri [de Walcourt], seigneur de 

Farciennes, clievaiier (1338), 

Fig. 2. Johannes dictus Waltem, miles (1338), 

Fig. 3. Gobellinus de Wasckemtein, armiger 

(1339). 



rabattants 
e la guerre 



i tle Cent a 
J (voir Pi. XC 



de 1.1 cour de Mielen-sur-Aelst, appartenant tous les 
lieux a l'abhc de Saint-Trond, 1589 : ti'ois tulipes, 
lifées et feuillées, sur une terrasse (Ordange). 

Loost, Miir Loste. 

Lopez, uiii Sproncholf. 

LOQUERON, voir LOCRON. 

Lor (Rfijnaul de), chevalier, chiilelain de l.iinii, 
(li'clare avoir assisté, avec Monseigneur (lauclùer 
(le Chaslillon, comte de Porcien et connétable de 
H.ince, ta ou le roij l'h[eli}>p]e. n[oiit]re si[res|, que 
'lie.v absoille, ratomja as bonnes gens de Tournaj/ 
leur assise du septième jour daoust jusques au noet 
ensuivant, i:i21 : un lion (couronné?). L. : * S' R 
de Imt (Tournai, Chartrier). 



— Gauthier van Lore, chevalier, jadis prisonnier à 
liasneiler, sous la bannière de Montjardin ; i. t. : 
1600 moutons, 1374; rci;oit un acompte, sur une 
i. 1. de 60 moutons, du chef de feu son frcre, sire 
.leaii van Lot, jadis prisonnier i7/ec, 138.i, et pour 
.,1V Ibuiloinn van LofeJ»y,s (L[li]on[nlenx?) prison- 
iiiei' ilkc, sous Montjardin (i. t. : 258 2/3 moutons), 
riTi : un lion (sans timbre). L. : ►{< S' Watier . de 
Lor (Charles des ducs de Brabant). 



— Walicr de Lor, chevalier, sire de Draitt (ou Drais), 
reeoit, du Urabant, une rente par le receveur de 
Jodoigne, 1379, 80 : un lion. C. : on voit une partie 
d'un vol ftort endommagé) (Ibid.). 

— (Jean van), chevalier, prisonnier itlec, sous la ban- 
nière d'Aginionl; i. t^ : 27-29 1/3 moutons, 1374 : 
un lion. C. : une tète et col de lion entre un vol. 
('ri : iaeyi ioviil). L. : SeeUehan de Lor chir (lb\d.' 
(voir Walcourt). 



Loren (Jean), alleutier du duc de lioin-gogne, il 
mit. M8i : deux fasces. h. : . lehan Lorei 
Malcorp . (C. 0. B., c. .36). 

Lorent, voir Laurent. 

Lorgniart (Gilles), homme de fief du HaJnaut 
h cour do Mniis, 1628 (a Beaiimonli : un ehp\ 
:h roiii|ia,:iié de trois étoiles. S. seiiestre : . 
iMhii>, Ibniimes de fief de tieauniont). 

LOROIT (Lorroir?) (Jean du), dit de Hestmdt \ 



(Ilestreux?), reçoit une rente viagère, sur le do- 
maine de Uinche, pour ses deux lils, Jean et Grar- 
din, 1473, 5; une autre, pour sa femme, Marguerite 
Fueillette (Feuillette), et lui-même, 1474, 6, 82; 
homme de fief du Ilainaut, 1181 ; reçoit une rente 
pour lui seul (sa femme étant morte?) 1485 : une 
hache, posée en fasce, le fer a dextre, le tranchant 
en bas. Vécu suspendu au bec d'un aigle. L. : .S 
lelian dou Loroil (C. C. B., Acquits de Lille, 
I. 1685, 7). 

Su.- le sceau de 1475. 11 y a. au Ueu de l'aigle, un ange, 

JOROIT (Gérard dou), dit de Ilestrut, bourgeois de 
Ilinche, reçoit une rente viagère, sur ledit domaine, 
pour son fils, niaitre Gérard douloroit, et Ester, fille 
de celui-ci, 1474, 7 : un meuble, formé d'une tige, 

. repliée au milieu a scnestrc, pointue au bas, soute- 
nant i) dextre une traverse pointue, ledit meuble 
mouvant du (laiic dextre et de la pointe et terminé 
au haut en anille, accosté en chef de deux roses. 
T. : un ange. L. : S Grart dou Loroit (Ibid., 
1. 1685). 

- (Gérard du), dit de Ilestrut (lleslrud), 1481, 3, 
95; maître Gérard du Loroil (tout court), reçoit 
une rente viagère, sur ledit domaine ; homme de fief 
du Ilainaut. 1485, ii Binche : un chevron, accom- 
pagné en chef de deux I 
croissant. C. : uii vol. I,. 
(Ibid., I. 1087, 8). 



— Jean du Lorois, bourgeois de Binche, tient un fief 
de la seigneurie de Binche. 1545; homme de fief du 
Ilainaut et de la cour de Mous, 1550 : un chevron, 
accompagné en chef de deux trèfles et en pointe 
d'un croissant contourné (I). L'écu suspendu à un 
arbre. L. : S Lan dv Loroil (Kiefs, N"' 10514 et 
10467). 



Lorrain, voir Loherains, Saint-Gor. 

Lorraine (Mathieu, duc de), 1225, 46 : type éques- 
tre, a dextre, le chevalier tenant de la droite une 
banderole ; le bouclier et l'écu du contre-scel à la 
bande, chargée de tn 
B, 570, N"^ 1, 3). 



s (Lorr., Bilche, 



— (Ferry, duc de), 1272, 4 : type équestre, a dextre, 
le chevalier tenant de la droite une banderole; le 
bouclier et la housse aux mêmes armes. L. ; S' 
Frcderici . . . Lot ie et . . . hio Contre- 
scel : type équestre, ii senestrc, petit module, le 
bouclier aux mêmes armes. L. : «Je Sigillvm sccreti 
(Lorr., Blàmonl, B, 574, N" 7 et 8). 



— 38i _ 



Lorraine Férus duc dr Loherenrn 



^li I I 1 I ) C ' 

La housse oiiice de palb, cluutb d'ai^lis contoui- 
nee'> Coiitie bcel . t\pc ci[ufst(e, lediictioii du 
sceau de h hsce (Cliaiks des comtes de 1 lindie). 

— Johan, duc de Lorainne et marchis, reçoit, du duc 
de Uoui'goi;iie, une rente annuelle de 1800 livres, 
sur le tonlleu de Mandre, liiSi : une bande, char- 
gée de trois aigles. Cq. couronné. C. : un aigle 
essorant (entier). S. : deux grifTons. L. : S loliis 

rfi'C'S Z Jnarcli (C. C. R., Acquits 

de Lille, I. 280). 

— (Ferry de), comte de Vaudémont, etc., gouverneur 
du duché de Bar, |.io9 : mêmes éeu et C. S. : deux 
lions (léopards lionnes?). L. : Sec! Fernj de I.or- 
raiiuie (Lorr., Etain, N" 4o) (voir BEAUMEZ, 
Croy). 



LOS (Godefridus de), échevin de Bruxelles, 1,301 : 
Irois {'1, 1) haches, posées en bande; au franc-quar- 
lier brochant, chargé d'un huchet. Seul, écu sub- 
siste (G., c. I, No i2o). 

Lose (Eiiid'ms dictus), échevin de Hruxellcs, 1298 : 
Irois fleurs de lis, au pied coupé, et une bordure 
eomponée. L. : .J. S' Bjidii dà Lose (.\l)b. de Saintc- 
Certrude, a Lou\ain, et C, c. I, N" 9'Jl. 

— TheodeHcus Loze, échevin de Bruxelles, liiOS, 6; 
échevin d'Uccle, laOo : neuf (.{, 3, 2j hilletles. L'écù 
posé sur un dragon rampant. L. : ►!< S' Tkeoderici 
Lose ((J., c. I, passiin, et Abb. de l'orcst, Etabl. 
relig., c. 2197», A. G. B.). 

— Willem den Losen, échevin de Bruxelles, 1306 : 
un dragon (non ailé) en chef et six (3, 2, 1) billettes! 
L. : *i< S' WVlemi die Loze (Chartes des ducs de 
Brabant. N» IGt). 



- (Theodericus dictus), échevin 



illcc. 



S... 



. o:.e (Bruxelles). 



— (Theodericus dicius){el to^cA échevin i7/cc, 1321, 
3, 43 : dix (.}, 3, 2, 1) billeltcs. L'écu posé sur un 
dragon rauijiant. L., 1321-3 : >i, SiyiUvm Tkeoderici 
Loze (Uusseldorf, Jul.-Uerg, \' 2G.t. !liii\rllr>, G. 

-■ c. 11, N"= 22;;, 229, el Abb iIp l-oresl, i:i;,bl. i,.W., 
C. Udl^). 



Lose. Efjidius dictus Luezc (el Loese), échevin illec, 
13o8, 9 : trois Heurs do lis, au pied coupé ; au franc- 
(|uartier brochant chargé de trois roses. L. : ^.S' 
Egidii dicti Loeze (Bruxelles). 

— Henri Loze, échevin de Bois-le-Duc, 13G8 : de . . . 
à l'écusson, chargé d'un rencontre de bœuf. L. : . . 

• • '"''C' io« i hi'schod . . (Abh. de Sainte- 

Gcrlrude, a Louvain). 

— Gilles de Lucze, échevin de Bruxelles, 1372; jadis 
prisonnier â Bâsweiler, sous le sire de Berg-op- 
Zoom; i. t. : 987 moutons, 1374 : trois fleurs de 
lis (complètes) ; au Irajic-quartier brochant, chargé 
de li'ois l'osrs. L. ; ►!, Sujdlvm Eyidii dicti Loze 
(Chartes,],, ,1, „,.[,. I;,:,!,,,,,!, (|.|. 13, lig. 334). 

ncn.j,,.... /,„.,.„ ^/m;,„W.„„„ 



fn(Ae van dn | 

lijns liven ye- | 

en, qui reçoit | 



— Gilles de Loese. scelle pour Jean liriike v 
Eerltirughen, scliricer in der ttjl niijns l> 
nedeyen Jonchercn can /leijiisberyen, 
un paiement, du Brabant, 1380 : trois fleurs de lis, 
au pied coupé ; au franc-quartier brochant, chargé 

tète et col de chien braque, colleté. L. : S' Egidii 
dicti Loese (Ibid.) (l'I. 13, lig. 3oii). 

— llobert de Loeze scelle pour Jean van llamrae (fils 
wilen Godevaerts van llamme, basiarts tumelgem 
[a Ilumelgliem]) qui reçoit, pour son frère, Henri, 
de la paît du receveur de Bruxelles, le prix de 
rachat d'un cens de 2 1/2 florins, a lui dn, par le 
duc, du chef d'une maison, avec jardin, sise m de 
Waranistrate et (récemment) englobée dans le parc 
ducal, il Bruxelles, 1432; échevin de Bruxelles, 
1447 : écartelé; aux l^'- et 4=, une fasce et un sau- 
toir brochant; aux 2' et S^, un semé de billettes 
(huit [3, 2, 3] au 2=, et six [3, 2, 1] an 3^). C. : une 
tète et col d'aigle, issant de flammes. S. : un homme 
sauvage, tenant sa massue, basse, de la main droite, 
et un griffon. L. : S' Roberli de Lose (Ibid. et 
Bruxelles) (voir Loos, Loose, Lose). 

Lôsjich, Cm», il cl \:iii //iisM7i!c/i, chevalier, promet 
lie 111' j:""i- I i :■,:!• mliv contre le duc de 
l-ii^''"i'"" I - i , l.'iil : un senestrochère. 



lie iiiléode audit prince aile dye wingard, 
ricliz van Luscitich waren in der marckcn 
iirh gelegen und in der marckcn zu Erden, 



f.t/jsf»ic/i ijchurkk isi, etc., i;i0-2 : 



(Antoine) (et Lo^iscliaerd). Uileiir d'Anloinr l'ulii- 
l'T van dor Banc, hou reçois de liiugcs, 1413 ; scdlr 
n 1110 (voir Brouc, Broek) : niéme ùcu, biisi- 
n clicf a dexli'c d'un croissant. S. scnesti'c : un 
. . (Ibid., 1. -«, 378). 



ait;lc. L. : Aiilhonit 



— (Jean) reçoit une rente sur l'espier de Bruges, Ulo, 
SI, 6, 60, 2 : mémo écu, mais sans le croissant. C. : 
uni' aigle (entière). L. : S lan Lusschaerl (llnd.. 
1. 378, 3711) (voir GHEERSDALE, Rijcxl. 

Lossy (Sœur Angcline de), ahlicsse de lieaupré. 



28 avril 1787 : 



:irtelé ; 



1 liane des 



vair. L'écu, en losai 
entouré d'un cartouche et posé sur une crosse 
pal (cachet, sans L., en cire rouge) (C. C. B., i 
10070). 

de la Belgique, porte : ëoartelé : aux l"et 4-, (le gue 



Loste. Jamolon Losle rfeCorioH/e(Corloulle),échevin 
de la cour de Corir (Courrière), 1.12-1 : trois roses, à 
six feuilles, l'écu semé de . . . (étoiles?); au franc- 
quartier brochant, charge de trois piles. L. : , 

.... (011 de (CrelTes scnbinanx, Mélanges. 

A. t.. B.). 



- (Collart) t 



— Jehan Lhosle, esclievin de le court de le Vnl, d 
le court Saint Albain et de le court Saint Jehan c 
Liège, jugeant a Novillesur Mehaingne, l.')2.'i : un 



— Cliarles-trard Lliocst, prêtre du diocèse de Namur, 
professeur de rhétorique au pensionnat royal de 
lUiremonde, remet, au gouvernement autrichîen, 
l'état des biens adcreiits au bénéllce de Sainte- 
Marie-Madeleine, a l'etit-Lez, en Brabant, diocèse 
de Nainiir, sans date (1787) : de gueules au chevron. 
accompagné de trois lleurs de lis. L'écu, ovale, dans 
un cartouche (cachet, sans L., en cire muge) (ibid., 
reg. 40:J07). 

LOTHROCH. voir Leyen. 

Lots van Cloten (Louis) reçoit, du duché de Bra- 
baiil, lin paiement pour solde de ses réclamations 
(11(01 ^péeiiiées), 130:i, 2 mars : trois maillets pen- 
chés (Chartes des ducs de Brabant, N» lOtiS). 

Louchars (Jakemcs). sergent du roi de France, 
1289 (n. si.) : nn semé de lleurs de lis. L. : ^ Sigil- 

km laeob art (Chartes des comtes de l'ian- 

dre, N" -182). 






Jaque 



h l.m 



:, fil de feu signeur 
:.ii- (i, 1) louches et 
..lue, L. -.S lake le 



I 11) Hils (Ir IVii Jean) prêtre, n.sce curet 

et hoiniiie de lief des chàtellenies de 
le Lessines, loiO : trois louches. T. 



sur l'épaule gauche. L. : ^[ A 
(Kiefs, N'^> 10-206 et 10287). 



(Iu29, .(»■,). L. : S n 

N" 1032'.). 
Louffars, voir Corbioi 
Loup, voi[ Leus. 



u Lille, 1 



;i01). 



; re(,'oit une rente pour elle, dom Jfaii 
religieux ii l'abbaye de Saint-Martin, ii 
•1 Madeleine, ses enfants. li-iT; enlin, 
•t son lils dnm Jean (sic!) 1!., religieux à 
ave. seuls, 1462 : une (seule) tète et col 
mouton .'). T. : un ange. L. : S lehenne 



. Ilbid., 



391). 



Loupdo (Jean), homme de lief du llainaut, 1475, a 
Uiîiehe : une paire de besicles, en chevron, accom- 
pagnée en pointe d'une rose. T. dextre : une damoi- 
selle. L. : S khan Lo (Ibid., I. 1083). 

— (Komain), bourgeois de Itinche, re(;oit des rentes 
viagères, sur le domaine de Itinche, poin' Thumasse 
du Droec, sa femme, et Jehan du Broecq (sic), son 
beau-pérc, M82, 3 : une paire de besicles, en che- 
vron, accompagnée en chef de deux étoiles. T. sc- 
nestre : un ange debout, tenant de la main gauche 
un bâton terminé en croix. L. : S Rom . . . le Fieue 
dit l.ourdo {Ibid., 1088). 

— (Romain) scelle pour sa femme et le père de celle-ci, 
ci-dessus, 148-t : une paire de besicles, en chevron, 
accompagne en chef à dextre d'une étoile. T. senes- 
tre : une femme nue. L. : S Roumam le Fieue dy 
iourrfo (Ibld., 1. 1687). 



Lourdo (Romain le Fiefvet, dit), scelle pnu 
laume de Marpent, qui reçoit une rente, sur 



le l'ieve dy Lnvrdo (Ibid., 



L. : S Romain 
(voir Marez). 

liOuvain, Loven, Loeven, etc. Henricus dt 
I.ovanio déclare (|ue l'abbaye d'AllIighem a trans- 
porté la curiis ç\a\Mardus de Levedale (Leeldad) 
lui avait donnée in elemosinam, a \yilMmus lif 
Kversberyhe, chevalier, son fi'ère ([ralri ipiiwi 
Mardi), sons certaines conditions, 1233 : i\\\t 



Il du C( 






L. de la fasce -.SU r L. 

(fort endonnnagé). L. du coiilre-scel : ^ Secret II 
de Luvanio (AlJlighem). 



- Henricus dictus de Lovanio scelle un accord entre 
le comte de Derg et le sire de lleinsberg, 1208; 
llenr. de Lovanio, dominus de //arx(«Wio (llerstal), 
1273 : type éipiestre; le bouclier, la housse et l'écu 
du conire-scel a un lion. L. de la face ■ ►!< Sigillvm 
llenrici de Lovanio dni de Heihlatia L. du rontrc- 
scel : «fi S' U'rici de Lovanio dni de Ilarstnlia 
(Dusseldorf, Jul.-Ber;/, N" 52, et A /pif/hem). 

- Jehans de Lovaing, sires de Harstal, 1309 (n. st.) : 
un lion couroinié. L. : . . Ihis de Lovanio dni de 
Harsl .... (Chartes des comtes de Flandre, N'" 1 192). 

- (liéatrice de), dame de Gaesbeek et de Herslal. 
1333 : un lion couronné, h. : ►{< S' Beatricis de 
Lovanio et de Luxembovrch (Cambre). 

- (liéatrice de), damoiselle de Gaesbeek et de Mont- 
cornet, 1340 : dans le champ du sceau rond, dame 
debout, accostée de deux écus : A, un lion couronné ; 
U, un burelé et un lion couronné brochant (a la 
queue simple) (Luxembourg). L. : S' Bealric' de 
Lovanio (Ninove). 

D'après A. Wauiers. f/lst. dt enoiron, de Bruxellu, 



- 6'oo!e/rirfii.s de Loiwnio, échevins de Malines, 1353, 
61. o, 9, 71, 3 : trois (2, 1) scies, posées en bande; 
au franc-quartier brochant, chargé d'ini chien braque 
assis (Malines). 

— Julianne de Luvainq, damme de Wnvre et de Her- 
matle, déclare avoir reçu, de ceux de Court Scint 
Slievene (Court-Saint-Etienne). 71 1;4 vieux ecus, a 
compte sur 200, que la duchesse de Brabant lui 
avait assignes, 1337, 2 octobre : dans le champ du 




a 





1 (iLiird \on 1 ngeNJorl'U), chevalier, seigneur île ( 


iripekoven, 


vas'sal du comte de Looz (1338-39). 




TCilac de Letsch de Mulheim, chevaliei-, vassal du duc . 


le Hrabant(133f 


I-jg 3 Jean, comte de Solms (1338). 




ig 4 Henri de 'ipaenhem (Sponheim), chevalier, ayant 


comijatiu, 



ponr le duc de Brabant, dans la guerre de Rolduc (I3.(s) 



vi-aii, nwiil pclil module, (bine delimil, tiMiaiil deux 
ffiiN : A, lin lion cL un Ilict brochant (Wavre); 
II. un lion. L. : >^ S t il m ne dam de Wanc- et de 
llrrmale (Charl.'S des ducs de liiabant, >» l-ii'.)). 

LouvaJn, Loven, Loeven, etc. Bislacius de 
l.mnnh, éclievin d'Aerscliot, i;)G8 : dans le cliamp 
du ^^l■all. une tète et cnl de liuMif, mnn\ant du 
radie, a dexlie. L. : .^ .S" lAslaci;/ de Lova .... 
sca . (inr (Abl). de Samle-Geilnide, a I.oiisain). 



Jea. 
au cl 


van Lovene 
■f denclié de 


niénie 


(lualilé. i;;8i 
de . . . (Iliid.) 




Jeai 
scnb' 


van Lovene 
e cy^iie cnn 
(iri(lbld.). 


mènie 


qualité, 1387 
!.. : ^ .S' lohs 


de l.orn 


•dur 
ecdes 

■JIS. / 


rdus. . . . 
C('«™ (Ville 
■e el Valhs 
'udiensis d: 

■ i^nal, un 


nbbas 


ec-lesie sii-e 
lc]r abbds ino 


monasle 


ledi 
jari 


ux an-es, da 
1 antje. deux 
le mciullM. 


Ib de> 
.. : Si 


A, une Heur di 


lis'-ll^'i' 



^0 —Ci(- 

Louvain, Loven, Loeven. ele. Caspard i 



— .lean van Locvene, même qualilé, 1040 : même écu 
(avec la mtrlette), brisé en cliel' a dexlre d'une Heur 
de lis, au pied coupé. Même C. (Ibid.) (voIrBréda, 
Hollant, Volckerich, Wittem). 



LOUVENGHIEM (Jehans de), 



c du c 



Louvignieà. Colars a Lovingnis, homme du comte 
■ Namuc, 13ul : une ancre de maçonnerie, accom- 

iRUée de trois (2, 1) l'aucilles, les deu.x supérieures 



- Thicrrj van Louwen, éclievin de Wezel (Gueldre ), 
Itirt : un crampon, posé en fasee, en pointe, soute- 
nant un tréne (Geld.J. 

- Jean van der Loven lient, du château d'Alost, un 
lief à Erembodenem, au hameau de (en 11 u/y/ien. 



— UoKier van Louewe (lils de Jean), maii de C.alheiine 
van £eA-e«e(lille de Daniel), qui tieni, ilii damoiseau 
(Juillaume van Claeriiout, du chef de sa seigncuiàe 
de Pitthem, un lief a Heedeyhein (Kcgheni), 1514 : 

(Ibid., .\o I07GG). 

— Daniel van der Loovene, (ils de Jean, lient, du 
perron d'Alost, ledit lief ii Ei'embodetjiiu, l.'ill : 
Irois hamaides. S. dextre : un i;Tillo)d (lies emlniu- 
uiagé) (Ibid., ^" -i708). 

— Daniel van der Loeven, lils de Jean, lient, dudil 
perron, ledit lief à Krembodenem, l.'iirj : même éeii. 
S. dextre : un grilTon. L. : Dniieel van der l.oeuen 
(Ibid., N» 490.')). 



— l'ierars aux Lovkjnis, même qualilé, 1389 : trois 
faucilles; écusson en co'ur il l'ancre de maçonnerie. 
L. : . . . ierarl a Louigni . (Ibid.). 

— Jehans, fils Thiri aux Loviynin, même qualité, 
1397 : un fer de moulin, accompat;né de trois fau- 
cilles. L. : S Jehan . . Lovii/nis (Ibid., N» 1207). 

— l'irar aux Lovignis, même (|ualilé, 1397 : trois 
a Lovigni.i (Ibid.). 

— Jehan, fil Colarl aus Louveiiynis, un des n plus 
prochains amis de .4yne:, jille leyillime de Robert 
de Ilei/mlinez, eseuier,,jadH ■>, 1399 : trois faucilles ; 
écuisou en ca'ur a la bande, chargée d'une ancre de 
maçonnerie, posée dans le sens de la bande. L. : .S' 
lohan avz Lovignis ilbid., 1292). 

— l'irart, fils Thomas aus Lovignis, homme du comte 
de Namur, 140o : même écu que Thomas, 1389, 

d'une étoile; le franc-quartier diapré (Ibid., N" 1320) 
(l'I. 13, lig. 357). 

— Thomas aus (auz) Luuvignis, échesiu de Namur, 
1 429 : de vair a trois faucilles; au franc-quartier 
lirochanl, chari;é de trois be.sanls, ou tourteaux. 
G. : un bonnet pointu de vair, lerminé en volet. L. : 
Sigill mas (Ibid., K" 1.170). 



1 



LOUVROILLES :;.■'„„/ ,/,■)(,( 



l':iMl Ir M,Miivi;i, lis;! : inj f,T u Hic\al. I. ; .S 
/"/.<■ I.uii . . ,lr (Ibui., I. lliSSi. 

LOUWENBERG, mmi Lôwenberg. 

Lovati, \nii Lannoy. 

LOVENBERG (-BERCK), mhi Calcum, LO- 
weuberg. 

Lovendeghem. Hnlan.l v.'iii Lnrciittiiilieii, Iniiiiiin' 

N" 2U7-i) (voir Louvenghiem). 



Lftvenich. (iiiil 



danls, lirocliaiit sui- Irs ilciix [u 
(Ivielmi de Leveniche (Cliaiks ili 
.N"» 1.104, liKi). 



scabinurim de Lovejol (M. Itoii 
LiOverich. liiMiici' \;in Laverie, 

chaule. L. : ^p .S' fl i d, 

(Jcs (lues lie lli:il>:inl). 



■Iii'f, et de trois (2, I) 
haut, en pointe. L'écii 
inerlelle (caclicl, sans 



Lowaige. il alu-nn de I 



iK (•; eslabhj par monseigneur le 
;, comte de Ganimerages, 1032 : 
usées. C. rrusle(Ordange). 



Lôwenberg (-burg). .Ii an, sei-iuiir de I.etieiibery, 
il nu(| p^l„laul^. 1.^ : ►f. Si<jilkm loluinms de 



Colonne, résii;ne iinr ii i. .i. ■ - r, d,. Cologne 

et déclare tenir i : . - , nirlim nos- 

tram sdam m villa / '.': /-.;,, !■ ii.lii fi, (juod est 
nllodium noslriii)}, liT.'J (sans aiitie date) : un lion 
el uu semé de biiletlcs. h. : >i> S Frederici nobif 
viri (/' Luvenbertj (Ville de Cologne, N" .101). 



a femme, 



.s' de Lewenbenj, ( 



ris de llrabanl, doininium nus- 
nein iptod hahemiis apud Alden- 



;i3, 0, 8 : dans le cliamp 

iM'lé el un lambel a cinq 
; Agnes v.vûr (l) flenriei 
id., .N>'* iOi, -MU, 409, 



f/(•/»^ Mule de Lovinbcrg inféode à 
i-iii'iii- (II' llciiisheig, diinidium inan- 
trijjii''". juritaka terre arabilis mei 
n UaMieilre, i;î-21 ; un lion (fruste). 



F 



— Ô9I — 



1.. : ^..Ç' llerperi île l.oemthge (Oussildni r, Jid.- 


;iii 1--, (iru\ rasris luvIcWvs ,-l c..ii 


Brry, N» il»;)). 


au -Ji, un I-, lii(|iirl,- r[ un l:iiiiln-l a ([i 


lUi.Unlr, = Baswdler. 


biofiianl . !.. : ►{, .S Domine .... « 


LOwenberg (burg). lleiiii, scisnour de Lewen- 


(llusseldorf, y»/.-/;m/, .\"i)17). 


bfrg, et Jean de L., fréies, chevaliers, parents 
furvfn) de Codefroid, sire de Ileinsberg, 13^25; 


LOwenberg(-burg). Ij même, l;i7( 
et un lanibi'l à ([uatre pendanis, 


llriiri : un échiqneté et un lambel â quatre pendants, 


■S ollendo... (lliid., .N" 


liiochant. ('.. : un écran scuii-circulaire, de l'écu, 
(.:ir]ii de six plumes de paon. L. : S' llenrici dn île 
Uwenber (U'iJ- N" ;i'1T). 


— IliUeiier van Louivenbery, seinnc 
remit,, lu lii-abani, mie rente sur Ma 

niM..-' i, II:, 1 1", fl :!(!(}, 70). C. 


- Jean, susnommée, i:i'2r; : uu'Uie éeu. lambel a eini| 


1"! : ■ : ' Il rliieil braque 


|"iiilauts. !.. ; . . . hanms de . . ceiibci;/ . . i.!) (Ibid.). 


• '.' ■ ' [ :! 1, : s Hil(jer 



, i:ia 



(le 



Henri estlombé) ; Henri : t.vpe équestre; le bouclier 
et la housse, â un échiqneté et au lambel ii quatre 
pendaiils, brochant. C. : comme en 1323. Conlre- 
scel : le sceau de 1323 (Ibid.. N»s 3M. 332, 36i, SSi). 



— Henricus de Lewenberg, miles, marscalcus 11 
phalie, assigne au duc de lirabant oO livre 
petits tournois noirs sur ses alleu.x, apud vi 
Lip (Lippe), 1337 : un écbiqueté, au lambel a 
pendanis; au franc-quartier brochant, cbarg 
i|uatre burelles. L'écu accosté de deux dragons 

rampants. L. : i d' Le . . . ber ini 

(Chartes des ducs de lirabaul, N" 375). 



ir de Lewenberg (Lowenberg), el 



et au lambel a quatre pendants, brochant. C. et 

i" llenrici de Hemsberck iwb . . . ilni de Leiceber . . 
(llusseldorf, Jul.-lterg, N« 400, tlO). 

— llenricus de Lewenberg, miles, devient vassal de 
Jean, roi de Uohéuie, comte de Luxembourg, I3il : 
écu aux mêmes armes. L. : vf" S' Henria one (puui' 
dni'i) de Lewenbcrgh (Lu.iembounj, e. Il, I. Vlll, 

— Ilarper vau Loevcnberg, seigneur d'Alslorp (.\ls- 
dorf), 13011; Ilarper, seigneur d'^e/s(or;je, 1370, 
reeoit, du lirabant, une rente sur liolduc : un lion et 
un semé de billettes (Chartes des ducs de lirabant), 

— Agnesvan Leicenfcej'g.damede I)ullendorp{=àovl), 
reçoit une rente sur Lewenberg, 1373 : parti; 



ducs dr lirahaiil) i\on' Dolleudorf. Egger- 
scheidt, Heinsberg, Hemberg, Honnef, 
Looz, Merheim, Mule, Steen). 

Lôwenstein. Jolian Lewensleijn, bourgeois de 
Cologne, 1318 : un château, ou porte, ci'énelé, a 
trois tourelles crénelées. L. : Sigilluni luhnn Letre- 
stijn (Dusseidnrf. Sdirein Cereon. I. 15). 

Lowet, \oii' Proost. 

Lo-wy (Jolinn), écheviu dn cha|iitre de .Saiul-l'aul, 



Lo-wijchs, voir Loewics. 

Lu (Godemerd de), échevin de Tervueren, 1303, G : 
deux fourches, a deux dents, passées en sautoir, 
actompagnées au point du chef d'une rose. L. : . . 
. odeverl de Lu (.\bb. de S'i^-Gertrude, il Louvaiii). 

— (Tlieodericus dicliis), échevin de l!ois-le-l)nc, I iOO : 
trois fers de moulin, accompagnes en cirui' d'une 
croiselte (Heur de lis'^) (llelrncuul). 

— Theodericus die Lu. même qualité, 1127, 37, 10 : 



Lubbeek (Los (■cliovins do), nfiO, O:). I i( 
lion, h., l-idl), -21; : ^ .S" scàhiiior- ,. 



(Al)b.di 
Lubler (Ca.i 



a Loin;ii 



\ U.ju 



itriu^ijiio juris doclor, (■clicviii 

f|)t'ib, les iii.iiiir, ,.|i iiaul, passées en sautoir', bi'o- 
cliaiites. (',. : mi linmiui' li.uliii, issniit, bramlissanl 
une épùe. L. : Cn-par Lrhlcr r/' sca!» . Conli-e-scel 
(cachet) : nu mes ,tu et C , le C. accosté des lelliTS 
V. (= Casimr) — I, l> (llll^seldo|■r. -l'eslamenls de 
Cologne, N» ;!7i)). 

Ltideritz fJoaiine-Autninelle von), aliliesi^e de l'aii- 



senestie, la main I 
a dextre. C. : deux i 
d'une embouchure, 
pal (cachet, en eii'i 
4GUG1). 



Ludinghausen. Ilermanmn 



de iloininus lleriiiani, , . 


/ ; ;■',, ■■, , -■ 




type scutiforme : un l;i . . 1 




r'a là 


queue lourchée, bro.lKiiii 
i\» o2). 


"'"-''■•"■'■ " 


■rden. 


thogi-a),he : Ludinchusen. Su 
mille, déonts ici, le fascé es 


T;::^:zT,'ei 


VX 


- (Hermanniis, miles, senior 


(le), et ses lil> 


ller- 


niann, chevaliee, et Bernai- 
en faveur de l'abbave de Wei 


, donnent une 
Jeu, i;!IO : tMn 


cbaile 


forme; même cru. [.. : 

Liidingli . seii (Ibid., N" 7-i). 


. . . vm llenna 


ni de 



Hem 



Hermannus, miles, jnniur, de Ludwclm.se,, , su^- 
sceau rond; même écii. L. : ^ .S 
ris miliUs de Lvdinchvsen (Ibid.) 

t7i3«/;e(, domina de), cl IleriiKinniis, dus iinlus, 
?ndeiit des hommes a l'abbé dp Wiid™, i:i:;il- |;i 
ère : dans le cliamp du Scr;iii. ir.iMil, d;iiiir ilrlmiit. 






M domine de l.vdiii (ibjd.). 

- Hermannus, ci-dessus, Ki.'iO : un fascé cl un lion 
coui'onné, a la i|ueue foureliée, brochant. L, : . , er- 
iuannidelA-dinlws[lh\û.). 

- (llennann van), chevalier, lienl, de l'abbé de Wer- 
den, son château de Uidiiicluisen, wyehclde, ghe- 



ru-hlc. munir, uessele, niarkat. joeden undeijniyl, 
i'->''-:i : nirme e.u, la (iiieue simple. L. : .J. .V lier- 
mtinnideLvd...vscnOhi^., \" l|l). 

Ludinghausen (Ludolfus van) scelle l'acte de srni 
dit frère lleruiann, I30o : un fascé et un Hou bro- 
chant. L. ; ,^ S' Lvdolli de Lvdinchvsen (Ibid.). 

— (llerman van), chevalier, promi't lidélité a l'ablié 
de Werden. i;!8,'> : même écii, la queue fourcher. 
L. : >^ .S' llcrmanni de Lvdinchvsen milit (Ibid.) 
(voir Batenhorst, Baren, Schlie, "Wolfl. 



Luedincx((;uillaume), échevin deBois-le-Due. 1477: 
trois moulons a piluler. accompa;;nés au point du 
clirf d'une (|uartefenille (Malinesi. 

Luenijs. \oir Loenijs. 

LUESDONCK, ou LUESVONCK (?) (Melis 
Jeu (lirabanl 









d une rose, accostée de deux fers de moulin (Mal,). 
LUGENE (Gerardusde), échevin d'AIx-la-Cliapelle, 
i:ild : une fasce entre deux ^biirelles; au franc- 
(|iiarlier fnisli'(Abb. de Sainl-Trond, c. ;"ibis)(,-nm|i. 
k•^aluu-.deLUCKE). 



- (Oodeschakus de), i 



— Johannes de Lughene, locnm villici et advocati 
haliens, scelle un acte des échevins d'Aix-la-Chapelle, 
i:ii:; ; Jolumnesdiclusde Lughen.judex, 1.^31 : un 
fasce ; ;ui fi:ine-(iuarlier chargé de (juatre pals. L. : 
■ ■ • '""' Lvyhcn (Uusseldorf, Commanderie 

LUGGHEVOERDE (et i,i(C(/Aeiom/e> (Guillaume 
dci, fermier de la dergie de la vierscare du Franc 
(de l;ru;;esi, {i\~2. 3, 2-2 : trois maillets (non pen- 



Luijcx, dit Coels (Coineille), lirnt, du château 
cli^"<J- I'- : /'■- l.u'/cx. al Coels (Kicts, 



Luljcx, dit Coels. (",islici-t Lnijx. dit Cools, lient 

l.'i;!l : nnu innrqiic de niiireliund (Ibid.) (Fi^'. XLVli. 

LUINEN. Anjould van [.uenen, éclievin de Itave- 



Luysche van GAILCHAVEN (.le 



LUYNRICKE I 



liasweiler, i;i71 
bretcssée, surnif 



eomte de Uei';;, iau8 : une lasce, accomiiagnée de 
trois {-2, 1) annelets, L. : ^i S' Dederki de 
LuclUmar (Dnssêldort, Jul.-Uerg. N" 820) (voir 
LEUCHTMAR). 



.. :S . 



r Lvc 



. (c. c. n., 



qu'il possède, ii Nedenriichleii, se 
(e/t (kruchten), évèehé de Uui'en 
Giieidre, 1787, le 20 mais : dans I 



Ki:,;ii). 
Luijthen (Jea 



LUCHTMAR ( 



LUCKE (Riijahhis de), éclievin de Saint-Trond, 
vassal du chàlean de llnras, 1307 : une lasce entre 
deux biirelles. Le sceau porte : de Luchci (Abb. de 
Sainl-'l'i'ond, c. o^s) (cniup. les armes de Gerar- 
dus de Lugene). 



paroi^e de Notre-Dame, a liiuelie, bénélice dont il 
i>l le eollateur, 1787, le 19 avril : écartelé ; aux 1" 

ronds ■.'). C. : un buste imberbe (cacbel, sans L., en 
eire reii-e) (C. C. 1!., rc-. .iCG-2«). 

Liilsdorf. Louis, voué de Lidslorp, cbevalii'r, reçoit 
tesMc ( t ninlre-lii'eles^ée. L. : . . l.od\]Vi-i:i(\) mililis 



l.odnni-li va Uihdurp (Dusseldorf, Gbap. de Dus- 
seldorf, N" 111). 

L.\immea. Midis, doiiiina de (/>jei/ (Oupeye); veuve 
de Lambei't, seigneur de ce lien, reçoit, du IJrabaiil, 
par le receveui' de Dalliem, une pension de -io réaux 

(3, 2, 1) lleurs 



duqi 



1. I,. 



; de l.i-i) 



( dam. 



uk'i, au chicul, ini.si;- v\i baiidf, biûcliaiil, lleuri 
trois roses, 1 ii scneslre, -2 U dexlre. C. : cinq 
mes (J'aulniclie (L'écu ovale; cachet, en cire rouge, 
isL.)(C. C. B.,reg. -IGail). 

irnould), cliaiioine de l'église Saint-Jacques, à 
vers, et collalenr d'une fondation en celte église, 
C II 1 1 :iM "1 ■ iniMuos ccu et C. (cacliet, en cire 



LUNENBERG, \ 

Lupaert il'mil), lils 



— (Jean), [cudatairc 
d'autres, UHO : tioi 
(Ibid., N"' «Oi, 9, 1 



e l'iorenclic el dcnw- 
mt en l'evle (l'evèle). 



Luppe (et Luppi) (Ras), allomjer de l'eniiuTour, 
scelle des actes du receveur de Jodoigne, lii:!» : uik 
rose en cieur, accompagnée de six coquilles, 'i rnri- 
pointe. L. : . .ne 



Un 



. (Abl.. 



LUS fRiihicr de) j 



, lit: 



lis prisonnier à Uasweilei 
le, re(;oit, a Arlon, une iniJ 
■aiice, 1378 (n. st.) : une 



)" Ricider de Lvss (Cliartes de:, dm 



L. : S' Wilain 

— Richards de Lu:;eij, écu\er : «/e suisse presens 
avec mcssire Pierre de Monceellz, chevalier, quaid 
moss H dttc de Lucembourij et de Urabanl fui priiis 
par le duc de Juleir ci ces complices, assavoir est 
que la perde de mon harnoix que je perdis ou scr- 
vise mon dit siynour le duc, s'élève au chilire de 
30 jlorins francs, dont il a été indemnisé par ledit 
Pierre ; déclare, en conséquence, le duc indeuuii', 
1377 : un arbre, mouvant de la pointe; au franc- 
canton senestre chaigé d'une étoile. L. : . . Richa 
d' Lvze (Ibid.). 

LUSTAT (Henri vonj, chevalier, le jeune, trans- 
porte au margrave de Juliei's, zwene morcjen yuler 
uinqarten an dem Nuiven bery in U'ilre mary und 
anderuarbc anderhalben morgen auch winyarte, 
yeleyen ame Steynbiihcl in der mary van lleynfeit 
(Heinefeldi, 1311 : une boucle (?), posée en bande. 
L. : kp .S" llrnr' ,} l.r-.Uil 'Dnsseldorf, Jul.-Bery, 
>'".i4G)(l'l. i::, ■ . :':.:i . 



dans 



:1c, qualifié, sur la queue de parchemin iiui Luxembourg. Walerans de Luxembourgli, cheva- 



: Rentemeijsler 
scelle une lettre il la comtesse de Hollande, t:iOl : 
de ... il trois fasces de vair; au Iranc-quartiei 
chargé de deux ciels, passées en sautoir, les panne- 
lojis en liant. I,. : S' Wilhcr /" W'illii Lvliiacnlii 
(Hollande). 



Liithyer {Sijlunnn), de la compaii/i 
de riurence (voir Bernard), i;il. 



e Ih-i 



s de Lyiii, t28o, C : type éipiestre 

lier et la housse a un huiTlé ; au chef de . . ., et ii un 

lion (il ipirue simple), brochant sur le tout. Ornement 

du chanfrein : un évenlail. L. : (/■; 

Lvce eio. Contre-scel : écii aux 

mêmes armes. L. : >i< Sùjilh-m secreli met (Charte; 
des comtes de Klandie. N"* ;(80 et .104). 



.S Snunam LoUeri{Ov.aU . il-., cuml'^ il-' Fluiidi'e). 
LUTZINCK. Conradiis de Lulzi/nc, miles, leuioiji 
de Jean, seigneur de Sa/Jembern. ISI-i : un losange ; 
ail ehel chargé d'un lion issant du champ. L. : t^ 
.S" Coiiradi de L (Dussi'ldorl', Jiil.-ll 



2-21). 



- Coi 



I Hniich 1 



c Thi 



n (vo 



neuf (S, il, t) losanges (non accolés, ni aboutcs) ; 
chef plain. L. : >^ S Courait lloilch (Dusseldorf, 
Jul.-Berg, N» 887). 
Luttekenhove (Tlieodcriciis de) scelle un ad 
Wenemar de Lielhen, 1348 : cinq (ii, 2) roses. 
S' Theodcrici de Vlcr (Dusseldorf, U'cT-den, 



LUTTELNOWE (llenr 



de), miles. 






s (Ibid., N'o 79). 



— Henricus Luttelnawe {sans de), armiger, de l'avi 
d'Ida, sa femme, et de leurs héritiers, \end u 
serve ii l'abbé de Werden, 1384 : même écu. L. : ►{. 
SU Li'l n:e(lbid.,N"!l7'i). 

LUWILRE, voir LONTSWIJLDRE. 

Lux i;.), cliaii-.iiK' cl \ia-|)rr\ul de S:.inl-.Srr\ai 
djivilcur il s.Midic du rouHiiL de la Vallée-d 
Josaphal, autrement nommé le Beijard, ii Mai 
triclil, diocèse de Liège, remet, au gouvernement 
autricliien, l'état des biens de ce monastère, 1787, le 
28 avril : une barre, chargée de trois étoiles il cinq 



;e (ca 



si..) 



(C. C. li., reg. 4G0G2). 

Luxembourg (Henri, conile de), scelle nn acte de 

'Ihiiny, ^iie de ll(■in^l)l■rg, I27;j : type équestre; 

iHiiirliii 1 ;l^~l'■, la Ikuissi' cl l'écu du conlre-scel il 

simple). hniclKinl (llll^^chlllrf, Jiil.-Herij. 'S" m) 
(voir Ghistelles, Grancey, Louvain, Velde, 
Vlaminck). 



Il/on ranjiant (brochant sur le tout). Cri : LlMDOunu ! 

— (Henri, comte de), 1288 : type équestre ; le bou- 

au lion, il la queue fourchée, brochant (Dusseldorf, 
Jul.-lierg. .N° 00). 

— (Béatrix, comtesse de), 1288 : dans le champ du 
sceau, ogival, dame debout, tenant, sur la main 
gauche, nn faucon, accostée de deux écns : A, un 
biirclé et un lion ii la queue fourchée, biochant ; 
Ii, nn bandé (Ibid., N" 84). 

— (Gérard de), sire de Uurbiiy, donne un acte en 
faveur de l'abbaye de Slavelot, 1289 : type équestre 
(endommagé) ; le bouclier, la housse et l'écu du 
contre-scel, ;i un biirelé et au lion couronné bio- 
chant; un lambel ii cinq pendant brochairt sur le 
tout C. ; un éventail (Dusseldorf, Slavelot, N" 59). 

— (liéatrice, comtesse del. 1291 (n. st.) : dans le 
champ du sceau, ogival, dame debout, au manteau 
doublé de vair, tenant sur la main gauche un faucon, 
accostée de deux écus : A, un biirelé et un lion 
couronné, il la queue fourchée, brochant; B, nn 
bandé. L. : >i< S' Beatricis conntisse Rvi)ensiii. 
Contre-scel : un écu : parti ; au \", m burelé et 

au2'i, un bandé. L. ; <i> Sigilh secreli mei (Namur, 
N» 229). 

— Ilenrts, ctiens de I.iiccinbuurch et de la Roche et 
marchis dcrion.s (Arinii), 1293 : type équestre, de 
chasse, ii dextre ; le cinnte tenant, sur la main 
gauche, un oiseau de chasse, et accompagné de deux 
écus, l'un à dextre, au haut, l'autre ii seneslre, au 
milieu ; A, un burelé et un lion (simple) brochant ; 
li, un bandé. L. : ^ S' Henrici comilis Ivcenbvrgis 
(Chartes des comtes de Flandre, N" G8I). 

— (La prévôté de), 1312, 21, 54 : dans le champ du 
sceau, rond, un burelé, au lion couronné (à la queue 
simple), accosté, au bas, de deux petits châteaux, 
le tout brochant. L. : . . preposilvre de Lv . bovr . . 
(Arnhem, Chartes de Luxembourg). 

— (Jean, roi de Ilohéme et de Pologne, comte de), 
1332 : type équestre; le bouclier, l'ailette, la housse 



et l'écii du contre-scel : écartelé; aux l>''' et i', un 
lion coiironni', à la queue fouit-liée ; aux ^2" et .V', uu 
bureié et un lion couronné (queue simple), brocliant. 
C. : un vol semé de feuilles de tilleul, renversées, 
sans tiges. Urnement du chanfrein : un dragon, h. : 
loliannes dei ijralia rex Iloeiiiie [ne] Lvcembvrgen- 
xis cornes. L'éeu du conlre-scel posé sur une aigle. 
L. : ►f" Secret . m loh'is régis tioemie el coinilis 
hccelbvryeli (Namur, N»» ."iSo, 9). 



Luxembourg (Béati 



de Bohème, comtesse 
n acte de son lils, Wenceslas, dnc de 
, 13fil : parti ; au {'<■ coupé ; a, un li(ui 
la queue tourcliée ; b, un liurelé et un 
i, brochant ; an ^'', un semé de (leur de 
Ion biochiint (Bourbon). I.'écu sus- 



biochanle (Chartes des ducs de Braliant). 
Waleian de), siic de Uni/ et de liieitrevoir. re(;nil 



éclievins de la ville de), 130i 
Il ciiiii-onné, brochant. L'écu enh 
eU(lj(l)usseldorf, Co/., N" 8;i.s 



: S Wallere . . de 
. yni/ (Chartes des 



S. : deux griir.uis 
Lucembourc co . . 
ducs de Urabaat). 



— (Heiu'i de), prisonnier i7/cc, sous le di'o.s.sard de 
l.uxemboin'g ; i. t. : 400 moulons, IST-l : un cIkV 
leau. L. : ^ S Hericvs de l.vsenbvrcli {]] (Ibid.). 

— (Wenceslas de Bohème, duc de), de Lotliier, Bra- 
lianl, l.imitourg, marquis du Sainl-Enipire, 1374 : 
ccai'telè ; aux l" et ■!=, un lion, a la queue fourchée ; 
aux 2" el 3% un burelé et un lion brochant (xVbb. de 
Saint-Trond. c. rit'", et Chartes des ducs de Brabont). 



Luxembourg. Béatrice de Bourbon, iviue de 

l'olii' ■ eomlesse de Lu.xenibourg, donne iimllaiHf 

a son lils, Wenceslas, duc de Luxembourg, vU\, 
1377 : dans nu qiiadrilobe, un éfu eariv (peiuion?), 
tieicé en jial ; au H', coupé; a, un lion, a la queue 
fourehée; /;, un lion; an i', un semé de lleurs do 
II.-- el au liMlrtM brochant; au 3^ un lion (Grancey). 



pagne en pointe d'ini griiïon. Ledit quadrilobe i 
coslé de quatre lettres B, chacune enclose d'iiu een 
(Charles des ducs de Brabant). 



- Jean i-a« Lucccniburij, pré\ùt de Lon\ain, Vm:\. 
G : deux lleches, passées en sautoir. L. : S' :^c hk' 
jijio lovnnifns (^ pn-posili lomniensis) (Ibid.). 



laume, bâtard de Luccembourck (eti 
rabanl, des acomptes sur une ind 
ieux éeus (guerre de Cueidre), [ZU:; 



cq., ni C. L. : .S Willem de bnsUiert (Ibid.). 

— Jean, bâtard de Luccembourcli, reçoit, du Brabant 
des acomptes sur inie indemnité de 3o0 \ieux m\; 



(gue 



re), 1397,8 : même écu, mais au 
C. : une léte el col de cerf de l'écu, mais sans 
t. L. : S' lans baslerls va Lvlseleborh (Ibid.). 







Fiff. 3. 

:. l. Arnould Je (iavre. chevaliei seigneur ilo dagp-, 

vassal du comte rie Hainaut (13 Wj. 
2. (iautliier de Hallet, scelle pour lean de MpIgii ë< nv^i , 

combattant de la guerre de Cent anb (1331) 
von Ingelheim, chevalier, ayant combattu, poui le dm dn Brahant, 

dans la guerre de Rolduc (133^) 
•i do Jodoigne [chanoine de Cambiail, va-sil .lu conitp d Hninaiit (13 



-ac 



Luxembourg. Margherttte de Lulscmbourcq, dame 
de W'erchin, espcuse a monseigneur le sencscal de 

lla!/i:iiiii; . . ^ (tdprc.-icnt . . . Iwrs du pciys en la 
Cl»//;»! , ,1- '(■ /;■",',- ■ :.iiirur\ le conle de la Marche, 
(1.1 il '!! -iii •;,■ 1. p. de la comtesse Mai'- 

i:iii.' : ! : , :: >! traite ces époux (Je cousin 






a Guillau 



Liuxembourg (Pierre de), comte de Conversan 
(Gonversano) et do Uricniie, sei^ueui' d'Eiigliieii, 
clicvalier, conseiller du duc de Boui-j'ognc, etc. : 
1425 : un lion couroinié, à la queue toui'clice. C. : 
un dragon ailé, issant d'une cuve. S. : deux griiïons 
accroupis, tenant, chacun, une liannière barlougue ; 
la 1« aux armes de l'écn, le lion contourné, la SJ' 
d'Enghien (un peu fruste) (Cliaites des ducs de 
lirabant). 

— (Pierre de), comte de Ligny, de Saint-Pol, de Con- 
versant, de Brienne, seigneur d'Enghien, de Fiennes, 
chfttelain de Lille, 1431 : mêmes écu et C. que sur 
le sceau de 1425. S. : deux griffons, tenant chacun 
deux bannières ; le li^'' : a, d'Enghien ; h, de Chà- 
tillon, brise d'un lambel a cinq pendants (Saint- 
Pol) ; le S"! : a, un lion et un semé de billeltes 
(Brienne); b, un lion (Fiennes? Flandre?) 
(M. Jean van Malderghem), 



Maalstede. Je;i 



— Jan Willems sone 
Poêle), 12!)2 : une f; 
broi-liant, accompagné 
piiinle d'une lleur de li 
Mnelsslede (Char 



5 des 



Machlcde, chevalier, 
1 liorssele, envers sire 

un sautoir et une [asce 
' une aigle (endommagé) 



L.:>i>S' loh'is WiWi • 
;omtes de Flandre). 



)irart van der Machteden, lils de sire Loi 
e le contrat de mariage de Jean van Cals et 
ic van liorssele, lille de Florent, 14^0 : d'il 
t il la l'asce et au sautoir (!) brochant. Cq. c 



né. C. : I 



tête et C( 



de biri 



: .S' Wtilfaerl van d' Maelstcde (G. G. It., 



Ma . . . llo, dictus de Gan . 



vùté de La Roche, et Deunier, de Sommerain, prévùté 
de lIoulTalize, remet, au gouvernement autrichien, 
l'état des biens afférents a celte fondation, 1787, le 
19 juin ; parti ; au li^^^ contre-parti ; A, un lion 
couronné ; B, coupé ; a, un croissant ; 6, une croix 
recroisetée, alésée, surmontée de deux étoiles a ciu(i 
rais; au 2'', coupé; a, trois glands; b, une croix 
engréléc, alésée. C. indistinct (cachet, en cire rouge, 
sans L.) (G. C. B., reg. 40387). 



Macet (Oltenin), icatergrave du comté de Flandre, 
1332 : un rencontre de bœuf et une bordure engrélée 
(Ghartes des comtes de Flandre). 

— (Oddoc), filius Otlelijns, stcde houdere van den 
walercjrave mijns licrcn van VlaeiulcTcn, 13j2 : 
trois bandes et une bordure engrélée ; au franc-quar- 
tier brochant, chargé d'une tète de bélier, posée de 



lèto de bélier, posée de face el une bordure pii;;ir- 
lée. C. : une tète el cnl de bélier. T. : deux iKniHiir^ 
.niuages, sans massnes (AlJlighem) (voir Maet- 
schedt. Meset). 



Machuray (Jean) (il 



Maçon, \oii Masson. 

Madenart. l'hiiqipc h Ju/mc Mnilc)i\ar\l, 



MAEL (I 



(Charles des dncs de Urabant). 
MA.ELBUSCH (Gilles van) tient i 



Maelfeit, \»ii Malfait. 
MAELGAVERE (.l.:iii n 



MAELGHEVE tJ 



Madère, voii- Maere. 
Madoets (Damoiseau Pi 



Madré, x"ii Maere. 
Maech l'irnr ilri. Iku 



Maijlaivc dr i; 
Maelscaf (Ciiil 



Maere. Clans de Ma 



Sente Jaiia dneh lia, 



I te Macit), conseiller du 
I icceveur «énéral de Fiai 



Maerke, voir Hac, 
Maerschaelk, Miii Marschalk. 
Maertens, ^dii Martins. 
Maes. /)r»«./m.s Wnllrnis llrrni Ma, 



: ►f. S' I)n, 



Hermeis). 

— Mnes ,Vrtf.s- 



— I Michiirlis), cellerarius Saiicli Mnrli 
icioil une renie siii' l'espicr d'Viiro 



Maes((înillaunie), homme de ticf du duc de Bourgogne 
(ou?), HOo (11. st.) : un échiqiietc, ;i la bande bro- 
chante, char^Tc de trois coquilles. L. : S' Willem 
(Ihid., 1. 189). 

— (Jean), homme de tief du duc de lloiirgngiic, au 
bourg de Bruges, 1410 : trois étoiles a cinq rais ; 
au chef charge de trois mcrlettcs (Ibid., I. 40). 

— (Hugues), prêtre, curé de Saint-Donal, ii Bruges, 

ttlG, 8,2:):1.i.isiiiglis. !.. : Mac . {\h\(i., 

1.41 et37G'. 

ehcvaliei'. l-t;JG, et une aiilre, siu' l'e.spier de Bruges, 
pour lui-même, 1437 : un sautoir, cantonné de 
quatre roses. L. : .S Michicl Maes (Ibid., 1. 377). 

— l},-,iny Iminn»' rie lief de Uobcrtvan Berthem, abbé 

i!' ''" ' ■' ' \ li'Mlieek), de l'ordre de Saint- 
!'■ f I -.). 144fl : une rose (.\bb. da 



Sainte-Gertrudc, U Lou\aiu). 

- (Arnould), dit van Beneden, échevin d'Anvers. 
1482, 3 : trois roses ; au tranc-quartier chargé d'une 
colonne (zidl). S. seiiestrc : un griffon assis (Hôpital 
lie Saintr-l''lisahctli, nuitenyoeden, c. I, Il et III). 

- il'i.'irrK curé de Corlenberg, évèché de Malines, 
ili>li ici lie Bruxelles, remet, au gonverneiiient autri- 

çliini, IVt;il .'.•= Wn,<, nllriv,,!^ ;, sa cure, 1787 : 
il'' ■ • ■ •' "'I - : ' ' •:'''..., chargé de deux 

(hiMiiii,,!. ' ■ ■: I , 1 -r, i-ntrelacés. L'écu 

siiiisL.)(C. ('.. B., re-. ido.'il). 

- Charles-Bernard Masius, curé de Ilosport, évèché, 
de Trêves, province de Luxembourg, remet, au gou- 
vrriiriiieiit aulrichien, l'état des biens aflérents i» sa 
ciirr, I7««, le 14 avril : di' gueules il deux chevrons 
:iliM-. ;iliaissés, l'iin renversé, entrelacés, réunis. 
-ni .iKMiin lies nMêi, par une lige verticale, de 



er (collection siglllogr. 



Maeseijck (Les cclieviiis de) 
un bufi-lc (Looz); au i!J, iii' 
vant de la pointe. L. : .^ S»/ ; 
lùjck (Ollice tiscal de Brabant, 



Clléll 



- (Le ». 



istrat de), 1775 : parli 



iiristoiille de), écheviii d'Ypies, 143H ; ' 
cawé (deux paltes de lions?). L. ; .S , 
. Macsl (Ibid., I. 192). 



Maesen, Miii Masen, Waelhoven. 

Maest, Milr Maets. 

Maestricht. Suininiis praelor cl xi-alnn. 






cunac ex parle Suae Cel^issim 
copi et Priiicipis leodiensis m civilate sua Trajec- 
tensi ad Mosain, 1786 : une éloile ii cinci rais. 
DeiTièi-e l'écu, ii dexlre, la Justice, tenant, do la 
ilextre, une épée, de la seiicsti'e, une balance. L. : 
^ Siyit . schabiiial scae Cels leod Traiedi ad 
.\tosnm (Ollice fiscal de «rabant, reg. 339, A. G. B.). 

Maet, voir Duijst. 

Maeter. MaMnus iMajdmnsI ,te Mehrur, [■^-ll, ;i : 



ce, sui'montce de trois mciieltes contournée 
un lion; au ^J, une aigle éployée. C. : un li 
ml (cachet, sans L., en cire rouge) (C. 0. I 
,. .iUo71). 



Mager (Jean-Jacques), 



tiapelai 



Malheus, conslabularius Flandr. 
om) (voir Wavrin), I'JjG : de . 
lain. L. : ►{< SMatlielinsco(j/iust . . 
. . . Contre-scel : écu aux mêmes 
) Ira s Matlwlins (Mon 
omtes de llaiuaut). 



■ie des 



- Clais de Malrene, receveur des briefs d'.Vssenede, 
IIU : une aigle éployée, accompagnée au point ( 
chef d'une étoile à cinq rais. T. seuestre : une d; 
moiselle. L. : S' Rolanl de Malrene (C. C. Il 
■Vcquits de Lille, 1. 2-22). 

- Robberl ,W l/.,;. , ..v ./,■„„,„,■,// ,. U.^rsl (lî„ 



francenr:' /: ' '- ■ 

laires, clercs, etc., 3 Inirs, 12 sols, qi 
par ledit bailli (de Termonde?), I i2.o 
éployée (Ibid.). 



s de la 

r ii2;i, 



Maghijns 
Maggior 










FiK. 1. Henri d'Aiitoing, chevalier, seigneur 
dou Duijhevol (Bugpeiihout) (1340). 

Fig. 2. Gérard, dit Sausset d'Rsnes (1340), 

Fig. 3. Gérard [de JauclieJ de Gonimegnies, 
elievalier,seigiieurdeMastaing(1340), 

Fig. 4. Henri KuetingXQwéim), dit le Panelier 
(1339-40), 



•het de cinq étoiles, raiigécs en croix, el en poinlo 
l'un calice, accnslé de deux lions aflronlés. L'écu, 



Magny, voir CLARYE. 

Magnus {Joimniies diclus\ éclicvin de Bruxelles, 
i;iii:i, 1 : un pacli-cmanclié ; au chef cliars^é de trois 
llours de lis, au pied coupé. I,. : S' lohannis dicii 
Manmis (Chartes des ducs de Brabant, G., c. Vil, 
I. i-2". et Actes scabinaux de Bruxelles, A. G. B.). 

— (Ilcnricus), miles, même qualité, 1-427 : miMne écu. 

C : un I net, aux armes, les Heurs de lis mal 

nidoiiiiio. T. dcxtre : un houune sauvage, tenant 
~u iiKi^iii- (le la main droite et l'appuyant sur 
l'r|i;iiilr t;:iuiiic. I,. : .S" Henrici dicli Maqnvs (V,. 



de la main gauche. L. : S' Henrici dicli Magins 
(Chartes des ducs de Brabant). 

— (Walterus), échevin de Bruxelles, 1437 ; même 
écu. C. : un buste barbu, turbanné. T. dextre : un 
lioiimie sauvage, tenant sa massue vers le sol. L. : 
.S iroi-(er Mangnvs (Ibid. et Bruxelles). 

— ill'\ r:.!!-. , Lrinntriiciis leudurum et consiliarius 
d.. . ,n armis miles, 14G7 : même 
I. ' ' hniiiiii aux ai'uies, les (leurs de 



Magrey. Mii-rtinim de Magreijl, armiger, rei;oit, 
du du.- dr llial.aiil, une renie féodale, 1339 ; de 
\;iii ;i i:i la-.r. rliaigée d'une coquille. L. : ►{< S' 



1 Mail 






(Magreu, Magreit) re(;oit, du 



(guerre de Klandre), iToS, le 17 juin; scelle pour 
(;uillaume de Be[m]me[re] qui rei;oit, du Brabant, 
20(1 \ieux éeiis, pour ses frais et perles (même 
guerre), 17 juin, 13o8 : de vair à la tasce, chargée 
d'une coquille. C. : un bonnet, issant d'une cuve 
d'hermini', terminée en volet. L. : >it S' Perolin de 
Magrey (Chartes des ducs de Brabant, N"* 1049, 



Mayence. t'raler llennaiiiius de Maguncia, nui- 
gister in Treveri{l) et tutiiis halice per jmrles vije- 
Tioris Atemanie, projuet que, nuiyennanl la donalum 
laitr par Ir frère .\n,ul,lii.': di- Nijenheke iNijcii- 



Mayer, voir Meijer[e|. 

Mayeur. Colarl Miiieiir. honnne de lief d 

L. :S . . Uirt Maieur (Namur. N» 1 128). 



- (Ailrien-,1 le), piètre et chapelain de la collégiale 
de Saint-l'iirre, a Anderlecht, remet, au gouver- 

bénélice en l'église des religien.ses recolectinnes et 
hospitalières, :i liraine-le-Couitc, bénélice dont il 



Mahuart, v 



1, Causin. 






Maije (Caspard), cchc^in de la ville et i 

nede. 1014 : un chevron, accompagné en chef 
deux merlettes el en pointe de . . . (cassé). C. : 
membre d'aigle, la serre en basC?). L. : ...sp 



I Meijeriejl. 



ge) (C. 



Maijhu ((.isclbej l) (et Maijhuus). homme du château 
deliaud, 1398, 1402 : trois chiens bra<|ues passants, 
accompagnés en cœur d'une rose. L. : S Ghiselbrecht 
Maiv (C. C. B , .\cquils de Lille, I. 111 et 116). 

Mailfer. .lean Mailfter, échevin de Jodoigne, 1430 : 
une bande de trois losanges, accompagnée au canton 
senesti'e d'une rose. L. : S lohans Maititer (lleijlis- 

— (Jean), éclicvin illec, l.'KW, 1(1 : deux roses en chef 
el une èloilc en poiiil.'. 1.. : S lehan Malfier 
(M. J. Vannérusel Abb. de Sainte-Gerlriide, a Loii- 
vain) (voir Vos). 

Maille (Jean), homme de lief du llainaul el de la 
cour de .Mous, 1308 : un héron essorant (Mons. 
Saiiili'-Waudru, e. y, liasse Quevy). 

Maillefier, voir Vos. 

Maillen (Gérard de), échevin du monastère de 
Géronsart, dans sa cour à Erpent, 1329 : écartelé ; 
aux l'i' et i', trois peignes ii cheval, à la poignée 
percée en rond ; au 2^' , trois losanges ; au S*, 
d'hermine (?) ii une bande, cùtoyée de deux filets 
(.Mélanges, c. 150). 



«aillen (Malliicii ilc), échcvin de Naïuiir. i:i(i8 : 

IcisaiiiiL'S ; au ;i", une bande, côtoyée de deux likls ; 

Mathisde Maill . . (Abli. île la Kaiiiée, Klabl. lelig., 
c. 3178, A. C. I!.). 



Maire {lianul 
donne (|uiUai 
poui' 100 Irai 



ieiller du duc de Itourgosni'. 
iiiaiti'p d'bi'ilel de ce priiirf, 

pir-ne, '28 avril dernier, pour aler on 
iiiihes, requérir . . . esfre mis sus tt 
es- (jciis dcijlin! dudit pays un demi 
loiacje que ijceUui seiyneur fait pre- 
•e a l'ine pour luiiion de iiosire mère 
lioi), le !'■' mai : un lion et un bâton 
: un ani^e. L : S Radiilphi Mniiiris 



(C. C. It., ii'ii. lOGlS) (voir Coudenhove). 



■s de l'éi 



.e)(l>l.1.i, lig.imi). 



MAINI. l'Iiilipjie van Menij, cbcvalier, jadis prison- 
niei- a HaSHeilei', sous la banniùee de Montigny; 
i. I. : Gil8 moulons. 137-i : trois lions, accouipaj;né; 
en ca'ur d'mie iHoile ii cini] rais. L. : ^ S' Flipre.' 
dov Maini (Charles des dues de Bralianl). 



MAINLEURIEL (. 



Mainz, \uir Mayence. 
Mainsent (Klicnne), lionii 



, bailli de 



Mainwaut (Jean), homme de Jacques, comte di 
.Wflrc/it-, etc., dans sa seigneurie de Lcu/e, \.l-2 

MAIJO (Gerardus de), écbevin de Maeslrit 
1301 : six (3, 2, 1) roses (Dusseldorf, Altenbie^ 
N'" 32) (cump. Meijdogen). 



liinebe) (voir Trahegnies) 
Mairesse, voirFERTIN 
KAISFORT iJohdiuivs de), 



Jul.-Uerq.yii:,:Kriy.). 
Maizières (Du Mézières)! TliierE y van Maysieres, 

i. t. : Wi 2 3 montons, 137i : trois (2, )) Heurs de 
lis, terminéfS :ni lias en chevrons alésés, les 2 supé- 
rieurs accolés. L. : + S Tirri de Maser (Charli s 






li. I 



K). 

(. bailli a saïqe 
ri. bourgois de 
•ie que il a en le 
lé le pel de C.ru- 

lesmaisières). 



■ Mdisiercs de Stocklieiu autorise son mari, 
ochlieinll), il procéder au partage, avec sa • 
irr, Maihniie ilc M(uiceau, et Monsieur de 
ciii:ilrnr dr miMlrnioiselle [de Maisieres, 

■ lii i\r:iii. -a -M 111 iiidctle, des biens a elles 
11 1. .1. , r- .ir lrin>, |i,i e et mère, 1732 : dans 



Maisgny, \oir CLARYE 
Maiu, Miir Maijhu. 
Mac-M;ihoii I -\,'. . ::■ ■: 



S. : d.'iix li.iiis i.-ardniils. Dry,»,' : V 

[«■(( :'| (ciiclicts, saiisaiiliTL., 

nssp?. Iruêtr) (C C. D., reg. -Woii). 



Makart. \oii' Macka. 

Makeles, voir Maqueles. 

Machelen. Ghiselbcrlu.s difliia de Machia, . 



n Ma[r]clteren, jadis pri; 



{^<m■ Leyen). 
Machiels, Miii Michiels. 
Macka (!) . Ilcniicirnrl.1, iiin 

Mnkart (C. C. l!.. c. :i(;i. 
Macler (,Ii>;in), alletiliir lin >■ 

l'i-'Cii. h. : .S toh <; ' 



Macquette. \nii Salles. 
Malaise, mmi MarnefTe. 



>» lo;i7i). 
-{l'MnuK),l,cenliéezd,-oul:..: 



Malassuré, liaiidniiiii _)fnelaf;siiei 
■■2HS \\miUm>, VM'i : lioi^ aiiois 



Iladeuiin Malrisire (flliarti's des ducs do lirahanl) 
(vilir Rosières). 



Malberg. Siiv Henri de Maijlierch seelle un acte 
d^^eli.)u^ de lieiiïeis.liei,!, Klll ; de . . a Pécusson 
plaïu. !.. : ^ .S' llan-m domin, dt- Maylberch 



'■■ : : ^ :■ i.r:^rn[e,l\dalc 
Iriiii ^all i,al!enbergh(\A.: 
Walt <an iliMere (Weiler ■/) 



MA.GQUKFOSSE 1 



de Luxeuibouri;, 



. Le volel 



le IViii 



net, semé de l'euilles idci)li(|ucs, entre deux 
de liœuf. S. du e;is(iue : deux léopards ac- 
,. L. : .S- Wlltelmi dTii de .l/n(6err/i (Charles 
es do liraliajil) (/.i(j:e);iî)0H7-y, c. I. I. IV). 



Malberg. Enwndus de Mmlbcrih, dccaimx ecclesie 
U'iUc Marie aqucnsin (d'Aix-hi-Cli;i|)ullc), Icudiciisin 
diocesi.1, lii;; : type ogival ; la Vicruv, soii^uii (l:iis; 
«■■cil (Jf . . . il l'réussiiiJ plaiii. L. : .S lùniindi de .1/ . . . - 
..rc/i decani ecce ble Maie «(/rfjici.s (('.li:iilrs des 
ducs de lli'ahaiil). 

\iv), :» UndHiiujtn li _ , , ; ; , Itn-penj 

liiujen (Hilr Créhange,, Il ,';»,,, ;,.;■ _-» l/((//,(Ty 
wul zii Adichl. vun umjcn ^incr hu^zfmœcu, Scheii- 
iteteu vuii CrichiiKjeii , Ariiolt, lier ziir Vell:-. . . . 
(jemci/n lient zii der thdscher Vell: (l.ainrlicllc;, 



u,id snl .1/ 




V ' . . . (ttle jor zi 


Su ni 


MarWiiis 
zn Iniuni, 




■n ..^- :. ( hrizalleii. 1 il 


ci/slcr 
1. des 


e.illlten la 




■achmanl : tir ... a IV 




pluni. (',. 


un huii 


dKipoain!) pnnilii mli 


.lrll\ 










lalburg. 


Tliini) 


1 Reiflerscheidi. 


'Z. 


\V:il,i;iii:') 


i\vi.v m 


Th'I.Twaai'd, sn-llf un 


de d.^ 



iiii vol (Geld.) (voir Baexen, Bronkhorst, 
DOERN, Cock, Poelgeest, -Wijhe). 

— riiiiMTv \;iii Malborch est doté, par GaiiUiifr 



rail Malburcli, as.r (,-,:ii,l m,u !•.. ,r,,l, i;. 
pai'lagu avec celui-ii, l^:.:;; Th. van Malburch 
d'Otlion cl de daiiioiselle Peter van Ecliteh (I 

van Baexen, mari de sa dite mère, l.'iUO : l 

trois plnines d'antruclio. En 1;j;>2. UO : on c>[. 
ronné. C. : nn v(d (Getd.J. 



Malchar, voir Hannut. 

Maldeghem. Philippe, sire de Miildeiiijliein (Mal- 

du cunili- de Flandre, iai2 (n. st.) : hpe e.pirM.e; 
le lioiu'lier, l'ailell.- el la honsse ;i la croix el a .l»ii/e 
inerletlo en uv\,-. G. et ornement du chanfrein : un 
évenlail. 1,. : Sifidlvin l'hilippi dominidc M . . . en- 



Maldeghem. >lnnseji;nein' l'hilippe, sire de Mamlt- 
(iheiii, clievalirr, homme du comte de Flandre, Vm : 
écu aux mêmes armes (Cliarti'S dos comtes de Klaii- 



MAlden (Julianiies de), iif^i' a lli'anenbnr},', KSiO : 

Malderen. (hilllaume van Maldere, échevin de Vil- 
voKli-, I lliV, h:\; alleuli.r .iuré, M87 : lroi> roses. 
I.., lilw : Willem van Mahlere (llrnxelli'^, Ch. et 



Maltleuret(Ji':iii), liomiiic île licf du Ilaiiiaut. soHlr 
Nil ;i. tr 1, l^ilir aux diaiiniix du Moill-Saiiil-Aiiilrr- 



raii Malc, |ii-isniinirr Hier, Sdiis \c siird' 



l„liais de )lalc {} 



(AllUghcm). 
- Simon dclle Mal[l]e. ,rUi'\in ik la liaiilc coin- .Ir 
Moxlii', i;illO: SI' MMl du sceau d'un Jacques dclle 
)talh : un semé de lleurs de lis (Abl). de Saint- 
Tiniid.e i;!). 



- (Damoiseau Gilles-Alberl 



InmliauL van den), éclievin de Malines, I7C 



iiir bailli et i;iclliei' de ses diles 
1- Ilanon, dcservilcur de la ijref, 
171 i, l'^'mars: do jjneiiles au 
an ehef du même, cliai'ijé d'un 



Malempré. Jean va/i MalnipreeL, jadis prison 



- l'n . . . Malemiué (sans parlbule), par IcUve, d 



râlions, c. 81, A. (;. l!.). 



Maleghijs (Jean), bour 
DE Raadt, t. II 



Malerben, \oir Bongart. 
Maies. Miii' Fevre. Malet. 
Malet. Si/iiiuiis Mnics, b.Mii-rois il.- Dmiai, li'KO, '.I 
,i,le<. !.. . ►^ Ce 






loIrKiW 



les de I 



Malet (Thomas), vc 
lilaiii, accom|)a|,'iit' 



vl (;i 1 



(iaïUs). C. : une télc el col 

léopards lioniirs. L. : as Mal . . . (C. C. H.,, 

Aciuib de Lille, I. 395). 
— (ThiiiiKis\ iiiriiic ,|iuililé et coiiseiller dudit comte, 
lil'i : ilr . . . il rrcussoM plaiii, accompagne en chef 

■i d'XliT d'il KiiM'Ilo. G. : une tète el col d'aigle. 

S. : d.'iix II. m,. L. : Secl Thomas Malet (Ihid., 



SccI Thomas Malet 



Malfait. Ciiilh.iiiiir l/nW/«,7 



— Josse Maetfeit lieiil nn lief de la sei^^neuri 
Mortaeiischcn, appartenant ii la l'einmc i 
van Uoketiheni, Vm : un chevion, c\ayj.i'- 



kere) (l'I. I i, li^. Hiii). 



Malfier, Ndii Mailfer. 



S\"|-27Gl(voirRij[c]- 



Malgherappe (IJérard) flo„l romn, ri Mavhirapp 






Malgherappe. (;éiard Maekjherappc (tout couèII, 
lils (Ir Cdiiraid, el Madijrapp vaii Curthijs, le 



Malicorne, Miie Briey. 

Malin (i;iiillaiiiiie\ ir,v\rm' ilr ma dammc de Oesl- 



:ui^r. L. :S Witlcm 



— (Mathieu) (lilsd'Antniue), cleir du Bazer polder, 
im-i; clerc dn Ghodijl polder, l-iS.j : un sautoii', 
accompagné de trois coipiilles, 1 en chef et deux aux 
lianes (la pointe plaine,'. !.. ; S Mnlheus f Aiiliieitis 
(lliid., I, l.-i-2). 

Malines (Les éelie\iiis de), i:).'.H (n. ^i.) : trois pals. 



- Paehkrs cmle erifsiiwijdcrs van Mnlu 
un grilVun'. L. : S ii^dicvm futirm". .. . 



Mallot, \i)ir Coudeuberg. 

Maljean (.!:,e,|ue,), iv.vvmr 



Malcorps IViIh iP, iiiniriir de la court (pic ma- 
delliao, , . ,' n.a imjaiH an Iwu de 



cour (le Nodiiwez, l'jii; maiciir de la cour de l'ab- 
lics.M' de la Unméc, jiKjaiilc a lieux de Nuduwez, 
l.'if."i : un lion coiiloiiiMic, acconipa^'né de deux forces 
reu\erséos (|ilus petites), 1 en clict ii ilexlre, 1 en 
lioiiitciisenesti-p. h. : + Henri Malror (llnilifiscm, 
vUa Ilaméc, c. :1I78). 

— (Josse), éclievin de la cour de Crélien, [U'i : uik 
divise, accompagnée en pointe d'une rose (couiti 
(ieor^es de Looz.-Corswarcni) (voir Loren). 

— lOliarles-Jacques), pléhan et curé de la paroisse di 
N'otic-Danie, a .Nivelles, remet, au gouvcrnemcn' 
aulrichii'u, l'état des biens afférents ii son église 
1787,1e 17 avril : un lion ; au franc-canton d'oi' 
chargé d'un couur. C. : un cœur (cacliel, sans h. 
en cire rouge) (G. C. I!., reg. WMi, passinij. 



MALLANES (flanekitu de) r 



, du Drabai 



\:in) Mille ]]uiir Pierre Borlant qui reçoit, 

lierre de l'Iandre), 1S37, le 12 octobre : 
1, acconipaijnc en chef d'un cor de chasse 
lie et en pointe d'un oiseau. L. ■ S' /«» 



e lirai 



lit, .V^ 



l-iio, 



MALLEVILLE (Jako de) ti 



L. : Sviillvm llar i de Malinchrol (Diisseldorf, 

Ctri-es )l(irL, .N" 7i(i) (ciHiip. Romberg, VoU- 
marstein). 
MALOES, voir Goer. 



Malsart. Jean Mahcltart, jadis prisoimie 
neiler, sous la bannière de Wilre ; i. t. : 
tons, i;i7.i : trois pals, accompagnés, 

.Va/.vari(lbid.). 

— Jean Malsaert, prisonnier i7/er, sous si 
narts: i. t. : ;12 moulons i:i74 : le sceau e 
(Ibid ) (voir Hannut, Malschaert). 



Malsenberg, voir Bungelen. 

Malschaert (Jean) scelle pour Guillaume der 
Itloemen (!), qui lient, du château de Termoiide, un 
tiet il (ipwijck, tiiO : trois llciirs ii cinq pétales 



.)/.. 



os el fciiilloos (n'illi'ls?). L. : .S . nu 
. (Fiels, î<o m-y) (voir Malsart). 



Malta(Fr.), curé de llomhonjh (llomboiirg), 
(le IJéi^e, pi'oviiice de Liinljoiirg, remet, au i^oi 
ment :mti'lcliii'ii, l'él;it des biens aflerents b s: 
1787, le 20 avril : écartelé; au l'^'-, un 

sans G. Ecu ovale (cacliel, sans L., iii lIic 
(C. C. [!., rei;. ^Uo7G). 

Maltmyngherf(;uill:ii ), niicM'n dr WeW, C 



Man (l'iuil (le), (?clievin d'Anvers, |.{82, 3 : 1 



(II('.|mI;i1 Sainlc-i;iisalie(li, lliiitoujoctlen, c. I . Il) 
(Miii Attenrode, Dniten, Lennick-Saint- 
Quentin). 



MAMEREN (Thierry van), jadis prisonnier il I 
wiilcr, .laiis la maisnie du duc de liraliant ; Il re(.'oit, 
asec Henri van Dlic (= lîlittprsvvijk), un acou 



Ulcc, I37.i:unefase,' 



Man iJi'haii le), éclicvin de l'Kcluse, 13 il : deux el( ïs, 



. /y!7/t'/;( lohis . . . 
reli^., r. -2i!ll), A. 



Mandavelani (Juhanncs), caiioniciis clarainonten- 

!S (toiiii/iujue rcyis l'ramie H Navarre clerictis, 



IKiinle. L. : laii de Man iC. C. Ij.. 
I. 8!), 90). 



MANDEN, N"ir Maldeghem. 
Manderfeldt (Iji^IcIki l), e(ir(;' de lUmjlious 







. 1. Arnoultl, seigneur de Steiii, clievalier, vassal du duc de Brabant (13(53), 
ayant, autrefois, combattu, sous ce iirince, à BasweiJer (1314). 
Fig. 2. Kdouard Crupelant, échevin de Vilvorde (1468). 



i, province de Luxemlioui'ïî, iTiiiet, ; 
it nulridiicn, lï-lal des biens de s; 
I» mai : une anille, accompat;nre de 



Manderller (L.), du 


en do l'éi'lise Saint-l'ierre, à 


l.niisain, mmU an g 


onvcrnemciit autnchien, l'élat 


.lis biens de son é^; 


ise. 1787, le 1-4 avnl : deux 




nageant sur une mer, accom- 


|i;i^ih'5, :u\ |ii)inl du c 


lef, d'une étoile. C. : une étoile 


(c:ulirl,f;insL.,enL 


vroni;e)(G.C.B.,reg.-i6o(ill, 



Manderscheid (Guillaume, seigneur de), clie\ 
jiH-lle un acte de Godcfi-idus, nrmkjer, natiis 
friili, quonitair. mililia ik Numacjin (Nemn; 
1^(11 : une f;isce \ivr«'. L. : . . i'i7»ii ?)ii7i( d 
Mailc (Lu.icmbotin/, e. I. 1., III). 



Wilhehuh'e zv Mandersccit (CUiiiUi dis ilu 
lir;il.:iiil, .N- SD-iO, 2()8;i, 21-21). 

illiniii. lien: zii Maudetsclitet, der aide, reco 
l i|iii' ]r duché de Urabanl a raclieté de lui u; 
le l.nihde. i;iG7, 31 jumier (date de Taete) ; si 

aîné, W'illinm, scelle pour lui; ]Villcm, hc 
1 Manderaceijl, retoit, du Urabaiit. inir ivn 
ilale, i:lG8; dit sceller de son propir m , :m 



, N»>210(j, 210(3; 
Mamkrschea srri 



10 M 



déjà 



l.-i.42, s: 



chant (Blankenheim). C. ; un chapeau de tour- 
noi, garni de deux tuullés de plinnes de paon. L. : 
S Tlwoderici . . . if J .]fandcrschcil et lUnkelwii, 

Kerpe Cronc cl No . (Arnhcni. 

Chartes de Lusend)ourg, N"» 2501^ et 2.")8i)). 



Manderscheid (Everliard, yrave : 
cl;enlmin, aichidiacre a Liège et pi 



/ niai, 



, Jumjyravc zu) 



{ Bkuukcn 



el bcau-ficre respectif une conslitiilinn de niilc 
faile, |);ir i'ranlz, jun(j(jrmlf zu Maiidcrschcil uitd 
llkincUenlwiin, hcrr zu lierjiimj, Uervis, Zolveren, 
et sa femme .\niie von Isenbui'g, en faveur de 
/»/()T//' (SnmhrcllV). \ouc hérédi- 









" ifiir cl du prince d'Oraujic, un capital de 
rins du Rhin, moyennant une rente de 
:is du Uhin, payable par le receveur de leur 
rie de /;er7-(s, l,>i8, le 13 avril : même écu. 
chapeau de tournoi, garni de deux toulTes 
ii> de paon. L. : F ivnch grave zu Mand v 



I, Dlanckenheim 
teideii, Kcrpen, 



Manderscheid (Ji':in-M:iM 



; Sccl l'icrre Mamjon filz . 



(le Chrnu.hmjlislorli; Vvizcr, 



MANY (-siir-Oiii'lhc). ^'''v.sc ran Mnncij, cl Kuala- 

tus (le Maiiij, c!ir\:(li.[, i.iiii, .'i l;i:il>Miit. uiio "'. 

fille l'omlalc sur M i- : , . n. M.) : de .■■| 

ail- a h fasw, rln;- . -acli', con- ' j 

oiinii'. L. : fp.S 7fr-,.M., ./' im»i .c h i.'i des ducs V' 
(• llril.iinl, N'"* IKi:i. 1873). 

,. : ^ S' F.v.staiii de Manni (lljid., N"^ iOii d 



Manines (Rcnicrs) (au cas régime : Maninel), 
(■■cliiniii de Mvi'lles, i;ii>l : trois feuilles de tilleul, 
reii\ersés, sans li^es. L. : ►{< S' Renier Mmi.ct 
(ll..>piccs de Nivelles, a Nivelles). 

Mannebach (Placide), abbé du monastère de Sainte- 
M:u le (SI. Mercjcn}, (ires de Trêves, remet, au rou- 



(Cliapilre lie Ni\elles. I':iabl, reli;:;., l;i7i 
(vnirHattstein, Lierre, Raitz). 



Mangelm 


an criii 


eassé. L. : .S Dcrk 

irrij, N" 2:ii;:i). 


Mangon 


:r 


^ITlIlrr lendal ,\r s 



aivé de trois (2, 1) étoiles. L'écu, 
1 ( arloiiehe, sommé, au milieu, d'une 
exire d'une petite mitre, le tout pose 
', en pal (caelicl, sans h., en cire rouge) 
. -iUlJGl). 



Mannier (Jean le). • 






i:n. iin^ , < I i;'i: !r .M xiii bon ami, i-150 : uiicfascc 
ii""ii' l'I'', sans massue. L. : S Cor- 

Mansfeldt. l'ierru-Knicsl, coiiUc de Mansfcll, 
noble baron de Itclilrony (Heldrungen), chevalier 
(II' la Toison d'or, i:oii\eniinr el sou\erain bailli du 

ln<:in-es(noii ;„r.,|r,, m ;,l„,iiirsj (Mansfeldt); 
/■ il '•, '1 i- l! ' Querfurtj; au i^, une 

II' ' ■! i:iiilr (Heldrungen). Deux 

I!, ini lion issanl entre un vol. LVcii eiilmire du 
collier de h Toison d'or. L. : cr- 

enlourc du collier de la Toison d'or. .Sans L. (Alib. 
(le la llamée, Etabl. reli;!;., c. :il79, .\. G. I!.). 

Ilèraldielc en hrn.c (Anvers, 1834), p. 23-2.1. 

Mantel (Arnoukl), éclievin deTirlemoiit, 1.529 : trois 

Mants soen '. !/((«( '. Iiuiii.nn- in.l-scistriii, llKi: 

Manl Mnnl sucn (IloUandc). 
Macjueles (.VudrO), re«(ier de Hraine-l'.VIIeud, 137: 

a einq rai^.. I..": Si Aniln MiiM . . (Ib.spici.^ d, 
.Ni\elles, a Nivelles). 
Maquest. Dicrins Mctl;cs, maire des éclievins di 

brs. h. : >ii Sect .. D ... crin Makel (Tourjiai 
MAQUINCOURT, \oii Blondel. 



Marbais (Walicvs de). elie\alier, 
<lc Naunu', |-21lt : une lasee, sr 

merleltcs. L. : ►!< .S" Walk 

. . . act (Namur, N"- 20-2, 2G0). 



Marbais. Wniiliers de Marbayn, éciiyer, scelle un 
aveu (le lief nannu'ois, de Colard di' //n/ey, châtelain 
de llannut, IliOO : même sceau i|u'en 1294 (Namnr, 
.N" SO.'i). 

De Cr,mberu:>cl.e ù:rln.j (vou ,-|-d.-ssus T. I, r- 107)l.la- 



- (Noble home el aatje mon chier signcur mon 

sifjiu'ur Jehan dr'i. ehaslelain de lirousseUe, csl 

|.i . - ; M';.,.,;. /,. ;; ,-, ;,,■ ii,,,,-.;,,.' ,7'<i/ weil- 
!■' ' . ' ;;;;... rr. gréer, 

,1.- ■ ■ ..•■,,,;,, . ;, . 'il, s lettres 



: *^ S' lohauiii^ de .)lnrbais 



- (Jean, sire de), clieMii,- 1 , lu du cnuiie de 

Namm-, 13-lU (u. si.) : i . ■ . n>- /ii«.ile. C. : 
une i|ueuc de iiaoïl, i-Mi i , :\ mines de 

l'ecu. L. -.tiiS'IdlKlr:,- ! .: ' )/;;';'.;-, mditis 
(Namur, N" Gll). 

- Léon de .llarbaijn scrllr punr son livre, .leaii, sei- 






. C. : 



I. L. : 



^- S' I.ione de .Varbuia (Chartes des ducs de lira- 
bant, N» 1333). 
— .lean, sire de Marl)ais, et .]larba!js, chevalier, 

h, .mille du Cl'! de .Namur, 13o9, 0(1 : tuteur des 

I ni:iiil^ ili bii Hir iMiiijs van Marbays, reçoit. 



,1, li.iMv.il.i. .,,(1, Hubert de .Namur, un aco 
Mil niir i. t. de ii:i7 moutons, 1374 : même 
iiKM- sin- riiniiibt. Mi'me C, la cuve aux a 
d, r.vo. !.. : S' lehan aires de Marbais (Na, 
N"s 8i(l, 897; Chartes des ducs de Brabant). 



-, lils dudit Jean, ; 



? 1 : iiiir la-,.!-. Mirmonléc de trois iiii'vlcltrs, 
Hon l)i(icli;iiU. L. : S' Girnl de Marliais 

loinme messires Jelians de Mcrhnis. sires 
■échines (FarcicHucs), (.lu'valicr, scclli' a 
, ViSl : une fascc, chargée d'une vUnW a 
s et siinnontce de li'ois mcrleltes. C. : 
Jean, le lils (137-i), la cuve aux aruu^ de 
: S' khans de Marbais (Naimir, N" 1 il'A). 



\fquils de Lille, I. l()87i. 



■and plumail, 
sec {'X L. : ! 
aînée, F.tabl. i 



e de Marbais (Alib. de la 

;!178, A. (;. lî.). 

■ la idur de Momie'- 1 



certifions et attestons sur noslre foij et honneur a 
tous ceus quil appartiendra et sjiecialemeiit n 
Madame de Nijvelles et aus damoijscUes dudit lieu 
que daininoijsetle Alcxandrine Jloen de lloens- 
broech est fille légitime de messire Herman Hoen de 
Uoensbroch, signeur d'Oestham, Quaet Mechelen, 
jlcrerluc, llerinijen, e/c, et de dammc Anne de 
/.'r ■\'';;, ;...;; ( ," r,. /,,'./!/r//c da7nme Anne est 
' i:.ulefro'j de Docholtz. 
■ ' >:■' l 'iibroech, Wachten- 

,/m', ',, /;t,-:^c«, rfr , ,( ./,■ dainme Alexandrinc 
de W'ijtenliorsl, son espeuse. fjrand-pere et mère 
de la susdite dammoijselle Alexandrine. Et fut le 
susdit Godcfroij jih Icyilimc de fnessire Arnoldl 
de Bocholtz, siijneur de IlinsbeecI;, etc., et de 
damnie l-'ranroise Vinci; de Langecelt, son espeuse. 
aves de la inesme dnnimoijselle. D'autre part la 
susdite damme Alexandrine fut fille légitime de 
messire Johan de Wijlenhorst, signeur von der 
Ilorsl et engagier de l'office de Montfort en Guel- 
dres, etc., cl de damme Josina de ll'ces, son 
espeuse, pareillement aces de dammoyselle Alexan- 
drine Hoen de Hoensbroech susdite rraij noble de 
tous costez sans aucune bourgeoisie ou bastardise. 
En tesmoignage de ce nous avons signé la présente 
de nostre nom et signe manuel et fait sceller de 
nostre seel armogc de noz armes. Fait en i.icge. 
le 20 de May l'an de 1595. 
A.deMarbaiset Loucrnat. 



Scea 






e Marbaij (Hospice 



Marliais, clievaliei 



e Lovirval (Lovenal), 



Marbais (Philibert de), > 



ccu, L. : ►!< Mesirc lan 



aume de), homme de tief du Hainaut et dé la 
.■ Mons, scelle, a Soignies, IG-il : un lion, 
lié de ti'ois étoiles, mal ordonnées. C. : un 
iant (Mons, Hommes de liel' de Soignies). 



Iloensbroeck, Ifiilo, le iO mai, a l.ii'i;e : 
Nous Arnold de Marbais, seigneur de Love 







ig. 1. Guillauiii 
Kig. 2. Wiric, 



r de Créliaiige et de F^ittaiipe (1539). 
de Créhange et de l'ittaiige (1630). 



— 42 


1 -."•■- 


Marcels r-/o/innHes}, ochevin de Louvain, 1455 (n. 


é..artelé ; aux 1" c. i; d'argent au lion de sab.=. .ou- 


si.), 0, H : im iKiiKié (!.■ six pirc's, les l'o, -l" et o--- 




clKirgées (If se|it (-J, ;i, 'i) niéme glands. L. : S lohis 


laire <U, salile. 


Marccls scabiiii loiian (Alib. de Saiiite-Orlnide, h 


Marche (Herneclion de), jadis prisonnier :i Haswei 


l.mivaiii, et fond, de la iiinne aldiiue. Klal.l. irlij., 


1er, dans rarniéc lirabaïu/onne, i;i77 : do ... à cinq 


c. 3009, A. G. U.). 


cotices et au lanibcl ii cimi pendants lirocliant. h. 




chon Je (Charles des ducs de liralianl) 

(l'I. U, lliî. ;1G0). 


Marchai (Cyprieii), abbé dv. Saint-Hubert, en Ai'- 


(leiiiios, IIIHI : un chevrun, accompagné eu chef do 




deux lions alTi-onlés et en pointe do . . . (cassé). 


— ((iéraid de/Zt-;;, niaicur en féauté de Liège, IIÎO:! 


I.'écii. sommé d'une mitre, posé sur une crosse et 


77 : une bande, chargée en chef d'un écussou h 1: 


liM J'iM, p.i .■ .11 sautoir, et accosté de deux 


fasee [iiMii.V .!- ,l> i/, !-, ,h,i., ou tourteaux a trois 


r,l- , , , 1... en cire rou^e) (C. C. U., 


tires, chai .;! i: ,' lil écusson posé dans 


;.:[.., . i Ma «•rschalk. 


le sens d- l,i : , !' .: 1. accompagnée d'ui 
semé de lulMi. ■ i: .:. l;.i 


Iccompl'-i. . "'■"'''■'''' '""^'l'.AssJà 


— (Jchana de), es/.erinx de le court, non eilée nom 




niéuient, i:îi)7 : dans le clnnnp du sceau, un fer d 


en|.al;..uv , .. . , ., .■. ,• , ,, . .^,,^.ut. 


pelle, la douille en haut. L. : ►!< .S" e/i 



Marchant (Johan le), alleutier du comté de Namiir 
t:i.'i;) : un lilel en croix, accompagné au 1" eantoi 

nerktte. 1., : ^ S' lohan de Bois (Naiiiur 

y «;;;!). 



— (Jacques), homme de fief du Ilainaut ( 
di' Mons, loGi) : écartelé ; au l'''-, de 



iCeau est cassé (V Desmaisicrcs). 



— (l'ranvois-Servais), cciiyer, seigneur de iannoij 
(Launoy)S(iiKci Zis/ie/ini-, capitaine et prévùt d'Arlou, 

Charles-Hyacinthe de Cassai, la seigneurie de Uen- 
deux, 1083 ; seigneur de Launoier Saiiicl Eslienne, 
il déclare tenir, dudit roi, en qualité de tuteur de 



u cité, les chàteai 

c haute, moyenne et basse justi 

laïKdis M., écuyer, tient, dudi 



de Kisch- 
cc, 1083 ; 



l de Durbuy, 
ollgr) (Ibid., 



— (. . . de), avocat il Liège, cacheté ses lettres d'im 
cachet a ces armes, 1033 : une croix, accompagnée 
au \" canton d'une étoile ii cinq rais (Pap. d'Et. et 
d'Aiulience, reg. ^"(SVi, A. (1. l!.)(voir Aubigny, 
LOGRON, Luxembourg). 

MARCHEI. Vholarl van Marlchelle, jadis prison- 
nier a llasHciler, sous le bailli du lirabânt Wallnii. 
Chilinc; i. t. : 103 moutons, 1374 : d'hermine ii 
r. (MI5SIH1 plain, accompagné en chef a dexlre d'une 
nu lietle. L. : . . . olas dut Marchei (Chartes des 
duc= de Brabant). 

MARCHEL (Jean de), secrétaire du comte de 
Saint-1'ol et receveur de sa chàlellenie de Lille, 
l-ioO : diapré, a la tasce chargée de trois (?) étoiles 
la f» étoile et la pointe de l'écu sont cassées). C. : 
une tête barbue tortillée. T. dextre : un homme 
sauvage, sans massue. L. : Seel khan 



(C. 



. H., 



le Lill 



MARCHËNELLES, Noii Coppin. 

MARCHIET, voir W^ez. 

MARCHIN (Henri de) (et Marchinis) reçoit, du 
UrabanI, des indemnités du chef de la guerre de 
Flandre, celles-ci a partager avec Cielijs {ci Gillwt — 
Julio) de \\'aha, Jamclol (et Jamalol) d'ICve, 
Uodolphe d(^ Morbevitle, llenikijn (et lleiinekin) 
liourdeal (et Dourdeaul) Lambert de Halles (Hal- 
leux?), II'«H(ier Daslenois (Assenois), Orbant de 
War (Wai'i'e) et Petit-Jehan (et Cleim-Janj de 
Ilomlier (et Houdir). 1357, le 28 juillet : une bande, 
côtoyée de deux bàlous, accompagnée au canton 
seueKire d'une luerlette posée eu bande. L. : * S' 
Henri de Marchin (Chartes des ducs de lii'abant, 
^"* 1211, i:t(iii, 10(10. 1020) (voir Waha). 






MARCHIN. Ih !;ii n:i 
fcinmo, MariiSSf, ncunc 
llutlocn, jadis pi'isonni 
iiiiTpa-Agimontji.t. : 
scellci" (le son propre 



L. : • Pirelo>i Mnrr. 
(voir Lamallel 



inolellcs. L'écu dans un cartouclic, sommé d'il 
lOto d'an-e (cachet, sans r> , en cire rnii^'e) (C. C. I 
reg. 4(5050). 
Marci iL'aWn'), ijh^mM de lï'-li^i' S;iiiil-l'iii ir, 



mars : deux étoiles en chef; le bas de l'écu 
fruste. C. : deux cornes de bœuf, mmiies, cliaci 
au baut, d'une embouchure. L'écu ovale (c:ic 
sans L., en cire rouKc) (C. C. B., reg. .10.^00). 

MARD (Jehans de), chevalier, jadis prisonnii 
liàsweiler, avec ses compagnons, reçoit des ]i;iiiMii 






, pre\ 



VATA, o 
L., 137.3 : N' .1 
Jehans de Mur 
N» 2102, etc.). 



MARECHERS (Louis des), homme de liof de la 
cliàlflhiiie de Courtrai, I4G7 ; ccartelé; aux i" 
ri !'■, trois fasces ; aux 2' et 3«, une tour, à deux 



MARECHS, \ 
MAREY (Ouill 



MARES. Mas.'iaerl van Marasch, jadis prisonnier 
a U.i.^wciler, sous le bailli du llrabanl Wallon, 
Cluliiic ; i. t. : 82 moutons, ^i^i : écartelé ; 
aii\ 1'' et ■4'^, de ... il deux pals de vair ; aux 2' 
et 'M, trois liisiiiiges. L. : + S' }fasar de Mares 



Itoberl de Namiir, un acompte sur une i. t. de 
100 montons, i;i7-i : une ai^le et un lambel bro- 
clianl. L. : ►!< S' Villam de Mares (Ibid.). 

— (.lean vaii), époux de Marie, autrefois veuve diidit 
Laiiibcrl van Marcs, tué a Bàsweiler^ li)77 : deux 
avant-bras, mouvant de la pointe, passés en sautoir, 

S Johan lunldn de Mères (Ibid.). 

— Olivier du Marez, dit dausne (.\ulnes?), bourgeois 
do Bincbe, reçoit, sur le domaine de Binchc, une 
rente viagi'-re inscrite sur la vie de maître Jean le 
Fiefvet, dit Lourdo, et d'Amalberge, soeur de celui-ci. 
enfants de Jean, 1473 : dans le champ du sceau, une 
paire de besicles, accostée, en haut, de deux étoiles. 

L. : S OUmcr (C. C. li , Acquits de Lille, 

1. 1C8j) (comp. les armes de Lourde). 



- (J'^ 



des), échevin de Malincs, 1G20, 1 ; chevalier, 
seigneur de Walle, lUîO : une bande, accostée de 
deux branches de rosier, chacune lleurie de trois 
pièces, la seconde branche renversée. C. : un 
héron C) issant (.Malines) (Miir LETE, Meensel). 

Maresse, voir FERTIN. 

Maret (Jean), bailli des chartreux du .Mont-Saint- 
André-lez-Tournai, dans leur seigneurie dite « le lief 
du Prêt », au lieu dit le Mouliniel, a Baisieux, qu'ils 
tiennent, en justice de visconle, de la seigneurie de 
Scnwni/iy (Kscamin), 14."i4 : un croissant, soutenant 
une lettre p (Tournai, Chartreux, c. 111) (voir 
Hulin). 

Mareuil, voir Salm, 

Margant|s], voir Mergant. 



Margny. Ji'aii do ilarhjn 



— 4i>3 — 

ummi' du ] Marilles. Johaniicx de Marilis, armiijer terre Ghel- 



Marichal, voir Marschalc. 
Marié. Jean h Marye, lioinmc d 



^. T. : un ange (Tournai, Cliailr 



, 11). 



anl. L. : + .S" loh de Mri lœ (Charlc's (lt■^ 

es de li,;,l,anl). 

Marin. Ei'iicst.-L. Hou/eau, écuvcr (ne scelle pas) (il 
sijine : « E. h. Hoii/.eaii de Ueslauinonl »), etKiculas- 
Lniiis-Joseph .Marin, éeu>.i\ seigneur de Tliieu.'iies, 



— (Jean le), mcme qualité, scelle des actes concemanl 
ks couvents du iMont-Saint-.Vndré, 1-471, et de 
Sainle-Cl'oix, ii Tournai, iil'2 : ti'ois roses. Le reste 



rouge) ^C. C. U., reg .Ui(i;i( 



Marissal, voir Marschalc. 

Mark. Cornes lùifjelhcrtus de Marca, l^'Tll ; 



1 -l/anXn], allculiiT du llainaiit, 1 i:i!i, 

■e (-2, 1, 1) roses. L. : S Jau Marieii (.\l.b. de 

tier-llraine, c. 1808). 



î Marl.a. 1573 : ul^■ fas. 



- Eierhardus. eomes de Mari. 



de Markd, Eiujelberlm, miles, 
ddifiis, Ciiiiradiis, Mnnjnrela, 
riiui. Kiiiieijiuida, liberi et 



einq pétales ellilcs (Ordange). 
Marigny. Philippe, é\énue de Canilirai, i;t()7, 8 ; 

accosté de deux écus : A, deux l'asces et une . . . 
(crosse?) brochante: I!, trois lions (Cambrai). 
L. : ippi dei (jr cain .... 

(/racia eps ca (('.., c. I) (voli' Margny. 



— MaehlUdis de Marka, itxor nobilis viri domini 
l'IurenUi Herlhuul, nùlHis, domini de Macjlilinia, 
fait sou Icslaiurjil in AndersUit, 1318, in vigilia 



iiiU (Berthout); 



dcr Marl.c. fin 



Mark. Adolplii', évù.iuc do Lii'gu, i:i28 : sconii socrct, 
;i 11 01- lu V-. !.. : hf. .S olphi epi Icodk-n 



(Reifferscheid'i 



d.). 



- (ThiMT) dr l:i), IVri-u d'\(JulpliP, comte de Clèvcs, 
et de lin i;iii;lrl)i-rt de l;i Mark, pailage avec ledit 
Adulpli'' ; ri'eiiil. entre aiilees, la ville de Diiisbui'j!, 
1^92; scelle en i:i'J;i, 4 : une fasce éeliiqiiptée, il 



ii dexl 



étoile à 



s. C(|. 



le de la 



ula.rr .!.■ iVrii. !.. ; ^ SiijiUnn Adnlf, o,)i 

iilis (le Maïka (l)n>>rl,loi[, Jnl .-llenj, .N" .', 
dolphe, cmnte de la), KM l : un.- Ias,v eiliiiiiie 

Vie de la fasce de l'é.ii. C. : un vul. L. : ►î» 

Mvm Adolji lis de Mcirka (Ibid., >" 173). 

l^■lellel■l, évri|MC de I.i.'-e, [?,{", : sceau fnrt in- 






; lasee écliiquetée, ;i trois lires, 

le est charité d'une tasce de l'écu, 
I, plus |;rand que les autres, d'un 
^ roniesdeL(euf(lbid.,N"rj7i)). 



n der ilarkc, scelle eu t;U 
e rente féodale, sur I!(.i? 



s tires. C. : un \ 
es. L. : SecreUni l 



lirahanl. 



nsl V 






;t dé- 



kii-meuic, .-îe-) parents, aiuis el aides. 
: une fasce écliiquetée, ii trois lires, et 
(simple). C((. couronné, le cercle de la 
r.-é de la fasce de l'écu. C. : une télé 
lier. L. : .S' diti ImjeWli de Mari; mi 
ducs de lirabant). 



■d \aii der Marck( 
lé autorisé, par le 

!(i(/e Iceniiujcn, (h\ 



tVAreiiheirh, 
ni, à raclielei' 
lait, 6.- verset- 
iilie (le Impm 



I,ujrlb-b lie Marka mi) (\\m\.). 

— Me\ior van Marke {Malvlrckc), si'r\ili'ui' 
t'i-nl :i »mr/ie(iiiussi')ilii duc du lîi)iu>i^nr. 



Marcadeel {.ViiloiinO, iiinrclKind de VViiisp, 11)01 : 
une rnsce l)relessée. L. : S Aniun Mar...el 
(Ai'Mliejii, UekciiknnicrJ. 



MARKELE (Aiiilir \;iiil, jinIis |iri<nMiiiiT :i Itas- 

•l'ini : flrl. I.. ■ >^ S Andrcr llcnna de landmco 

(lils de llriiri ?) ((;ii;iih'> d,s dues de linlmnl) 
(iniii|i. MERKIET). 

Marken, \(iii Meerbeke. 

Markijer (.Irmn, rclieMu de p|nli|i|ie de Cleves, 



Marcke, \nii Mark. 

Marcq <'riiniii;is-l>|nll|i|i. 



lier Marri ran .l/s; (Alo^l) e, 
' liico) (Mlle Meijer), li(iiinnesd( 



5 Uoehe/larl H de 
Il hrnlinihlr, ,•;.,, 
:;lr Rochefort). 



(v.di-FORO). 



i\nii Alpen. Berthout, Brusthem, Falken- 

stein, Givet, Clèves, Jjippe, Lummen, Marlay (l':i>e:i 

MAISFORT. Moers, NoyeJles. Rande- niiliielnen l(- 

■■alh). ,|„ S;,Md-\,e„l: 



MARLE, \oM Gruijthuijs. 



de Mair .\t]ci . . (Cli;ii 
- Jehans de Mnrleij, i 



Ladrier de Manifiïe, l-)0:i : 
rr(i:i(i:!),iniiislVloilc:iun;iiic 
^ r Valiv de LadT. (Lir^,', 



" llanienteati, chevalier, coude Uax- 
ii\), etc.. (Il jmjnns a 'NoviUe xtir 



— A^21 
. .(r.:ior.) (voir Rix 



.s lehan de MaHclle (Sam. 



Maroye, \"ii Marien. 

Marotou ..l.:iii), irlnMii .Ir .Imloi-in', I Jii, -iO, 



Marpeiit, \(Mi Leus, Liou. 
MARQUE. \nii Mark. 
Marquemont (Dnii, Smioii il 



Marselaer. .Irmi s;iii Mm 



Majelrscha'k, Maréchal, i 



— it2H — 
i> )/«;■- Ma|e|rschalk, Maréchal, 



),. : S Diederich Mnrsi-luilli'. 
I!ral)ant). 
— Kobcrl de Marscalc, i.lie\;i 



:i-dr) 



lOHO n 



', I) 



niKi r; 



posions d;ln^ Ir-, .mih-, -np, i hiii>. I,. : S" lluberirl 
Marscall('.)(\bul.}{]'\. li, li^. :1G',)). 

— Ciiillaiiiiic Maerscalc, iM'isnniiii.'i' illec. sons le si 

pin.lir. L. : .S'i W'illerut Maerscalc (Wmi.]. 

— Gmirx h Mnrexchau.^ n%-nit, ilu iliir .li' \M\n 



1373, le 11 octobre : iiii I 
d'une eau. L. : ►{. Si 
(Cliai'tes des ducs de Itiali: 



138a; iiMiii une iiii:,siuu aLpres du dihj u /iryc/i/.v 
(Ai;;ill\j, en son pays de liouri;i)i;iie, 1391; pour 
des voyages au service du duc, 1392, 3; pour 
un autre aupr.'s du duc a Paris, 1393; pour un 
aiilir, (ir iii\ jniiix, auprés du duc, à Uoulogiie et a 



Ki'.is 



, et plus 



- Jehan le .l/nrisn/, baill 



li, II,., ;;7m;,\ ,11 Maughier). 
.'"las Miir>:chulk, éclievin de Diedenhnvcn (Tl 



li (Uettanne). l-il9, le IH 



lr.lndnM„., 1171.: 



i\ IM-r>. I.. : * Irli, 



; * .S yuula, M,ir 







les Hurllioiit)tl'jy-,)(l). 



Majelrschalk. Maréchal, dr. I.r lunon 



(drin adc.) : 



11';. \" ir,.'>s:i) (mui- Daun, Espen, Heule, 
Colle, Metten Penninghen). 



Martin. Ninilax )liirlin, liniiinic d 

xoiiipn-iiccs m ca'iir .l'un W ,■ 
oilc ;i huit rais. S. Mii.slir : m 
. : S Nicolas Martin (l'irl>, N"^ 



MARSQUEL (Jacqiii'S ( 



?, posant 
■. L. : . . 



MA.RTIIN (II, •lin v.m) (ri Marlun, sajis Naii) sccl 



Marteel i(;:nillii(r), I 






Martens, inn Martins 
MA.RTENVAL iCInV'li: 



. ilallciix 


(til-aïKl-t'l 


Cl' do Lu 


XCIllllOUI'g, 


iioiaeiit 


ulncliieii, 


i\ 1787, 


e 11 juin. 


, ovale. 


surmonte 


paillé, ai 


liant, dcR 


p;iluiu3, 1 


ces au lias 


'■) (0. r 


H., l'es. 


en Belglqu 


e, portent : 



;in,r. !.. : S .1 



Martins, Martens, Maertens , Mertens. 

liLimli/, rliaiLcr ik- irois crnissanls et accompagner- 
de .i\ ll;iii, hi=, niiv^es en orle lEIseghem). 

- /'ie(cr Macrlm lliighen sons sonc, éclievin de 
Zieiik/ie, |:;7H ; il;in^ le rlianip du sceau, un pois- 



l'wlrr f Marl,n,(lh<U,u,dc>. 
Martins, Martens, Maertens, Mertens. 

|H.u,l, r.l liiisica UcMi-e (lliid., N» .)u(i.S). 

— (iahrii'l Meiiens, scelle iioiir C'.alliciini' .Ncelseiis, 
feiiiino (le Cilles de Bosseliere, i|iil lient un lief, 

dainelccU{\}, ;i Saint-NicoKis (Wacs), 15-27 : im 

S' Cabricl Martrns (lliid., N" TO.'i;;) i\,iir Mer- 



MARTRE (Lié\in de), jn-e de Jac(|n.'^ de llrlUm- 
»»•;, en sa seigneurie de Koqucriawmmi (Coeria- 
nuint), a ISlandainij (lilandain), 1 iOa : insee, 



reçoit, du duc de lioui^o^ne 



■ *^ S' (iodefriiîi Ose 



(C 0. li., Acquits de U\\ 
;. in, -^Ti, 371 cl ;i7,j). 



MASICH, N.Hi MASIS. 



l:i^, booaterpoorl, 
: 1)^21 : iili crois- 
,. ; * .S Ruclaiil 



MASIS. lï;iiifiiii \;in .1 

;in faiic-iiiiarlier Ino.h: 
rrnnivnia lie l/as/.s (Cli: 

Masius, \nii- Maes. 

Masny, \"ir Feluy. 



11, fonds de //(//J. 
H- do licf di- l;i siHP 



Ile 

Massemen. I 



de Mmnmj (Mniis, Coiir lï'od;ili 
Waiidni, c. 1). 



YaabcUa, domina de Mnsiiiines, iwbilin matTona, 
IH'J : daiib Ir ili;iiiip du sceau, oiji\al, dame debout, 
■cosU'f dr dnix étus; A, un lion; li, ll'ois lions 

Elle coiiiiiMi ;iit sv».- son lils. Gérard. GELnE donne ainsi 
d'azui- au Iloii d'ur. Capeline d'a/ur. C. : un dauphin 



ird, sii'c de Masuemiiie, clievalici', i'C(;oil,, du 
lit de iNinove, un paiement pour compte du 
c Maldi'.^liem, i:!Hi : un lion (l'épaule [rustc). 

lin (iKiprrni de tmiiiioi, sommé d'un poisson, 
il;nil W iii:ipc;iii. L. : .S' Gerardi due (l) de 



l/ri.s7),i 



allant). 



- I'lnli|ipi' \;in Masseimjne, clievaliei'. seigneur 
lïJjjl.r. IliSi'i, S : nu lion couronné (l'épaule fruste). 
C. ; lin |HH-S"n, in.noulaiit le cq. S. : deux chiens 

l„;i,|„rs iiriTonpis. 1,. : Phil de 

Mam [C.i'.. it.. Acquits de Lille, 1. 70, 71). 

- /.i)Hi;.s Kiii .l/d.vsci/ii/jie nrnit une rente de WouiTe 

lllii, I, .;, :, i(|iirl(|ii( -uni s des (|uittances sont 
l'épaule chargée d'une 



s l.0( 



i Masn 



au franc-quartiei 



Massemen. Ilof 



1 i.'i.'j (11. st.), se i|ii:ilili;iiil . /UKjaires 



\\\<U\., I. 19Hi (M)ii' Ghinderover, Heule, 
Lauraguais, Pipenpoij, Ressegem, Vo.s). 

Massehereel (liiisscl. clicMilifr, lien' ilii >rii;nciir 

(.\IiIj. (If Saiiit-Ti(iml) (ooinp. Feix, Merode. 
Reuschenberg. Schonau. Schoonvorst). 



— Jraa Massclierele, clievaliei', seiijm'Ui' de Raede 
(WijiiaïUsi'ucilp), rei.-oil, du Ui'aliaiU, une mite ii 
Fiiui|uciiioiil. i:!09, 7;i : un écliiiiuclé. L. ; ►!< .S" 
lolian Mascitereil (Chartes des ducs de Hi'abaiil). 

— Jean Mansclierele. suiniieur de Raede, reçoit ladite 



Masson. ,leaii Maclion 






— .Martin \nn Masseniine, tuteur de la veuve et d( 
hoirs de ,Iean van .Unssemincs, jadis smis-baiUi ( 
Gand, rei;oit, de la part du duc de Bourso^ne. p; 
Adrien van der Moteii et Jean Gheijllinc(non quai 
fiés), la restitution d'une somme due au défunt, 



lig. 377). 

— Jean Maclwn, dit rie le Snuch. 
reçoit, du duc de Hour^^iii-'iir, une 
le domaine de Courtrai, pour lui ci 
Cûmmcre, U48, 01, * ; une cro 



■meurnnt a Lillf 
ia femme'; Jeanr 



paiîiii'e au 1'^'' caillon d'une coi|iiille. L. : S' lehan 
Machon (C. G. 1!., Acquits de Lille, 1. ;101). 

Masson. Anliiiue Machon, homme de fief du llaiiiaut 
(a WannelK'cq?), 1378 : une tOle el col de sanglier 
(di'aiîoii .';, surmontés de deux étoiles. S. : un 
léopard lionne. L. : z Anlhoine Machon (M. lluliu, 

Massul. Willaitmes de Massiis, escuier, a vendu a 
noble home el saiije monsiijn. Wijrkh, sin-s di 
llcrrciicrch, chevalier, a daine Juetc, sa faiiie, il 
•d leurs liûirs : tout ce enticremenl que moij cschcui 
un ban et en la ville de Berge (iieri;) deleis Belles- 
liirll (liot/dorf), de par lo/liciaul savaiye, iiior, 
jreire, . . . com je le rejjrins en fies et en hoinnujL 
don dit monsx. W'iri, l.S-iC, le venredy decan. 
Iesle>: marijerile : un chevron. L. : ►!< .S VVd 
l....de ...V. (Arnhem, Chartes de Luxembourg) 



Masure ((;éi'; 



Masureel iM:it 



landissant, chacun, i 



Matelhon(!) (Thiris), allueus de la 
llannut el de Lignev, comme des alloi 
bant, liia : deux coulres de charrue, ; 

étoiles llamboyantes. L. : S Tliiri . 
(C. C. li., c. N" IDcS) (voir Matillonj. 



Mathelin. Emuianuel-.Maxiii 
lin (il signe : de Mathelin). 

de Chiuy), 1G81 ; 

damoise" 

franchi; 



lieu-Guillaume Malte- 
e de Mabonipré (comté 



dudit 



Catherine-Mario et Ida-Joseph, la 
Diideldorf et Ordorf (même comté), 
1G8I : un double lacs d'amour. C. : un chien bracpie 

sans L.) (C. C. M. iV.lVi'^ et a) (voir Chos). 



Mattenesse (Dimii'l vnii), 



e Vo 



ilf Icrrr, lie! de IlollaiiUo, que le comle liii : 
|.rii,r,i dr \ciidi-c, il tilre d'alliMi, IS-tT : une fOMe 
Li. oMiiiKitiiiiV de Irais (::>, I) lèles de lioiud'iii^lc'.') 
\.. ..^ .s- Danet mi, MnllciiC!,se (lloltandi-). 

Matens (J.'Mii). leiiMiinrr jiin' in-parli de Je:m mu 



Mathieu, Mathijs. Matheeus 



- 7,i./'>" IV i/,i,'M.;,. ., li.'viiideNaïuue, l'iGH : 

.|i;,,i:. : iilrlr;aiix l^el.îs une I 

mil, ùii,.> i.,.Ui,Lo, au\ i'-' et >■, trois étei! 

. iiiq rais. L. : S lakeinm T. : un 

(.V«mi(r, Pauvres, c. 10-2G) (l'I. 14, lin. :i7H). 



— Ai'iiould Mathijs, éclievin de Graeseii, 1 17:. : rr.ii- 
lelé ; aux ^"■ cl 4«, un lion ; aux i' el :!■ , ilr . . . ;, 
ciiui colices en barre (Abb. de Sainl-Irund, c. Kl). 

— Gérard Matheeus, écbc\iii de 'l'irleinoiit, Itil.i : 

plain ; au clief chargé de trois pals. 1-. : S (le 

. . theiis scabi the (Heijiisxem). 



■ Mathijs Jaii Mathijs se 
liiddeuberi,', irilG : Iroii 



- Ilubrecht Matheeus zone, éche\in l'i 
cinq (3, '}) trèfles et une rose en |)ui 
s'Hinonlé d'un lauibel ii quatre pendaiil 



Mathieu, Mathijs, Matheeus i 

l'idtr Malhiis, r^Uc\M ittec, l.".i-J : un 

— l'clirMnlhiiszdOn.vduuuilIrr, W.^r. 






il-Trond, c. Il, et Malini 
de la haute cour' île .lanili 



Mathon. Miir Andrimont. 

Matillon (Thtrii. alleidier du due de ItrahanI, ., 

lia it, li7.s : deux toutrcs de charrue, adossés. 

passés en sautoir. T. : un anse. L. : S Derc Maltlioeit 
(C. C. U., c. :to). 

n.,ans cclit lien (de Hannut) e, environ ... 

MATLAER (Gerardus de), miles, scelle, ave<' 
WnniT In^enliave, etc.. un acte de Trédérie, sire ('e 
Mnris, ir,:, : une lasee d.' vair. !.. : ^ S' Girard,, 
de Mnllur('., (Dusseldort, (Vves-Mark. > -fill 
(Miir HOEMEN). 



MATLAER. Jonclwir Freilmrh vnn Mallnr ?(cl 
lioiir- les écli(.-viiis ik Bacr//e (naerl), \H0 : iiK'n 
iTii. C. : mw Irlc el col d'àiic. L. : S Ireder 

air II zo Tlnischëhroicli (= Tusclwiibruiili) 

(Diissc'ldoi'f, Ornnge-Moers, N» (ii). 



!.. : .J. S Itubeil, mitids d, 
trier). 
Maulde(.M;ui(Mln, Min,.d,' 
roule viagiTo sur ledoniaim 



Mattenesse, \»ir MATHENISSE. 
Matthieu, mut Mathieu. 
Mattlioen, soir Matillon. 
Maubeuge. ailles de Maulmege, \eiiei] 



f/ communes parties, pour le.f jira)is 



. -II-.")!!) {\(]ir Broeck, Malapert, Pie 



Mauprive, Ndir Noyelles 
Maurage (Jchnn dis Siuns 



Maughier (.leaii). jiije de Jae 



; + .S- Ifha,, )law, 



Maurissen soen (Ikmilafs), i\oii- Duijst), 1 
Buijst el de Ghijer) i\ûii' Mouweris se 



Mauroy (Lue), p 



MAUCRŒUX I l'ieri'o 



KM\M(^ capitaine el y 


ardc des ctiastcl, vdli 


el forti 


resse de l.uckeu (l 
enlaMU de e,. prinee 


iiehciix). naguère ee 
par la nioit du enuUe 


w\Z 


el deSaiiil-l'ol-iT; 


wil i-tl3 : lioisll(Uis 


■M\ élu 


d'Iieiiiiine. C. : deux 
)/(i»e/THe,(:iiai'tesd 


cuissards (ïi. !.. : SI 
es ducs de lli'aljaid). 


■:•::: 


Maulde (llolieii d.i 


e],e^alie,•, l-iC, : u, 





MEDFORDEN Ici Mccdccrdcn) i \Vii-|i;irl 



Meefîe, \"ir Meffe. 
Mecgoet .l'inin n,. 



: S ydimis de Meb-r 



,'■ Hcrman van Mi-k 



\VM> : lurinr éc(i. C. 



Il llail./nrlx. 
m Viliiircri 



i- lleinrcc van .][i;,cele i 



— Itcijnertis de Mecnxde, M\i-\m dp Ilali'ii, \:w\ : 

n.:iu ;i n iir>iiv. L. : «en d Mcenscl sabii'. 

hnl . . . Alili. .l-lliicnl,', A. (',. H.). 

— l.Miirnii v;in MeenseU, éclieviii de Tirl.'iiioiit. 
1 lii'i, H, il : nue limide, accoinimiîiiéc de six en 
qiiilirs, i:i:i,,TS en orle. h. : >^ S Laurcnd\\\ dt 









nicilcllr. Siiii^ I,. iIIm.i.^ (viiif Meere), 
Moer. Me'e're (I Meeren. Jraii, sire de Mère 



S Jean de Hoc, sire 
(;:uillde|.l'i|ii'ii|ioij el 
eom|ile de Iflllll vieux 



- Ilcnr,j de Mkiche, eclie\iii de l'alibé d•|Iei,jli^^em, 

l'i-h-i- Sainl-I.andiei't, de Ui-e, dans sa eniie <\r 

N «'V, i:m-2; Ilenra de Mienche, éeliesin de 

r;ilil.— r de la Uiiniée, dans sa eniu' de No.lii«e/. 
l.'i'i.'i : uiriiie éen, mais les coiiuilles C("itiiyanl la 
baiidr. I.. : ^c S Henri de Meenche (Ileijlissem el 
Abl). de la Uamcc, Elald. ivlig., c. 3178, A. C. l!.i. 

DE RaADT, t. Il 



iiMiie Coddeii cl Claes Ifarols 
ni, par ladite ville, un acompte 



Jan die iiieii heel de Hoc, lare van Mcre, et Jan 



lrl:,n, lu.n ,1 un senir de liillelles. I,. : ►!. S.y.T 
]ohis' dut' de Meer inilil' (C.liarles des dues de lira- 
bant, N- Hlj-2, .S,s-2, lOtl, IIIHT, Ifl.SH, lO.sO, 100(1, 
inO-2, llir,, l2-2o). 

28 



Corni.. les armes Boxineer. 

Meer, Me[e]re, Meeren. Johannes van rfei 
Meren, miles, s'eii;;as;c, luoyennaiil 15 IImts iIi 
siL'UX Liios. ;i servir le duc de Bialiaiit, cum quatiw; 
ii?'is, tiim nubisciim, probis et lioiieatis, bene e 
honeste ciim yaleis nriiinlis el . . . eqiiUalis, daii 
l:i i,,ir, ir mire l'AiiiileUMTe et la France, \o ;inii 
i:;;ifi : |.l:iiii; au chef chargé de trois pals. !.. : -S 
lultannis tie Merc (Charles des ducs de l)rali:iiil 
\" lli;)(Miir Gracht, Calsteren, Claes, Mol 
Paridaens, Schelden, Stevoort, 'Wittem i 



beke (Slerrebeek), scelle pour les éclievius de 
ZaveiUhen, dépourvus d'un propre sceau, llill, 
le 20 aoiU : plaiu; au clicf chargé de trois pals (le 
chef un peu fruste). C. ; une hure et, col de sau(;lier. 
h. : $■ Godefridi d M . .a milif (G., c. Xlll, 1. 70). 

Meer, Me[e]re, Meeren. Pierre de Meer, échevin 
métier d'Assenede, LiOG : un chevron, acconi- 
gné en pointe d'une rose, et un lambel a cinq peu- 
uts brochant (C. C. B., .\cquils de Lille, 1. 222). 






- /m: 



!.. : .S Idii van der Meren {C, c. Xlll, 1. "(;). 

— Jean van Mère, vriscepen du duc de Brabant, dans 
sa cour de Dormael, 1128 : inL lion léopardé, en 
arrél, accompaiiné de trois besants, ou tourteaux, 
rangés en chef. L. : S Joltannii^ de Mère ncabi de 
Donnai (Abb. de Sainle-Gerlrude, ii Louvain). 

— Cote van der Meere, parent de Jeanne van Sleijn- 
vocrt (Stevoort). dauie de tirobbeiidonck, l.i;i2 : uu 

dauts. L. : . . . colai de Mer (Chartes des 

ducs de Brahant). 



inder-Weere ti 



Il de Ter 



veiilliem el de Slerrebeek, échev 


n de Br 


xelles 


M;;-1 : plain; au chef chari;é de 


rois pals 


le 2 


brisé d'un annelcl. C. : une hure e 


cl de sa 


Huilier 


T. : deux dainoiselle.-,. L. : S [an 


van der 


Vcrei 


riddcr ({■:. G., 1. ;-i52, G., c. Vlll, 


-2'K pa-. 


un. e 



I. : :!H8 moutons, 1374 : plain; ai 
tniis pals, le 2'' brisé d'un besant 
: >i, S' lelian de le Meyre (Mevre ? 



I) moutons, l:!7.l : 



— Johannes dictus (!) van der Meeren de Steerlbeke 
(Slerrebeek), miles, échevin de Bruxelles, liiii : le 
même écu, sans amielet ; le plaiu diapré, l.e volet 
d'hermine. C. : uu vol. L. : S' lier lan va der 
Meeren ridder (E. i;., 1. :)o;i. G., c. XVlll, I. 107^, 
el Bruxelles). 

nient étrange : le seigneur de Saventliem et Ue Sterre- 



— ■«.-) 

Meer, Me[e]re. Meeren. Jo/froy de le Maire, 

fi'iiilk'S de iiéiiiipliai', siir-moiilées d'un lainlicl. T. : 

un aiitif. L. : ..odefridi de M (0. C. I!., 

Aaiiiils de Lille. 1. 378>. 
— CtiiirnUe von Merre, den man nennelle Rouche, 
([iii (luit il Jehan von Dolchen (lloulay), hère zn 
Tznherrn (SnliMiMc, Diidellitigen el lierperche 
(l!ci liiiiii-i. (il lloriiis du liliiii. lui fiigaiie : aile 
die erbr^ehnffL . . . ich hain . . . tzu BnUetnhenje 

limjcn (lirlliin-rl, (-„ /', '. ' ' w 1 , -, ' 



Meer, Me[elre, Meeren. lohannes, fdius quoi 
dam Eteijasti dicli van der Meeren, écliesin i 



nanci'-, iimlj miser lijl]'zuclU uilleu, t-iUO, u/fsent 
oeri/eii da;/ ilea heillujen nllers iind martelers : nue 
iiiiillc (Il ciiiix. niccourcie au lias, eaiiloniiée de 
iiiilii' l"'^;iiit-, (Ml tuiirU'aux, et acconipaj^ii 



1, Chai-ti 






;ii). 



1-diis de Mera, jurin ulriusque doctor et in 
iiides. liGT; Dominus Conrardus [diclus] 
r Mirren. doniimis de \Vule]luwe .san.li 

■isduclor, tl7l : plai»; au clief chai-r de 
il.--, le -2'- liri,é d'un maillet peiielié. C,\. eour. 

f (i;. C, I. ^^:il, 

iloc. cli\., c. I, et Cousent de Seplfoiitaines, 



S lan van der M . 



I, Umli 



iijued 



- Jac(pies de }feer. luaieiir de l'alibé d'il.ijlisseiii, 
dans ses cours de ^'nduwe7., Vi-li, et del'ellaines, 
Vy2~ ; ixlie\iii de réi;lise Saint-Jeaii-rEvanj;cliste, 
il Liège, dans sa cour ii Noduwez, lo'20 : Iroi? 
niei-letles. L. : S laqs de Mers (Heijlissem et Ahl>. 
ilrla Uainee, Elalil. nli.;.. e. ;!I7!I). 



van der Meere (C. C. !!., Acquits de Lille, 1. 109). 
- Heiiii \an der Meeren, clievalicr, cclievin de 
Bruxelles, 1477, !(, K\ : plain; au cliet eliariié 
de trois pals, le 2'i brisé d'un annelet ; au lambel 
lirocliant. C. : une hure et col de .sanglier. T. dextre : 



une rose tigée, la tige recourbée ii ilexlie ; ;ii 
chargé de trois incrleltes. L. : . . . . iel va. 
Meerre (Grcfles scabinaux, Mélanges. A. (i. 
Kicfs, N-^ 4302. 4318). 



Meer, Mele]re, Meeren. Jean van der Meeren, 
ti-nancier juré de Jean \an Locqueghem, dans sa 
cour de Kodiclbcrt; iiirès de Bruxelles) et alentours, 
t;i4li : plain-diapré ; au chef chargé de trojs pals, 
surchargés, chacun, d'un besant, ou tourleau (Mi- 
nislcn- des AIT. Elr., ii Bruxelles, Conseil héral- 



- Jean ' 



Il der Meeren, échevin d'Anvers, 






uine?). L'écu brisé d'une bordure 
une tour (llùpital Sainte-Elisabeth, 

luitengoedai, c. I) (l'I. 14, lig. 384). 

Lucas de Meera, échevin i7/fc, 1S74 : trois hérons. 

:. :un héron (lbid.,c. II-. 



— Cilles de Me[e]ra, é 



aiec. i:>'. 



— Pierre van (!) Meeren, échevin de Malines, IGiO : 
un ter de moulin en pointe, somme d'inie marque 
de marchand (PI. 1», lig. L.) (Malines). 

— Les échevins de Jauclie, 1788, 93 : parti ; au le'-, 

(Meere de Cruijshautem) ; au 2'i, de gueules 
a la ïasce d'or (Jauche). Couronne a cinq lleu- 
rons. S. : deux lions regardants. L. : Sujillum 
lliac'i[iae\ (Ollice liscal de lirabant, reg. 341 et 342, 
A. (J. B.i 



'^°^"™""° j lani 


passés de gueules, d la queue fourrhée. 


Meerhout ( Les e 

Rumuicn, :i,. 1 


Meerbeek. Ke 


sliaen van MeerbeUe, bourgeois de 


uu dirv;,lirr, ai 


Louvain, reçoi 
181) vieux écu 


, du duc et de la duchesse lirabant, 
a lui dus van acaden ende van 


coi'ue.s de Iki'UÏ 


yhevankenissen 


. . . daer mi Rulijlicr van liremen 




(ou Breinen = 


= iirieiieir.'i o/i hacr scout ghcvaen 


— (Srcpencn ans 


had(/e....l3 


",0, .^, jan\ icr 1 u. st. ,1 : un fascé (de six 


van), 1418, 3u, 



..T,- iMi .iii^ .1' ^freTbel;e, 1410 (n. st.), 

'!■■, ],, : ^ S scabi- 

,lalil. irli^., c. 47i':i, A. G. B.j. 

\an Mecrbeke, rei;oit, du receveur de 

i et a Ikatiice Zomeis, sa mère, du chef 
in, «neien dcn pidtc geheilen den Kijeke- 



n Mcerbeke, échevin de Malines, la8!l : 
; ondées, rapprochées au centre de 



e. !.. : Sig sca Gvilwtmi de Mirbckc (M: 
luuie van Mcerbeke, échevin de M 



entre un vol (Malin, s . 
Meerbeek, voir MEERWIJCK. 
Meerenstein, voir Egmond. 
Meerhem l'I'hirrrv \aii , i-.lif\in d 





rugciie, comte île MaUlegliem, seigneur de Steenliuffcl 

et Diepenstein (lin du wii^ siècle) (1) 
.cal de Deckere chevalier, amraan d'Anveis (lin du xvii» siècle). 



Meerhout (Hcnii van), jadis prisonnier a i!u: 
ilnns la troni)c de la connnandnrie de Cliaii 
]. l. ; 82 moutons, i:!7i : plain; au cher 
rliargc d'une coquille cl do deux bcsants. o 

teaux. L. : . . Ilcnricvs de M (Clia 

ducs de lîrahanl) (PI. l-i, fig. 383). 



Meersch. .Inssc \aii di'r .I/cer.sc/i, nlins Mccraclmi 



- Mcolas van M[eer]houl, ccliesin de Tcrvuei 
I il!t, 22 (n. si.) : Irois feuilles de chêne, celle 
la poinlc accoslée de deux glands, le l" post 
haiule, le 2>' en barre; au franc-quarlier brochant 
chart;é d'une rose :i six feuilles. I.. : S Ctacs v 
Merovl I Alib. de Sainle-Gcrlrude, il Louvain). 



MEERLAIR (l 



'.s de), é 



Mecrlnir (lliid,). 

Meermans, \oir Meremans. 
MEERSBERGHE (Louis van 



den), ( 



l.iiii\aiii, I l.'i:;, ;. : un lion, i.ssant de la pointe; 
:iii chi f c haive ilink' rdse, accoslée de deux mouche- 
liHO (l'heruniie. L. : S Ludouici de Meersbrrrjhc 
scab lou (Abb. de Sainte-Gerlrude, a Louvain). 

Meersel. Jean van sMersele, jadis prisonnier a lia^- 
wriler, sniis Ic sirc de lierg-op-Zooni ; i. t. : 88 uiou- 



— L'abbé et le couvent des Prcniontrés de Juslemnnt, 
au diocùse do Metz, vendent, a honoré seigneur 
l'icrre van der Mersche, escmjer, ojjkier et capi- 
taine de Beuurepair i Itcaurepere), Solleuvres (So- 
leuvre), Derris. Mont Saint Jan (Mont-Sainl-Jcan), 
etc., certain )i"^:iri^ }:iPn r^ rillnges de Dalsingenn, 
. /' ''■■:>jrnn (Dudelange), / 



desperch 



la 

Il/s de Lucembourg, 
'r par admodiation 



Meersch (Jean van der), bailli de liruges, 1358 : 

iiiir cKiiv (hachiu'ée), accompagnée au l*'' car 
■ liiii (liMaii (C.liartes des comtes de Flandre). 

— Jean \aii der Merscli, receveur de la dame i>n» 
^>»;/l»se. ItOO : une croix (le l"' canton est cas 

(le huMif. L. : SIuli.n...e Pralo [C. C. 11., Aci] 



Meerschaert, \ 



Meerschaute iJaii 



(I'0i.s(erse6'(e (Ooslerzeele), appa 
lie Hdurbon, comte de Vendùin 
de lioden, l.'iiO : un chevron a 



-.■ In II van dr ,1/ . 



Meerscben, Mur Meer.sch. 
Meersman. Ui mrr 'ili'vsmtiii.i 



leTirlemont, 
•lire 11. L. : 
1er, A. G. B.). 



lioinlc I Meerte. Johaimes .)/[erl(/ic, éclic\iii de liruxelles, 
bilinics. h.:<^S e (l!ru\dlos). 



?me (|ii;ililc, 1357 : iiiOui 
s mal anloniK'cs, ot sai 
. (les durs de lîrnliaiil). 



: S' \V,UÏ iMiMcci 



is^;iiit ilniir ciisc. 1,. : S' Henrici (ici Meerle 
i(;ii;ii1cs ik'S diifS do l)ral)aiit, N" bUM). 

. DaiiiHi, échi'viii de Unixflles, liOT. 8 : iiumiio ùcm 
(|iii' (;iiilla[iiiif', i;i70, l'écussoii eu cœui' mal sj,i'a\é : 
le cliri' i->l Inip grand, de sorte que le cliaiup. plaiu, 
ot itiliiil |iii>.|ur a lï'lal de cliauipaguc. C. : un 

iHiiinri, i,Miiil ,l'i oMxe. L. : S Dancel Merle 

illnisrllr, ri I,., r. \|V, I. 91). 



I dr Itnixflles, lioi : 



aux l^r et 4"!, plaiii, au clicf de iiuartici' ccliiqiiplr 
iiii\ -l' cl y», trois llcurs do lis, an pied coiipo. Vu . . 

(iiiiiillcl?) Li'ochniit eu cd'iir sur l'écai'lvliirp. C. : 

Irli- et col (le dratjdii entre un Mil. T. di'\lir 
iiiiedanKiiselle. L. : S hhanis d'i ^fcerk■ < Mb. .Ii 
S,iiiile-(ie|-trude, a Lni]\aln, et i;., e. \\ 111,1. inT' 

Meerte. Henri Merle, éclievin d'Aciseliol, l-K'.U 
lirofliiint cliarj;.- .l'inie l.-llre t). I.'. : S Heurte Merl 



MEERAVIJK 



van lier Meririjch, éciiyer, 
llreckeren et de sa leninie. 
rai. !.. : ^ .S' luhannes do 



m, i;;-: 






.N" l'.iusi i\,iii- Cassart, Koningsloo, Loc 

Meerten (Albert \an) ^.l/tr/en et MecrtlieitJ, pre 
niulrc-scellc le sceau d'Albert, palatin du Rliin, 
de llaviérc, ruard du llainaut, de Hollande, c 



.)/«>)• . . . (Elsc; 
N" 2i:i9). 



(DusseldorI', Werdeii, A" ll7i 

- Jean van Meru-icli, liuminr 
l-ili; : iiiriur éeu. !.. : S loliai 
d,.i 1, r/rre,v-.V<ir/,. .\" im. 



(Celd.) i\i)ir Doerne, Friemersheim, MER- 

WEKE, Tengnagel, VELAER). 

Meese d'irrrri mu Muese?) cclicvin de l'Ecluse 

il liindre /il:in.l;iHe i, 1-1-21 : deux étoiles à cinq rais 

compaiînés 



: S Vie 



MEERWIJK I 



vin de Heijst-op-den-lieri;, 
\,. : Si ilces . . . 



- .flanuer.s de .Meesirc, éelievin du pays de Nevele, 
I i!S!l : nu (i(jmiii Dci re;;ardanl. L. ; .S .Voidccrs do 
Meest. . Iliarou de .Maire d'Aerlnjeke). 



- (Jean de) lient, e 



(iand, un fief illec, paroi 
un oiseau, surmonte : 
(Kiefs, ^•' ■iKKi). 



Meesterjans (Mathieu), échoviu du duc de Brabant, 
clans la rrancliise d'Overijssclie, liGi : une fleur de 
lis, an [lied coupé, accompagnée de cinq étoiles a 

cinq ràis, rangées en oile. L. : . . atlijs Me 

... s (Bruxelles). 

Meester-WiUems{(;uillaunie), jailis |iiisoniiicr a 
H.i-«MlM, .;. J,h.|ii.,(|r Bourbon; i.t. : 13 mou- 
i"ii,i::i ' ■ '!-r)-xaiils et un sautoir, brochant 

-Il '. ' : ^ , ;:'i,,,. L. : S' Wilhlll 






Meetkerke (I 



e Biat 



fPI. 1-t, 



sautoir, les pointes en bas. L. : S Henri de Mee .. 
kerke (Charles des comtes de Flandre, passim). 

— (Josse, fils de Chrétien de), même qualité, UOl, 
an b"in- de Bruges, Udl. 3; Josse de Meedlœrke, 

hniii ,1c tief dudit comte, dans la seigneurie de 

/,• llouische. Ii03 : une croi\ engrclée. L. : S loos 
van Mi'elkerke [C. C. B., Accpiils rie Mlle, I 3H, 30, 



— (Jean de), l'un dos tuteurs de Simon, I 
van der Daiic. rei;oit une rente sur 
Bruges, 1-4U9 . même écu. C. : une tête et 
L. ; S lan{\) de Meetkerke (Ibid., I. 37! 



Meeus (Henri) et l'ierrc van Ilolcnbelie, re(,oivenl 
(lu receveur de Bruxelles, le prix de rachat d'u 
cens du, par le duc de Brabant, du chef d'un jardi 
avec vignes, englobé dans le parc durai, liDi : m 

barrière de prairie. L. : >ît S . . . . :r M 

(Chartes des ducs de Brabant). 



(Sichem), 11711, 
chacun, d'une en 
di^il., N» OiO). 



Meeus (Martin), cchevin du duc de Brabanl, a 
Overijsche, l-i97 : une coquille (rose, besani, tnur- 



c. 107). 
- Claes Meeus 
42 : une marque de 



;. U). 



clieviu d'Amsterdam, l,'j3S, 

■chand (Notre-Dame, .Vn\ors, 

André de terSaligherUavenJiP] [■'. 



- (WalrandJ, licencié-és-droits, juré dans la cliaui- 
lire des tonlieux, a Bruxelles, 1635, 7, tO, 3; 
lieutenant du receveur général des domaines du 
Uoi, au quartier de Bruxelles, IG-IO : écartelé; 
aux \" et -il-', trois épis, accostés de deux animaux 
affrontés, le tout posé sur une terrasse ; aux 2= et 3=, 
un chaudron, accompagné do trois étoiles à cinq 
rais, 2 en chef, I en pointe. C. : un oiseau essorant, 
tenant du bec un l'ameau. L. : S Watrandi Meevs 
(C. C. B., c. il) (voir CRAIJE-WERVE, 
Meeux). 



Meeux van Overijssche (Jean), 






iii, i4:m: 



chant charge d'une croix engréléc. C. : une Heur de 
lis, au pied coupé, entre un vol. S. dextre : un lévrier 
(C. C. B., c. 111, passim) (voir Ee, Coppin, 
Meeus, Os, Wittem). 
— Jean Meeux (tout court), receveur de Fauqueinoiit, 
U48 : une croix engrêlée. C. : un vol, charge de 
deux lleurs de lis, rangées en pal. S. dextre : un 

MEFFE (Meeffe) (Henry de), maieur de Noville- 
sur-.Mchaigne. I5.">5; mnieur des courtes et justices 
de Noville sur Mehaingne, appertenant a noble et 
honnoree damme madamme de Dongelbert (Dongel- 
lierg), Novilk, etc., 1557, 9 : une herse de labour 
triangulaire. L. : S Henry de Me . . . (Abb. de la 
Uamée, Etabl. rclig., c. 3179, A. G. B.). 

MEGADEM (Jean van) et Hillen. sa femme, dé- 
clarent avoir vendu â Gilles van Bogaerden, tous 
les droits hérités, par ladite Hillen, de feu Conrard 
van Relingen (Bedinghen?), son frère, sur un bien 
(hofstat) et une maison, sis hors la porte Saint- 
Gudule, int telleberl, à Bruxelles, 1370, le 21J juil- 
let : parti do ... et de ..., à la fasce brctcssée et 
et coutre-brctcssée, brochante, surmontée ii senes- 





Fi^'. 1. Jossu-Hubert v.i 
Fig. 2. F.-J. Robijiis, sei 



Meijden (Kop van d 
Rotterdam, l.'iHI : 
nnif (i, 3, il llaiirl 
(l Me 



Abcoude, Hersel). 



— Hobijn Meijduijeii, éclirviii de 'rirlcmoiil, 1401, 

5, a : dix (4, 3, i. 1) niscs L. : lioberli du- 

(jen scabin (Abl). d'Opliiiter, A. (', \i. ; Ahb. 

de Saiiite-Oeitriide, a Louvain). 

— Robert Meijdogen, éclie^iii de Léaii, 1420 (n. si.) : 
coupé; au l"' parli; n, trois (2. 1) roses; b, . . . 



Megere, Miir Limburg. 
Mehagae, \m- Havrec, THYNES. 

Meij I, Louis dej, lits d'Anceel, iei.'ûit une rente su 

lia^iiée de trois (-2, 1) rameaux. T : un anjje. L. 
S l.udotiici de Mey (G. G. U., Awiuits de Lille 
I. 3S0j. 
— (Ileurl de) scelle pour Jacques Cammaerl ilil 
irvutoine), ([ui tient, du château de Ternioiide, uu 



Meijhlill Mfidogen, frère et 
lir, du seigneur de Nederlinler 
lairie up /s/icT/oyc/ifyrac/il ; elle 

nciir de Tijaiileriidj. un bois a 







le Liitsiage 


, Goc 


■.ciihuirii. 117(1, 


le 4 septeni- 


'!/•■( 


u'^t'dè.ui.' 


m;-). 


■lieNin 


de Dicdenhoven 


.Tliioiiulle), 



1 Maije, Meye, MAIJO). 



" l(l."i7*) (voir Maije, Meij, Meijden). 

Meijer[e|. Jhnii de Meier A JImn van der 



u/I aldaev unilrijiU, [KU : un oiseau. L. : + > 
lan van der Meye (Gouvent de .Mariendael, a Du'sl 
Etabl. relis;., c. 4080, A. G. It.) (voir Poêle). 



Meijere. .Inielricus Meier, i 



- Ji:iii (le Mcijerc, liomiiie de licf du nmi 
die, \:V.yA : une fasce [inrlie, la l'" iiinilic 



Meijere. Jean de Meijere, éclievin de maitro François 

un cor de oliasse, aceonipagné de trois (2, I) étoiles 
(Deij„se, c. L.). 

— Xic(il;is de Meijere, érlievin d'Anvers, 1(100 : un 
Coninc, Meijers, Musschenzele. Preco). 



laeu;, de Maeix' au, OppiU (Sic !, [AUlujhem). 
— Zi i;!!!'!- de Mcijier, de (îraniniont, lionmie de lief 



. . et de . .. (plain) (KIs.). 
jadis prisonnier à liasweiler, 

de cerf, aconmpaiînée de trois 
(liteaux. L. : >i< S Witltelmcs 



1374 : une lauii: 

Meyer (Chal'te^ 
lig. ;«)l). 

— Pierre de Meijere, lionime de lie[ dii \'u 
de Gand, 1387 : même écu que .Iran (lit 



ers (l^lisabelh), veuve de Gilles vaa der Vorsl, 
it, du cliàtcau de Ternionde, de iiieijerie van 
•iiiberghen, avec arriùre-liets, U3U : une mer- 
e, accompagné de trois (2, 1) roses (?). L. : . . 
; (Kiels, N» 3692). 

L-acte rai.pelle : Ly,b"tsmeijer, wedeuul GilUs van 



nr Marie, abljesse 
Tinalia), rei;(iil iii» 



— tiauUiier de Meijere, semoncenr, an nom de sa 
lille Marie, up 'l licerscip van Bevenie, iii '/ /ioii</e 
kof, sis a Lookeren, 110,") : un lion couronné et une 
liordure componée (Gand, Clinp. de Sainle-l'harailde). 

— Guillaume de Meijere scelle, pour des tiers, des 
nuillanccs relatives b des rentes sur l'espier d'Ainsi, 
142«. 31 ; une barrière de prairie, accompa^n. r iiu 
canton senestro d'une étoile. T. : nii lionnnc mui- 
\age, tenant sa massue de la main droite. !.. : «f. 
UHlem lie Meiiere (G. C. l!., Acquils di' Lille, 

1. :î7I). 

— Jean le Meijere, homme de lief du comle de l'hin- 
dre, a l'Eduse (Flandre zclandaise), I i-J», 9,3.';; 
éclievin de cette ville, 1(38 : \ni arlnisle, sur une 
terrasse. T. : un ange. L. : S' lan de Meiere (lliid., 
1. 78, 79, 82, 83, 2:59). 

— Cuilliiinne de Meijere scelle, pour un ti.^rs, 
(liiillaïue relative !i une renie sur l'espier d'Alost, 

sauvage, tenant sa massue de la nialii dnuif. 
S Willem (Ibid., 1. 371). 

— Jean de Meijiieere. maieur de la vierscnre de I 
seke, M3r>, G, 9 : un cliéne enslanlé, sur une 
rasse. L. : S lan de Meiere (Ibid., 1. 2(0). 



— Louis Meijers, écoutéte et éclievin de la justire de 
Gorssnin, l()7S : un chevron, accompagné de trois 
rameaux. G. : une colombe, tenant du bec un 
laiiiean de l'écu (Ordange). 

— (Daniniseau Joseph-Antoine), ancien éclievin de la 
\ille d'Anvers et y résidant, rue Everdijk, collaleur 
de fondations en l'église Saint-Jacques, de cette 
ville, dont une avait été instituée par Guillaume 
de llaet, chanoine et acliiarius du chapitre de 
Sailli-Jacques, par son testament, |iassé, le 8 juin 
1751, devant le notaire Jlelchior Kramp : un che- 
vron, accompagné de trois rameaux. C. : une co- 
lombe, tenant du bec un rameau (cachet, en cire 
rouge, sans L.) (C. C. B., reg. 465-il et 40,^42). 

Sa femme est Anne-Marie Ullens (voir TJUens). 



MEYLEVILLE, \.-ii MILEVILLE. 
Mein,li:iiiirl. ^,,■l;, |i.-;,, .,: I. .,,;;,. r. ,. ,; 



Meynar, Miir Berk. 
Meijnartshoven (Ga 



- IlimurabiliselLlisa-ctii^ vir Willehmis dictiis viiii 
i/iT Mcijimerdsiluvcii, lilius quomlum Wnlicri dicti 
llauiceel de Meijnaerdsiioivii, armitji.T, leudkiists 
./-/ocf.sis, tr:,!,' !,■ -2-2 ,s.'|,lniil)iv KlliH : lrni> II.■ul^ 
,\r li., :iii ilicd coniH'. 1.. : S Willem van dtr Mers- 



Arnoldi d Mein'shuve i 
(Miir Wesemael). 



L.SIaclen, Stalle) 



Meijnartshoven. Jc:iii \:m dcr ,1/ " (.s/ioue. 



MOI) ; iiiniir rrii. |,. : Sloh d Meini-ls 



•Si Wmu'r(r,.«;. l!.,An|iiil>(l,>l. 

Meijngheere (RiUdwaard), liml, du 



MEIRLE f,/,i//,i«Hr,v .h-. 






S,) (Miir ANDELGHEM). 



Meyseinbourg. W'nllcrus, domimiH de Mcyseii- 



Meysonis 



Miin) (coiniJ. Meysen). 
Meysse (Li'S ùi-licviiis de) 



MeJjstere (Liva van den), 
Flaiidn', u SyTavenlivenare, 
lu,clu-lsr/to)H3.,r. K.). 



lourleau (lloiiital S;iinlc-l':iis;ilioUi, lluitengocitcn,, 
c. I) (voir Agone, Berthout, Broeder, Hinc- 
kart). 

(lut dt' UiMbaiit ; i. I. : lOII iiKiultiiis, i;i74 : trois 
).h.:>i> S' lleim-ec 



iiuMiic écii. C. : iiiif me cl 
.aiiite-Klisaliilh, llidiengueil 



, ,lle,: ri du bi,van,j, U 



W Itral 



Cliapelleiiics, capsae, 0-10; lIAp 
belli, Buitenqoeden, c. 1 il III). 



Mechelere (Jean 



Uillcs de V<.s, l.i3:> : im oiseau (eaiiai'd), aee - 

paiiiio de Irois {-2, 1) étoiles. L. : S Imi de Meche- 
lare (Chartes des dues de lîrabaiil) (voir Hasel- 
donck). 

Melcion (Gilles-Jnsr|i|ii, ciiié de Saiiil-lilieiiiie, il 

aux !='• et .4^ une étoile ; aux S» et 3«, une fasee de 
pneiilos. C. : une éloile (cachet, sans L.. en cire 
roiii^e) (C. C. B., Kf.. .iCfion). 

Melders (Ohcril), leenman desveriiwylieiideti hoijhe- 
borliglien liecren Willcnis van Ahlcrmi, rUIder. 
hcerc lot IlamcUe. toi Imllf llniestem, ele., dans sa 



'inlex. cl llratri.i 



— ( YicaïuiH lie), /Hi7('.s, dapifer Ilmbanlic, 
Munsifijmmr Iwain de Mijcdre<ie. clii'vMic 



- Ilenris de Miaudreyhe, soik' 



Meldert (Jwn v:m), clicv:ili 
lîaswfilcr, sons le siiv de ( 
111(1111(1113, 13"i : iiK' (VI 



hcani dicti de l/t/. 



le [Kir iJiiix Icopai'ds 
Jkulo. 1.. : S' h de 
es de UniliaiitJ. 



i iiioiildiis, i:i7i : 



|.;inl-, ;i,l,i.,.(-. ( I Miriiliiiilo U'uiio (Hnilc. L. : * 
rabinof de Mt hlevt iXhb. ùr Siiiiitc-tk'rlruJi', 
Jinaili, c. 2, et M. lioiilTail). 
10 o>-tobi-c 13(;4. dcuUMa IleuUrnjis. jUia quondam 



PE Raadt, t. II 



- (Ji;iu vriiii, échi'Niii de Loaii, iri-22 : un lion. L. : 
.S lan va Meldert schepe van Le . (Alib. de Sainle- 
(;iTlnulc,al.(nivain.l':talil.relis.,c.3U0O,A.G.B.). 

- (Maille Kloient \aii,, (Vlii\iii de I.éaii, 1521, 3 : 
un lidu. L. : S .V Florctij de Meldert scab le 
(M. J. Madlciis. a Caïul ; Ahl.. d'Orieiile, A. G. B.). 

- (Bai-Uiélemy van), même qualiti', Kwi, 9, Oi), 72 : 
un lion. L. . ^ Barîhîz v Meldert s v LeîciCou- 
vent des Alesiens, a Diest. Babl. relif., c. .<G70, 
A. G. li. ; IkijUssein et M. J. Maeetens, ii Gand). 

- (.lean van), échevin de Saint-Trond, IGI."), 26, 31, 7 : 

un lion. C. : un liusle liarbii (qui e.st un peu truste) 









Meldert (J;irqiios viin'i, Mv\m i\v Sa Majesté, scelle, 
avec le lieiilrii:iiii du n, r\,iii- du lii'abaiit, un acte 
relatif au ciiuMiii ili '.s //e cdii/r/d/ne/, u Audei'gliem, 



(PI. Ij, li«. 3'J{) (cfiMip. Vlierbeek) i 
hout, Ledeberg, Sabel). 



Melen, Melin, Mellet. 



— Wnitcrus, (lomiiuis île Mclinij, miles, s'en;iai,'e, 

(le lîraliant, ciim sex viris . . ., ciiin galeis armalis 
et equitatis, dans la ^'uerre entre l'AngletciTe et la 
Franee, IG juin l»,'!!) : de vaie à li'ois pals et an 
lauibel bi'ocliant. C. : un chapeau pyramidal, garni 
de (law boules. L. : >J< S [Valier de Meliruj chn-nl- 
lier (Chartes des dues de Itrabant, N" "iaSj. 



■ llcnjheii optcn Zoom, 



lier chargé de trois croissant.';. !.. : ►{< S' Arnovl 
(le borchgrcve van . er Vvere (Teruieren) (Chai'les 
des ducs de Drabanl, N"* 173 4, lO-l!), etc.) (PI. t:i, 

n^. ;ior;). 



Melen, Melin, Mellet. Ilf/hni! ran Moclcn 



* .S' nUjole du Mêlai (Charles de 
nit) (voir Argenteau, Hallet). 



- Jammaerl de Metlen, prisi 



— • Jehan, jHz de feu 
châtelain de Tervnei 
trois pals et un lamb 



inessire Ernout de Melijn, 
.■n, 1300 (n. st.) : de xair ii 
1 ; au frane-quarlier biochani 
sanis. L. : ►f. .S s 



Meeren). 

Meligny, voir Belpeti 

Melin, MELIJN, etc., 
Melen, Pipenpoij. 



ir Coppens, Meeren, 



— (C jiiM, iMiiiiiiii- de lief dn comte de Flandre, au 

li:iiir de llniurs, |.«0, i : même éeu, l'homme 
h.iihii. S. srll(^t|■l• : un léopard lionne accroupi. L. : 
.S loris . élis (C. C. U., Ac(|uits de Lille, c. -41). 

MELIS (Johannes de), échevin de Léau, 139i, 5 : 
un ( liivron, charijé de trois maillets. L. : . . lohis 
d . . elissaili l . . . (»1. Donnet). 

Melijs soen (Jnn), échevin de Sint-(;eerlruiden- 
litiv, 1 i3'2 : Irois oiseaux, accompagnés en cœur 
d'iMie éloile (Xotre-Daine, Anvers, capsa rer. 
rxiraord.) (comp. les armes Mathijs, Jan 
Mathys soene, Jans zoon et Vincken). 



Mi-tsboriie ioi;oit. du Brabaiit, un acompte de 
."iTU viiiix ùcub, (lu chef de la guerre de Flandre, 
1:i.j7, le 1 août; Ril:<acH van Mcheborne, riddere, 
riroll, du Uraliaiil, 3G9 1,2 vieux écns, pour [solde 
de] tous ses frais, dans ladite guerre, 1357, le .4 oc- 
tulire : un chevron, accouiiia[;né de trois molettes. 
C. : un chapeau de tournoi, soutenant une boule. 
L. : Sigill' Ricnrdi de Melchebovriï (Chartes drs 
ducs de Urabant, N" 978, 13-20 et U3-2). 

Melkere (Henricus diclus), éclievin de Louvain, 
liOO : trois pals; au chef chargé ii dextre d'un 

i-cussou au sautoir engrélé. L. : i^ S 

Melkere scabi lovanie (Saint-Pierre, il Louvain, 



;. B.). 



MELLET ( Yuabcaus de), coniesse de Joignij, dame 
de Munljiancier (.Montpensier), 1280 : dans le champ 
du sceau, ogival, dame debout, au manteau doublé de 
vair, tenant de la droite un lis, aeoislée de deux 
écus : .\, un lion (à la bordure engnlii '.') ; li, deux 
(asces, accompagnées de six merletles, en nile. L. : 

.S" YsabcUis coniilisse lo ne Mulis l'aiiccr- 

.... Coiilre-scel : écu parti; au i"', une aigle, 
raonvanl du parti ; au 2'', deux fasces, accompagnées 
de quatre (2, 1, 1) merlettes, en orlc. L. : ^p .S' 
Isab . a . de S . or . . (T) (Chartes des comtes de 
Flandre, N" .(112) (voir Melini. 



Mellini, ' 



r Garcias. 



Melotte (Lambert) (sans particule), curé d'Atlen- 
hoven (évêché de Liège), remet, an gouvernement 
[Hitrichien, l'état des biens allërents à son éj^lise, 
1787 : un lion couronné. L'éeu dans un cartouche. 
T. : un ange (cachet, sans L., en cire rouge) (C. C. 
U., reg. 4053',)). 



MELS|ElBORNE,\oirMEL,CHEBOURNE. 

Meisbroeck. Les tenanciers du sei^ineui' de Merode. 
WVïleiIno et Leefdael, dans sa amv (laethof) sVtiii- 
danl sons Meisbroeck et les alentours, 1570 : quatre 
pals et une bordui'e engrélée (Merode). L. : S dir 
late in Merode 



(Bruxelles). 
MELSCHEDE. 



M"iM m,. :,ii , !. ,lr Clèves Cl de la Mark, 1-412; 

|Kir ledit, du chef de rau<;on, 
-ir., 1(13 : uu vol. L. : S • 

/;. ■ M.; 1 ;■; U; ■ hrdc I Dusseldorf, Chres-Mark, 

Melter vdir Maltinyngher. 

Melun. Jclian, viaiiite de Mekiiin, skjucitr de 
Aimxlniel (A.vuslniel ?), UeUaij et chambellan de 
Frajice (et Ysabiel, vicuntesse de Meleuin. dame 
danllwinij et denjnnoy, sa femme ; ils citent son lils, 
a elle : Mous. Charte detpaujne, conle de Mont- 
fiiri), 1318 : type équestre; très endommagé; on 
apiii-cut, sur la housse : des besants. sous un chef 

Cuntre-scel : un écu a la croix Iréllée 

resarcelée. L. : comil de Meldvno 

(Tournai, Charlrier). 

— Hues de Meleamiel Muhtn). seigneur d'Antoing et 



!71 ; 



artelé ; 



1 I", Il 



11 ; au ■{', sept (3, 3, Ij besants ; au chef de quar- 
r plain. C. : une tète et col de bœuf, colleté et 



— {Hue de), 1385 : t\pe équestre; le boucliei' écar- 
telé; au 1"^', neuf (3, 3, 3) besants, ou tourteaux ; 
au chef de quartier plaiu ; au 2» et 3', un lion ; 
au 4'^, sept (3, 3, 1) besants, ou tourteaux. C. : une 
tétc et col de bœuf. Ornenienl du chanfrein : un 
écran. L. : S //ne de Mcivn seijne . . . Anthoiiig de 
Pinoy de Oleguin z chastelain de Gand. Contre- 
scel : écu aux mêmes armes. L. : ►!< Contre seel 
llve de MolvH seifjnevr danlhoiiig (Ville de Oand). 

— Ysabinul de Muluii, femme et espeuse a seingneur 
de bonne mémoire mon seingneur Itobert de Na- 
mxir, dont Dieux ait lame, 13112 : parti ; au l", un 
lion et un b;Uon engrélé, brochant (Namur); an 2'', 
écartelé; a et (/, neuf besants; au chef de quartier 
plai, 



(Nan 



; .N" 121 



- Ifenris de Mulun, scimincur de Faluy (FalvyV), 
e/icrn/irrx, lil-!ihlii lin- -i liviv de ladite Ysabiaul, 
i;)'.)2 : é,:ii 1 ! 1 , ■pi (3, 3, 1) besants ; 
ail cher ili i|, : :, ii \lre d'une étoile il cinq 
rais ; aux -1 ri :■/ , i,i, i,>.ii. i ; , ,i5>é. S. : deux griffons 
(Ibid.) (l'I. 15, lig. y<C,!. 

— (Jeanne de), dame de lieaiival et d'IIaverskerque, 
certifie que le bailli de Bruges a fait livrer à la 
duchesse de Bourgogne un drap vert, qu'il a fait 
acheter en Angleterre, 1392 : parti ; au 1", une 



fasce, surmontée d 


'une divise viv 


MistT, s 


Jauche) ; au :2J, 


six (3, 2, 1) 


b 1 


ihargé d'uu lion 


(■•opai'di; (.très 


; i< 1 


Acquits de Lille, 1 


38). 





Melun (Jean van), chevalier, tient, du chiileau d 
Vieux-Uourg de Gand, plusieurs liel's, dont le loulini 
de Cand, dit » llaijsliovc », qui avait été acluli', 
jadis, de sire l'icrre Daniman, et valant 21o livrrs 
parisis par an, 15-2i : sept (3, 3, 1) liesants; au 
chef phiiii. Cij. touionné. C. : une tète et col de 

hii'uf. S. : deux i^riflons. L. : an de Mc- 

tev (Fiefs, N»* 2738-10) (voir Gand, 

Ligne, WINCKELEi. 



MEMBRECHOEN {Desiiecr van) 

de Saint-l'iil ; i. t. : 210 moutoii' 
Iraiigli', surmontée d'un losange, a 
(■toiles. L. : . . Despcrs (Chartes ilc^ 
liant) (PI. \S, fig. 3il7). 



Menden. ( 






or[. Jul.-Ucry. : 



< IGG). 



— Heijtiiair van Menden, chevalier, scelle i 
l.uuis van Roijde, inféodant à Henri, se 
I,u«enburg, mijn huijs zii Rni/tlo. oivrstc ii 
de, inde den hof, 133i : iiiriiii' éiii. (',. 
barbue, coiffée d'un chapi'ini imiiiiIii. L. : 
mardi de Menden niiht i Ihissi-ldmf, . 
N» 370). 



re), scelle, le 12 du même m 



même écu. L. : S II .... c van 
des ducs de Brabant, N'o^i 1.430, 1 



il martial, tenu sur les ordres 
te Valvason et de Lillers, I7i2, 
biiurg, parti; au 1"', écarleléen 
jiiiiiille en bande (ou une bande 

\r. IrllM, (, I' iiHliales de 



Il chapeau de fer et ti 
aiide (cachet, sans L, 



Mengede ((Jérard vau). 



Mengersruijt i. 



!.. : S Inn. va Men- 
r Bolsele, Roije, 



nie (le Flandre 
: .fc S' lulinni. 



lennen (Il 


illelmi 


.s dictiis), 




; au c 


icf échiq 


eliaiit sur 1 


ibani 


. I,. : >h 







Fig. 1. Marie-Thérèse-Joseph Bureau (xviii* 
2. Mai'ie-Thérèse-Victoire Taquenier (milieu 



siècle) (1). 

du xviii" siècle). 



_ 4(i3 — CIL 



Sujtl luhannis dicii Mcnnen (Actes scabiiiaux .If 
Uiuxclles, A. G. U., G., c. XIV, 1. 85, G., c. XX, 
1. 101, et Cil. et doc. div., c. 1). 
— (.Ican), de Uriixolli-s, moyennant 200 vieux éciis, 
ii'.lc au duc il a la duchesse de Uraliant, ahe mine 
propre vnde eijijhen ijuide, sentie buenre bosschs, i\ 
yuircnriidf i Niriiuriiiodc), dans le bois dat men 
heil riin W'adlicin, \M'<-2, le 21 dccomlire : même 
mi ipir i.inlhnm. i i:iOI-6). Cq. couronné. C. : une 
l.ti- (t .(i! d'iiulr il hrrniine. L. : Sigil' lohannis 
d « (C.liailes des ducs de lirabanl. 



N" 178-ii. 
- RcijncTe Mciiii 



<.ic vicn heil Cltilinc. moyenuaul 
e au duc cl a la duchesse de 
propre ende eijijhen ijuide, cen 
bct'inden, lande ende hetden, 



(Johniincs dictus), junior, cchevin de Uruxclles, 
|;;TJ, ;,.m iiii- MMor. 1377, 8 : plain;auchef 
ri 1.1 I lainbel. L. : S' lohannis 

Ml- I I iliii-, de lirabant, Bruxelles et 

A-l. . ^.,,1. :;;:::,< .|. lll UXcIlCS, A. G. 1?.). 

Kiilles), jadis prisonnier a Basweiler, sous le siic 
de Iloiichoul; i. t. : 466 moutons, 1371 : nirnn' 
écu. G. : une tète et col chien (?). L. ; Siyillv Cdlns 
Mennen (Charl.s des ducs de Brabant) (PI. 15, 

lif. :i'JS). 

■ tl-jjidms diclusj. échevin de Bruxelles, 137i : 
Miriur (Cil. C. : une léte et col d'aigle. L. : Siyill . . 
. . . Ins Mennen {G., c. XVU, 1. 108). 



— (Jean), échevin de Bruxelles, 1386 : plain, diapi 
au chef échic|ueto. Ci|. couronne. C. : une tèle 
col d'aigle L. : Sigiltv . lohannis Mennen (Chai- 



l'HicadieuuMit du champ du sceau. L.. 1-104 ; Sigil- 
lum lohannis Mennens : 1428 : S lohannis Menncns 
(ChaiU^ dcï ducs de Brabant, Maliues et Biuxelles). 

— ^(;od( tïoiil), échevin ilkc, 1418, 26, 7 : plain, au 
ihcf e.liii|iirlé. Oq. couronne. Même C. Le timbre 
al■c(l^le de ^i\ Heurs ti^'ées (marguerites), 4 il dextre, 
2 a seiiestre, les 3 inférieuieb IVuilléeS de 4 iiiéces. 
L. : L Godeuert Mennen (Ihuxelks, G , r. V, X" .vIG, 
passim, et Afflighem). 



— (Gilles), échcMii dhr, 



\h.:S Cwliis Mennen (Bruxelles). 



Clutinc). 

MENSDORFF. .Nicolas v.M Mcnsdorp, jadis pri- 
sonnier a Baswrihr, sous le drossard de Luxem- 
bourg; i. 1. : 201 moulons, I37i : dans le champ du 

Sigillvm Nicholai de Mens .... (Charles des ducs 
de Brabanlj. 

Menten (Jean), échevin de Gorssuui, 1470; Jean 
Mijnlcn, win tôt Mielcn, échevin de Bieî'/cee/; (Bin- 
derveld, 1470 ; Jannes Jlenten, échevin de Dielder- 
velt, 1503 : écartelé ; au l"- m « » » ; au a^, un « b » ; 

telure un n m > limiliaiil en cieur, L. : S lan Min- 









Leuw . (lleijlissew). 

- Arnould Mmten, ecoutele de l'abbé de Saint-Trond, 

(les cantons plains). C. cassé (Ordange.). 

— (Sébastien), tenancier de la cour van den Cndjce, 
a Saint-Troud, 1571 ; échevin i7/ec, 1571 : une croix, 
chargée en cœur d'un «m» et ac*:ompagnée au 



4' d'an 



Il hounne sauvage issanl, 
un croissant tourné (ron- 
sa massue de la gauche 



— /itîi — 

isr;, (î, 9, MEREM ( 



tfOiiciilr, A. C. I!.). 






III' ri iPi-iAùL di' lU'iiiicli, 17S8, lu 

li>. L'wii, ovale, Oaiis un ciii'toiicht', 
Miirniiiiu a tijiq lleiiroiis. T. : ili-iix 

L., en cire rouge) (C. G. B.. le;;. 



MERENVOIRT (Il 



Mergat{-l/i;)'ya«/[.sJ, .1/uî'(;fl/i(j{//f'ijn), jadis in'ison- 
iiiei' a lia^wciler, sous Jacques de Uourboii ; i. t. : 
98 moulons. 1371, 9; échesin de Tervueren, liOS 
(11. st.) : trois inaillels peiiclics ; au Iranc-quarticr 
brochaiil eliai;;!' d'un |iois,>on puM'', en bande. L. ; <^ 

baiit). 



Merg[en| (l'ctrc), éclievin de Uemieli, ISG-i : un 
^nllnii. 1.. : ►f. S- l'ctrc de liana-\r] (.\niheni, 
Cliailr.s dr l.uxeniliaiirgl (voir Remich). 



Mepcelijs (.leaii), édievin de 'IVrviieieii, \iii:, : m 
sautoir eihi(|ueté; écusson en eipiir au eviine. L. 
.S lohaii/tes Mcrceli . . (Ahb. de .Sainic-Gerinidr, ; 

Merchenirs (Henrions hii, écheviii de la Iram lu 



en chef de d. iix |-o>e.-, et (■ 
versée (Abb. ,!,■ la linuie. 
A. G. li.). 

Mercy, voir Raville. 

Merciaen (Cautliier), bail 

Mercier, \.iir Court. 



ivant du bord 
if, Jul.-Ucnj, 



- Jraii \aii Mirltcym, chevalier, scelle un acte de 
Ibini, lunvi ivrdi'OraclieiiIels, 13iJl : un éctliquetc 
et lin kiiiihii a . inq |>enilants brocliaiit ; au l'ranc- 



Merkenich, voir Bongart. 

MERKIET iJeau van deiii ; au dos de la charte : 
du MnrUcl. ,iadi,^ |ii i-oiiiiier a Uasvveiler, sous sire 
(■od.iiailMi.l. : 7iuiMiilnii>, !37i: trois losauijes, 



liant) icomp. MARKELEi. 

Merchijs (Coi-iioillc), éclieviu de Ui)llcrd;iin, IG' 

i). : tm soleil. L. : S CurueUs Mercliys (U.). 

Merckem. George de Merkeem, linmiiie de Cet de 
l;i Salle d'Ypres, 1 i;i2 : un chevron, acconiiiai,'né ( 
li.'is . . . (taes de léopard Ijouelées?). S. sene^U'e 
un aigle. !.. : S /on.s van Merkeem (C. C. li., A 



„(nt 



Ir lirai 



Merlane, vi.ir 'Wert. 
MERLANT, vwir Zurpele, 
Merlants soon {lhn,:k Wtllt 



81 : 



Merle, voir Zandt. 
Merlemont (Wadcn 



Merllo (Ghion), dit l'iei-re, serviteur (dineer) de la 
maison des lombards ii liois-le-Due, reçoit, du Bra- 
bant, pour Icsdils, ii[ doubles moutons, leur part 
de o3fl2 petits moutons, empruntes, par le duc, 
aux lombards de Hois-le-Duc, llerenthals. Lierre, 



n, Maestric 
i, 13 juillet 



, llouiiarde, 



Merode. M'crncriis 


de Rode, /idei 


de Cologne, liT.j : 


.pialn' pal. , 


L. : S' Wcrluri- 


< de ( \ 


K» 413). 





Merode. .svcv .ir .'i, '' ;, ' '. , miles, témoin d'un 
acte d'Ani".' ,n tlf Pomerio, filius 

Godefritli, );,;.'.:, - .•, . ; , , I ::!i,i : ,|uatre pals. L. : 

►î< S' Johi!> S. . i,ii: ,u' /, liii-M'Morf, Jiil.-Derg. 

N" 1^3). 

— Wernerus de Itode. inilc^. dapiler julinceiisis, 
donne quittance a .Vdolplir, comte de liern, 1311 : 
(pjalre pals e[ une borduie écliaucrte. L. : ►!< Siijd- 
tvm Weriier iti e llbid., N" 2110). 

— Gerarl, hère vcm Ihjiujbereh (llimburi;) mif t'(i»i 
me Roidcn. déclare avoir reçu de Guillaume, comte 
de Jidiers, mijn deil van deme hus zo me Roide 
. . . in al 8ul(jcr nys, dal id eire ojlen hus sal sin, 
1330 : qualre pals; au franc-quarlier cliargc de 
Irois pals retraits ; au chef de quartier chargé d'inie 
étoile. L. : ►!< S Gernrdi de Uëcjbgh milil (Ibid., 
N° 38ti). 

— Ilerc Schei/vard, Itère van llemersbach (Ilemmers- 

bacli), scelle un acte de son frère, Gérard, seigneur 
de Uimburg et de Jlerode, 1330; Seheivard van 
Roide, chevalier, scelle nn acte de Ilerman, seigneur 
seiguctn' de Virnich, 13-12; Scheijvard, sire van vie 
Roijde, chevalier, scelle nn acte de son parent Cono 
van l'ntze, burgravc de Lipp, 1313 : quatre pals. L. : 
►î< S' Sehexardi de Ruijde milit dni de lleijmcrsbag 
(Ibid., .N»' 385, -loi, -103). 



Johann 


Scheijvarl, ne 


der. Iwrre zu 


deme Roijdc, 


et Margi 


erite, sa lei 


me, vendent 


a Guillaume. 




de Juliers, 


eurs hommes 


llermaii van 


\yechge, 

AninuM 

ind c'jdn 


ne (rnrliea; 


Géraid Ur.st 


can mire et 

!:h licm), tous 
'V, hulden 
■ilcdarzu 








■ haldcn phi- 


(jeu, mu 


namen dr 


grrirlilni, hu 


of neder, zu 


Vrechen. 


1338;lemnr 




u qu'en 1330 : 


12, 13. L 


a dame : part 


; au I'', quat 


c pals ; au 2", 


deux fasc 


es éclni|uetée 


(Mûllenark, Mûggen- 


hausen 


Tomburg 


VirnichV)(2). L. : S' do- 




re(f(///e(/e//(!were&(!C(lbid 


, N" 407 1/2). 



Panant, ((). 

-- Gerardus, dominus de Ringberghe, e( prepositus 
Saneli Georijii eoloniensis s'engagent, moyennant 
78 livres de vieux gros, ;i servir le duc de Urabant, 
CKHi viginli quatuor viris, dna nobiscum a.mbobus, 
benc cl dcccntcr cum galea (!) armatis el cquitalis, 



guer 



milil (Cliarif 
tig. 400). 



t la Kra 

: quatre pals ; au franc-quarlier 
s pals; au chef de quartier chargé 

L. : ►!< S Gerardi sbgh 

des ducs de Rrahant, N'^ 421) (PI. \S, 



Merode. MclZf. I 






nme /toyrf( 
c Cologne 



doit, Col., S" 902). 
Alci/dis, daim' ilt^ Rengbcrch 



e un accord 
drossard de 
ils el un annclel bro- 
G. (lu'cn 1361 et U09 



roue A Icit lan Rinchery 
mt)(l>l. 15, lig. 401). 



!'[;■( vint MfTuijde, seigneur de Ileyiners- 

71 iaiiine lioide, voué de Giislen, re(;oil 
il Uolduc, l'M'i, 4, o : quatre pals et un 
elni| pendants brochant. C. : comme 
JGI). L. : S' Wnlr' de lioijde voyt i Guste 






; de 



: !, ' I I liTiin florins du Kbin, 

,' ' 7 Srhey/Jarl vors. mil 

' :>nMrvoirs. cjenediger 

,, 'I '/le hcrtogen van Gulic 

- .' I. :ii:''-s s'élcvenl : il 4000 

-, 1.,,. „i:i; Mriixécusen i:5!)l (n. 

,,i .;.,'.) Mil. \icii:, 1391 ; Schci/flaert : 

. loliis Schcifarl de Mcroide dus de 

Iml.). 

lin nie llode, vrouire van Gronsselt, 

;'.io-l : |i;irli; au i", trois tourteaux; 

r |i:il- I.. ; njte ra Merode vice 

S Aditerode (Rhode-Sainle- 



.\hr,,iiird van Mrivydc. le xieux, et Scheyvart 
mil Mnvidv. Ir jeune, seigneurs de Hemersbach, 
liciii I",, , Il ,|„,liMMnent beau-frere de Jean, sei- 

iiii \nl -m m; . iKipeau de tournoi?), l.e (Ils : Même 
,r>i .,:in. liinl.ie. (I)usseldorf, Co?.. N» 1121 1/5 ; 
r/c'ir.s Marie. \' :,i:>\. 
Ilil.als. hmc iaininc Rode iiid zu Vraentze 
(1 leiil/l, ni si'5 lili, ne piulernnt. a rarehe\éi|ue de 
C.iilogne, auriMi (lou)niau,e iiysser unscn slossen noch 
vestciœii, . . . die icjle ind aslange die kriege . . . 
uercHt, dun die . . . hevre van Cotne hail mit dème 





Olivier van Schoonhoven, seif; 
.;-/f//u'(Cortrijck-Dut/.oli, eto^ (c 
Fig. 2. Plulipiie le Roy (preniiC 



(jm^en van der .1/arten ind dem greven van Chve 
iiitl synen kiiideren, Ki'Jl : i|uulic pals l'I une Loi'- 

,lorf, (W.. N" lieu. 
Merode. Wniier, liU tlmlit Wl^nlu. Kl'.ll : mciiir 



jdil Riluih. UV.n : 



469 —CiC 
Merode (Fin 



,ri/r„r. 



•tcrijrn 



— Clii'éticiivaii/îinf6erch('iîcnfter(-/iet /(eH[f/l//fJv/ 
lie), chevalier, rei;oit une renie sni- Mae^liiilil 
i:i!li, u, MOO, 3 : iiuatre pals el un IhuiIkI .1 iin 
piMidanls broclianl. Le sceau de litlM ist s;in^ tm 
lue. C, 13i)j, 1400, 3 : fruste; on iiprinut im\n 
L., l-iOO : S Kersic van Reinbertj ntbnay.\\U> i\i 
ducs de lirabant). 



ri" Schci/vart vamme Itoode, seii^niur de Ih'ii 
h, ,lie»allcr, scelle un acte de Heruiann, sei^; 
l.inendale. Kii)."; : quatre pals. C. : co 
■ail illliin. I.. : .9' /o/ii.î Schevart 

I..rl,l.ilf, Cil . N" tlsii. 



banl, dos liel's de liu lier Sclici/fart lan Merode, 
Sun péie, savoir de : mijn kuijs mit sijnre toebe- 
hnerlen, <ielecjen le Vuelen (i;olii;:ne), gehe.Uen des 






(Frankenbergi. 



Itrahanl). 

l'anlalcoi), à Cologne, 1110 : (piatre |ials, aecmnpa 
gnés en chef entre les deux iireniicrs d'une béqulll 
de Saint-Antoine (roc d'échiquier?) (Dusseldorf, lùn 
merich, N'» 41). 



- Sehefjarl vamme liade, sei-neur do llemmersbeey, 



'u;llln ,/,:) 
, l.oofdael, 



— ^70 — 



VC7), Dni]ele, clo., oonite iVOlen (Oolon), seigneur 
[iithccriaer (OinMI.ihicn, Diepcnhercl; (r)ie|ien- 



C.li). 



: Uwnardvs a Meroda dits i Uni 
rieiitc, e. -2, A. G. li.). 





( -hlLS 


ehjnaui i( 


liiile 




Ltimbrissarl 


tnud 


U(-lr 


, lirlliniei 


<\r \ 


Il .M.-urI 


; Maclielen, 
le d:iiiiniselle 
irnl.iiri;) est 
^.^' hciiboryh, 
iirlzenbcTck 
ire Je.-rn de 


'hi/S.n 


■henlii 


rijh. s-i-iii 




Selleiiel 


, maréchal et 


oiisei 


1er (1 


S. A. le 


due 


de Juli. 


rs, bailli de 


Ville 


iKlcijii (Willielriis 


tein) 


et ô'ICschwyler iEich- 




, et 


vrinitdt 1 


IliJM 


dnuRlcn 


rncdt (d'Aiu- 



- l'idlips, vrij banreheere van Merude, i 
lieiii, ijrai-e toi Oelcn (Ooleti), borch 
Moiilfourt, Iwore der lamlcii cndc lie 
Wcslcrluo, llcrascll, Dicpciibirckc, Il 



ir-llei 



,ve,/e; von le 



il'Oveibaeli : que ladite Vlandt 
V Iluijii daiislenraedl (lils de 



lia^'eii) et de dame Herbert de Mas- 
moiis. Henri de Masschereel {'.), 



!r (liimc nanilt 






Merode (Ji'aii df), liiiioii du S;ii]it-i;iii|iiiv, m 
(Jr \V;,roux, rhunnl Clliiaid), r/soi/i./«p (Os 
l.iuoii (le Hurchics, srii;noiir .le (louniesun 
Cdunjiieclton), EcrcrbcccU (i:viTl)cti|), I.;n 
Le ll'«n/e(L;nvar.li'), it.-., 1,1 aihi-uKulir ,11 
S. A. S. rKlccloiU- (Ir C.nUi,,!!,', pi in.v ,lr 



(/('/■roy. sri-iiciii' de DocLlioll, Corlersoi, 
), clc. di-uàsard de Peelt. et de Mai-iic 
ici/sfjcer/,- (Gi'ocslii'i'k); pi'lilc-lillo dc> IV 
sii;;ili'iir df BockhoU, Cortcrsom. clc. 






irc.s((77()0 ,s/yi7/rwi saihiiidle cuiiiitiilrs de .l/cTOf/f 

n;;. ;!iU, A. li. It. 1 i\«\i AIX, Berlaer, Eyne- 
burg.Gronsvelcl, Hareii, Imraei'seel.Isen- 
burg, Lannoy, Lauragnais, Leefdael, 
Leutesdorf, Mausbach, Melsbroeck, Mil- 
burg, Pellaines, Raville, Reede, Rivie- 
ren, Rummen, Rurich. Schoonvorst. Vir- 
neburg. Vlatten, Warhteiulnnk!. 



uni' llfiir (Il 


li>. L. : 


►î, .S Teod.', 


,v; ,((• Ml 


(C.h'MU-^ .h. 


ii,-,lr lii 


I.inil). 




MERSEN, N 


iiRake, 






Mersenere, 


..11 Hone 


court. 




Mersch. .Inii 


\;iii Marr 


,■/,. ,l„.:iln., 


,|:„li. pii. 



Mertens (Guillaiiinf), tenancier de la cour de l'alibi! 
Suiiit-Tiond, u Micli'ii-siir-Aelst, 1172, 8G : deux de 
tHriei'S accostés (Abb. de Saint-Trond, c. 9). 

- Goessen Mcrliiiis zuim, iilicviii ilc lleiisilen (Itra- 
bant), l-Wl), ir;01 : lin.' II. iir ;i .|ii;iIit (.■ulllcs 

i;,i:i: m'ic Unir .Ir li^ 1,. : .S" l.inj . . Martms . .\ 






1 Jean van 
r, lu2.i : 



1 Merode i:;is , Milburg . 



. Mvrlcns, nui- . 



lien, l'état 
;iii,|(2, :il 



MerscUe, v.'ii Meersche. 
Merstraten (l\.)l:iii(l \;m dr 



Merte, v.nr Meerte. 



le (Mali 



- (Ji-;iii), rili.viii de Loiivain, 138:t, 9 (n. st.). 9;; : 

1111.- Il, 111 (II- Ils (c plète) en cbet à dextre et deux 

iii;uli';iii\ priiehes, 1 en chef il senestrc, 1 en pointe. 
L. : >i< S' loliis Merlens scaOi hv (Abb. de Sainte- 
Cei'li'ude, a l.oiivain, Lépniserii' de Terbanek, 
Ktabl. ivli;;.. e. il'2i>, A. C. U., et Chartes des ducs 
de liiabanl) (PI. I.";, li^. W.W. 

— (Mai lin), ;ill.'iili,T an iiielirr de Tiiieiiinnl, 1 Cl 1 : 



Mertert, \oii Cretzel. 

Merval (Milet de), éeuycr, honnne de Wenceslas, duc 
If Liixeuiliflur;;, I30(j, le i août : un burelé; an franc- 

f. : a dextre, un honnne baibu, cassé au bas ; ii 

.enestrc, cassé. I.. : (luxemhounj. 

■. IV, 1. XVI, N" 0). 

Merwede lO.Tniel \;in ileii. ccuyer, scelle un acte 
I iniiil,' .!.■ ll.illan.le, lilili ; une l'asee, acconi- 
i^nn- il.' dix-ii.iil lii^iiiils, huit (1, -i) en chef, 
i/e . t, t, :ii en p.iiiil.'. !.. : «fi SiiiiUvm Haiiwlis 



Me^^vede. Jrii 



Meerwijki. 
Merxem (Ciiiillairiiic 



Mes (Ik-nri), rcccsciir du duc de lli;ih:iiil, ;i Tcimic- 
•II, 1 il'.) : trois trclles. L. : .S lleiiiric Mes lAMi. 



Meset (/eghcre), rrioil, 



I- Bot, Moerkerke). 



dw van Ilcllcin inde ;,.„ '^r, . . <,rr V .jivdacn U 
Ilaellre{.\illvr, annojl \','r2 : nir trlr ,|,. hrlirr, 
de face, atc,ini|.;i,'iMV au pnml du clirr irnn . . . 

ilicsaill, l Iciii, r,w, '^ !.. : .S Sr<jluT 

!(;. C. lî., Ar,|iiil,, dr I.illr, |. llC,<(\nir Macet, 
Maetschedt; ((iiii|i. Puemoortre). 



Mézières, voir Maizières. 

Meschede (Cddcfrcdd de). l'J: 
►J. S Codefridi de Mcs.hcd, 



MERWEKE iIMiilippc van) (Mccnvijk), é 
VF. Raadt, t. II 



.'.o713b). 


.,... 


Inde. C. : une étoile 
^e.sansL.jfC.C. U., 

. / ' •■■raMes- 


"alœuf audU Mc.m 
1(58-2: trois (!)fasc(. 
àci.ia(!)rais.C. : 
vol (cachet, eu cir 
MAINIi. 


(prONÙtr 
S, la i--- SI 
une étoile 


v.:n' j:an:.„n /m/iai 

de Uaslogni'), elc , 
rinonléc d'une étoile 
a cinq rais entre un 
nis L.) (lljid.) (voir 


i^5Hï 


en Belgidu 


eulss. iM 2- sulmonlëe 


Mespelbrunn, \.di 


Ingelhe 


m, Yve. 


Mesre (f.illis !,■), w 


,'u.nr d,- 


.illr, ver, l:;:i3 : .me 



Mesrie (Oslc de 



ç de ]Vat-loû, l.Wi: imda\i-uii, diargi 
■. L. : ede (C. C. U.. Ac(|ui 



Messincourt. Henri vnii I/cmchcoui 
nier il UasHeiler, smis Ir miv d'( 
2i8 moutons, 137-i : dnix ln,|iai,l>, 
L. ; ►Î.S'//e«no«</<'.Ue.sn/,/,,<rr((( 
(Je liralKiiili. 

Messines, soii Messem. 
Mesureur, ^on Ruelles. 
Meteren i.lfiiii miih, cclirMii .li Uni: 



;i Irmiiie, Mtxhtult 



Messeni i — Messines i. Manji-kle, jille de iiiessire 



l'TpZ'r 


ioiaciviiw venle de I.ici 


de Smn 


larliii. le 


r -j:; «eldlire [i-25, une i 


ulemnit 


'■ 1" 1'^"^ 


'■- ^"''^ l'="'is's, 1.4-2(i (u 




iu^ie. l..:S( 


tllebert de Mels iC. C. It 


, Acquit 


e l.llle, 1. ill5 


(vdirMeches). 








■I [\on- Themseke), I l.";!l 



Jchlin de le Dricsschc. Inlinv .Ir so,, M-, l.nr 

1-130, GO, 1 : un clievron, a, , ni,i|Ki^iie .le I 
croissauls. T. : un anye, I.. : S Maenjneie 
Messem (lljiJ., 1. 7;iO) (voir Driessche, Cusere). 



,W.h. : S' cwie Mel ad eaea ^Lm\ 
e'KO; I!, 09-2, ^'<' :2-iO). 



- Jeau van Mctze, 



. L, : Slohan vun Me. .. (Arnlie 



Metsenhausen. Der 



ereiivcalc Dielrkh vun Met- | Metteneije. Jcliiin Mcltvn Ijjde, uscuicr (leschiiidrie 
Hstcreii (I.iiisliT), :or :cil 
ir<j, scelle un aele d'Apjiul- 



- Jaciiiies Mcttcit Ei/c, niai'i de daiuiiiselle Claire, 



Mettecoven ( 



■ai;;le. L. : S lolin de Mettecuve 
, lie Tn)osteiiil)eivll d'Oplinler). 
vin de Saint-Tidiid, 1(111, :i(l. 



(Miii Cannart, Kortenbach . 



Metteneije. Marguerite, veuve de Jacc|ucs metten 
eijc, rendit une renie sur le tonlicu de Dannne, 
i:int : parli ; au ["\ un clicvrou alialssé, accoiu- 
paniié di' licils tours; au lambel brochant sur les 
deux piemiii-es ; au -1'^, une croix en^rélée (Bach- 
terhalle, Meetkerke'.'). T. : une d!iniiii-;ellc 
[C.C. It., Ac(piits de Lille, I.-280}. 



1. ±2<.)i(u,nS\jnghem 
Metten Erve 1 1 



Mellen Erue (Abli. d'Uiir 



)is tours. C. : ni 
II..; S l(in .nrltcneije (\hn\. 



Metten Ghelde, \iiii Brugglh]en. 
Metten Penninghen (.Iran) srelle p 



sants, on loi.iieaux, et sunniuilce de trois nierlettes. 

La pointe e>t cassée. T.. : .S mn- 

(//icnd-iefs, N'< i-i.l^ii. 

Metten Scachte (Jeani (lil,-, di' feii /njci-us. Scgci; 
Siijcrus), ixhi^wi (]-■ llrii\rllrs, Ki'Ji, ij, HoO, 15, 

broclianl. ' I ' ' -Imi semé de billeltcs. 

ï. : un aii;-r. ^. . ,r i,, ;- |i:ii ils lionnés, accroupis. 
L. : S' lulian,ai> MlLU S, a. Lie (Cliartes des ducs de 
liraliant, Actes scabinaux de liruxelles, A. (1. U., 
Malincs, E. G. et liruxelles] (voir Mons). 

Cnsuinns.l: ■■,. v.'i.n •..,!:,. jlltus cjuondam OosuM 



\uif Rolshausenj. 

- (Wol/l'yang Henry, csciujer, citevalier. baron île) 
(il si-iif : ir. //. Darun de Mcllcrnich), iii:u.tIi:iI 



Meuldre, vuii' Muldre. 
Meulebeke. \iiii Molenbeek, 
Meulen, \oif Molen 
Meulenaer, etc., \iiir Molenere. 
Meulepas vOuilljuinr), Ikhhiiic ilr lie! 



; liuï (lu lluiiiaut, 



Meurquin (Jac(|ups-l''i-aiii,'0is), euro de Tavi'rneii 
(le roiitcunillc, diocèse de Liï'i,'e, province de Lii> 
hûiir^. Icn-e de IloiilT'ali/.e, remet, au gouverncn 
uiitiùliicii, l'état (tes biens de ses cures, 20 e 
juin, I7>S7 : uu (Vlii(|uet(' ; au coiulile plaiu (cae 
"en eiiv lou-r, saii- L.) iC C. 11., le-. liîodlH. 



Meurs, (A. V[ai)','|i, pi^': 



; la réseï 
e C. Leuaorts a été v 



MEUSTOIRFF (^!,clacsvan) 



. . A' . . ulaij de . e . sluj ( ! 



Michaut. Colars, dis Mkiiars, éclie\ni de la eoiu' 
lll.'iO : lui cliat assis. L. : . . Cular Michavl (Na- 

Michault, mui Leus. 

Michauy i l'.-J. i, cli; iiie, aumiuiier de Siiii Altesse 



leiianl nu miU'S; au chef cliarijé d'une aigle. ( 
ciiuronné. C : une ai^'le i.ssanle (cachet, sans L., 
cire ron-e) (C. C. U., rei;. -iOGliO) (emiip. les ani 
de l'Escaille). 



Michel (.lo^eph-AnLii 



change de l'écu, issaiit icacliel, ^alls ].., 
rouge) iC. C. li., reg. -itiOOO). 
Michiel iMessire Henri), prêtre, liomiue d 



(An lu, Rekenkn 



rolmnis Ile MijdaclUe (\hU\.). 
— {Everkini van), icapcnslieker, et Stynycn, 



illiisselddil. Jul.-llerij, >" -J:î(i.'i) (l'I. V. lig. -iOti) 
(Miii Dïisseldorf il Sonntagi. 





Kig. 1. Cauthie 
Fis. 2. Roger \ 



MiddegaaI. ,lc;iii \nri MiMeUjalc iTi.'oil, du cliof dr 



d'une coi|iiillc. L. : S is do Eerpe (I: 

iC.Inrles des ducs de lirabant) (voir Erp). 

«iddelborch (lohannes, filins quondam Henrici 
dirtr, .-nuf.riUoi- de h ville de Bruxelles. 1-171 : une 
|i"i Ir (T. iiclec (tour) et un ymissnn, pose en fasce, 

iKi^f Miit en li-:ivers h |iorle (toui'). L. : del- 

iKivrh ( Alih. de Korcst, Etabl. reli-., c. 2190, A. C. li). 



(îermain, dont la feun 
t, du Bralinnl, « une m 
s, et pour un autre, I i: 



•rn"), lionnue de llef de r.liailis-yuliil, en liia- 
, lo:i-2 (II. st.), a Druxelles : de ... a ciM,| 
1'^, lirisé en eœur d'une molelle brochante. 
S /'(■(('(• .1/ . ddelborch (Couvent des Céleslins. 
MMie, Klabl. relig., c. 4C08, \. G. I!.). 

louu'), bonuue de fief de Charlea-Ouinl, en llia- 
, l.-;ii(n. st.), a Bruxelles : un «ntirr ,!,■ ,li\ 
■s, ecllr du milieu eliargée, en e(eur, irinie élnilr 

îlbourg iL.i eelievius de), en Zélande, M8I, 



MIDDELHERE (.\icolas van), .jadis prisonnier à 
li.iMM il,i , dans l'armée brabançonne ; i. t. : C6 mnu- 
tnns l:i7i : écartelé; au |or,un animal (cerf ?) pas- 
-;int ; aux -2'-, :!'' et .l<-' plains. L. : Sigiltiim Nicholaiis 
de l'iilco îCliartes des ducs de Brabant). 



Miedem (T/u 



errk li), chevalier, homme du c 
i;;i2(n. st.), a Ypres : plain ; au 
. . . ieri la Me ....ire rc 

■ir. N" 38:i). 



Miedes, voir Miedem. 

Mijen (Vmze van drr), bailli de la Ho 

►f. .S" I>iV;e rr!« drr Mie (U(ilhinde). 
Mierlo, \oir MEIRLE 
Mierop. Miir Cuijk. 



Miget de MALENGPRKIT 



MIGGHERODE J 



1 Micliicls::, cchcviii de Uollci'dam, 
. ;iiicrOe, cantonnée de quatre croi- 
;. sc-noslic: im aigle. L. : S Ariaen 



— W'illrni MirInrI. r 



Mignault, \<iii Ecaussinnes. 



MIGRODE, \nii MIGGHERODE. 

MichaeliS . l.r,.Il;,l .1 •. ,H1V .lllnllrl^ llr 



Micault, \oii Steenhunel. 
Michiels. h-.\n Marhicls, di 



I.IM. lo, li^. .1(11)1. 



l'flat ûvi liirii- (Ir > vli-|\ nST, I.- IH avril : 

((.■a.licl, cil cnv r.m^v, sans L.) iC. C. I!., reg. 

Mil (.\iiritn de}, lils de Jean, tient, du chiUeau 
dAloït, un cens seigneurial a Elst, le 10 octobre 

L. : Mil I In . . (fiifs, N" iUlT). 

— il'imT (In, lil, ,r\(lr!rn. iiri,|, dudil cli.ileau, ce 

lirf ;, I:M, l,-ii:i : li-,.is :ii,l.>. I,. : S l'ielcr d 

(Iliid., N" i,S.-,l). 

Milburg. .1. iin, -Il r (Ir \l,lrl:rr,l, ri ,!,■ Marnj. I.'.n;, : 

.S- dr \l,rabclrl,ri\jHV.. Une,. U.b'.H). 

S" TOI (l'I. i:., li^. iliii. 



— 4SI — 



Wioil rivait |i(isir(l.}, ri au sujet dcsqiiiis il y avait 


\in de llcluioud, 1305 : trnis fers de raonli 


,11 .1rs ,oiili-l;ainn>, i;US : un fascé do six pièces, 


tranc-quai-li,.Tl]iocliaiit, cliai-;;.:' d'uiio colonno 


la *■ .■iLLivtr a .1. Ahr (l'uur uifrlflto. L. : S' Dic- 


(Ikiniondj. 


th ...c Mi (Uiissdiloi'f, Jiil.-Ilcrg, S" 510). 


Milcamp, voir Coppin. 


Milburg. Krcdcric vau Milbcrch, soigneur do 
!Uu,i[m]. jadis prisoMuici' i. liasweilci-, irroit une 


Milchborn, vnir Melchebourne. 




Mille (Laurent), pluljan du l'ti;lisc dr. ss.-.MirI 




(judulc, a liruxidles, rcmi't, au niunciiinin ni 


i:aiHI .h- ilrllX lidlllr,-. ,lia,llllr -nliilllir (l'imr lOlltl,' 


cliicn, l'étal des biens de la plébainr ,1 ,!.■ 1' 


(Ir pliiUK ■» do pa.iii. L. : -^ .S" fruhrwk vim Mark 


lirélré de lii'uxellcs, sans dalr (ITKT) : ^ 


iC.liarti's di'S ducs de llralianLi (\oir Mersch). 


au h', pai'li; a, trois (2, 1) livllr^; h, d'; 


— tUiiliauuic vaii Milcnbcrijhe f-bercli), seii;nrui- ,W 


linis .-2, 1) raaillels (d['oit>) ; au i'', une llciu 
I.r.ii. ovile. dans un cartouche, snnuiir d'ui 



di ^ diiis lie lU'aliant) (s.ur Huncherange, Me- 
rode, Rodemack, Sayn, Septfontaines). 



Milde, voiiHiele. 
Mijldman (Jean), ée 



Millen. U'illielmus d 
Orewe et de 1 1 'ijckero 
iwsler lilius, piunietu 
de l'aider lididemcnt, 
château de ny/,eror 
une fascc hau??iT, ?iu 
L. : S' WlUirlmi ,1, 
Jul.-lkni. y- l'.iT). 


Milm 
/e.Wi, 
Il a Ci 

e, (lui 

.1/; . // 


ard, comte de Juliers, 
iiuoscunijue, par leur 
relève do lui, 1310 : 
il dcMre d'une éloile. 


Miller, vuiiHoen, Muller 






MUlet (Charles), houii 
cour de Mons, l.'.«.'i 
trois touffes de milh 
col d'aigle, tenant da 
(Mons, Hommes de lii 


z:i 


'■'m^é 


aillant et de la 
,rc,.nipat;ne de 
;. : une télc et 
oullè lie millet 


Millich, voir HOEMEN. 






Millinck (Jean) scelle 
Jean van I[crl[a)er, s 
nue aiiile éployée. C. : 
et dcn., N'o 1678). 


n 1 


ombiT 
de W 

c éplo 


lenl de licf de 
lahvijk, LiTO : 

ée, issaute (Av. 


— Lambert .1/i7/me, é 


1 


Je Itoih 


-le-l)nc. i;,o;i : 



MILENDONC ,' 



' ■ ■'"''■■ '■ """""1"' '•'■ '■■ ■ "" U"niiii 


MILNBEKE 


'l"'" " " "" ' '■"' '^ ''i^^'). i ""i^*-!""'^ 


u,a.i//»//,l(llnr 


)l..'[[^.iUn>^M.rï'.'nn,',u,c'^locrs^y■^^U. ' 


(|)ll>seldnrf, Cn 


MII.ENY, MmBelpetit. 


Milwalt lileni 


MILEVILLE..haii deiirt .l/v/eriHe;, rehrMU de 


i^nir Knebel 


nw'i!K;rl'l'lnn'l,:mi!ha,v'''nrn!M'!ÙM^^ 


Wlwa 


1.. : .S Uhnn dr Ve'.tndlr n:. i; |;., ,■. ;;r, . 


Mijnden, voir £ 


MILEWALT. ^.m■ OVIRSBURCH. 


GtLRE donne à 


Milheeze. Jran xnn Mith^:.,-. nu ,1,. lamli, ri, .-che- 


1-évtque d-ft 



i:dilk 



ISI : 



k'S. L. : S llain- 
■mbourg,c. III, I. X.N'^T). 

r Amstel. 



Minninc (llennciis (ticins), opidanua hvaniensis, 
;iMl, du lir.'iliaiit, iiiio somme, duc â lui-mcuie cl :i 
idiilplio Kabodo, {'.VSd : un sautoir, accoiniiagiLC 
chef i|-iiiK' , n.|,nlle. h. : iiiinc 

iKirlr., ,lr,diir.,l,' lirabant. N" o-i2). 



Minghet, V 
Mingnet - 



bid., N"1147), 



'1 MiniicbcrcInV.). 



MIRABEELE i-biele, Mierabiek) (Swaiie, ou 
Zunne\an\ m;. ni une renie upde moulmuelne, upl 
lakenhmis, up de kcires ende vischmnerct de Hini- 

Sira . . . Mierahcle (Chartes des ducs de lirabant) 
(voir Buren, Halen, Milburg). 





Fig. ?. Dominique de Raet (1050), 



leUi-ui.innct Pois 



c. 4Ki, 

llJliG, 7, H : 1111 clioMOU, accoiiipaijiié dt' trciis miroi 
ronds (sans manchi', ni socle). Lï'cu soiniiié de 
partie inléi'icuu' d'un casque, avec laiiibre(|iiiii 



tliohmnile .)/i>e (lliid., i, -i,s) 
Mirlaer. Jacques \m\ M.nli, 



m Mfcijcntzkeiiii . . . aiin jiirisilicliuiir, hm 
et uuinibus ijisius curlis . . ., l;iii; le pn v : i, 
idc i; pièces). L. : ►!< S' lacopi de Mierlar 

d'une étoile, h. : >ii S' la .... de M . . 
(Uiisseldoi-r, Jtil.-Iiciij, Nos 097-8"). 



vière, Lieventhal, Odenkirchen). 



'.1 lt"< 



Mirlo (Thierry de), d 



MIRWILRE il 



a cinq rais (M;iliiies et Nazarcllil. 

— Jean .)lus, tient, du clialran de 
't rjoel le llui-ernesle, a l.elil«ke, 
(Ki'ets, ?s" ;iO;i'J). 

Miscom. Les .•elievins île Mijshm 



Mispelker 

Trudunis 1 






Mobbe Kiuilhiiiiiie , \assal de l'alibé de i 

d'un cliCMou; cciimoii en eunir cliari;é 

quartier brocliaiil truste (Alili, de Saiiil- 
(l'I. 1.J, lig. .4h2). 

Mobben, \oir C.annart. 

Môderscheidt, \nii Birgel. 

Moeije, voir Moije, 

MOELEM. \ni] Donc[kl. 

Moelenere. 1 le., \iiir Molenere. 

Moelepas illriiri) Mille pour l'ranri 



MOELKEN (fleer Servoes van), cchcvin do Macs 
liiilit, scelle, iiijui- Arnoiild van Sijmper, qui le i\m 
lilic : /»i«e/i heven stroyer, une (iiiillaiice i'elati\c i 

Mui lie Macslriclil, l:i!)-2 : un lascéide liiiit pir,, >i 



, . . aaj de M . Ike .se 
■s de Bi'abant). 



, échcvin de L'Ecluse (Flandre 



iliarsé de ti' 
m clier a d 
l'icler lanf: 



> Inhiiiinis Moen (.Ibid., 1. 7H, 7'.) 
iiT il chapelain de Siiite-Daselis, 
: Iniis (■0(iui!les, acennipa^nées ( 

un clicvron, chargé de trois lèlis i 

: S' llvgonis filii Joanis (Nainii 
>, Hi. W\). 
iprlmé rappelle, à tort, Moein,,. 

an (sans nom de famille) (Moenen '/ 
Jienliet, 1318 (n. st.) : nn clicvrn 
; tètes et cols de lion et accoinpa^i 



(Ibid.) (comp. h 
Mocnin, échcvin de la 



1. 78, 79, 80, 81). 



L'Ecluse Jans la Flandre zélandalse. 

— Jacques Moenin, homme de fief du coiiilr de l''laii- 
dre, au Franc de Bruges, li08 : une haii.le de 
quatre losanges, entre deux l)andcs de trois losan[;es; 
au franc-quartier brochant sur la bande de (|natre 
losanges, chargé d'une meiietle. L. : S Jaeoli Moene 
(Ihid.. 1. -iO). 

— (Jean), bailli des hommes de llct dcn cdeten endc 
wecrdcn Mer Jacop van Jomjnij, ghescijl Dlondecl, 



i Vlaenderen, baron, hcerc 
glwscijl van Oudenaerde, etc., irj.')7 
accompagné en chef de deux éloilef 
en iinintp . . . feassé) (FJseghein). 






Moens (Jean), homme de (icf du comte de Flandre, 
l:i!ll), 8, l-tOI, ."!, i, ,j, 9 : trois coquilles, accompa- 
gnées en cœur d'un aimelct. L. : S lan Mocns lacobs 
soin- ii;. ('.. 1)., Acquits de Lille, I. :I8, 39, 12;i). 



1, burgrave d'Anvers, l.i-2l : 
choi, l-c; 



lis Heurs de 
brochant, 
lan Moens 



'S (jehcten Moens, tenancier juré de Gai 
I dcn Winckele, dans sa cour van dt 
1 i.'iO : un lion; au tranc-qnarlier (no 



Moere i 



s dicii Moens (0., c. li, I 



, éelie\iii du métier d'Assenede, 
lief chargé a dextre d'un éciisson 
le a senesli'e de trois billetles 
trois pendants d'un lani.bel, mal 
... (or r«/i den Moere (Ibid., 



.. ; S Itoelnud vfin I/o. 
le Mlle, I. 100). 



Ici ; Tt\o\l l'ailtlT IIK 

23 août H-2o : parti; ;i 



Moerman il 



Moers (et Moursj. Joli 



- Johannesu 



Moers (el Mours'. lîciiiiT .I/o» 



Moers, MOrs i 



. L. : .S' scabiiiorcin de. Muijrsc (I 



e-Mocr. 



-n, ( 



— Vredericli, grève vnit Miirse, 13-iO; iiiialiit im 
tr:iilr U'alliiinci', ;ivcc le sire de lîaiir cl d'iiiilivs, 
amlre le duc de Ciicldrc, i;):;i : une fiiscc. L. 
(1310) : ►!< Secretv Freiicrki coiiiitis de Mvrse 
(Ibid., iN'> 10. cl Geld.). 

— Didderic, (jreve loe Mursr. I :',(;:!; Thnidcricu^ de 
MueTse, cornes, cnnsiii iri:ii;:Uliril dr la Mark, 
:uvhcvùqiio de Cologne, i;!(ii : une ïnsce. L. i i;ili:i) : 
»î« S' riieoderici comilis de Mocrse (Diisscld.ul, 
Oramje-Moers, N» 27, cl Col., N" 8.j!)). 

— Jean van Moerse, clicvalicr. scelle un aele d'Ar- 
nnidd, duc de (Jucidi'c, KlTl : dan^ le cliaiii|i ilii 

ciillelc. L. : Secret luh'ix de Mrerse imlif il)ii>sc|- 
docf, Clèves-Mark, y mij. 

— Je:in van Moerxe, clie\alirc, cl Ailnliihc de la Maïk. 
comte de Clercs (-/- luai,, dr-i.iiml di> ailiilivs. 



— I |-|éd(TI 



Moers, Mors 



., |He\ùl de Konu, Jean, 
,, mené to Morse, cunsenlent 
r Frederick, cldute soen to 



I l-2:i 



vidimm 



; las( 



Même »;. L. : S' Hennrkli cnn Moirxc (l)usscld(Ud-, 
OraïKje-Moers, N" :i!l). 
- Walcian van Moirze, seij,'nenr de llaer, M-2G; 
Widracfii van Moirse, herc toc Bare, . . . aho als 

de llralianl, . . . filieve eijiie goedc, volcoiiien, vn.'ile 
ende sledc zinteuc. . . . >inr mil. inijiie hulperc 



bande. (; : 
\i-2H : S- 



Moers, MOrs (Vi 



c (Saarwerden). 






S llii iriiliiT.^ — Ingeuhave, Limburg, 
Moiirs). 

Moerzeke. Anlnim' \aii Mocrsclic, scoIIl' pour Paul 

l,i-.vln„rh;,ntr.:). !.. :S va Mo 

l-nr.. -N" iiT-t) (\(iir GrimbergUe). 

— Auloiiii- vaii -l/oesc/if, lils ir.\iil(iiiic, lii'iit un lirf 

m.' (M. I-. : !/«■(-,■.. illiil.. 

.N" lilGolj) (voii' Grijsperrs, Mons). 

Moerslach (.Iran), pi'iirp, tijiper coster ûc l'église 

aii-c. I.. ; .S Jhuis )l,iitrd(ich (C. C. 11., .U'ipiils ilr 
l.illc, I. ;!T!h. 

MOERSPIG (llrnri miii) iVIh'nIii dr Tirir il, 

!.. ; i de Mucrspu- se K\hl. 

liE Kaadt, t. II 



Moese, \»ir Meese. 
Moge, \i>ir Sept-Fawes. 

Mohier. CalUn van lluis (liii 



c m Norlhnllanl : le 1) juin i:i(j;;, 
; Ici Sf|ilniiliiv UO.j, lODO iiuminiis; 
c IliUG, 8j0 inuuloiij : dniiâ le cliiiiiip 



L. : Sk/i7/' ('Mes .Wo/iic;- (Chiii-lcs i 
kinl, N- lliKd, l!i!i:;, il)"). 

- (.Icnn) (au.si MMca), hnmni,. dr 



bcmrdi'l.ilini,-.. I.. : Svjdiaii lohnn .l/«Aicr (ll.id,). 
Mohr von Sunegg uncl Morberg. Johanncs de 



Mohr de Wald i:,cr„ll. ry// olU hteld \,W 

llcin-clli {\<]u^ 1 H,, // ,, . i \,ih-, b;i 

Icni.^ liiriib i« ((e//i (jcreijhlc zii Scidc l'clrr.s W'nhle 
,lvi,,>u:dd,,=,a<7/,7,,r/,e!/(,LnllWs,l„.,d,, .,rn«;- 



iische'jl. \]'aldiiilmsin, lilanUinrodc) cl leui 

ilii linis (lil Mor^fhcijl, ;i Sijinondc ron demt 



lilik-lli'-.. I,. : »ii S' Wmrt le Moine escvier (Toiir- 
iKii, Chiiitricr} (voir Greppe. Munck). 



MOINKEN (Ilirrierir vaii der), lu 



Mohr de Wald. Un-mliUm, lils de Thieleim 



i Sirulaz ,1c Munr (Kii-fs, 



Silva (\) (ll)iiJ.;. 



MOIRSSUYT, \oi, Birgel. 
MOITEMONT (Cmlbiimc .Ir) 



MOYTREY ( 



■'■i.jOi, (Il i:i:.7. ( 



1.. : ^ S' [Ar,ji M |o..- d.... an de 1 1 'ahk- f ^ n. 
jjeriMorsdktiviin de ll'nWe?) dlilil.j (\(ih' Elsig, 
Moor). 



ili)u(.ir Failly). 



MOY. uiiiGoulai 



S lan de Muei/e^Wib. 



WiiiiciMnlc, |i:iro 


iSM' de r 
/iir ail c 


accoiniiaiiiié vn chef de 
l'ii pointe d'une étoile; 

evrori d'or ; an clief de 
monclicturi'S d'Iierinino. 


':,!;:,!;;"',;::':■.: 


'":ZL 


deux clifs, les pannetons 
oir ^Saint-Pie^^e, à. 


Thouroiit). I. 


i:E 


(fniie lilc d'aoije, snr- 
Il•^ia^ti4ue. Devise : H 
aiilie L., en eire l'oufie) 



;. I)., ii;;. (Uiiiiil et mi±2) (voil- Thourout) 



Mol (naduliihua), i}clK'\iii de Hraxpllis. liîOH : ci 



Mol. -lniIf(p.l/o//crc(.-nil, (In lîialiant. :;() wciix l'ciis, 

s trois en pal alioiilés. If b' lusaii^i' liiai-ù iCune 
llaios. !.. : .. Arnoldi dicli.'!.. (Charles des 

— (Gilles de), buurijeois de Ui'uxellcs, i-ei.'oil 7-1 iiioii- 

herberghe «in den Rohlen Scdl», op iiiiiien hère 

den heriniihr. ]'MV.f fn. .| ). >,. -_>i c-mî. i- ; il reçoit 



— (Jiilttiii dci lU'rtiiiel au comte de Flandre de le sei- 
\n\ en (;n de guerre, loyalement, avec ses parents 
(,Hn,ih,;,),-[ amis (irieitden), etc.. 1318 (n. st.) : 
iiii iJii\riHi, acriiiiipagiié de trois taupes. L. : ►!« S" 
liihi-< ilirti Mul.H (Cliai-tes des comtes de Tiandrc, 



- lAmohlus). échevin de Bruxelles, i;if!2, .1 : cim 

!.. : >^ Siijill Arnoldi dci .Vol (Dusseld(ul', Jiil. 
lU'nj. N" ^H>\, et Fonds de Loc(|uen^hien, .\. V,. li.) 

- (D.iminus Ariwldits), miles, éclievin ilhc, KKlt 
i.'i,."):l : eini| losanges, raiiçjésm croix, accompagne: 
de sii/.e l.illetles, ciini aux 1" el -2^' canton;,, troi: 

2, t) aux S^^ et -i''. ].. : SifjUlu Anwldi dirli Mo 






1. ua). 



— ili(idnl}>hus diclusj, éclicviii illec, 13iG, 52 : ci 

(Inii/e billeltes, celles des cantons supérieurs r 
erJuniurs; au lamhel hrochant. L. : ^ Si,/ llad 
phidàMuts{lUnxv\\v>,AG..c. II, y-Ul). 



■ - ''■ -'^'.^ i : -:■ .^ :■'' I -:::. du-ti Mol 
■(:i.::i!'-l'-.li;--: l:i.,i •:.', \ l:rr,_ -j(;;i,22ai, 

- (Loiiijs de), scelle pour Jean Coerleboe, jadis pri- 
somiicr il liasweiler, sous Jean van liedelgi'in ; 
i. t. : 12 moutons, 1371 : àiH[ losanges, abuutés et 

porte), et un semé de liillettes. L. : .S" l.cuini dci 
3/oMniiartes des ducs de lirabant). 

- (W'eijii de), achl der (juldcn van Ilrusçlo, 1378, 



yua,n 


dci' Mol IC, , c. Wll 


1. ifii). 


- (Yna 


m,s, d,ctu, de), écbev 


n de liruxelles, 1383, 


■i, 'S.i. 


in;;, i(i, ii :cin(|U)= 

ccobté de lieux billelt 


niges, ranges en croix, 
s. G. : une tète barbue. 


lortillL 
fennue 
S- Ywc 


■. S. : deux lions, 
la 1"^ foilTee d'une 
«i((»-;i .!/<)/ illnixell 


accroupis, à tètes de 
s.n-te de béguin. L. : 
N Chartes des ducs de 


lirabai 
seabin 


uxdM:,;.^;,':!-^', 


i>:i, Malinrs et .\ctes 

s i-,.il .lu iirabant 
' i ■':■■!! lide dal 



""■■■ ■ '■'■ -'■■^■^''■' '■'■■' "^ 1-'^ • ■ '■'•'! •■'■■ "r'-'.ramjes 
en ernix, et ini ^.ine de billettes. !.. : .S' Tlieoderid 
dci Mul (Chartes des ducs de Urabaiit). 

- (Thierry de), ècbcvin de Itruxelli'S. 1390, 1-lfll : 

scuic (le billelles. C. : nue tète barbue, enillre .l'un 
lui ban (béret, on cerclée?). L. : ►f. ,S' Thcoderict dci 
Mot ^Matines, G., e. XVli. I. 101, et liiuxrllrsi. 





• i ■■■ 1 


\]['Z 


- {Joha 
(n.sl. 


unes dicliis 
,99, 11(19 


de), èchevin .le Itrux.lles, 13119 
cinq losange^, abuiil.-. >1 acojle. 


"^^Suj 


1 Chi^eWerli di 


au ■!«, 
(i Mol 


en cro 
il la 1 


x,acci)mpn 


sautoir brochant, et au canton 


N- 32 


2,331). 




senest 


e d'une bill 


lie. C. ; une lète barbue, ceielèe. 



S' lohannis dicU de Mol 



Mol (ïwanua, A/iui Tlicudcrici dicli d,; 
dlec, 1.407, 8(11. st.), :21 (11. bl.) Minrcic 
lii^aiiscs, accoiii[)ai;ia'i; île seize billelli a, 

l.aibiie, ceicléc. L. : S Yweinvs dwla 
(liiuxelleselG.,c. XVI, 1. 107). 
— (IJireijii rjehctm de), luainlioiir ilii ijasOnii 



pel de roses. L. ; S' lohaiima de Mol (.K. 
3,'jI, Diuxelli'S et C.oinfiil de Se|itroiiUiii 



S Uoclant de Mol : 



nillec, l-iSl,8,0G:eilUllo.^:llli;^^, 
L,k-lKiilMi. L. : S llenrtjk de Mol 

du dm- (le l!r;ili;iiit : Ihoe/f loi 



Mol, l)oiniiiii.'>Juli 



la faïuille de liiii.^beiel) (\oir Capelle-Saint- 
Ulric, Cruijp[e|lant[s], Pipenpoij). 



Moleman (llciiii), i;ar: 



lennci de Mol m . ^Gliai tes des dues de llrabaiit, 
(.., I. ;il'J, et Couvent de Seiitfoiilaiiies, Klahl. 
ï., e. l',)7U, A. G. ll.)(\oir Molen, Thomaes). 










FiR. 1. Antoine Heelaeris, éclicvin de I^ois-le-Hiic (152S). 
Fi{,'. 2. Adrien Heelaerts, lils de Roger (lô-iS) 
Fig. 3. Maître Gossuin, Beelnert?, lils de 

Roger (15C.2, G), 
Fig. •}. Sébastien Beelaerts (1(>48), 

Fig. 5. Paul Reelaert?, bourgmestre de La Haye (1788) (1). 



éclievin de 
(Hrabant). 



u,>plémcnl. 



Molembais. Johannes de Mnlcnbays, 
s'oiigagc, moyennant 9 livres (le vieux yi'o 



iioulil van Molenbais, elicvalior, jadis prisonnier 
i^uiiliT, sons Rolierl Je >amnr; i. t. : :2-iS,s 
tons, i:î7t; Mesaires Ar/ioul de Molembais, 
s de Linucmial (Linsnicau), chevalier, lionime de 
dn comte de Namur, i;i84 : liois élriers; au 
ic-quartier ehariîé d'une bande (Dave?1. f',(|. 

S It-rnon de Mnlchai^ rhi (Cliarlei des ducs de 



— Wilke de Molembais, eschevin des cours Ireslmi- 
chiers que Rasse de Loincliaiiips, escuier, siniineiir 
de Loinchamps (Longeliamps), at juganl a Noville 
sur Mchainijne, 1 i99 : un boc do cliarrue. L. : S' 

II' M {Al)b. de la Uamce, Babl. 

n-lit'.,c. ;il79, A.C. B.). 

— WaTiiier de Molembais, eschevin des courts et 
justices del Vaulx, de Suincl Albain cl de Saincl 
Jultan Eivangcliste en Liège, jugeantes a Nocille 
sur }lehai<jnc, lu-i5 (voir Marneffe) : un crois- 
sant. L. : . Warni de baei . (Ilùd., c. HISO). 

MOLEMBIZOUL. Jehan de Molcbsoul, alleutier, 
srdie (les actes du receveur de Jodoigne, l.'JiS, 



i:tabl. relig., c. 3177, :-il7.H). 
Molen, Meulen, Muelen, Miihle 



ic Molc! 


,l„u,. unies. >■,„.:,,,■, „.,>,.„ 


^ l.il.lfl.n 


nu, 


quatuor 
jalcis ar 
re entre 


natis et equitatis, sinit ilcccl, 
l'Angleterre et la France, 


Lvdolf, - 


V Mok 



liari^c de trois pals; 
: <\-> S' llentiani de 
Iciirabanl.iN" 131). 



i, Meulen, Muelen. Mûliler 



- Egidius dictas de Mola, éclievin d'Aerscliol, liU-4 : 

pelil besant, ou tourteau (boule). L. : ►{< S Iigedivi'.) 
de Mola scabi arsc (Abb. de Sainte-tiertrudc, a 



— Andréas de Molendim 



" 'f ,- :nnllcs. L. : 
ililis {Lurciiibourg, 



- Renerus de Mnla, 

nièuics meubles (pie Kyidius, 13 il. I.., I 
Rcmri de Mola scab arscol : 13tJI (i 
llencri dvi de Mola scab arsc (Abb. 



d'Aerscliot, 1360 
liauip du sceau, les 



n der Molen, jadis prisonnier h liâsweiler, 
isdeNanuir;i.t. :0I3 1/3 monlnns, 137.t : 



:iil 'I ri 11 le deux tOtes de chèvre, 
ill> h -. i.vHiiibés, affronlés. L. : 
liiin Cliai ir, des ducs de lirab.). 

■ Milieu. laiilviKichI vnn West- 



Molen Meulen, Muelen, Mllhlor 



■. !.. : ►f .S" Rnieri ilr Mola «y;// 






- Ilo.ih v;ui ,\cv Mueln, h 


im'ijcnis d'Usscl-trin. 


I,. : S Ilr^/nrk W •llam^ soen 
ariDi's Heinrics soen). 


liniidc, les pniiilrs iii 
sciKsIri" (l'iinlosnn.LîP. 
flhUainte) (cnmp.Ui 


- l!nioli:iril s an dri- Molcn 


n llrnvi I|rlll|l,;k llr- 


claiviit aN.iir a^-l^l,■ a ra.lli 
].fu(. par Thi.-iry \aii .)/<•[*■ 


rilaii.v .le Manr van 
■Mrcn, d'inie h i ,r, ;, 


HoTcliijevt rnn ,1' Mi.hn (Cvl 


/.). 


- Zc^hcr van ,Ur Miiclciu: 


irlicvin dr Caprijckr, 



.an Molen. Meulen, Muelen, MUhlen. Malhicii v; 



Mode, (IHs de Thiorry), c 



l.-J. vnii lier Mciden de l'adilcschurf, licencié e 



. U", de niienlcs a 
M fer de iiinuliu 
ardaiits, tenant, 



raan, Minninc, Mol, Smet, Stratenl. 

I'.-,pe, qui sont une cutlce ondée, aecoMip'n" 



Molenare, \(di' Molenere, 
Molenbeek. .lohaniwx do Mole 



\mt Mnlcnbcke, lichcvin de Ter 



icIiH van Mohnbeke. dirhirr pour DnnirI C, 

cens (le 1 :i 4 fhcijns<jul(lcii. du, par le duc 
liant, dn clirf d'une nwisoii comprise dans 
c de liinxellcs, t:i juin HM : cinq cnfpiillrs 
l\ ; .m fi-anc-cpiarlier brochant, cliargc d'un p" 
, recourlié en liande ; au lambcl lirocliant s 
n. L. : S' Michid va Mulebe . . (Charli'S c 
■s(leUral.ant). 



Molenere, Molere, Molenare, Moelne 
Molitor, Meulenaere, eU-. Anuihlus ili 









ni\era/;o,Ys(noyp). 

r:Himrnanl a Tour- 
'•■(oit pour certaines 
s ci ciaux de Ganrt 
ii; (M. st.), le 22 jan- 
le être accompagnée, 
■s (0. C. li., Acquits 



ir i\r Mn,l,i\i-',rr.i 



S' Tl'i7(eȔ de 
rapsae l-o). 



.ler( Jnn i:,rliis sonr dw Mallcnrer lient, du 









(C. C. 11., ic.iiovi. 



In deux poissons, 
ide, et, en pointe 
artouche, sommé 



do Jcan-Josi'pli du lioin, seigneur de Vniijl;i 
Roosenbergh, elc, chevalier de Saint-Jacques, 

1787 : dans le champ du sceau, doux écus : A, tfo 
aiiill-- iMeuIeiKUT); H. ^^u^l,■ i\n\v Knijff). 



Flandre, I3:J7, 10 juilleL : une hure et col de san- 
glier. L. : lan van Mvciwiic (Charles des ducs de 
Urabant, N" 15(37). 

Moliaert. Walterus itictus Moelyacrt (et -gaeril), 

■anc-(inarlier brochant, ii la bande, chargée de trois 
■oisellcs et acenmpaguée au canton seueslre d'une 
■le de bœuf (Halines). 



>• Mocliacrt, i:(7i, .">, 0, 70, 



Molenere, Molere, Molenare, Moelnere, 
Molitor, Menlonanre, .'V. Joimnncs Ilenriain 

trûis ("2, Il .; : , - au point du cher 

d'une rojr n m ,uiii ,iVir :iiiille. C. : un calice, 
aut : Hinc vires 



(carti 



t une hnstie. Dans 1. 
:. c. li., rcg. 40.581). 



MOLENHEYM:(Mullieiin?) (Daniel van), cchevin 
de liunne ^lionn), 137:2 : trois tétcs et cols de bivur, 
accompagnés en cn'ur d'\ine étoile (Dusseidnrf, Col., 
jy'o 92-2bis). 

Mo[e]lenslegere, voir Berthem, Coster. 

Molepas (Henri), échevin de la franchise d'Overijs- 
sehe, IJ-jr, : trois boutons de roses, tiges et leuil- 
lées; an franc-qiiarlier brochant chargée d'une 

grappe de raisin (non pamprée). L. : ici dci 

V . . inp . s (Bruxelles). 

Molhem. Claes van Mollem, tenancier juré de 
Cauthier van den Winckele, dans sa cour van der 
liiiieren, I ioO : une croi.x, les quatre bras terminés, 
X têtes rie dragon (!), et un semé de 



— (.\drien), échevin de r/iui/7 (Tuili, l.'ilit ; ini pois- 
son, posé en bande. S. senestrc : un griHim (Oeld.) 
(voir Feij). 

MOLIN, \..irKerman. 

Molitor, Miir Molenere. 

Molle (Johaanes diclus raiij, c^nsunlis aeii man- 
«OHaMKsdel'abbaviil, s:iiiiM)riii;ii,l oiir Ttscaul) 
(il s'agit, dans l'acle, .lHii luni ,^ Nijlm), \Ui : 

q^ S- lan van Molle [yn-dienù. 

— (Jean van), échevin du bijvang de l.icixe, 13(19 : 
trois chevrons, accompagnés en cbi'f de diajx roses 
(Malines). 






Lierre, l-iOS. le |-.' 
quartier chargé d'u 



t Mullem (G , r. XII, I. 



ursde lis I Mali 
MOLLEM, V, m Molhem. 

Mollener, \"ii 'Wittenhorst. 

MOLLIN il'hiT, ,lii . i,,,.,l ii,;r 



u fra 



'/) ; au chef chargé de deu 



Molewijc (Jean) scelle pour Hanse van Herwaer- 



Mollo (. . .) écrit une lettre, en frani;ais, d'.\nister- 
dam, 1707, le 31 décembre, il Monsieur Gasparini. 
banquier, a liru.xelles : une jumelle, accompagnée 











Vlulibi-io diicUS. 1 liut buuii Je /eveiitiert'uii. 

1 Loiisoil il I t II cIl s i m >i te c t dt Leurs Altesses Sérénissimes 

(itM) 
esinsilLDioogeiiho cli (iii\ aime iles Aienberg), 1181 (1). 



r.oi —ci^ 

11 Momboirs 



Moirepas ilirnn), 



Mommaert (Aiiiclnjck), cijijciiuot, 



Mommaerts ^ 



Mois, voir Mol. 



Mom. Goinirij/i Miiiun 



Momme, \iiii' Mom. 

Mommen (l'itire), Ou 
li;:i-2, .i : troi:, l't.iili's 



- Dur van AV//fik,U,, crii> 

iniiiR' i'cii. !.. -.SUeric M . , 
Uekenkamcr). 

- iJi'aii), bailli et jii^e di' 
i:iU8 : munie écu. (".i|. coui 
K-assù) (Wasaenaer). 



■ \nU- dr CucIdiT, i:iH8 : U'ois 
Il c<inir d'une lleiir du lis. L. 
,n},dier (Chiu'les des dues de 
1, Col, N" 1118). 



Momalle. WaHrrus de Musiiiale, dicliis de Wt'rf 

11-, :ni liMiilirl 11 iHlKiiiU !.. ; ^fi S' Walieri d< 
Mnualm mUif iCluiiles des dues ,1e l)iab:iiil 
N" i;,7l(l'l. 10, 1,;;. i-JI,. 

— llV(/(erH.s de Muiiialm, arcliidiacoim^ de llanonia 
in cec/ciia leodieiisi, IH5 : l>pe ugi\ul; un piéla 
sous un dais, aecoslé de deux écus, chacun d'iier 
luiiie a deux fasees. Dans le bas du sceau, un prélri 



Momber (Jean die), éelie 
ll-lo, 'M : trois nieiletl 
d'une étoile (.Malines). 



Vin, I. -Jlli. 

Monceau[xJ. Ualdea-ins des Mom-ldas, éeheuii du 
lillrh, le,-, aulHb de .... L. : • .S jlade es 

— Mcissars des Moiiclicas, èelie\in de la cour de 
.'^Irliaii^ue, laOl : deux contres renversés, passés en 

.saiilnii-, L. ; ffi S' Marcar (.Naiimr, 

Salzmnes. e. ulO) (IM. IG, li;;. 4-2-2). 

— Ohuij, sekjneur de Moiichiaux et de Diaudegnies 
(Uaudignies). chevalier, homme de lief du duc de Bra- 



sen . . de Munchiau (Samur, N"- 13o-l-0;. 

— Jean du Monceal, souverain maieur et échevin de 
Templonx, l-i'ja : une l'asce, sommée d'un lion 
issant, accompagnée en pointe d'une moucheture 



Salzin 



: khan de Muncea (Nannir, 



u .l/o«c 



de .\amur, lo04, 15, C : 

même écu, san., le liUt. .Même C. L. : 

Mun..a (\(n,iHr. N'" KiSl-ti, et .\bb. de la 
Uamée, Etabl. reli;;., c. aiTW, A. G. li.). 



Monceaufxl. Jean du Monceau, oclieviii de ht 

luaieur, 15i,j ; mémos i/cii et C. L. : i' khan dv 
.Vonc/ii«[i'] (ALil). df hi llamir, loc. cit.) (voir 
Maizières). 



a-or (P. UE ( 
de Miracle). 
Les comtes di 



Moncelle. Pienv (ou Perin) \aii .)lonc[e]el (.Mont- 
seel), clievalic'i', jadis prisonnier a liusweiler, sons 
le comle de Sainl-I'ul ; i. t. : OTo 1/3 moulons, 
i;i74; scelle pour Jean de Wacicere (i. t. : 3li li- 
ions), 137-t; scelle pour (;ndelVuid de ]Vcs :snii- 
Wez), lieriluT de son paienl, IVu Tliuma. saii 
Veniiein. pn^oniiiei;, illec sous ledil comle, l:!71 : 

somuu- d'un ecraji rond, a la fasce et a la boedurc 
(simple). L. : S' fiera de Mucel chlr (Gliaites des 
ducs de lii-aliantj (l'I. I(j, lis. M'-\) (voie Boulange, 
Luzyi. 



.Monchy (Chartes des ducs de liralianl). 



d'un annelet lu'ochant. L. : ►f. .S loliai 
llbid.)(voirMontooie). 


van Mcnc-h 


,lei;ir>,-rl dri:, M:,iK 1 i 1 :! ; ii 


tond (Thierry), homme de la Salle d' 
une croix, recroiselée au liaut et ai 
C: ... (■>). Seuls, l'écu et ce fi'agmen 

sont conservés : . Diederic (C. 

de Lille, 1. 192) (PI. lu, lig. 421). 


■près, M-i^ ; 
\ deux bras, 
de la légende 
;. 1!., Acquits 


S liera Deric va Mufiu-mcten 
■Wickjathj. 



MONDEION CUTFi;' 



Monemeiit > 






Monferrant f/yiiTij/i iïi«) 



I Monins son (Ri/cliarl), éclifiiii de Liixcmboili'g, 



Monych (Si/herlus clictu^), miles, scelle iiii ;u le de 
llermnnnus de Uevcndale, miles, lilTO : iiii iiKiiiic, 
posé dp lii'olil, li'ii;iiil, des deux iniiiiis, un Iimc 

Sihcvli dci Monich (lhiiii;\dinï. Col.. \" UK-2i fMjii 

Mônch, Muncki 
MONICHOVE, son- Monnecove. 
Monin lAiiluiiie ilei. eelieviii de l:i tallicdrale de 

un elanroii. accuuipaiiiic de trois éiiucn'es, le !'■' 

eiiMloiinié. C. : im animal issaiil, entie deux 

éi|iieiTes, posés en elievron renversé (Abli. de l;i 
liainée, Etabl. relig., c. 3178, A. C. I!.). 



Monix. Jacubus Munie, éche\iM de Uois-le-l)iic, 
lii;i : trois besauts, ou tourteaux, cliargés, chacun, 
d'une moucheture d'hermine ; au franc-quartier 

il la merlette (Aa). L. : S lacobi ni 

biiscu du (Abb. de Sainle-Ceitrude, a I.nu^aiii) 
(comp. les armes de Pels). 

— Arnoldus Monix, filius Giselberti, écliewn illec, 
1-tol : même éeu, brisé en cœur d'un besant, ou 

tointeau. L. : . . . . iiuldi Muni fc"(i 

seabx bvsco (Dusseldort, Commanderie de lliesen, 
N» -io). 

— Johannes Monix, /ilius Jacobi, échevin illec, 
1473 : même éeu ipie Jacubus (Malinesj. 



— Arnnuld Mm, 



!e-Uuc, i'6-2'J : 
iquelé, sans le 



Monissart (Jean), huiume de fief du llainaut et de 
la cour de .Mous, IjOO, 2, -i : une tète et col de 
chieEi braque ; au chef charijé de trois besants, ou 
tourteaux. C. : une tète et col de chien braque 
(.\lons. Sainte-Waudru, c. I et 11). 

MOnch, voir Fuchs, Monych, Munck. 

MONCLEIR, \oir Montclair. 

Monnecove. rierk-I ,lv Muimhove, dit de llolmyhe, 
re(.oil, du .lie ,|r liniiiv".nr, un.' pension annuelle 
de HOfniii.>, -nr l'i ^|nri ,ie Itergues (-Saint-Wi- 
noc), [-iHJ, : 
S lierlelmi/f 
Lille, 1. 37U) 



Monnikendam (La ville de) scelle une lettre à la 
comlesse de Hollande, 1301 : parti; au 1", fascé de 

six pièces, la l''" chargée d(^ quatre llancliis, la S"" de 
trois llanchis et la o'-' de deux llanrhis (Persijn?}; 
au '2\ un c>nne. L. : ►}< Siyillvm Monvjdam (Hol- 
lande). 



Monreal. (",li:iilrs dr ^[un^inl[z] 



1 Boseclaes, Viriii 



liiiidLiÈils. L. ; 1^ ■!> IccoU dicli de Muii 



- (Wlllrliiiio: dri. ivlirNiil 
S„-dlrin ili W'didiHl du- , 
dr liruxclhs, A. a. li.). 



— (.Vrs M/Y'.s- Imi 






N" l:ii7l iA..ii- Boile:iu, M 
Wilbroit). 

Mons Regalis, mmi' Montis 
MONSTEYNE Mur Sechte 
MONSTRY.llii^lir, ^:,;, , hni 



I Huwelet, Miinti 



'. L. : Sccl Claude du 



iiMii' ili' !!<■[ du Ilainaut, 

ii\ rii^is cl en pointe d'un 
niiiir s:iiivaj;o, brandissant 
ile(.M«ns, Hommes de lie!). 



— (Guillaume du), houune de lier du Ilaiuaiil, lo 
0, 81 : un bandé: au franequarlirr charijé de ti 
moutliclures d'Iienuine. ï. s.iioliv : un a 



e-Wai 



lief). 



- (Jean du)(lil3 de Jean', Imun le lief du Ilainaut, 

I."i89 : un clievron, accompagné en cliet de deux 
étoiles et en pointe d'un Uelle. T. ; ini saint, per- 
lant un calice. L. : S Icaii dv Mont /ih Iran (Mous, 
Suiule-Waudru, Cénéralilé. c. Itj. 



- (Jean du;, bounue d 


lief du Ilainaut, lOGO (à 


l!eaumoiiir):uncai^Ie 


liloyée. S. seiicsli'c : un lion. 


h. : S hlinn di^ Mo, 


( ir,7/ (Chap. de llinclie. 


A. G. Il ). 




— (Mailre Guillaume du) 


licencié en droil, conseiller 


ofdinairo des aieliiduc 


s, il Mons, Iiomme de fief, 


ICnO, 7, 10 : un band 


; au franc-iinartier cliargé 


(le Inii-; uinuclirliins il 


leriiiine ; l'écu à la bordure 


(11,-1 rlir. c. : iiiic oio; 


chrlored'hcimine. L. -.Sccl 


anH.une de Mu„l.\U 


is, S.iinlcWaiidru, el M. K. 


MMllI.Lciri. 




- A.-J./)i(.1/ù;,(, cillé (1 


J//l^/e«r<I(■l/(lAlu^U■I.radeJ, 



\w. Raaut, t. II 



■ )I:iiii-Viilniiv Dm, 



Mont-Beruanchon, voir MEMBRECHOEN. 

Mont-Saiut-Aiulré. I.f siiincraiil miiii'iir ilc Muni 
S' AïKlncii <'t lies fraiiois (illciix de llonial, de 



H Cl des alhmz a 



Moutbéliard, \nii CHALON. 
MONTBRAY (Jchnns de), clic 



rampants, affrontOs, ri sui-monté d'une lôle cl col 
de ccit. L. : Slrjdlnn lohannh de Mocnbniy 
(Charles des ducs de Diabant, N" 'SM). 

MONTEGNY, M.ii Montigny, Montignies. 

MONTEIGNIE, \..ii Montenaeken. 

Monteliano. mmi Paternostre. 

Montenaeken. U'., cnsklliiiius de MonU-ujme, 

|-2i!l, m mrns, main : un fasn'.. L. : ^ S ll|r.'i 
cnslcllam dr Mule (Ilcijlisscm, N" i:il). 

— Joluiiuifs de Munlcnnhe, miles, cl Johaitncs. dus 
ncpns, idius ipiondam dommi Willclmi, caslclkim 
de Monteiiake. inditis, dumini de lidrcvett (l)inder- 
Neld), f.ml, avic Talihessc d'Orienle, un aceord, au 
sujet lie rnlaiiis luejis, in cnm])is de llUrcvelt, 
!:il8 : Julmiwes, miles de V.r— :t',^ , - . r. : ,|,. 
Criard, ninile de .Iidiers, ./. , , ■ , A , li 



Uer,j,\"-2:iiL 

— Johannes, fdins quondain dundni W'dielmi, castel- 

d Monlenak . . ( Alib. d'Orienté, A. ('.. B.). 

— llerc Willem, horghyrevc tan Monlenal.eii, hecre 
van llielrcrclt (Uiiuler\eid), clic\alier, IS.'iS : une 



•iTi.-ir. I,. ; . . . ilh caslellam dj MonU 
r llddn (Uaii, .\" .i(i). 



- Henricui! de MunlcniiLen, :\hUr dr Saiiile Mai i 
lleijlii-seui, de l'ordre de l'réui.uUie, i:;i;(; : dan 
cliauip du sceau, ogival, la Vier;;.', a^^i^e, leu 
l'IJdaul, sous un dais, llaiiiiué de deux cdici 
latéraux, contenant, chacun, un ange, le l'^ c 



- Jean van Munleiwken, cheNalier, seigneur de Hijl- 
revelt, jadis |uiSLUiiiier a liasweiler, sous Jean 
tlodeiiarts; I. t. : Ons uuuitous, i:!7l : une bande. 



: une UHc el col d'àiio. L. : . S ke 

i d' DiervI mi (\) (Charles des ducs de Urabaiit). 



Montenaeken. Cndcfr.ii 



Mil II 



van Monlenakcn, chc\ 
Icsii-cdcKolsclaiT; i. t. 
L' bande, cliai-cL' en cli 



. orde (UtredU). 

Montfo[o]rt, -furt lIciM'i \an Moiilfurd ici,oit, du 
Urali:nil, KO vieux ccus, pour ses secwces dans la 

h.:>ii S Ileinrici do Moiiforl (Cliarles des ducs de 
liraliant, N» 1370). 



- Le 



■uil de Motcnake dni de Grse uni 
'.liarles des ducs de Ucalianl). 
liiiilhuiiiie ,1e Monlenakcn. nuieur de Tii 
eLéau, lll(;;(;uillaunii'\aii.M»iileiiaken 



■l Wili 



le (lia 



— Jean \;ui Manlcnnkcn, écliesin de Tiileiiiont, 
i::-':i, :iii ■, n. a.). II, in, .^n : une bande. L. ; * .S 
!,jI„s ,/e l/o/,H,i/,e sail,, Ihcn illcijlhscni, Abb. de 

Klabl. irli^., e.:!l7.'i, :)l,SO. A.C. I!.) (v.iir Boschl 
INCHUIJSEN, Kersbeek, Mjutigny, 
Néthen, Neufchàteau, Oijenbrugghe , 
Sirejacobsi. 

MONTENGY, s. mi Montigny. Moutignies. 

Montfo[o|r-t, -fart. Ajillr/s n,n Mn„lf,„-l, Ililirr. 



lur^rave de Monlfenrl, non cité dans le 

sue (lia. lue cùlé. I.. : ^ S Dorchjrai 
.ucnic (Ihllandc). 



L. : ^p .S- F, 



n.uici'nl à ;!l llniins de .Mayeucc qw der Edel her 
ArnuU, grave c:u llnmhcrij et sei;;neur de la Vels, 



':''•■ '.'"l'ir r i,.,, , :,u i:;inl,r| biaicbaul. L. :S 

Anihonii niililis de Mun/urt lArnlieni, Charles de 
I.uxenibour;;, N»* 22u^ et H-lii). 



ii'c Sicedcr, burgrave de Monlfurde, clie\aliei 
Il (maghe) des ti'eres van ilen .Nesse, iX>i : 



L. : S. . . iri7/rt va Moiitfvrde llci 
dnrf, Clàves-Mark, N'o 770). 



— ;;os — 



Montfo[olrt. -furt. Ji;i 



Melun, Merorle, Warienl. 
Montigny. Montignies. Mon siiineiir lUuuhiin 



- lix-ilc (le MnlltiijWJ, iliiyiniic ilii ili:i|iiUv tir 
1;1:;k : Iniis lVrniMii\ ronds. L. : .S' llasilc , 
leijH (Naiiiur, K- 18!)). 



}iiij auniiicH droilures cierldiiiiics qiiil en ilniiciit 
rendre el }iaijer a me ilil Irere c! a ses /loir.v a loiis 



Ville et l[er]re de Gaumenye csU-isl en me mai, 
par le siiccc:iSioii de ineii elder frerc el de ses huir 
de se char, je seruie tenus et jiruumecli as ijcns c 
nu eommun deleditte rille et t[cT]re de Cnumcinj 

semenl et a eonduirc el porter puisulr, de ini i 






.. ■."^. S, lehnn de Monte.jn, 



Moutigny, Montignies. Miiiir 



- Galoni.L. :.S".l/firit 



Montent,, piiflmni.r illee, 



Montis Regalis (lliei 




•^"ÎKi^: 








X 1 1^ I 

l'I, CXVII. 

Fig. 1. Zobbo, chevalier d'Altena (U'Vb) 
Fi^r. 2. Noble homme Gér;ir(l de Juliers, clievaliep, ^pignetir île lastei- (120j). 
Fig. 3 et -1. Sceau et contre-scel de Ilernian von Daxeiisbeig, che\ aller (I29S^ 



— :;ii —nc 



\j (\u;r Celles, Fontaine). 



toiiiii. 3Ioiiohy. 

- Gevarl I.ciiil.cns sucii van Monjùc, I ; iU : 



— Clais Cerluniz «,« nni Mnnjnc (lils tliulit Cn :,r>l, 
lil, de Lmulicrli; 11 lli : Iniis' llnii^ lic lis. L. : . . 
Cliiis von Mun . . . (Ibiil.) iviiii' Fauquemont). 



MONTCLAIR, MONCLER. J 



(/c.l/oHc/tTMrlI.'iiiirifkMlc Ihiiiiili'Kcr 
Jucb (!), /»■/■(• zû MoncluT, i'UiiVAij (!■ 






licrcn Wcllcr, hère zti Clcnc (GIcrvaiiN), iniiicji] 
muge, [iniir 100 pt'lils florins de Kl(iroiice, prix d'un 
(.■t;iliiii (lifiifjsl), acIii'U' (le lui, IKio, .viij. ilaije ih 
lien Mcrlv, dtil is dez ricstin somUiijs viirc ,vi«i 
Grcijurij pape : même écii G. : une lèle el cul di 

che\;il.'L. : S lac Monte Clam mihlv 

(Aivhives (le ri'kit, il Melz, Sei-neiirie de (;ierN;iii\ 
l.iixemlioui:^. e. 1, 1. 111; c. 1\\ I. \V1, N' :.M 
l/((3, /or. ciU. 
Montmédy f.SVeZ du liili-llinnnniiic de In ville e 



tlravx de la aeiijnoric de Muit .... 
liilcs de Lii.\embourg, N" 2501 ). 



Mtlnn. Naln,j. 
iW Seduncvt,' 



lii II, d;iiiie de SU'cnvcrl:, Niejie, 
Mir i-.liarics de ri:iillenl, jinreii dr 1 

1.' Ji' r deClève.s; el que, eiiliii, 

r ,>l i7«ie iKihle daiHoixetlc de 
saiiniiic liiisUinliae «y h,mr,jei,h 



■ aulire en.pe.s 



Montmorency (Messiie Jenn de), eoiiile d7;'.s(( 



■s-, ^li^iicur de /ier.see.s- (lier- 
lullre (Diniioiilie), Itobccquc 



, i'ore.-l, .\iiliv, lleraueuurt, Aiup-c 
Hcy ^(■.i^em■h.^), Ilertnin Oleilin), 
ire, et de .Marie de lieniemironrl, 



;'S, Ui'visc : Aplanos. L. : ^ Inn do 

'7/,/r,>/,rW,r (llinl.) \,,ir Lignei. 



Montmorency 



Montmorency i 



HC. C. D., .1.j71>). 
iiKnqiiis (le Moib(C(|nc, 



Mniilinoiviicy, \<v\wi' di' lloln 
Jcannc-Josi'plio li'lmmerselle, en 



(Icii., N" 7;i7Hl (\iiii- Egmond, Immerseel, 
Jauche, Lauraguais, Merode, Noyelles, 
Rubempré, Serclaes, Zuijlen, Thieunesi. 



riir,-|i:il iJr nioidern 



denboiirg' ; ^ii t'\ iim 



Montrœul. Une do Monxiruc}. \ 



M, ni. I,. :.S«>c>//»c- 



ik Monalrcvcl (C. C. 11., . 
MOOKENBORCH illm 



iir-iii' d'iiiH' il( iin-niiiiiiir iliirif; au fraiic-iiiiai'licr 
(liinV'' ili' ll^l^ niM^. 1,. ; . . loltdiicx it.s Muer 
,1c Ma i(;iiailr> (1rs iliics (Ii: llrabunl) 



Moor. J(in (le Moer van W'adccrsclc {Wnckev 
Ih.iuinr de lirf du Jean, st-ignciii' de U(dsd;n'[-, 
sud lirirdlUnre de lti';il);iiit, \«w de Maesli 



MaliiK'S, 1 lliT : iiiir trie de more cniiioniu 
— Jean (lie Mocr, celio\iii de l)eiiderbelle-S 



. !.. : .S Ii}n (le I/o . 



h'doà (le Moor scril,- lovan (Abb. de Sainte 
tnidc, a L.iiivain, et Abb. de la Itamce, Dabi, r 



Moorsiede. Ilcinix. :.ii-c-i de Marsclcl 



m Mdvslcde lie 
,1 lieilaeie, i:.l 
■. l. : N lrha,i • 



le à M<jcrsU'!/(lt, en Flan 



Moortebeek, \nii- Mortenbeke. 
Mooitere. Jean van der Mnertcrc, \ 



el accompagnée de Irois (2, I) tèlcs de ni( 
maie, dans \m cai'tnnclie. Sans L. Gacbi 
ivui-e (Klefs, N" y-JOO). 



(M. K. .Malllii'ii [\uiv Cleinaerts, Claessens, 
LOMARE, Mohri. 



Jeanxanden Murlrr 
iS : ini clie\i-(iii, ar,. 
;iis, L., i:îi!l : 'h > 



irc (Ghccracrts .s-, 






1. Gérard de Kal/.onoli I t,en cl e\ lUi (1 1 ) 

FiR. 1.'. Khroi Iried ij i ttcilint(l s 
r. 3. Cinra'lHsdiclus .Se II II ^ m! s (1 )S) 
4. Worner von Westcil r^ cIig\i1ci(1 ) 



Moorthamere (I 



Mopertingen. Adnm v;in Maherlii 



h. : ^ .S" Adam de Moberlùujhcii (Cli: 
de llraliai.t, N» .H-l). 



Il- Mapstiiciii, i:;u:i 



Moral, \"ii Morael, Neufchastel. 
Moranville (l'icrrc lir), (■ciiycr, ilcchu 



(C. i;. Il-, l.'iTIo^') (comp Cugnon). 

Moravie. Jint von fioles tjcnndcn M(irij(jralf un 
h'vrc l:,i McrliTun (Malircu), IliOO, ii TaiiutThiiiiu: 
sm ri:ilii' : dans le clianip du sceau, une ai^; 
r. liH|ii( Ir,. (iMJxmboiiry, c. IV, 1. XVII, N» 1 1). 



Morbecque, vdii- Saint-Omer. 
MORBEVILLE, \oii MARGHIN. 
Morchies(J.';iii de), dit CaMuvdl, cliev.'ilier, capi- 

li;. C. li., A.(|iiilMle Lille, I. 78-7!IJ. 

Moreau Ranoiiis- Miiriaus, lenlier de .[odulgne, 
1:1 l'J : un semé de crolseUes pallécs, au pied liclié ; 
a la b.Tiide l>roehante(!). cliargée en chef d'une cn- 

Miille. L. : ial de I ync (l»us?el- 

dûi-r, Bailliage d'Allenhiesen, N" ;i!)). 

— (Guillaume), lumiuie de liet du llaiiiaiit el de la 
cour de Mons, l-ij;i : écailelé; aux 1"^ el i'-, Uuis 

(Mons, Sainle-Waudru, c. Q, I. Quamjiiun). 



mue), liailll du chapitre de Sainle-Waudru, 









Morel. l'ieri IV Marcel rei.'oit, du duc el de la du- 
chesse de lirabraiit, !ii écu, d'Amers, a (juaire 
leons et viute qimlrv nom dr piuieim-ns, de serviclie 
iiue /» leur a fnrlie en le ijucrre canlre le conte de 

b.ilnn l.,,Hh:„il. I,. : .S f ......". .[r\l (Chartes 

— Jeau Morve! /M.,nin,s> rrn, il, desdits, des iudem- 



L. : -^ S' lelinii Morel ilhid., ,\"» I IHO el I 



Morel. Maitrc Jcknii Murirl, IVii.liilaiic 



f (lu comli; de lleiliiiii 



I7H7, II' 10 :iMil : 
.•, .^aiisL.)(lbi,l., I 



11. !.. : S Ilcrlrcniiit de Mori 
<■ Ilraliaiiti (1>1. lU, lig. C^Ji. 



MoriaJiné. Robicrs, sires de Mur. 
ll.ulliu'l, rciMiil, (lu Drnlwiil, l.Mi r 



lier. Sans L. (eai-lii'l d' 
(• liraliaiit, N" i;il-2). 



iJ' leli siynr de Morialmeis de Badieul . de FunC 
(r.hai'tcs des ducs de llcabanl, N" 188-2;. • 



I Belœil, Condé, Lincent, Looz, Roue). 



MORIALSART^Moiiriisnrljrm,». «y/ 
de), clii'\alicr, 1:101 : d,' ... a Ir, ii.~. 
alabordu,vcoM,i,m,rof.l//ï/y/,e«,;. 



coiiipiiiiéi'S. 1. ; .S' krimc [sires] de Movriasmi 
(Cliailes des diKS de liiabaiil). 

MORIANCOURT (llenaial de), prison nier i7?ff, 
sons le comte de Sainl-1'ol; i t. : 90 2/;i moulons, 
i:i7l : iilain ; an chef chai'i;é d'un lambei, le I''' des 



Koriensart, voir MORIALSART. 

Morinck((;rr:inn(lil> .Ir Ni.-nl:i>!, (■■duvi 



Morijs, \iiir Fontaine. 



Morken. C,m,> .k- Mmi 



Morcourt ih:\ 



(Iro, (le la toiTc de Roulcrs, l-28( : 
(:!, % 1) co(i»illrs. !.. ; .. (;™. 
(A'a»i»r, N"^ 17;), ITdi. 
Mors. ll'i//i(imcs n Movrx, \wmw 



Mors, siiii' Moers. 

Morsaint. Jehan de .1 
l'iaiicliiso de Gros ((li 
1110, accoiiipaji;!! 



— Jean de .Uorfs 



Morsbach /y^//! 



Mo e'rlet, s><\y PLOICH. 
Môrmter. ^nll MONEMENT. 



Morsberg. Wdlidm ron Murshenj, Ilciiiiemniis 
selic nuii von .l/or.s/icn/, pihs edeleii knchtes, pro- 
met el juiT a Junclicir Wijiiclic vun Cl-ichimjen 

^ai-aïUic assiiinée, poiir lui, envers un b(iurt;eais de 
Melz, etc., I3.iîi (sans aulre date) : une taicc. L. : 
►f. S' rr!7/fli'»/c (Ai-elihes de 

MORSDORFMniMlniï.' ,||eniian\aM',eheNalier, 



Morruijt, \nii Moruijt, Morutus. 
Mors lllrar:< U,. ell^^;,li^|•, 1, „■ ,1, 



MORSELE, Noii Meldert. 

Morshof. Adam de Morshnijrc iiilëiide au s 

ra>ce fivller. [.. : ^ S Adc de Mnryshoven (l 
(Inir, Jul.-Berg, \' ;illlii. 
Mortagne. Arnulplius, dominus de Mnur 
neir 'Wavrin), type équestre; le limic 



>. I,. ; ►!< Sen 



Mortagne (Jclinim, sire de), castcUiins de Tornai 

il la liousso il la ciuix. L. : «fi .S' luli'is dni de 
Morla.inin cii.-^!,-ir tun.ac. . , . IIoi.Iiv.mtI : rni a 
la.loix, !.. : .T. luv.nr.lr .V,.r/r„,,«.' , Clr.iir, ,lr- 

— <;;iilbiiiiii' (lu Mdiiaujiie, i-li.'\:ili(i\ a>si-lc, a 
Wijm'lHlale, a l'iiiNOslitun' ili' Jean de .Naiiuir, ilr la 
Iriie de llniilcrs, liSl: barun de flinidir^. il 



.|uill.s, ].. : .J. S W.. larme de Mo. . 



- Ilaadui,, de MurUwujne, seinii. 



■ IlimUin de Mur 



chars.'c de i-Iik; ferniaiix nmds. I,. .- >^ .S' Thn, 
de Mureleiujne cheralier iXamin; N- 2-JS-ll, 



mi peiidaiiU bi.ielKiiits. L : ►fi S' .l/fint -M 
•■iuinie ea><te!la„e U.rimeen. Cainti-e-scel ; m\é.,^ 
\\w. a la ernix. L. : .S' Marie dame de Mur 






- A,,„es de Mnrlauine. dame de ara\u]lhu[u\se et 
,/r,v,,„T<M|M,„nvM, nroil, imur rahhe de C.n, hie, 



«:irlclé;aii\ l'^^ ul l', nii ^;lul 
imc criii.x iA.a); li, nue cniix. 1 
,ru,iSiiir.na.-cron|M. L.:S.l!;«e 



</[■ /.'(v/.c ,1 II 1-, N" 71 1 1 I M.ir Avesnes, Bert- 
liout, Diest, Ere. Espierres, Harnes, 
Coudé, Lille, Nevele, Saint-Geuois, Tour- 



Mortelmans (Jo;iii), schcpi'ii îles lu 



MORTEMONT < 



MORTENBEKE Moortebeekl 



V l!r;ib;ilil, M:iliiir^ lu 



Mortere, mhv Moortere, Mortier. 
Mortgat. An.lrc \;iii .Ini Mnirl./ali-. 



(\oiiHUEVINGHEN . 



ange (Ibitl., N- -4UI7j. 

— Ji'ail .MorlpLilil..; dr Cn.iv.M, I mr 

- GilIfS M„url;i,U |Mvl,' son scraii i, .Imn 
liomiiie df lirf de TcnmnHlc, i:iS7 : i.ir 
Jean (Ibid.) (voir Meersman). 

Mortier ('Go((c/'toi,s-, sires don), <iii,'\ali(i 
une diinalimi faite â l'alibave de Waiilli 
127a ; scelle un acle de suii lils lien 
d'henniiie au lion. L. : . S Godc/r . . . 

lie (.\Ij1i. deWaulliier-liiaii 

uoif Bourgois, Canivette). 



— Ilenris dou Mortier, lils diidit Goderroid, lait ui 
ccliangc avec l'abbaye susnimuiiée, 12!Ki : trui; 
molettes ii cin([ rais, .sui'uiOiUéo.s il'iin laiiibel. !.. 
.S' Henri (Ibid.). 



et au bàtoii brochant. L'éeu 
nuiiii, en guise de brauebes, 
S laqvc dv Mortier (Moii>, 



DE Raadt, t. II 



Mortier (Slassars duu), lioiimio du Roman pai/s du 

St doc Morlir (Cliai'tcs des ducs de Uraliiiiit, 

N" ri.-i-30). 

— Catliorino Dounjoise, veuve de sii'c Jlalliieu du 
Mortier, l'egoit un paiement de la ville de Toiii'nai, 
1 107 : pai'li ; au !='■, un écliiqueté au Ïambe! (Mor- 
tier) ; ail -2'\ tiois cliapels de roses (Bourgois) 
(Tournai, Quittances). 



— liiiillaiinie van den Moriere, receveur du duc de 
liniiivo^iir, cl de BrabanI, au pays A'Oversenne, 
I i'.u'i fil. st.) : d'iierinlnc au lion couronne, chargé 
d'un éeiisson à la fasce et au lion brochant, issant 
du bord inférieur de la fasce. T. : un an-e (A/jH- 
(lliem) {[>\. IG, lig. i-M). 



— J.-U.-K. Dumorlier de la Polterie, demeurant à la 
Potteric, il Acren-Saint-Marlin, collateur d'une ton- 
dation attachée ii la chapelle du chùtcau de la 
Potteric, ITH7, le ti avril : parti; au K'', coupé; 
«, une rose; b, d'azur à trois (2. 1) étoiles ; au 2'', 
indistinct; on n'aperçoit qu'un oiseau (colombe?) 
essorant en cliet. Cq. couronné. C. : une aigle 
issanle. L'écu, ovale, dans un cartouche (cachet, en 
cire ronge, sans L.) (C. C. r^., reg. 40026). 



Moruijt. lU-ranl il) Morruijl donne, avec Simon 
ll(i\n- (lie Mille pas), tous deux lombards, il Saint- 
Triinil, ;i l;i duchesse de llrabant, des quittances 
pour des acouiiites, 139d, 0, 8 : un fascé. C. : une 
sirène, tenant les bras en l'air. L. : S' (larcagiiivs (!) 
Morvlvs{l) (Chartes des ducs de brabant). 

Mozet. Maître A'ico//c de Moxzcl, éche\iii de N;imur, 
use : écarlclé; aii\ l^''' et t'-', une bande, ehaigée 
en chef d'une étoile; aux 2'^ et 'i'=, une fasce entre 
deux burelles. L. : S Colinet . . osscl (Nainur, Sal- 
zinnes, c. 517). 



(Antoi 



collégiale de 



Mozet (droi 




r iriiir, du roi 


de Marche) 


T!u'ul-'ù'''ui^i~' 


.;iiine(prévMé 


chargée), r 
(cachet, en 


■ ''''■ •[ '■"' '' 


liAiier colleté 
, i.wi:i") (voir 


Clointei. 






Mosnienl.i 


ll.li-, hnllimedr llef 


Il Maillant et de 


la cmir ih' 


Mniis, i;,00 : un chevi 


m, chargé d'un 


L. : Sirt l.< 


iiiileau, et accompagne 
s le Moisnier (U. U., C 


de trois irélles. 
r,., portefeuille 



Mosselman (Johannes dictns), reclor policie, ;i 
lliiiM'Ilrs, U7!); Jean Mosselman, receveur de la 

chif iliai ui' ilr ilnix roses, accompagnées, an poinl. 



la II Mossdiiia ( 
c. 2i!l0, A. G. It. 



;. T. : II: 
Forcst, l-tabl. i 



étoile. 1,. ; N l'dn m ./ l/,js( scabini louan (Abb. 

Mostart i.Iraiii, représentant les héritiers de .lean 
liaiiwriU, lue a liasweiler, SOUS le bailli du Urabanl 
wallon, C.liiliiK ; i. t. : 11 moutons, 137i : un che- 

pagné d'' I; i:i " .1 -iirmonté d'un lambel, 

les pfiiilaiii- iiii . , lin, de deux billettes. 

!.. : ^ ."> Iciinii Mj.siaide (.Chartes des ducs de 
Itraliaiii) (l'I. lii, lig. i'Mj (\uiv Moustarde). 



M0TE[N1, \nir Motte. 

Motta(iri//((//i(ne;, éclie\in du duc de Bourgogne, 
a Jaiidraiii, l-l«o; dit sceller de son propre sceau : 
trois étriers ; au franc-quartier brochant chargé 

d'une rose. S. senestre : un aigle. L. : d 

Ikmpline (C. C. Il , c. 30). 

— (Gddiuii), éclie\iii de l'abbé d'Ileijlissem, en sa 
cour de Pellaines, lo2G : une anille. L. : * S Gil- 
chon Multa (Ilcijlissem). 

Motte, milaumes de le itole, bailli de Lille, 1288 : 

lée a dexi're d'ini lion léopardé. I,. : «f. S' Willaniie 



Motte. S>/,iu>ii de h- Mullc ivrnil, du 



Sviinn ,1c /(■ Moll 



Kiaudii'}, 1;1jT, le 2i sciitem- 
ccorii|i:igij(' au point du clict 



.■ Wilhcincn de k .)/o/e ill.id.l 



Motte .\I;iiiiii dr l,-, linini !.• licf du oniiilc dr 

dcle Mutte (^'alllur, A" ll7:i). 

- (Jean de 11'), bailli do SaiiiL Denis, Ikimimic d.' licf 
(lu llaiiiaut, i;i88, a Mous : une lasco, acduiipaniuv 
ili> Irois c.iquillcs, raiii;,-es en clirf, èl d'une cloile 

il cin(| lais on pointe. L. : de le 

IMons, Cliap. de Sainl-Vincenl, ii Soi^nies). 

- J.':iu Min ,lri- .m,te re(.'(jil, du duc de Unurgnijne, 

^1"' '■'■'■I'- I- ■■ ■ . ■ l'ii" dri M , . . ,■(■„(: n' \,.,,|'„,^ 
de l,lll.^ I. ;,;i|!. 



(Mons, Abli. de linnne-K>p,ianfe). 

- Iiujhdram mn dcr Molen (de le Mule) (son sceau 
'-t en,|,l,.u\ ,.n I i(i;i, |,:u' Jw.-e de Grijpskerke) 






- Jenn MuUeiW. ;, I vm 



Motte. Ciiillaiiiiir saii drv Mutcu 



I. I.. : di-llc Mo . 



Motten, \ni[- Motte. 
Mottet iJ. 1..-.I. , (iiir i 



. hn/stcU; iiiiineiide Icmn 



I. I,. : .S CvillinNwc de h: Mail 



MOUI, Nnii Goulart, MOY. 
Mouhin. Amclii-i lan Mohiai, . 



Mouisson, Nnii Movisson. 









Fig. 1. Wiart le Moine, ôciiyer, prévôt do Saint-Quentin (1281, 83). 
Fig. 2. Henri (le Champif^ny (1303), \ r , i 

Fig. 3. Nicolas de Chaumontel (1303) (1), chevaliers du roi 

Fig. 3. Jean Choisel (1303), ) ''° '' ■''''"'-■e- 



Mouland. J;ic(iiic5 de Moylanl 
MM's laiio : U'oiscliovroiisct iiii 



septentrionaux, la Idgen.lc du s.- 

Mo[ull|l|in|s'. 7r',(i)i ,lr Monliw 



(le .)tO!il(V,t. nlir\iii illcc. 






Thciiilnci de Mwjlnni. -_'", cniiii 
sus;, nmis au rranc-i|ii;]i lier I. 
IViiMe. I. : . . Thnuiri . . . Moil 



,((■ Mulinx (yrimiir. \" HW) (\(iii- DesmouUns, 
Kerman, MOLLIN, Sainte-Livière). 



— -lliiiM-iy vint Moulniji. 



TH. n;.u Moijhua prou 
cvej, liasse van liniisU 
iiichessoUcUnljaiil, lit,' 



Kllnij du Mu, lia,, 



Thcoifci lie Movhl milif . 



Hoirie. Charneux». 



(caclicl, sans L., in nie i«UL;r| (C. C. li., v 
■Km-2). 



I m, lan^'rr, m liai. L. : * klinn de Morlehan 

(Cliailcb des tincs de Uraliant). 



Moiir, voir Villers. 
Moreau (Cnillaimie), 
lame Min-raw 'MM\K 

Moureaux iJian-Siim 



sièele 
ic. L 


: parli ; 
: S Ovd- 


loin- 


aij. 


Tt 


de Lon- 
llainaiit 



tli~li ici ili' C.lii.'Mis, iciiu-t, au gniivcnicmciit autri- 
.liMii, rrl.ii (Ir., biriis (le SOU égliso, 17H7, lu 
1:1 ;ivril : dr s;ii[' en pal. C. : deux pattes de cci-[ 
(rtdicl, sans L., Cil di-c rouge) (C. C. Il , c. 4GG3I). 

Mouriau (J.-B.) (d'après sa signature; dans l'acte, 
il est appelé : Mijnherr Morean), U Gond, un des 

l'I!^'- ■)! ' il' Il ■ Il ip 11. (!r ^l'iil-Daniel, au hameau 



Mours, voir Moers. 
Mourslach, \(iir Moerslach 
Mouza, xnii'LONTZEN. 

MoUSOUrt ii;;ilhrlin('i, \rn\v lie J 

1 liO, 1 : une liaiide, accompagnée 

h.: .aie I/o ..ou.. (C. ( 

Lille, 1. 378). 



<:■ h' S 



■ '':.n,ic (kl 

Itruijr^. vu U Oiloit instiliie par mon Ires redouble 
seUjncur, cl nioij desclianjie, el ce pour le rcsle que 
mon d'il ncujneuT me devoil comme bailli de! lloud- 
sclie, lilo, 1 novcmln-e : une coliee, acconipagnée 
de deux oiseaux (!). C. : un oiseau entre ini \nl. L. : 
OHSourl (Ibid., 1. 100). 

Moustarde (llaoul dit), liomiuo du mi de France, 
scelle une lettre de W'is dis U .Moinncs, pré\ot de 
Saint-Quentin, au bailli de Vermandois, 1281 : 
un lion contourné, sin'inonté d'un lambel à quatre 
pendants, h. : ^ S Ravi starde (Touinai, 

'Il ! -a: m; \ ::Mh , dr .Nivelles, IMo : un eliewuu 

ju , I ' iii\, le tout surmonté d'un lam- 

l"i. .ii:i i;i, .:- iims pendants chargé de deux 

Idllcllcs, L. : ►p slarde (Hospices de 

Mvellcs, il Nivelles) (voir Mostart, Vigreus). 

Moustier. Baudouin des Mostiers, hounuc de lief 
du comte de Namur, l.'i.jH, 0, (iO, 2 : deux léoimrds, 
rangés en pal. L. : >i< S' Bavdvin de .Miivslier 
Namur, N"* S.W, 859, .s',»7, 923, 920). 



Moustier. Jean dou .Mostici-, jadis prisonnier à 
Itasweiler, sous le comte de Sainl-1'ol ; i. t. : m) 
moulons, 137-i : trois sangliers passants et un hàlmi 
brocliant. L. : ►f. .S' Ichan de .l/o».sViV . (! 1 f Charles 
des ducs de Brabanl). 



- (l'ic 



lu) rc 



église. L'écu posé s 
Â'e;7,e (l). C B., .\ 



S laii 



,d Conseil, elc, lliiH : 
.s de Lille, I. 109). 



. (Ibid. 



,. 109). 



— Charles Demoustier, homme de lie! de la baronnic 
de Silly, 1001 : une fa.sce, accompagnée en chef de 
deux étoiles et en pointe d'inic rose, tigée et feuillée. 
L. : S Cliarle de Movstier (M. A. de Lalrc du Bos- 

Mouton (Colart), hounne de lief du llainaul et de la 
cour de Mons, 1300 : un chevron, accompagné de 
trois cors de chasse contouinés. L. : . . Cliolarl 
Movlon . (.Mous, Sainte-Waudru, c. (,». 1. Qucvy, et 
Abb. d'Epinlieu). 



Mouttiaux (l'.-L.), curé de Lanne (Lasne), district 
de Genajipe, diocèse de Namur, remet, au gouver- 
nement aulricliien, l'état des biens de son église, 
1787, le 9 mai : coupé; au 1":^, parti; a, une herse 
de labour triangulaire ; b, un arbre terrassé ; 
au 2'', trois oiseaux, posés sur une terrasse. C. fruste 
(cachet, sans L., en cire rouge) (C. C. B., reg. 
40.mH). 

Mouwe (Gilles) reçoit, du Brabant, IjO écus /'/ii7i> 
pus pour ses frais et perles (guerre de Flandre), 
l3o8, 28 juillet : une bande de cinq losanges, 
accompagnée de deux coquilles. L. : ^ Sicji' Egidii 
dicli Movice (Chartes des ducs de Brabant, .N° 1071) 
(PI. 10, lig. -Mi). 

Mouweris soen (IleinricJ, bourgeois d'IJsselstein, 
liUi : deux griffes d'aigle, passées en sautoir, 
accompagnées en chef d'une coi|uille. Ci|. couronné. 
C. : deux grilles d'aigle accostées. T. : cassé a 
dexlre ; h seneslrc : un homme sauvage, portant une 
branche. L. : S Ileinric .Mov (Hollande). 

Movisson. Col[l]nrl Mouisson, tellier de loi lies, 
a Mons, reçoit une renie viagère sur le domaine de 
Binche, 1 170, 81, i : un oiseau (mouette?). T. : un 
ange. L. : .S ColUir . . Mouisson (C. C. B., Acquils 
de Lille, 1. IO80, 1088). 



Moxhe (Jclidiis llcnncuscfi de),, sirca en partie de le 
eniirl eoii dixl de Kolxiinlvals, séant en le ville de 
SaiiU Cermain en le eonley de Nanuir, 1387 : iiiir 

d'iiiic ai;;le(?i. I.. : * S Ichan llennose (]Sam:n\ 



l-.dka de Mo.hen:. C. li., 



(\"ii' Soreis . 

Moxheron, mmï Soreis. 

Muchars de Nodeicei/s 
I.udovieux, eiiis filins, -\-\ 



Meeijsar ((:lKll■k■^ ilcs diicN île l!r:ili:iiit, N" .'lOT). 



Muchet, voir Musset. 
Miiddersheim. Hue.^e van .Mucder: 



r Pierkin, t'iilaiil dr r. i 



Muegsar, \oii Muchars. 
Muel iCiiillanmi'. 'Siii-ilri. n 

Mueldere. Coene. Mulder. 
Mueleman, Mni Hende. 
Muelen, \nii Molen. 
Muel5troe. ■• .: Erp. 



MUELWIJC, \"ii MOLE"WIJG. 

Muenxhede Clin'iirii \:iii , .■(iicsiii dr I 



rluggenhaiisen. ^\ niant van Mnekinhnsin, die- 

^111 -J.s j„iiiii:iii\ dr liTie il Mucldnhusen. 1331 : 

;i iiihi i;ii~. I,. : ►^ .S W'inanti il hovin{'.j 

/Hi7//is 'Iiii^-(dd(.ir. .tni-Derij, N" 3:j'.)) fComp. les 
;iriii(s iW Mm;;., IViiiiiii' de .ji'aii Scheyvart de 
Merode 1 i3H, Tomburg, Virnieh). 



Ilnninni de Michl.eiivse tndrs ['.) , llud., N- l.'il 1. 
Miihllenlbach Ilrrman, dir hem van Ilelfinslein 
(ll^llrll^l^lll,, niidc MvclUilt,ihe ivdne iiax etiehe 
hiisrniiiirc hem llvinriehis, des viirijenanlin Item 
Uermannis nJuiev, nnd ire erbin, iVwm l):ut, .t 
Aiines. die fraire van Mnlinhach, die uilne uas 

jinilei/n, nnd lier l'ridrrirh van llrandcnlieri/ 






■irlivanllrandenlwnj.vt 



elivt 






[ :, Mrclilit 
ente Marie, 



■ Mnlt 



■ Mll.r.mr drl.r; 



Maijdalenen dinje ; la d:i 

issaiil, a la i|ii(iir rmiiiliir (Helfenstein). L. : ^■< 

Mclz, Sci^ncmie de Ck'i'\aii\) (\(dr Stein). 



Miihlenbroich, voir Honselar. 
Muyau (S.i\.-iis |. ., hommo de fipf d 



I Miidni, lili; 



.!/»./(•« {Hollande ). 
- rderranMndcn. lllll : 



— Chiishnrht can Mndcn, I llC : iiiriii 

mai, la fas.c chaiii.V d' rtoile. 

an col d'un w^W. L. ; ,S Cliisehrc 

— Splinler van Vudeii, IIIC : iiu'ini' 
L. : .S' Splinler van Miidcn (Ibid.). 



— Les échcviiis de la ville de la Mue, en FlandiT 

hii-piiidii au (1)1 (l'iiii grillon acciMUiii. Coiilre-scel 
rni ;i iiii Imii (C. c. 11., Acquits de Lille, 1. 7S-7'.li 

Muijlickom Ciiillaunic van), témoin de Uoilolplii 



MUIJLKE, Noii Mulck. 



. Willem Corndis Mvl (U.). 

— (llaiidoiiiii \aii) ilils de Giiillainiie), nièinc qi 

(nilo.- diiii aiiiiclil. 0. fiuste L. : S liordewi 

Mv/lv .1'. . 

Muys, \"ii- Raitz. 

Muijs van Holy i Alleil) (liU d'Antoine), k 

de KoUcrdam, 1.j7() ; nii liurolé-oiidé, cliar 

senesli-e. trois (-2, I) m iKniile; au Iranc-qii 
chargé d'im arbre arraché. ('.. fruste. L. : . . . 
Mviisablhl. . (U.). 



Muiseconinc, \oii Museconinc. 

Muijsen. fiéiard \au Miizcne (.Muij,eii'.') icçoil, 
du liraliniil, un iiaicuunt de i>78 luoutons, pour 
arrérai^es de renie et jiertc de che\aux, i;iGi (n. st.), 
le 18 janvier; (i. van Musen, écuyer, homme do lief 
de la duehisse de llrabant, 1377 : une tasce frellée, 
surmontée de trois eroissaills. L.. i:i(il : S' Gcrardi. 
dci Meseneml) (Chartes des dues de lirabanl, 
.\" IHCS, etc.l (l'I. 17, lig. -iol). 



- Siislcr Jaune 



1 Muse, 



e Dijd 



iKiiidr di' niiq ln>:in-r~ i Dilbeek ïi, 1,. : oe 

c (lliid., N"2(ii;i) iM.ir Buijs). 

• .lean \aii Musciie se porte garaiit, avec quatorze 
aulivs (vidr Thomaes), pour le duc de liraliant, 

envers h' duc de It V"n»'', eouile de Flandre, 

lilG : coupé; au l"', loili; ». ...niié; a, deux 
léles et cols de cIicmv, nrm-i, s-, \\, ,!cii\ étoiles a 



leclicM 



S la,, 



uin .1/e5e« (Abl 



.)/l(S. 



., (.;i 



S des 



larlhr île Tirlc- 
svm/.e = Visse- 

lilonrs. L. :S 



van .Vr.sri«/,eMliid.). 
Mul, voir MiieL 
MulaertiJean), che\ali.r, Imm de lirf du comte 

de Flandre. KUl."» : Iroi- Ihmi, n un hiudicl brochant 

(Charles des comtes de 11 In). 

— liasse Mulart, jadis prisonnier a Itasweiler, parmi 

les ■icm(bede) du duc de lirabant; i. t. : 10!) 1/2 

moutons, i:)7.i : trois lions eoiu-onnés, surmontés 

d'un lambel. L. : ►!< S' R/isc Mvlacrls (Chartes des 

ducs de Urabant). 



- ((;oi 



; i7/pf, i 



■nir trn 



171 : 



les lions non coin-onués. L. : . . . 


«■se» Mvhierl 


(Ibid.). 




— fRase), seigneur d'I-vaerdi', lionnm. 


de liet du duc 


de liourgoguc, I3il8 (n. st.), I.IOS 




vininnnlés d'ini lambel. Cq. conri 


ine. c. casse. 


S. : deux griffons accroupis. L. : 


vlarl 


(C. C. li., Acquits de Lille, 1. Illi. 









W 1--C 



3rke(1291), 

>ii, lils de C.uillaimic \aii li.i. 

3r|.(i202), 

>^o \an Horsscio (1292). 

iidouin \nn lirt'i/daiinnc {l.O, 



: un |:iill.in (ll.id., I. -117) (l'I. Il), 
I Borssele, Heinsberg, Scherf). 



V \^n^ 



— l'iriic du Muldic, francq alloelicr, l(i!i:i |;i Iji- 

Mnle (llariiir dciiic inan s;)nV/iy sccllf un oclo do 
i.i laiil. M'i-nt'in- de Uiuibui';; ft do Mci'udP, (|ui le 
MualilM »,;/« ucm, V-VM, : un lion et un semé de 

lii'MI.>. L. : ►!. .S" lia i Dusseldorf. 

Jnl.-llcnj. y :;,s:ii (\,mi' Alaerts, Binsfeld, 
Bombaye, Lôwenburgi. 



t Ji';i 



Mulerpesch. Ilciiricun lUcliis Mulrepcsch, avuiu 
Iliade Williclinus de h'amciiala, iiiilcx, ipii iiiioi 
il luules [irélenlinns envers ceux de Ciiln-ue (du el 
(le la linlnlIleUe Woningen?),ri avril lis!) (m. si. 



Kulerpesch. Ilcnricus dhina Muirqicsch, doini 



lleiiricut:, fralcr e 



l'iiliiillr dr \\n,i,ii,.;i'n?), I'201 : méiue éeii, mais 
1rs pnis ^i;iMs ,11 creux. !.. : ►J, S' Ilciirici milili.i 
Mvkrpc.ck (lliid., N-" .j(iC) {\<m- Molrepas, 
Mulnerpesche). 



Mm BUCKHORSTl. 
MulUeim, \iiii Letsch, Mullenheim. 
MULINBACH, mùv Muhl enbacli. 
Mulken, \i.ir MOELKEN 
Mulck. Gerardusde Mulkc, eehr\iii di' 1 

l-Jiiii : unerascc(l), chariiéedelinislIiiMs 

pird ciiupé. L. : ►J. S' Ccrordi de M 

lllcijIissciH, .\" 177). ■ 



le Mulkc, 



■ Mu\ij]UiC, éclicviii de Louvain, l-il-i 
; inie liande, chargée d'une Heur de lis, 
V. |HisiT' dans le sens de la bande, el 
Iriiis, pusées, chacune, en pal. L : ►!< 
Midke scabini hm (Abb. de Sainle- 
.nin;iJH, Alllujiwin et Malinesj. 



Mullaerdt, mmi Mulaert. 
MuUe, M.ir Mule. 
Mullem I l);iiiirl \an), clievalii 



MULLEM, \oii' Molhem 

MïiUenark. Ilcniuinnus. il,iiniiiit^ de Muliiiiirl.c, 
iW llnii^liri-, liliS ; ^)\H■ snilif.iMiir; driiN l:i<crr 
L. : -h Sujilh-m lier i de Me /.<•;, 

— lin/ncrus, «a/cs-, didii^ llinneh^/n d<- Mollauirl.en 

- Ilnurus, dii-lus llunlui dr MulcnerUn. iinlr^ 



biirch et Jacob ScluiiHh van Dkihiihoiicii 
nul slirll vader, 1 iUl : de . . . il réciisfiiii 



Wulrepas, mut Goer. 
Mulrepesch, \nir Mulerpesch. 
Mulrisch (l'lais:<, r(iic\iii dr IHrih 






: ^f S lohan dr Maine 



MULSTE. AiMK.ii 



( Me.hk{\)mib Iceiri 
— Aelhrcdd inii MiihU 

1 (lirf. I.. : ►!«. Aell, 



Mumm, voir Mom 
Mummersloch (I liii 



Munkart (l'Iiiliiiezs), ci/n lutrijer zaj Miin 



Mdllenheim. Rijcirijii van Mile, jnclis prison 



MUNKENBEKE il 



I. :;Kii)i\oir Harbonniéresi. 
Mulriere. vmi Molenere. 



cker, Reyger'. 
Manclihausen. l-:^laehiii^< ram Miiii 



.1rs IdllTS K— VMdiulil IHiIlcl, M 

pl;i<|iic> (M. J. V;iMiicnisi. 
Munchhausen. Kusl;iclif il.- Mîtiiieluii 

ri ,1c l)(ujsbo,mi. Colonel cnlirlciiu 



llll■^su■c WcniiM', Ijuroii cJt l'allaiil, hd^iifin' île 
llrcdebcnl (Itreiteilboiitl) ol de R»f/7e, elc. cl de 

.Ir:uinr .le Ilnoirl.hnrsl (lîrniikhrirsi:) nalletnbiirfj 



ï;r'o, tenant de lu dextre un bidon et de la seneslie, 
devant hn, un liré^iaire. C. : le moine de Iïtu. 
I,. : .S I-osladiivn vu Maidinisen (Cli;i|iilie d. 



inck. Amclm-[lx\ ,Uiii\ Mociu; h-w.mà>-v de 
onri. Marie, Wontns xv,,l van Corkelhcnjhe 



iiiinle, T. : un aiv^c. h. : S Jucobi Munachi jéri 
lliid., 1. a7K,) (ioir Greppe). 



\;ui Munster, écnjor, cher ami 
iiiili' ilr 'IVcklenbui';;, iil\ : di'i 
.iiliMc ..-iuiple). L. : ^S' loliani. 

iiii-Hiddif, y»;.-«cn/, N"8:i0j. 



^ Jacciucs \an Muiisicr, cuir ilr l;runu.l, Il 
coupé de . . . et de ... (|il;,inM. C. : ... (d 
(\oir Bemmel, Nesselrath, Spee). 

Munt (Martin), cclicslu d'Aix-la-Cliiipi'lle, [TÛ 
clu'M'on. L. : >i< S' Marlinl d mpen i 



Munte (fliissaer 



e(C. C. li.,AeMiiilsilrl.ill 



cassr. L : ^ SAnielri 

I. '.n-). 



— Anrccl le Miicnec, luuunu' de la sa 
li-JI,2, :i2 : mènieécu(ll.id., I. 191). 



MuntheriJra 



lie), lils de Chrisloplic, i 



Museconin 

:, l.ill.' : IM 



illrlto. L. : ►^ .S. . . / [ih M .l/ra 



MUZEN. ^^il•Muijsen. 
MUSENHEYM (WVhk; 



Musiel :Ma\iniiliL'n)(îl sii;iic : .)/(;,.■ van Musicll). 



Musschenbroek 



Musschenzeele. 



MiiMnihi'nn-h, 



1. !•', li^. I.VI). 
1 .\fiisschczcle l 



Clatidt von Musiel). 



.|:>7i;i''i i\nii- Lassou). 
Musset. i;,:ll,ir Miirlui, i 



Muulken, \oir Bombaye, Mule. 

Muus (Cliarlos), Sfi^iioiir de Icn llini 



Muuster il' 



CODICE HÉRALDIQUE 



PLANCHES 



D'ARMOIRIES D'APRÈS LES SCEAUX 



Armoiries traurcs les sceaux : i)Iaiiches i6 a 2'X 



ïïïï- 



10 000) 

\ûO(V 



\MM 




WM Rîl FTffl P^ PrS 
\w \m mf w vt/ 



m r^ pi r:^ 



VA^' 



"'h'- 



421. Momalle (Hauthier de) (1338). 422. Monceaux (Massars des Monchcas) (13G1). 423. Moncelle. 

424. Mond. 425. Momleion Cutfet (Jean de) (1374). 42G. Monrea). 427. Mons (Godefroid de) (1330). 

425. Mons (Guillaume de) (1408). 429. Montignies-Galon. 430. Monioiaoe (Gobele vayi) {\ni) {vo\t 
Montjoie). 431. Morol (.lean) (13ô7). 432. Mory. 433. Morre. 434. Morren. 435. Mortier (Guillaume du 
(1431). 436. Mortier (Guillaume van den Mortere) (1435, n. st.). 437. Mosnier. 43S. Mostart. 430. Motte 
(Simon de la) (1357). 440. Motten (Gérard van der) (1371). 441. Motte (Christophe) (1620). 442. Motten 
(van der). 4 13. Mouland (Thierry de) (1389). 444. Mouwe. 445. Muijsen (Jean van) (1428). 446. Mulaerd 
(Nicolas) (1407). 447. Mule (Liévin) (1365). 448. MtiUenarlc (Ernest de) (1341). 449. Munten (Jean van 
d.T) (1374). 4r.O. Mtmtere (Hubert, de) (1507). 



.RMOinirs DAPItl'OS I.KS SCEAUX. 




^|1 mm p^ 







^? 



\^- 






^--/ 



4-,l. Mii:en (Oerard \aii) (13b3). 4->2. Museiir. -13!. NaJons. 454. Naejjaert. 4û5. Naes. 450. Naes 
van (Jei- Hulist. 457. Naijere. 458. Namelot. 459. Namur f^/^erî/, bâtard de) (13T4). 4G0. Naniniics 
(Gilclion de) (1374). 401. iNederbeempt. 4ô2. Nedermoelen. 41)3. Neckere (Lambert) (141'.)). 404. 
Noiildiatcau (Renier de) (1 174). 405 Neva (.lean die) (1374). 4GG. Neven. 4GT. Nieuwcnliove (fliiliiipe 
\aii deii) (145S). 4(.S. Nic'uwmhuize. 40'.i. Nieuwiand (1374). 470. Nieu\voi;sh .'n (V,, , -^v ,/,■ Novn 
laiJiile) (1!24) 471. Nievenlieim (Conrard de) (132i). ili. Nijversele. 47::. ;i ,,,■, van) 

(1 !')(,). 171.. Yc^/cn-eW (Jean van) (1130). 475. NoijLs(l'aiil) (1374). 470. Nnot \ ,, ,l.i , , 1505). 

477. Noot (.luionie van der) (ir.n.n. 47s. Nose (Gilbrr/'in) (1270'. 470. N'oiiv.l', \ r; 



ARMOIRIES D'APIlftS LE? SCP 



Fo o o o o 













'PO 
■TTjTn 






I 



''r''m 



^ vA^ 



-/ 



mi ^/^(» -1 () iiMi iii.dnn is o m i l i i i i isl OLmen (Piene) (1374) 

IS II I 1 (1 1 I 11 11 iiii Ml 1 s (Mj II M I lin Ib"! Ouobeclv (rnglebert 

\ii,),l I (I I 1 1 iM il \ III 11 II s<me iij 0//iP/wA(UbP 

III (Il h ui I iiii I I II M t 1 ), (i| h m - Il I 1 I 0|)liovtn (Viiioulil van) 

(1jj7) -1 ii|lij\c.iulliiLiiy V ui)(U7 ) ^00 Oi|o(l(ob it dj (1 i4) Ul OtteiULlilt i (itidii 
(( lullaunn. \ ui) (Ij'U) U^ oudcrgliLin (\rnoiild \ an) (IJ 4) jûl OiideiopgL (( iiiin dili 
jUj Oiidcw lier illenii d) (1411) Oj l»iid Heusdeii Ivain \an) (14 b) jU Oiui i « mil* m nt 
(1 luh|i|L (l)'l 1 I ) (Uiitlii (llLiiii d)(nTi) n^ oseihtl e (( uithi i \ in)(li7ii 



RÈS LES SCEAUX 







511. nverdile (Robert van) (1574). 512. Pagge. 513. Palast. 514. Palfrois. 515. l'amele (Gautliicr 
van) (154(5). 510. Panau. 517. Pape (Henri de) (1514). 51S. Paridaen.s (Gérard) (loOô). 51f). Paris 
(Htienne, dit de) (1371). 520. Parspc-rg. 5-.'l. Pasture (.lean de la) (1472). 522. Paternostre. 523. l'auli 
(Rutfierw) (1307). 524. Pauwels (Josse) (1416). 525. Pauwels (Zeghere) (1453). 52(;. Painvels (Georges) 
(1502). 527. Pauwels (Maillarl) (lôf.l). 528. Pede (Arnould van) (14S!). 529. Picirc (Pirars) {\o\v 
Peeters) (1:171). 5Î0. Pieters sone (Dxem) (1427). 531. Pec. 532. Pellaines (Guillaume de) (1374) 
533. Pels (Gisbert) (147t;). 534. Penaville. 535. Pendre. 53G. Pensaert. 537. Pépin. 53S. Peron (Lam 
hehin rfoî(j (13%). 530. Petersheim (Henri van) (1371). 510. Petitbon f.Iean) (isr.oi. 



ARMOIRIES U'APRÈS LES SCE. 



smi 













m 



mm 



"W 










541. I^Mll|,^1Il (r;7n. :,\-:. l'evereal (iriT-O. r,i:i. r'liili|.paft. r,ll. l'ierre.-^..-,!-, 

(1374) M' 1 J . Il- niiin,,,;.:,,.. ! ,-,-, . ,,17, l'i,: i'.,.^|.., : ,: . r.i,-,. l'i,; ,,;i| 
(Bilhch ' ' I i II- ! ! , 1 . i' ■',..;,:'• .■•■ 

(1374). r.-^ l'I-l- :, ■' l'-'i.' \l..iM vaii J^MMl :7['. : -n, |',,!:,ril- .Ijl-lli .i::", 

(Jean de) (1331J r.i.S. Pont, iSinioii de) (13.:iSj, 50.7!. l'ont f/a(H(()- du) U'IO). '.';.; 

(1429). 505. Pont(.Iean du) 15S3 07). 56'j. Pûntdreniij (Goubier doit) (HSI-'JI}.::}61. l'outillas (Gontier 

de) (13iS). ."jGS. Pontillas (Libert de) (1338). 509. Poorten (Gilles van der) (1374). 570. Poorter (Jean) 

(1320-3i). 



■aiiKKeiiierdc) 
liO). 54'.'. Pilch 
■ uis) (1374). 554. 

il. l'olliiicliùve 
t (.(ac(|ue.s du) 



ARMOIRIES D'ArR(-S 1,ES SCEAUX 



w\V Vy w v-y w 




\] li y«o/ r/ \* 7 ^""^^ 




yk >^ )"? i 



sz"si^; 



m © o 



^■5, 



% 



571 Popliiiiniit,. ,-,rj. Porte (Jacques de la) (14Ô9). 573. Pot (Conrartl) (1492-1501). 571. Potter (.Icaii 
de) tl-12i-.). 575. Pottes (ThieiTy de) (1:371). 57G. Pntiillart. 577. Poullet (Gérard) (1374). 57S. Precle 
(Gauthier van) (1374) (voir Praielp). 579 Pré (Guillaume du) (1.33P. 5S). Pré (Thomas du) (1352-54). 
5S1. Pré (Laurent du) (1(310-13). ."82. Prés (Michel des) (12tiO). 583- Prens (.\drien) (l.=i20). 534. Prcu- 
7Honteaujc. 585. Piiccs (Jean de) (U(;e-05). 586. Pi-iches (Jean de) (1473-77). 587. Prince. 588. l'rincel 
(Gérard) (134l|. 5S9. Princen (Guillaunn^) (1591-90). .590. Prindaal. ,591. Print (Henri) (1371;. 592. 
Proost (Guillaume) (137r,). 593. Pite/lic {.Mis de) (1376). 591. Pays (Guillaume ilou) (1374). 595. Pullc 
(Jean van) (1371). 590. Putmans. 597. Piitz. 598. Puliey (Mii'hel van) a374). 599. Putzeijs (Jean) 
l.',9l-9C}. 600. Putte (Gérard van don) (1374). 



ÛIRlrS D'APKf:S LES SCEM 



B--=d \$$^ i^^t^^ èSS 

\ / \m V*'^*/ tMf 




m. Puttcr (nutuher tuiti) {IMl-UOi). 002. Putte (.lean van den) (1306). C03. Qua[e].le (Fredericus 
dus) (131:')- ûu-l. (jiiatlo (.lean de) (1374). GOÔ. Quaderbrugghen ((iossuin van dcr) (1376). 
r,. iiiKunul.!c. .,17. iiiiesne (.lean du) (IJJC). COS. Radiiwaerd (Konibiint) (\.■^r>■^). OO.t. Raet 
èiaiil u. 1 , I 1 V Kl -i Aniniild de) (15P2-1G11). 611. Kacour (Henri de) 113301. 612. TîaW.î/iore 
:ihtt.^ . rr.^l 613. Randerath (Hei-man van) (1370). 611. Uandwijk (Jean 

. . 1 - i; .: ' :i : : 1 ■.:ini (loOT-OO). Glfi. Ranst (Henri van) (UÔC). 617. R.ipo (llunlies) 

. Uu.'.^.K.ui. C'j. lUiiwc'.Qt. ijiO. Ravcnecker. 021. Ravenswaajj. 622. Uediiiglicn (.Jean 

7). 023. Kôdinghovon. 624. Reek (.lean van) (1155). 625. Rees (Frédéric van) (1364). 

1 (othon de) (1304). 627. Reill'ersclieid (Jean de) (1306). 62S. Ucycslkemme. 620. Reijniers 

(1553). 630. Relegliem (Jean, bâtard van) (1374). 






van) ( 



ARMOiniK.S D'APRfiS I.r.S SrKAUX. 




\^/ 



[?\ ' ITTttI Pff5| l*^"^] IW 
vW VU/ v^i/ VV ^ 













\ô"oo7 

\pu/ 

f31 rpptain 03 Repus (luan) (1414) b33 Repus (Icin) (1401 S) b34 Rosigin 635. iîe(((!oî(?-. 
ni Re\i„n\ m Ril aipciie bJb Riddeie fO^/o rfjc/ifsj (na3) (30 Ruiderc (Tean de) (1397). 
MO liebuck t)41 /ic/t b4 Riem'îdijk (Michel van) (H lo) 64J Kyclvc (( illes de) (1401-30). 
041 Kikiei oio Rijinenara (l escclievinsde)(UOJ) 64o Ryn (I tienne \an den) (1410). CIT. Rijne- 
stein ( 1'^ Ringhclden ^an Bosselant ti<) RijssielincU 050 RysN^gk (llueiry van) (15S7). 
(51 Rivicreii (lein van dei) (U71) ' hieuicencheal (Libert de) (H ) Oj3 Rixensart. 051. 
Rûbcit(lean)(lj46) ooo Roljyns (lean) (1392 141o) OoO Roche (Baudouin de la) (li74). 057. Roclio- 
loit (llucirj de) (13ob ') boS Uode ( \me!ncu^ k) (133b) ( t I r dt (( o Iclroid do) (Kiiis). 
MO l nli (llo/lmc I d()(voit Rode)(l!4()